Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mar 25 Mar 2014 - 18:50

La paléoanthropologie pose des questions à propos de la biologie humaine.

Les humains sont des primates. Les primates existent depuis à peu près 65 millions d'années.
Les premiers représentants de cette glorieuse lignée sont des plantigrades qui décident de vivres au moins partiellement dans les arbres et qui développent une capacité à la brachiation. Nous sommes les petits frères des ours. Les gros plantigrades sont restés au sols, les freluquets sont grimpés dans les arbres, deux biotopes pour un arbre de vie phylogénétique: cela fera deux clades de plantigrades, les ours au sol et les singes dans les arbres.

Il y a environ 12 millions d'années une nouvelle séparation s'opère selon la même méthode. Alors que les singes ont introduit des populations partout où il y a des arbres, c'est à dire partout sur terre (le planché continental, pas les océans ...), les ours, eux, ne savent survivre que dans les forêts et entre les arbres et la forêt il ne faut pas confondre.
Il y a 35 millions d'années sont apparus les herbacées (dont le plus gros représentant est le bananier, les bananes sont des graines mais il ne faut pas le dire aux Québécois de peur de faire plonger le cour de la bourse de la banane). Avec l'herbe, sont apparus les herbivores, les grands troupeaux et les grandes plaines. N'importe quel accident de terrain est un calvaire sur le chemin des troupeaux qui les évitent, et toutes les plaines abritent des arbres, et des singes.
Les gros singes restent les rois des forêts et des singes plus faibles apparaissent et parviennent à s'acclimater dans les plaines ou ils sont hors de la portée des ours.

Il y a environs 6 millions d'années, les pré-homos, c'est à dire les australopithèque: les singes du sud (de l’Afrique) connaissent un succès évolutif. En effet, la bipédie est un véritable atout car elle n'enlève rien, les bipèdes primates du sud de l'Afrique d'il y a 6 millions d'années sont toujours des brachiateurs, ils savent se mettre à l'abris des prédateurs en grimpant dans les arbres mais ils deviennent aussi des coureurs, aussi rapides et endurant que n'importe quel herbivore quadrupède ruminant vivant en troupeaux dans les plaines d'Afrique subtropicales. Les pré-homos avec leurs supers compétences de bipèdes brachiateurs, commencent leur ascension pour conquérir la place des dominants suprêmes parmi les animaux.

C'est dans ce contexte qu'est apparu la distinction entre les homos et les paranthropes.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mar 25 Mar 2014 - 19:26

En gros, l'argument que je vais développer, c'est que les primates bipèdes ont toujours eu, jusqu’à il y a toujours et maintenant, deux clades, les gros bras et les longues jambes, les paranthropes et les anthropoïdes, ceux qui ont un squelette massif et ceux qui courent vite.

Cela sous entend que je crois que les paranthropes préhistoriques (ceux nommés ainsi par la paléoanthropologie, c'est à dire les différentes races d'australopithecus robustus qui sont apparues et disparues entre il y a 4 et 1 millions d'années) sont les gros bras, et nous sommes ceux qui courent vite.
Il y a un million d'année, l'homo erectus est le Dieu de son époque, comme une planète dans son système solaire, il a fait place nette sur son orbite (Ce sujet de discussion est un codex symbolicus non hermeticum), il race une seule race de singe anthropoïde: l'humain est né, et je suis amusé de vous le dire: il n'est pas encore sapiens. Il ne connait encore rien d'autre que la non pensée et l'acte juste.

L'espèce ce scinde dans un schisme de confrontation brutale, comme toujours après la bataille, le groupe unique se sépare en deux engeances: les gros bras et ceux qui courent vite, les néandertaliens et cro-magnons. Ici, celui qui base sa stratégie sur la force au détriment de l'agilité versatile fini par céder son espace vital à celui qui pratique la justice dans ses actes.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mar 25 Mar 2014 - 19:57

heidelbergensis [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


néandertalien [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


cro-magnon [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mar 25 Mar 2014 - 21:33

Si l'on fait abstraction de l'échelle, il y a des versions plus ou moins robustes ou élancées mais l’homothétie mise part, le squelette de l'humain est anatomiquement moderne en dessous du crane et des 7 vertèbres cervicales depuis les débuts de l'homo erectus, il y a 2 millions d'années.

le heidelbergensis est la forme la plus aboutie de l'humain avant qu'il ne devienne sapiens (je compte le néandertaliens parmi les sapiens !).

Le néandertalien, comme on peut le voir sur les images est une évolution de heidelbergensis, la face reste similaire, mais le volume du cerveau augmente et la boite crânienne se développe vers l'arrière.

Le cro magnon, lui, est tout différent, je ne crois pas que le cro magnon, avec la tête dont il a hérité, soit jamais sortit d'un cul dont le propriétaire aurait une face de heidelbergensis.

Je crois qu'une espèce gracile d'homo qui accouchera des cro-magnons, différente du heidelbergensis, a surgis de la souche erectus en même temps que le heidelbergensis, il y a 600 000 ans. Celui ci a survécu sur le même terrain que les heidelbergensis, en petit nombre à cause de la pression des gros bras, et ne fait toujours pas partie du registre fossile inventé et répertoriés.

avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mar 25 Mar 2014 - 22:29

Quelle est l'invention biologique du cro-magnon qui a permis à la branche gracile issue des erectus de devenir le super dominateur et commencer à exploser démographiquement il y a 200 000 ans ?
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par mirage le Mar 25 Mar 2014 - 23:46

Le plaisir annal  

ou le plaisir féminin

ou que sais je

avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4138
Age : 35
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Mer 26 Mar 2014 - 1:30

Peut être que c'est cela qui a modifié les meurs et provoqué une évolution physique mais nous n'avons pas assez d'informations pour le dire.
Jusqu'à présent, l'enquête se base principalement sur l'étude de restes fossiles, et les parties molles étant généralement décomposées plus vite qu'elles ne peuvent se fossiliser, on ne les retrouve pas, donc on ne connaîtra pas le diamètre du trou de cul de nos grand-pères et la taille du clitoris de nos grand-mères, c'est peut être mieux ainsi: quand on sait qu'en Dordogne, les cro-magnons avaient pour animaux de compagnie des hyènes, et quand on sait que chez les hyènes, les femelles sodomisent les mâles avec leur clitoris érectile afin de les soumettre et les dominer, et bien on en sait suffisamment et on ne voudrait pas en apprendre plus. On ne peut donc pas valider ni invalider ton hypothèse, par ailleurs j'aimerais pouvoir oublier cette hypothèse ...

Ce qui est nouveau, sur le cro-magnon, c'est son menton. Cette technologie squelettique permet que les dents ne soient plus en avant du visage mais en retrait derrière la ligne d'un nez mou et d'un menton mobile. Cela permet au cro-magnon de pouvoir conserver ses dents plus facilement même après avoir pris quelques coups de bâton dans la face. La structure cranio-faciale du cro-magnon est légère mais sa géométrie est robuste, en cas de choc, la face plate repartit la pression. Les faces rondes sont plus faciles à briser.

Cela n'a pas permis aux cro-magnon de pouvoir se battre avec les néandertaliens mais cela leur a permis de pouvoir se battre en eux de façon un peu plus agressive que les néandertaliens ne peuvent le faire entre eux. Cela a modifié les rapports sociaux et avec son organisation sociale et son agressivité, le cro-magnon a de grandes familles avec beaucoup d'enfants. Avec sa démographie, il a couvert la planète.

Les néandertaliens n'ont jamais été plus de 50 000 d'individus répartis sur le territoire de l'europe, nous sommes 750 millions, peut être qu'ils sont toujours là et qu'on ne les voit pas, perdus dans la foule.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par JO le Mer 26 Mar 2014 - 8:14

Superbe récapitulation . Un moment , j'ai pensé à Dambricourt/ Malassé, avec la modification mandibulaire . L'agressivité de l'agile le rend donc dominant ? Hélas, c'est ce que les infos nous montrent tous les jours . C'est donc génétique ... mais nos mandibules cèderont peut-être en importance, devant le développement des brachycephales . La Sf conçoit l'homme futur ou ET, avec une grosse tête à gros yeux et petit développement musculaire : troisième phase évolutive ?
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22376
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Ling le Mer 26 Mar 2014 - 9:24

Golem a écrit:Quelle est l'invention biologique du cro-magnon qui a permis à la branche gracile issue des erectus de devenir le super dominateur et commencer à exploser démographiquement il y a 200 000 ans ?

La plasticité neuronale, il me semble.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Jeu 27 Mar 2014 - 5:54

Une plasticité neuronale de grande qualité fait partie des attributs qui rendent l'humain supérieur aux autres primates.

Les chimpanzés qui sont les primates les plus proches de l'homme ne peuvent plus rien apprendre après l'âge de 5 ans alors que comme nous ils peuvent vivre 35 à 40 ans dans la nature ou 80 ans en captivité (c'est à dire dans un environnement de civilisation humaine moderne avec des dispositifs efficaces de prévention et de résolution des problèmes de santé.). Pour ce qui est de leur intelligence, non seulement ils ont un petit cerveau avec lequel ils ont forcément une petite conscience mais en plus il ne peuvent rien apprendre après l'enfance.

La réussite de l'humain dans son aboutissement évolutif passe par la voie de la néoténie. D'un point de vue biologique, l'humain qui peut apprendre toute sa vie ne dépasse pas l'age mental d'un chimpanzé de cinq ans !
La neuroplasticité fait partie des dispositifs résultant d'un phénomène de néoténie dans l'évolution. C'est à dire que la forme la plus évoluée, l'humain, devient adulte en restant une larve d’australopithèque, si l’on compare non pas les dimensions mais les proportions du crane.
Dans le même temps, l’australopithèque ayant tout d'un grand singe de petite taille et rien d'un humain (sauf la bipédie), on peut penser qu'avec sa face de singe, et son cerveau de singe, il avait une neuroplasticité de singe.


Grâce à la comparaison de l'évolution des squelettes et de l'évolution de la culture des humains au cours du temps, on constate une corrélation direct entre la taille du cerveau humain et le niveau de sa culture.

chimp : 450 cm³ de cervelle
australopithèques : 650
erectus : 850 jusqu'à 1200, la version 1200 cm³ de cylindrée étant dénommée heidelbergensis
néandertal : 1550
cromagnon : 1600
sapiens moderne : 1450 (on a perdu des morceaux de cerveaux)




De mon point de vue, je ne comprends pas que l'on cherche une autre cause que la démographie au fait que cro-magnon ait atteint la suprématie pendant que neandertal prenait le chemin de la déchéance. Arrêtons donc de nous demander pourquoi neandertal à disparu et demandons nous comment il aurait bien pu empêcher cro-magnon de tout conquérir : il n'aurait pu en aucune façon et donc il ne pouvait que disparaître ! La démographie explique comment cro-magnon est supérieur à neandertal, la réponse au pourquoi c'est surement la neuroplasticité.

En accord avec l'hypothese de la neuroplasticité, le fait que néandertal n'a jamais eu un cerveau plus gros que cro-magnon. On peut penser en toute logique qu'avec son faciès archaïque et son petit cerveau, il devenait adulte à un stade moins puéril que cro-magnon, c'est à dire qu'il grandissait plus vite et devait donc avoir une neuroplasticité inférieure à celle du cro-magnon.

Les néandertaliens avaient les orbites plus grosses que celles de cro-magnon, on peut penser qu'en plus d'avoir un cerveau plus petit et moins plastique, il avait en proportion plus d'espace pour la vision et moins pour le reste.


Pour ce qui est de notre évolution depuis cro-magnon, nous sommes devenus plus chétifs et les 17% de volume cérébral que nous avons perdu était dédié à la vision et l'audition.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par JO le Jeu 27 Mar 2014 - 7:20

Nous aurions perdu du volume et gagné en neuroplasticité, donc, le volume est secondaire, dans l'histoire . La pieuvre en sait beaucoup, l'hirondelle, aussi .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22376
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les homos et les paranthropes: la réponse du sapiens au néandertaliens.

Message par Golem le Jeu 27 Mar 2014 - 23:35

Ce qui est significatif pour les capacités cérébrales, ce n'est pas directement le volume du cerveau mais sa surface.

Bien sûr il faut ranger le cerveau dans un volume mais ce qu'il faut comparer, c'est les surfaces corticales déployées.
Chez les autres vertébrés, la surface du télencéphale est recouverte d'une simple couche, le pallium, mais chez les mammifères, le pallium a évolué en une couche à six feuillets appelée néocortex. Chez les primates, le néocortex s'est grandement élargi, notamment au niveau de la région des lobes frontaux.


Quand on compare la boite crânienne de neandertal et de cro-magnon, on voit que cro-magnon à une forme plus sphérique et moins aplatie.

En conséquence, les circonvolutions du cerveau du cro-magnon (et du sapiens qui à la même forme de cerveau) peuvent être plus profondes. Autrement dit le pliage du cerveau du sapiens dans une boite ronde est plus efficace pour produire plus de surface corticale que le pliage du cerveau du neandertal dans une boite oblongue, à volume comparable.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum