Vulgarisation de la science

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Aller en bas

Vulgarisation de la science

Message par mirage le Mar 16 Déc 2014 - 7:10

L'on m'a dit que l'on ne pouvait pas connaitre en même temps la masse, la position et vitesse d'une particule.
je trouvais ça très étrange.
Puis j'entends que ladite particule pourrait être en fait une sorte d'onde...La oui, je comprends mieux pourquoi on à des difficultés à obtenir les trois mesures en même temps.

Alors je me dis que la particule du départ est définie arbitrairement pour tenter de faire intégrer des notions scientifiques pointues au plus grand nombre de personnes. (théorie personnelle)

Ce que je reproche à cette vulgarisation scientifique, c'est de nous laisser pantois devant un problème incompréhensible; alors que la réponse -ou le début de réponse- existe

autre exemple, le chat de shroninger (je crois):
un chat est enfermé dans une boite, et on à aucun moyen de savoir s'il est mort ou vivant. Alors on admet qu'il à les deux états à la fois.
Ce qui parait complétement idiot si on prend ce problème au sens littéral.
j'ai fini par penser que c'était une "hypothèse de travail"

En fait je suis convaincu qu'une explication claire, précise et tenant en une phrase pourrait étre formulée, pour toutes les théories scientifiques.

Au lieu de quoi on croule sous des théories incompréhensibles, voir romancées; avec des explications manquantes:
Ce que j'appelle vulgarisation scientifique.

Et du même coup la science devient "magique" et hors de portée. Ou pire occultée pour celui qui pense comprendre les explications (à mon sens douteuses, ou romancées, scénarisées) qu'on lui donne.

désolé pour les "bémols" manquants rire
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Mar 16 Déc 2014 - 10:11

Tu prends une règle en verre parfaitement transparente avec des marques aux extrémités. tu la bouge et tu obtiens une illustration de l'intrication quantique façon Science et vie Suspect
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par ronron le Mar 16 Déc 2014 - 17:19

mirage a écrit:Tu prends une règle en verre parfaitement transparente avec des marques aux extrémités. tu la bouge et tu obtiens une illustration de l'intrication quantique façon Science et vie Suspect
Ça donne en effet une idée...

Sauf que si, théoriquement, ta règle mesure 300, 000 kilomètres, en bougeant une extrémité, l'autre ne bouge qu'une seconde plus tard puisque rien (?) ne va plus vite que la vitesse de la lumière... Ce qui n'est pas le cas de l'intrication puisque le phénomène est instantané peu importe la distance...

Quant au chat de Shrödinger, je lui fixerais une puce  sourire ...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Ladysan le Mar 16 Déc 2014 - 22:05

Je trouves qu'il est déjà heureux que les scientifiques nous transmettent (même si c'est de la vulgarisation) quelques notions explicatives sur leurs travaux, et...Comprenne qui pourra.
Perso, j'ai plus appris via l'approche de la science de notre Dédale, que ce que j'essayes en vain de comprendre dans les livres de vulgarisations scientifiques.
Et...Même pas besoin de poser des questions... sourire Puisque ses contradicteurs le font pour moi.  supercontent
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par ronron le Mar 16 Déc 2014 - 23:11

Ladysan a écrit:Je trouves qu'il est déjà heureux que les scientifiques nous transmettent (même si c'est de la vulgarisation) quelques notions explicatives sur leurs travaux, et...Comprenne qui pourra.
Perso, j'ai plus appris via l'approche de la science de notre Dédale, que ce que j'essayes en vain de comprendre dans les livres de vulgarisations scientifiques.
Et...Même pas besoin de poser des questions... sourire Puisque ses contradicteurs le font pour moi.  supercontent
La vidéo Youtube d'Étienne Klein sur l'origine de l'univers est à mon sens très bien, même si j'y décèle une incohérence (?) (ou peut-être est-ce son point de vue de penseur se frottant à la posture scientifique...).




Toujours sur Youtube, y a Jean Staune, Albert Jacquard (que j'aime moins, quoique...), les petites capsules d'Hubert Reeves, le très sympathique et très coloré (aussi contesté) Haramein (en français et en anglais), et beaucoup plus...

De quoi satisfaire bien des goûts...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Mer 17 Déc 2014 - 1:46

Ladysan a écrit:Je trouves qu'il est déjà heureux que les scientifiques nous transmettent (même si c'est de la vulgarisation) quelques notions explicatives sur leurs travaux, et...Comprenne qui pourra.
Perso, j'ai plus appris via l'approche de la science de notre Dédale, que ce que j'essayes en vain de comprendre dans les livres de vulgarisations scientifiques.
Une brève histoire du temps de Stephen Hawking: j'avais rien compris à l'époque rire
Mais comme indique Ronron, klein explique aussi de manière compréhensible: les différents aspects du temps en physique (plus la video sous la main)
Ça c'est du bon

Pour moi c'est instructif, mais quel est le degrés de vulgarisation ?

Car la dérive pourrait venir de son interprétation métaphysique déja.

Mon histoire de règle en verre invisible illustre bien les suppositions que l'on peut faire avec ce que l'on a compris ou cru comprendre.
car comment s’empêcher de vouloir formuler des hypothèses sur la base de théorèmes simplistes menant là ou le scientifique froncera les sourcils, nous disant à juste titre que non, l'intrication quantique n'a rien à voir avec la metaphore de la régle.
Et que pareil les "petits pas", théorie intéressante, mais pas dans le faisceau de présomptions scientifiques car déduit sur la base d'une interprétation vulgarisée d'un constat scientifique.

En gros : risques de la vulgarisation: montage de choux sur une matière non maitrisée
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Mer 17 Déc 2014 - 1:55

ronron a écrit:

Quant au chat de Shrödinger, je lui fixerais une puce  sourire ...
C'est une solution car le protagoniste ne semble pas vouloir coopérer, même à l'insu de son plein grès rire
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par M'enfin le Mer 17 Déc 2014 - 15:36

Mirage a écrit:Mon histoire de règle en verre invisible illustre bien les suppositions que l'on peut faire avec ce que l'on a compris ou cru comprendre.
Le mouvement des deux extrémités d'une règle se comprend mieux si on ajoute l'impossibilité que les interactions entre les atomes de la règle soient instantanés. De cette manière, si tu tiens la règle par un bout et que tu la déplace, tu peux imaginer que la transmission du mouvement vers l'autre bout de la règle n'est pas instantanée. Si la règle avait 300,000 km comme le suppose Ronron, en négligeant sa masse, il faudrait effectivement une seconde pour que l'autre bout se déplace.

C'est exactement pour ça que j'ai imaginé les petits pas. En passant, question vulgarisation, mon hypothèse n'a rien de compliqué à comprendre et elle n'a rien de mystérieux non plus, mais je fais quand même face à beaucoup de résistance. On dirait que les gens trouvent ça plus facile de croire en Dieu que de croire à ce qui se comprend. Pour accepter d'analyser une hypothèse comme la mienne, il faut au moins croire qu'elle est possible, et personne encore n'a réussi à faire ça. Quand on doit ajouter du mystérieux à une théorie, c'est parce ce celle qui la précède est erronée, et on ne peut pas progresser tant qu'on n'a pas trouvé l'erreur. Voir les épicycles d'avant Galilée.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Bean le Mer 17 Déc 2014 - 15:53

M'enfin a écrit:Le mouvement des deux extrémités d'une règle se comprend mieux si on ajoute l'impossibilité que les interactions entre les atomes de la règle soient instantanés.
Sauf si ces atomes sont intriqués, un petit pas pour M'enfin mais un grand pas pour l'univers quantique. sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6623
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par M'enfin le Mer 17 Déc 2014 - 16:09

Intriquée ou pas, l'information ne peut pas voyager de manière instantanée, tous les scientifiques s'entendent là-dessus. Un extrait de wiki à ce sujet:
Sur l'intrication, Wiki a écrit:Par contre, la mécanique quantique est bien compatible avec la théorie de la relativité, car on démontre que les états intriqués ne peuvent pas être utilisés pour transmettre une information quelconque d'un point à un autre de l'espace-temps plus rapidement qu'avec de la lumière.
Pourtant, les scientifiques affirment en même temps que la détection de l'état d'une particule provoque instantanément l'état de l'autre particule. Il n'y a donc encore rien à comprendre de tout ça, voilà pourquoi les scientifiques ne peuvent pas nous l'expliquer! Et c'est pareil pour la matière noire, l'énergie sombre, l'espace-temps courbe, et la masse, celle que mes petits pas expliquent justement. Il n'est pas nécessaire de comprendre un phénomène pour pouvoir le mesurer, mais pour progresser dans nos découvertes, si.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Bean le Mer 17 Déc 2014 - 19:07

De toutes façons, dans une règle, c'est la vitesse de propagation des ondes de pression qui s'applique et c'est très largement inférieur à la vitesse de la lumière. Si on peut atteindre 6000 m/s dans l'acier c'est déjà bien et 7700 au grand maximum. On est bien loin de la vitesse de la lumière.

Donc si l'on poussait une règle d'acier de 300 000 km de long, le mouvement se produirait à l'autre bout 13h53mn plus tard.
Ça laisse un peu de temps à la réflexion. sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6623
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par M'enfin le Mer 17 Déc 2014 - 19:16

Ça, c'est en considérant la masse des particules, et j'avais pris le soin de préciser dans mon exemple que je ne la considérais pas.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Bean le Mer 17 Déc 2014 - 19:21

M'enfin a écrit:Ça, c'est en considérant la masse des particules, et j'avais pris le soin de préciser dans mon exemple que je ne la considérais pas.
Plus la masse ou plus exactement la densité est faible et plus la vitesse est faible, dans l'air c'est 340 m/s alors si c'est négligeable, c'est proche de 0 m/s !
Pour obtenir une vitesse proche de c, il faudrait un matériau de densité quasi-infini, ce qui n'est pas possible.
Dommage mais c'était bien tenté. sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6623
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par M'enfin le Mer 17 Déc 2014 - 20:41

Tu parles de la propagation d'une onde de matière, moi je te parle de propagation d'onde lumineuse. Je n'ai pas voulu dire qu'on pouvait négliger la masse de la règle dans des calculs par exemple, mais bien qu'on pouvait imaginer une règle sans masse, ce qui signifiait pour moi qu'il n'y aurait pas de résistance à la faire bouger, donc qu'il ne pourrait pas non plus y avoir d'onde matérielle.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par dedale le Jeu 18 Déc 2014 - 0:40

mirage a écrit:L'on m'a dit que l'on ne pouvait pas connaitre en même temps la masse, la position et vitesse d'une particule.

Pour une particule élémentaire, on ne peut pas parler de position et de vitesse.
La position et la vitesse sont pour un objet qui se déplace dans l'espace.
Une particule élémentaire ne se déplace pas dans l'espace comme un objet, elle se propage comme une onde.

je trouvais ça très étrange.

Ce qui aurait été plus étrange encore, c'est que tu piges ça spontanément.
C'est de la mécanique quantique.
la plupart des gens n'y comprennent absolument rien. C'est un domaine spécifique de la physique. Faut un minimum de bases

Puis j'entends que ladite particule pourrait être en fait une sorte d'onde...La oui, je comprends mieux pourquoi on à des difficultés à obtenir les trois mesures en même temps.

La particule est le paquet d'énergie quantique d'une force, d'un rayonnement, d'une onde.
dans la physique quantique, le modèle standard de la particule est le photon (photo-électron).
Le photon est le paquet d'énergie mesurable qui se propage quand nous observons la lumière.

Si nous observons très finement la lumière, ou tout autre état de propagation, nous remarquons qu'elle possède un aspect granulaire : Ce sont ses particules.
Elles sont distinctes les unes des autres.
Entre elles, il n'y a pas de lumière et donc pas d'énergie.

Alors je me dis que la particule du départ est définie arbitrairement pour tenter de faire intégrer des notions scientifiques pointues au plus grand nombre de personnes. (théorie personnelle)

Non, ça n'a pas de rapport avec la pédagogie. C'est assez rare quand un domaine peut être compris en restant à un niveau de vulgarisation. Généralement ça demande un effort personnel, un approfondissement, des études, ça demande au moins de savoir à quoi ça se réfère.

les particules élémentaires décrivent, expliquent, les forces fondamentales, les énergies-mères, desquelles toutes les autres énergies sont issues.
- Ces particules se présentent à nous comme des paquets d'énergie : les corpuscules qui sont comme des grains.
- Mais elles se propagent comme des ondes.
Elles sont tout à la fois corpusculaires et ondulatoires.

Ce que je reproche à cette vulgarisation scientifique, c'est de nous laisser pantois devant un problème incompréhensible; alors que la réponse -ou le début de réponse- existe

le but de la vulgarisation est de te donner une idée, de te sensibiliser.  
Mais si cette vulgarisation soulève des questions insolubles en l'état, alors tu es obligé de faire un pas dans la connaissance.

C'est un peu comme si on t'apprend la pâte à modeler mais que toi tu vises à faire de la sculpture.
La vulgarisation vise un grand public, et pour beaucoup déjà, c'est compliqué.

autre exemple, le chat de shroninger (je crois):
un chat est enfermé dans une boite, et on à aucun moyen de savoir s'il est mort ou vivant. Alors on admet qu'il à les deux états à la fois.
Ce qui parait complétement idiot si on prend ce problème au sens littéral.
j'ai fini par penser que c'était une "hypothèse de travail"

le chat de schrodinger est une expérience de pensée qui concerne des problématiques internes de l'interprétation quantique, mettant en avant entre autre le fameux problème de la mesure et le principe de décohérence. Mais bon... Evidemment, si tu commences avec des trucs comme ça, autant te dire que tu n'es pas sorti de l'auberge.
Si on comprend de quoi il s'agit exactement, c'est assez clair : Il s'agit de physique probabiliste.

C'est à dire en gros que, vu qu'on ne sait pas, on émet des probabilités.

En fait, on observe une onde, un rayonnement, mais on ne sait pas où est la particule recherchée. la particule en question se trouve quelque part dans un champs de propagation constitué à 99,999...% de vide. Et il faut la trouver en mettant se son côté le plus de chances possibles de réussir.

Pour cela il y a des critères.

Donc on émet la probabilité que dans ce champs de propagation, il existe un point P dans un instant T où la particule sera présente dans un état déterminé, alors que la probabilité est émise pour une particule aux propriétés indéterminées. (nombre d'éléments incidents peuvent interférer sa propagation et sa vélocité).

De la particule probable à la particule réelle, il y a ce que l'on appelle un état de décohérence : Elle passe d'un état d'indétermination à un état de détermination dans lequel elle est présente et active. mais dans l'état d'indétermination, elle est présente ou pas, active ou pas.

Et quand on reporte ça à notre échelle, on obtient le chat de Schrodinger, qui est vivant ET mort tout à la fois dans la probabilité, Mais au final, lorsque son état est déterminé, est mort OU vivant, mais pas les deux à la fois.  

En fait je suis convaincu qu'une explication claire, précise et tenant en une phrase pourrait étre formulée, pour toutes les théories scientifiques.

Si tu as toutes les bases requises, alors tout peut être simplifié.

Au lieu de quoi on croule sous des théories incompréhensibles, voir romancées; avec des explications manquantes:
Ce que j'appelle vulgarisation scientifique.

Et du même coup la science devient "magique" et hors de portée. Ou pire occultée pour celui qui pense comprendre les explications (à mon sens douteuses, ou romancées, scénarisées) qu'on lui donne.

Ta réaction est subjective. Ce ne sont pas les sciences qui sont incompréhensibles, c'est toi qui ne les comprends pas.
C'est comme si tu pensais que l'écriture est incompréhensible parce que tu ne sais pas écrire. Penses-tu qu'on peut t'expliquer toute l'écriture en une ligne, si tu n'en connais rien?

Tu es obligé de faire l'effort d'apprendre si tu veux comprendre et tirer parti de cette connaissance.
Il n'y a pas de magie, il faut tout simplement gratter.

Dans ton discours, tu te fais les questions et les réponses : mais tu n'as pas les éléments pour faire des réponses précises.
pas sûr que tu puisses répondre immédiatement à toutes les questions que tu te poses.
Mais si tu bosses, tu auras des réponses.
Quand on comprend, tout devient beaucoup plus simple.

Explique le plus clairement possible ce qui te sembles poser problème, mais sans compter sur la vulgarisation.
Bref, arrête un peu de râler et expose le topo sans te prendre la tête.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4659
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Jeu 18 Déc 2014 - 1:48

dedale a écrit:


En fait, on observe une onde, un rayonnement, mais on ne sait pas où est la particule recherchée. la particule en question se trouve quelque part dans un champs de propagation constitué à 99,999...% de vide. Et il faut la trouver en mettant se son côté le plus de chances possibles de réussir.

Pour cela il y a des critères.

Donc on émet la probabilité que dans ce champs de propagation, il existe un point P dans un instant T où la particule sera présente dans un état déterminé, alors que la probabilité est émise pour une particule aux propriétés indéterminées. (nombre d'éléments incidents peuvent interférer sa propagation et sa vélocité).

De la particule probable à la particule réelle, il y a ce que l'on appelle un état de décohérence : Elle passe d'un état d'indétermination à un état de détermination dans lequel elle est présente et active. mais dans l'état d'indétermination, elle est présente ou pas, active ou pas.

Ok donc une particule élémentaire se balade, créant une ondulation ?
Et alors on émet l’hypothèse Que l'on peut lever le voile sur cette particule, même si cela n'a jamais été rapporté ?

Pour l'histoire de la règle invisible, j'en ai une bonne : rire
en faite il y aurait deux règles, parallèles et invisibles laissant passer je ne sais trop quoi, l'une dans un sens, et l'autre en sens contraire.
Si l'on démarre le processus, on voit bien que l'état de ces règles, et surtout des marqueurs, changent lorsque qu'elles sont traversées. no way
Mais si l'on décrète que lesdites règles sont traversées par X depuis un bout de temps, alors rien d'étonnant à observer l'instantanéité du bip bip entre les extrémités de ce système de règles, puisque ce bip bip existe depuis des lustres...ce qui illustrerait l’observation de l'intrication quantique, encore une fois

C'est la que je veux en venir: c'est que l'on peut proférer de la vulgarisation sans que l'on puisse formellement être contredit par la science
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Jeu 18 Déc 2014 - 1:57

dedale a écrit:
la plupart des gens n'y comprennent absolument rien. C'est un domaine spécifique de la physique. Faut un minimum de bases

Je pense aussi.
ce qui exclue 99% d'entre nous, et moi le premier rire
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Bean le Jeu 18 Déc 2014 - 11:35

dedale a écrit:Si nous observons très finement la lumière, ou tout autre état de propagation, nous remarquons qu'elle possède un aspect granulaire : Ce sont ses particules.
Elles sont distinctes les unes des autres.
Entre elles, il n'y a pas de lumière et donc pas d'énergie.
Est-ce bien exact ?
N'est-ce pas plutôt une question de quanta, c'est à dire de quantités d'énergie indivisible?
De mon point de vue, les fonctions d'ondes se combinent et forment un tout sans distinction de chaque photon.
D'autant qu'en tant que boson, plusieurs photons peuvent occuper le même espace (état quantique) au point de s'indifférencier, ce qui n'est pas le cas des fermions.
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6623
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par Bean le Jeu 18 Déc 2014 - 11:58

Pour se familiariser un peu avec ces notions de MQ, l'article de wikipédia sur la fonction d'onde est illustré d'animations, ça peut aider à comprendre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et un site d'animation et de vulgarisation MQ:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Bean le Jeu 18 Déc 2014 - 12:25, édité 1 fois
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6623
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par dedale le Jeu 18 Déc 2014 - 12:22

mirage a écrit:Et alors on émet l’hypothèse Que l'on peut lever le voile sur cette particule, même si cela n'a jamais été rapporté ?

La particule, c'est une fois que le voile est levé, pour reprendre ton expression.

Pour l'histoire de la règle invisible, j'en ai une bonne : rire
en faite il y aurait deux règles, parallèles et invisibles laissant passer je ne sais trop quoi, l'une dans un sens, et l'autre en sens contraire.
Si l'on démarre le processus, on voit bien que l'état de ces règles, et surtout des marqueurs, changent lorsque qu'elles sont traversées. no way
Mais si l'on décrète que lesdites règles sont traversées par X depuis un bout de temps, alors rien d'étonnant à observer l'instantanéité du bip bip entre les extrémités de ce système de règles, puisque ce bip bip existe depuis des lustres...ce qui illustrerait l’observation de l'intrication quantique, encore une fois

Excuse-moi mais tu es très loin de l'intrication quantique. (On dira IQ)
En gros, l'IQ c'est quand tu observes les choses au regard des principes fondamentaux de la MQ et que tu constates que les systèmes physiques, bien que séparés les uns des autres et pouvant être identifiés les uns indépendamment des autres, sont en fait fondamentalement identiques ou possèdent d'importantes similitudes.
Leur réalité n'est pas "locale", elle est par définition "intriquée", alors que localement, cette même intrication forme des systèmes déterminés et identifiables.

Qu'est-ce ça veut dire "état intriqué" : Que ce qui s'applique fondamentalement à un système donné peut s'appliquer potentiellement à tous les autres, mais jamais à, lui seul.

C'est la que je veux en venir: c'est que l'on peut proférer de la vulgarisation sans que l'on puisse formellement être contredit par la science

Les sciences ne contredisent pas les poètes.

avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4659
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par pierre_b le Jeu 18 Déc 2014 - 14:55

dedale a écrit:...La particule, c'est une fois que le voile est levé, pour reprendre ton expression...

Si je peux me permettre, on dit plutôt "la partie de cul c'est une fois que le voile est levé", enfin si je peux me permettre hein....
avatar
pierre_b
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1214
Localisation : nord du lot
Identité métaphysique : c'est à dire?
Humeur : c'est suivant
Date d'inscription : 09/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Sam 20 Déc 2014 - 7:31

dedale a écrit:
Excuse-moi mais tu es très loin de l'intrication quantique. (On dira IQ)
En gros, l'IQ c'est quand tu observes les choses au regard des principes fondamentaux de la MQ et que tu constates que les systèmes physiques, bien que séparés les uns des autres et pouvant être identifiés les uns indépendamment des autres, sont en fait fondamentalement identiques ou possèdent d'importantes similitudes.
Leur réalité n'est pas "locale", elle est par définition "intriquée", alors que localement, cette même intrication forme des systèmes déterminés et identifiables.

Qu'est-ce ça veut dire "état intriqué" : Que ce qui s'applique fondamentalement à un système donné peut s'appliquer potentiellement à tous les autres, mais jamais à, lui seul.

Je suis pas sur d'avoir compris lol

Donc la MQ indique une similitude des systèmes physiques, et cette similitude peut être appelée intrication en MQ ?
( je fais de la vulgarisation littérale, nuance rire )
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par dedale le Sam 20 Déc 2014 - 14:17

mirage a écrit:Donc la MQ indique une similitude des systèmes physiques, et cette similitude peut être appelée intrication en MQ ?
( je fais de la vulgarisation littérale, nuance rire )

J'aime bien. Quand tu vas sur wikipédia et que tu cherches la définition de "intrication quantique", voilà ce qu'on te dit : "Il est plus aisé de définir ce qu'est un état non intriqué, ou séparable, que de définir directement ce qu'est un état intriqué.".

Nous voilà bien partis.  sourire

1 - A notre échelle, il n'existe pas à proprement dit d'intrication quantique. Cela se situe dans des états microcosmiques où les phénomènes sont simultanés, où la notion de temps, de devenir, n'est pas mesurable.

2 - A notre échelle, nous observons des phénomènes ou des choses qui ont une origine remontant parfois très loin dans le passé. Par exemple nous observons une grande diversité des végétaux sur terre. Tous ou presque se reproduisent avec des graines. Si nous étudions cette reproduction des végétaux, grâce à la phylogénétique, les fossiles, etc, on trouve un ancêtre très lointain de ces végétaux, duquel toute la diversité est issue. Nous étudions ce fossile qui est le premier végétal et nous en définissons les caractéristiques, sachant qu'il a évolué et s'est ramifié en des milliers d'espèces distinctes. Cet ancêtre contenant toutes les autres espèces, est pour ainsi dire, l'état intriqué : dans cet état, tout est possible et mathématiquement, il se définit comme un état de probabilité.
Si on se positionne à l'instant où il n'existait que cette graine, ancêtre de toutes les autres, tout n'est que probabilité, tout s'intrique.
Seulement ce n'est pas de l'intrication à proprement dit puisque les processus qui ont vu les végétaux se diversifier, les espèces se séparer les unes des autres, sont lisibles dans le temps; cela s'est passé en des millions d'années à notre échelle de temps. Cela peut se calculer en années, en siècles, en ères...

3 - Mais dans la MQ, entre l'état qui ouvre les probabilités et l'état final observable, donc déterminé, il n'y a pas de différence, c'est le même instant.
Donc en fait nous avons état fondamental intriqué lequel se présente comme un état localisé - dans le même instant.

4 - Vu que dans le modèle cosmologique, l'univers est issu d'un point-origine où tout est intriqué, et que l'expansion fait que cet état intriqué est partout (c'est ce point lui-même qui est entré en expansion), il y a des questions quant à un type de transfert d'informations pour lesquelles l'espace-temps, à notre échelle, n'aurait aucune influence - mais ça reste des questions.
C'est à dire que, dans l'hypothèse, ces informations ne se propageraient pas comme la lumière, les ondes, mais par un réseau intriqué. Mais faut-il préciser que certains pensent que c'est farfelu. L'information en question ne serait pas un transfert d'énergie, une interaction, mais directement, une émergence de l'état intriqué.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4659
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par mirage le Sam 20 Déc 2014 - 21:43

Je pense avoir saisi l'essentiel Wink
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4290
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vulgarisation de la science

Message par dedale le Lun 22 Déc 2014 - 7:27

Bean a écrit:
dedale a écrit:Si nous observons très finement la lumière, ou tout autre état de propagation, nous remarquons qu'elle possède un aspect granulaire : Ce sont ses particules.
Elles sont distinctes les unes des autres.
Entre elles, il n'y a pas de lumière et donc pas d'énergie.
Est-ce bien exact ?
N'est-ce pas plutôt une question de quanta, c'est à dire de quantités d'énergie indivisible?
De mon point de vue, les fonctions d'ondes se combinent et forment un tout sans distinction de chaque photon.
D'autant qu'en tant que boson, plusieurs photons peuvent occuper le même espace (état quantique) au point de s'indifférencier, ce qui n'est pas le cas des fermions.

J'avais zappé, désolé.

La réponse à ta question se trouve dans l'expérience des fentes de Young, qui mettent en évidence la nature ondulatoire de la lumière et de son comportement corpusculaire qui par impact sur écran montre son aspect granuleux.
L'expérience de Young a été effectuée avec d'autres particules (proton, électron, etc)

Là on rentre dans le grand débat bien casse-tête de la dualité onde-corpuscule.

avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4659
Age : 57
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum