La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Ven 11 Déc 2015 - 4:19

nawel a écrit:...Ce que je lis est que le vide physique n'est pas un vide absolu quoi qu'il en soit, c'est un vide approximatif,

Le vide physique est un espace où il n'y a pas de force qui oppose de résistance et de corps qui fait obstacle. Par exemple : la vitesse de la lumière dans le vide, où rien ne fait obstacle à sa propagation.

le vide absolu n'existerait pas en somme car les connaissances en la matière ne sont pas encore bien connues du fait qu'il y ait tant de manque de cohérence démontrée dans la vidéo ci-dessus que Jean Cérien a proposée.

Le vide absolu est un vide de principe. C'est à dire qu'à la base, dans l'absolu, on conçoit le vide comme une absence de tout contenu.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Ven 11 Déc 2015 - 6:07

Jean Cérien a écrit:"Il existe une autre branche de la physique où cette égalité 1+2+3+4+5+6+7+...= -1/12 joue un rôle essentiel, il s’agit de la fameuse théorie des cordes. Cette théorie affirme nous vivons dans un monde à 26 dimensions (ou 10 ou 11, c’est selon). Les cordistes aiment dire que c’est ce que « prédit » la théorie, mais la réalité est un peu différente : ce nombre de dimensions n’est pas une prédiction de la théorie, mais plutôt un prérequis pour que la théorie ait mathématiquement un sens.

Ce que tu as étudié à l'école primaire, c'était juste une petite base de la géométrie, une simple initiation : On commence par les aires (2 dimensions), les volumes (3 dimensions) + 1 (le temps) qui sont les premières dimensions nécessaires à des élaborations géométriques.
Mais ensuite, on ne s'arrête pas là : On peut étudier la stéréographie (5,6,7, et +  de dimensions).
Il y a autant de dimensions que nécessaire à l'élaboration de l'objet mathématique.

Ce qu’il faut savoir, c’est que si vous essayez de construire une théorie des cordes en dimension D=4, ça ne marche pas

D = 4, c'est pas fait pour élaborer des branes mais seulement des cubes qui tournent.

car on trouve plein d’infinis partout.

Ah, si le gars il a essayé de formuler les supercordes avec 4 dimensions, eh bien, il n'a rien trouvé du tout.
C'est comme si tu essaies de chercher la sphéricité d'un volume avec seulement 2 dimensions. C'est du même acabit.

On pourrait être tentés d’abandonner l’idée, sauf qu’un jour quelqu’un a remarqué que les infinis disparaissaient si on choisissait D=26. Et c’est comme ça que les théoriciens des cordes, pour sauver leur belle théorie, ont décidé de se placer en dimension D=26 et de continuer l’aventure comme si de rien n’était.

Tu parles d'une démonstration.
D = 26 ne pose strictement aucun problème pour celui qui comprend à quoi ça correspond : A des espaces vectoriels, des tenseurs et états superposés qui nécessitent de multiples systèmes dimensionnels. La TdC n'exploite rien de nouveau, ça existe depuis belle lurette, notamment dans les modèles probabilistes, mais aussi dans systèmes plus classiques tels que la géolocalisation, la trajectographie, etc.

- Déjà, il faut savoir que la mécanique quantique interprète des états, des systèmes, dans lesquels les dimensions "classiques" (hauteur, profondeur, largeur..) n'existent pas.
A moins qu'un grand génie me dise quelle hauteur et largeur fait la lumière ou la gravitation.
Donc comment on fait? On reste coincé au niveau de l'école maternelle? - Pour faire plaisir à Dudule?

or si vous observez cette équation deux minutes, et que vous admettez que 1 + 2 + 3 + 4 + … = -1/12, vous remarquez que tout ce terme devient nul pour D=26, et les infinis disparaissent de la théorie ! Voilà d’où vient le nombre magique, appelé « dimension critique ». "

Je n'ai pas tout suivi, mais a priori, ça n'a aucun rapport avec les infinis.
Ou sinon, lequel?

...fin de citation  

Ah? Parce que c'était une citation? Mais ça citait quoi?  sourire
Devant de telles critiques, les sciences ont un magnifique avenir.

"Un des plus grands défis posé à l’intelligence humaine est la compréhension de la matière noire. En effet, en faisant l’inventaire de toute la matière que nous observons dans l’Univers, il est impossible d’expliquer le ballet cosmique qu’exécutent entre elles les myriades d’étoiles qui composent les galaxies. Ainsi, il manque près de 90 pour cent de matière pour assurer la cohésion de l’édifice Univers."

La matière noire est ce que l'on nomme une hypothèse forte. Ce n'est pas une question d'inventaire de toute la matière de l'univers mais de l'observation de certains phénomènes gravitationnels touchant des galaxies et groupes d'étoiles lointaines qui réclament pour être possibles une masse très supérieure à la masse observable : En gros, il manque de la masse.

La matière noire est l'hypothèse la plus médiatique mais il en existe d'autres. En fait, le terme "matière noire" est générique qui définit une certaine classe de corps de la physiques qui ont des caractéristiques particulières dans leur interaction avec la lumière et les ondes électromagnétiques : Dés le tout début de la physique quantique, de la thermodynamique, l'existence de corps noirs, non-standard, faisait partie du modèle, c'était prévu et confirmé par l'observation radioastronomique de corps n'émettant quasiment pas de rayonnement. Donc il reste dans ce domaine tout ensemble de paramètres à confirmer ou peaufiner.

"Dans ce paysage de la physique fondamentale une deuxième zone d’ombre existe : le rôle du vide quantique en gravitation. Depuis presque un siècle les physiciens ont noté que le vide en mécanique quantique est porteur d’une énergie a priori non nulle. Ce vide pourrait donc contribuer à la densité de l’univers. Mais les évaluations que l’on peut essayer de faire en se basant sur les échelles de la physique des particules mènent à des valeurs catastrophiquement trop grandes, ce qui a conduit à penser que cette contribution doit en réalité être nulle."

Source: Can Dark Energy emerge from quantum effects in compact extra dimension  A. Dupays et al., Astronomy & Astrophysics, 06/2013

Les chercheurs n'en sont pas restés là :
source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les travaux récents des chercheurs français ont montré qu’en présence d’une dimension supplémentaire compacte (c'est-à-dire rebouclée sur elle-même), le vide quantique gravitationnel pouvait produire une contribution à la densité de l’univers par un mécanisme similaire à l’effet Casimir en électrodynamique quantique. Une telle contribution se comporte exactement comme une constante cosmologique et peut prendre une valeur conforme aux observations si la taille de la dimension supplémentaire est de quelques dizaines de micromètres. D’une façon assez fascinante des expériences de laboratoire destinées à mesurer le comportement de la gravitation aux échelles sub-millimétriques pourraient tester une conséquence de cette proposition.

Les résultats récemment obtenus par le satellite Planck1 sont venus conforter notre connaissance de la composition de l’univers et les caractéristiques de son histoire. Ainsi la matière sous forme d’atomes ne représente qu’un peu moins de 5% de la densité totale, alors qu’une autre matière de nature inconnue, dite non-baryonique, représente un peu plus de 25%. L’univers est par ailleurs soumis à une force répulsive à grande échelle, attribuée à l’énergie noire qui représente les 70% de la densité de l’Univers, qui entraîne une accélération de son expansion !

Le tout est que, quand il y a des erreurs ou des insuffisances, les observations permettent de les rectifier, d'aller plus loin.

Le calcul de l'énergie du vide en mécanique quantique donne :10107 J/m3
et le calcul de l'énergie du vide d'après la constante cosmologique donne: 1013 J/cm3.

Aucun scientifique , à l'heure actuelle, n'a résolu cette contradiction ............le vide total

Faut pas se fier à ce que dit un seul article.
Le calcul de la valeur de l'énergie du vide selon la cosmologie est une tentative - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour tout le détail.
- Dans cette tentative, on admet la concordance, sur le plan paramétrique, matière noire = CC = vide quantique.

Alors que dans la mécanique quantique, il s'agit bien et seulement de la valeur de l'énergie du vide (voir expérience de Casimir).

- Pas de contradiction.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par nawel le Ven 11 Déc 2015 - 8:37

Jean Cérien a écrit:
nawel a écrit:...Ce que je lis est que le vide physique n'est pas un vide absolu quoi qu'il en soit, c'est un vide approximatif, et que l'un et l'autre se trouve être en corrélation car on peut considérer que le vide absolu n'existerait pas en somme car les connaissances en la matière ne sont pas encore bien connues du fait qu'il y ait tant de manque de cohérence démontrée dans la vidéo ci-dessus que Jean Cérien a proposée.
vide et absolu font-ils partis du même domaine de connaissances ?

L'absolu, en fait sans aller chercher midi à quatorze heures c'est à dire Google sourire est un concept qui n'est pas atteint ou caractérisé du fait qu'il y a toujours un élément qui nous contraindrait à croire qu'il puisse y avoir un seul qui échappe à notre contrôle qui interférerait.

Même si nous nous évertuons et avons découvert toutes les possibilités pour obtenir ou découvrir par exemple un vide qui se dise absolu, en ayant éclairci par exemple toutes les caractéristiques de l'anti matière, même en l'an 3000 de notre ère, nous ne pourrons jamais prétendre avoir fait le vide absolu ou l'avoir décelé.
avatar
nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Ven 11 Déc 2015 - 17:47

La plus grosse erreur de la physique, c'est d'avoir laissé les maths remplacer les phénomènes, au point où il n'est plus possible de proposer de mécanisme réel pour les expliquer sans se faire dire qu'on a rien compris et qu'il faut faire les maths pour les comprendre. Quand une observation se reproduit constamment et qu'elle reste inexplicable, il faut en rechercher le mécanisme physique sous-jacent, et non lui inventer de la matière ou de l'énergie inobservables ou encore des propriétés illogiques. Les maths sont en train de remplacer dieu comme explication pour tout. Oui, chaque atome tient compte de tous les autres atomes de l'univers à la fois, mais pas les maths, alors jamais on arrivera à tout expliquer juste avec des maths.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Ven 11 Déc 2015 - 23:11

M'enfin a écrit:La plus grosse erreur de la physique, c'est d'avoir laissé les maths remplacer les phénomènes, au point où il n'est plus possible de proposer de mécanisme réel pour les expliquer sans se faire dire qu'on a rien compris et qu'il faut faire les maths pour les comprendre. Quand une observation se reproduit constamment et qu'elle reste inexplicable, il faut en rechercher le mécanisme physique sous-jacent, et non lui inventer de la matière ou de l'énergie inobservables ou encore des propriétés illogiques. Les maths sont en train de remplacer dieu comme explication pour tout. Oui, chaque atome tient compte de tous les autres atomes de l'univers à la fois, mais pas les maths, alors jamais on arrivera à tout expliquer juste avec des maths.

Tu te rends même pas compte des énormités que tu peux sortir.






avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Sam 12 Déc 2015 - 10:22

M'enfin a écrit:Quand une observation se reproduit constamment et qu'elle reste inexplicable, il faut en rechercher le mécanisme physique sous-jacent, et non lui inventer de la matière ou de l'énergie inobservables ou encore des propriétés illogiques. Les maths ...
En fait, un principe fondamental, celui de la conservation de l'énergie est mis en avant. Sans ce principe, pas de science possible. Donc un surplus ou un défaut d'énergie inexpliqué correspond à de la matière ou à de l'énergie inconnue (le cas du boson de Higgs découvert théoriquement puis prouvé 60 ans plus tard en est un exemple).
Quant aux mathématiques, c'est un outil du raisonnement, un langage, qui permet d'expliquer logiquement les propriétés d'un phénomène observé.
Nul n'a de raison de dire ce qu'il faut faire ou ne pas faire mais il existe des méthodes plus ou moins cohérentes permettant d'élaborer des modèles et des théories en accord avec le phénomène observé.
Ce qui est décisif, c'est la preuve et non pas l'outil mathématique.
Sans preuve toute théorie ou modèle n'est que supposition ou croyance. sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Sam 12 Déc 2015 - 19:23

dedale a écrit:
M'enfin a écrit:La plus grosse erreur de la physique, c'est d'avoir laissé les maths remplacer les phénomènes, au point où il n'est plus possible de proposer de mécanisme réel pour les expliquer sans se faire dire qu'on a rien compris et qu'il faut faire les maths pour les comprendre. Quand une observation se reproduit constamment et qu'elle reste inexplicable, il faut en rechercher le mécanisme physique sous-jacent, et non lui inventer de la matière ou de l'énergie inobservables ou encore des propriétés illogiques. Les maths sont en train de remplacer dieu comme explication pour tout. Oui, chaque atome tient compte de tous les autres atomes de l'univers à la fois, mais pas les maths, alors jamais on arrivera à tout expliquer juste avec des maths.
Tu te rends même pas compte des énormités que tu peux sortir.
Et toi, tu ne te rends pas compte non plus de la petitesse de tes arguments! Peut-être que nous devrions changer d’oculiste? rire
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Sam 12 Déc 2015 - 19:39

Bean a écrit:Donc un surplus ou un défaut d'énergie inexpliqué correspond à de la matière ou à de l'énergie inconnue
Ou encore à une théorie fausse.

le cas du boson de Higgs découvert théoriquement puis prouvé 60 ans plus tard en est un exemple
Le Higgs explique la résistance à l'accélération des autres particules, mais il ne peut pas expliquer la sienne.

Ce qui est décisif, c'est la preuve et non pas l'outil mathématique.
Exact! Sauf que quand on émet une hypothèse comme celle de l'espace/temps, qui est par définition inobservable, on ne s'attend pas à ce qu'elle le devienne un jour, donc on décide de se fier seulement à l'outil mathématique, et pour toujours.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Sam 12 Déc 2015 - 23:04

M'enfin a écrit:Et toi, tu ne te rends pas compte non plus de la petitesse de tes arguments!

Tu racontes absolument n'importe quoi : C'est un constat.


Ou encore à une théorie fausse.

Comme d'habitude : Tout est faux dans les sciences.
Faudrait tout remplacer par tes élucubrations simplistes et déconnectées, bref, par de l'onanisme à la M'enfin.

Le Higgs explique la résistance à l'accélération des autres particules, mais il ne peut pas expliquer la sienne.

Arrête de nous faire perdre du temps.
On a passé des mois à t'expliquer sous toutes les coutures, à de nombreuses reprises et tu ne veux rien savoir: Tu as continué à raconter tes conneries insondables sur l'effet doppler, les atomes, les sciences en général, alors que tu n'as jamais rien étudié.

Fais nous plaisir, parle nous plutôt du sexe des anges, c'est plus dans ton registre.

Sauf que quand on émet une hypothèse comme celle de l'espace/temps

Quelle hypothèse? La courbure?
Ce n'est pas une hypothèse. C'est démontré.

qui est par définition inobservable, on ne s'attend pas à ce qu'elle le devienne un jour, donc on décide de se fier seulement à l'outil mathématique, et pour toujours.

Par définition?

Tu es victime de ta propre désinformation et inaptitude à apprendre et évoluer.
Simplement, fais comme tout le monde, étudie et reviens discuter de ça en connaissance de cause au lieu de tout faire pour nous soûler avec tes revendications.

tes petits pas sont imaginaires, le produit d'une ignorance totale de la physique, inutile de chercher à les resservir. Ca ne ferait que troller le débat.

On a donné avec tes histoires de doppler qui engendre le mouvement, de lumière qui engendre la masse, d'atomes qui ont des perceptions pour pouvoir faire la chenillette, de tes lois de Newton appliquées aux particules et à tout ce qui bouge ou ne bouge pas, du corps qui chute aux conservateurs du parti soviétique... - un vrai bataclan ou s'amalgament toutes les plus grosses conneries pseudo-scientifiques enrobant tes délires autistes et bordéliques - toutes motivées par le fantasme de révolutionner les sciences.

Dans un tel état de décognition, que pense-tu pouvoir revendiquer? Rien qui puisse toucher les sciences. Ou alors, autant dire que Rael ou autre zozo révolutionne le paradigme scientifique.









avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par nawel le Sam 12 Déc 2015 - 23:36

dedale a écrit:
nawel a écrit:...Ce que je lis est que le vide physique n'est pas un vide absolu quoi qu'il en soit, c'est un vide approximatif,

Le vide physique est un espace où il n'y a pas de force qui oppose de résistance et de corps qui fait obstacle. Par exemple : la vitesse de la lumière dans le vide, où rien ne fait obstacle à sa propagation.

où rien ne fait obstacle car rien n'interfère ? ou où rien ne fait obstacle car tout a été fait pour que rien n'interfère ?

dedale a écrit:
nawel a écrit:...le vide absolu n'existerait pas en somme car les connaissances en la matière ne sont pas encore bien connues du fait qu'il y ait tant de manque de cohérence démontrée dans la vidéo ci-dessus que Jean Cérien a proposée.

Le vide absolu est un vide de principe. C'est à dire qu'à la base, dans l'absolu, on conçoit le vide comme une absence de tout contenu.

Vide de principe mais pas absolu par conséquent ?

Dans l'absolu on peut concevoir un vide absolu mais un vide absolu ne l'est pas véritablement du fait que dans l'absolu on peut le concevoir non ?
avatar
nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Dim 13 Déc 2015 - 3:03

nawel a écrit:ou où rien ne fait obstacle car tout a été fait pour que rien n'interfère ?

Tout a été fait mais quoi par exemple et comment? Qu'est-ce que tu veux me dire?

Vide de principe mais pas absolu par conséquent ?

Dans l'absolu on peut concevoir un vide absolu mais un vide absolu ne l'est pas véritablement du fait que dans l'absolu on peut le concevoir non ?

Dans l'absolu, on conçoit non pas "un vide" mais "le vide".
Ce vide relevant de l'absolu est une parfaite absence de contenu à laquelle on se réfère quand on définit un état de vide particulier. C'est le principe du vide.
Si tu veux, le vide absolu est la mère de tous les vides possibles et inimaginables.

Donc si j'applique ce principe inconditionnel à un état de dépendance, c'est à dire à quelque chose de relatif :
- Le vide physique est une absence de corps physique.
- Le vide quantique est une absence de détermination, une indétermination, d'état quantique. (puisque la physique quantique est une interprétation).
- Un vide musical est un espace sans note qui compose la mélodie.
- Un verre vide est un verre ne contenant aucune matière liquide (ou ayant d'autres aspects).
etc, etc.

Tous ces vides sont relatifs, dépendants de ce que l'on est censé y trouver dedans, mais dont le principe descriptif se réfère au vide absolu : la parfaite absence de contenu en quelque dépendance que ce soit.
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bulle le Dim 13 Déc 2015 - 15:28

M'enfin a écrit:
Le Higgs explique la résistance à l'accélération des autres particules, mais il ne peut pas expliquer la sienne.
Quel rapport avec "Donc un surplus ou un défaut d'énergie inexpliqué correspond à de la matière ou à de l'énergie inconnue", je ne comprends pas ...?

_________________
Hello Invité !  Le du 01 septembre 2017 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39569
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Dim 13 Déc 2015 - 17:35

Bean utilisait l'exemple de la théorisation mathématique du Higgs pour montrer que sa découverte plusieurs années plus tard justifiait la justesse des prédictions antérieures, donc pour montrer qu'une hypothèse mathématique peut finalement donner des résultats. Il prend donc pour acquis que le mécanisme du Higgs explique bien la masse, alors je lui fait remarquer qu'il explique effectivement la masse des autres particules, mais qu'il n'explique pas la sienne. Mon mécanisme des petits pas explique la masse d'une manière bien plus directe que le Higgs, et il explique aussi la masse perdue lors d'une liaison, ce que le Higgs ne fait pas. Ce qui explique cette perte dans le modèle standard, c'est encore une formule mathématique, le fameux E=MC², l'équivalence masse/énergie de Einstein, mais il n'y a pas de mécanisme pour expliquer l'équivalence, alors que l'échange de photons des petits pas l'explique très bien.  C'est possible qu'une hypothèse mathématique s'avère vraie, mais le mécanisme du Higgs est bien trop flou pour être vrai.


Dernière édition par M'enfin le Dim 13 Déc 2015 - 17:40, édité 1 fois
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Dim 13 Déc 2015 - 17:39

Démonstration? sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par nawel le Dim 13 Déc 2015 - 17:55

Je ressens comme un grand vide, peut être interprété comme un moment de grande solitude non ? qvt (ou un grand moment de solitude.)

Spoiler:
rire
avatar
nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Dim 13 Déc 2015 - 18:07

Bean a écrit:Démonstration?
En une phrase puisque je gagne automatiquement de la masse quand je me désolidarise pour en parler sourire , avec les petits pas comme explication de la masse, un atome isolé dépend uniquement de l'échange de photons entre les composants de son noyau pour développer sa masse, alors que quand il est en liaison avec un autre atome, sa masse dépend en plus de son échange de photons avec cet autre atome, des photons qui s'échappent justement de l'échange de photons entre leurs nucléons, ce qui constitue une perte énergétique pour cette liaison nucléaire qui est beaucoup plus énergétique que la liaison atomique, donc une perte pour ce qui est du total des liaisons. Tu vois, pas besoin de maths pour expliquer le mécanisme, seulement pour le quantifier de manière précise.
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par nawel le Dim 13 Déc 2015 - 18:09

dedale a écrit:
nawel a écrit:ou où rien ne fait obstacle car tout a été fait pour que rien n'interfère ?

Tout a été fait mais quoi par exemple et comment? Qu'est-ce que tu veux me dire?

D’après les théories de la physique moderne, et notamment les équations de Maxwell, la lumière visible, et même le rayonnement électromagnétique en général, a une vitesse constante dans le vide Wikipédia.

vide :
Spoiler:
En physique, le vide est l'absence de toute matière. Le vide absolu est donc un milieu statistiquement sans particules élémentaires. Un espace dans lequel les molécules sont fortement raréfiées peut donc être retenu comme une première définition du vide approximatif. Ainsi, pour « faire le vide », il suffit d’utiliser une pompe à vide pour extraire l’air d'une enceinte étanche. La qualité du vide est alors définie par la pression d'air résiduelle, généralement exprimée en pascal, en millibar ou en torr. Seul un vide partiel peut être atteint avec un tel processus, quelle que soit la température.

Une pression de l'ordre de 10-8 Pa est communément référencé comme « ultravide »1. Des expériences menées à très basse température, proche du zéro absolu permettent d’atteindre de tels seuils, où les mesures dénombrent encore 2 millions de molécules par centimètre cube[réf. nécessaire]. Par comparaison, la densité au sein des gaz interstellaires est de l'ordre de 1 atome par centimètre cube[réf. nécessaire].

La physique quantique, qui définit le vide comme l'état d'énergie minimale de la théorie, montre qu'il reste néanmoins le siège de matérialisations spontanées et fugaces de particules et de leur antiparticules associées. Ces particules qui s'annihilent presque immédiatement après leur création sont dites particules virtuelles. Ces fluctuations quantiques sont une conséquence directe du principe d'incertitude qui affirme qu'il n'est jamais possible de connaître avec une certitude absolue la valeur précise de l'énergie. C’est le phénomène des « fluctuations quantiques du vide ». Dans ce cadre, il est tout à fait pertinent de discuter de l'énergie du vide. En effet, il se peut que le vide soit polarisé, c’est-à-dire que les particules et les antiparticules deviennent pérennes et non éphémères comme les particules virtuelles. Cette polarisation se produit lorsque le vide reçoit un champ magnétique.

Si la vitesse de la lumière s'obtient en laboratoire, il faut pouvoir faire le vide pour que rien n'interfère, si la vitesse de la lumière s'obtient par les mesures stellaires, il faut pouvoir dire que le vide observé est bien vide et c'est la raison pour laquelle il est dit dans le spoiler que dans le définition citée le vide s'obtient "statistiquement" "molécules fortement raréfiées" ce qui sous entend qu'il en reste encore, et il est question de vide approximatif.

Alors on est en droit de penser que l'observation par l'observation stellaire est plus fiable que celle effectuée en laboratoire sachant qu'il y a plus de chance qu'il y ait un vide absolu dans l'espace (et encore cela reste à être prouvé)
avatar
nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Dim 13 Déc 2015 - 18:30

M'enfin a écrit:
Bean a écrit:Démonstration?
... avec les petits pas comme explication de la masse, un atome isolé dépend uniquement de l'échange de photons entre les composants de son noyau pour développer sa masse,
Tu commences mal, les échanges par interaction forte entre les composants du noyau se font avec des bosons qu'on nome gluons, c'est ce qui explique 99% de la masse du noyau, le 1% restant est expliqué par le mécanisme de Higgs.
M'enfin a écrit:
alors que quand il est en liaison avec un autre atome, sa masse dépend en plus de son échange de photons avec cet autre atome, des photons qui s'échappent justement de l'échange de photons entre leurs nucléons,  
Raté, un photon "s'échappe" d'un atome lorsque un électron perd un niveau d'énergie.
M'enfin a écrit:ce qui constitue une perte énergétique pour cette liaison nucléaire qui est beaucoup plus énergétique que la liaison atomique,  
Faux, l'interaction forte est 100 fois plus intense que l'interaction électromagnétique.
M'enfin a écrit:donc une perte pour ce qui est du total des liaisons. Tu vois, pas besoin de maths pour expliquer le mécanisme, seulement pour le quantifier de manière précise.
Mais pas de jugeote non plus. sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Dim 13 Déc 2015 - 19:15

Bean a écrit:
M'enfin a écrit:
Bean a écrit:Démonstration?
... avec les petits pas comme explication de la masse, un atome isolé dépend uniquement de l'échange de photons entre les composants de son noyau pour développer sa masse,
Tu commences mal, les échanges par interaction forte entre les composants du noyau se font avec des bosons qu'on nomme gluons, c'est ce qui explique 99% de la masse du noyau, le 1% restant est expliqué par le mécanisme de Higgs.
Les gluons sont des bosons, et ils servent à lier les quarks, ils sont donc aux quarks ce que les photons virtuels sont aux atomes.

Bean a écrit:
M'enfin a écrit:
alors que quand il est en liaison avec un autre atome, sa masse dépend en plus de son échange de photons avec cet autre atome, des photons qui s'échappent justement de l'échange de photons entre leurs nucléons,  
Raté, un photon "s'échappe" d'un atome lorsque un électron perd un niveau d'énergie.
Les photons visibles ne servent pas aux liaisons, ce sont les photons virtuels qui le font, en plus, je parlais de l'échange de photons entre les nucléons, et non entre les atomes.
Bean a écrit:
M'enfin a écrit:ce qui constitue une perte énergétique pour cette liaison nucléaire qui est beaucoup plus énergétique que la liaison atomique,  
Faux, l'interaction forte est 100 fois plus intense que l'interaction électromagnétique.
M'enfin a écrit:donc une perte pour ce qui est du total des liaisons. Tu vois, pas besoin de maths pour expliquer le mécanisme, seulement pour le quantifier de manière précise.
Mais pas de jugeote non plus. sourire
Je sais que tu blagues, donc je ne peux pas te dire que tu juges prématurément, alors je dis que ta blague est  prématurée, et pour me venger, j'accouche de sa jumelle: annonce haut "Mets-les sous oxygène si tu veux qu'elles survivent!" sourire
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Dim 13 Déc 2015 - 20:44

Je ne juge pas, je constate ton ignorance du B-A BA de la physique. sourire
Mais il existe une infinité d'autres sujets que celui des particules atomiques, tu as donc le choix.
Mais persister dans la voie de cette théorie absurde serait une erreur, me semble-t-il.
Sauf si c'est de l'humour et de l’auto-dérision quoique fort grotesque et peu drôle sourire
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par dedale le Dim 13 Déc 2015 - 23:44

M'enfin a écrit:Bean utilisait l'exemple de la théorisation mathématique du Higgs pour montrer que sa découverte plusieurs années plus tard justifiait la justesse des prédictions antérieures, donc pour montrer qu'une hypothèse mathématique peut finalement donner des résultats.

Le boson de Higgs était une hypothèse de la physique.
Le fait que tu fasses un complexe avec les math ne doit pas venir caricaturer la réalité.

Il prend donc pour acquis que le mécanisme du Higgs explique bien la masse

C'est prouvé. Plus la peine de revenir là-dessus.

alors je lui fait remarquer qu'il explique effectivement la masse des autres particules, mais qu'il n'explique pas la sienne.

La masse est une interaction dont le boson de Higgs est la particule.
C'est comme si tu disais que la masse n'explique pas la masse.

Mon mécanisme des petits pas explique la masse d'une manière bien plus directe que le Higgs

Un gars qui n'y connaît strictement rien peut penser que tu as quelques connaissances scientifiques et que tes théories sont le fait d'une recherche.
Mais dés l'instant où on possède un peu de culture scientifique, c'est un ramassis de foutaises aussi sourdes et amnésiques que leur prédicateur.

et il explique aussi la masse perdue lors d'une liaison, ce que le Higgs ne fait pas

Ca n'a strictement aucun rapport avec le boson de Higgs.
Dans une liaison il y a forcément une perte de masse puisque les particules échangent de leur propre énergie et que lorsqu'il s'agit d'un noyau atomique, une part de cette énergie sert à la cohésion même du noyau : la masse du noyau est supérieure à celle des parties qui le composent.  

Ce qui explique cette perte dans le modèle standard, c'est encore une formule mathématique, le fameux E=MC², l'équivalence masse/énergie de Einstein, mais il n'y a pas de mécanisme pour expliquer l'équivalence

Donc tu fais de nouvelles "théories" parce que tu n'as rien pigé à l'équivalence masse/énergie.
- Ben si, il y a un mécanisme M'enfin.
Un mécanisme élémentaire  qui semble larguer ta grande imagination.

Au cas où ça t'aurais échappé, derrière la formule E=mC² il y a de l'énergie, de la masse et de la célérité : Ca ne se réduit pas à des valeurs mathématiques abstraites, comme tu sembles le supposer.
Cette formule signifie qu'une particule de masse m possède, au repos, une énergie de masse E

- la masse est une force. L'énergie est une quantité de force. Donc on peut théoriquement traduire la masse en énergie.
Comment?
- La masse 'm' s'exprime en poids (kg) dans le système classique et en unité de masse atomique 'u' en physique nucléaire.  
- u = le douzième de la masse d'un atome de carbone  12, c'est à dire 1,660 540·10-27 kg
- L'énergie quant à elle se traduit en joules (J) et en physique nucléaire, en électronvolt (eV) : Un eV est l'énergie  d'un électron accéléré par une tension de 1 Volt.
- 1 eV = 1,602 177·10-19 J.

- 'm'et 'u' traduisent une valeur de masse au repos, dans un référentiel où le corps mesuré commet immobile. Cette valeur peut être nulle : C'est le cas du photon où 'm-u' = 0.
-  'E' traduit une valeur de masse accélérée : Un poids (m) accéléré voit sa masse augmenter. Si sa masse au repos est nulle, alors c'est son énergie cinétique (en eV) qui prend le relais et entraîne une variation (augmentation ou diminution) de cette énergie de masse. Donc mesurer en 'u' ou en 'eV' revient au même du fait que la relation d'équivalence montre que  1 u = 931,5 MeV.

Ce phénomène de l'acquisition d'énergie de masse, c'est très exactement ce que le Boson de Higgs démontre. Suffit de s'informer un peu pour le savoir.

alors que l'échange de photons des petits pas l'explique très bien.

Tout ce que tu as essayé de démontrer jusqu'à présent n'est fondé que sur des interprétations idiotes.
Il n'y a pas un seul truc qui tient la route : Ce sont des allégations, des revendications, quand ce n'est pas tout simplement de la pure désinformation de bon troll voulant absolument imposer ses fantasmes.

C'est possible qu'une hypothèse mathématique s'avère vraie, mais le mécanisme du Higgs est bien trop flou pour être vrai.

Allo! Y'a quelqu'un? Les tuyaux sont encrassés?
Le boson de Higgs, c'est prouvé. C'est de la physique et d'une précision extrême que tu n'atteindras jamais.
Tu n'as aucune idée de ce mécanisme fondamental, de cette grande énigme enfin comprise et expérimentée par la physique.

Tu fais avec le boson de Higgs ce que les créationnistes font avec Darwin : Raconter des conneries plus grosses qu'eux-mêmes, tout ça pour seriner tels des poupées parlantes que l'homme est l'oeuvre de dieu.
Fondamentalement aucune différence avec toi.


Dernière édition par dedale le Lun 14 Déc 2015 - 0:31, édité 1 fois
avatar
dedale
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4040
Age : 56
Localisation : SO France
Identité métaphysique : Indiscernable
Humeur : Fluctuante
Date d'inscription : 14/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Lun 14 Déc 2015 - 0:17

Je crois qu'il est à la masse. lol!
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par M'enfin le Lun 14 Déc 2015 - 16:05

Dedale a écrit:La masse est une interaction dont le boson de Higgs est la particule.
C'est comme si tu disais que la masse n'explique pas la masse.
Argument circulaire! L'analogie avec la mélasse explique la résistance à l'accélération des autres particules, mais elle n'explique pas comment la mélasse fait pour opposer une force, autrement dit elle n'explique pas la masse de la mélasse. C'est comme dire que la masse d'une planète vient de la masse de ses atomes, mais sans expliquer celle de ses atomes. Une fois qu'une particule a accéléré dans le champ du Higgs, comment fait-elle pour continuer à se déplacer dans ce milieu si gluant, comment conserve-t-elle son mouvement inertiel dans de la mélasse? C'est sa masse qui est supposée l'entraîner sur sa lancée non? Alors comment le mécanisme qui l'explique peut-il simultanément empêcher et permettre le mouvement?

Bean a écrit:Je crois qu'il est à la masse.
C'est de l'humour ou de l’auto-dérision? sourire
avatar
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

http://la-reptation.webnode.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par Bean le Lun 14 Déc 2015 - 16:17

Et maintenant dans la mélasse. lol!
avatar
Bean
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5743
Localisation : Bretagne
Identité métaphysique : Farceur
Humeur : Joyeux
Date d'inscription : 16/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plus grosse erreur de l'histoire de la physique

Message par ronron le Lun 14 Déc 2015 - 19:11

dedale a écrit:Le boson de Higgs, c'est prouvé.
Et tant et aussi longtemps qu'on ne l'avait pas prouvé, il n'existait pas.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum