éloge de Lao-tseu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

éloge de Lao-tseu

Message par Invité le Mer 1 Juil 2009 - 20:49

Il a travaillé par le vide. Sobre comme l'eau, il s'est tenu là où les expériences se perdent. Silencieux comme le Grand Silence, vide comme le Grand Silence, indéterminé comme lui, non spécifié comme lui. Il a renoncé aux mots lorsque ceux-ci se sont révélés trop adéquats. Il a senti qu'il fallait être en-deçà. Sa vacuité était un signal que n'ont pas su saisir les logicistes. Car, du Grand Silence, il fallait des oreilles assez fines pour l'entendre. Mais eux, à coups de rien, l'ont muselé.

À présent le vent porte ses prédicats. Le soir dissipe ses doutes. La faim de l'univers se dispute sa gloire. Les vers s'attablent à son aliment. C'est que de toute manière tout contient tout. Un lointain disciple confondit un cannibale qui se repaissait indûment du corps de la doctrine. « Ce que vous faites est répugnant ! Comment pouvez-vous vous nourrir de chair humaine ? —— Mais cette chair est faite de ce qui compose les bêtes et les plantes, et encore de l'eau et des minéraux. Et les bêtes et les plantes sont à leur tour faits de terre et de cette chair. Il n'y a rien qui ne soit dans autre chose, et en ce sens, tout le monde est cannibale, vous autant que moi. »

Le maître avait une parole mais sa parole était une anti-parole. Il l'agençait dans le but de désagencer, ou dans le début d'agencer. Ceux qui ne voient pas la machine là où elle se trouve sont insensibles à la poésie du monde. C'est parce qu'il désenseignait que l'enseignement du maître pouvait porter.



// ---> la source de ce texte est sur ce site, où l'on trouvera d'autres textes du même acabit //

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: éloge de Lao-tseu

Message par Talek le Mer 1 Juil 2009 - 23:10

Bel éloge.
Les mots sont comme les barreaux d'une cage et le Message un oiseau.
Qu'est-ce qu'un oiseau qui ne peut voler ?
Le mental qui parle dit: je vois l'oiseau entre les barreaux, donc l'oiseau est dans la cage.
Mais l'oiseau est au-delà, en liberté et indicible. Seul cet observateur se pavanant dans cet illusion vie dans la cage.
C'est un art que de parvenir à laisser entrevoir l'indicible. Et Lao tsé pouvait dire non pas par les mots, mais entre les mots et démontrer par la même que les mots sont incapable de renfermer le tao.

Talek
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 103
Localisation : P2 Dôme
Identité métaphysique : bof
Humeur : Serein
Date d'inscription : 28/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum