Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par pierre_b le Lun 22 Sep 2014 - 17:04

De Petipa je ne connais que Marius. Mais bon, ce n'est pas pareil...
avatar
pierre_b
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1214
Localisation : nord du lot
Identité métaphysique : c'est à dire?
Humeur : c'est suivant
Date d'inscription : 09/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Lun 22 Sep 2014 - 17:09

Regarde sur ta clef à molette, c'est plein de petits pas.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Mar 23 Sep 2014 - 4:45

Je ne mélangeais pas tout, mais tu n'arrivais pas à accepter l'idée que les atomes puissent émettre de la lumière quand ils sont liés, comme dans une molécule. C'est fondamental, si tu rejettes cette possibilité, impossible pour toi d'admettre les petits pas.

Tu mélangeais le spectre des éléments atomiques avec la longueur d'onde.
Puis je me fous des idées : Est-ce que les atomes émettent de la lumière quand ils sont liés? Oui ou non?
Si c'est juste une "possibilité", ça ne me dit pas si c'est vrai ou pas.

Parce que les atomes sont des observateurs?
Dans un sens oui, et il suffit de s'imaginer à leur place pour le constater.

Donc tu constates dans ton imagination qu'un truc est imaginairement vrai?
Et comment peux-tu définir si c'est vrai ou pas puisque c'est imaginaire?

Se mettre à la place d'un atome, c'est prendre son point de vue.

Tu es à l'apogée du grand n'importe quoi qui ne veut rien dire.

Se croire les seuls observateurs de l'univers serait admettre que nous sommes privilégiés, ce qui n'est pas objectif, et mène à l'impression d'épicycles.

Nous sommes des observateurs. C'est un fait. Aucun rapport avec la croyance d'être les seuls ou pas.

C'est mon nouveau style: quand ça va pas d'une manière, je change quelque chose. J'ai décidé de te renvoyer ton dénigrement en me moquant.

Et en te moquant de quoi?

Je ne sais pas, je le suppose, en me basant sur le fait que des atomes identiques émettent exactement les mêmes fréquences lumineuses depuis toujours. Les atomes sont des horloges, mais comme le prouvent les horloges atomiques, malgré leur précision, deux horloges semblables ne peuvent pas rester synchronisées bien longtemps si elles ne communiquent pas entre elles. On peut donc supposer que les atomes sont synchronisés parce qu'ils communiquent entre eux, ce qui signifie que leurs pas seraient synchronisés s'ils en exécutaient, donc que leurs accélérations seraient simultanées.

Je ne vois pas l'intérêt de réinventer des théories déjà démontrées de la physique .
Au lieu de supposer, sans rien tester, intéresses toi aux expériences, à la physique des atomes. On voit bien qu'il y a des tas de trucs qui t'échappent.

Les atomes n'ont as besoin de coordonnées pour exécuter les petits pas

Pourtant l'effet doppler nécessite des paramètres pour être calculé.

ils les exécutent en observant la lumière des autres atomes et en y annulant l'effet doppler.

Tu dis n'importe quoi : Rien ne peut annuler l'effet doppler. A moins d'annuler la lumière elle-même qui est émise par des sources qui sont toutes en mouvement.
L'effet doppler ne concerne pas les atomes, il ne concerne que l'observateur.
Penser qu'un atome est un observateur est une affabulation : On est dans les sciences et on ne s'invente pas n'importe quoi.

Tout ce qu'il faudrait définir pour simuler leur comportement, c'est un point de départ, un élan de départ, une échelle de temps, et une échelle de distance

C'est le moindre de tes problèmes. Tu ne comprends pas ce que sont les atomes, leurs propriétés et leur physique, et donc tu t'inventes des trucs qui ne sont pas de la science.
Ca a le look mais ce n'en est pas.

Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait...

Permet moi de te dire que tu en as une sacrée couche.





avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par pierre_b le Mar 23 Sep 2014 - 8:47

M'enfin a écrit:Regarde sur ta clef à molette, c'est plein de petits pas.
Penses-tu vraiment que je n'aie pas de visée?
avatar
pierre_b
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1214
Localisation : nord du lot
Identité métaphysique : c'est à dire?
Humeur : c'est suivant
Date d'inscription : 09/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Mar 23 Sep 2014 - 15:07

Message modéré article 2
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Mar 23 Sep 2014 - 15:58

Message modéré - Article 2
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Mar 23 Sep 2014 - 17:20

dedale a écrit:
Je ne mélangeais pas tout, mais tu n'arrivais pas à accepter l'idée que les atomes puissent émettre de la lumière quand ils sont liés, comme dans une molécule. C'est fondamental, si tu rejettes cette possibilité, impossible pour toi d'admettre les petits pas.

Tu mélangeais le spectre des éléments atomiques avec la longueur d'onde.
Faux, je sais très bien ce qu'est un spectre.

Puis je me fous des idées
J'ai remarqué figure-toi donc!

: Est-ce que les atomes émettent de la lumière quand ils sont liés? Oui ou non?
Si c'est juste une "possibilité", ça ne me dit pas si c'est vrai ou pas.
Une hypothèse n'est jamais définie comme vraie, elle reste à démontrer. Ça fait au moins dix fois que je le répète.

Et comment peux-tu définir si c'est vrai ou pas puisque c'est imaginaire?
Bis

Se croire les seuls observateurs de l'univers serait admettre que nous sommes privilégiés, ce qui n'est pas objectif, et mène à l'impression d'épicycles.
Nous sommes des observateurs. C'est un fait. Aucun rapport avec la croyance d'être les seuls ou pas.
Il y avait "épicycles" dans mon argument, t'as fait semblant de pas le voir?

Dedale a écrit:
C'est mon nouveau style: quand ça va pas d'une manière, je change quelque chose. J'ai décidé de te renvoyer ton dénigrement en me moquant.
Et en te moquant de quoi?
Devine!

Dedale a écrit:
Les atomes n'ont as besoin de coordonnées pour exécuter les petits pas
Pourtant l'effet doppler nécessite des paramètres pour être calculé.
Le seul paramètre utile, c'est la fréquence d'origine. C'est en supposant que le spectre des atomes est le même pour tous les atomes de l'univers que l'on peut mesurer l'effet doppler dû au mouvement des astres par rapport à nous. Et c'est en sachant que l'onde reçue est la même que l'onde émise qu'on peut se servir d'un radar routier pour calculer l'effet doppler provoqué par un véhicule en mouvement par rapport à nous.

Dedale a écrit:
ils les exécutent en observant la lumière des autres atomes et en y annulant l'effet doppler.
Tu dis n'importe quoi : Rien ne peut annuler l'effet doppler.
C'est toi qui dit n'importe quoi. Pour annuler l'effet doppler d'un radar routier par exemple, il suffit que le policier aille à la même vitesse que le véhicule observé. C'est le principe même du référentiel. La seule différence avec les petits pas, c'est que la vitesse varie, mais il est parfaitement possible d'annuler l'effet doppler quand la vitesse varie dans le cas du radar routier, il suffit que le policier fasse varier sa propre vitesse au gré de la variation de l'effet doppler, donc qu'il annule constamment la vitesse inscrite sur son radar.

Dedale a écrit:
Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait...
Permet moi de te dire que tu en as une sacrée couche.
Voici le contexte, les gens jugeront:

"Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait s'il avait à conserver son synchronisme avec les autres atomes. Sans autre repère que leur lumière, il ne pourrait pas déceler son mouvement par rapport à eux puisqu'ils serait déjà en train d'agir pour annuler avec une précision absolue la seule indication qu'il aurait de ce mouvement: l'effet doppler."
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par Bulle le Jeu 25 Sep 2014 - 13:41

M'enfin a écrit:
Dedale a écrit:
Du point de vue d'un atome,
Les atomes n'ont pas de point de vue.
Je vois! Tu sembles avoir de la difficulté avec la définition d'un observateur. Tsé, le petit démon qui voit tout mais ne perturbe rien!
Je ne comprends pas ce que tu veux dire, pourrais-tu développer ?
Autrement que par la théorie fantaisiste du m'enfin qui se met à la place d'un atome of course rire

_________________
Hello Invité !  Le du 01novembre est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 42716
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par pierre_b le Jeu 25 Sep 2014 - 14:32

Ce doit être par excès de modestie...
avatar
pierre_b
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1214
Localisation : nord du lot
Identité métaphysique : c'est à dire?
Humeur : c'est suivant
Date d'inscription : 09/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Jeu 25 Sep 2014 - 18:21

Bulle a écrit:
M'enfin a écrit:
Dedale a écrit:
Du point de vue d'un atome,
Les atomes n'ont pas de point de vue.
Je vois! Tu sembles avoir de la difficulté avec la définition d'un observateur. Tsé, le petit démon qui voit tout mais ne perturbe rien!
Je ne comprends pas ce que tu veux dire, pourrais-tu développer ?
Autrement que par la théorie fantaisiste du m'enfin qui se met à la place d'un atome of course rire
Je parlais du démon de Maxwell, celui qui sert aux expériences de pensées. Dedale s'obstine à ne pas vouloir que l'on puisse se mettre à la place d'un atome, je lui rappelle tout simplement que le démon en question est dans tous les manuels de physique, et qu'il permet toujours de faire des observations virtuelles.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Sam 27 Sep 2014 - 15:57

M'enfin a écrit:
dedale a écrit:Tu mélangeais le spectre des éléments atomiques avec la longueur d'onde.
Faux, je sais très bien ce qu'est un spectre.

Ne m'oblige pas à aller chercher dans le forum, des extraits de tes élucubrations.

Si c'est juste une "possibilité", ça ne me dit pas si c'est vrai ou pas.
Une hypothèse n'est jamais définie comme vraie, elle reste à démontrer. Ça fait au moins dix fois que je le répète.

Une hypothèse est toujours fondée sur des éléments vérifiables.
On ne fait pas d'hypothèse sur la disparition des dinosaures si ces derniers n'ont pas disparu.
Que, que soit le nombre de fois qu'on te le répète, ça fait toujours autant "pschitt!".

Et comment peux-tu définir si c'est vrai ou pas puisque c'est imaginaire?
Bis

Idem.

Il y avait "épicycles" dans mon argument, t'as fait semblant de pas le voir?

Ce n'était pas un argument.

Le seul paramètre utile, c'est la fréquence d'origine. C'est en supposant que le spectre des atomes est le même pour tous les atomes de l'univers que l'on peut mesurer l'effet doppler dû au mouvement des astres par rapport à nous. Et c'est en sachant que l'onde reçue est la même que l'onde émise qu'on peut se servir d'un radar routier pour calculer l'effet doppler provoqué par un véhicule en mouvement par rapport à nous.

Ca me fait penser à la "mécanique ontologique" de Gurdjieff.
C'est tellement plus simple d'apprendre la physique et de savoir enfin de quoi on parle.

C'est toi qui dit n'importe quoi. Pour annuler l'effet doppler d'un radar routier par exemple, il suffit que le policier aille à la même vitesse que le véhicule observé. C'est le principe même du référentiel.

Un radar doppler-fitzeau est fabriqué pour calculer les décalages de longueurs d'ondes : Ce décalage peut avoir une valeur nulle, bien sûr. Mais ça n'annule rien : Le radar (mobile) mesurera toujours ta vitesse et indiquera si tu vas trop vite ou pas. Tu ne comprends toujours pas ce qu'est l'effet doppler : C'est le calcul d'un décalage entre 2 longueurs d'ondes.
Mais pour les atomes, on fait comment? Eux ne calculent rien. Comment peuvent-ils annuler un calcul qu'ils ne font pas?

dedale a écrit:Pourtant l'effet doppler nécessite des paramètres pour être calculé.
Le seul paramètre utile, c'est la fréquence d'origine

La longueur d'onde de la lumière observée.

C'est en supposant que le spectre des atomes est le même pour tous les atomes de l'univers que l'on peut mesurer l'effet doppler dû au mouvement des astres par rapport à nous.

Ne t'invente pas des âneries : Les atomes, les corps, émettent de la lumière qui, elle, possède une longueur d'onde.
- Plus la source lumineuse est éloignée, plus elle est dans l'infrarouge et plus elle st prioche, plus elle st dans l'UV - c'est ça le spectre.

Ces spectres d'émission des corps de la physique sont à différencier des spectres de rayonnement électromagnétique (spectres de raies) qui eux permettent de déterminer la prédominance de composants chimiques.
Le spectre d'émission est celui de la lumière, et la lumière est la même partout dans l'univers (photon).
Mais pas contre, chaque élément chimique (carbone, hydrogène, silicium, etc) possède son propre spectre de raies, nommé ainsi parce que le spectre en question forme des raies lumineuses et sombres.

Et c'est en sachant que l'onde reçue est la même que l'onde émise qu'on peut se servir d'un radar routier pour calculer l'effet doppler provoqué par un véhicule en mouvement par rapport à nous.

Quel rapport avec les atomes?

La seule différence avec les petits pas, c'est que la vitesse varie, mais il est parfaitement possible d'annuler l'effet doppler quand la vitesse varie dans le cas du radar routier, il suffit que le policier fasse varier sa propre vitesse au gré de la variation de l'effet doppler, donc qu'il annule constamment la vitesse inscrite sur son radar.

Tu n'annules rien : Simplement, ton décalage a une valeur nulle.
Le produit de ton calcul doppler (le décalage) = 0. Mais ton radar peut toujours calculer la vitesse du véhicule qui sera la même que la tienne.

Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait...
Permet moi de te dire que tu en as une sacrée couche.

Voici le contexte, les gens jugeront:

"Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait s'il avait à conserver son synchronisme avec les autres atomes. Sans autre repère que leur lumière, il ne pourrait pas déceler son mouvement par rapport à eux puisqu'ils serait déjà en train d'agir pour annuler avec une précision absolue la seule indication qu'il aurait de ce mouvement: l'effet doppler."

Tu n'es plus à une couche près.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Sam 27 Sep 2014 - 17:26

dedale a écrit:
M'enfin a écrit:
dedale a écrit:Tu mélangeais le spectre des éléments atomiques avec la longueur d'onde.
Faux, je sais très bien ce qu'est un spectre.
Ne m'oblige pas à aller chercher dans le forum, des extraits de tes élucubrations.
Je sais très bien ce qu'est un spectre, tu peux chercher tant que tu voudras.

Dedale a écrit:
Si c'est juste une "possibilité", ça ne me dit pas si c'est vrai ou pas.
Une hypothèse n'est jamais définie comme vraie, elle reste à démontrer. Ça fait au moins dix fois que je le répète.
Une hypothèse est toujours fondée sur des éléments vérifiables.
On ne fait pas d'hypothèse sur la disparition des dinosaures si ces derniers n'ont pas disparu.
Que, que soit le nombre de fois qu'on te le répète, ça fait toujours autant "pschitt!".
Ridicule! On fait des hypothèse sur la raison de leur disparition, pas sur leur disparition!!!

Dedale a écrit:
Il y avait "épicycles" dans mon argument, t'as fait semblant de pas le voir?
Ce n'était pas un argument.
Tu as fait semblant ou pas?

Dedale a écrit:
C'est toi qui dit n'importe quoi. Pour annuler l'effet doppler d'un radar routier par exemple, il suffit que le policier aille à la même vitesse que le véhicule observé. C'est le principe même du référentiel.
Un radar doppler-fitzeau est fabriqué pour calculer les décalages de longueurs d'ondes : Ce décalage peut avoir une valeur nulle, bien sûr. Mais ça n'annule rien : Le radar (mobile) mesurera toujours ta vitesse et indiquera si tu vas trop vite ou pas. Tu ne comprends toujours pas ce qu'est l'effet doppler : C'est le calcul d'un décalage entre 2 longueurs d'ondes.
Ce n'est pas possible que tu me croies si stupide et que tu me répondes, conclusion, ou bien tu ne comprends pas ce que je dis, ou bien tu fais semblant.

Mais pour les atomes, on fait comment?  Eux ne calculent rien. Comment peuvent-ils annuler un calcul qu'ils ne font pas?
Ils n'ont pas besoin de calculer: quand la lumière atteint un petit pas, si sa première impulsion ne se présente pas exactement au début du pas, le pas allonge ou raccourcit pour y être en phase, et il se maintient en phase de la même manière jusqu'à la fin de l'impulsion, ce qui signifie que la fin du pas doit coïncider avec la fin de l'impulsion.

Dedale a écrit:
C'est en supposant que le spectre des atomes est le même pour tous les atomes de l'univers que l'on peut mesurer l'effet doppler dû au mouvement des astres par rapport à nous.
Ne t'invente pas des âneries : Les atomes, les corps, émettent de la lumière qui, elle, possède une longueur d'onde.
- Plus la source lumineuse est éloignée, plus elle est dans l'infrarouge et plus elle st prioche, plus elle st dans l'UV - c'est ça le spectre.
Ces spectres d'émission des corps de la physique sont à différencier des spectres de rayonnement électromagnétique (spectres de raies) qui eux permettent de déterminer la prédominance de composants chimiques.
Le spectre d'émission est celui de la lumière, et la lumière est la même partout dans l'univers (photon).
Mais pas contre, chaque élément chimique (carbone, hydrogène, silicium, etc) possède son propre spectre de raies, nommé ainsi parce que le spectre en question forme des raies lumineuses et sombres.
C'est ça, il est stupide, alors on va lui donner une petite leçon! Quel âge as-tu?

Dedale a écrit:
La seule différence avec les petits pas, c'est que la vitesse varie, mais il est parfaitement possible d'annuler l'effet doppler quand la vitesse varie dans le cas du radar routier, il suffit que le policier fasse varier sa propre vitesse au gré de la variation de l'effet doppler, donc qu'il annule constamment la vitesse inscrite sur son radar.
Tu n'annules rien : Simplement, ton décalage a une valeur nulle.
Le produit de ton calcul  doppler (le décalage) = 0. Mais ton radar peut toujours calculer la vitesse du véhicule qui sera la même que la tienne.
Si tu es à l'arrêt et que tu détectes qu'un véhicule s'en vient vers toi avec ton radar, c'est qu'il y a de l'effet doppler, et tu peux parfaitement annuler cet effet en accélérant jusqu'à ce que ta vitesse devienne la même que celle du véhicule en question. Quand je parle d'annuler l'effet doppler, c'est ça que je veux dire, mais je crois que tu le sais très bien.

Dedale a écrit:
Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait...
Permet moi de te dire que tu en as une sacrée couche.

Voici le contexte, les gens jugeront:

"Mes arguments sont ceux qu'un atome aurait s'il avait à conserver son synchronisme avec les autres atomes. Sans autre repère que leur lumière, il ne pourrait pas déceler son mouvement par rapport à eux puisqu'ils serait déjà en train d'agir pour annuler avec une précision absolue la seule indication qu'il aurait de ce mouvement: l'effet doppler."

Tu n'es plus à une couche près.
Tu n'est plus à un non-argument près.


Dernière édition par M'enfin le Sam 27 Sep 2014 - 17:29, édité 1 fois
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Sam 27 Sep 2014 - 17:28

Bulle a écrit:Je ne comprends pas ce que tu veux dire, pourrais-tu développer ?

Je ne te connaissais pas ce caractère maso sourire

avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Sam 27 Sep 2014 - 17:57

M'enfin a écrit:Je sais très bien ce qu'est un spectre, tu peux chercher tant que tu voudras.

Ben non, tu confonds. Tu crois que les atomes émettent des spectres.
Donc tu ne sais pas et il n'y a pas besoin de chercher : Il suffit d'attendre tranquillement que tu dises une ânerie, et comme ce n'est pas rare.

Dedale s'obstine à ne pas vouloir que l'on puisse se mettre à la place d'un atome, je lui rappelle tout simplement que le démon en question est dans tous les manuels de physique, et qu'il permet toujours de faire des observations virtuelles.

Une observation virtuelle n'est pas un point de vue absurde, sorti tout droit d'un manuel "guide pratique du grand n'importe quoi pourvu que ça mousse".
Vu ce que tu en raconte des atomes, tu es loin d'y être à leur place.

Ridicule! On fait des hypothèse sur la raison de leur disparition, pas sur leur disparition!!!

Et donc t'as pas compris que ça signifiait la même chose?

Tu as fait semblant ou pas?

Devine! sourire

quand la lumière atteint un petit pas

Comment la lumière atteint un petit pas?

si sa première impulsion ne se présente pas exactement au début du pas, le pas allonge ou raccourcit pour y être en phase, et il se maintient en phase de la même manière jusqu'à la fin de l'impulsion, ce qui signifie que la fin du pas doit coïncider avec la fin de l'impulsion.

- Quelle impulsion?
- Pourquoi cela allonge-t-il ou raccourcit-il un pas?
- Comment la phase se crée-t-elle?
- Une impulsion ne concerne que le début d'un mouvement (sa poussée, son accélération, son démarrage....) : Pourquoi dans ce cas précis, l'impulsion se poursuit jusqu'à la fin du mouvement?

C'est ça, il est stupide, alors on va lui donner une petite leçon! Quel âge as-tu?

Tu n'arriverais même pas à suivre ma petite têtarde de 11 ans.

Si tu es à l'arrêt et que tu détectes qu'un véhicule s'en vient vers toi avec ton radar, c'est qu'il y a de l'effet doppler, et tu peux parfaitement annuler cet effet en accélérant jusqu'à ce que ta vitesse devienne la même que celle du véhicule en question. Quand je parle d'annuler l'effet doppler, c'est ça que je veux dire, mais je crois que tu le sais très bien.

Dans tout calcul, un paramètre peut être à 0.
Mais en ce qui concerne notre sujet :
- Pour tous les atomes, comment on fait?

Tu n'est plus à un non-argument près.

tu peux toujours rajouter des surcouches, ça ne cachera pas les défauts de la structure..
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Sam 27 Sep 2014 - 18:46

dedale a écrit:
M'enfin a écrit:Je sais très bien ce qu'est un spectre, tu peux chercher tant que tu voudras.
Ben non, tu confonds. Tu crois que les atomes émettent des spectres.
Donc, si je comprends bien, tu crois que je crois qu'un atome donné émet toutes les fréquences de son spectre en même temps, c'est ça? Au lieu de t'amuser à prendre les gens pour des demeurés, pourquoi t'essayes pas de comprendre ce qu'ils disent?

Dedale a écrit:
Ridicule! On fait des hypothèse sur la raison de leur disparition, pas sur leur disparition!!!
Et donc t'as pas compris que ça signifiait la même chose?
C'est ça, continue à jouer sur les mots.

Dedale a écrit:
Tu as fait semblant ou pas?
Devine! sourire
Qu'est-ce que ça te donne de faire semblant, de donner l'impression aux autres que tu dis vrai alors que tu sais que tu frimes?

Dedale a écrit:
quand la lumière atteint un petit pas
Comment la lumière atteint un petit pas?
En percutant un atome.

Dedale a écrit:
si sa première impulsion ne se présente pas exactement au début du pas, le pas allonge ou raccourcit pour y être en phase, et il se maintient en phase de la même manière jusqu'à la fin de l'impulsion, ce qui signifie que la fin du pas doit coïncider avec la fin de l'impulsion.
- Quelle impulsion?
Je venais de parler de lumière, et j'enchaine sur ses impulsions, à ton avis, de quelle sorte d'impulsions s'agit-il? Si tu me suivais un peu, tu saurais que je parle d'impulsions pour la lumière et de petits pas pour la matière.

- Pourquoi cela allonge-t-il ou raccourcit-il un pas?
Pour que les pas des deux atomes demeurent synchronisés, donc pour qu'ils puissent rendre compte du changement de vitesse de leur molécule sans changer de fréquence.

- Comment la phase se crée-t-elle?
Les pas coïncident aux impulsions lumineuses incidentes depuis toujours, donc ils sont en phase depuis toujours.

- Une impulsion ne concerne que le début d'un mouvement (sa poussée, son accélération, son démarrage....) : Pourquoi dans ce cas précis, l'impulsion se poursuit jusqu'à la fin du mouvement?
Il s'agit d'impulsions lumineuses, qui doivent coïncider aux petits pas du début à la fin, une impulsion, un pas.
dedale a écrit:
C'est ça, il est stupide, alors on va lui donner une petite leçon! Quel âge as-tu?
Tu n'arriverais même pas à suivre ma petite têtarde de 11 ans.
Ça te met dans les quarante ans, donc ton comportement n'est pas dû à l'âge: tu dois avoir ça dans le sang comme on dit.

Dedale a écrit:
Si tu es à l'arrêt et que tu détectes qu'un véhicule s'en vient vers toi avec ton radar, c'est qu'il y a de l'effet doppler, et tu peux parfaitement annuler cet effet en accélérant jusqu'à ce que ta vitesse devienne la même que celle du véhicule en question. Quand je parle d'annuler l'effet doppler, c'est ça que je veux dire, mais je crois que tu le sais très bien.
Dans tout calcul, un paramètre peut être à 0.
Mais en ce qui concerne notre sujet :
- Pour tous les atomes, comment on fait?
Si tous les atomes exécutent leurs petits pas simultanément, ils sont tous à zéro en même temps quand ils se trouvent entre deux pas, mais vu que les atomes ne possèdent pas tous les mêmes fréquences, il faut se référer aux pas de leurs composants pour leur attribuer un paramètre commun.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Dim 28 Sep 2014 - 19:29

dedale a écrit:
Au lieu de t'amuser à prendre les gens pour des demeurés, pourquoi t'essayes pas de comprendre ce qu'ils disent?
Et si ce qu'ils disent en fait des demeurés, qu'est-ce que je peux y faire?
C'est très très simple: soit tu ne discutes pas avec eux, soit tu les traites gentiment. Mais tu es probablement du genre à avoir donné des claques à ton enfant quand il ne comprenait pas.

Dedale a écrit:
M'enfin a écrit:
dedale a écrit:
M'enfin a écrit:Ridicule! On fait des hypothèse sur la raison de leur disparition, pas sur leur disparition!!!
Et donc t'as pas compris que ça signifiait la même chose?
C'est ça, continue à jouer sur les mots.
Et je t'expliquais qu'une hypothèse était toujours fondée sur des arguments vérifiables, avant que tu ne te défiles comme à ton habitude.
Ça fait plusieurs fois que je te dis que c'est faux: une hypothèse doit être basée sur les données, et non sur des arguments, parce que les arguments ont trait à d'autres théories, que les théories changent, et qu'il n'y a que les données qui ne changent pas.

Qu'est-ce que ça te donne de faire semblant, de donner l'impression aux autres que tu dis vrai alors que tu sais que tu frimes?
Tu tortilles et tu retortilles, et ça m'amuse.
Tu es ce que j'appellerais un tortillonnaire. Si tu étais dans un pays totalitaire, tu serais tout simplement un tortionnaire. J'adore prendre des points godwin en dénonçant les tortillonnaires.

Dedale a écrit:
dedale a écrit:Comment la lumière atteint un petit pas?
En percutant un atome.
Un électron ne peut être percuté que par un photon d'énergie strictement égale à l'énergie nécessaire à l'électron pour passer de son niveau d'énergie actuel (c'est-à-dire son orbitale) à un autre plus élevé qui correspond à une orbitale plus haute (plus loin de l'atome). Le photon qui transmet son énergie à l'électron est détruit. L'électron sauteur est dit excité. Un atome contenant au moins un électron excité est dit ionisé. Mais être excité est un état très instable et l'électron va revenir très rapidement à son niveau d'énergie d'origine. Mais l'énergie qu'il lui a fallu absorber pour s'exciter, il va falloir qu'il le rende pour retourner à son orbitale d'origine (appelée aussi état fondamental). Cette énergie prendra la forme d'un nouveau photon de même énergie qui celui qui avait percuté l'électron, ces deux photons auront donc la même couleur.
source : recopie DS Quillet.
Ceci vaut pour les observations faites à l'extérieur des molécules, pas entre deux atomes d'une même molécule, parce que les observations montrent qu'il n'y a aucune énergie qui s'échappe de leur liaison, alors qu'on sait très bien qu'ils doivent en échanger pour effectuer leur liaison.

Donc quel est le rapport avec les petits pas et quel en est le mécanisme physique?
Nous ignorons le mécanisme physique qui justifie les liaisons atomiques, la théorie dit seulement qu'ils échangent des électrons. On peut quantifier les liaisons en observant l'énergie dégagée ou absorbée lors d'une réaction chimique, ou encore lors d'une ionisation ou d'une recombinaison, mais on ne sait pas ce qui se passe entre deux atomes en liaison puisque aucune énergie n'en ressort. Ce que je propose, mais là je me répète, c'est que leur échange soit constant, quantifié, et limité à c, de sorte qu'il y aurait de l'effet doppler sur l'énergie qu'ils échangent si on en bougeait un seul, mais puisque la longueur de leur lien est constante et doit rester constante même si on en bouge un seul, le deuxième atome devrait bouger dès que l'énergie varie, donc dès que l'effet doppler se ferait sentir sur lui si cette énergie est quantifiée. Par ailleurs, même si l'effet doppler n'était pas en cause, deux atomes en liaison ne pourraient pas bouger en même temps si leur liaison n'était pas instantanée, de sorte que cela devrait produire les mêmes petits pas si on en bougeait un seul.

Dedale a écrit:
Je venais de parler de lumière, et j'enchaine sur ses impulsions, à ton avis, de quelle sorte d'impulsions s'agit-il?
C'est très exactement la question que je te pose : En, quoi la lumière est-elle une impulsion et dans le cas que tu présentes, une quantité de mouvement?
L'effet Mössbauer montre qu'un photon gamma peut provoquer le recul d'un atome même s'il n'est pas supposé posséder de masse.

Dedale a écrit:
- Pourquoi cela allonge-t-il ou raccourcit-il un pas?
Pour que les pas des deux atomes demeurent synchronisés, donc pour qu'ils puissent rendre compte du changement de vitesse de leur molécule sans changer de fréquence.
Je n''attendais pas à un "pour que..." mais à un "parce que...", une explication : vu que le système blabla on observe une synchronisation; telle force opère sur...., telle énergie....., produisant tel mouvement, en raison de telle impulsion de manière à ce que...blabla.. etc.
Je change fréquence de liaison pour énergie de liaison dans mon explication pour voir si tu comprendras mieux. Si les petits pas existent, deux atomes faisant partie d'une molécule au repos échangent de l'énergie à une fréquence constante sans provoquer d'effet doppler entre eux, autrement dit ils exécutent des petits pas de longueur et de direction nulle, ils piétinent sur place quoi, mais dès que tu en bouges un en direction de l'autre atome, tu le forces à exécuter des pas d'une longueur non nulle, tu le forces à allonger ses pas, ce qui change la fréquence de l'énergie de liaison qu'il envoie en direction de l'autre atome, et quand cette énergie atteindra l'autre atome, il devra allonger ses pas lui aussi pour ne pas recevoir une énergie de liaison trop forte. Il y a une compression et une décompression de l'énergie échangée entre les deux atomes, mais à des moments différents, de sorte que les pas s'entraînent les uns les autres dès qu'on en allonge ou en raccourcit un.

Dedale a écrit:
Les pas coïncident aux impulsions lumineuses incidentes depuis toujours, donc ils sont en phase depuis toujours.
Comment, par quel processus?
Fondamentalement, les atomes conservent leur phase parce qu'ils sont en contact entre eux depuis toujours par l'intermédiaire de leur lumière. Dans le cas des particules, on voit comment ils arrivent à conserver leur énergie de liaison, donc la fréquence qui y correspond. Dans le cas de la gravitation, le mécanisme est fondamentalement le même, sauf que l'énergie échangée est considérablement plus faible, mais les atomes agissent encore pour demeurer en phase avec l'énergie qu'ils reçoivent des autres atomes. On pourra en parler plus longuement si on s'entend sur le mécanisme des pas qui justifie le mouvement inertiel, parce que je crois que c'est du décalage des pas lors du mouvement inertiel dont dépend la gravitation.

Dedale a écrit:
Il s'agit d'impulsions lumineuses, qui doivent coïncider aux petits pas du début à la fin, une impulsion, un pas.
Idem. Comment, par quel processus? Pour le moment, on dit : Amen!
Je reviens à l'énergie de liaison: si elle est quantifiée, l'avance ou le recul des atomes se fera par impulsion, des impulsions physiques cette fois-ci, qui doivent être au moins aussi précises que les variations d'énergie de liaison, donc des impulsions électromagnétiques si c'est le cas.

Dedale a écrit:
Si tous les atomes exécutent leurs petits pas simultanément, ils sont tous à zéro en même temps quand ils se trouvent entre deux pas, mais vu que les atomes ne possèdent pas tous les mêmes fréquences, il faut se référer aux pas de leurs composants pour leur attribuer un paramètre commun.
Tu es bien sûr de parler des atomes de la physique? Parce que si tes atomes sont imaginaires, tu peux leur donner absolument toutes les caractéristiques que tu veux. Ca n'a pas de réalité. En fait, tu me parles d'une forme supposée d'intrication, plus ou moins, mais sur le plan d'une physique classique subjectiviste.
C'est un peu comme les théories qui concernent dieu, les E.T, les fées, les lutins, et tout le bataclan : "un jour vous verrez que j'ai raison..."
À ce que je sache, l'énergie de liaison n'a rien à voir avec l'intrication. Mais tu devrais pourtant avoir remarqué que je crois pas du tout au bataclan dont tu parles. De l'énergie de liaison, c'est mesurable, on peut même mesurer le déficit de masse dû à ces liaisons. La masse vient des petits pas, elle vient de leur résistance à un changement de fréquence. En les analysant, on pourrait déterminer comment cette résistance dans le cas d'une particule isolée se transforme en déficit de masse pour deux particules marchant du même pas.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Lun 29 Sep 2014 - 2:50

C'est très très simple: soit tu ne discutes pas avec eux, soit tu les traites gentiment. Mais tu es probablement du genre à avoir donné des claques à ton enfant quand il ne comprenait pas.

Ne sois pas mesquin, stp.

dedale a écrit:Et je t'expliquais qu'une hypothèse était toujours fondée sur des arguments vérifiables, avant que tu ne te défiles comme à ton habitude.
Ça fait plusieurs fois que je te dis que c'est faux: une hypothèse doit être basée sur les données, et non sur des arguments, parce que les arguments ont trait à d'autres théories, que les théories changent, et qu'il n'y a que les données qui ne changent pas.

Mais qu'est-ce que tu crois que c'est des "arguments vérifiables"?  Des données, des paramètres, des observations, ou des théories valides, auxquelles ton hypothèse se réfère.
Les données peuvent changer oui.

Tu es ce que j'appellerais un tortillonnaire.

Moi j'observe, donc je suis un tortillologue.

Si tu étais dans un pays totalitaire, tu serais tout simplement un tortionnaire. J'adore prendre des points godwin en dénonçant les tortillonnaires.

Au lieu de jouer au martyr, sors moi une hypothèse avec des arguments vérifiables.

Un électron ne peut être percuté que par un photon d'énergie strictement égale à l'énergie nécessaire à l'électron pour passer de son niveau d'énergie actuel (c'est-à-dire son orbitale) à un autre plus élevé qui correspond à une orbitale plus haute (plus loin de l'atome). Le photon qui transmet son énergie à l'électron est détruit. L'électron sauteur est dit excité. Un atome contenant au moins un électron excité est dit ionisé. Mais être excité est un état très instable et l'électron va revenir très rapidement à son niveau d'énergie d'origine. Mais l'énergie qu'il lui a fallu absorber pour s'exciter, il va falloir qu'il le rende pour retourner à son orbitale d'origine (appelée aussi état fondamental). Cette énergie prendra la forme d'un nouveau photon de même énergie qui celui qui avait percuté l'électron, ces deux photons auront donc la même couleur.
source : recopie DS Quillet.
Ceci vaut pour les observations faites à l'extérieur des molécules,

Il s'agit des photons qui percutent les champs électroniques des atomes.

pas entre deux atomes d'une même molécule, parce que les observations montrent qu'il n'y a aucune énergie qui s'échappe de leur liaison, alors qu'on sait très bien qu'ils doivent en échanger pour effectuer leur liaison.

Ca n'a pas de rapport : C'est toi qui parlais de photons qui percutaient les atomes.
Si tu parles de liaison atomique,  de structure moléculaire, il s'agit d'un partage d'électrons - tu es mal renseigné.

Nous ignorons le mécanisme physique qui justifie les liaisons atomiques,
la théorie dit seulement qu'ils échangent des électrons.

Ce genre de liaison s''explique par des phénomènes électrostatiques, à la base.

On peut quantifier les liaisons en observant l'énergie dégagée ou absorbée lors d'une réaction chimique, ou encore lors d'une ionisation ou d'une recombinaison, mais on ne sait pas ce qui se passe entre deux atomes en liaison puisque aucune énergie n'en ressort.

C'est contradictoire ce que tu dis : Si tu peux quantifier l'énergie des liaisons, c'est que de l'énergie en ressort.
Simplement, certaines liaisons ne sont pas engendrées par les atomes eux-mêmes mais par la cinétique du système, des champs, auxquels ils obéissent, qui les contraignent par exemple, à se rapprocher et interpénétrer leurs champs électroniques.
Il y a des modèles, difficile de parler de ça globalement à moins de résumer à l'électrostatique. Mais pour d'autres interactions, il faut de la physique quantique.

Ce que je propose, mais là je me répète, c'est que leur échange soit constant, quantifié, et limité à c, de sorte qu'il y aurait de l'effet doppler sur l'énergie qu'ils échangent si on en bougeait un seul,

Déjà, ça n'a aucun rapport l'effet doppler. Ils échangent, partagent, des électrons : Comment et à quoi tu appliques l'effet doppler?
Puis tu ne bouges pas un électron : C'est une onde électrique formant une couche autour d'un noyau atomique, et il y a liaison quand 2 atomes interpénètrent ces couches et possèdent de l'énergie électrostatique donc attractionnelle, en commun.

mais puisque la longueur de leur lien est constante et doit rester constante même si on en bouge un seul, le deuxième atome devrait bouger dès que l'énergie varie, donc dès que l'effet doppler se ferait sentir sur lui si cette énergie est quantifiée.

Tu as encore sauté d'un sujet à l'autre, alors qu'il n'y a absolument aucun rapport : Tu reviens à tes petits pas.

Tu fais le même coup avec les photons, les liaisons atomiques, le boson de Higgs, la relativité : Soit on ne sait pas, soit ça n'explique rien - juste pour pouvoir revenir à tes petits pas.
C'est l'inverse : Les théories qui, pour toi, n'expliquent rien, fonctionnent très bien en réalité.
La cinétique des atomes est connue : Pas la peine d'en inventer qui n'existe pas. Il y a déjà beaucoup de choses à développer sur la base de ce qui est connu.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Lun 29 Sep 2014 - 13:47

L'effet Mössbauer montre qu'un photon gamma peut provoquer le recul d'un atome même s'il n'est pas supposé posséder de masse.
Le photon gamma est radioactif : Vu que son énergie est supérieure à, la masse au repos de la particule, l'énergie excédentaire est convertie en masse et en énergie cinétique quand il bombarde le noyau atomique.
C'est différent de la lumière - mais c'est bien que tu y penses parce que, moi, j'avais oublié. Ca m'oblige un peu à revoir mes cours de physique.

Et ça ne fonctionne pas puisque dans ton paragraphe suivant, tu parles des molécules : Et les rayons gamma tuent toute liaison moléculaire.

Je change fréquence de liaison pour énergie de liaison dans mon explication pour voir si tu comprendras mieux. Si les petits pas existent, deux atomes faisant partie d'une molécule au repos échangent de l'énergie à une fréquence constante sans provoquer d'effet doppler entre eux, autrement dit ils exécutent des petits pas de longueur et de direction nulle, ils piétinent sur place quoi, mais dès que tu en bouges un en direction de l'autre atome, tu le forces à exécuter des pas d'une longueur non nulle, tu le forces à allonger ses pas, ce qui change la fréquence de l'énergie de liaison qu'il envoie en direction de l'autre atome, et quand cette énergie atteindra l'autre atome, il devra allonger ses pas lui aussi pour ne pas recevoir une énergie de liaison trop forte. Il y a une compression et une décompression de l'énergie échangée entre les deux atomes, mais à des moments différents, de sorte que les pas s'entraînent les uns les autres dès qu'on en allonge ou en raccourcit un.

Je répète, les liaisons atomiques n'oint aucun rapport avec l'effet doppler, surtout dans le cas d'une structure moléculaire.
Il s'agit d'atomes qui ont des électrons en commun :la liaison c'est l'électron.

Donc quand des atomes sont ainsi liés par des électron communs, le système n'est plus atomique mais moléculaire : Il y a dissipation de l'individualité des atomes - on passe du physique au chimique.
Les atome de valence, qui possèdent des liaisons covalentes des plus simples aux plus complexes, ne sont plus des systèmes atomiques mais des systèmes moléculaires, avec des particularités que ne possèdent pas les atomes à eux  seuls, quand ils ne sont liés.
Au sein des molécules, ces liaisons sont directionnelles et se présentent généralement sous une forme géométrique stable.
Si des variations apparaissent dans la structure de ces liaisons, que les molécules deviennent instables, c'est en raison de la thermodynamique : Les températures, les champs et rayonnements électromagnétiques peuvent déstabiliser les molécules.

Fondamentalement, les atomes conservent leur phase parce qu'ils sont en contact entre eux depuis toujours par l'intermédiaire de leur lumière.

La cohésion atomique se fait grâce au noyau., ce qu'on appelle la liaison nucléaire (protons, neutrons).
Quant aux liaisons entre atomes, ce n'est pas la lumière mais les électrons.

Dans le cas des particules, on voit comment ils arrivent à conserver leur énergie de liaison, donc la fréquence qui y correspond.

Ca n'a pas vraiment de rapport la fréquence et la liaison.

Dans le cas de la gravitation, le mécanisme est fondamentalement le même, sauf que l'énergie échangée est considérablement plus faible, mais les atomes agissent encore pour demeurer en phase avec l'énergie qu'ils reçoivent des autres atomes.

La gravitation universelle comprend des systèmes macrocosmiques, ce n'est pas une histoire de liaisons atomiques mais de masse, c'est à dire de quantité de matière dont l'atome est un composant.

On pourra en parler plus longuement si on s'entend sur le mécanisme des pas qui justifie le mouvement inertiel

Comment un mouvement pourrait-il en justifier un autre sans lui-même être justifié au préalable?
L'inertie des corps est justifiée par une force, une interaction, nommée "la masse" qui se décline, sur le plan physique, par une quantité de matière d'une part, et par une quantité de mouvement, d'autre part, les 2 étant indissociables.

Si le mécanisme des pas justifiaient la masse, alors n'importe quel autre mouvement la justifierait de la même manière.
Par ailleurs, ça n'expliquerait pas pourquoi des particules ont une masse et d'autres n'en ont pas.

parce que je crois que c'est du décalage des pas lors du mouvement inertiel dont dépend la gravitation.

Qu'il y ait un décalage ou pas, ça n'a aucun rapport.
La gravitation s'observe comme une force qui attire les corps entre eux sous l'effet de leur masse.

À ce que je sache, l'énergie de liaison n'a rien à voir avec l'intrication.

Mais non, pas "l'énergie de liaison", ton système des petits pas.

La masse vient des petits pas

Elle vient du boson de Higgs, et c'est démontré. C'est confirmé une seconde fois.
Et ce sont de vrais physiciens formés et équipés pour ça, dans l'un des centres de recherche les plus avancés du monde, qui le démontrent.

elle vient de leur résistance à un changement de fréquence.

Là je te vois reparti dans des histoires sans queue ni tête.

De l'énergie de liaison, c'est mesurable, on peut même mesurer le déficit de masse dû à ces liaisons.  La masse vient des petits pas, elle vient de leur résistance à un changement de fréquence. En les analysant, on pourrait déterminer comment cette résistance dans le cas d'une particule isolée se transforme en déficit de masse pour deux particules marchant du même pas.

Comme le démontre Einstein, l'énergie de liaison n'est pas invariante : Une liaison consomme ou dans certains cas, produit de l'énergie.
C'est très logique : Si l'électron d'un atome 'a' vient se lier à l'atome 'b', alors 'a' perd un peu d'énergie et en donne à 'b'. Une liaison atomique est un partage d'énergie qui se répartit entre plusieurs atomes.

Toi tu viens ajouter sans aucune raison particulière des histoires de résistance au changement des fréquences et de petits pas, mais ça n'a pas de rapport. Et ça n'a pas d'utilité.
Il faut que les faits justifient tes théories.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Lun 29 Sep 2014 - 15:32

dedale a écrit:
C'est très très simple: soit tu ne discutes pas avec eux, soit tu les traites gentiment. Mais tu es probablement du genre à avoir donné des claques à ton enfant quand il ne comprenait pas.
Ne sois pas mesquin, stp.
On se défend comme on peut des claques qu'on reçoit.

Dedale a écrit:

Ça fait plusieurs fois que je te dis que c'est faux: une hypothèse doit être basée sur les données, et non sur des arguments, parce que les arguments ont trait à d'autres théories, que les théories changent, et qu'il n'y a que les données qui ne changent pas.
Mais qu'est-ce que tu crois que c'est des "arguments vérifiables"?  Des données, des paramètres, des observations, ou des théories valides, auxquelles ton hypothèse se réfère.
Une théorie valide n'est pas une donnée, et ce n'est pas un argument pour réfuter une nouvelle idée non plus. Si on commence à dire que les théories sont valides, il n'y aura plus aucun progrès.

Les données peuvent changer oui.
Les données peuvent s'améliorer si les appareils de mesure s'améliorent, mais elles ne peuvent certainement pas changer. Donne-moi un exemple de données qui ont changé.

Dedale a écrit:
Un électron ne peut être percuté que par un photon d'énergie strictement égale à l'énergie nécessaire à l'électron pour passer de son niveau d'énergie actuel (c'est-à-dire son orbitale) à un autre plus élevé qui correspond à une orbitale plus haute (plus loin de l'atome). Le photon qui transmet son énergie à l'électron est détruit. L'électron sauteur est dit excité. Un atome contenant au moins un électron excité est dit ionisé. Mais être excité est un état très instable et l'électron va revenir très rapidement à son niveau d'énergie d'origine. Mais l'énergie qu'il lui a fallu absorber pour s'exciter, il va falloir qu'il le rende pour retourner à son orbitale d'origine (appelée aussi état fondamental). Cette énergie prendra la forme d'un nouveau photon de même énergie qui celui qui avait percuté l'électron, ces deux photons auront donc la même couleur.
source : recopie DS Quillet.
Ceci vaut pour les observations faites à l'extérieur des molécules,
Il s'agit des photons qui percutent les champs électroniques des atomes.
Oui, lesquels champs réémettent les mêmes photons, mais pas pour servir à la liaison interatomique, pour servir à nos observations à nous, et nous ne sommes pas à ce moment-là entre deux atomes pour observer ce qu'il s'y passe.

Tu dis ceci:
Dedale a écrit:
pas entre deux atomes d'une même molécule, parce que les observations montrent qu'il n'y a aucune énergie qui s'échappe de leur liaison, alors qu'on sait très bien qu'ils doivent en échanger pour effectuer leur liaison.
Ca n'a pas de rapport : C'est toi qui parlais de photons qui percutaient les atomes. Si tu parles de liaison atomique,  de structure moléculaire, il s'agit d'un partage d'électrons - tu es mal renseigné.
Et tout de suite après je dis ceci:
M'enfin a écrit:Nous ignorons le mécanisme physique qui justifie les liaisons atomiques, la théorie dit seulement qu'ils échangent des électrons.
Ça fait plusieurs fois que je le remarque, tu réponds aux arguments sans avoir lu tout le message, et quand il se trouve que je dis plus loin ce que tu me reprochais avant, tu ne te rétractes pas et tu n'efface pas ta réponse. Ici tu commence par affirmer que je suis mal renseigné à propos de l'échange d'électrons, et quand je dis qu'il s'agit d'échange d'électrons la ligne d'après, tu enchaines sur les phénomènes électrostatiques. Ça ne te fais rien de t'être trompé à ce point à mon sujet? Tu prends plaisir à me tortillonairer quand même?

Ce genre de liaison s''explique par des phénomènes électrostatiques, à la base.
Les phénomènes électrostatiques ne sont pas instantanés, si tu bouges un atome, il faut nécessairement du temps pour que l'autre bouge.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Lun 29 Sep 2014 - 16:43

dedale a écrit:
L'effet Mössbauer montre qu'un photon gamma peut provoquer le recul d'un atome même s'il n'est pas supposé posséder de masse.
Le photon gamma est radioactif : Vu que son énergie est supérieure à, la masse au repos de la particule, l'énergie excédentaire est convertie en masse et en énergie cinétique quand il bombarde le noyau atomique. C'est différent de la lumière - mais c'est bien que tu y penses parce que, moi, j'avais oublié. Ca m'oblige un peu à revoir mes cours de physique. Et ça ne fonctionne pas puisque dans ton paragraphe suivant, tu parles des molécules : Et les rayons gamma tuent toute liaison moléculaire.
Un photon gamma est un photon comme les autres. Il n'est pas radioactif comme tu dis, il est seulement plus énergétique, sa fréquence est plus élevée. Je n'ai pas dit que les atomes échangeaient ce genre de photon, j'ai pris cet exemple pour montrer que la lumière pouvait avoir un effet sur le mouvement d'une particule. Si un photon gamma provoque un recul mesurable, il est possible que les photons moins énergétiques provoquent un effet aussi, mais non mesurable avec les techniques actuelles, et surtout, non mesurables pour un lien moléculaire qui ne laisse échapper aucune énergie.

Dedale a écrit:
Je change fréquence de liaison pour énergie de liaison dans mon explication pour voir si tu comprendras mieux. Si les petits pas existent, deux atomes faisant partie d'une molécule au repos échangent de l'énergie à une fréquence constante sans provoquer d'effet doppler entre eux, autrement dit ils exécutent des petits pas de longueur et de direction nulle, ils piétinent sur place quoi, mais dès que tu en bouges un en direction de l'autre atome, tu le forces à exécuter des pas d'une longueur non nulle, tu le forces à allonger ses pas, ce qui change la fréquence de l'énergie de liaison qu'il envoie en direction de l'autre atome, et quand cette énergie atteindra l'autre atome, il devra allonger ses pas lui aussi pour ne pas recevoir une énergie de liaison trop forte. Il y a une compression et une décompression de l'énergie échangée entre les deux atomes, mais à des moments différents, de sorte que les pas s'entraînent les uns les autres dès qu'on en allonge ou en raccourcit un.
Je répète, les liaisons atomiques n'oint aucun rapport avec l'effet doppler, surtout dans le cas d'une structure moléculaire.
Il s'agit d'atomes qui ont des électrons en commun :la liaison c'est l'électron.
Je fais un effort pour illustrer le décalage temporel de la liaison en n'utilisant pas l'effet doppler, et tu ramènes le tout à l'effet doppler. T'as pas compris ou quoi?

Quant aux liaisons entre atomes, ce n'est pas la lumière mais les électrons.
Que ce soient des électrons ou des photons ne change pas le fait que cette liaison ne peut pas être instantanée, donc qu'il y aura nécessairement un décalage du mouvement entre les deux atomes si tu bouges la molécule, parce qu'il faudra nécessairement que tu bouges un des deux atomes en premier.

Dedale a écrit:
On pourra en parler plus longuement si on s'entend sur le mécanisme des pas qui justifie le mouvement inertiel
Comment un mouvement pourrait-il en justifier un autre sans lui-même être justifié au préalable?
Voilà une question fondamentale à laquelle j'ai répondu plusieurs fois: les petits pas des atomes contiennent ceux de leurs composants, ils y sont imbriqués. Pendant qu'un atome exécute un seul pas, ses composants en exécutent des milliards, et leurs propres composants en exécutent des milliards de milliards. Quand on bouge un atome, on bouge d'abord d'un pas le plus ultime de ses composants. C'est extrêmement précis comme mécanisme, toute la distance franchie par le pas d'un atome est justifiée par la distance franchie par les pas du plus ultime de ses composants. Et c'est là que les chose se corsent, parce que si la longueur des pas des atomes sont égaux entre eux lors du mouvement constant de leur molécule, ils ne le sont pas pour leurs composants, chacun de leurs pas devant alors justifier l'inévitable variation de vitesse du pas de l'atome: lors d'un de ses pas, il y a en effet accélération puis décélération de l'atome. Cette variation de vitesse a un effet sur la liaison des composants, elle fait varier constamment son énergie, pas beaucoup puisque les pas sont très petits, mais suffisamment pour créer un décalage inattendu entre les deux échelles. C'est à ce décalage que j'attribue la gravitation.

L'inertie des corps est justifiée par une force, une interaction, nommée "la masse" qui se décline, sur le plan physique, par une quantité de matière d'une part, et par une quantité de mouvement, d'autre part, les 2 étant indissociables.
Dire qu'ils sont indissociable n'explique pas pourquoi ils le sont.

Si le mécanisme des pas justifiaient la masse, alors n'importe quel autre mouvement la justifierait de la même manière.
Par ailleurs, ça n'expliquerait pas pourquoi des particules ont une masse et d'autres n'en ont pas.
La théorie actuelle ne l'explique pas non plus, tout ce qu'on sait, c'est que les deux types de particules arborent les deux types de propriétés selon le type d'expérimentation.

Dedale a écrit:
À ce que je sache, l'énergie de liaison n'a rien à voir avec l'intrication.
Mais non, pas "l'énergie de liaison", ton système des petits pas.
Je viens juste de montrer que l'énergie de liaison avait à voir avec les petits pas, et à ce que je sache, elle n'a rien à voir avec l'intrication.

Dedale a écrit:
La masse vient des petits pas
Elle vient du boson de Higgs, et c'est démontré. C'est confirmé une seconde fois.
Et ce sont de vrais physiciens formés et équipés pour ça, dans l'un des centres de recherche les plus avancés du monde, qui le démontrent.
Le boson de Higgs est une particule comme une autre, c'est sa détection qui est confirmée, et non l'hypothèse selon laquelle il serait responsable de la masse. Par ailleurs, cette hypothèse ne concerne que la partie résistance à l'accélération de la masse, elle ne concerne pas le mouvement inertiel. Explique-moi comment le champ de résistance du boson entraîne les particules massives dans leur course!
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Mar 30 Sep 2014 - 16:08

Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais je ne vois plus mon message suivant, alors je le remets au cas où je ne serais pas le seul.

dedale a écrit:
L'effet Mössbauer montre qu'un photon gamma peut provoquer le recul d'un atome même s'il n'est pas supposé posséder de masse.
Le photon gamma est radioactif : Vu que son énergie est supérieure à, la masse au repos de la particule, l'énergie excédentaire est convertie en masse et en énergie cinétique quand il bombarde le noyau atomique. C'est différent de la lumière - mais c'est bien que tu y penses parce que, moi, j'avais oublié. Ca m'oblige un peu à revoir mes cours de physique. Et ça ne fonctionne pas puisque dans ton paragraphe suivant, tu parles des molécules : Et les rayons gamma tuent toute liaison moléculaire.
Un photon gamma est un photon comme les autres. Il n'est pas radioactif comme tu dis, il est seulement plus énergétique, sa fréquence est plus élevée. Je n'ai pas dit que les atomes échangeaient ce genre de photon, j'ai pris cet exemple pour montrer que la lumière pouvait avoir un effet sur le mouvement d'une particule. Si un photon gamma provoque un recul mesurable, il est possible que les photons moins énergétiques provoquent un effet aussi, mais non mesurable avec les techniques actuelles, et surtout, non mesurables pour un lien moléculaire qui ne laisse échapper aucune énergie.

Dedale a écrit:
Je change fréquence de liaison pour énergie de liaison dans mon explication pour voir si tu comprendras mieux. Si les petits pas existent, deux atomes faisant partie d'une molécule au repos échangent de l'énergie à une fréquence constante sans provoquer d'effet doppler entre eux, autrement dit ils exécutent des petits pas de longueur et de direction nulle, ils piétinent sur place quoi, mais dès que tu en bouges un en direction de l'autre atome, tu le forces à exécuter des pas d'une longueur non nulle, tu le forces à allonger ses pas, ce qui change la fréquence de l'énergie de liaison qu'il envoie en direction de l'autre atome, et quand cette énergie atteindra l'autre atome, il devra allonger ses pas lui aussi pour ne pas recevoir une énergie de liaison trop forte. Il y a une compression et une décompression de l'énergie échangée entre les deux atomes, mais à des moments différents, de sorte que les pas s'entraînent les uns les autres dès qu'on en allonge ou en raccourcit un.
Je répète, les liaisons atomiques n'oint aucun rapport avec l'effet doppler, surtout dans le cas d'une structure moléculaire.
Il s'agit d'atomes qui ont des électrons en commun :la liaison c'est l'électron.
Je fais un effort pour illustrer le décalage temporel de la liaison en n'utilisant pas l'effet doppler, et tu ramènes le tout à l'effet doppler. T'as pas compris ou quoi?

Quant aux liaisons entre atomes, ce n'est pas la lumière mais les électrons.
Que ce soient des électrons ou des photons ne change pas le fait que cette liaison ne peut pas être instantanée, donc qu'il y aura nécessairement un décalage du mouvement si tu bouges la molécule, parce qu'il faudra nécessairement que tu bouges un des deux atomes en premier.

Dedale a écrit:
On pourra en parler plus longuement si on s'entend sur le mécanisme des pas qui justifie le mouvement inertiel
Comment un mouvement pourrait-il en justifier un autre sans lui-même être justifié au préalable?
Voilà une question fondamentale à laquelle j'ai répondu plusieurs fois: les petits pas des atomes contiennent ceux de leurs composants, ils y sont imbriqués. Pendant qu'un atome exécute un seul pas, ses composants en exécutent des milliards, et leurs propres composants en exécutent des milliards de milliards. Quand on bouge un atome, on bouge d'abord d'un pas le plus ultime de ses composants. C'est extrêmement précis comme mécanisme, toute la distance franchie par le pas d'un atome est justifiée par la distance franchie par les pas du plus ultime de ses composants. Et c'est là que les chose se corsent, parce que si la longueur des pas des atomes sont égaux entre eux lors du mouvement constant de leur molécule, ils ne le sont pas pour leurs composants, chacun de leurs pas devant alors justifier l'inévitable variation de vitesse du pas de l'atome: lors d'un de ses pas, il y a en effet accélération puis décélération de l'atome. Cette variation de vitesse a un effet sur la liaison des composants, elle fait varier constamment son énergie, pas beaucoup puisque les pas sont très petits, mais suffisamment pour créer un décalage inattendu entre les deux échelles. C'est à ce décalage que j'attribue la gravitation.

L'inertie des corps est justifiée par une force, une interaction, nommée "la masse" qui se décline, sur le plan physique, par une quantité de matière d'une part, et par une quantité de mouvement, d'autre part, les 2 étant indissociables.
Dire qu'ils sont indissociable n'explique pas pourquoi ils le sont.

Si le mécanisme des pas justifiaient la masse, alors n'importe quel autre mouvement la justifierait de la même manière.
Par ailleurs, ça n'expliquerait pas pourquoi des particules ont une masse et d'autres n'en ont pas.
La théorie actuelle ne l'explique pas non plus, tout ce qu'on sait, c'est que les deux types de particules arborent les deux types de propriétés selon le type d'expérimentation.

Dedale a écrit:
À ce que je sache, l'énergie de liaison n'a rien à voir avec l'intrication.
Mais non, pas "l'énergie de liaison", ton système des petits pas.
Je viens juste de montrer que l'énergie de liaison avait à voir avec les petits pas, et à ce que je sache, elle n'a rien à voir avec l'intrication.

Dedale a écrit:
La masse vient des petits pas
Elle vient du boson de Higgs, et c'est démontré. C'est confirmé une seconde fois.
Et ce sont de vrais physiciens formés et équipés pour ça, dans l'un des centres de recherche les plus avancés du monde, qui le démontrent.
Le boson de Higgs est une particule comme une autre, c'est sa détection qui est confirmée, et non l'hypothèse selon laquelle il serait responsable de la masse. Par ailleurs, cette hypothèse ne concerne que la partie résistance à l'accélération de la masse, elle ne concerne pas le mouvement inertiel. Explique-moi comment le champ de résistance du boson entraîne les particules massives dans leur mouvement inertiel!
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par pierre_b le Mar 30 Sep 2014 - 16:28

Tiens y'a des commentaires arlésiens...
avatar
pierre_b
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1214
Localisation : nord du lot
Identité métaphysique : c'est à dire?
Humeur : c'est suivant
Date d'inscription : 09/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Mar 30 Sep 2014 - 17:59

Un photon gamma est un photon comme les autres.

Le "photon" est un terme générique désignant un quantum d'énergie électromagnétique.
Mais un rayonnement gamma est différent d'un rayon X, qui sont différent des ondes radio ou de la lumière.
Tout ça je n'ai pas le temps de te l'expliquer.

Il n'est pas radioactif comme tu dis, il est seulement plus énergétique, sa fréquence est plus élevée.

Le rayonnement gamma est issu de la désintégration des atomes, c'est de la pure radioactivité.

Je n'ai pas dit que les atomes échangeaient ce genre de photon, j'ai pris cet exemple pour montrer que la lumière pouvait avoir un effet sur le mouvement d'une particule.

Ben ça ne le montre pas.

Si un photon gamma provoque un recul mesurable, il est possible que les photons moins énergétiques provoquent un effet aussi, mais non mesurable avec les techniques actuelles, et surtout, non mesurables pour un lien moléculaire qui ne laisse échapper aucune énergie.

Le photon standard, le quantum de lumière, n'atteint pas le coeur des atomes comme le photon gamma : Donc les conséquences sont très différentes.
Tout ça est très mesurable avec les techniques actuelles.

Il n'y a que ce qui est imaginaire qui n'est pas mesurable, ni par les sciences ni par le reste.

Je fais un effort pour illustrer le décalage temporel de la liaison en n'utilisant pas l'effet doppler, et tu ramènes le tout à l'effet doppler. T'as pas compris ou quoi?

La liaison c'est l'électron, l'effet doppler est hors sujet.

Que ce soient des électrons ou des photons ne change pas le fait que cette liaison ne peut pas être instantanée

Les électrons et les photons, ce n'est pas du tout la même chose.
Quant à l'instantanéité dont tu parles, celle des curés, elle n'existe pas.
Un instant, quel qu'il soit,  a toujours une valeur supérieure à 0 relative à sa propre échelle qui peut être infime mais toujours positive.

donc qu'il y aura nécessairement un décalage du mouvement si tu bouges la molécule, parce qu'il faudra nécessairement que tu bouges un des deux atomes en premier.

Si tu bouges une molécule, tu imprimes un mouvement à l'ensemble, c'est à dire aux composants de cette molécule qui ne forment qu'un seul corps, en réalité.

Voilà une question fondamentale à laquelle j'ai répondu plusieurs fois:

Et je t'ai déjà dit que tes explications ne tenaient pas la route : Mais on recommence éternellement.

les petits pas des atomes contiennent ceux de leurs composants, ils y sont imbriqués. Pendant qu'un atome exécute un seul pas, ses composants en exécutent des milliards, et leurs propres composants en exécutent des milliards de milliards.

Les atomes c'est de l'énergie. Ils sont composés de protons, neutrons, etc : C'est de l'énergie élémentaire.
Tu crois que les particules de ce type se poussent les unes les autres comme à la chenillette? Attendant que les uns laissent la place aux autres pour s'imbriquer sagement?
Les particules ne s'imbriquent pas : Ce sont des champs d'énergie, des flux qui s'interfèrent selon des trajectoires et des vitesses indéterminables si on veut les mesurer simultanément.
Une particule est le pack d'énergie d'une onde.

Quand on bouge un atome, on bouge d'abord d'un pas le plus ultime de ses composants.

C'est caricatural, ça n'a aucun rapport avec la réalité.
Un atome ne possède pas de composant : C'est lui le composant de la matière, et ceci grâce à un champ électronique qui en définit son corps.
Ce champ électronique enferme de l'énergie en interaction "condensée" en un noyau qui se caractérise par des charges stables.

Le proton, par exemple, est lui-même une interaction entre plusieurs quarks dits de valence, en raison de leur liaisons.
Où pourrait-il y a voir un décalage dans tout ça? Et explicable comment au vu de la vélocité de ces énergies?

C'est extrêmement précis comme mécanisme,

On voit que tu ne connais pas les théories de la physique.

toute la distance franchie par le pas d'un atome est justifiée par la distance franchie par les pas du plus ultime de ses composants. Et c'est là que les chose se corsent, parce que si la longueur des pas des atomes sont égaux entre eux lors du mouvement constant de leur molécule, ils ne le sont pas pour leurs composants, chacun de leurs pas devant alors justifier l'inévitable variation de vitesse du pas de l'atome: lors d'un de ses pas, il y a en effet accélération puis décélération de l'atome. Cette variation de vitesse a un effet sur la liaison des composants, elle fait varier constamment son énergie, pas beaucoup puisque les pas sont très petits, mais suffisamment pour créer un décalage inattendu entre les deux échelles. C'est à ce décalage que j'attribue la gravitation.

Pour les composants à l'intérieur d'un corps (atome ou autre) rien ne change : C'est un principe très élémentaire de la physique.
C'est un peu comme si tu as une mouche dans ta voiture et que tu roules à 100 km/h. La mouche vole comme si tu étais arrêté.
C'est pareil avec un quark à l'intérieur du noyau atomique : Si tu envoies paître l'atome sur la lune, ça ne change rien pour le quark, ni pour le reste (électrons par exemple)
Dans ta théories, tu ne prends pas en compte le système, sa cohésion (ses propres lois), son unité.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par M'enfin le Mar 30 Sep 2014 - 19:31

dedale a écrit:
Un photon gamma est un photon comme les autres.
Le "photon" est un terme générique désignant un quantum d'énergie électromagnétique.
Mais un rayonnement gamma est différent d'un rayon X, qui sont différent des ondes radio ou de la lumière.
Tout ça je n'ai pas le temps de te l'expliquer.
Arrête de vouloir m'expliquer les choses que je connais.

Dedale a écrit:
Si un photon gamma provoque un recul mesurable, il est possible que les photons moins énergétiques provoquent un effet aussi, mais non mesurable avec les techniques actuelles, et surtout, non mesurables pour un lien moléculaire qui ne laisse échapper aucune énergie.
Le photon standard, le quantum de lumière, n'atteint pas le coeur des atomes comme le photon gamma : Donc les conséquences sont très différentes.
Tout ça est très mesurable avec les techniques actuelles.
Ça y est, tu as réussi à escamoter mon argument. Je te parle du recul des atomes face à de la lumière de haute fréquence, et tu dévies sur la lumière émise par les électrons qui, elle, ne provoque pas de recul. Tu admets ou non que la lumière peut provoquer du mouvement même si elle ne possède pas de masse comme telle?  

Il n'y a que ce qui est imaginaire qui n'est pas mesurable, ni par les sciences ni par le reste.
Tu ne peux vraiment pas t'en empêcher hein? Une petite pique à la fin de chaque réponse et ton égo est satisfait! Je plains les gens avec qui tu vis.

Dedale a écrit:
Je fais un effort pour illustrer le décalage temporel de la liaison en n'utilisant pas l'effet doppler, et tu ramènes le tout à l'effet doppler. T'as pas compris ou quoi?
La liaison c'est l'électron, l'effet doppler est hors sujet.
Et le décalage énergétique de la liaison, il est lui aussi hors sujet?

Dedale a écrit:
Que ce soient des électrons ou des photons ne change pas le fait que cette liaison ne peut pas être instantanée
Les électrons et les photons, ce n'est pas du tout la même chose.
Quant à l'instantanéité dont tu parles, celle des curés, elle n'existe pas.
Un instant, quel qu'il soit,  a toujours une valeur supérieure à 0 relative à sa propre échelle qui peut être infime mais toujours positive.
Pas moyen de faire la distinction entre ce qui prend du temps et ce qui n'en prend pas, prof. Dedale a encore une fois décrété qu'on ne pouvait pas! Tu peux te la mettre où je pense ton instantanéité de cu.....ré.

Dedale a écrit:
donc qu'il y aura nécessairement un décalage du mouvement si tu bouges la molécule, parce qu'il faudra nécessairement que tu bouges un des deux atomes en premier.
Si tu bouges une molécule, tu imprimes un mouvement à l'ensemble, c'est à dire aux composants de cette molécule qui ne forment qu'un seul corps, en réalité.
Tu m'en diras tant! Hé bien moi, tes propos m'en bougent une sans faire bouger l'autre, comme dirait l'autre.

Dedale a écrit:
les petits pas des atomes contiennent ceux de leurs composants, ils y sont imbriqués. Pendant qu'un atome exécute un seul pas, ses composants en exécutent des milliards, et leurs propres composants en exécutent des milliards de milliards.
Les atomes c'est de l'énergie. Ils sont composés de protons, neutrons, etc : C'est de l'énergie élémentaire.
Tu crois que les particules de ce type se poussent les unes les autres comme à la chenillette? Attendant que les uns laissent la place aux autres pour s'imbriquer sagement?
Les particules ne s'imbriquent pas : Ce sont des champs d'énergie, des flux qui s'interfèrent selon des trajectoires et des vitesses indéterminables si on veut les mesurer simultanément.
Une particule est le pack d'énergie d'une onde.
Méchant argument! J'aurais honte de présenter des arguments comme ça!

Dedale a écrit:
Quand on bouge un atome, on bouge d'abord d'un pas le plus ultime de ses composants.
C'est caricatural, ça n'a aucun rapport avec la réalité.
Un atome ne possède pas de composant : C'est lui le composant de la matière, et ceci grâce à un champ électronique qui en définit son corps.
Ce champ électronique enferme de l'énergie en interaction "condensée" en un noyau qui se caractérise par des charges stables.
Le proton, par exemple, est lui-même une interaction entre plusieurs quarks dits de valence, en raison de leur liaisons.
Où pourrait-il y a voir un décalage dans tout ça? Et explicable comment au vu de la vélocité de ces énergies?
Les protons ne seraient pas des composants d'atomes, par hasard? Et les quarks ne seraient pas des composants de protons, par hasard?

Dedale a écrit:
C'est extrêmement précis comme mécanisme,
On voit que tu ne connais pas les théories de la physique.
Arrête avec tes calomnies, tu n'as aucune idée de ce que je connais ou pas de la physique!

Pour les composants à l'intérieur d'un corps (atome ou autre) rien ne change : C'est un principe très élémentaire de la physique.
C'est un peu comme si tu as une mouche dans ta voiture et que tu roules à 100 km/h. La mouche vole comme si tu étais arrêté.
C'est pareil avec un quark à l'intérieur du noyau atomique : Si tu envoies paître l'atome sur la lune, ça ne change rien pour le quark, ni pour le reste (électrons par exemple)
Dans ta théories, tu ne prends pas en compte le système, sa cohésion (ses propres lois), son unité.
Si, j'en prends compte, mais toi tu ne te rends pas compte que les petits pas qui justifient le mouvement inertiel sont formés d'accélérations suivies de décélérations. Dans ton exemple de voiture, il n'y a pas d'accélération.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Science et imaginaire : il y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Message par dedale le Mer 1 Oct 2014 - 5:09

M'enfin a écrit:
dedale a écrit:L'inertie des corps est justifiée par une force, une interaction, nommée "la masse" qui se décline, sur le plan physique, par une quantité de matière d'une part, et par une quantité de mouvement, d'autre part, les 2 étant indissociables.
Dire qu'ils sont indissociable n'explique pas pourquoi ils le sont.

Commences par considérer ce simple fait, de physique élementaire.
Ca te permet de comprendre que la masse est une force toujours liée à la quantité de matière et à la quantité de mouvement : Ca implique donc la force d'interaction forte portée par les gluons/bosons, et l'interaction de la matière avec l'espace.

Si le mécanisme des pas justifiaient la masse, alors n'importe quel autre mouvement la justifierait de la même manière.
Par ailleurs, ça n'expliquerait pas pourquoi des particules ont une masse et d'autres n'en ont pas.
La théorie actuelle ne l'explique pas non plus

Quelle théorie?
Met un lien qu'on puisse vérifier.

Maintenant que le boson de Higgs a été découvert, c'est parfaitement expliqué.
C'est expliqué mais le problème, c'est comprendre : Faut quand même avoir des connaissances assez solides.

tout ce qu'on sait, c'est que les deux types de particules arborent les deux types de propriétés selon le type d'expérimentation.

Quels "2 types de particules"? Quels types de propriétés? Quel type d'expérimentation?
De quoi tu parles?

Je viens juste de montrer que l'énergie de liaison avait à voir avec les petits pas

Tu n'as rien montré.
L'énergie de liaison, c'est l'électron.

et à ce que je sache, elle n'a rien à voir avec l'intrication.

J'ai dit que tu suggérais une "sorte d'intrication", pas l'intrication.

Le boson de Higgs est une particule comme une autre

Oui, pour toi tout se ressemble.
Tu as une stupéfiante précision dans ton analyse .

c'est sa détection qui est confirmée, et non l'hypothèse selon laquelle il serait responsable de la masse.

Je me demande pourquoi je discute avec toi tellement c'est de la foutaise.

Par ailleurs, cette hypothèse ne concerne que la partie résistance à l'accélération de la masse

Cette hypothèse concerne la masse, uniquement la masse. La résistance, l'inertie, ça vient après et ça s'explique autrement.

elle ne concerne pas le mouvement inertiel.

Ce n'est pas le mouvement qui est inertiel, c'est la tendance d'un corps massique à conserver la même quantité de mouvement (loi de conservation de l'énergie - cinétique en l'occurrence)
Vu que l'inertie est fonction de la masse, de la quantité de matière en interaction avec l'espace, il faut d'abord déterminer ce qu'est la masse : Quelle force, quelle interaction, ou quelle propriété de la matière puisque certains ont pensé que c'était une propriété intrinsèque de la matière, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui puisque le boson est un médiateur, à l'instar des fermions qui, eux, sont constitutifs de la matière.

Explique-moi comment le champ de résistance du boson entraîne les particules massives dans leur mouvement inertiel!

Pose moi une vraie question, en rapport avec ce qu'est réellement le boson de Higgs, et je répondrais.
Pour le moment, tu ne sais même pas ce qu'est le boson de Higgs, alors ne viens pas m'inventer des questions-piège à 3 balles.

Arrête de vouloir m'expliquer les choses que je connais.

Ce n'est pas mon avis.

Ça y est, tu as réussi à escamoter mon argument. Je te parle du recul des atomes face à de la lumière de haute fréquence, et tu dévies sur la lumière émise par les électrons qui, elle, ne provoque pas de recul.

Dans tes théories sur les petits pas, tu parles bien de lumière émise par les électrons et non de rayons gamma.
Tu commences peut être à te rendre compte que ça ne tient pas la route.

Tu admets ou non que la lumière peut provoquer du mouvement même si elle ne possède pas de masse comme telle?

Le recul des atomes, tu peux aussi l'obtenir même avec des photons mais ça ne dépend pas que de la masse et de l'énergie supposément nécessaire, ça dépend également d'autres facteurs, comme l'état thermique du milieu, la température qui peut le contraindre à la fixité, ainsi que de l'atome lui-même, la composition de son noyau et la complexité de ses champs d'électron. C'est tout un bataclan.

Donc on peut l'admettre mais en connaissance de cause, pas comme ça, au premier degré sans tenir compte de rien.
Tu comprends?

Il n'y a que ce qui est imaginaire qui n'est pas mesurable, ni par les sciences ni par le reste.
Tu ne peux vraiment pas t'en empêcher hein? Une petite pique à la fin de chaque réponse et ton égo est satisfait! Je plains les gens avec qui tu vis.

Cesses de geindre face à la vérité. Prends en plutôt de la graine. rire

Et le décalage énergétique de la liaison, il est lui aussi hors sujet?

Qu'est-ce que tu appelles "décalage énergétique de la liaison"?
Ca me semble très new-ageux zozotérique, ce truc.

Pas moyen de faire la distinction entre ce qui prend du temps et ce qui n'en prend pas, prof. Dedale a encore une fois décrété qu'on ne pouvait pas! Tu peux te la mettre où je pense ton instantanéité de cu.....ré.

Tout ce qui existe dans cet univers relève d'un processus temporel.
L'interaction de la matière avec l'espace explique le temps, mais le temps n'explique rien, c'est un épiphénomène.

Tu m'en diras tant! Hé bien moi, tes propos m'en bougent une sans faire bouger l'autre, comme dirait l'autre.

Je sais que tu ne changeras pas d'avis : Tu es accroché à tes foutaises comme une lente de morpion au pubis d'un boy-scout.
Tu es tellement persuadé de faire de la physique.

Méchant argument! J'aurais honte de présenter des arguments comme ça!

Tu serais incapable de les présenter.

Les protons ne seraient pas des composants d'atomes, par hasard? Et les quarks ne seraient pas des composants de protons, par hasard?

Ce ne sont pas des composants comme toi tu les décris : Des trucs qui s'emboîtent, à la queue-leu-leu, comme les jeux pédagogiques niveau école maternelle.

On voit que tu ne connais pas les théories de la physique.
Arrête avec tes calomnies

Où vois-tu des calomnies?

tu n'as aucune idée de ce que je connais ou pas de la physique!

Vu ton discours, c'est tout juste de la physique.
Ce sont des bribes interprétées assez caricaturalement.

Si, j'en prends compte, mais toi tu ne te rends pas compte que les petits pas qui justifient le mouvement inertiel sont formés d'accélérations suivies de décélérations.

Non, tu ne rends compte de rien : Tu ne parles pas des systèmes, des états de la matière, des milieux influant les atomes, des différentes sortes de cinétiques.
Tu vois une seule cinétique dans un milieu et un état indifférencié, dans un système indéfini et abstrait, dans lequel tout s'imbrique sagement.
Tu confonds la physique, l'univers, avec un test psychologique de base pour chimpanzé,

Dans ton exemple de voiture, il n'y a pas d'accélération.

Aucun problème : Si tu accélères, la mouche volera sans subir l'accélération du véhicule. Tu peux le tester quand tu veux.


avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4658
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum