Le monde des virus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le monde des virus

Message par casimir le Jeu 17 Avr 2014 - 11:27

Ce sujet pourrait se "fondre" dans celui de l'évolution si ce n'était des hypothèses.

"Dans le panorama déjà surprenant des virus, la découverte du Mimivirus a eu l’effet d’une petite bombe, dont les retombées sont encore loin d’être toutes perceptibles. Le Mimivirus est plus complexe génétiquement, non seulement que les virus mais que beaucoup de bactéries. Cette découverte oblige à redéfinir le concept plus général de virus. On est aujourd’hui tenté de faire des virus une branche à part dans l’arbre de la vie. Mais cette branche ne serait pas récente. Elle pourrait au contraire être l’ancêtre des trois autres. On pourrait alors considérer que les virus seraient à l’origine même de la vie, origine dont on sait qu’elle demeure encore mystérieuse."

...


La découverte du Mimivirus permet de défendre un scénario séduisant. Un gros virus à DNA semblable au Mimivirus aurait pu à une certaine époque s’introduire dans une archéo-bactérie ou une bactérie. Mais au lieu de la détruire, il s’y serait incorporé et y aurait survécu sous forme d’une nouvelle structure interne, le noyau. L’hypothèse est conforté par l’observation que le Mimivirus et les noyaux des cellules des eucaryotes se répliquent dans le cytoplasme des cellules de façon voisine.

Patrick Forterre a baptisé l’organisme primitif du nom de LUCA, ou Last Universal Common Ancestor. Celui-ci, selon l’opinion qui se répand, était viral. Dans ce cas, les hommes seraient basiquement des descendants des virus ou de l’organisme archaïque à l’origine des trois ordres d’organismes vivants. Ces considérations conduisent à regarder les virus avec un œil moins craintif que celui que nous leur offrons. La très grande majorité des virus sont inoffensifs pour leurs hôtes. Beaucoup sont sans doute utiles. Mais nous ne pouvons pas encore le mettre en évidence. Ce sont des parasites, certes, mais les parasites survivent parce qu’ils sont non seulement inoffensifs mais utiles à l’organisme parasité. On pourrait les comparer au très grand nombre de séquences d’ADN dont le rôle n’est pas élucidé et qui constituent ce que l’on appelle à tort l’ADN poubelle (junk DNA).

Si l’hypothétique LUCA avait été un virus, pourquoi alors ne serait-il pas arrivé sur Terre à bord d’un astéroïde. On pense que certaines formes de vie primitives peuvent survivre aux épreuves des voyages interplanétaires et des rentrées dans les atmosphères denses. Cette hypothèse est la à base de la Panspermie, qui reporte il est vrai plus loin dans le temps et dans l'espace, mais ne résout pas, la question de savoir comment ces virus primordiaux sont apparus dans l’univers…"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
casimir
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2138
Localisation : dans la forêt
Identité métaphysique : la même
Humeur : ni plus ni moins
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le monde des virus

Message par AC* le Sam 26 Avr 2014 - 10:58

casimir a écrit:"Dans le panorama déjà surprenant des virus, la découverte du Mimivirus a eu l’effet d’une petite bombe, dont les retombées sont encore loin d’être toutes perceptibles. Le Mimivirus est plus complexe génétiquement, non seulement que les virus mais que beaucoup de bactéries. Cette découverte oblige à redéfinir le concept plus général de virus. On est aujourd’hui tenté de faire des virus une branche à part dans l’arbre de la vie.
-J'y crois. J'ai toujours pensé que les virus étaient une forme de "chimie minérale du carbone", même si ça peut paraître paradoxal aux connaisseurs.

Sur le phénomène général, il y avait la thermodynamique très séduisante - variante de la génération (mais donc chimique) spontanée, apportée par un membre (celui qui présentait sur son avatar un clerc au geste obscène). Très riche de participation cependant.

casimir a écrit:
La très grande majorité des virus sont inoffensifs pour leurs hôtes. Beaucoup sont sans doute utiles. Mais nous ne pouvons pas encore le mettre en évidence. Ce sont des parasites, certes, mais les parasites survivent parce qu’ils sont non seulement inoffensifs mais utiles à l’organisme parasité. On pourrait les comparer au très grand nombre de séquences d’ADN dont le rôle n’est pas élucidé et qui constituent ce que l’on appelle à tort l’ADN poubelle (junk DNA).
-Alors là, Casimir, c'est sans doute une Première Historique, puisque je te contredis formellement.

En biologie, tu as trois types d'associations:

  1. la symbiose, où chacun des deux organisme bénéficie de l'autre vivant (ex.: le lichen, qui est l'association d'une algue unicellulaire et d'un champignon (je crois que l'algue apporte l'énergie photochimique, et le champignon apporte le logis)),
  2. le commensalisme, où il y a accompagnement sans toutefois bénéfice ni perte (les poissons "pilotes" avec les baleines ou requins (les poissons peuvent en l'occurrence nettoyer la peau du poisson plus grand, mais ce n'est pas vital)),
  3. le phénomène parasitaire, où le parasite participe clairement à détruire vivant, hanidcaper, ou du moins gêner l'hôte (champignons sur les arbres).


Dans le cas classique, la virus est effectivement un parasite - celui que tu veux évoquer est généralement un simple commensalisme.

Si ce n'est la question de l'origine, où, si le virus construit l'organisme plus grand la question ne se pose pas (comme dans le cas du membre du forum qui était allé dans cette direction).


Enfin:
Quid des prions, comme celui de la vache folle ??
avatar
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2381
Age : 33
Localisation : Suisse, mais plus dans le ciel qui la surplombe.
Identité métaphysique : [Dieu, Famille, et Nation].
Humeur : Faut pas me faire une saignée, je tiens à mon A+!
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le monde des virus

Message par nawel le Mar 7 Avr 2015 - 9:31

J'ai, pour me l'être demandé, recherché sur le net ceci et vous le soumets, voie métabolique des êtres vivants mais plus orienté vers les virus, et savoir, puisque ces organismes vivants existent, pourquoi existent ils ?
L'utilité de chaque être vivant en quelque sorte, micro/macro organismes.




Les bactéries : virus microorganismes (milieux familiers)
Archées : virus microorganismes (milieux extrêmes)
Animaux, plantes, microorganismes (levure, algues)

Déjà pour que l'on est une "hygiène de vie" de consommation en adéquation avec la péremption. La mise sous condition de validité des aliments, surtout les protéines animales. Pour avoir été en Thaïlande et avoir mangé "dans la rue" nous avons été étonnés de l'absence de réfrigérateur. Le Thaï nous a répondu que le "spicy" permettait aux bactéries d'être éliminés, et pas trop de dysenterie chez eux, ou même pas du tout, d'après le "cuisinier".

Les mêmes composés chimiques qui protègent les plantes à épices de leurs ennemis naturels sont à l’œuvre contre les agents de dégradation des aliments,

L’ail, l’oignon, les quatre-épices (qui n’en sont en fait qu’une, le piment de la Jamaïque), l’origan, par exemple, sont incontestablement les plus virulents tueurs de bactéries (ils éliminent tout sur leur passage!), suivis par le thym, la cannelle, l’estragon et le cumin (élimination de 80% des bactéries). Viennent ensuite les différentes variétés de piments (environ 75%), tandis que le poivre (blanc ou noir) vient à bout de 25% des bactéries, tout comme le gingembre, l’anis, les graines de céleri, et le jus de citron.

L'ail a des vertus anti-oxydantes, mon père en est l'heureux "cobaye" à près de 93 ans, pas un cheveu blanc car à raison de 3 gousses par jour depuis toujours, il se porte  comme un charme, pas une seule maladie dans son existence.

Le piment lui est au top50 des antibactériens.

Alors la nature encore une fois "fait bien les choses" mais la pollution bactériologique de l'eau bouleverse la nature, et ce que nous consommons le plus est bien l'eau. Alors les maladies, nous les créons via les pesticides et tutti quanti. Dans un autre post il était question d'injustice, les justes sont ils nous ? Ou par notre injustice, course à la productivité, à la croissance démesurée de la consommation, et celle sous-vide qui, je me pose bien la question l'est elle, car la couleur bleutée d'une côte de veau un jour m'a interloquée, c'est le moins que je puisse dire, quant à l'odeur... la date était conforme pourtant.

Alors un retour aux sources s'imposerait.

Quant au Thaï ce qu'il boit, uniquement de l'eau en bouteille, et ...du sang de serpent, efficace pour la santé, antivirus peut être, peut être pas boisson quotidienne et habituelle, mais le code génétique a peut être changé chez eux au fil du temps. Les Thaïlandais lui donnent des vertus médicales permettant de lutter contre la grippe, la fièvre.....et aphrodisiaque aussi…mais ça c'est autre chose. sourire

ps:
La dysenterie est une maladie infectieuse du côlon chez l’humain, qui peut être grave, aiguë ou chronique--1.la dysenterie bacillaire ou dysenterie bactérienne, c'est-à-dire causée par une bactérie, dont la shigellose, causée par l’un des divers types de la bactérie Shigella--Les shigelles, les bactéries du genre Shigella, sont des Enterobacteriaceae pathogènes strictes, rencontrées exclusivement chez l'être humain.--Les Entérobactéries (famille des Enterobacteriaceae) constituent l'une des plus importantes familles de bactéries, autant du point de vue quantitatif (plus d'une quarantaine de genres) que du point de vue qualitatif. Elle regroupe ainsi de nombreux genres, très ubiquitaires, et ceux-ci sont fréquemment rencontrés en pathologie infectieuse ainsi que dans les bio-industries (fermentation de fromages et produits laitiers, alcools, traitements médicaux supplétifs, production de toxines à usage cosmétique, industrie pharmaceutique pour la fabrication d’agents antiviraux, analyse biologique de prélèvements médicaux humains ou vétérinaires pour isoler en culture les agents pathogènes, un grand nombre d’industries pour effectuer des mesures de niveau de toxicité biologique...)
On définit classiquement les entérobactéries par 7 critères (mais il faut faire attention, avec les remaniements de familles issues des nouvelles méthodes de la taxonomie, certains genres, ne répondant pas forcément à tous ces critères, font aujourd'hui partie de cette famille) :
Bacilles Gram- de dimension moyenne (coccobacille, souvent polymorphe)
Non exigeants (culture facile)
Oxydase négative. Attention à Stenotrophomonas maltophilia et Burkholderai cepacia complex qui sont Oxydase + mais en 3 minutes: ce sont deux bactéries aérobies strictes classées dans le genre Pseudomonas sensu lato.
Nitrate réductase + (capables de réduire les nitrates en nitrites)
Aéro-anaérobies facultatifs (capables de pousser en présence ou en absence de dioxygène)
Voie fermentaire de dégradation du glucose (avec ou sans production de gaz)
Immobiles ou mobiles par ciliature péritriche (très rares exceptions : Plesiomonas, ciliature polaire)
Non sporulés
Certains sont thermodépendants et ne poussent pas à 37 °C tels que Hafnia alvei, Yersinia enterolitica…

Les différences entre les nombreux genres et espèces viennent de critères plus précis, comme la fermentation de différents sucres, la production ou non de sulfures, la présence ou l'absence d'enzymes du métabolisme (β-galactosidase, désaminases, décarboxylases), le type de fermentation (voies fermentaires des entérobactéries) (butan-2,3-diol ou acides mixtes). Ces critères permettent de regrouper les différents genres en « groupes », rendant les démarches d'identification plus méthodiques et plus aisées, mais qui ne correspondent pas forcément à des réalités de proximité phylogénétique (puisque ce sont des critères uniquement phénotypiques, comme l'ancienne classification scientifique).


très encourageant.......

Si je peux vous soumettre quelque chose, ce serait l'utilisation du vinaigre blanc pour tout nettoyage. Il est un excellent anti-calcaire, détartrant, désinfectant, désodorisant, antibactérien.

Le vinaigre est un liquide acide (pH généralement compris entre 2 et 3) obtenu grâce à l'oxydation de l'éthanol dans les solutions alcooliques1 par un processus de fermentation acétique. Il est utilisé dans l'alimentation humaine.
Le vinaigre commun comporte une concentration d'environ 5 à 8 % d'acide acétique mais l'acide tartrique et l'acide citrique se retrouvent, en plus faibles concentrations, dans les vinaigres naturels.

Le mot « vinaigre » provient du mot composé « vin aigre ». Les vins en fût sont particulièrement vulnérables aux attaques de la bactérie acétique Acetobacter suboxydans si l'ouillage ou le remplissage du fût est insuffisant ou s'il atteint des températures trop élevées.

Le vin et ses vertus....et puis la consommation de produits hautement chimiques seraient bannies.

Le vinaigre de cidre, antioxydant pour le corps, garde jeunesse, et débouche la tuyauterie....

Ecolo moi ? Oui, un peu.
avatar
nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum