Le samkhya

Aller en bas

Le samkhya

Message par Invité le Ven 26 Déc 2008 - 18:24

Le véritable samkhya est une philosophie athée, dualiste qui remonterait au VII siècle avant JC et attribué au sage Kapila. Ce serait le plus ancien systeme philosophique hindou.

Par la suite le samkhya a été intégré dans une vaste synthèse de l'hindouisme, il a été associé au yoga et au védanta. Dans la Bhagavad- Gita, le samkhya perd son originalité puisque le Purusha y est associé à Dieu.

Le postulat du samkhya est qu'il existe deux principes éternels, l'Esprit conscient et la Nature inconsciente. Les deux principes sont indépendants mais se réfléchissent mutuellement.

L'Esprit (purusha) est Un, non composé, indifférencié, immuable.

La Nature primordiale (prakritti) est une énergie, à la base de tout ce qui est, de la multiplicité. Dans son état non manifesté, elle contient à l'état latent le germe de tous les éléments de la matière. (Le samkhya en a dénombre 24). L'évolution du monde est un effet spontanné de la nature, il n'y a pas de Dieu créateur.

La Nature obéit à un mouvement mécanique et cyclique engendré par l'action et la réaction de forces opposées, une force d'action, une force d'inertie, et l'équilibre entre les deux. Quand les forces de la nature sont en équilibre, rien ne vient se réfléchir sur le miroir conscient de l'Esprit, il n'existe rien. (à ce stade du non manifesté, on pourrait presque dire qu'on a affaire à une fausse dualité).

Quand à l'aube d'un cycle cosmique, se produit un déséquilibre, le mouvement de la nature se met en marche sous l'action de forces opposées, et les éléments apparaissent à l'existence, par émanation successives. Ce n'est pas une création, mais une actualisation un développement de ce qui existe potentiellement, à l'état involué, dans la matrice originelle de la nature primordiale.

Que le mental, l'intelligence, soient le fruit d'une évolution apparente de la matière, peut surprendre mais n'est-ce pas aussi la conclusion de la science moderne ? Le seul élément qui soit étranger au monde est la
conscience.

C'est par le jeu de miroir, entre l'Esprit et la matière, que va naître l'illusion de la conscience individuelle, limitée. Les multiples devenirs de la Nature vont par cet effet de miroir capturer les reflets de l'Esprit ou on peut dire que l'Esprit en se réfléchissant dans les formes multiples de la Nature manifestée va apparaitre comme multiple et de son côté la Nature va apparaitre comme consciente.

(On peut faire des parallèles avec les autres systemes dualistes dans lesquels l'âme est considérée comme une étincelle d'Esprit prisonnière de la matière, sauf qu'ici il n'y a pas nécéssité d'un dieu créateur)

Dans l'être humain, c'est en se réfléchissant dans le mental et l'intelligence, les éléments supérieurs de la Nature, que l'Esprit va donner naissance à l'âme individuelle. Quand cette âme sera capable de reconnaître que les phénomènes ne sont rien d'autre que des manifestations de la Nature primordiale, et étrangère à l'Esprit, alors l'illusion cessera et elle recouvrera son identité avec l'Esprit immuable et incréé. L'âme n'est pas l'auteur des actions. L'action appartient à la nature. De cette fausse identification à l'action nait le karma et la pluralité des existences. Quand l'âme prend conscience que ce n'est pas elle qui agit, mais les forces de la nature, elle se libère et rejoint le principe spirituel pur.

En définitive l'Esprit a toujours été Un, éternellement libre, et incréé, il est tout ce qui n'est pas le fruit de l'évolution de la nature. A la fin d'un cycle de manifestation de la nature, tout revient au repos, à l'équilibre primordial.

On voit que le samkhya est proche du Védanta, sauf qu'il ne fait pas intervenir de Dieu pour gérer l'univers.
Il est aussi proche du bouddhisme sauf que pour le bouddhisme l'existence de deux principes indépendant n'est pas affirmée. Il n'y a pas d'être en soi, tan dis que dans le samkhya l'être en soi est sensé être l'Esprit. Il est enfin proche du matérialisme évolutioniste de la science s'il n'y avait le fait que la conscience trouve sa source dans l'Esprit qui est tout autre que la matière.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le samkhya

Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 7:34

Ce forum est si riche qu'il me faudra du temps pour l'explorer !

Merci pour cette présentation, c'est très intéressant, et je me sens bien avec cette cosmogonie.

C'est basé sur des textes écrits ? Ne penses tu pas que toutes ces théories sans dieu (comme le bouddhisme à l'origine) n'ont elles pas été agrémentée d'un ou plusieurs Dieu juste pour les rendre plus accessible,parce que l'humain en a besoin ? L'humain a besoin d'une autorité qui lui dicte ce qu'il peut et ne peut pas faire, d'être rassuré quant à ce qui l'attend après la mort... et ho ! La philosophie se transforme en religion ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le samkhya

Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 21:27

C'est une des plus ancienne philosophie indienne et elle m'interpelle. Elle a été reprise ultérieurement dans les sytèmes Yoga puis Védanta, mais là on fait intervenir la notion d'un Dieu cosmique.

N'oublions pas que nous sommes dans le kali yuga, et que dans cet âge de confusion, on dit qu'il est plus facile de suivre la voie de la dévotion à Dieu, la voie du coeur est préconisé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le samkhya

Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 21:52


il est certain qu'il est plus facile et rassurant de suivre une voie tracée et balisée que de s'aventurer hors des sentiers battus, quitte à faire de ce chemin le but et d'oublier pourquoi on le suit ! C'est sans doute ce qui fait le succès des croyances aveugles: il ne faut pas réfléchir, il suffit de suivre le "mode d'emploi". Ghandi dénonçait aussi cette attitude.

Heureusement qu'il est toujours possible de dépasser les croyances, à l'intérieur même des religions, comme Magnus nous a bien expliqué par un exemple
Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le samkhya

Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 22:30

Oui mais on peut aussi accepter une croyance théiste comme une voie sans préjuger du but.

Comme disait le grand mystique Ramakrishna, si on veut trouver de l'eau il vaut mieux creuser un seul puit assez profond que plusieurs trous de moindre profondeur. Il voulait dire par là que si on saute d'une voie à une autre, on appronfondit rien et on arrive à rien. (Je dois avouer que c'est un peu mon problème, à vouloir être trop universel, on se disperse).

Tandis que si on s'astreint volontairement à suivre une discipline, une seule voie, un seul maitre, on se concentre uniquement sur cette voie, en évitant tout dispersement, je sais que ça peut paraitre parfois pour du sectarisme mais c'est un stade qui porte aussi des fruits.

Aucune religion n'est mauvaise puisque chacune a produit des mystiques, des saints ou des sages.

J'en conclus que ce n'est pas la croyance qui importe, mais la foi qu'on y met.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le samkhya

Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 22:38


décidément Jayrâm, nous sommes d'accords sur beaucoup de points !

C'est exactement pour cela que j'ai choisi de m'engager dans le bouddhisme: pour ne creuser qu'un "trou": en effet, on peut progresser en profitant de l'expérience de ceux qui nous ont précédés, on évite pas mal d'erreurs.

J'aurais pu aussi choisir le soufisme ou l'hindouisme, mais il n'y avait pas d'enseignement assez proche de chez moi. Je suis très heureuse de mon choix: il est en parfaite adéquation avec mes idées.
Mon compagnon va bientôt reprendre le chemin du soufisme, qu'il avait interrompu suite à de gros problèmes. Il y a bientôt une conférence-dialogue entre un soufi et un lama bouddhiste: je ne vais pas la rater ! Débuter le soufisme aurait été difficile puisque croire en Dieu est un pré-requis, mais il paraît qu'après, ce n'est plus un problème

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum