Cent ans et les poésies opportunes

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 6 Oct 2018 - 11:04

Chaque chose en son temps…

Le bon vin, il ne faut pas le secouer
Dans toutes les directions.
Il faut l’ouvrir un moment avant de manger
Le laisser reposer…
Pour que ses saveurs explosent en bouche.
C’est comme ça qu’on l’apprécie
Et après, on s’en souvient toute sa vie.
Moi, j’aime les vins chers.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 6 Oct 2018 - 12:20

L’autorisation au diable…

Hi hi fait le petit lapin angora
En regardant dans toutes les directions,
J’aime qu’on me résiste,
Je n’aime pas les carottes molles,
Je les aime bien dures et résistantes à mes dents,
Qui ainsi ont eu de bonnes raisons de pousser.
Qu’aurais-je à faire de mordre l’eau.
Plus la carotte résiste, plus elle est craquante,
Et j’aime ce son qui bien vaut celui du tonnerre.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 7 Oct 2018 - 21:05

Quelque chose…

La mer n’est pas responsable des bateaux, c’est aux bateaux à être construit solidement, c’est déjà bien que la mer existe, car elle pourrait très bien ne pas exister, y-avez vous pensé ? Moi j’y pense tous les jours, je parle de ces jours que je suis bien en droit de m’inventer puisque je me donne à présent le droit à la parole et donc le droit d’imaginer ces jours comme bon me semble, y compris ceux qui sont passés. Par exemple, tous les jours, je pense à quelque chose qui ne se trouve pas dans les livres, mais qui peut y être, je veux dire sous forme détournée, lorsqu’on est capable de tendre l’oreille pour entendre une réponse dans n’importe quoi, pourvu qu’on soit prêt à la considérer ainsi. Mais c’est plus que cela ; dans le monde il n’y-a rien d’étonnant parce que tout est étonnant, c’est encore regarder partout avec l’intention de voir quelque chose, car il n’existe nul part un endroit où il n’y-ait rien à voir. Et après, certains voudront encore nous parler du vide, mais où voient-ils du vide, qui donc a inventé pareille sottise ? Sans doute quelqu’un qui considérait que certaines choses étaient étonnantes et qui ne sachant pas regarder, pleinement résolu à interroger ce qu’il voyait, quoi que cela puisse être, finissait par abandonner l’idée de trouver dans ce qu’il regardait, ce qu’il cherchait. Il ne faut pas dire non plus qu’on découvre toujours ce que l’on cherche, je dis qu’on découvre toujours quelque chose lorsqu’on l’a décidé, et ce en n’importe quoi, et lorsqu’après avoir interrogé le temps qu’il fallait et qu’on finit par percevoir une chose à laquelle on ne s’attendait pas, là on peut dire qu’on a vraiment gagné le gros lot.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Lun 8 Oct 2018 - 11:41

Vénus...

La sincérité avait gagné le terrain de l’alpha,
et ces tas de musiques sourdes qu’elle (la chose)
voyait en regardant par dessus et par dessous
quand tout avait ce goût orgiaque de décomposition
et de recomposition, ferait d’Abraham un étranger en
son pays et un fou de Dieu penché sur la tombe de
ses peurs. Le spectacle allait s’avérer merveilleux
dans cette brousse exquise ou des plans se
préparaient comme eau dormante pour plaisir de feu.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 10 Oct 2018 - 11:04

Ecrire en couronne d’être…

Le ciel est bleu aujourd’hui sur Paris,
A se demander s’il existe vraiment ;
Sans le moindre nuage pour le rendre présent,
Mes yeux restent attachés aux toits des maisons.
Tous les rêves sont permis, c’est pourquoi
il me vient de vouloir bien les choisir,
A moins de préférer laisser faire le destin
Qui peut-être connaît mes véritables désirs.
Deviendrai-je aussi automatique,
Que le sont les battements de mon coeur,
Regardant ce qui vient et qui s’en va,
Par le même oeil amoureux ?
Quand un cauchemar frapperait ma nuit,
Aurai-je la patience excitée d’y voir,
Le mouvement par lequel Dieu,
Se prépare à renaître, accomplissant son dessein,
Qui serait d’éternellement danser ?
Vois comme je me découvre, me susurre-t-il,
Tu ne craindras plus jamais de me perdre,
Et parce que ta foi a dépassé ta raison,
Je te donnerai des récoltes trois fois l’an.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 10 Oct 2018 - 16:12

Comme une chose II…(le nouvel ami)

Qu’elle soit grande ou petite,
Elle répond toujours lorsqu’on l’appelle,
Elle est un écho lointain d’une intention
Qui veut nous faire grandir.
Qu’elle le sache ou non,
Elle participe du divin.
Elle se fait menaçante ou douce,
Flatteuse ou moqueuse.
Dans tous les cas elle nous invite,
A redresser le courbe
Ou à courber le droit,
Elle implique une réaction,
Et celle-ci sera envoyée
Dans le cosmos, qui pourra
Bien en faire ce qu’il voudra.




Comme une chose III…

Je mettrai en toi, tout ce qui est en moi.
Ton corps plein me remplira,
Ton corps vide me videra,
Je dirai ce qui a été dit,
Je le répéterai à ton oreille,
Mais c’est peut-être avec
Ta peau que tu l’entendras.
Tu es un fameux mystère,
Une main secourable,
Qui s’ignore ou qui se sait.
Ou bien es-tu ce souvenir
Qui s’estompe et par lequel
Je m’oublie moi-même,
Mais dont je prends le faire,
Pour faire moi-même à présent ?
Je ne te vois plus,
Je ne fais que t’imaginer,
Mais cette image me quittera un jour,
Alors peut-être que je partirai.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 11 Oct 2018 - 10:37

Les vieux jours…

L’homme, (il avait les cheveux blancs),
Se balançait sur son Rocking chair.
Parfois il stoppait son mouvement
Et griffonnait deux trois mots sur un carnet ;
Ce devait être un poète,
ou quelque chose du genre,
Peut-être un scientifique.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 11 Oct 2018 - 17:50

Fatigué…

Revenant par ici,
Je t’entendais me dire « viens ».
Tu ne me semblais pas très loin,
Mais en réalité un abîme nous séparait.
Tu croyais vouloir une chose que tu imaginais mienne,
Car tu pensais que je la possédais.

J’imaginais que l’histoire serait courte,
J’étais bien vaniteux de le croire.
Combien de temps faudrait-il,
Pour que tu puisses passer cette porte ?
Comment puis-je savoir que tu la
Passeras un jour ? Je le sais par mon retour.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 11 Oct 2018 - 18:13

Henri IV…

On ne pouvais pas voir si cela se passerait ici ou là,
Certains pensaient que cela se passerait ici, d’autres là.
C’est ainsi que sont les choses ; incertaines,
Et pour qui n’a pas de certitude, les choses qui viennent
Sont moins surprenantes ; on pourrait y voir une loi.
Mais pour ceux qui ont déjà vu, ce serait comme
Se demander quelle est la couleur du cheval blanc.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 14 Oct 2018 - 12:34

Les cloches…

Je ne sais combien de jours il fallait attendre,
Je n’ai pas lu la bible, et puis aujourd’hui,
Les choses véritablement s’accélèrent,
On ne prend plus le temps de rien,
Oh oui mon bon monsieur !
Et les gens sont si pressés d’arriver au dimanche.

avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 23 Oct 2018 - 22:33

J'ai regardé autour de moi, j’ai aussi écouté
Le silence des objets et des personnes,
Et je n’ai pas eu envie de m’exalter.
Ma respiration était lente, comme imperceptible,
Et je sentais que j’étais à ma place.
J’avais mené un combat contre mon coeur,
Mais à présent il semblait me dire ;
Nage mon ami, nage et ne te soucie de rien ;
Je t’entoure de part en part et désormais
Tu ne manqueras jamais plus de rien.
Donne à l’amour le nom que tu voudras
Ou bien ne lui en donne aucun,
Cela n’a plus d’importance à présent,
Puisque le monde entier est ton rempart.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 24 Oct 2018 - 12:24

Je crois que je me suis débarrassé
De ce genre de réflexes archaïques,
Qui font que plus qu’être,
Nous voulons être quelque chose,
Comme si nous étions poursuivis par un reflet,
Celui de la mort peut-être.
Je repose dans cette poésie opportune,
Qui en réalité n’a rien d’opportun,
Car le récit est sans personnage,
Il voudrait ressembler à ce genre de haïku
Qui sont si bien écrits,
Qu’ils nous plongent dans un paysage ;
Directement, sans intermédiaire.
Et nous pourrions croire entendre le son
Des bambous agités par le vent,
Et sentir la dureté du rocher sur lequel
Nous pourrions être assis, en oubliant de penser,
Comme détachés de tout,
Détachés de notre propre personne ;
De ses ambitions, de ses craintes,
Comme quelqu’un qui n’aurait pas d’histoire.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 26 Oct 2018 - 17:37

C’est comme un rêve ; quand tu penses être arrivé au bout,
Tu ne sais pas comment, il se poursuit.
Tu ne contrôles plus rien, si ce n’est ton étonnement,
Celui-ci pourrait s’avérer mortel et tu le sais.
Mais à présent, tu t’attends à tout ce qui pourrait survenir ;
Je parle de toutes ces choses que tu croyais impossibles,
Mais que tu as toujours désiré pourtant.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 27 Oct 2018 - 11:15

Je ne trouve plus cette sensation d’hier,
Mais devrais-je m’en étonner ;
Le monde n’est-il pas éphémère ?
J’ai déjà vécu ce moment,
Je ne sais si c’est en une autre vie,
Mais je sais que ces papillons,
Qui s’affolent autour d’une ampoule,
Retrouveront leur chemin,
Quand j’éteindrai la lumière.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 28 Oct 2018 - 2:05

Le vieillard…

Un pauvre vieillard se promenait dans un parc. A bout de souffle, il se résolut à s’asseoir sur un banc. Il prit son journal et commença à lire les nouvelles, mais ses yeux étaient fatigués. Il replia ses lunettes et décida pour finir de regarder passer les gens.

A cette heure de la matinée, un lundi, on voyait surtout des personnes âgées et beaucoup de femmes accompagnées par leurs enfants. Le vieux pensa ; « ces petits sont comme de jeunes chiens ; lorsque vous marchez dix mètres ils en ont déjà fait cent. Cette pensée le fit sourire.

Après une demi heure, le vieux eu mal au dos à rester là, immobile sur ce banc dur et froid. Il mit du temps avant de pouvoir se lever et il trouva difficile de se remettre en marche. Néanmoins, il parvint à se diriger lentement vers la sorti du parc où un gardien le salua ; Stéphane il s’appelait. Lui et notre homme avaient souvent discuté ou disons plutôt que le vieux l’avait beaucoup écouté. Il faut dire qu’il n’avait pas une vie facile Stéphane ; l’oreille attentive du vieux, cela devait sans doute lui faire du bien.

Le vieillard était maintenant au marché, Il avait beau être de nature discrète, tous les commerçants semblaient l’apprécier. Ils lui faisaient souvent des cadeaux ; était-ce le privilège de l’âge ? A force, ils avaient fini par l’appeler par son prénom ; « Alors Monsieur Clément qu’est-ce que je vous sers aujourd’hui ? » Il leur répondait de sa voix faible qui l'obligeait souvent à se répéter tant le lieu était bruyant. Gentiment on lui disait ; « Désolé Monsieur Clément, je suis un peu dur d’oreille ».

Il y-avait un café près du Marché ; le 41. Monsieur Clément allait y boire son verre de rouge quotidien. Quelques semaines auparavant, un film y avait été tourné. Depardieu était l’un des acteurs. Depuis, tout le monde ne parlait que de ça. Le patron avait même été demandé pour faire de la figuration ; comme client. Les habitués l’appelaient maintenant « l’acteur ». « Alors l’acteur comment ça va aujourd’hui, tiens sers moi un Ricard ! » Monsieur Clément ne se serait pas permis d’interpeller ainsi le patron, mais dans son coin, il riait doucement de son rire insonore.

De retour chez lui, il lui fallu tout un temps pour enlever son manteau. Il alluma la radio et prépara son déjeuné comme il le faisait chaque jour. Puis quand le repas fût prêt il s’installa à la table de la cuisine pour manger en regardant par la fenêtre les oiseaux qui venaient se nourrir des graines qu’il avait laissé pour eux. Quand il eu fini, il fit la vaisselle et la sécha soigneusement. Le reste de la journée il la passa à dormir devant la télé. Voici comment se déroulait l’emploi du temps de Monsieur Clément chaque jour que Dieu faisait. Quant à moi, je passais parfois lui rendre visite et boire le thé avec lui. Un jour je lui ai demandé s’il était heureux. Après un bref silence il m’a répondu : « Oui tant que vous venez me voir… ».
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 28 Oct 2018 - 11:45

J’aime regarder les fleurs,
Et aussi les insectes qui se posent dessus.
C’est comme si j’oubliais tout ;
D’où je viens, où je vais, qui je suis.
Mes préoccupations s’envolent.
Peut-être qu’à ces moments là,
Je n’existe plus vraiment, ou que je deviens
La fleur elle-même, et l’herbe
Et le ciel, et le soleil, et les nuages,
Toutes ces choses que la fleur
Porte en elle harmonieusement,
En se nourrissant des bienfaits de la Terre,
Qui naturellement s’en trouve heureuse.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Lun 29 Oct 2018 - 12:15

Toujours les mêmes, ce sont les revenantes,
Ces émotions, oui elles reviennent,
Avec un habit toujours neuf, un chapeau rouge ou bleu,
Comme pour nous faire croire au temps qui passe,
Comme si nous étions plus, ou bien moins qu’autrefois,
Et nous faire sentir que les choses changent.
Mais tout reste semblable et c’est très bien ainsi,
On a l’impression de reposer dans l’éternité.
-Tiens, je te connais toi-, dira-t-on à l’une,
-Ne t’ai-je pas déjà vue ?- dira-t-on à l’autre.
Pour un millier de circonstances,
Elles sont une petite dizaine à se disputer la place,
Et dans cette petite dizaine, en voilà la moitié
Que je fuis, pendant que je cours après l’autre moitié.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 30 Oct 2018 - 14:20

Le toi de bleu les de bleu
De Picasso la période.
Comme deux bleus différents ;
L’un bleu pâle, l’autre bleu pâlichon,
Bleu exquis de bleu pas sur la peau,
En bleu pas acquis sur le peu.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 30 Oct 2018 - 14:44

Entre deux faire(s) et regarder en dehors,
J’esquisse un mouvement en direction de Cahors.
Bon vin et abondante pitance…lance…rance
Je de réjouissance n’a pas perdu son aisance.
Fais pluie et fais jour, je regarde autour de l’Ours,
Etoiles qui s’emballent et persistent ma fringale.
J’ai jamais su en qui l’ouverture était porte,
Et non plus ce que morte est chère.
En de pas graves circonstances…romance,
J’ai toutefois mis le poids dans la cuvée,
Et quand j’en aurai fini avec cette danse,
Le soleil fascicule en gentillesse se sera levé.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 31 Oct 2018 - 10:30

L’espoir fait naître, disait-on,
C’est une chose qu’on répète aux enfants,
Qui eux-mêmes le répéteront aux leurs.
Si l’un d’entre eux venait à pleurer,
Nous le prendrions dans nos bras,
Et cela le soulagerait et il ne bougerait pas.
Je suis heureux de pouvoir vous le dire,
Comme je devine que vous êtes heureux de l’entendre,
C’est pourquoi les choses doivent être dites,
Et ne doivent pas rester secrètes.

Si vous aviez grandi dans ce pays,
Peut-être auriez-vous entendu ce chant,
Certains disent qu’il provient de la forêt,
D’autres au contraire qu’il vient du ciel,
Que les nuages le transportent,
Et qu’ils en sont heureux.
Chacun croira ce qu’il veut,
L’important est de l’entendre,
Une fois fait, on n’est plus jamais le même.
Cette après-midi ou demain, vous écouterez,
Ou peut-être les jours prochains,
Puisque vous avez décidé
De rester quelque temps parmi nous.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 2 Nov 2018 - 11:49

Les couleurs de ton saisis-moi ça,
Faut pas en faire toute une rondeur,
Carré, de magimix certes c’est peu,
Mais c’est déjà assez quand trois,
Trois plus un, tout le monde sait ça.
Alors arrête le bazar, je dois monter,
Y’aura pas que moi, dehors,
Et toi dedans ; t’as pas mis les pieds au sort.
Moi je slip, je spleen et je regarde ça,
Comme si j’avais bu la mer,
Ratiboisé les prières.
Balise pas mon chat, on est ensemble
Toi et moi on est pas des sangles,
Mais on gère bien, tutti quanti,
Puisqu’il faut que ça parte de là,
Je veux dire, tu vois ce que je vois ?

On ne sait plus ce qu’on sait, mais on come back,
Tu rapetisses comme un zodiac.
Hé ! faut pas qu’t’attendes,
J’ai pas dit que j’allais pas…encore ça.
Avec toi, je me sens tout penaud,
Comme si tu fabriquais l’histoire,
Et que j’étais mort, le lac, tu vois, pas d’mac.
Faut pas me faire dire ce que j’ai pas dit,
T’as qu’à l’entendre toi, entre repu.
Moi je suis là, je t’attends, mais je suis pas ta femme,
Alors évidemment y’a pas de grandes flammes,
A quoi ça me servirait toute cette eau ?
Je vais quand même pas éteindre une étincelle,
Avec tous ces litres et ces branches de pelles.
Soir, poire, toile, allez je te fixe là,
J’ai déjà perdu trois fois la ficelle.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 3 Nov 2018 - 14:42

Mon témoin n’a pas d’yeux,
Depuis longtemps déjà,
Il emprunte les miens.
Ce que j’aime, il l’aime.

Mon témoin n’a pas de bouche,
Jamais il ne me contredit,
Il ne sait rien de plus que moi,
A nous deux, juste un monologue.

Mon témoin n’a pas d’oreille,
Les sons ; tous musique.
Une fausse note ?
La voici répétée.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 3 Nov 2018 - 16:44

Je ne m’ennuie pas
A regarder ainsi l’automne.
Feuilles rousses qui tombent,
L’herbe en est recouverte.
Pourquoi s’agiter
Quand tout nous est offert ?
Que nous manque-t-il ?
Ne vois-tu pas que soif
Est aussi sensation ?
Serais-tu de ces explorateurs,
Ne se sentant heureux,
Que lorsque ses doigts gèlent,
Ou que soleil assèche ?
Ne t’avons-nous pas donné
En tout curiosité,
Et folie et rêves
Et musique sacrée ?
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 4 Nov 2018 - 19:32

J’ai accompagné mon ami à l’entrée de la grotte,
Je savais qu’il voulait y rester longtemps,
Des semaines peut-être, voire des années.
J’étais bien triste de devoir le laisser là,
Tout seul dans cette sombre humidité.
Je lui avais proposé de lui apporter des petits plats,
Peut-être un peu de thé ou de café dans un thermos.
Mais il n’a pas voulu, il m’a dit qu’il voulait rester seul.
Alors je l’ai embrassé et je suis parti.
Ayant fait quelques pas, je me suis retourné,
Je voulais lui faire un dernier adieu,
Mais il n’était déjà plus là ; la grotte l’avait avalé.
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Lun 5 Nov 2018 - 2:16

Et pourquoi pas ?...

Et pourquoi ne pas se regarder dans le fond de l’oeil,
Et perdre son sang froid dans l’attente de l’été ?
Pourquoi ne pas écrire des poésies et jouir du doute,
Ecouter les fous et faire taire les sages ?
Pourquoi ne pas revêtir une peau d’ours
En plein milieu d’une ville qui ne dort pas,
Une ville qui ne dormira jamais, qui ne veut pas dormir ?
Pourquoi ne pas espérer que vienne la réponse,
A toutes les questions que l’on se pose ?
Pourquoi ne pas perdre son temps en regardant sa montre,
Faire la queue à un guichet pendant des heures,
En attendant je ne sais quoi, jusqu’à ce que vienne son tour,
Puis s’en aller, comme ça, avec une mine de prince repu ?
avatar
loofrg
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 722
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum