Les 5 solides de Platon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les 5 solides de Platon

Message par Millenium le Lun 2 Nov 2009 - 17:23

Les peuples néolithiques d'Écosse ont construit des modèles en pierre des cinq solides au moins 1 000 ans avant Platon (Atiyah et Sutcliffe 2003). Ces modèles sont gardés au Ashmolean Museum à Oxford.

Dans l'histoire des mathématiques de la Grèce antique, on peut tracer la chronologie suivante. Les pythagoriciens ont eu une connaissance empirique de trois solides : le tétraèdre (la pyramide), l'hexaèdre (le cube), le dodécaèdre (douze faces). Qui exactement connaissait ? Selon Proclos, Pythagore lui-même (vers 530 av. J.-C.). Mais ce peut être son disciple Hippase de Métaponte, ou, plus vraisemblablement, Archytas de Tarente (vers 360 av. J.-C.). Peut-être Hippase a construit, le premier, le dodécaèdre. Il n'est pas fait mention de la pyramide avant Démocrite (fragment 155), actif vers 430 av. J.-C. Archytas aurait le premier construit le cube, pour résoudre le problème de la duplication du carré. Le premier, Platon mentionne le dodécaèdre, dans le Phédon (110b), qui date d'env. 383 av. J.-C. Le mathématicien Théétète d'Athènes (mort en 395 ou 360 av. J.-C.) a découvert les deux autres solides : l'octaèdre et l'icosaèdre ; surtout, il les a construits, le premier, tous les cinq.[2] Platon a philosophé là-dessus.

Les solides de Platon joue un rôle premier dans la philosophie de Platon, à partir duquel ils ont été nommés. Platon, dans le dialogue Timée (env. 358 av. J.-C.), associait chacun des quatre Éléments physiques (la Terre, l'Air, l'Eau et le Feu) avec un solide régulier. La Terre était associée avec le cube (Timée, 55d), l'Air avec l'octaèdre, l'Eau avec l'icosaèdre et le Feu avec le tétraèdre. Il existait une justification pour ces associations : la chaleur du Feu semble pointue et comme un poignard (comme un peu le tétraèdre). L'Air est constitué de l'octaèdre ; ses composants minuscules sont si doux qu'on peut à peine les sentir. L'Eau, l'icosaèdre, s'échappe de la main lorsqu'on la saisit comme si elle était constituée de petites boules minuscules. Par contraste, un solide fortement sphérique, l'hexaèdre (cube) représente la Terre. Ces petits solides font de la poussière lorsqu'ils sont émiettés et se cassent lorsqu'on s'en saisit, une grande différence avec l'écoulement doux de l'eau. Pour le cinquième solide de Platon, le dodécaèdre, Platon remarque obscurément, "...le dieu utilisé pour arranger les constellations sur tout le ciel ". Platon mettait en correspondance le dodécaèdre avec le Tout (Phédon, 110b ; Timée, 55c), parce que c'est le solide qui ressemble le plus à la sphère. Aristote a nommé ce cinquième élément, aithêr (aether en Latin, "éther" en Français) et a postulé que l'univers était fait de cet élément, et qu'il était substantiel à tout les autres, qu'il les contenait tous.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Solide_de_Platon

Je n'avais jamais entendu parlé des 5 solides de platon ,c'est en parcourant internet sur le sujet des pyramides que je suis tombé dessus.
Un sujet qui pose des questions sur le pouvoir des formes.

http://www.dailymotion.com/video/x4wmmg_etrange-pyramide_tech
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Lun 2 Nov 2009 - 18:49

Je ne connaissais pas non plus . Mais la numérologie doit expliquer certains détails liés aux nombres de côtés .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Mar 3 Nov 2009 - 1:12

Bonsoir millénium.
Enorme sujet que vous soulevez là. A lui seul il mérite une rubrique qui pourrait se nommer « Métaphysique » puisque nous sommes là en plein ce qu’il convient de nommer de la métaphysique.
Je ne vous répondrais pas sur Platon mais d’avantage sur les figures géométriques. Le point, la sphère, le cône (le triangle), la multiplication du cône (les 12), le carré, (le cube) marquent la progression géométrique de l’abstrait au concret ou comment d’une dimension nous passons à un monde en 3, de l’essence à l’existence, de l’intelligible au visible comme le dit Platon ou de l’Un au multiple.
Ceci est ce que l’on nomme la Chute si mal comprise alors qu’il s’agit de la Descente formatrice : Le Paradis d’où Adam et Eve sont «chassés» étant tout simplement l’Esprit de Dieu dont ils proviennent, d’où ils sont Pensés.
Après la Descente, la Remontée soit l’octogone multiplicateur du carré (les Œuvres humaines), multiplications jusqu’aux 144 facettes dites du Graal, la Pierre taillée.

Je ne sais pas si ma réponse peut vous être utile, tellement lapidaire qu’elle ne peut que survoler le développement géométrique de la Pensée.

Un sujet qui pose des questions sur le pouvoir des formes.
Attention là vous sortez du sujet que vous proposez, les figures géométriques dont nous parlons ne sont pas à proprement parler des formes, étant entendu qu’elles contribuent à la forme dans la descente et à la spiritualisation de la matière dans la remontée. En fait de géométries, il faut comprendre "états de la Pensée" car celle-ci est ordonnée. «Dieu, toujours, fait de la géométrie.» disait Platon, et « Nul n'entre ici s'il n'est géomètre ».
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Cochonfucius le Mar 3 Nov 2009 - 10:36

Soit une sphère de rayon infini.

C'est alors un plan, car sa courbure vaut zéro.

Recouvrons ce plan avec des hexagones.

On a alors un autre solide platonicien, l'apeironèdre hexagonal (apeiron = infini).

Cela marche aussi avec des triangles ou des carrés, mais c'est plus beau avec des hexagones.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23066
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Mar 3 Nov 2009 - 15:45

encore, encore ...je n'ai jamais su finir un problême de géométrie mais ça ne m'en a jamais dégoûtée .Les mathématiques prouvent l'existence de Dieu, dit-on : elles sont un monde à elles seules, en dehors de l'esprit humain . Du mien, c'est démontrable . merci
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

merci pour vos réponces

Message par Millenium le Mer 4 Nov 2009 - 10:37

A plus grande échelle la forme des pyramides et l'orientation de celle ci jouent un rôle déterminant.

Platon parle d'éther, serait-ce l'énergie noir?
http://www.insu.cnrs.fr/co/ama09/podcast/cette-energie-qui-dilate-l-univers
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Mer 4 Nov 2009 - 11:06

la descente et la remontée de l'énergie créatrice : c'est ça qui, personnellement, me fascine . La Kabale , avec l'arbre de vie des sephiroth, figure ça , aussi
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par _Spin le Mer 4 Nov 2009 - 11:19

Bonjour,

Millenium a écrit:A plus grande échelle la forme des pyramides et l'orientation de celle ci jouent un rôle déterminant.
Avec les pyramides (d'Egypte je suppose), on n'est plus dans les 5 polyèdres de Platon (ou Théétète ou...). Ce n'est plus régulier (4 triangles et un carré à la base), ou c'est un demi-octaèdre. Ici on parle de tétraèdre (4 triangles égaux et équilatéraux, ce qu'on appelait autrefois un "berlingot").

à+

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Jeu 5 Nov 2009 - 1:03

Bonsoir Millenium.
Platon parle d'éther, serait-ce l'énergie noir?
http://www.insu.cnrs.fr/co/ama09/podcast/cette-energie-qui-dilate-l-univers
Oui, affirmatif !
Maintenant pourquoi noire alors qu’il s’agit de la substantifique Lumière alors que ce que l’on appelle pour 5% lumière sont la partie encore concrète qui réfléchie la Lumière ? Donc lumineux mais pas Lumière. En fait nous voyons là encore à l’envers, en négatif. Idem pour le vide, l'énergie primordiale est un plein, c'est le concret qui pourrait passer pour vide ! L’univers n’est ni en extension ni en rétraction étant infini, mais en éternel retour à sa source, comme les nuages. Lorsque la science officielle en sera là, et c’est pour bientôt, je ne vous raconte pas le big-bang dans les têtes. Nous allons vivre cela, c’est de notre génération !
L’énergie primordiale, la Faculté créatrice émanée de la Conscience d’être de l’Être n’est ni noire ni autrement, elle est la force de cohésion et de maintient égocentrique du Tout.

Ceci me permet de répondre à Gereve.
Gereve :
Peux-tu donner une définition précise de l'énergie conscience ainsi que les moyens de la mesurer ?
Pour la définition c’est fait : la Faculté créatrice émanée de la Conscience d’être de l’Être, la loi de miroir : Je/Suis.
Pour la mesure les moyens ne sont pas encore disponibles. Comme vos pouvez le lire sur le lien proposé par Millénium ces découvertes sont encore récentes. Nous en sommes encore au constat. Maintenant s’agissant d’abstrait je doute que par le quantitatif ce soit la meilleure façon de l’approcher.
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Radha2 le Jeu 5 Nov 2009 - 5:11

Si nous en sommes certes encore au constat des indices laissent à penser que ce n'était pas le cas de civilisations précédentes
Les mantras comme mode d'emploi a une technologie vibratoire antique dont la cymatique (cf Chladni) et les concepts naissants de 'champs morphogénétiques' ou 'ondes de forme' sont les prémisses d'une redécouverte partielle.
Et la géométrie comme traduction de la manifestation de différentes énergies dont la somme des perceptions est appelée univers

Au-delà je trouve risqué d'attendre une 'révélation' de l'establishment pour le 'bigbang dans nos têtes'... ce n'est pas ''de notre génération'', mais notre choix éternel parmi les connaissances disponibles
C'est dans les vedas que j'ai trouvé le plus utile recours aux voies discursives en ce qui concerne l'objet et le sujet

L’intelligence qui préside à la connaissance est composée de deux éléments : l’un physique, l’autre psychique. Les fonctions que nous désignons comme mentales ne sont en réalité que des pulsions mécaniques des organes physiques qui réagissent aux stimuli chimiques. Elles assument un caractère psychique lorsqu’elles sont “ illuminées ” par la conscience.
L’élément conscient est conçu comme extérieur aux organes physiques qui lui resteront néanmoins indispensables pour se manifester.

L’élément psychique est inactif. L’activité qu’il manifeste n’appartient en réalité qu’à l’élément physique qui l’accompagne et que le Védanta nomme organe interne, Antah-Karana. L’élément Conscient est connu sous le nom de Sakshin, que j'ai déja évoqué à propos du Purusha... C’est l’observateur neutre des états de l’organe interne actif. L’un ne peut exister sans l’autre. C’est ce tandem “ Sakshin-Antah Karana ” qui connaît, sent, agit … Ce tandem s’appelle aussi “ Jiva ” ou le soi empirique.

Ce concept d’un tandem explique de façon satisfaisante la double caractéristique du sujet et de l’objet que le Jiva exhibe dans la conscience de soi. Pour se connaître on a besoin d’un observateur objectif, car ce qui connaît ne peut pas être ce qui est connu. Cette entité complexe dure sous une forme une autre jusqu’à la délivrance. Lorsqu’elle se désagrège, l’élément physique retourne à sa source, la Maya ou éléments de la Nature et le Sakshin à Brahma ou Conscience Cosmique.

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par _Spin le Jeu 5 Nov 2009 - 6:26

Bonjour,

Au passage, on a vite fait de s'égarer, en voulant à toute force donner du sens aux solides "de Platon". Kepler y a vu un temps la clé des orbites des planètes... heureusement que ça ne l'a pas empêché de chercher et trouver ses trois lois...

à+


Dernière édition par Spin le Jeu 5 Nov 2009 - 8:07, édité 1 fois

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par _Spin le Jeu 5 Nov 2009 - 6:33

Et en contre-point, il y a des minéraux qui cristallisent selon ces mêmes solides. La pyrite par exemple (Fe2S3) peut former des hexaèdres, des octaèdres ou des dodécaèdres.

à+

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Jeu 5 Nov 2009 - 7:48

les cinq "solides" de Platon = les cinq pour cent de l'univers que les sens appréhendent ?

Nos matérialistes ne tiennent pas compte de l'évidence que c'est à cette infime partie du réel qu'accède la science qui nous est familière et nos perceptions ordinaires . Nous sommes dans une immensité "noire", à prendre pour seule réalité , le rond lumineux du soleil-réverbère, qui éclaire notre terre matérielle .Vertigineux ! cyclops
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Jeu 5 Nov 2009 - 11:35

Bonjour Radha
La pyramide du temps de l’humanité est comme un escalier, chaque plat de marche est un palier de progression concrète : découvertes, inventions, arrachées à notre solitude spatiale à force de recherches, d’intelligence accumulée. Cela c’est notre déterminisme, notre chemin de croix, c’est le temps dans son aspect le plus contraignant, la férule. Le temps que l’on ne peut raccourcir sans rater des stations, le temps que l’on ne peut prolonger sans édulcorer le vin. (Pourquoi m’as tu abandonné ?).
Mais chaque marche possède aussi sa contre-marche, sa hauteur, l’inspiration, la maturation aboutie de la marche précédente, notre libre-arbitre d’aller ou pas à la marche supérieure. C’est l’autre branche de la croix, celle de participer en conscience à notre destiné. (Mais que ta volonté soit faite).
Voici la cordée humaine qui s’ouvre la voie de l’Himalaya de sa conscience par monts et par vaux.
Nager, ramper, marcher, voler, tout vient à point qui sait comprendre, apprendre.
Le feu, la roue, l’atome, la Gloire, ce que désignent les Prophètes comme la route à suivre, dans les Védas, la Bible ou le Ârya-Mañjushrî-Nâmasangîti, l’incontournable Vérité entre ce qui Est et ce qui doit être.
Un corps oui, mais 2 jambes,
Un cœur oui mais 2 bras,
Une tête oui mais 2 yeux.
Briser la croix, c’est par le quanta joindre à l’unité. Rien n’est acquit qui ne le sera par l’entité humaine concrète, une Vérité vécue. Le Paradis se construit ou l’Enfer se subit, la Révélation est distillée dans le Temps dans le progrès assomptionnel de l’Ascension et ce qui n’est pas totalement prononcé, formalisé, n’est pas Réalisé. Un Nirvana éthéré n’est pas le Graal seulement un plan intermédiaire personnel voir égoïste, peut-être même une fumée d’opium.
La science profane découvrira Dieu, découvre Dieu. Normal puisqu’elle cherche, que voulez-vous trouver au creuset de la caverne sinon la Lumière dans la matière soit par la réflexion : la matière de la Lumière. La petite science alors incarnant la grande mettra fin au monde profane.
Bien sur c’est de notre génération, ne ressentez-vous pas que nous sommes arrivé au bout ? Après l’atome que reste-t-il à découvrir, je ne parle pas des détails mécanistes aussi grands puissent-ils paraître mais en Vérité ? Et bien ce qui reste à découvrir ressemble curieusement à ce que la Bible annonce en parlant d'un retour de Christ ; un état de conscience épurée et pas d'un homme évidemment.
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Jeu 5 Nov 2009 - 11:55

Bonjour Spin.
On a tout autant vite fait de s’égarer en ne trouvant pas « de sens » aux géométries platoniciennes. Képler précurseur des astrophysiciens d’aujourd’hui, ne s’y est pas trompé non plus, qui a su sous la forme déchiffrer la géométrie souveraine.
La cristallisation est un excellent exemple de l’omniprésence du trait précurseur de la forme !
Et la physique quantique tout autant qui retrouve les même lois de l’univers.
http://er.uqam.ca/nobel/c3410/Versgeometriequantiquebis.html

Bonne précession Spin.
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Radha2 le Jeu 5 Nov 2009 - 17:44

Bonjour Leleu,

Cette pyramide du temps peut-être je la considère à tort comme une merkabah, un double tétraèdre - pour rester dans le sujet-, deux pyramides inversées qui illustrent deux accès à l'évolution que sont Science et Conscience, et dont l'ouverture de chacune de ces voies dépend des nécessités du cycle dans lequel elles sont manifestées.
Une théorie des âges dans laquelle Conscience et Science se fuient mutuellement, comme si le caractère élusif d'un pan séparé de l'autre devait nous guider vers le centre appliqué de ces apports en dépit du conscencus. Un point d'équilibre personnel selon les apports du temps.
D'une part la connaissance empirique dans laquelle, peut être bientôt, un hypothétique boson de Higgs sera entrevu comme fondamental dans le Tout manifesté et phénoménal -, d'autre part, fort éloigné de cette science en notre âge, une Conscience entrevue comme une intuition, un sentiment, permettant de comprendre la nécessité d'une 'science spirituelle' qui n'a pas la place de s'exprimer aujourd'hui.
La science matérielle est notre signe distinctif et je suis persuadé que manier les quantas permettra à certains de redéfnir et actualiser le 'bouddhisme' ou les philosophies impersonnalistes. Et peut-être cela ne sera qu'une étape de plus aux allures de sommet. A chaque marche, étape de la pyramide que nous pensons gravir, nous nous éloignons du sommet de la pyramide que nous ne voyons pas et une pyramide seule, ne saurait découvrir Dieu dans son entier. C'est le privilège de l'abandon et du renoncement que la science actuelle, n'approchera pas sans nouvel 'exemple'.
Au point d'équilibre entre la connaissance de notre 'perfection' et la connaissance des moyens de sa réalisation dans les contigences de sa manifestation se situe un chemin qui s'appèle Vérité. Le vrai doute nécessaire est se rappeler de ce que nous ne voyons plus. ''Je'' est-il dés lors nécessaire ?

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Ven 6 Nov 2009 - 0:30

Bonsoir Radha.
J’espère ne pas vous vexer si je vous dis que je ne vous comprends pas.
Enfin, je ne vous comprends pas tout à fait car ce que je comprends est que nous ne parlons pas de plans semblables. Vous êtes orientaliste, je ne le suis pas. Aucune importance à priori sauf qu’à posteriori les psychologies sont différentes et que l’approche ne se fait pas par le même bout. Peut-être que moi non plus je ne vous suis pas simple d’autant que je peux vous induire en erreur en parlant de pyramide alors qu’il s’agit de cône, mais comme un cône en coupe fait une pyramide… C’est tout de même pas la même chose, le cercle évoque l’abstrait tandis que les angles le concret. Alors si maintenant je vous dis le cône métaphysique macrocosmique de la planète à la place de la pyramide du temps humain que je crois vous avez compris microcosmiquement, votre réponse serait-elle différente, me diriez-vous encore que plus on avance et plus on s’éloigne d’omega, je veux dire du sommet ?
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Ven 6 Nov 2009 - 7:08

que ce soit cône ou pyramide à degrés, on peut encore y inclure une double spirale ascendante et descendante (caducée). On progresse , quels que soient le mouvement et le degré d'évolution .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Ven 6 Nov 2009 - 8:26

Absolument d’accord Jo.
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Radha2 le Sam 7 Nov 2009 - 7:14

Nous nous sommes peut-etre mal compris à propos de l'utilité de la science profane
Nous évoluons c'est certain et nous sommes d'accord Leleu, le temps améne l'être à 'progresser vers un sommet', pour autant que nous comprenions par celui-ci son excellence propre, sa 'perfection', son dharma - le nécessité qu'il représente pour l'Un, à cet autre niveau qui se situe au-delà du sommet de la pyramide et qui est commun à la nature de l'ensemble de ces 'réalisations'.
Nous discutions de la possibilité d'approcher Dieu par la science matérielle et je souhaitais mettre en avant le fait que nous ne pourrions jamais en approcher qu'un de Ces aspects, insuffisement du moins, pour en faire une 'science' religieuse utile et applicable à l'homme en vue de ce que nous aurons (peut-être) fini par comprendre de sa nature et de son accomplissement, ou de la nature même des particules et de leurs interractions.
Nous nous concentrons aujourd'hui sur un prolongement de ce que nous connaissons de nos sens - par ailleurs dépendant d'un environnement duquel nous ne savons pas grand chose concernant les influences subtiles, qu'elles soient cosmiques, ferromagnetiques, magnetiques... ou inconnues. Certains de ces 'sens' ou leur ensemble, la conscience, ou le mental peuvent s'orienter ou percevoir différement selon l'époque et le contexte , et c'est la base de la théorie des âges que j'ai évoqué.

Si la matière s'éloigne d'un centre dans l'espace et le temps les vedas ou les grecs parlent d'un principe similaire en ce qui a trait à la conscience et à la spiritualité.
C'est cet éloignement d'une conscience spirituelle chez l'homme dans le temps qui marque la différence entre la pyramide qui monte - l'accumulation des connaissances acquises par l'intelligence - et celle qui descends - la conscience qui illumine réellement tout processus psychique ou mental pour l'intégration personnelle, ce que je voulais introduire par


L’intelligence qui préside à la connaissance est composée de deux éléments : l’un physique, l’autre psychique. Les fonctions que nous désignons comme mentales ne sont en réalité que des pulsions mécaniques des organes physiques qui réagissent aux stimuli chimiques. Elles assument un caractère psychique lorsqu’elles sont “ illuminées ” par la conscience.
L’élément conscient est conçu comme extérieur aux organes physiques qui lui resteront néanmoins indispensables pour se manifester.

Je parle peut-être en vain de deux sommets qu'il s'agirait d'atteindre simultanément. C'est ici qu'il faut urgemment relire un rabelais trés proche de notre temps: science sans conscience n'est que ruine de l'âme. La connaissance doit servir la sagesse mais la sagesse ne s'acquiert pas - exclusivement - par la connaissance.
Enfin. Nous vivons une époque critique à propos des conséquences de l'application du sommet de nos connaissances - lourdes de signification.
Je crois qu'il y a une différence entre comprendre que
L’univers n’est ni en extension ni en rétraction étant infini, mais en éternel retour à sa source, comme les nuages
et
Après la Descente, la Remontée soit l’octogone multiplicateur du carré (les Œuvres humaines), multiplications jusqu’aux 144 facettes dites du Graal, la Pierre taillée.

Bien sur l'idée de la façon d'accéder à l'Unité décrite par ce nombre est personelle - je crois néanmoins que les symptômes de l'éloignement d'une spiritualité 'naturelle' sont visibles et qu'ils ressemblent drolement à une 'chute'... la ou je vous rejoins totalement est à propos de
Briser la croix, c’est par le quanta joindre à l’unité. Rien n’est acquit qui ne le sera par l’entité humaine concrète, une Vérité vécue


Dernière édition par Radha le Sam 7 Nov 2009 - 7:29, édité 1 fois

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Invité le Sam 7 Nov 2009 - 7:18

je vous lis avec attention...

Je n'ai pas grand chose à en dire... sauf que je vois aussi dans les nombres et les formes une puissante évocation symbolique de notre univers et de notre évolution.

"le un engendre le deux, le deux engendre le trois, et le trois engendre les dix milles êtres" (Lao tseu)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Sam 7 Nov 2009 - 8:41

multiple splendeur . Je ressens mieux ce qu'en dit Leleu mais tout se rejoint au sommet ... ou plutôt à l'origine, selon que l'Ouroboros se mord ou non la queue . L'équinoxe de printemps marque à la fois le renouveau et l'éternel retour .

Le dualisme retrouvé marque enfin la renaissance du spirituel, tant combattu par la philosophie "moderne" . Platon n'était pas obsolète,mais immortel , lui aussi ...
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par Leleu le Mer 11 Nov 2009 - 2:07

Bonjour Radha.
Que faut-il comprendre sur le fait que la science découvrira Dieu sinon que de comprendre que l’Homme, pour finir, réalisera Dieu à son plan. Découvrir Dieu, le réaliser en cela que nous aurons éliminé toutes les erreurs possibles à son encontre. Vaincu dans notre orgueil, libéré de notre assignation au pouvoir de l’ego, le mental dégagé de charges contraignantes (les fausses croix), notre intelligence alors purifiée envisagera les lois naturelles comme notre Salut.

Je parle peut-être en vain de deux sommets qu'il s'agirait d'atteindre simultanément.
Non pas en vain, mais pourquoi séparer « la pyramide qui monte - l'accumulation des connaissances acquises par l'intelligence » - l’Assomption des chrétiens et ce que vous nommez « la pyramide qui descend - la conscience qui illumine », l’Ascension donc ? La concrétisation de l’esprit et la spiritualisation de la matière ne fonctionnent-elles pas, par le moyen de l’Homme, exactement en miroir ? Si ce n’est dans le Temps du moins en lumière ?
En fait de pyramide qui monte, c’est la pyramide disons extérieure et c’elle qui descend, intérieure, mais comme la progression se fait de moins vers plus, en fait elles montent toutes les deux, elles marchent ambles. L’Alpha et l’Omega ne sont-ils pas en réflexion ? Toutes les pyramides de l’Arcane ont un générateur commun : l’axe, le trait. S’éloigner du centre c’est gravir un sommet, parce que l’anamorphose verticale du cercle pointé de son centre en 2D fait un cône régulier en 3D, aussi ce qui est le centre en 2D devient la pointe en 3D. Voilà ce que signifie géométriquement « Je suis l’Alpha et l’Omega ».
Aussi sommes nous ce que nous faisons, collectivement et individuellement. Ce que nous faisons est l’extériorisation de ce que nous sommes, sa prononciation. Inversement voyez ce que nous faisons et cela nous renseigne sur ou nous en sommes dans notre démarche de consciencialisation. Si nous n’avions pas acquis la possibilité de détruire cent fois notre terre aurions nous atteint la conscience de la protéger, et ne pas atteindre ce face à face avec soi-même n’est-il pas encore de l’enfance ? Trop facile d’être « gentil » si nous n’avons pas rédempté nos démons. Venu du minéral, être homme, est s’arracher de la caverne ; la conscience est le but de la nature via les végétaux et les animaux, l’entité humaine est le moyen, en Alpha de Dieu de cette prononciation articulée par le geste et la parole, son écho, son reflet, son image. Science et conscience sont un Janus, deux faces d’une même pièce.
Faut-il descendre pour monter ? Chuter pour se redresser ? Les deux polarités n’en faisant qu’une, au plus éloigné de la source, c’est la source. C’est en quoi notre époque traverse la plus grande crise spirituelle de tous les temps, nous n’avons jamais été aussi éloigné de Dieu mais en même temps aussi proche, en 2D au centre du cercle. Ce qui explique l’électrisation générale, la radioactivité naturelle et artificielle, la science micro apportant les réponses à l’investigation macro et inversement, la mutation accélérée du corps social (plus d’alternative gauche/droite). La chute du mur de Berlin était une préfigure hautement symbolique, désormais c’est d’un autre mur dont nous cherchons la faille : la porte étroite est-elle nommée (Un point, c’est vraiment une porte étroite !)
Je suis un peu fatigué là ce soir, demain il me sera peut-être plus facile de le dire mieux.
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les 5 solides de Platon

Message par JO le Mer 11 Nov 2009 - 8:12

c'est lumineux, pas de souci ...
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum