Bénédiction / malédiction

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par ElBilqîs le Lun 23 Fév 2009 - 18:18

lachone hara?
tu peux expliquer?
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par Fabule le Lun 23 Fév 2009 - 18:50

Cela veut dire médisance.
Je ne peux que te coller quelques passages pour montrer l'importance des conséquences de la médisance dans le judaïsme (bon courage pour lr spoiler car c'est un peu long et emplie de terme Hébreux mais je pense que ça vaut l'effort)
Le lachone harâ équivaut à lui seul à l’idolâtrie, âvoda zara, à verser le sang et à pratiquer les abominations sexuelles (Ârakhine 15 b).

Il ne tue pas seulement sur place mais il extermine à distance (Béréchite Rabba 98, 3) dans le temps et dans l’espace. Et il le fait avec plus d'efficacité et d'horreur que le meurtre qui répand le sang de la victime, plus que l'inceste et plus que l'idôlatrie (qaché michéfikhoute damim ou miguilouyé ârayote ou mé âvoda zara.Tan'houma, Métsora 2)
--------------------------------------------------------------------------------
Spoiler:
LA HALAKHA, LE MOUSSAR ET LA MÉDISANCE

Vocabulaire :
- halakha : règles précises pour la conduit de la vie tirées de la Torah après l'étude de la Michna et de la Guémara.
- moussar : morale.
- lachone hara : médisance.
- rékhiloute qui consiste à la colporter.

La question
Pourquoi met-on souvent en garde contre le lachone hara dans le judaïsme. Est-ce parce qu'il y serait fréquent, ou parce qu'il y a beaucoup de divisions ? Est-ce de la morale sociale indispensable pour vivre en société, ou de la morale de bonne éducation pour les enfants (il ne faut pas colporter, ce n'est pas beau) ; y a t'il plus, mais quoi ?

Je vais essayer d'y répondre selon la méthode que vous trouvez sur Modia : les sources, le lien entre la Torah et les sentiments et la vie, la transmission de ce qu'en disent les Sages et, spécialement, le 'Haféts 'Hayim.

Définition
Ce problème comprend deux aspects : le lachone harâ ou médisance qui consiste à dire du mal de quelqu'un, et la rékhiloute qui consiste à la colporter.
Qui est le colporteur de médisance ? Celui qui soutient des choses négatives et va de l'un à l'autre en disant : un tel a parlé ainsi à ton sujet. Ezéhou rakhil ? zé ché toêne dévarim vé holékh mizé la zé véomér : kakh amar ploni âlékh.

La Torah face au lachone harâ
- Précaution : les références placées ci-dessous et tirées de la Torah ne sont pas placées ici pour fournir une documentation, mais pour analyser nos actions et les repérer.
- Bien plus, si la Torah prend le soin de nous en parler, c'est que nous touchons une question de grande importance et non pas seulement des questions de civilité. Elle n'est pas un livre de morale. Quelle est donc cette importance ?
- Enfin, si la Torah nous montre que les plus grands sont ainsi tombés, combien nous, a fortiori !
- Torah de vie, et de vie divine partagée avec l'homme, elle veut surtout nous enseigner combien c'est un risque mortel et puissant qui touche à la racine des choses, et combien la solution de ce problème est vitale pour la société.
- Nous apprendrons ainsi à analyser ce que c'est et comment surmonter le problème. Mais aussi, à découvrir les enjeux.

Les exemples dans la Torah
1. Le problème a commencé dès le début de la Création, avec le serpent qui a inventé le procédé : fausser quelque peu les faits, colporter, créer le doute et détruire. Si cela commence dès les premiers pas de la Création, c'est que nous sommes devant le problème essentiel, qui sera constant et dont les conséquences sont graves. En effet, l'état de bonheur a ainsi été détruit, le couple reste très perturbé jusqu'à maintenant, les relations sont empreintes de malentendu, le lien au Créateur altéré car Il est parole, et le rapport de l'homme avec soi-même n'a plus de repères.
Cela est exprimé par le Talmud en Arkhine 15b : "le lachone harâ tue 3 personnes, le médisant, sa victime et celui qui l'entend".
2. Il est reproché à Sarah d'avoir médit d'Avraham son époux quand elle a fait état de son âge avancé et lui attribuait ainsi la difficulté d'avoir des enfants (Béréchite 37, 2)
3. Joseph est vivement désapprouvé pour avoir suscité la haine par sa médisance (Béréchite, chapitre 37).
4. Myriam est tombé malade par la faute de son lachone harâ pourtant il ne visait qu'un but noble, était délicat et pour le bien du prochain (Bemidbar ch. 12, paracha Béhaâlotékha).
5. Les explorateurs (méraglim) ont médit de la terre d'Israël et causé un préjudice considérable au peuple et pour toute l'histoire (Bamidbar, chapitre 14, paracha Chela'h Lékha). Il ont retardé l'entrée en Israël, toute la génération en est morte dans le désert par cette faute, hormis quelques uns, Yehoshua et Caleb et toutes les femmes que l'on accuse toujours à tort et cette fois encore et injustement de bavardages. Poursuivant ce qui avait été commencé par le serpent, ils ont inauguré une plaie qui n'a jamais cessé depuis : ne pas dire la vérité concernant la terre d'Israël ; depuis, elle est devenue un enjeu très faussé, jusqu'à nos jours par les mensonges les plus grands des reporters politiques ou théologiques la concernant, et concernant sa mission, son peuple.

Les mitsvotes dans la Torah
Le lachone harâ est une transgression précise de la Torah en ce qui concerne des éclairages et prescriptions nommées : mitsvote âssé ou positives (actions à accomplir) et mitsvote lo taâssé ou négatives (actions à ne pas accomplir). Il faut prendre chacun de ces préceptes au sens strict et au sens figuré.

Le 'Haféts 'Hayim montre et analyse les mitsvotes négatives que transgresse explicitement celui qui dit du mal des autres (dans le livre 'Haféts 'Hayim et dans le livre Chémirate hallachone:
- Chémote 22, 21 : kol almana véyatom lo téânnoune, n'humiliez pas la veuve et l'orphelin.
- Chémote 23, 1 : lo tissa chémâ chav, n'accueille pas un rapport mensonger.
- Vayiqra 19, 14 : lo téqallél 'héréche, n'insulte pas un sourd.
- Vayiqra 19, 14 : lifné îvér lo titéne mikhchol, devant un aveugle ne place pas un obstacle.
- Vayiqra 19, 16 : lo télékh rakhil beâmékha, tu n'iras pas colporter dans ton peuple.
- Vayiqra 19, 16 : lo tisna éte a'hiklha bilévavékha, ne hais pas ton frère en ton coeur.
- Vayiqra 19, 16 : lo tiqom vé lo titor, ne te venge pas et ne garde pas rancune.
- Vayiqra 19, 17 : lo tissa âlav 'héte. tu n'accueilleras pas contre lui de péché.
- Vayiqra 22, 32 : lo té'hallélo éte chém qodchi, ne deshonorez pas Mon nom saint.
- Vayiqra 19, 16 : lo tonou iche éte âmito, ne vous portez pas préjudice l'un envers son semblable.
- Bémidbar 17, 5 : lo yiyé kéQora'h oukhéâdato, ne soyez pas comme Qora'h et sa bande.
- Dévarim 6, 12 : hichamér lékha pén tichkakh éte Hachém Eloqékha, garde-toi d'oublier Hachém ton D.ieu. (Cela est une mise en garde contre la grossièreté).
- Dévarim 19, 15 : lo yaqoum êd é'had béiche lékhol âvone ou lékhol 'hatate, qu'il ne se lève pas un témoin contre une personne, quelque soit le crime ou le délit.
- Dévarim 24, 8 : lichmor méôd, garde-toi avec un soin extrême.

Puis le 'Haféts 'Hayim montre et analyse les mitsvotes positives que transgresse explicitement celui qui dit du mal des autres :
- Chémote 20, 12 : kibéd éte avikha vé éte imékha, honore ton père et ta mère (où le mot éte est un signal qui indique une catégorie et non seulement une seule personne).
- Chémote 23, 7 : middévar chéqér tir'haq, de ce qui est mensonge tu t'éloigneras.
- Vayiqra 19, 18 : véahavta léréâkha kamokha, et tu aimeras ton proche comme toi-même.
- Vayiqra 19, 15 : vétsédéq tichpote âmitékha, juge ton semblable avec impartialité.
- Vayiqra 19, 17 : hokhéa'h tokhia'h, reprends ton prochain.
- Vayiqra 19, 32 : véhadarta pené zaqéne, honore la personne du vieillard.
- Vayiqra 21, 8 : véqiddachto, et tiens-le pour saint.
- Vayiqra 25, 35 : guér vétochav va'haï îmakh, étranger ou nouveau venu, et qu'il vive avec toi.
- Dévarim 10, 20 : éte Hachém Eloqékha tira, ton D.ieu tu craindras (où le mot éte est un signal qui indique une catégorie et non seulement une seule personne).
- Dévarim 24, 15 : zakhor éte achér âssâ Hachém Eloqékha lémiriam badérékh... Souviens-toi de ce que Hachém ton D.ieu a fait à Myriam.
- Dévarim 28, 9 : véhalakhta bidévarav, et tu marcheras dans Ses voies.

Il faut ajouter ce que dit la Torah :
- Dévarim 27, 24 : arour maké réêhou bassatér, maudit est celui qui frappe son proche en secret.
.../...

J'ajoute ces exemples du Talmud et du Middrache aux références citées par le 'Haféts 'Hayim :

Le Talmud
- Bérakhote 18a : les médisants, Hachém les détruira même quand la paix sera faite avec Israël.
- Pessa'him 87b : Yéroboam, roi d'Israël, a été jugé digne d'être assimilé aux rois de Yéhouda car il a refusé d'entendre les calomnies contre le prophète Âmos.
Pessa'him 88a : même dans une génération qui maudirait les pères et ne bénirait pas les mères, on ne doit pas dire du mal d'un serviteur à son maître.
- Pessa'him 118a : celui qui fait du lachone harâ, le diffuse ou l'écoute ou qui porte un faux témoignage, est juste digne d'être jeté en pâture aux chiens car il est écrit : "vous la jetterez aux chiens (lakélév tachlikhoune, Chémote 22, 30)" et, immédiatement après, "tu ne répandras pas de fausses rumeurs" (lo tissa chémâ chav, Chémote 23, 1). Idem en Makote 23a. C'est la règle d'interprétation dite de contiguité, sémikhoute
- Yoma 22b : Rav pense que David a prêté l'oreille à la calomnie et qu'il a été puni pour cela. Quand il a dit : toi et Tsiba vous prenez des champs ta'hléqou éte hassadé, une voix du Ciel a dit alors : Yéroboam et Roboam se partageront ton royaume, II Chmouel 19,30 (cela montre la gravité extrême du lachone harâ).
- Taânite 7b : la suspension des pluies n'est dûe qu'à celui qui raconte du lachone harâ, éine haguéchamim napatsérine élla bichvil méssaperé lachone harâ.
- Zévah'im 15 b : tout celui qui raconte du lachone harâ fait grandir les péchés jusqu'aux cieux, il serait convenable de le lapider, magdil âvonote âd hachamyim, raouille lésolqo béavéne.
- Kétouvote 8a : si quelqu'un entend quelque chose qu'il ne faut pas entendre, qu'il se bouche les oreilles.
- Baba Batra 164b : il ne faudrait jamais dire du bien de ses proches car, par cette voie, on en vient aussi à en dire du mal... De trois fautes les hommes ne sont pas préservés chaque jour nitsol méhém békhol yom... dont le lachone harâ... La plupart des gens volent rov béguézél, et une minorité ont des relations sexuelles interdites oumioute béârayote, mais tous font du lachone hara, véhakol bélachone harâ.
Zéva'him 88b : la robe du Cohen gadol (qui avait une rangée de clochettes) sert à réparer ce qui a été fait par la voix, méîl mékhappér âl lachone harâ, yavo davar chébakol véyékhapér âl kol.
- Arakhine 15a : celui qui parle est puni plus sévèrement que celui qui agit. Celui qui fait du lachone harâ, des maux lui tombent dessus négaîm baim âlav, comme il est écrit : ces hommes qui avaient dit du mal de la terre d'Israël moururent frappés d'une plaie devant Hachém (Bamidbar 14, 37).
- Arakhine 15b : le colporteur de lachone harâ n'aura pas de réparation de sa faute, sipper éine lo taqana.
- Jérusalem 'Haguiga 2, 1 : hamitkabéd biqélone 'havéro, eïne lo 'héléq léôlam habba. Celui qui présente mal son ami n'a pas de part dans le monde qui vient.
.........

Fabule
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1023
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : syncrétique concordiste
Humeur : Oui bien sûr, plusieurs et en plus tout le temps !
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par Fabule le Lun 23 Fév 2009 - 18:51

Le collage était trop long alors je mets la suite
......
Spoiler:
Et ajoutons ces passages dans le Middrache sur la Torah :
- Middrache Béréchite Rabba : celui qui parle en mal est lui-même le serpent qui a fait du lachone harâ contre son Créateur, iche lachone zé hanna'hache ché amar lachone harâ âl boreo. (c'est là le centre du problème, la parole est notre union au divin, l'altérer c'est porter directement atteinte au divin lui-même).
- Vayiqra Rabba 10 : au lachone harâ il n'y a pas de rachat possible pour le pardon, éine kapara.
- Bamidbar Rabba 19 : pourquoi est-il appelé "trois", il tue 3 personnes, celui qui le dit, celui qui l'entend et celui envers qui il est dit, lama niqra chélichi ché hou horég chélocha, haoméro, véhaméqqabél, véhanéémar âlav.
- Sifri 275 : l'erreur de Myriam a été de ne pas parler en face à face avec Moché, ma myriam ché lo dibbéra élla ché lo béfanav chél Moché.
- Avote dé Ribbi Natane : 10 épreuves ont commis nos pères contre Haqqaddoche Baroukh Hou et il ne les en n'a pas punis si ce n'est de celle du lachone harâ, élla âl lachone harâ. (c'est que l'on peut percevoir la gravité de l'acte verbal).

Concrètement,
Comment cela se joue-t-il concrètement ? Et comment s'en préserver avec précision et efficacité ?
Le 'Haféts 'Hayim résume toutes les recherches de la halakha sur ces questions en disant que le lachone harâ est à éliminer
- même s'il porte sur des vérités (afilou âl éméte), et si on sait que c'est la vérité (afilou yodéâ ché hou éméte), même si on n'a pas l'intention de susciter de la haine (afilou éine mitkavéne bazé léhakhnis sinea).
- même s'il y a eu un conflit véritable, ou des faits honteux, ou si on a été victime,
- même si celui qui refuse de dire des médisances est menacé pour cela d'être humilié, attaqué ou d'en perdre son emploi et tout ce qu'il a ('hayav litén kol achér lo vélo yéssaper).
- qu'il soit formulé par oral directement ou par écrit, par lettre (âl yédé mikhtav), par de simples allusions (âl yédé réméz)
- qu'il soit en face à face (béfanav), en public (bifné rabbim), ou de façon anonyme ou par plaisanterie et rire (dérékh s'hoq) ou raillerie (léalîg) ou filouterie (ramaoute), même sans que l'on puisse deviner qui est visé (af ché lo youvane klal mi hou), et même s'il n'en découlerait aucun préjudice pour le destinataire visé (afilou im lo yaguiya choum raâ lifloni), même si cela n'apprend rien de nouveau afilou éine mégalé lo davar 'haddache), ou si c'est une chose qui a déjà été racontée (ché é'had kévar sippér lo).
- même si cela porte sur des actes répréhensibles et répugnants, ou pour des avantages commerciaux.
- qu'il porte sur les ancêtres de quelqu'un (bémaâssé avotav), sur ses proches (qérovav), ou sur les actes anciens de quelqu'un (maâssav harichonim), contre des défunts (assour lévazote éte hammétim).
- qu'il porte sur des manques attribués à quelqu'un en qualité (mi tsad 'hésrone chélémoute hamaâlote), sur ses faiblesses ('halouche), sur sa pauvreté (âni), sur sa richesse (achir), sur ses biens ('hafatsav).
- il faut même veiller à ne pas pouvoir être soupçonné de lachone harâ ('hayav adam lichmor âtsmo ché lo yiyé né'héchad liméssappér lachone harâ).
- il est interdit d'habiter dans un environnement où se pratique le lachone harâ, dine issour dira bichékhouna baâlé lachone harâ.
- il est interdit de se placer habituellement dans la synagogue à un endroit où il y a des gens qui pratiquent le lachone harâ, dine issour qéviâte maqom bévéite haknésséte étsél baâlé halachone.
- c'est d'une importance capitale d'éduquer dès leur plus jeune âge les jeunes enfants à ne pas faire de lachone harâ, godél ha'hiyouv lé'hanékh haqqétanim minéouréhém bichémirate hallachone.
- pour le colportage, il est interdit de l'écouter même si c'est dit en public ou devant plusieurs (bifné rabbim), ou même si cela est dit par beaucoup de personnes (afilou im chmâ zé méharbé anachim), ou même si cela se fait par l'intermédiaire de bonnes choses dites envers quelqu'un (rékhiloute âl yédé sippour lachone tov)
- il est interdit de lire du lachone harâ (issour qériate lachone harâ).
Il faut étudier de près la halakha pour parvenir, en dépît de ces lois absolues, à apprendre comment faire pour les respecter dans le cas de personnes dont les fonctions les contraignent à examiner les actes de quelqu'un et à en faire éventuellement rapport ou mise en garde (juges, réchoute lé béit-dine léssapér).
Il faut aussi veiller à des expressions qui peuvent être comprises en deux sens différents (dibbour ché yéche lo chné panim).

Réflexions personnelles
Si l'on veut être logique et quelque peu honnête après avoir été éclairé par la Torah sur la nature fondamentalement mauvaise, destructrice, irréparable du lachone harâ qui tue véritablement et n'a pas de réparation possible sur aucun des plans de la réalité interne, externe et céleste, pour aucun,
après avoir été éclairé par les Sages sur les exemples, les nuances, les cas,
constatons qu'un des cas les plus répandus aujourd'hui est la lecture, l'audition et la vision des attaques politiques, des ragôts sur la conduite sentimentale ou sexuelle, qui inondent les journaux imprimés, télévisés, les films et les radios, l'audition des interviews et débats qui en sont un spectacle.
Cela est clair. Les conclusions sont simples , même si elles contrarient nos habitudes et notre plaisir destructeur.
C'est la grandeur du judaïsme que de savoir prendre la distance devant les comportements nocifs des masses qui les admettent et les valorisent : va vers toi-même lékh lékha, est-il dit à Avraham.
Nous avons les éclairages de la Torah et de nos Sages pour y résister.
C'est par là que nous améliorerons autour de nous à notre petit niveau.

Cela va encore plus loin. Rachi dit que le Chabbate nous ne devons pas seulement ne pas travailler, ni parler du travail et des affaires mais même ne pas y penser. Dans le même sens il y a une interdiction grave qui va jusqu'à ne pas penser au lachone harâ (dine issour ma'hachévéte lachone harâ).
Notre vigilance doit donc être "de grande qualité" (chémira méoula) et "très puissante" (chémira 'hazaqa).
Elle doit aller jusqu'à ne rien dire de mauvais ou de mal (chélo lédabbér lachone harâ ourékhiloute véchoum davar râ). La Torah nous enseigne cela par ces versets :
- nétsor léchonékha mérâ ouséfatéikha middabbér mirma (psaume 34, 14).
- chémor pit'hé pikha (Mikha 7, 5).
Depuis toujours, des groupes de Juifs se sont constitués pour s'entraider à résister au lachone harâ. Cela s'est même organisé sur le Web.

Mais il faut aussi dévoiler l'une des subtilités de la médisance: elle prétend utiliser les mises en garde ci-dessus pour empêcher de parler des difficultés de la situation en Israël ou de les analyser, alors que cela seul permet d'assumer nos responsabilités se lon la Torah et nos engagements. Ce serait aussi stupide que de ne pas regarder les difficultés d'enfants et, don, ne pas l'aider à améliorer. Un médecin qui agirait ainsi serait criminel.

Le coeur du problème
Nous sommes maintenant bien conscients du péril du lachone harâ pour la société, pour toutes les relations, pour chaque être.
Nous avons dit aussi que cela est parce que c'est une atteinte à la racine de tout et une atteinte à la parole qui est la réalité la plus proche du divin. Nos Sages expriment souvent cela en analysant avec une finesse extrême le sens de la "langue" (lachone) : ce qui est central, intime, d'union, sur tous les plans ici-bas, est à l'image d'En-haut. Ils l'expriment en disant que ce mot, dans sa guématria lorsque le mot est écrit en toutes lettres déployées, correspond au même "chiffre" que le nom saint Eloqim (300).
La Torah elle-même est nommée lechone limoudim, la langue qui donne la connaissance. Celui qui, au lieu d'étudier la Torah, se disperse en conversation futile (si'ha bétéla) est appelé léts, et celui qui utilise sa langue pour le lachone harâ a commis plus grave que l'idolâtrie (âvoda zara) ou que l'inceste et les unions interdites car il a vraiment tué, même s'il ne le voit pas, il a versé le sang de son prochain, et il a éteint dans le monde la lumière de la chékhina.

Le Juif sait cela qui est élevé et précis dans la réalité : il est réaliste, social, lucide sur lui-même et a appris que les réalités se correspondent aux différents niveaux. Détériorer l'un touche l'essentiel sur tous les plans. Améliorer modestement ici, améliore le monde en permettant la descente du flux de la bénédiction et la réalisation du plan de bonheur.
Un mot vrai, juste, sincère, provoque l'union pour toute une vie, éternellement. Chacun le sait.
Une blessure en ce lieu ne parvient jamais à détruire l'amour initial.
Ainsi des mots dits de D.ieu à l'homme.
Ainsi, surtout, dans l'hébreu, où chaque lettre a un sens à l'intérieur du mot, comme dans une chimie moléculaire essentielle et musicale.
Qui a découvert ainsi le mot en hébreu a fait une expérience inoubliable et la Torah lui apparait alors comme une myriade de lettres vivantes qui disent chacun des messages, qui sont des lumières éclairantes, des goûts délicieux, des téâmim.
Alors nous disons :
ma ahavti toratékha, kol hayom hi si'hati,
"combien j'ai aimé Ta Torah, tout le jour, en moi, elle est ma conversation" (psaume 119, 97).
Tout ce psaume 119 décrit la relation d'amour dans la parole. C'est la bonne langue.

Fabule
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1023
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : syncrétique concordiste
Humeur : Oui bien sûr, plusieurs et en plus tout le temps !
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par ElBilqîs le Lun 23 Fév 2009 - 19:29

je ne connaissais pas le terme mais je connais (malheureusement) comme tout le monde la "chose" et ses effets!
Médisance, calomnie, deux petites copines qui ne quittent guère les médias, les trottoirs et les bureaux ou autres lieux de travail!
une seule façon de s'en éloigner: se réfugier dans sa " bulle de rêve" sur son petit nuage ou sur une île déserte!...et encore!
même le forum ne faillit pas à cette règle "empoisonne tes congénères en racontant des mensonges sur leur compte, il en restera toujours quelque chose!"
un terrible dicton ne dit-il pas "il n'y a pas de fumée sans feu?"
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par Fabule le Lun 23 Fév 2009 - 19:52

Sauf que les effets sont peut être plus importants que ce qu'il paraît !!!!
L'effet papillon (entre autre)pour faire comprendre autrement !!!
Il est toujours bon de rappeler l'ampleur colossale qu'a ce genre de phénomène sur la vie de tout le monde tous les jours !!

Fabule
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1023
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : syncrétique concordiste
Humeur : Oui bien sûr, plusieurs et en plus tout le temps !
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par ElBilqîs le Lun 23 Fév 2009 - 21:37

je ne sais pas (pardon d'être aussi ignorante) ce qu'est l'effet papillon, mais je connais bien les méfaits de la rumeur, de radio trottoir, ou de tous ces "bruits qui courent" plus vite que le vent, plus vite que la lumière"
on peut s'en détacher (au moins provisoirement) par la méditation.
on peut (un peu) lutter contre, en ne relayant pas ces abominations, ou en s'efforçant de transmettre de l' Amour plutôt que de la haine.
c'est possible... à condition de ne pas être pourri jusqu'à l'os par le besoin de détruire pour paraître!
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bénédiction / malédiction

Message par Fabule le Mar 24 Fév 2009 - 16:08

L'effet papillon est une théorie qui veut dire qu'un battement d'aile de papillon peut engendrer une tornade à l'autre bout de la planète !!
Ce que tu dis est juste en ce qui concerne la rumeur, et je pense que la médisance dans sa globalité (donc du juron, aux ragots, à la malédiction, au négativisme etc ...) a des influences que l'on ne soupçonne pas !!
Dans le premier collage que j'ai mis, il est dit que le lachone harâ, la médisance, est plus affreux et redoutable que le meurtre ou l'adultère !!! Ce n'est quand même pas rien !!! Alors, je sais que c'est une croyance, une religion qui tire ses conclusions, mais moi ça m'interpelle sérieusement !!!!
Et je comprends mieux pourquoi rien ne donne l'impression d'évoluer pacifiquement sur terre, les conflits, fléaux, etc ....
Mais bon ce n'est qu'un point de vue !!
Mais c'est tellement important et ........... métaphysique !!!!!

Fabule
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1023
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : syncrétique concordiste
Humeur : Oui bien sûr, plusieurs et en plus tout le temps !
Date d'inscription : 17/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum