Karma et fin

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Karma et fin

Message par Golem le Lun 8 Sep 2014 - 22:02

Supposons que je possède une arme mortelle comme par exemple un arc et des flèches, cela ne veut pas dire que je vais m'en servir et tuer des vivants. Je peux laisser mon attirail dans le placard.

Puisque la colère est un état qui existe, cet état se trouve dans le bouddha. Cependant, celui ci n'en fait pas usage, donc, aucune action n'en découle. À travers le bouddha, la colère reste dans le monde du non manifesté.
Cela ne veut pas dire que la colère du bouddha n'existe pas ou qu'elle est partie ailleurs que dans le bouddha, elle reste en lui mais il a rompu les liens qui attache ses actions et cet état.

Le bouddha n'a pas abandonné une partie de lui même, il n'a pas perdu un des dix états. Le bouddha n'a pas abandonné la colère en elle même mais il a totalement abandonné l'usage de la colère.

On n'abandonne pas ce qui existe. Ce qui existe en toi depuis toujours continuera d'exister en toi pour toujours. On abandonne les liens qui nous conditionne.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karma et fin

Message par Tenzin Dorje le Mar 9 Sep 2014 - 15:38

Puisque la colère est un état qui existe, cet état se trouve dans le bouddha.
1. Pas de recouvrement.

2. Il s'ensuit absurdément que la colère peut s'élever dans l'esprit de celui qui, réalisant directement et continuellement la vacuité, n'appréhende pas l'existence inhérente.

On n'abandonne pas ce qui existe. Ce qui existe en toi depuis toujours continuera d'exister en toi pour toujours. On abandonne les liens qui nous conditionne.
Il s'ensuit absurdément que la vrai origine de la souffrance (le karma négatif et les perturbations) ne peut pas être abandonnée [via même l'actualisation de la vraie cessation]. Il s'ensuit absurdément que la vraie cessation n'est pas une cessation.

Il s'ensuit aussi absurdément qu'un bodhisattva abandonant son corps n'abandonne pas une partie de lui-même.


Il s'ensuit que tu ne peux pas citer de source valide.
avatar
Tenzin Dorje
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 35
Localisation : LTWA, Dharamshala, H.P., India
Identité métaphysique : Mahayana (Tibetan) Buddhism
Humeur : At sea level
Date d'inscription : 08/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karma et fin

Message par Golem le Mar 9 Sep 2014 - 17:15

La colère ne s'élève jamais. La colère est un état, elle n'a pas de volonté propre, ce n'est pas elle qui initie l'action de la faire monter depuis l'ombre jusqu'à la lumière. C'est celui qui est en colère qui a le démérite d'avoir fait monté cet état en lui. C'est celui qui est dans l'état de bouddha qui a le mérite d'avoir fait monter cet état en lui. On n'abandonne pas les états mais les liens qui attachent nos actions à ces états.

L'état de colère sommeil dans le bouddha comme l'état de bouddha sommeil dans le coléreux.
Si le coléreux peut trouver en lui l'état de bouddha, le bouddha peut trouver en lui l'état de colère.
Le coléreux ne pratique pas la boddhéité et le bouddha ne pratique pas la colère.

Il ne faut pas confondre absurde et paradoxal.
Le bouddha est moi mais je ne suis pas lui, c'est un paradoxe, pas une absurdité.

Un boddhisatva qui abandonne son corps abandonne une apparence illusoire. Une apparence illusoire n'est pas un état éternel. Les états d'esprit sont des formes métaphysiques intemporelles, on prend ces formes ou on ne les prend pas mais ces formes existent toujours au niveau du monde des idées et le monde des idées existe en soi, en moi, en toi, dans le bouddha. Le corps physique étant une illusion, il ne fait pas réellement partie du boddhisatva, il s'en suit logiquement qu'un bodhisattva abandonant son corps n'abandonne pas une partie de lui-même. C'est un paradoxe, pas une absurdité.

Le bouddha contient toute chose, y compris les dix états.
C'est ce que je crois.
Ce que je dis est la référence de ce que je crois.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karma et fin

Message par Tenzin Dorje le Mar 9 Sep 2014 - 20:54

Le bouddha n'est pas toi, pas plus qu'un cheval n'est une vâche. Un cheval est vide d'être une vâche, tu es vide d'être un bouddha, même si tu as la nature de bouddha.

Ce que je dis est la référence de ce que je crois.
Tes assertions sont conséquemment en-dehors des lignées, invalides, inauthentiques, et non-fiables. En termes boudhiques, on peut dire que tu as un refuge bouddhiste (si tu as pris refuge) mais que tu n'es pas tenant d'une perspective bouddhique.

Que penserais-tu d'un chrétien qui te parle des attributs de Dieu, de ce qu'est la relation à Dieu, etc. sans s'appuyer ni sur la Bible ni sur les commentaires des théologiens qui font autorité dans certains cercles ?
avatar
Tenzin Dorje
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 35
Localisation : LTWA, Dharamshala, H.P., India
Identité métaphysique : Mahayana (Tibetan) Buddhism
Humeur : At sea level
Date d'inscription : 08/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karma et fin

Message par Golem le Mar 9 Sep 2014 - 23:36

Ce que je pense des chrétiens c'est que c'est leur Dieu qui a produit leur esprit et je ne critique pas le travail des Dieux donc je ne critique pas les chrétiens. Cela pourrait m'arriver de critiquer leurs actes, qui peuvent être détestables ou admirables, mais les personnes, cela me suffit de les aimer, sans condition.

Les paroles du Bouddha sont valides dans quelle lignée ?

Je ne crois pas avoir besoin de me réfugier. Je ne me sens pas en danger dans le monde et parmi les illusions.

Mes assertions sont là pour te permettre de me connaitre et pour que tu saches qui je suis, pour que tu puisses avoir de la compassion pour moi. Comment veux tu pouvoir avoir de la compassion pour moi si tu ne sais pas qui je suis ? Comment saurais tu qui je suis si ce que je dis n'est pas ce que je pense mais ce qu'a écris un vieux sage il y a des siècles.

Mes paroles ne sont pas la pour te guider mais pour me décrire.
avatar
Golem
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1888
Localisation : Soissons
Identité métaphysique : L'impossible réalisé.
Humeur : Toujours égale.
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum