Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par bernard1933 le Dim 14 Juin 2009 - 15:38

Mais Leela, je serai recyclé ! Rien ne se perd. Tu connais mon fantasme :
ma molécule transportée par le vent, réintégrée dans la cellule d'un oeil d'une belle javanaise !
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Invité le Dim 14 Juin 2009 - 16:41

je serai recyclé
Bernard? serais-tu écolo à ce point?
Certes nous sommes peu de choses, et notre corps terrestre encore moins, puisque nous pouvons vivre avec "plein de morceaux en moins" qu'ils soient visibles ou non! et même avec un esprit "différent" (tout le monde ne peut pas compter les étoiles ou fabriquer un robot capable de.... mais tout le monde n'est pas non plus capable de nous enchanter le palais les yeux ou les oreilles!)
Mais rien ne t'empêche de rêver que tu es transporté dans l'oeil de cette jolie fille des îles du Pacifique et de rêver avec elle de l'homme idéal :ptdr: :ptdr:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par raphael-rodolphe le Lun 15 Juin 2009 - 15:57

bernard1933 a écrit:En faisant tourner ma petite tête, j'ai bien du mal à concevoir vos histoires de karma. C'est une belle construction de l'esprit, mais, pour moi, ça s'arrête là .Pourquoi revenir sur terre , pour achever quoi ?
Revenir sur Terre pour apprendre, comprendre, acquérir aussi des Connaissances, Savoir... et tout cela fait évoluer notre "âme-esprit" dans l'au dela. Ainsi, nous évoluons et pouvons prétendre à d'autres vies plus facile ou moins difficile. Mais nous n'achèverons nos passages ici bas, qu'après d'innombrables allées et venues.
Pourquoi payer pour les autres ? Pourquoi payer pour soi ? A supposer que dans ma vie antérieure, j'aie violé ma belle-mère, à quoi me servirait d'expier plus tard ce petit faux-pas ( ce n'était que ma belle-mère...) , puisque je n'en conserve aucun souvenir . Je continue à penser que l'origine de cette croyance est l'angoisse de la disparition définitive, de sa mort entière et inéluctable. Par contre, notre matière survivra , ou redeviendra un jour de l'énergie , et notre conscience se dissoudra dans la grande Conscience , une goutte dans l'Infini...
La Justice Divine est totale et absolue, aucun humain n'a la possibilité d'y échapper, aucune richesse amassée sur cette terre, aucune influence politique ou toute autre chose issue de l'Homme ne peux faire obstruction à ce que l'on doit recevoir karmiquement, de "bon" comme de "moins bon".
Aussi Bernard, la matière retourne à la matière et l'énergie retourne à sa source (le Créateur).
avatar
raphael-rodolphe
Aka L'Arbre Qui A La Tête Dans Les Etoiles

Masculin Nombre de messages : 1824
Localisation : Aucune
Identité métaphysique : Christique
Humeur : Aucune.
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Invité le Lun 15 Juin 2009 - 16:30

Autrement dit, Bernard, quelle que soit ta foi en Dieu, tu vas mourir un jour, et moi aussi, d'ailleurs!Et ta chair redeviendras poussière (un peu plus vite si tu te fais incinérer) et ton âme/esprit/ énergie/"raison"?/ retournera dans l'Infini (ou l'Unité) cosmique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Radha2 le Mar 16 Juin 2009 - 16:41

Nous trouvons dans les vedas que le karma est la traduction matérielle d'un principe spirituel, et qu'on ne peut pas évoquer ce concept sans induire l'idée que ce qui est Un dans une réalité, est distinct et relatif aux âmes distinctes dans l'autre.

L'idée du sacrifice pour le 'salut de l'humanité' que l'on retrouve chez les essénéens, l'endura cathare, etc se situe dans la conviction que l'évolution individuelle est une nécessité dans un contexte de temps cyclique.

Mais sans oublier que selon les écrits védiques, deux sortes d'âmes; celles éternelement libres, et celles éternement conditionnées....

Mais je ne préfère pas me questionner la dessus :)

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Invité le Mar 16 Juin 2009 - 21:13

Mais sans oublier que selon les écrits védiques, deux sortes d'âmes; celles éternelement libres, et celles éternement conditionnées....

On peut y ajouter les âmes libérées du samsara selon Ramanuja, ça ferait trois classes d'âmes : Nitya, Mukta et Baddha.

On retrouve sensiblement les mêmes distinctions dans la tradition gnostique : les "pneumatiques" (les âmes parfaites dont la nature est purement spirituelle) les "psychiques" ou croyants (en voie de se libérer par la grâce des parfaits) et les hyliques (éternellement conditionnées par des vues matérialistes).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Radha2 le Mer 17 Juin 2009 - 3:43

Il reste alors à se demander quelle est la meilleure méthode d'affranchissement pour la catégorie des 'psychiques' ou Mukta, dont la vision est obscurcie par les contigences de notre âge...

La question est complexe car suivant la théorie des âges, dans l'ére de kali qui à débuté dans les textes il y a 5000 ans (dailleurs la raison de la quadruple division des vedas) l'homme vit moins longtemps, est moins conscient, moins résistant, etc...
Aussi la methode gnostique ou jnanaiste (libération par la spéculation philosophique et la connaissance), ainsi que la voie du renoncement (sannyasi) ou du yoga ne sont guéres praticables aujourd'hui en raison des pressions et du manque de temps....

En fait, je crois qu'on en revient à la signature de Jayram dont l'esprit de pure dévotion et d'abandon total au Principe Suprême imprégne la baghavad-gita entiére

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par Invité le Mer 17 Juin 2009 - 11:00

En ce qui me concerne un dosage de "dévotion" et de "gnose" dont la proportion peut varier selon les circonstances et parfois selon mes interlocuteurs . Cool

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par NICOLAS ROUSSELOT le Mer 22 Juin 2011 - 19:53

Invité a écrit:Voilà encore un principe qu'on retrouve aussi ailleurs que dans le bouddhisme, mais il lui a donné une dimension particulière.
Mon avis personnel ? Je n'ai pas adopté l'idée de "vie difficile ici-bas" = "punition pour mauvaises actions" parce que, si la réincarnation existe (je n'y crois pas plus que cela), l'âme peut avoir "choisi" une vie difficile pour comprendre certaines choses ou pour d'autres raisons. Une autre raison pour laquelle je n'adhère pas à cette vision est que je ne crois pas à l'ego (même si je suis encore empêtrée dedans), je crois plutôt à un "karma collectif", global, et que chacun de nos actes l'influencent.

Le Karma - Loi de cause à effet
Publié le 15 octobre 2000 , par Lama NAMGYAL
« Si vous voulez savoir ce que vous étiez dans les vies antérieures, regardez ce que vous êtes actuellement ; si vous voulez savoir ce que vous deviendrez dans les vies futures, regardez ce que vous faites maintenant » Proverbe Tibétain
Tout acte est le mûrissement d’une cause antérieure et celui-ci aura une conséquence dans le futur. Ce que nous sommes aujourd’hui est le résultat des actes passés et ce que nous effectuons maintenant, déterminera l’avenir. Cette loi de causalité du karma est ce qui conditionne toute notre existence. Cependant, tous ces conditionnements ne sont pas définitifs car nous avons une certaine part de liberté et, quelles que soient les circonstances, il demeure toujours une possibilité de choix. En résumé, il y en a deux : soit de progresser vers la lumière de l’éveil, soit de régresser vers les ténèbres de l’ignorance. C’est la raison pour laquelle nous avons le libre arbitre. Bien que nous soyons prédisposés depuis la naissance, ces propensions ne nous déterminent pas totalement. Il est donc en notre pouvoir de nous libérer ou de nous aliéner.
Tout acte en bien ou en mal, du corps, de la parole et de l’esprit aura une conséquence bonne ou mauvaise, dans cette vie, dans la suivante ou bien après. Il est impossible, à moins d’appliquer l’antidote approprié, que le karma se détruise ou se perde, même après d’innombrables ères cosmiques.
Il existe un très grand nombre d’actes nuisibles, mais on peut les ramener à dix. Trois pour le corps : le meurtre (et le suicide), le vol et l’inconduite sexuelle ; quatre pour la parole : le mensonge, la calomnie, les paroles blessantes et les paroles inutiles ; et trois pour l’esprit : la convoitise, la malveillance et les vues fausses sur la nature essentielle de la réalité. Les dix actes positifs consistent à abandonner les dix actes négatifs. Il s’agit de protéger la vie des êtres animés, de pratiquer la générosité, et d’avoir une conduite éthique, de dire la vérité, de créer l’harmonie entre les gens, de parler de manière pacifique et de tenir des propos sensés ; d’avoir peu de désirs tout en étant satisfait de ce que l’on a, de développer la bienveillance en soi et d’adhérer à ce qui est authentique (loi du karma, réincarnation, etc.).

La suite de l'article est intéressante aussi: http://sangharime.com/ed/index.php?title=Karma
Depuis mon tout jeune âge je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi certains naissent dans des familles avec une cuillère d'argent dans la bouche, et d'autres naissent dans les pires endroits et ont ensuite une vie qui est une succession de malheur, à l'époque étant religieux, j'avais deux choix, soit c'est le hasard, soit c'est la volonté de DIEU. Mais déjà à l'époque pour moi le hasard n'existe pas, il ne me restait que Dieu, je pris donc la décision à 14 ans de quitter la religion où un Dieu était aussi sadique pour faire autant souffrir les hommes, surtout les nouveaux nés selon son bon vouloir. Heureusement pour moi je suis tombé sur des livres qui parlaient de réincarnation et de Karma expliquant enfin d'où venait cette fameuse souffrance qui me faisait tant souffrire, et c'est à partir de la que la vie pour moi pris tout son sens, dans un de mes sujet j'ai parlé de cette loi de cause en ces termes:
On dit souvent ce qui est bon est mal et ce qui est mauvais est bien; L’âme
s’incarne dans ce plan de matière régi par une des lois de l’évolution, la loi du bien et du mal. Tout ce qui est bien pour l’âme nous apporte la joie et nous fais évoluer sur le chemin du retour, et tout ce qui est mal (par exemple alcool, tabac, dépravation etc.…) nous apportent souffrances et malheurs et nous éloignent de plus en plus de nos attributs et de notre essence véritable.
L’âme arrive dans ce monde terrible et dois avoir un corps, celui-ci est sous sa responsabilité, c’est son temple, c’est cette partie d’elle-même qui s’est fait chair. Ce corps doit être entretenu, conservé, pour que l’âme puisse rester dans ce plan de matière. Donc la première chose à faire au début de l’humanité c’est survivre. Pour cela dès le début nous avons cet instinct de conservation qui nous pousse à tout faire pour rester en vie, quitte à tuer d’autres animaux, d’autres hommes. Nous avons des pulsions dont la plus importante est la pulsion sexuelle qui nous pousse à nous reproduire pour la pérennisation des espèces, ces pulsions, ces instincts sont inscrites dans l’homme animal ; cet instinct de conservation nous pousse à développer des techniques de survie et est à l’origine de la science et autre.
L’homme à oublié sa vraie nature il s’est dépouillé de ses pouvoirs et il doit faire avec les moyens de bord pour survivre.
N’oublions pas que les lois spirituelles s’appliquent à l’homme depuis son
apparition dans le monde de la dualité. Tu ne tueras point, tu ne voleras point, tu ne forniqueras point etc.…Mais cette nouvelles âme tue, vole, fornique, car elle n’as pas le choix, elle doit survivre.
Elle subit alors de plein fouet les conséquences de son animalité et elle accumule du karma, des énergies négatives, qui vont l’éloigner de plus en plus de son essence divine pour plonger à fond dans la matière pour devenir de plus en plus homme animal, et cela de vie en vie et à travers les âges, pendant des siècles voir des millénaires.
Et puis de temps en temps parmi ces hommes il y en a qui s’éloignent du
groupe lèvent la tête vers les étoiles sont émerveillés devant la beauté de la nature des sentiments naissent, certains peuvent entrer en contact avec des êtres venus d’ailleurs pour les aider, des avatars, des chamanes, des prêtres vont apparaitre dans les différentes civilisations, des religions vont se créer l’homme va lentement très lentement commencer le chemin du retour.

NICOLAS ROUSSELOT
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 673
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par _La plume le Mer 22 Juin 2011 - 20:35

Je te suis en ce qui concerne la loi de causalité, mais une question reste obscure. Pourquoi au tout début l'âme qui selon moi est éternelle et vierge, tombe dans ce monde de dualité et met en route la roue du karma ? Est-ce de sa propre volonté ? sous l'effet du désir d'expérimenter la dualité (le péché originel) ? Si oui, pourquoi s'est elle détournée du monde divin qui est perfection ? est-ce un accident cosmique ou un cycle mécanique ? a-t-elle été entrainé dans la chute contre son gré par des anges rebelles ? ou par la volonté de Dieu ? ou est-ce tout simplement une illusion ?


_La plume
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5987
Localisation : au sud du sud
Identité métaphysique : hérétique
Humeur : c'est selon avec qui
Date d'inscription : 17/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par _La plume le Mer 22 Juin 2011 - 21:27

Une précision. Ce fil traite du karma selon le bouddhisme, qui est différent du karma enseigné dans d'autres religions.

_La plume
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5987
Localisation : au sud du sud
Identité métaphysique : hérétique
Humeur : c'est selon avec qui
Date d'inscription : 17/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par NICOLAS ROUSSELOT le Mer 22 Juin 2011 - 22:48

"La plume"Je te suis en ce qui concerne la loi de causalité, mais une question reste obscure. Pourquoi au tout début l'âme qui selon moi est éternelle et vierge, tombe dans ce monde de dualité et met en route la roue du karma?

L'âme éternelle? oui; Vierge? peut-être, sauf si elle est allée sur d'autres mondes expérimenter d'autres lois car ce n'est pas parce que notre monde est régi par la loi de la dualité que tous les mondes qui peuplent l'univers le sont. Pour répondre à ta question, la simple logique humaine voudrait que si on doit éliminer du karma ou des dettes karmiques, il faudrait d'abord que nous en ayons, donc il faudrait que nous soyons dans un monde déjà existant qui serait régi, conventionnellement par les DIEUX, par la loi du bien et du mal, nous permettant au départ d'en accumuler, et plus nous en accumulons, plus nous nous éloignons de notre divine nature, le voile s’épaissit telle est la loi; Cette loi a comme intérêt qu'elle permet à l'homme d'avoir tout les outils qui lui permettront d'expérimenter tout les aspect possibles de la vie ici bas et ainsi sortir de cette virginité originelle qui ne lui sert à rien, elle est originellement, comme une goutte d'eau dans la mer et par le karma elle se singularise et devient comme le fameux iceberg dans la mer tout en étant dépendante de cette mer, elle existe par l'expérience qu'elle vivra bonne ou mauvaise, et ainsi chaque âme se différenciera des autres par les différentes expériences bonnes et moins bonnes qu'elles auront vécus. Donc pour mettre en route la roue du karma, il faut en accumuler, et cela est très facile car nous avons nos instincts hérités de notre moi animal, de notre ego, qu'à un moment nous devrons maîtriser pour retourner a notre virginité en ayant eu toutes ces expériences.
Est-ce de sa propre volonté ? sous l'effet du désir d'expérimenter la dualité (le péché originel) ? Si oui, pourquoi s'est elle détournée du monde divin qui est perfection ? est-ce un accident cosmique ou un cycle mécanique ? a-t-elle été entrainé dans la chute contre son gré par des anges rebelles ? ou par la volonté de Dieu ? ou est-ce tout simplement une illusion ?
Il m'est difficile d'imaginer un monde divin qui forcerait une âme à faire quoique ce soit; La nécessité est d'expérimenter, d'apprendre comme ADAN de goutter à l'arbre de la connaissance du bien ou du mal, comme un enfant qui doit aller à l'école alors qu'il aimerait rester au chaud à côté de sa maman, il se sent abandonné, mais il doit y aller, cette école est régi par un règlement intérieur. On peut donc parler de chute volontaire de l'âme dans la matière (chute du paradis par désir de connaissance) l'âme jeune ayant perdu la mémoire va chuter en se souillant s'éloignant au fur et à mesure de ses attributs divins ( s'éloignant de DIEU) d'où la nécessite pour elle de s'incarner plusieurs fois, et à chaque fois qu'elle revient elle est consciente du travail à accomplir pour retourner vers sa nature divine, tout dépendra alors de sa capacité à lutter contre ses instinct, son ego.

NICOLAS ROUSSELOT
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 673
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les principes enseignés dans le bouddhisme: LE KARMA

Message par JO le Lun 17 Oct 2011 - 8:45

de sa capacité à sentir "juste", malgré ce cadeau empoisonné qu'est la verbalisation donnée à l'homme . J'ai compris seulement ces jours-ci, le but de la méditation sans pensée. Je le savais, théoriquement, je ne l'ai ressenti que ces jours-ci, saturée de mots et d'idées contradictoires, sur le net et sur les ondes ...
On est habitués à considérer comme une supériorité la raison raisonneuse et verbeuse. C'est un plus, mais devenu excessif, envahissant, étouffant .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum