Sagesse du pluvian

Page 22 sur 40 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23 ... 31 ... 40  Suivant

Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Magnus le Lun 16 Sep 2013 - 15:59

Un géant de la poésie, ce Cochonfucius ! Vraiment.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.
avatar
Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages : 24048
Localisation : Belge en Provence
Identité métaphysique : Atypique
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Nuage le Lun 16 Sep 2013 - 19:39

Oui c'est vrai ! sourire 
Et pas seulement harpe 
avatar
Nuage
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4598
Localisation : Sud-Est de la france
Identité métaphysique : la mienne
Humeur : on fait ce qu'on peut
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Ladysan le Lun 16 Sep 2013 - 20:42

Magnus a écrit:Un géant de la poésie, ce Cochonfucius ! Vraiment.
Tu n'écris pas mal non plus Magnus, sourire
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Cochonfucius le Mer 18 Sep 2013 - 11:23

Voir par exemple "L'Étrangère"

http://www.forum-metaphysique.com/t5785-l-etrangere#157456

dans cette même rubrique.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Avec Francis Jammes

Message par Cochonfucius le Mer 18 Sep 2013 - 14:15



Le Maître Confucius honorait les tombeaux ;
Il arborait souvent un bienveillant sourire,
Disant « La circonstance aurait pu être pire » ;
Il savait que le feu s'éteint avec de l'eau.

Il n'ornait pas ses mots, mais on les trouvait beaux.
Il se tenait bien droit, face aux Grands de l'Empire,
Il mangeait le poisson qu'il savait faire frire
Et s'éclairait le soir d'un modeste flambeau.

Il recherchait la paix, ne craignait point la guerre,
Connaissait les vertus du noble et du vulgaire,
Et de la dialectique évitait les écueils.

Il parlait des sujets qu'il estimait connaître.
Quand la Mort s'approchait, le soir, de sa fenêtre,
Il montrait, dans un coin du salon, son cercueil.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Ladysan le Mer 18 Sep 2013 - 20:37

Cochonfucius a écrit:Voir par exemple "L'Étrangère"

http://www.forum-metaphysique.com/t5785-l-etrangere#157456

dans cette même rubrique.
En effet, ce poème de Magnus avait attiré mon attention car il invoquait en moi des ressentis que je n'arrivais pas à exprimer.lol! 
Je ne suis pas poète, mais quel plaisir de vous lire...bravo
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Donal Óg

Message par Cochonfucius le Jeu 19 Sep 2013 - 16:07



Le chien n'a point parlé, ni non plus la bécasse.
Tu as rêvé tout ça en marchant dans les bois,
Ou près de la falaise à la blanche paroi ;
Si ce n'est pas un rêve, alors, ça me dépasse.

Tu dis que j'ai promis, que veux-tu que j'y fasse,
On te dit quelque chose et voilà, tu y crois
Comme à ce que prétend ton charpentier en croix.
Ne suis-je pas marin, frère du vent qui passe ?

Si j'avais la nef d'or aux mâts d'argenterie,
Je te la donnerais, tu es la plus jolie ;
Mais je n'ai rien de tel, il faut me pardonner.

Tu dis que je t'ai pris le Dieu de tes prières ;
Est-il Dieu, celui qui, à son heure dernière
Disait : Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Croco rose

Message par Cochonfucius le Mar 24 Sep 2013 - 11:28





Je sortais d'une auberge. Un crocodile rose,
Grommelant des propos tirés par les cheveux,
Me fixait du regard moqueur de ses yeux bleus.
Je me suis demandé si, par métempsycose,

Avait pris cette forme un relecteur de prose
Que m'avait affecté un hebdo de mes deux,
Pour retoucher mes mots prétendus nuageux.
Je lui dis « Va plus loin, croco, tu m'indisposes ».

Il se met à parler du cor au fond des bois ;
De la mort de Roland il fait une peinture
Qui a de quoi surprendre et navrer la nature.

Lecteur, sache-le donc. Trop boire, quelquefois
Libère des démons qui, certes, nous irritent ;
Inconvénient mineur à nos bachiques rites.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Tiennot

Message par Cochonfucius le Mer 25 Sep 2013 - 16:42





Étienne, as-tu vraiment cru ta liberté morte ?
En amour elle croît, Tiennot, si tu savais !
Cette âme solitaire, ainsi que tu l'avais,
Pour cet amour devient et plus grande et plus forte.

Tu as doublé ton coeur, Étienne, en quelque sorte,
Ainsi t'éprenant d'elle ; et ce n'est pas mauvais.
Que voulais-tu lui dire en disant « Je m'en vais » ?
Son portrait en fuyant avec toi tu emportes.

Au lieu de t'appliquer à des jeux solitaires,
Tu partages tes jours, tu n'es plus seul sur terre :
Au début, tes amis furent bien étonnés.

Ils en sont maintenant satisfaits et joyeux.
Profite de ta vie sur terre, parmi eux,
Avec ce bel amour que le ciel t'a donné.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Sonnet pour Nelligan

Message par Cochonfucius le Mar 1 Oct 2013 - 16:42




Émile Nelligan trouve belle sa blonde ;
Il se voit au miroir : « Je suis moins beau », dit-il.
Après quoi, il nous sort un argument subtil
Sur la permutation qui changerait leur monde.

Rassure-toi, mon gars, nul ne te trouve laid ;
Tu as un beau regard, porteur de puissants rêves,
Tu parles en sonnets où ton âme s’élève,
Nous aimons ton esprit, ton langage nous plaît.

Même quand tu produis des poèmes étranges,
Des rhapsodes maudits tu restes le bon ange ;
Ils sont presque jaloux de tes mots sans pareils.

Tel Don Quichotte armé d’un acier de Tolède,
Tu suis le long chemin que baigne un beau soleil :
Ton existence, ami, ne sera jamais laide !
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Le secret de Polichinelle de la licorne

Message par Cochonfucius le Ven 4 Oct 2013 - 11:23




La licorne arc-en-ciel au pays du Chaos
Escalade la dune et descend au cratère,
Puis se livre au sommeil dans son nid solitaire
Sur la ligne de crête, un lieu perdu, là-haut.

De son rire parfois l’on entend les échos,
À l’heure où dans la flaque elle se désaltère,
Ou quand elle surgit par les chemins de terre
Qu’elle va parcourant tout un jour, sans repos.

Puis le soleil couchant allume un incendie
Qui fait rougir au loin la steppe refroidie ;
Le chagrin de l’exil en est pulvérisé.

La licorne arc-en-ciel profite du silence
Pour donner de la force aux clameurs qu’elle lance
Vers tous les horizons, dans le soir embrasé.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Nuage le Ven 4 Oct 2013 - 22:45

Très très beau ton texte Cochonfucius.
avatar
Nuage
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4598
Localisation : Sud-Est de la france
Identité métaphysique : la mienne
Humeur : on fait ce qu'on peut
Date d'inscription : 31/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sauvage en automne

Message par Cochonfucius le Lun 7 Oct 2013 - 11:26



Le bel automne que voici
Est encore à peine roussi ;
Les chants résonnent aux feuillages
Et l'on n'entend nul bruit d'orage.

Le fond des bois forme un vitrail,
L'herbage nourrit le bétail,
Toute la tristesse s'efface
Dans l'immense bleu de l'espace.

Toute joie envahit la chair
Et nos esprits, par ce temps clair
Où l'on ne sent nulle froidure ;

Allons, parmi les églantiers,
Où voudront se porter nos pieds,
En promenade, à l'aventure !
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par mirage le Lun 7 Oct 2013 - 17:56

Ladysan a écrit:hello Je te lis aussi Conchonfucius, mais à part les 'j'aime", "j'aime moins", ou je "n'aime pas", je ne sais pas commenter les poèmes. No  
Mais j'ai souvent suivi tes liens en "silence" qui ont enrichis quelque peu mon vocabulaire dans ce domaine. merci
je t'envie: moi je lis: je vois pas grand chose, je ressens rien, c'est a la limite du "vide"...et au mieux ça me stresse, au pire je rage de pas y avoir accès rire 
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Ladysan le Mar 8 Oct 2013 - 0:11

mirage a écrit:
Ladysan a écrit:hello Je te lis aussi Conchonfucius, mais à part les 'j'aime", "j'aime moins", ou je "n'aime pas", je ne sais pas commenter les poèmes. No  
Mais j'ai souvent suivi tes liens en "silence" qui ont enrichis quelque peu mon vocabulaire dans ce domaine. merci
je t'envie:  moi je lis: je vois pas grand chose, je ressens rien, c'est a la limite du "vide"...et au mieux ça me stresse, au pire je rage de pas y avoir accès rire 
C'est dommage, sourire 
J'aime bien les mots, peut-être parce que j'ai rarement l'occasion dans la vie réelle de les utiliser avec mon entourage, alors, je viens les lire. C'est le sens de certains textes que je ne comprend pas, mais c'est normal. Dans ce cas là, je me contente d'en apprécier l'harmonie. 
Il y a des textes qui sont si bien écrits qu'on pourrait les chanter, lol! 
Essayes de les lire à haute voix ...
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Nelligan

Message par Cochonfucius le Mer 9 Oct 2013 - 11:39



L'amour immaculé n'étant pas de ce monde,
Dans une aubade rouge il mit sa joie profonde.
L'automne était pour lui solitaire saison,

Béatrice ayant fui la commune maison,
Bergère trop volage, aux décisions bien lestes
Inspirées par Dieu sait quel doux billet céleste.

C'était l'automne... et les feuilles tombaient toujours.
Caprice blanc, la neige advint dans les trois jours.

Chapelle dans les bois devenue tombe blanche,
Chapelle de la morte, un arbre dessus penche,
Chapelle ruinée dont l'allure aurait séduit
Charles Baudelaire ou des rêveurs comme lui.

Dans son château rural, le fier poète écoute
Chopin en descendant un whisky pour la route.
Un Christ en croix le voit d'un air sage et profond,
Il fait un clair de lune intellectuel à fond.

Sur son clavier d'antan il compose des rimes
Chantant les coeurs blasés que leurs amours dépriment,
La communion pascale et le gigot d'agneau ;
Dans l'allée travaille un jardinier solognot.

Or, devant deux portraits de ma mère en enfance,
Et devant mon berceau chargé de souvenances,
Un diptyque envahit mon imagination.

Ah, ce frisson d'hiver refroidit mes passions,
Gretchen la pâle amie de mes jours bucoliques
D'hiver continental, presque mélancolique,
M'invite-t-elle en son sentimental jardin?

Une vierge, une rose y languit ce matin,
Chantée par l'organiste, au paradis éclose,
Où la Bénédictine un air nouveau compose.


* * * * * * * *


Une clé :

http://tinyurl.com/og7a9ou



* * * * * * * *
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Trois rois dans une étable

Message par Cochonfucius le Dim 13 Oct 2013 - 16:46




Voici venu le temps des récits légendaires ;
Par les feuillets froissés continuent d'exister
Les héros dont jadis mon coeur fut enchanté,
Ceux dont la destinée sortait de l'ordinaire.

Sur un menhir maudit, le nom du sanguinaire
Hérode fut inscrit par un druide exalté ;
Cela survint aux jours de la Nativité
Qui virent voyager trois grands rois de la Terre.

Les rois ont rencontré, caché dans une étable,
Un enfant nouveau-né, leur Seigneur véritable,
Auquel ils ont rendu un hommage tremblant.

Le charpentier, pour eux, a sorti trois calices ;
Et, pour les trois vieillards, déjà, c'est un délice
De respirer l'odeur de ce petit vin blanc.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Avec Tang Bohu

Message par Cochonfucius le Ven 18 Oct 2013 - 10:28

跟 唐伯虎



Vivre soixante et dix années
Jamais ne fut chose donnée ;
C’est courte vie,

Surtout si l’enfance on retranche
Et la vieillesse et la nuit blanche,
L’intempérie…

Après notre fête lunaire,
Après la mi-automne claire,
Que vaut la lune ?

Après avril où tant de fleurs
Aux morts vont offrant leurs couleurs,
N’en aime aucune.

Jardin fleuri, lune charmante,
En votre honneur il faut qu’on chante,
Qu’un air résonne ;

Belle coupe à présent bien pleine
Demain n’offre plus de joie vaine
À nos personnes.

Tant de projets et tant d’affaires,
Tant de métiers, que sais-tu faire ?
Tant de souci ;

Ce qu’argent et travail procurent,
C’est que trop tôt ta chevelure
S’en va blanchir.

Plus vite s’en iront les mois
Que tu ne comptes sur les doigts
De cette main ;

La cloche a dit bonsoir au jour
Et déjà le coq dit bonjour
Au lendemain.

Veuillez dénombrer les présents :
L’an prochain c’est l’enterrement
De l’un ou l’autre ;

Mais nos tombeaux, pour la moitié,
L’an prochain seront oubliés
Dans l’herbe haute.



*  *  *  *  *

voir aussi

http://tinyurl.com/qfkcahw

*  *  *  *  *
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Après un an dans les montagnes

Message par Cochonfucius le Lun 21 Oct 2013 - 14:09



* * * * * * * * * * * *
pour Guillaume T.
* * * * * * * * * * * *

Cette année d'ermitage, elle ne fut point vaine ;
Le jardin suspendu va longtemps s'embellir ;
Ses pierres sous l’orage un peu plus se polir,
Sa terre recevoir d'autres sauvages graines.

Les sons qu'à cet endroit j'ai parfois entendus
Reviendront si je mange un peu de pain de seigle,
Si au fond d'un bain chaud je me sens détendu,
Si je rêve d'un chat, si je rêve d'un aigle.

Aucun cloître où l'on vit ne me sera prison,
Puisque j’en sortirai, d'une simple parole
Évoquant ma leçon non reçue à l'école ;

Ainsi j'avancerai, au gré de ma raison,
Me construisant toujours quelques nouveaux repères ;
Les décrivant ici, plein de lecteurs l'espèrent.




* * * * *

http://tinyurl.com/qbewpbd

* * * * *
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Cochonfucius le Mar 22 Oct 2013 - 17:24



Comme je recherchais une rime impossible,
Je ne me sentis plus guidé dans mon labeur ;
L’hommage éblouissant que j’avais eu pour cible
Se retrouvait tout nu et de pâle couleur.

J’étais insoucieux des césures épiques,
Des sonnets inspirés d’un madrigal anglais ;
Quand mon esprit cessa d’envoyer de ses piques,
Le silence m’a dit tout ce que je voulais.

Dans les griffonnements farouches de la toile,
Moi, l’autre jour, plus fou qu’un sonneur d’olifant,
J’écrivis, et mes vers montaient vers les étoiles,
Quittaient le sol terrestre en Pégases piaffants,

Et j’ai chanté l’amour du monstre maritime,
De la grenouille verte au bord de son étang,
Quand d’un seul coup de foudre ils sont tous deux victimes
Et que l’amour tragique en chacun d’eux s’étend.

Je sais l’archange mou que ronge le délire,
Consommant des alcools aux ignobles parfums
Dont il croit rallumer la flamme de sa lyre
Pour chanter la douceur de son amour défunt.

Puis il déguste aussi l’absinthe d’émeraude,
Car il veut enivrer deux âmes dans son coeur
Celle de l’oiseau-mouche en pleine saison chaude,
Celle de l’ours polaire au temps du froid vainqueur.

Alors, le vieux rhapsode, ainsi doublement ivre,
Avaleur de souffrance et raconteur d’amour
Entretient de ses vers la vision d’une vouivre
Ayant au fond des eaux plus d’un secret parcours.

Il exulte du vaste et fol itinéraire,
Qui ne lui permet point d’instant inattentif,
Le soupir de la muse aux accents littéraires,
L’esprit calculatoire et le coeur inventif.

Assez ! J’ai trop rimé ! J’ai vidé tout mon rêve !
Toute rime est sans force et tout sonnet amer ;
L’encrier me demande (et la plume) une trêve,
Planons avec la mouette au-dessus de la mer !

avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Germain Nouveau

Message par Cochonfucius le Mer 23 Oct 2013 - 15:17




Barde en un discret boudoir,
Pris d’inspiration divine ;
Il va, comme on le devine,
Tracer des vers jusqu’au soir.

Puis il se met en peignoir,
Grattant sur sa mandoline
Des accords de mousseline
Qui font rêver le miroir.

Il fait un peu de cuisine
(Un art qu’il apprit en Chine)
Et goûte le vin vermeil.

Il guette au jardin la chatte ;
Il s’allonge sur sa natte,
Songeant à d’autres soleils.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par mirage le Mer 23 Oct 2013 - 15:40

j'aime bien les deux premiers paragraphes
enfin en première lecture.
en deuxième lecture...ya plus rien Suspect
a si, mais il faut que j'espace dans le temps
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Cochonfucius le Mer 23 Oct 2013 - 17:11

Le point de départ :



Germain Nouveau a écrit:


Nous habiterons un discret boudoir,
Toujours saturé d’une odeur divine,
Ne laissant entrer, comme on le devine,
Qu’un jour faible et doux ressemblant au soir.

Une blonde frêle, en mignon peignoir
Tirera des sons d’une mandoline,
Et les blancs rideaux, tout en mousseline
Seront réfléchis par un grand miroir.

Quand nous aurons faim, pour toute cuisine
Nous grignoterons des fruits de la Chine,
Et nous ne boirons que dans du vermeil ;

Pour nous endormir, ainsi que des chattes,
Nous nous étendrons sur de fraîches nattes ;
Nous oublierons tout, — même le soleil !


avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par mirage le Mer 23 Oct 2013 - 22:55

j'aime bien sourire 
avatar
mirage
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4288
Age : 36
Localisation : Marseille
Identité métaphysique : Oh Papy, tu nous a déja oubliés ?
Humeur : Egale
Date d'inscription : 18/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sagesse du pluvian

Message par Cochonfucius le Jeu 24 Oct 2013 - 11:40

Le texte de Germain Nouveau est lui-même un hommage à Charles Baudelaire.

Baudelaire a écrit:

Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d’étranges fleurs sur des étagères,
Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.

Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux ;

Et plus tard un Ange, entr’ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.

avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 25943
Age : 64
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 22 sur 40 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23 ... 31 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum