L'éducation catholique en France (1960+2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par mikael le Sam 3 Juin 2017 - 23:27

Les établissements d'enseignement catholique en France ont un long passé. Partons de 1960 : a) les collèges catholiques (souvent de la 11è à la 1ère) dépendent du financement des parents, dont la motivation va généralement de "la qualité de l'enseignement" supposée à, plus fréquent, des obligations personnelles (divorce..) permettant d'avoir un oeil sur les enfants livrés à eux-mêmes en fin de journée. La motivation religieuse existe, certes, elle doit concerner 25 à 30% des élèves. Ils regroupent la petite, moyenne et parfois haute bourgeoisie (en province). Une morale et des pratiques catholiques sont enseignées, avec des cours "d'instruction religieuse", sans q"une pression excessive pèse sur les familles : le conformisme socio-culturel est suffisant.
b) à partir de 1961, les contrats d'association permettent de faire rétribuer les enseignants par l'Etat : les enseignants de seconde et plus doivent avoir une licence — ce qui révèle par contrecoup à quel point les professeurs du privé avaient peu de diplômes. Mais c'est une constante : les enseignants du privé préfèrent : a) la quiétude du privé ; b) pouvoir rester dans une région. Ils sont manifestement peu diplômés (pas de capes avant les années 70,80, aucune agrégation), ce qui n'inquiète pas les parents, préférant l'ordre qui y règne. Quitte, souvent, à mettre les enfants en terminale dans le meilleur lycée public du lieu.
c) à partir des années 80,90, l'enseignement privé fonctionne comme alternative bénéfique à un public qui ne remplit pas sa tâche, débordé qu'il est par les masses qui affluent et le manque d'organisation (et de déblocage de moyens financiers), d'où des situations difficiles.
Disons, globalement, que les couches supérieures savent où mettre dans le privé chic leurs chers rejetons.

Reste le créneau peu connu du catholique hors contrat : c'est le bastion des purs et durs, de tous les intégristes, sûrs de combattre pour la patrie, Jeanne d'Arc et Dieu ou le Roi. C'est le règne des internats sélects (où les jeunes apprennent souvent à connaître leurs pulsions sexuelles, en dépit des enseignements), de la morale catholique pure et dure, des futurs chevaliers prêts à combattre l'athéisme — sauf que, issus de couches middle-up et sup, ils apprennent bien vite à connaître le monde de l'entreprise, des affaires et de la finance, le spirituel se trouvant cantonné à la messe du dimanche.
Quel est le profil des cadres et enseignants du privé catholique hors contrat ? On l'a vu, des considérations plus pratiques que religieuses pour les enseignants, même si al ferveur religieuse, voire la vocation a pu jouer; Côté religieux et cadres, il faut mentionner ceux dont le zèle impétueux, le charisme et le talent font de directeurs de talent, inspirés et inspirant. Une zone plus grise est celle des religieux rattachés à l'établissement pour y vivre une retraite tranquille, ou une retraite hors du public à cause de désagréments divers, et qui, donc, seront nourris et blanchis aux frais des parents (qui n'en savent rien). Ils assureront quelque permanence de confession ou quelques conférences plutôt anodines auprès des élèves : ce ne sont pas de grands intellectuels.
Avec le années 2000, l'aspect financier et marketing prend le dessus : Il faut des établissements d'exception (voir les prépas HEC en région parisienne), qui à la fois financent l'évêché et rayonnent à l'extérieur. Il faut quand même savoir que ces classes préparatoires aux grandes Ecoles sont en fait pourvus de professeurs agrégés triés sur le volet (et payés par l'Etat, dont moi), formés par l'université française, et désignés conjointement par l'Inspection générale et le directeur de l'établissement.

Les internats catholiques sont particuliers. Disons d'emblée que le personnel d'encadrement n'a pas tâche facile, qu'il soit laïque ou religieux, et est fort mal payé. Alors, vocation insufflée par l'Esprit Saint ? On ne s'étonnera pas d'entendre ici que chacun prend le chemin qui va satisfaire le mieux à ses intérêts, ses peurs, sa vocation, ses pulsions. Pulsions ? comment ignorer les demandes impérieuses sexuelles ? certes, la sublimation existe, elle est réservée à une élite, les autres font comme ils peuvent. Alors des abus sexuels de la part de religieux dans des internats catholiques ? ben oui , on ne se refait pas. Pas vu, pas pris. Difficile de condamner quand on sait le parcours biographique de chacun... qui aurait sans doute mieux fait de consulter un psychologue /psychiatre avant de poser sa candidature à une vocation religieuse dédiée aux garçons...
On aura compris que, de A à Z, je sais de quoi je parle.
avatar
mikael
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4189
Localisation : Ile de France
Identité métaphysique : néo-platonicien chrétien
Humeur : bonne, la Bourse monte !
Date d'inscription : 27/09/2012

http://www.forum-metaphysique.com/t4185-charte-du-forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par Bulle le Dim 4 Juin 2017 - 9:08

Comment savoir si les résultats des prépas HEC des établissements privés sous contrats sont supérieurs du fait de la qualité des professeurs ou de la qualité des élèves ?
J'entends par qualité, non pas l'intelligence personnelle mais les meilleures conditions pour être disponible au travail nécessaire à la préparation.
Au fait pourquoi ce titre d'éducation catholique puisque lorsqu'un établissement est sous contrat les programmes n'ont rien de plus catholique qu'ailleurs ?
Difficile de condamner quand on sait le parcours biographique de chacun...
Comment ça "difficile de condamner", je ne comprends pas bien ?

_________________
Hello Invité ! Le du 01 juillet est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39161
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par JO le Dim 4 Juin 2017 - 10:17

Je connais des familles d'immigrés qui envoient leurs enfants dans le circuit privé, catholique pour ne pas les mélanger avec les "racailles", comme ils disent, qui encombrent un enseignement public médiocre et surpeuplé, bicolore . La religion est d'ailleurs respectée: pas de porc,pour les uns, cacher pour d'autres ... Mais les prix sont élitistes : faut pas confondre économie et ideologie .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22245
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par mikael le Dim 4 Juin 2017 - 11:04

Bulle a écrit:Comment savoir si les résultats des prépas HEC des établissements privés sous contrats sont supérieurs du fait de la qualité des professeurs ou de la qualité des élèves ?
J'entends par qualité, non pas l'intelligence personnelle mais les meilleures conditions pour être disponible au travail nécessaire à la préparation.
ces prépas sont mieux encadrées : direction, heures d'étude prolongée le soir... C'est plus confortable, ce n'est pas décisif.Les profs sont ceux du public (98% des agrégés en IdF, 60% en province) : il n'y en a pas d'autres !! Ce qu'on ignore  souvent : nombre de ces prépas appliquent des stratégies permettant d'être mieux classées : a) on ne prend pas des dossiers trop moyens ; b) on prend aussi des dossiers moyens, mais les élèves s'engagent à ne se présenter aux concours sous la bannière de l'établissement qu'avec son accord : les autres sont en candidats libres !! ainsi : Ipesup (hors contrat), St Jean de Douai.
Difficile de condamner quand on sait le parcours biographique de chacun...
Comment ça "difficile de condamner", je ne comprends pas bien ?
Je parlais des actes sexuels... condamnables bien sûr, mais les individus relèvent de profils particuliers... voire psychiatriques.
avatar
mikael
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4189
Localisation : Ile de France
Identité métaphysique : néo-platonicien chrétien
Humeur : bonne, la Bourse monte !
Date d'inscription : 27/09/2012

http://www.forum-metaphysique.com/t4185-charte-du-forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par mikael le Dim 4 Juin 2017 - 11:10

JO a écrit:Je connais des familles d'immigrés qui envoient leurs enfants dans le circuit privé, catholique pour ne pas les mélanger avec les "racailles", comme ils disent, qui encombrent un enseignement public médiocre et surpeuplé, bicolore . La religion est d'ailleurs respectée: pas de porc,pour les uns, cacher pour d'autres ... Mais les prix sont élitistes : faut pas confondre économie et ideologie .
Il y a aussi du catholique modérant ses prix selon les revenus de la famille : Daniélou dans le 92. Ce n'est pas la règle. Les prépas privées engendrent de gros profits (puisque les enseignants sont payés par l'Etat ; un agrégé détaché du secondaire, effectuant 18h, gagne à 48 ans 49000-51000€ nets annuels, plus s'il assure lui-même ses colles (interros orales ; mais ça devient un travail de forçat).
avatar
mikael
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4189
Localisation : Ile de France
Identité métaphysique : néo-platonicien chrétien
Humeur : bonne, la Bourse monte !
Date d'inscription : 27/09/2012

http://www.forum-metaphysique.com/t4185-charte-du-forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par Bulle le Dim 4 Juin 2017 - 11:19

mikael a écrit: Ce qu'on ignore  souvent : nombre de ces prépas appliquent des stratégies permettant d'être mieux classées : a) on ne prend pas des dossiers trop moyens ; b) on prend aussi des dossiers moyens, mais les élèves s'engagent à ne se présenter aux concours sous la bannière de l'établissement qu'avec son accord : les autres sont en candidats libres !!
C'est vrai que c'est plus facile comme ça lol!
Je parlais des actes sexuels... condamnables bien sûr, mais les individus relèvent de profils particuliers... voire psychiatriques.
Etre psychotique n'empêche pas la responsabilité ; et d'ailleurs un pédocriminel comme tous les criminels ne peut être condamné à de la prison que lorsqu'ils sont considérés comme responsables de leurs actes.
On ne sait toujours pas d'ailleurs, sauf erreur ou omission de ma part, si c'est le contact permanent avec la jeunesse qui pousse, par exemple un professeur à passer à l'acte ; ou si c'est l'attirance pour la jeunesse et les opportunités de passage à l'acte qui poussent un pédophile à une fonction liée aux enfants.

_________________
Hello Invité ! Le du 01 juillet est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39161
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par Bulle le Dim 4 Juin 2017 - 11:26

mikael a écrit: Les prépas privées engendrent de gros profits
A ce tarif, je veux bien le croire lol!

_________________
Hello Invité ! Le du 01 juillet est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39161
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par mikael le Dim 4 Juin 2017 - 11:26

Si je suis mon psychiatre préféré (Szondi), il y a bien un opérotropisme : on choisit (souvent inconsciemment) dans nos métiers ce qui va dans le sens de nos pulsions — ou de nos rejets ; donc, normal que Pierre Loti soit devenu officier de marine et Marcel Jouhandeau professeur à st Jean de Passy (et marié à 41 ans pour conjurer — en vain — ses démons sexuels.).
avatar
mikael
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4189
Localisation : Ile de France
Identité métaphysique : néo-platonicien chrétien
Humeur : bonne, la Bourse monte !
Date d'inscription : 27/09/2012

http://www.forum-metaphysique.com/t4185-charte-du-forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation catholique en France (1960+2010)

Message par mikael le Dim 4 Juin 2017 - 11:29

Bulle a écrit:
mikael a écrit: Les prépas privées engendrent de gros profits
A ce tarif, je veux bien le croire lol!
Bien sûr, le Figaro ne va pas révéler les stratégies à la limite du malhonnête pour faire croire à leur génie... Autre gag : la sélectivité d'Intégrale : 90 choisis sur 400 dossiers !! une prépa HEC moyenne du public reçoit 650 dossiers pour retenir 72 candidats !! et c'est très au-dessus pour Janson ou Carnot.
avatar
mikael
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4189
Localisation : Ile de France
Identité métaphysique : néo-platonicien chrétien
Humeur : bonne, la Bourse monte !
Date d'inscription : 27/09/2012

http://www.forum-metaphysique.com/t4185-charte-du-forum

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum