La mort, l'au delà, les religions..

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vous pensez que

38% 38% 
[ 3 ]
13% 13% 
[ 1 ]
49% 49% 
[ 4 ]
 
Total des votes : 8

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par bernard1933 le Sam 10 Oct 2009 - 9:54

Tout à fait d' accord ! Et texte très clair et compréhensible . Les découvertes modernes ont complètement bouleversé nos conceptions anciennes et nous incitent à raisonner d' une tout autre façon . Tout n'est qu' énergie, conscience . Et je ne suis pas anesthésié par un angélisme
inconscient pour me cacher ma crainte de la mort ! Je ne crois pas du tout à un au-delà personnalisé, encore moins à un après-vie atroce ! La bonne blague ! Je me dissoudrai tout bêtement dans cette grande Conscience, mais je ne disparaîtrai pas dans le sens anéantissement.
Un peu comme le bouillon-cube dans le potage , pour rejoindre la formule du jardinier amoureux...
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par Invité le Sam 10 Oct 2009 - 10:39

Très bien Bernard, mais comment en es-tu certain ? Par exemple, que penses-tu de ceci : la mort n'est pas un sommeil; tu occupes actuellement la place d'un homme; mais quand tu mourras, tu iras au néant, cependant la place que tu occupes sera de nouveau occupée; tu te réveilleras en mouche ou en thaïlandaise ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par Thierry le Sam 10 Oct 2009 - 13:58

Personnellement je n'en sais rien pour la bonne raison que je suis "vivant". Il faudrait donc que je donne un avis sur un état que je ne connais pas et que je ne connaîtrais jamais étant donné que lorsque j'y aurais droit je ne serai plus là.Il s'agirait donc de ma part de projections, d'imagination, de conditionnement, d'interprétations, de certitudes de toutes sortes qui ne pourraient être construites sur rien de réel à mon niveau. Je précise bien : "à mon niveau". Que d'autres y parviennent ne m'interpelle pas. Chacun fait avec ce qu'il a. Je n'ai que ça.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par Tibouc le Sam 10 Oct 2009 - 14:06

Oui bernard, tu ne crois pas à un après vie. Mais tu n'as pas non plus de représentation de la mort, étant donné que tu es vivant.
avatar
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Age : 28
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

http://thibautbouquet.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par bernard1933 le Sam 10 Oct 2009 - 22:26

Mon seul souhait ? Qu'une de mes molécules se retrouve dans l'oeil
d' une jolie javanaise... Quoique, avec les tsunmis et les séismes...Au cours des réunions périodiques ou des permanences de l' ADMD à Dijon, nous abordons très ouvent le problème de la mort . C'est le but de l 'association.Je puis vous assurer que beaucoup partagent ma façon de penser et que la plupart sont sereins . Nous sommes pratiquement tous âgés , la valise à la main...Nous ne parlons pas de religion, sauf exceptionnellement . Et maintenant que Leela m' a appris que le Dalaï
Lama était un de mes disciples...
quand nous abordons l' euthanasie .
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par JO le Sam 10 Oct 2009 - 23:15

J'ai été bénévole dans une association de soins palliatifs, et je trouve leur approche pas très éloignée, sauf le refus de l'euthanasie . Mais le recours aux antalgiques forts et à la morphine abrège forcément les jours des mourants. Seulement,l'intention est de soulager, pas de faire mourir ...Je préfère cette option, même si, finalement, ça revient au même .

Si on parvient à s'identifier au Tout qui nous emplit, et pas à la forme qui le contient, la mort ne parait plus qu'un changement d'état .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par JO le Sam 10 Oct 2009 - 23:17

je précise que le texte qui vous a plu, ci-dessus, est de Deepack Chopra . Je l'ai aimé, aussi et souhaité le partager avec vous .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par Geveil le Dim 11 Oct 2009 - 1:46

Bernard, tu n'as pas répondu à ceci:
Escape a écrit:Très bien Bernard, mais comment en es-tu certain ? Par exemple, que penses-tu de ceci : la mort n'est pas un sommeil; tu occupes actuellement la place d'un homme; mais quand tu mourras, tu iras au néant, cependant la place que tu occupes sera de nouveau occupée; tu te réveilleras en mouche ou en thaïlandaise ?
On se met la tête dans le sable ? :ploc:
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort, l'au delà, les religions..

Message par _La plume le Dim 11 Oct 2009 - 11:05

Le pire des suicides est le suicide de l’esprit ! L'abandon de soi, le renoncement.

Bonjour Leleu

Ce sujet m'interpelle.

Beaucoup de religions personnalistes considèrent que l'extinction de soi dans un Absolu indifférencié telle qu'elle est vécue dans certaines philosophies orientales (pas toutes) est un suicide spirituel, le pire des suicides. (Lire par exemple "l'expérience interdite " du catholique le Père Verlinde). Pour un chrétien, ça peut se comprendre puisque le christianisme est une rencontre entre l'homme et Dieu dans l'altérité.

Mais par ailleurs, des mystiques parmi les plus grands y compris dans le christianisme ont parlé de "l'au-delà de Dieu" pour paraphraser Maitre Eckard ou l'Être rejoint le Non-Être, ou encore le "todo nada" le tout/rien d'un Jean de la Croix, un état qui ressemble étrangement à la vacuité des bouddhistes. Le père Le Saux qui a approché cette expérience a eu peur d'y perdre sa foi dans le Christ, et pourtant il reconnait que cette expérience de la non dualité absolue se situe au delà de celle du Dieu personnel ? Il a tenté de concilier les deux.

Je cite le Père Le Saux :

" l'âme a dépassé le monde où Dieu est connu à la façon d'une idole née de l'esprit de l'homme"

" Quand j'atteignis le fond de Toi,
Oh ! qu'advint-il de moi ?
Oh ! qu'advint-il de Toi ?
Quand j'atteignis le fond de moi,
il n'y eut plus ni Toi, ni moi ! "

Comme le marin naufragé, qui se débat en haute mer l'homme lutte alors en vain contre le courant qui l'emporte et les flots qui le submergent. C'en est fini de lui;
bientôt il n'y aura plus ni "je" pour être conscient... ni moins encore une conscience pour se rendre compte qu'il n'est plus d'expérience possible....

Nul ne demeure pour dire : « J'ai atteint le plan de l'Absolu », ou : « J'ai passé au-delà de moi-même, je me suis échappé. »"

"Il ne reste RIEN"


Et Il écrit encore plus loin:

"Seule subsiste cette conscience même en son état le plus pur"

"L'homme ne peut voir Dieu et subsister....
et seul celui qui accepte de tout risquer, y compris la perte de son propre moi peut entrer dans ce " Royaume.
"

""Sans doute, s'il ne s'agissait que de se sacrifier au Seigneur, le chrétien le ferait avec joie, et comme spontanément, sur la foi de l'Évangile. Mais cette purification radicale semble aussi lui enlever le Seigneur lui même !
son Seigneur !"

"Dieu a choisi de n'être pas, sans l'homme"


Autrement dit, l'homme et Dieu sont inséparables. L'Un joue à être deux, Dieu et l'homme. L'homme a-t-il la liberté de ne plus adhérer à ce jeu ?

Cela exprime un état de conscience ou l'idée même de Dieu disparait. De notre point de vue, on peut dire que c'est un suicide spirituel, et pourtant il semble que c'est là l'Ultime, l'Ineffable.

Je crois comprendre qu'arrivé à ce niveau "théisme" et "athéisme" ne sont plus contradictoires. Dieu à la fois existe et n'existe pas, tel est le mystère.

Alors on peut dire que Dieu est lié à sa création, et qu'il est lié à l'homme, et qu'il y a un au-delà de Dieu,
ou tous les deux disparaissent, mais peut-on le désirer ? En tant qu'homme avec un égo, je ne crois pas, et pourtant il semble selon l'expérience des mystiques qu'à un certain niveau on y soit fatalement entrainé comme dans un vortex ?

_La plume
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5987
Localisation : au sud du sud
Identité métaphysique : hérétique
Humeur : c'est selon avec qui
Date d'inscription : 17/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum