Une omission est-elle un mensonge ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une omission fait-elle mentir le sujet ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

Une omission est-elle un mensonge ?

Message par AC* le Dim 15 Fév 2015 - 17:01

Coucou!

Une omission est-elle un mensonge ? (Une question qui me trotte dans la tête en ce moment - mieux vaut tard que jamais.)

A priori, ne pas dire est différent de dire faux.
-Je suppose que cela dépend de si on en est conscient (de l'omission), ou pas - étant donné les deux sens de ce substantif.

Mais alors ?

-En base de données, il est important d'avoir conscience (justement) que l'on met dans la base nos croyances au sujet du monde réel.

Ca semble confirmer.

Par contre, une perte d'information(s) reste une perte d'information(s). Un système peut perdre sa cohérence à cause d'une perte.

Alors:
Est-il possible de mentir (par omission) de facto, i. e.: même si on n'en est pas conscient ?
avatar
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Age : 33
Localisation : Suisse, mais plus dans le ciel qui la surplombe.
Identité métaphysique : [Dieu, Famille, et Nation].
Humeur : Faut pas me faire une saignée, je tiens à mon A+!
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par M'enfin le Dim 15 Fév 2015 - 17:54

Salut AC, comment vas-tu?

Pour moi, par définition, le mensonge sert à nous favoriser nous-même, qu'il soit pieux ou criminel. J'ai été éduqué à haïr le mensonge sous toutes ses formes, même le compromis. Il m'a fallu toute la vie pour découvrir que le compromis était utile à la bonne entente, mais j'en suis encore à l'étape du compromis réciproque. Impossible pour moi de croire à l'amour puisqu'il s'agit de compromis unidirectionnel. Pour moi, nos omissions font partie intégrante de nos messages, elles ont autant de signification que le reste, ce sont les creux des vagues, sans eux il n'y aurait pas de vagues, donc pas de message.

De quoi sommes-nous conscients au juste quand nous parlons? De très peu de choses finalement puisque la parole est un automatisme. De la direction et de l'importance que nous accordons à nos messages, peut-être. On ne peut pas se mentir à soi-même si c'est pour favoriser les autres, mais on le fait quand c'est un compromis parce que la bonne entente nous favorise nécessairement. On n'a pas besoin d'être conscients de nos compromis, ça peut être un automatisme, ou encore le devenir. C'est pareil pour nos omissions. On ne peut pas dire qu'on ment si on en est inconscient, mais on peut dire qu'on a menti au début, avant que ça devienne un automatisme.

Pour moi, le mensonge est l'équivalent intellectuel de l'esquive et de la feinte pour un mouvement. On peut donc mentir pour feindre ou pour esquiver, pour blesser ou pour éviter une blessure, mais jamais pour favoriser l'adversaire comme la définition du pieux mensonge le suggère.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par Lulu le Dim 15 Fév 2015 - 18:10

Acourvoisier a écrit:Est-il possible de mentir (par omission) de facto, i. e.: même si on n'en est pas conscient ?
Si on n'en est pas conscient, il ne s'agit plus d'une omission, puisque l'omission suppose une connaissance, donc une conscience de.

Lulu
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 577
Localisation : ---
Identité métaphysique : ----
Humeur : ----
Date d'inscription : 23/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par AC* le Dim 15 Fév 2015 - 19:24

M'enfin a écrit:Salut AC, comment vas-tu?
-Mais bien, et toi donc ?
M'enfin a écrit:
Pour moi, par définition, le mensonge sert à nous favoriser nous-même, qu'il soit pieux ou criminel. J'ai été éduqué à haïr le mensonge sous toutes ses formes, même le compromis. Il m'a fallu toute la vie pour découvrir que le compromis était utile à la bonne entente, mais j'en suis encore à l'étape du compromis réciproque.
-Compromis réciproque... tu veux dire qu'il existe des compromis unilatéraux ? -j'avoue que je n'y avais pas pensé... être vraiment possible de "promettre avec" sans que ce soit bilatéral ?
M'enfin a écrit:
Impossible pour moi de croire à l'amour puisqu'il s'agit de compromis unidirectionnel.
-Ce serait comme Dieu, en quelque sorte ? (je tendrais à le considérer ainsi). Et si par coïncidence il y avais simultanéité ?
M'enfin a écrit:
Pour moi, nos omissions font partie intégrante de nos messages, elles ont autant de signification que le reste, ce sont les creux des vagues, sans eux il n'y aurait pas de vagues, donc pas de message.
-Joli, ça. De la poésie en prose.
M'enfin a écrit:
De quoi sommes-nous conscients au juste quand nous parlons? De très peu de choses finalement puisque la parole est un automatisme.
-La parole est un automatisme !
Est-ce à dire que les futures réponses de nos interlocuteurs ne comptent pas ?
-Par ailleurs: la parole serait-elle donc gérée par le système nerveux parasympathique (pour ma part, j'en doute) ?
M'enfin a écrit:
De la direction et de l'importance que nous accordons à nos messages, peut-être. On ne peut pas se mentir à soi-même si c'est pour favoriser les autres, mais on le fait quand c'est un compromis parce que la bonne entente nous favorise nécessairement. On n'a pas besoin d'être conscients de nos compromis, ça peut être un automatisme, ou encore le devenir. C'est pareil pour nos omissions. On ne peut pas dire qu'on ment si on en est inconscient, mais on peut dire qu'on a menti au début, avant que ça devienne un automatisme.

Pour moi, le mensonge est l'équivalent intellectuel de l'esquive et de la feinte pour un mouvement. On peut donc mentir pour feindre ou pour esquiver, pour blesser ou pour éviter une blessure, mais jamais pour favoriser l'adversaire comme la définition du pieux mensonge le suggère.
-Si une femme que tu trouve bête et moche te demande si elle est jolie et intelligente, et que tu réponds positivement, tu ne la favorise pas ?
-Je pense que si. Il a été montré dans des études psychologiques (je n'ai pas de référence, c'est du terrain, et c'est relativement évident), qu'on évite de démolir ainsi la personne. Non contents de cela, il a été vérifié statistiquement avec une probabilité inescomptée, que même seules nos idées au sujet de quelqu'un (positives/négatives) peuvent l'influer positivement, respectivement négativement.

Ce qui me mène à avoir l'idée qu'on peut changer à partir de notre première impression, en relativisant et en voulant agir pour le bien, en considérant le plus possible la personne dans l'aspect positif, afin d'influer en bien.

N. B. à M'enfin:
Tu crois que les gens sentent la pensée, lorsque tu vis/travaille avec eux ? -Je crois que oui.
avatar
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Age : 33
Localisation : Suisse, mais plus dans le ciel qui la surplombe.
Identité métaphysique : [Dieu, Famille, et Nation].
Humeur : Faut pas me faire une saignée, je tiens à mon A+!
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par M'enfin le Dim 15 Fév 2015 - 22:08

ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:Salut AC, comment vas-tu?
-Mais bien, et toi donc ?
Moi, ça flotte, mais les vents sont toujours contraire pour ce qui est de ma théorie. J'ai jeté l'ancre chez des forums scientifiques anglophones pour leur montrer mon youyou. M'ont dit qu'il flottait pas, pourtant, il ne prend pas l'eau. J'ai fait venir le CD de Comsol pour voir si je pouvais m'en servir pour simuler les petits pas, ce groupe que tu m'avais conseillé, mais je n'ai pas trouvé d'application appropriée. En espérant tomber sur le gros, je pêche la sardine ici et là.

M'enfin a écrit:
Impossible pour moi de croire à l'amour puisqu'il s'agit de compromis unidirectionnel.
-Ce serait comme Dieu, en quelque sorte ? (je tendrais à le considérer ainsi). Et si par coïncidence il y avais simultanéité ?
Simultanéité entre quoi et quoi?

M'enfin a écrit:
Pour moi, nos omissions font partie intégrante de nos messages, elles ont autant de signification que le reste, ce sont les creux des vagues, sans eux il n'y aurait pas de vagues, donc pas de message.
-Joli, ça. De la poésie en prose.
sourire

M'enfin a écrit:
De quoi sommes-nous conscients au juste quand nous parlons? De très peu de choses finalement puisque la parole est un automatisme.
-La parole est un automatisme !
Est-ce à dire que les futures réponses de nos interlocuteurs ne comptent pas ?
Nous anticipons les paroles des autres, mais l'anticipation est aussi un automatisme. Écrire nous semble moins automatique, mais c'est juste parce que c'est plus long et qu'on peut réfléchir plus longtemps. À la fin, nous n'ajoutons pas grand chose de nouveau à ce que nous disons, à part le sens et l'importance de nos idées qui peuvent changer quelque peu.

-Par ailleurs: la parole serait-elle donc gérée par le système nerveux parasympathique (pour ma part, j'en doute) ?
La parole est constituée de gestes, et je suppose qu'elle est gérée de la même manière que tous nos gestes une fois qu'ils sont acquis. On peut prendre conscience de marcher si on veut, mais on n'est pas obligés. Par contre pour améliorer notre marche, là, on est obligés. On est forcés de prendre conscience de ce qu'on fait seulement pour apprendre ou développer un nouveau geste, et ça devrait être pareil pour la parole.

M'enfin a écrit:
De la direction et de l'importance que nous accordons à nos messages, peut-être. On ne peut pas se mentir à soi-même si c'est pour favoriser les autres, mais on le fait quand c'est un compromis parce que la bonne entente nous favorise nécessairement. On n'a pas besoin d'être conscients de nos compromis, ça peut être un automatisme, ou encore le devenir. C'est pareil pour nos omissions. On ne peut pas dire qu'on ment si on en est inconscient, mais on peut dire qu'on a menti au début, avant que ça devienne un automatisme.

Pour moi, le mensonge est l'équivalent intellectuel de l'esquive et de la feinte pour un mouvement. On peut donc mentir pour feindre ou pour esquiver, pour blesser ou pour éviter une blessure, mais jamais pour favoriser l'adversaire comme la définition du pieux mensonge le suggère.
-Si une femme que tu trouve bête et moche te demande si elle est jolie et intelligente, et que tu réponds positivement, tu ne la favorise pas ?
-Je pense que si. Il a été montré dans des études psychologiques (je n'ai pas de référence, c'est du terrain, et c'est relativement évident), qu'on évite de démolir ainsi la personne. Non contents de cela, il a été vérifié statistiquement avec une probabilité inescomptée, que même seules nos idées au sujet de quelqu'un (positives/négatives) peuvent l'influer positivement, respectivement négativement.

Ce qui me mène à avoir l'idée qu'on peut changer à partir de notre première impression, en relativisant et en voulant agir pour le bien, en considérant le plus possible la personne dans l'aspect positif, afin d'influer en bien.
Héhé, je ne vois vraiment pas la chose comme toi. Je suis pratiquement incapable de complimenter gratuitement, et si quelqu'un me complimente, je sens que ce n'est pas gratuit. J'ai besoin d'être compris, mais pas par les sentiments. Pour moi, ceux qui font les choses gratuitement en espèrent un retour dans l'au-delà, ce qui n'est finalement pas vraiment gratuit. Est-ce que ce comportement est plus utile que le mien? Est-ce qu'il permet de mieux nous entendre entre nous par exemple? Vu qu'il faut croire à l'au-delà pour l'avoir et vu les problèmes que nous avons avec nos croyances présentement, j'en doute.

N. B. à M'enfin:
Tu crois que les gens sentent la pensée, lorsque tu vis/travaille avec eux ? -Je crois que oui.
D'une certaine façon, oui, puisque nous acquérons des automatismes à force de vivre avec les gens. Inconsciemment, nous pouvons anticiper ce qu'ils vont faire ou dire à partir de ce qu'ils viennent de faire ou de dire, mais si tu parles de lecture de pensée sans perception, là, je n'y crois pas.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par AC* le Dim 15 Fév 2015 - 22:24

M'enfin a écrit:
Moi, ça flotte, mais les vents sont toujours contraire pour ce qui est de ma théorie. J'ai jeté l'ancre chez des forums scientifiques anglophones pour leur montrer mon youyou. M'ont dit qu'il flottait pas, pourtant, il ne prend pas l'eau. J'ai fait venir le CD de Comsol pour voir si je pouvais m'en servir pour simuler les petits pas, ce groupe que tu m'avais conseillé, mais je n'ai pas trouvé d'application appropriée. En espérant tomber sur le gros, je pêche la sardine ici et là.
Bon à savoir. En même temps, si tu participe à un nouveau concept, il y avait peu de chance que ce fût intégré à un logiciel pré-existant - mais bon, ne savait-on jamais.
M'enfin a écrit:
ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:
Impossible pour moi de croire à l'amour puisqu'il s'agit de compromis unidirectionnel.
-Ce serait comme Dieu, en quelque sorte ? (je tendrais à le considérer ainsi). Et si par coïncidence il y avais simultanéité ?
Simultanéité entre quoi et quoi?

-Entre deux compromis ("unidirectionnels"), en devenant ainsi bilatéraux.
M'enfin a écrit:
ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:
De quoi sommes-nous conscients au juste quand nous parlons? De très peu de choses finalement puisque la parole est un automatisme.
-La parole est un automatisme !
Est-ce à dire que les futures réponses de nos interlocuteurs ne comptent pas ?
Nous anticipons les paroles des autres, mais l'anticipation est aussi un automatisme. Écrire nous semble moins automatique, mais c'est juste parce que c'est plus long et qu'on peut réfléchir plus longtemps. À la fin, nous n'ajoutons pas grand chose de nouveau à ce que nous disons, à part le sens et l'importance de nos idées qui peuvent changer quelque peu.
okey
M'enfin a écrit:
ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:
De la direction et de l'importance que nous accordons à nos messages, peut-être. On ne peut pas se mentir à soi-même si c'est pour favoriser les autres, mais on le fait quand c'est un compromis parce que la bonne entente nous favorise nécessairement. On n'a pas besoin d'être conscients de nos compromis, ça peut être un automatisme, ou encore le devenir. C'est pareil pour nos omissions. On ne peut pas dire qu'on ment si on en est inconscient, mais on peut dire qu'on a menti au début, avant que ça devienne un automatisme.

Pour moi, le mensonge est l'équivalent intellectuel de l'esquive et de la feinte pour un mouvement. On peut donc mentir pour feindre ou pour esquiver, pour blesser ou pour éviter une blessure, mais jamais pour favoriser l'adversaire comme la définition du pieux mensonge le suggère.
-Si une femme que tu trouve bête et moche te demande si elle est jolie et intelligente, et que tu réponds positivement, tu ne la favorise pas ?
-Je pense que si. Il a été montré dans des études psychologiques (je n'ai pas de référence, c'est du terrain, et c'est relativement évident), qu'on évite de démolir ainsi la personne. Non contents de cela, il a été vérifié statistiquement avec une probabilité inescomptée, que même seules nos idées au sujet de quelqu'un (positives/négatives) peuvent l'influer positivement, respectivement négativement.

Ce qui me mène à avoir l'idée qu'on peut changer à partir de notre première impression, en relativisant et en voulant agir pour le bien, en considérant le plus possible la personne dans l'aspect positif, afin d'influer en bien.
Héhé, je ne vois vraiment pas la chose comme toi. Je suis pratiquement incapable de complimenter gratuitement, et si quelqu'un me complimente, je sens que ce n'est pas gratuit. J'ai besoin d'être compris, mais pas par les sentiments. Pour moi, ceux qui font les choses gratuitement en espèrent un retour dans l'au-delà, ce qui n'est finalement pas vraiment gratuit. Est-ce que ce comportement est plus utile que le mien? Est-ce qu'il permet de mieux nous entendre entre nous par exemple? Vu qu'il faut croire à l'au-delà pour l'avoir et vu les problèmes que nous avons avec nos croyances présentement, j'en doute.
-On peut espérer en avoir un retour dans le présent... un sourire, ça fait toujours plaisir. hello
-Par contre je n'ai pas écrit "complimenter gratuitement"; j'ai voulu dire: faire ressortir les bons côtés... pré-existants!

ACourvoisier a écrit:N. B. à M'enfin:
Tu crois que les gens sentent la pensée, lorsque tu vis/travaille avec eux ? -Je crois que oui.
M'enfin a écrit:D'une certaine façon, oui, puisque nous acquérons des automatismes à force de vivre avec les gens. Inconsciemment, nous pouvons anticiper ce qu'ils vont faire ou dire à partir de ce qu'ils viennent de faire ou de dire, mais si tu parles de lecture de pensée sans perception, là, je n'y crois pas.
Alors avec "perception"!

Sur ce, je vais dormir.

À demain, si vous le voulez bien.
avatar
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Age : 33
Localisation : Suisse, mais plus dans le ciel qui la surplombe.
Identité métaphysique : [Dieu, Famille, et Nation].
Humeur : Faut pas me faire une saignée, je tiens à mon A+!
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une omission est-elle un mensonge ?

Message par M'enfin le Dim 15 Fév 2015 - 23:06

ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:
ACourvoisier a écrit:
M'enfin a écrit:
Impossible pour moi de croire à l'amour puisqu'il s'agit de compromis unidirectionnel.
-Ce serait comme Dieu, en quelque sorte ? (je tendrais à le considérer ainsi). Et si par coïncidence il y avais simultanéité ?
Simultanéité entre quoi et quoi?
-Entre deux compromis ("unidirectionnels"), en devenant ainsi bilatéraux.
Ça s'appelle un miracle, mais ça arrive!

M'enfin a écrit:Héhé, je ne vois vraiment pas la chose comme toi. Je suis pratiquement incapable de complimenter gratuitement, et si quelqu'un me complimente, je sens que ce n'est pas gratuit. J'ai besoin d'être compris, mais pas par les sentiments. Pour moi, ceux qui font les choses gratuitement en espèrent un retour dans l'au-delà, ce qui n'est finalement pas vraiment gratuit. Est-ce que ce comportement est plus utile que le mien? Est-ce qu'il permet de mieux nous entendre entre nous par exemple? Vu qu'il faut croire à l'au-delà pour l'avoir et vu les problèmes que nous avons avec nos croyances présentement, j'en doute.
-On peut espérer en avoir un retour dans le présent... un sourire, ça fait toujours plaisir. hello
-Par contre je n'ai pas écrit "complimenter gratuitement"; j'ai voulu dire: faire ressortir les bons côtés... pré-existants!
hello , mais toujours en anticipant que ce ne sera pas suffisant pour nous comprendre. La compréhension mutuelle, ça aussi c'est un miracle! sourire
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum