De l'enfance à la maturité

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Dim 8 Nov 2009 - 15:12

A Miphum
Mais ai-je écrit qu'il fallait prohiber le défi ?
J'ai même dit que le défi est une étape nécessaire à la construction de l'homme mais qu'en mûrissant il a de moins en moins besoin de défier.
Si un homme de soixante ans défie un jeune de seize ans à la course, ce peut être par jeu, avec le sourire. Or je n'ai écrit nulle part qu'il est interdit à un adulte de jouer, même et surtout avec des enfants. Mais si c'est pour montrer qu'il est le plus fort, c'est irréaliste car il a toutes les chances de perdre, et c'est puéril.
Plus explicite encore, imagine un homme de soixante ans qui dise à un ado s'apprêtant à sauter de cinq mètres de haut " Chiche, t'es pas cap", que penserais-tu de cet homme ?
Alors qu'un copain de l'ado serait capable de le défier. Tu vois la différence?


A Tibouc,
Merci , je vais le rajouter à ma liste et le développer, à moins que tu ne veuilles le faire, j'en serais enchanté, et ce serait ce que j'attends du forum, des contributions constructives, un travail en commun et pas seulement des échanges d'opinions.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Mar 10 Nov 2009 - 13:14

Suite:

LE DENIGREMENT

Voilà encore un trait caractéristique de l’enfance. Les “t’es nul, t’es pas cap, t’es moche, etc..” des cours de récréation est monnaie courante. Il se peut d’ailleurs que ce soit un phénomène de société et que ce comportement n’existe pas dans d’autres formes de société.Si vous avez enseigné des enfants, vous avez sans doute expérimenté le “ C’est nul” lorsqu’ils ne comprennent pas.

Quelles sont les fonctions du dénigrement?

1- l’image de soi paraît plus grande si elle se compare à plus petit.

2- Quand je tente d’expliquer à ma fille des choses mathématiques et qu’ elle ne comprend pas, ce n’est pas elle qui est “nulle” , mais les maths ou le prof, ou moi. Pour expliquer ce type de dénigrement j’émets quatre hypothèses:
a- Oserais-je dire que nous sommes là dans un exemple de la loi de Le Châtelier: “ tout système tend à échapper à la contrainte qu’on lui fait subir”? Le dénigrement serait donc une façon d’échapper au changement. Mais cette loi concerne des systèmes physiques, est-elle valable pour un être vivant ? En particulier, pourquoi un enfant, plein d’enthousiasme et curieux de nature, qui apprend des milliers de choses sans contrainte, tenterait-il d’échapper au changement?
b- Aucun être n’aime apprendre sous la contrainte quand il ne voit pas l’utilité de cet apprentissage. Il ressent cela comme un abus de pouvoir et une manipulation sauf bien sûr, s’il a choisi d’apprendre en vue d’un but qu’il s’est fixé. Les enfants aiment apprendre par le jeu ( Les adultes aussi d’ailleurs ), or des siècles de conditionnement à la croyance qu’à la suite du péché originel nous devons souffrir ont institué une pédagogie de la contrainte ( Cf “La pédagogie noire” de Katharina Rutschky” citée par Alice Miller dans son livre “ C’est pour ton bien” ).
c- Personne n’aime ressentir l’impuissance, or notre système éducatif regroupe des enfants du même âge dans une même classe alors qu’ils n’ont pas du tout la même maturité intellectuelle, si bien que l’enseignant adapte son cours à une moyenne qui n’existe pas. De nombreux enfants sont alors mis en situation d’échec. Pour peu que du fait de leur histoire ils présentent un terrain tant soi peu fragile, cette situation les renvoie à un sentiment d’impuissance, d’où le dénigrement pour échapper à ce sentiment.

3- notre société de consommation fait de nous des nourrissons, des humains qui oublient de grandir parce qu’ils sont dans la toute puissance, dans le “ je veux tout , tout de suite” et “ il suffit que je demande et j’obtiens ”. Dans ce contexte, tout ce qui est de l’ordre de la règle, de l’attente, de la patience fait figure de contrainte insupportable (“ Contrainte” !! Cf. le paragraphe précédent ) Nous sommes en plein dans le principe de plaisir ( Concept freudien) et hors du principe de réalité. Insupportable pour des nourrissons. D’où le dénigrement.

4- le dénigrement collectif est une façon de resserrer le lien tribal.

Les considérations qui précèdent m’amènent à penser que le dénigrement n’est pas une fonction naturelle de l’enfant mais qu’elle est induite par notre société. Il faut toutefois bien admettre que l’enfant est un être physiquement et psychologiquement vulnérable et qu’en conséquence, le dénigrement est bien une réaction enfantine. Par comparaison, un adulte mûr, même en situation d’échec ne fait pas appel au dénigrement pour nier cet échec, il se donne le droit d’échouer. Un enfant se donnerait peut-être aussi ce droit dans une société différente mais la société est elle même immature parce que constituée d’individus immatures pour une grande part.

Reste le besoin grégaire qui lui est me semble-t-il un besoin naturel nécessaire à la vie en société.

Comment la maturation voit disparaître ces fonctions?

L’expérience montre qu’on ne gagne rien à dénigrer et au contraire, qu’on grandit à grandir l’autre et à l’encourager

1- Un enfant éduqué par des adultes qui l’aiment et l’encouragent se construit une bonne image de soi et avec l’âge adulte n’a plus besoin de dénigrer les autres pour se sentir “grand”.

2- Quand je tente d’expliquer à ma fille des choses mathématiques et qu’ elle ne comprend pas, ce n’est pas elle qui est “nulle” ( D’ailleurs je ne le pense nullement ), mais les maths ou le prof, ou moi.
a- il est clair qu’avec la maturité, un adulte ne cherchera pas à échapper à la contrainte par le dénigrement mais éventuellement par la fuite ou la confrontation.
b- là encore, un adulte mûr ne dénigrera pas la personne ou la matière contraignante mais tentera de comprendre les raisons qui ont instauré cette contrainte et fuira ou les acceptera.
c- avec la maturité, un adulte apprend soit à gérer les situations, faisant preuve alors de puissance, soit à accepter son impuissance, mais dans les deux cas, le dénigrement disparaît de sa boite à outils

3- Une évolution complète voit disparaître le besoin grégaire après l’adolescence. Mais dans l’état actuel de l’humanité il subsiste encore chez de très nombreux adultes sous forme de chauvinisme, sectarisme, idéologie, construction de mégapoles, entassement sur les plages estivales, etc...

A la limite: l’Homme mûr sera d’une vitalité inépuisable, d’un amour sans borne et ne saura qu’encourager ses semblables.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par bernard1933 le Mar 10 Nov 2009 - 21:58

Très bonne analyse, Gereve ! je la partage entièrement .
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par JO le Mer 11 Nov 2009 - 8:55

question : qui a déjà rencontré un adulte ???
La théorie me semble défendable, , toutefois .
Le défi, pour moi, c'est la pulsion de vie : imaginons tout ce que nous avons relevé pour en arriver où nous sommes .Mais la compétition sociale ne satisfait que l'ambition de même nature . Sportive, de même . Le défi s'exerce, au niveau interpersonnel, dans un cadre défini .Par nature, il ne me parait pas signer la maturité, évidemment . Mais le défi à soi-même, au contraire, nous accompagne jusqu'au bout, et de plus en plus .

Le dénigrement est une sale habitude , une déviance, selon moi .Il est inutile et même préjudiciable, à soi-même encore plus qu'aux autres . Il corrompt la jeunesse comme la maturité . Défaut d'éducation, peut-être ? Mais la disparition des notes et de la rivalité scolaire n'a guère amélioré les adultes qui en sont issus .
Ce qui stimule l'enfant devient préjudiciable avec l'âge , mais comment se rendre compte qu'on trimballe des réactions archaïques, obsolètes ? D'où la nécessité de l'auto examen, avant tout dénigrement .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Dim 15 Nov 2009 - 11:04

Suite.

LA DÉLATION


“Papa, papa !!!! Julien a tiré la queue du chat !” Dans la famille, il est interdit de maltraiter les animaux et Marie s’empresse de rapporter cette entorse au règlement commise par son frère.
La délation est un comportement qui n’apparaît que dans un groupe social hiérarchisé. Or pour un enfants, la famille quelle qu’elle soit, est hiérarchisée. La délation est-elle pour autant naturelle à l’enfant? Il me semble que dans le milieu enfantin c’est couramment pratiqué, en tous cas dans notre société, mais peut être que je me trompe et que les enfants “rapporteurs” ne sont proportionnellement pas plus nombreux que les adultes délateurs, auquel cas la délation ne serait pas une caractéristique enfantine. On peut très bien imaginer que la petite sœur rappelle la règle à son frère mais ne le dénonce pas.

La délation est plutôt mal considérée , que ce soit parmi les enfants ou parmi les adultes. Dans le milieu, rien de plus méprisé et haït qu’une “balance” .
Tentons de dépasser l’aversion que ce comportement suscite pour en étudier les fonctions.

1- Je la trouve très bien caricaturée dans une série animée américaine , “ La cour de récré “ par le petit qui est investi par la surveillante du rôle de mouchard. Il en tire des avantages
a- en nature: bonbons, gâteaux
b- psychiques: une certaine reconnaissance; même méprisé par celui à qui il dénonce, il y gagne à être connu. Nous retrouvons là ce fameux besoin d’identité, besoin très exigeant chez les humains.

2- Elle peut répondre au besoin de justice. Dans l’exemple donné en début de texte, il est possible que la petite fille trouve injuste que son frère transgresse la loi sans en subir de sanction.

3- Dans le milieu, elle permet à l’indic de poursuivre ses activités illicites avec la complicité de la police en échange de renseignements. Outre l’avantage économique évident l’indic y trouve sans doute un avantage psychique de l’ordre de la reconnaissance ou peut-être dans la possibilité de stagner dans un état du moi “ enfant soumis”.

Nous voyons que ce comportement a une fonction d’adaptation à la société mais dans tous les cas je le qualifie d’ immature lorsqu’il va “ objectivement” à l’encontre du but souhaité, à savoir un lien social valorisant . Le délateur certes est “reconnu” mais toujours avec un sentiment de rejet ou de mépris.
Par contre, s’il s’agit de dénoncer certains agissements vraiment dangereux, du racket à l’école par exemple ou la consommation de drogue, je crois qu’il faut à l’enfant qui dénonce du courage et une certaine maturité. Il le fait dans ce cas parce qu’il comprend la portée de son geste, il devient responsable, c’est en ce sens que je dis qu’il fait preuve de maturité. Il va sans dire qu’un adulte qui dénonce des parents maltraitants, par exemple, fait aussi preuve de responsabilité, c’est même le silence qui serait en l’occasion un comportement immature.

La délation n’est donc pas en soi un comportement immature, mais celle que j’ai donnée en exemple au début de ce texte est manifestement typiquement enfantine. Elle répond essentiellement au besoin d’être reconnu ou au besoin de justice. De tels comportements devraient disparaître avec l’émergence d’une société d’adultes relativement mûrs, et où la hiérarchie serait une hiérarchie de compétences et non une hiérarchie de pouvoir.

A la limite:
Les récompenses en nature encourageant la délation n’auraient plus d’effet dans une société où les biens de consommation ne seraient plus mis sous clé par les gens de pouvoir. De plus, dans une société où les liens de confiance, de solidarité, d’amitié, d’amour seraient plus importants que le paraître et l’avoir, le besoin de reconnaissance serait comblé. Dans une telle société, la délinquence baisserait considérablement et donc la délation n’aurait plus lieu d’être.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par JO le Dim 15 Nov 2009 - 11:19

sujet délicat . Enfants, mon frère et moi étions punis tous les deux , lui pour la faute révélée, moi, pour avoir "cafardé" . J'ai fini par tourner la difficulté en hurlant à proximité d'un parent, pour révéler la faute sans dénoncer . J'étais affreuse, et ne suis pas fière de ce trait ignoble de caractère .Mon frère m'avait donc baptisée , avec raison "la chipie", ou "la chigna" , mais on avait besoin, moi de mon tourmenteur, lui de sa victime . C'est souvent le ressort profond de ce comportement : besoin de faire valoir sa conception de la justice , chez le légaliste en herbe et besoin de transgression, chez l'indépendant débutant .
En grandissant, on prend conscience, l'un, de la nécessité de contrôler ses propres plates-bandes et pas les voisines; l'autre, que la vie en société comporte un minimum de conformisme avec la loi .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Dim 15 Nov 2009 - 11:30

Petit enfant, vers quatre ou cinq ans, j'allais à l'école à pied et au passage, j'allais chercher un copain dans une ferme. Un jour, je l 'appelle. Comme il ne répond pas, j'entre et vois sa sœur sur un lit et un jeune homme qui se cache. Arrivé à l'école, je raconte cela à la cantonnade. Il est évident que c'était pour me mettre en valeur; j'en ai encore honte aujourd'hui.
Combien d'humains biologiquement adultes font de même, des millions. N'est-ce pas un signe d'immaturité ?
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par bernard1933 le Dim 15 Nov 2009 - 14:32

Je ne sais pas comment on peut interpréter les histoires de mouchardage chez les enfants . J' ai toujours été surpris par le comportement de
solidarité des 3 petites filles de mon épouse . Elles se chamaillaient, bien sûr, mais si l' une faisait une bêtise, les deux autres n' avaient jamais rien vu ni entendu .
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Mer 18 Nov 2009 - 21:34

J'ai relu attentivement toute cette file Gereve et je ne vois pas grand-chose à rajouter. Je suis toujours aussi impressionné par la qualité de tes interventions et celle des participants...
Pour ma part, pour en revenir sur la notion de "pureté" chez les enfants, je dirai que tous les éléments que tu mets en avant et dont les apprentissages sont évidemment indispensables seront assimilés et validés par l'usage dès lors que les adultes qui en auront eu la charge auront su les transmettre. Les déficiences ou déviances perçues chez certains enfants sont à mon sens les résidus des déviances des adultes. C'est en ce sens que je considère les enfants comme "purs". Ca ne veut pas dire qu'ils n'ont rien à apprendre bien évidemment et que toutes les notions nécessaires à leur développement sont inscrites en eux à la naissance. Je veux dire par là qu'ils sont prêts à apprendre, totalement "vierges" de tout et qu'il convient de les préserver de ce que nous adultes "formateurs" n'avons pas su régler en nous.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Jeu 19 Nov 2009 - 9:31

Merci de tes compliments, je n'ai pas encore atteint le niveau des grands sages détachés de leur ego et ça me fait toujours plaisir.
Que veut dire " purs"? Ils ont un cerveau déjà structuré, par exemple ils sont capables de trouver le téton maternel et de têter. Et bien sûr ils sont capables d'apprendre, c'est même une caractéristique humaine d'échapper à l'instinct par l'apprentissage.

Dans ton raisonnement, très rousseauiste, effectivement rire j'ai l 'impression que les adultes sont déviants, pervertis.

Mais pourquoi le deviennent-ils?
Pour deux raisons:
1- la solitude ontologique, qui fait qu'on n'a pas accès à la subjectivité d'autrui et qu'au début, on agit que pour soi.
Voir la suite de mon post L'EGOÏSME.

2- Parce que les enfants sont soumis au "ça", à la volonté de vivre, débusquée par Schopenhauer. Ils lancent leurs charmantes petites pattes dans tous les sens, essaient de saisir, portent tout et n'importe quoi à leur bouche et tant pis si le petit poing vous entre dans l'œil. Ce n'est évidemment pas délibéré, et de ce point de vue, on peut parler de pureté, mais ce concept n'apporte rien à l'affaire.
Le fait est, qu'en garderie, les tout petits tentent parfois d'arracher le jouet d'un autre. Je ne vois là aucune pureté.

Tout mon post vise à montrer que ce que chez les adultes on considère comme des défauts, des obstacles à une communication aimante et respecteuse ce qui est présent chez les enfants et comme je ne cesse de le dire a une fonction. Donc, chez les enfants, je ne considère pas ces comportement comme des défauts, mais comme nécessaire à leur développement, l'égoïsme, par exemple qui fait qu'un enfant réclame l'attention sans tenir compte de la fatigue de sa mère. Par contre, un adulte qui par exemple interrompt la conversation entre deux autres pour placer son opinion manque de respect, on le voit beaucoup dans les débats politiques.
Ceci dit, d'après ce que j'ai lu de toi, tes méthodes éducatives me paraissent le signe d'une grande maturité et mieux, elles incitent les parents à plus de maturité.

Alors, me diras-tu, pourquoi cette discussion? Pour deux raisons:
1- nous inciter à regarder en nous ce qui est de l'ordre des comportements puérils
2 - parce qu'à considérer les enfants comme des anges, beaucoup de parents ne font pas le nécessaire pour les aider à grandir. C'est pourquoi je dis et je répète, non, les enfants ne sont pas des anges, même s'ils sont adorables.

Vois-tu maintenant où je veux en venir ?
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Jeu 19 Nov 2009 - 9:37

DE L’EGOISME A L’ALTRUISME

Je pense en effet que pour des raisons évidentes de faiblesse et de dépendance, le petit enfant est un égoïste forcené. Il me paraît difficile de contredire ce point de vue quand on constate que le nourrisson qui réclame à manger en pleine nuit ne soucie que de la satisfaction de ses besoins et nullement de l’état de fatigue de sa nourrice. C’est valable aussi pour grand nombre d’adolescents mâles et hétérosexuels qui sautent sur les femelles dans l’unique but de satisfaire leur désir et sans aucun souci des attentes de leur proie . Par opposition, un adulte suffisamment mûr, est capable de surseoir à ses besoins en tenant compte de l’existence des autres et est beaucoup plus disponible à leur demande. C’est, je crois, ce qu’on appelle altruisme..

Extrapolation métaphysique: l’adulte parfait serait un être n’ayant plus de besoins et capable de tout donner. Sa plénitude serait telle, qu’il pourrait tout donner sans rien perdre. On appelle cela aussi, je crois, l’amour parfait. Un tel être, s’il n’a pas de besoin, n’a pas non plus le besoin de donner. Il se suffit à lui même.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par JO le Jeu 19 Nov 2009 - 11:56

Pas du tout d'accord : l'être accompli connait et respecte ses propres besoins et il veille à y pourvoir .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Jeu 19 Nov 2009 - 12:23

Je vois très bien où tu veux en venir Gereve et je suis en plus parfaitement d'accord avec toi. Ce que je rajoute dans ton raisonnement, c'est le fait qu'un enfant ira vers le "bien" dès lors qu'il lui est clairement expliqué par un adulte lui-même lucide sur ce qu'il porte. Ce que je vois dans mes classes, années après années, ce sont des enfants porteurs de divers problèmes de comportements mais il suffit la plupart du temps que je discute un moment avec les parents pour identifier (je précise bien, parfois) la source des dysfonctionnements. L'apprentissage nécessaire de tout ce que tu cites a été perturbé par les adultes, pas par l'enfant lui-même.Lui, il aurait très bien pu assimiler tout ce qui est nécessaire à son évolution mais ce qu'on lui a proposé n'était pas clair...
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Jeu 19 Nov 2009 - 15:02

JO a écrit:Pas du tout d'accord : l'être accompli connait et respecte ses propres besoins et il veille à y pourvoir .
Si tu veux, mais je n'ai fait qu'extrapoler qui est une de mes opérations mentales favorites, l'extrapolation et le sorite du tas de blé.
Mon " adulte" est donc une abstraction, un futur lointain, de la science fiction, le tien est un adulte réel, il a encore des besoins.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Jeu 19 Nov 2009 - 15:27

Thierry, j'abonde dans ton sens.
Je pense en effet que les petits enfants apprennent beaucoup par imitation, et que donc, dans un milieu adulte équilibré et aimant, ils auraient tôt fait de dépasser leurs instincts, ce que ne font pas les animaux, qui se disputent des proies ou des carrés d'herbe comme les enfants de garderie dont je parlais ci-dessus se disputent des jouets.

Je vais même plus loin; tu sais qu'il existe des nourrissons pleureurs, qui se réveillent la nuit en hurlant, réveillant toute la maison par la même occasion. Et ça peut durer un an, parfois deux.

Ma question est: sont-ils pleureurs par nature, par constitution ou parce que leur environnement familial ( ou autre ) est perturbant ?

Je ne saurais répondre à cette question, je pense que les pédiâtres ont plus d'éléments de réponse, toi aussi peut-être ?

Et je ne pense pas non plus que nos chers amis croyants puissent trouver la réponse dans leurs livres sacrés Evil or Very Mad

Ceci dit, même si un nourrisson est entouré de l'affection qu'il faut, je ne crois pas qu'il puisse faire toute une nuit sans réclamer sa têtée,
de même, je ne crois pas qu'on puisse exiger d'un gamin de 3 ans qu'il ne tente pas de défier les adultes, c'est tout à fait naturel et ça contribue à sa construction, on ne peut pas non plus lui demander d'être responsable de ses actes, il ne dispose pas encore d'assez de connaissances.
Par contre, il est bien évident que les adultes dans le défi permanent ( Je ne parle pas du défi sportif ), conducteurs irresponsables ou pire parents irresponsables sont évidemment immatures.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par JO le Jeu 19 Nov 2009 - 18:38

Ceux d'entre nous qui ont plusieurs enfants savent à quel point ils sont différents : à quoi attribuer ces différences ?
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Jeu 19 Nov 2009 - 18:47

Excellente remarque, JO, ce serait un début de preuves comme quoi, il n'y a pas que l'environnement pour former l'homme.
Mais, mais, et s'il y avait une préférence plus ou moins consciente envers tel ou tel de ses enfants, si les relations avec le conjoint avaient changé, ou même sa propre personnalité ?

Question difficile.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Jeu 19 Nov 2009 - 20:38

Gereve a écrit:Excellente remarque, JO, ce serait un début de preuves comme quoi, il n'y a pas que l'environnement pour former l'homme.
Mais, mais, et s'il y avait une préférence plus ou moins consciente envers tel ou tel de ses enfants, si les relations avec le conjoint avaient changé, ou même sa propre personnalité ?

Question difficile.

Effectivement, je me suis aussi posé cette question parfois en ayant eu des frères ou soeurs successivement comme élèves.
Il est possible, au vu des discussions que j'avais avec les parents, que des différences de comportement chez les adultes aient pu influencer de telle ou telle façon l'enfant, sans même parler de difficultés internes au couple. Ces différences ont pu influencer également l'aîné par exemple et entraîner vers le benjamin des difficultés qui n'existaient pas chez l'aîné. La "systémique" est un phénomène très complexe.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Jeu 19 Nov 2009 - 20:54

[quote="Gereve"]

Je vais même plus loin; tu sais qu'il existe des nourrissons pleureurs, qui se réveillent la nuit en hurlant, réveillant toute la maison par la même occasion. Et ça peut durer un an, parfois deux.

Ma question est: sont-ils pleureurs par nature, par constitution ou parce que leur environnement familial ( ou autre ) est perturbant ?

Je ne saurais répondre à cette question, je pense que les pédiâtres ont plus d'éléments de réponse, toi aussi peut-être ?



quote]

Mon dernier garçon au bout de quatre semaines ne dormait que quatre heures par nuit. On ne comprenait pas. Il pleurait sans cesse. On a fini par aller voir un osthéopathe. Ca a duré vingt minutes. Léo s'est endormi sous nos yeux. Problème définitivement réglé. Déformation de la boîte cranienne pendant l'accouchement. Microscopique évidemment mais qui lui donnait des migraines énormes. Donc, il peut y avoir aussi des causes qui n'ont à rien à voir avec le comportement des adultes. Des causes invisibles et qui peuvent, en durant, dérégler complètement la cellule familiale.
Bon, n'empêche qu'on a quand même été confronté à un sacré fichu caractère avec notre Léo. Un vrai despote envers son frère et sa soeur. Il ne marchait pas encore qu'il savait se faire commander ! C'était hallucinant. Et bien, on a appliqué les mêmes comportements, les mêmes exigences, les mêmes "règles" qu'avec ses deux aînés. On les a "protégés", on a montré à Léo qu'il ne pouvait pas faire "sa" loi, c'est à dire ses caprices. Ca s'est réglé, peu à peu. Mais il a fallu qu'avec Nathalie, on maintienne une communication constante, qu'il n'y ait jamais de dissonnance dans nos décisions et nos comportements, que Léo ne puisse pas jouer avec d'éventuelles différences. Pourquoi était-il comme ça ? Avait-il "peur" de ne pas assez exister en étant le troisième ? Je ne sais pas, je n'ai pas de réponse. Toujours est-il qu'on aurait pu se faire avoir, c'était le dernier, une bille de clown, un casse-cou téméraire, et une sacrée volonté mais une tête de mule. Si on avait changé notre attitude, on aurait déréglé également le fonctionnement des deux aînés, on aurait renforcé Léo dans sa voie etc...
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Tibouc le Jeu 19 Nov 2009 - 23:33

Si tu veux, mais je n'ai fait qu'extrapoler qui est une de mes opérations mentales favorites, l'extrapolation et le sorite du tas de blé.

Hum... L'EXTRAPOLATION n'est pas un signe d'immaturité ? lol!


Je suis d'accord pour l'égoïsme a condition de ne pas le confondre avec l'individualisme.
Car charité bien ordonnée commence par soi-même, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas se soucier des autres.
avatar
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Age : 28
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

http://thibautbouquet.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Ven 20 Nov 2009 - 10:10

Merci Thierry, beau témoignage.
Et dans Léo, tu as une illustration de ce que je désigne comme L'AFFIRMATION DE SOI, ( Sous entendu au détriment des autres ) qui avec la maturité devrait s'atténuer, car un homme mûr n'a plus rien à prouver sur lui-même ( Par contre, il peut avoir à prouver que ses opinions sont bonnes, contre les idées reçues par exemple ).
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Ven 20 Nov 2009 - 18:44

L'affirmation de soi aujourd'hui pour Léo elle passe par la montagne :) Et plus par rapport à ses deux aînés. Il court sur les sommets.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Geveil le Ven 20 Nov 2009 - 18:47

Il a mûri, mais peut-être a-t-il encore à prouver quelque chose, peut-être, ou bien ce n'est que pour la joie de se dépasser.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par JO le Ven 20 Nov 2009 - 18:49

On dit que l'enfant du milieu est toujours le plus difficile . Chez moi, ça s'est vérifié .Attendu dans la joie, arrivé de même, il a braillé sans arrêt de 18 heures à cinq heures du matin jusqu'à ce que j'ai pu le sevrer. Il avait faim! Le lait ne lui suffisait pas , il faut croire . Mais en grandissant , il s'est révélé très "pleurnicheur" . Adulte, il communique peu , a un grand sens de l'humour mais un tempérament anxieux . Quand on les vaccinait , il était le seul à nous réveiller toute la nuit qui suivait .Ado, il se braquait pour un rien et il nous fallait des trésors de diplomatie pour qu'il ne boude pas pendant trois jours .
Curieusement, il ressemble beaucoup au frère de ma mère,et à mon propre frère, alors que ses frère et soeur sont "tout le portrait de leur père" . On pense forcément à une constitution héréditaire : son fils est comme lui ;
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: De l'enfance à la maturité

Message par Thierry le Ven 20 Nov 2009 - 18:56

Gereve a écrit:Il a mûri, mais peut-être a-t-il encore à prouver quelque chose, peut-être, ou bien ce n'est que pour la joie de se dépasser.

Il y a sans doute après avoir marché dans les pas de son père pendant 16 ans l'envie de montrer qu'il peut faire sa trace. Le désir aussi de "pousser la machine" comme il me l'a toujours vu faire. Il sait ce que j'ai appris là-haut. Il a les mêmes désirs "d'altitude". Il a "tué" le père en passant devant, maintenant il est heureux de l'emmener avec lui et de veiller sur lui autant que j'ai pu le faire. J'essaie de lui transmettre ce que je sais, non seulement techniquement mais sur l'observation de soi à travers cette "quête." Je sais combien elle est exigeante, hallucinatoire parfois, dangereuse dès lors qu'on va trop loin. C'est un apprentissage des espaces intérieurs autant que des horizons enneigés.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum