Regard de Saturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Regard de Saturne

Message par Cochonfucius le Jeu 21 Jan 2010 - 12:39





N'attends pas de la lune une douce chaleur;
Tu la crois lumineuse, or grisâtre est la sphère
Dont te semble, de loin, voir la blanche couleur,
Qui de sa vraie nature absolument diffère.

Ne me crois pas poète ou homme de valeur;
Tu me crois inspiré, mon dieu, la belle affaire:
C'est une convulsion qu'inspire une douleur
Qui n'est pas éternelle et n'est pas mortifère.

Un sonnet ne contient aucun sérieux message;
Un poète n'est pas un savant ni un sage,
Il n'a de sens en lui qu'il ne l'ait détourné.

La lune et la douleur parmi le ciel nocturne
Dansent sous le regard verdâtre de Saturne
Et sans atteindre un but ne cessent de tourner.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23211
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard de Saturne

Message par _Spin le Jeu 21 Jan 2010 - 16:12

bravo

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Regard (de Bételgeuse)

Message par Radha2 le Mer 9 Fév 2011 - 15:53

http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-bib_query?bibcode=1928ASPL....1...55H&db_key=AST&data_type=HTML&format=&high=437b5ce6cd31288

Ils traversent l'orage en recueillant la pluie
Tombante, et ce penchant disjoint mon rien, du tout.
Liquide ruisselant, de son voyage instruit
Jusqu'aux cieux échappant de célestes atouts

Imprégnant dans sa chute le monde en mouvement

Si chère est cette rétention - cette onirique
Illusion ne laissant le cristallin parler
Qu'achevant la tempête, l'éclat périphérique
D'une supergéante aux nuances perlées

Imprègne dans sa chute le monde qui se ment

Bételgeuse, reluit, quand au présent s'effondre
Du bleu ou rouge au noir, son nucléaire cœur
- Malgré que nos ombrages voudraient lumière abscondre
De super-novae-schatologique encore

Imprégnant notre lutte d'un jeune rémanent


http://www.cieletespace.fr/evenement/3526_betelgeuse-retreci

N.II-41

La grand estoille par sept jours bruslera,
Nuée fera deux soleils apparoir,
Le gros mastin toute nuict hurlera,
Quand grand pontife changera de terroir.


http://en.wikipedia.org/wiki/SN_1006


Dernière édition par Radha le Mer 9 Fév 2011 - 16:00, édité 2 fois

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Regard (de Kepler)

Message par Radha2 le Mer 9 Fév 2011 - 15:54

http://kepler.nasa.gov/Mission/discoveries/kepler11b/

Ainsi, d'or et d'éclat conterai-je périple
Qui d'ores et déjà, de nos yeux prolongés
Jusqu'à Kepler surprit des crédos indisciples !
Dans l'orbite des yeux aux horizons multiples
L'orbite du nouveau, l'inédit hommagé


http://www.nasa.gov/mission_pages/kepler/news/new_planetary_system.html

Mais si je vous disais, d'un cygne constellé
De poussière et d'un souffle, que son étoile encore
Trahit, voisin, un monde, par ces mondes, voilée,
Surgissant le pluriel en l'induit étoilé -
Si je disais enfin du plénier septuor

Que nous en approchons tout en s'en éloignant !
Qu'encor' spécialisés - ce penchant tant nous plaît -
Nous décelâmes ainsi, de l'azur culminant
Sur notre dédain, Ô, les jalons éminents !
Si je disais cela...

... ce serait incomplet.


http://www.cieletespace.fr/node/6694

Radha2
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 736
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Minuscule et discret

Message par Cochonfucius le Ven 11 Fév 2011 - 16:13




J'ai rêvé que j'étais, voyageant dans l'espace,
Une étrange entité aux saveurs de néant.
Mille franchissements d'interstices géants
Me faisaient dériver, allant de place en place.

Et je rêvais ainsi, immortel ou fugace,
Ne sachant si j'étais assemblage pesant
Ou simple vibration, murmure évanescent
N'exerçant nulle force et ne laissant de trace.

La chaleur des soleils me tenait en alerte ;
Je traversais aussi des matières inertes,
Et je voyais parfois miroiter des anneaux.

Pourquoi allais-je ainsi de façon subreptice,
Comme sous une porte un insecte se glisse?
Vous l'aviez deviné, j'étais un neutrino.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23211
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Regard de Saturne

Message par Cochonfucius le Mar 3 Avr 2012 - 12:13

Pas si discrets que ça, ces farceurs de neutrinos, qui s'amusent à dépasser les photons!
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23211
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum