le secret de la longévité ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le secret de la longévité ?

Message par bernard1933 le Sam 17 Jan 2009 - 15:24

Ci-dessous un article du Bien Public de ce jour. Boire un petit coup c'est agréable, dit la chanson, mais encore ?
Le Bien Public (samedi 17 janvier 2009)

Vin et santé
Ne faisons pas du vin un médicament !


Il faut boire de l'eau avec modération et redécouvrir les vertus thérapeutiques du vin, à doses très modérées. Nouvelles révélations.
A lire parfois les articles un peu trop louangeurs sur les propriétés de certains composants du vin, une lecture un peu rapide ou volontairement complaisante ferait bientôt du vin la « panacée » c'est-à-dire pour reprendre la définition étymologique, le remède contre tous les maux !
Non. Soyons raisonnables, car le mieux est parfois l'ennemi du bien et à trop vouloir en faire on peut parfois obtenir un résultat contre productif.
Le vin, et c'est aujourd'hui clairement établi sur le plan scientifique, comporte des composants chimiques, qui ont une action potentiellement intéressante sur de nombreux mécanismes à l'origine des maladies vasculaires. En particulier, son action légèrement dilatatrice sur les vaisseaux, la diminution certes d'importance modérée mais réelle du cholestérol et surtout ce qui est parfois moins connu, la diminution de la coagulation du sang (action antiagrégant plaquettaire) qu'il induit sont trois mécanismes qui expliquent parfaitement la moindre fréquence des maladies cardiovasculaires observées dans les pays où l'on consomme du vin. Des études épidémiologiques internationales en témoignent indiscutablement.
Mais ce n'est pas pour autant que le vin doit être paré de propriétés thérapeutiques curatives ou préventives et les risques de l'alcool qu'il contient contrebalancent largement ses éventuels bénéfices.
Soyons clairs, on boit du vin pour le plaisir de son goût, pour le plaisir de la convivialité qui l'entoure, pour la tradition et le prestige qu'il représente aussi, pas pour ses quelques composants qui ont des propriétés intéressantes pour certains aspects de la santé. Certes c'est plutôt bien que lors d'une consommation modérée ces aspects soient présents mais ce serait hypocrite de dire qu'on le boit pour cela.
Par contre, charger ce produit traditionnel de notre mode d'alimentation occidentale et latine de tous les maux serait tout aussi déplacé et constituerait le rejet d'une partie de nos racines car n'est-il pas associé a nos fêtes et même aux célébrations religieuses chrétiennes ? Ne jetons pas la vindicte ni sur ceux qui le produisent ni sur ceux qui l'apprécient avec plaisir mais aussi avec tempérance et surtout sans prendre le volant après. C'est là surtout où se situe le problème car même à « petite dose » ou « rarement » il vaut mieux ne pas conduire.
Mais de grâce ne faisons pas du vin un médicament, cela serait non seulement de « mauvais goût » mais risquerait, ce qui serait encore plus grave, de lui donner « mauvais goût » car dans l'esprit de beaucoup de gens, un médicament efficace, cela doit être imbuvable !
Dr Bien Public


Molécule issue du vin contre l'obésité : recherches en cours
Bien compris, ce message rejoint celui d'une juste prévention pour la santé, à savoir que deux à trois verres de vin rouge par jour apportent de nombreux bienfaits. Les récentes études tentent à démontrer que l'abstinence (et donc une hypothétique prohibition) prive l'adulte de molécules présentes dans le vin qui préviennent des maladies cardiovasculaires, du mauvais cholestérol de certains cancers et même de l'obésité !
Des chercheurs français ont identifié une molécule présente dans le vin qui permet à des souris de bénéficier d'un régime alimentaire riche en graisse, sans grossir et sans devenir diabétique, tout en améliorant leurs performances musculaires. Cette découverte, publiée en novembre dernier dans la revue américaine Cell Metabolism intéresse évidemment l'industrie pharmaceutique. Elle confirme par contrecoup, les vertus thérapeutiques naturelles du vin rouge. Car le resvératrol qui est l'un des nombreux polyphénols présents dans la peau du raisin noir active cette protéine de l'organisme, la Sirt qui influence de manière significative le poids et le risque de diabète de type 2. Plus étonnant, les souris qui bénéficient de cette molécule synthétisée par les laboratoires peuvent courir deux fois plus longtemps que les autres et gardent un poids constant, alors qu'elles étaient soumises à un régime riche en graisse.
On retrouve donc ce fameux resvératrol qui a tant fait couler d'encre et donné naissance au fameux concept du « french paradox ».
Le docteur Jean-Pierre Rifler, médecin urgentiste à Montbard, ne cesse de mener des études sur les bienfaits des polyphénols et notamment du resvératrol, présents dans le vin rouge depuis sa thèse en 1994.
Scientifique épicurien, le docteur Rifler nous explique : « Saint Benoît préconisait déjà à ses moines une consommation quotidienne de 270 ml de vin, ce qui correspond à moins de 30 gr d'alcool. On retrouve aujourd'hui le bien fondé de cette préconisation ». Dans ce qu'on appelle le « french paradox », le vin rouge joue un rôle important, même s'il n'est pas exclusif dans le régime crétois.
« L'effet antioxydant des flavonoïdes (polyphénol colorant) du vin rouge semble être l'un des mécanismes de la protection vasculaire, apportée par le régime méditerranéen. Ces polyphénols agissent par plusieurs mécanismes : une action vasodilatatrice, une action anti-inflammatoire, une amélioration de la fonction endothéliale, un effet antiagrégant plaquettaire, une diminution de l'oxydation des LDL (mauvais cholestérol) et une action anticancéreuse spécifique du cholestérol. Nous savons depuis la méta-analyse de Yusuf (2004) que la consommation modérée d'alcool est un facteur protecteur cardiovasculaire au même titre que la diminution du taux de LDL, l'arrêt du tabac, la consommation de fruits et légumes et que l'activité physique. »
Avec ses confrères, il a mené une étude au sein du service de réadaptation cardiologique de l'hôpital de Montbard, pour vérifier l'efficacité de ce régime, en prévention secondaire (post-infarctus), associé à un réentraînement progressif à l'effort. Deux groupes témoins ont été constitués. L'un d'eux buvait un à deux verres de vin rouge par jour et l'autre, ne buvait que de l'eau.
« Cette étude a montré que la consommation modérée de vin rouge de Bourgogne, associée à une alimentation rationnelle et une activité physique, était bénéfique pour la prévention secondaire de la constitution de la plaque d'athérome. »
Pourquoi du vin rouge de Bourgogne ? Parce qu'il contient beaucoup de resvératrol qui a un pouvoir anti-oxydant qui agit sur la mort programmée des cellules. Certes, on trouve ce polyphénol dans les fruits ou les jus de fruit, mais l'alcool présent dans le vin potentialise les effets du resvératrol ; même s'il n'est pas question de nier les effets délétères de l'alcool, au-delà de 30 g par jour (deux verres de 15 cl).
Le docteur Rifler affirme qu'il suffisait selon cette étude, de deux semaines de ce régime associant vin et activité physique pour voir baisser le taux de LDL de ses patients.
Provocateur toujours bien documenté, le docteur Rifler affirme à propos de l'eau : « Le slogan, Buvez éliminez, ça ne marche pas. On n'élimine que de l'eau comme l'a montré un récent article, paru dans une revue américaine de néphrologie ».

bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages: 10079
Localisation: Dijon
Identité métaphysique: agnostique
Humeur: serein
Date d'inscription: 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: le secret de la longévité ?

Message par ElBilqîs le Sam 17 Jan 2009 - 16:59

ben dis donc!
va falloir que je me décide à picoler!
parce que si toute l'eau que je bois ne sert qu'à me faire uriner ...de l'eau! c'est bien la peine que je me force!
et puis en plus ça va me guérir!
mais le Bordeaux, c'est bien aussi !? c'est quoi cette récupération partisane? après les querelles de clocher, voilà-t'y pas que tu nous apportes les querelles de cuvées?

ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages: 4073
Localisation: là haut dans les étoiles
Identité métaphysique: qu'importe
Humeur: douce et calme
Date d'inscription: 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: le secret de la longévité ?

Message par SEPTOUR le Sam 17 Jan 2009 - 18:38

La longévité ne tiendrait qu'a nous, DIEU n'aurait pas fait des corps pour ne durer que qq decennies. TTes les parties du corps seraient reparables et méme repousseraient.....si nous savions comment entretenir et reparer le corps.
Mais voila le ''know how'' s'est perdu. La génése pourtant nous parle de vieillards plusieurs fois centenaires,. Si, comme je le crois, ces gens ont vécu si longtemps c'est parce qu'ils devaient savoir ce que nous ne savons plus au sujet de la longévité et du corps: nous en sommes le maitre mais refusons de le controler dans sa totalité.
Toutefois, il faut bien le reconnaitre, nous ne connaissons que tres peu ce véhicule extraordinaire:le corps. Nous ne maitrisons de ce dernier que les fonctions reliées au 5 sens, les autres se font malgré nous.
Qu'arriverait il si jour apres jour nous implantions dans notre subconscient l'idée suivante:''Je maitrise tjrs mieux mon corps, j'en prend le controle chaque jour un peu plus. je suis conscient de chacun de mes organes que je pousse a étre tjrs plus en sante.''.......

SEPTOUR
Maître du Relatif et de l'Absolu

Nombre de messages: 1851
Date d'inscription: 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum