A quoi sert la poésie ?

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 2:09

Déplorant une nouvelle fois ici, d'avoir profondément, heurté, et choqué votre sensibilité... Et m'en rendant compte avec acuité, en relisant encore certaines "imbécilités" dénuées de tout bon sens que je vous avais malheureusement écrites dans certains de mes posts précédents : Merci pour votre Confiance ! Elle ne sera pas déçue : Et le poème est gagné d'avance !

Soyez persuadées que, comme je vous l'ai assuré : "Je metttrai TOUJOURS UN POINT D'HONNEUR, dès maintenant, à tenir ma promesse, en cessant, à jamais, d'être "un sot agressif", et en étant sciemment désagréable, pusillanime, et outrecuidant... Ce qui, de ma part, est d'autant plus stupide, que je vais ainsi à l'encontre de ma vraie nature, de mes convictions les plus intimes, de "la Tolérance et de l'Amour" que je revendique avant tout, et de ce que je suis Réellement!

... Afin de mériter votre estime : Et non plus, ce que je conçois comme étant parfaitement justifié et normal : Votre mépris, votre dégoût, ou votre haine à mon égard!

... Reconnaissant, et Profondément Heureux pour cette réconciliation (QUI PERDURERA, soyez-en persuadées, dans l'amabilité, et dans la convivialité!!!), en vous remerciant et en m'excusant encore mille fois : Je vous souhaite très sincèrement, avec beaucoup d'Amour, à toutes deux, BULLE et ALLEGORIE, ainsi qu'à toutes et à tous, la Meilleure, et la plus heureuse journée !

Bien Cordialement à vous!


_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 4:31

Curare a écrit:Chasser tout souvenir et fixer la pensée,
Sur un bel axe d'or la tenir balancée,
Incertaine, inquiète, immobile pourtant,
Éterniser peut-être 1 rêve d'un instant ;
Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie ;
Écouter dans son coeur l'écho de son génie ;
Chanter, rire, pleurer, seul, sans but, au hasard ;
D'un sourire, d'un mot, d'un soupir, d'un regard
Faire un travail exquis, plein de crainte et de charme
Faire une perle d'une larme :
Du poète ici-bas voilà la passion,
Voilà son bien, sa vie et son ambition.
(A. De Musset)

1 impromptu ........en retour ...?

SUBLIME ! SUBLIME MUSSET !!!
Que dire de plus, si ce n'est, en Vérité... Que je suis émerveillé !
Merci pour ces très beaux vers; d'autant que j'adore MUSSET !



Dernière édition par GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 4:53, édité 1 fois

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 4:47

JO a écrit:quand je parle de foi, c'est au sens large : dans ma tête, comprendre rpproche du divin . Et la poésie fait comprendre autrement que par l'étude, c'est évident . Elle élude le stade de l'étude : ô joie !

C'est très vrai !
Ainsi BAUDELAIRE avait-il écris :
"C'est par, et à travers la Poésie, que l'Âme peut entrevoir les Splendeurs situées derrière le tombeau !"

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 5:31

Gerard a écrit:
Babylon5 a écrit:peut-on affirmer que la philosophie a une supériorité par rapport à la poésie ?.

Neutral Ce n'est pas ce que je cherchais à dire en disant que " La poésie ne donne pas lieu à la réflexion philosophique, juste au "ressentir".

Il n'est pas question de supériorité mais de concordance ou non-concordance de domaines.

rire Souvenez-vous du "CERCLE DES POETES DISPARUS" quand le héros nous dit que les méthodes d'analyse de poèmes, (avec courbes et graphiques) c'est du CACA (de la merde).

Je le pense profondément. Si on doit m'expliquer pourquoi un poème est beau, c'est comme m'expliquer pourquoi une histoire est drôle ! Cela ne mène nul part.

Suspect C'est pour ça que j'ai peu d'attirance pour l'art moderne : si je trouve une oeuvre moche et sans intérêt, ce n'est pas la peine de me pondre 15 pages pour m'expliquer l'intérêt de la chose.

Pour moi, on RESSENT la poésie. Point.

Aprés, bien sûr, pour les professionnels qui écrivent des poémes, ça peut êre intéressant de décortiquer les ressorts de ce qui rend ce ressenti agréable (pour tenter de les reproduire). Mais cela ne concerne pas les simples "amateurs".

Et également, il y a des oeuvres "mixtes" :
Par exemple "2001 l'ODYSSEE DE L'ESPACE" qui possède une beauté poétique qu'il n'y a pas lieu d'expliquer (pourquoi je préfère un vaisseau qui avance silencieusement au lieu du "BRaaoufff.." des vaisseaux starwarsiens ? Je n'en sais rien, c'est un ressenti personnel) et des implications philosophiques et scientifiques, qui elles, méritent un maximum d'analyses et de débats.

A l'inverse "LE CINQUIEME ELEMENT" possède une beauté poétique construite sur du... RIEN. (Idem pour AVATAR) C'est de la poésie pure, y a pas de débat, on aime ou pas.

rire J'espère avoir été plus clair...
...

Tu as été très clair; je m'excuse de m'immiscer dans cet échange auquel je n'avais pas encore participé, mais je tenais à dire que j'aimais beaucoup ce que tu disais là! Ainsi, permets-moi de rendre ici un hommage solennel, à ton "appréciation", à ton "ressenti", que j'estime des meilleurs!

J'adore ce film si Magnifique du "CERCLE DES POÈTES DISPARUS", ou ROBIN WILLIAMS, donne toute "sa mesure" !!! Il commence à "dater", certes, mais je suis persuadé qu'il restera éternellement frais et florissant, jeune, et attrayant, pour notre génération, et pour toutes celles à venir !!!

"CARPE DIEM" !

... Ceci dit, il est parfaitement exact que l'"On ressent" un poème; on ne peut pas, en effet, l'expliquer, puisque cela reviendrait à vouloir "expliquer", l'infini, l'éternel, l'Immortel... Et aussi, la pureté d'un sentiment. Ce qui, naturellement, est parfaitement impossible ! La pureté d'un sentiment, n'est-elle pas le reflet de notre personnalité; et ne caractérise-t-elle pas, ce que nous sommes réellement? Ne fait-elle pas, en fait, intimement partie, au-delà de notre personnalité, "de notre Spiritualité?"

"... Je ne te dirai point ma souffrance, car elle te fera dégoûter de moi ; je ne te ferai point de reproche, ils t’irriteraient justement. Je ne te dirai pas les raisons que tu as de m’aimer, car tu n’en as point ! La raison d’aimer, c’est l’Amour !", disait Antoine De Saint EXUPERY.

Je pense que de beaux vers sont une musique Merveilleuse qui s'écoule comme un ruisseau de vif argent, de l'Âme Parfaite, et assoiffée, de par Sa nature Divine, de Beauté, et d'Amour ! Un poème rejoint la philosophie, seulement par le Message qui transparaît au travers de lui, et qui reflète, comme dans un miroir, l'indéniable Beauté de l'Âme du poète qui l'a écris !

... Et tu as encore raison de rencontrer la poésie, au travers de certains films, de certaines situations; ou même, de certains textes qui parlent à ton cœur, sans que tu puisses te l'expliquer ! On ne peut "expliquer" le Divin; on sait qu'il est; simplement !
Tout ce qu'a écris Antoine de Saint EXUPERY, par exemple, dans sa "Somme", qui est "Citadelle", (un vrai Chef d'œuvre !), est un poème ! Ainsi en est-il de cette Sublime réflexion :

"… Car, ainsi que de l’arbre, tu ne connais rien de l’homme si tu l’étales dans sa durée, ou si tu le distribues dans ses différences :
« L’arbre n’est point semence, puis tige flexible, puis tronc, puis bois mort ; tu ne dois pas le diviser dans ses parties pour le connaître ; l’arbre, c’est cette puissance qui, lentement épouse le ciel !
... Ainsi de toi, mon petit d’homme ! Dieu te fait naître, te fait grandir, te remplit successivement de désirs et de regrets, de joies et de souffrances, de colères et de pardons, puis… Il te rentre en Lui ! Cependant, tu n’es jamais, ni cet écolier, ni cet enfant, ni cet époux, ni ce vieillard ! Tu es celui qui s’accomplit ! Et si tu sais te découvrir, branche balancée, bien accrochée à l’olivier, tu goûteras, dans chacun de tes mouvements, l’éternité.
... Et tout, autour de toi se fera éternel : Éternelle la fontaine qui chante, et qui a su abreuver tes pères, éternelle la Lumière dans les yeux, quand te sourira la Bien-aimée... Éternelle la fraîcheur des nuits !
... Le temps n’est plus un sablier qui use son sable, mais un moissonneur qui noue sa gerbe !"

Que de poésie, je trouve,dans ce passage... Et dans celui-ci, aussi, encore extrait de "CITADELLE" de St EX:

"Il faut pacifier, cultiver et polir.
Je suis celui qui recoud les fissures du sol et cache aux hommes les traces du volcan.
Je suis la pelouse sur l'abîme.
Je suis le cellier qui dore les fruits.
Je suis le bac qui a reçu de Dieu une génération en gage et la passe d'une rive à l'autre. Dieu à Son tour la recevra de mes mains, telle qu'on me la confia. J'ai enfermé mon peuple dans mon Amour !"







_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 9:14

allégorie a écrit:PERMETTEZ-MOI, GMV, DE DOUTER DE VOTRE BONNE NATURE
Inutile de mettre de l'huile sur le feu:
, AYANT ÉCOPÉ PLUS D’UNE FOIS ET SUR DIFFÉRENTS POSTS DE VOTRE HARGNE. LAISSEZ-MOI VOUS RAPPELER CERTAINES DE VOS INSULTES (JE PARDONNE MAIS JE N’OUBLIE PAS), MAIS AUSSI DE VOS EXCUSES (QUE J’ACCEPTE AVEC RÉSERVES) ;À L’IMAGE DU CHRIST, JE DIRAI DONC « VA ET NE PÊCHE PLUS » :
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA le Mer 2 Fév 2011 - 19:07
PREMIÈRE TENTATIVE D’EXCUSE
... Ceci dit, je regrette de m'énerver un peu, parfois : Et je suis désolé pour la petite "guéguerre" (terminée maintenant, PROMIS!!!), mais quand on me cherche : On me trouve... Et généralement, "on écope" ferme !
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA le Jeu 3 Fév 2011 - 8:58
Je te dirai, pour ces deux "poème", et pour "simplifier"... Tout à fait le contraire de ce que j'ai affirmé à Cochonfucius !
... Un poème en "vers", sans au moins faire l'effort de respecter les pieds... C'est une horreur !
La poésie est une musique qui a un "rythme", et qui doit "couler", d'une Âme, vers une autre Âme... Non un vague "truc bizarre" avec lequel l'on s'efforce, à grand peine, avec quelques phrases sans recherche, et "arrangées à la sauvette": D'exprimer des sentiments !
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA le Ven 4 Fév 2011 - 0:14
DEUXIÈME TENTATIVE :
Ceci dit, je suis tout à fait d'accord avec ton expression : "Enterrons la hache de guerre!" Il est vrai, (et je le confesse!), que ma parole dépasse malheureusement parfois ma pensée... Mais... "Faute avouée, est à moitié pardonnée", n'est-ce pas ? Je suis profondément heureux de savoir que nous revenons, tous deux, à de meilleurs sentiments...C'est le plus important !
Ainsi, si tu le permets, te proposerais-je de faire"notre" cette réflexion de Léon BLOY:
"... Cela dit, cessons donc de nous disputer ! Et la paix, je vous en prie, la paix ! Nous n'avons, je crois, aucune raison de nous haïr... Et nous allons mourir demain, l'un et l'autre ! Vivons donc en paix, aujourd'hui, pour l'amour de Dieu !"
Bien Cordialement à toi
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA le Dim 6 Fév 2011 - 0:43
Non! Décidément : Je viens de lire avec patience (Et espoir!) quelques poèmes de ce "Gaston Miron"... Je n'y arrive pas!!! Pardonne-moi de te le dire : Mais je t'avoue n'avoir que très rarement lu une forme de poésie aussi nulle !!!
... Je ne comprends pas ce que tu trouves de beau chez ce crétin qui a l'air "d'aimer s'écouter parler", et qui est plein d'une vanité, comme le dirait Léon BLOY, qui doit faire rougir les chastes étoiles" !!!
... On sent en cet individu qui paraît corrompu jusqu'à la moelle, comme un souffle de puanteur, de turpitudes, de bassesse, et de sensualité à faire peur au diable lui-même !!!
Quelle Médiocrité d'esprit, et combien l'on peut sentir, dans ses soi-disant "poèmes", la fausseté du cœur!!!
"CEUX QUI SANS NOUS CONNAITRE ASSEZ DISENT DU MAL DE NOUS, NE NOUS FONT PAS DE TORT : CE N'EST PAS NOUS QU'ILS ATTAQUENT... C'EST LE FANTÔME DE LEUR IMAGINATION !"
C’EST CE QUE TU VIENS DE FAIRE AVEC GASTON MIRON.
Re: A quoi sert la poésie ?
par allégorie le Lun 7 Fév 2011 - 12:33
"L'immense" poète des Fleurs Du Mal affirmait :
"Quand quelque chose commence à être utile, ça cesse d'être beau!"
... Il en va bien entendu ainsi de la VRAIE poésie ! (BAUDELAIRE n'est-il pas l'un des plus grands poètes connus, dont la Littérature Française puisse s'ennorgueillir?) Défions-nous donc (en matière de poésie tout particulièrement !), comme de la peste, de tout mouvement de "supèriorité", d'orgueil, de vanité... Comme de toute prétention, qui ne pourraient que nous desservir, en allant à l'encontre de la Beauté de l'expression
Supériorité, orgueil, vanité et prétention,je ne saurais mieux dire du narcissisme qui est tien; méfie-toi de toi-même !
Re: A quoi sert la poésie ? par GERARDMENVUSSA le Lun 7 Fév 2011 - 21:52
!!!: Oh! Là là !!! Mais c'est qu'elle s'énerve, la petite allégorie !!! Aurais-je donc "touché" le point sensible de son amour propre démesuré ??? Si c'est le cas, c'est parfait !!! Tant mieux !!! Tant on dit que : "Chassez le naturel... Et il revient au galop..."!
... Vois-tu, j'aime bien voir le véritable visage des gens : Celui qui se cache derrière "le masque" de "la respectabilité" ! Le tien est tombé !!! Joie !!!
"Supériorité, orgueil, vanité et prétention,je ne saurais mieux dire du narcissisme qui est tien;"...
Je ne saurais trop que te rappeler cette Maxime de La BRUYERE, qui affirmait avec raison: "Ceux qui sans nous connaitre assez disent du mal de nous (Comme tu sais si bien le faire pour moi, ô toi, la "douce" allégorie, dont l'humilité ne fait aucun doute!!!) ne nous font pas de tort : Ce n'est pas nous qu'ils attaquent... C'est le fantôme de leur imagination !"
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA le Mer 9 Fév 2011 - 4:33
JO a écrit:chacun a ses sensibilités poétiques et musicales , qui ne sont pas rationnelles . La poésie "sert" à émouvoir les fibres que la raison n'atteint pas . "chacun a ses sensibilités poétiques et musicales , qui ne sont pas rationnelles ."
Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Je suis encore d'accord avec toi quand tu affirmes que "La poésie "sert" à émouvoir les fibres que la raison n'atteint pas" ! Mais encore s'agit-il d'appeler chaque chose par son nom !!! Il importe d'appeler "un chat, un chat", et "un chien, un chien", tout de même !!! ... Comment ose-t-on, en effet, appeller "poésie", "des niaiseries" : La poésie dite "moderne" étant à la poésie classique, ce que le RAP est à la musique "traditionnelle" ? Comment oser désigner, sans honte, par le terme si honorable de "poésie" : Une phraséologie dégradante, qui déshonore à la fois la langue, et les Lettres Française ??? Pour oser le faire, il faut être, avant tout, parfaitement ignare, voyons !
... Il faut être une "bulle" ou une "allégorie" (Avec dix-mille autres personnes comme elles!), qui ne comprennent, et ne comprendront jamais rien à la poésie, pour imaginer seulement une aberration pareille !!!
... Il faut surtout ne pas avoir le moindre goût !!!
... S'il semble que "je critique" les gens, c'est que j'essaie, par une argumentation malheureusement toujours incomprise, de "faire passer un message !
(***)Message réédité pour ajouter des propos injurieux. C'était le dernier avertissement : bannis 3 jours
... Ceci dit, je regrette de m'énerver un peu, parfois : Et je suis désolé pour la petite "guéguerre" (terminée maintenant, PROMIS!!!), mais quand on me cherche : On me trouve... Et généralement, "on écope" ferme !
[quote=GG a écrit..." Gardons-nous donc bien "de nous engueuler", de nous injurier, ou de nous insulter : Car l'insulte, les "engueulades", et les injures sont TOUJOURS l'arme des faibles et des lâches !."/quote]
Avertissement !
1)le forum n'est pas là pour servir de lieu où l'on règle des comptes en rapport avec ce qui a pu se passer sur d'autres forums.
2)les comportements récidivistes et injurieux entraîneront l'exclusion
Re: A quoi sert la poésie ?
par GERARDMENVUSSA Hier à 6:49
TROISIÈME TENTATIVE :
... Ceci dit, je tenais à dire ici que je regrettais profondément tout ce que j'ai pu te dire de désagréable ! Je n'étais alors qu'un sot en le faisant, et je te prie de bien vouloir me pardonner : Comme je le fais également, très sincèrement, pour toutes celles et pour tous ceux, que j'ai pu "fustiger", dans ce Forum, dans mes précédents posts !
... Encore une fois, je reconnais que je n'étais alors qu'un crétin : Mes paroles ayant dépassées ma pensée de milliers de lieues!
Je te refais donc ici ma promesse : Dorénavant, je mettrai un point d'honneur, quand je viendrai sur ce Forum, de rester "calme", sans plus manifester la moindre agressivité ! J'ai en effet relu tout ce que j'avais écris, et je puis t'assurer que je suis loin d'être fier de beaucoup de mes posts ! Je reconnais ainsi que tu as eu parfaitement raison de me traiter de "caractèriel" : On le serait à moins !!!
... Mais cela ne se renouvellera plus; sois en persuadée !!! J'ai eu bien trop honte de moi en me relisant

"PERMETTEZ-MOI, GMV, DE DOUTER DE VOTRE BONNE NATURE[spoiler= Inutile de mettre de l'huile sur le feu], AYANT ÉCOPÉ PLUS D’UNE FOIS ET SUR DIFFÉRENTS POSTS DE VOTRE HARGNE. LAISSEZ-MOI VOUS RAPPELER CERTAINES DE VOS INSULTES (JE PARDONNE MAIS JE N’OUBLIE PAS), MAIS AUSSI DE VOS EXCUSES (QUE J’ACCEPTE AVEC RÉSERVES) ;À L’IMAGE DU CHRIST, JE DIRAI DONC « VA ET NE PÊCHE PLUS » " :

"Il y a dans tout homme, a toute heure, deux postulations simultanées : L'une vers Dieu... L'autre, vers Satan."
Charles BAUDELAIRE, "le mauvais vitrier" (Poèmes en prose)[i]

... Je pense, de plus, que tu dois connaître l'histoire de "l'étrange cas du Dr JECKYL, et de Mister Edward HYDE", de Robert, Louis STEVENSON? Dans l'affirmative : Disons que... Dorénavant, je m'engage, simplement, à ne plus donner suite à la personnalité de Mister HYDE, pour ne plus faire qu'un, avec celle du Dr JECKYL !

Désolé... Pour t'avoir tellement "vexée, en m'étant exprimé, vis à vis de toi, trop souvent, avec la "personnalité" déplaisante, "acide", asociale, et fort peu conviviale, de "Mister HYDE" ! (Tu peux toutefois voir là, non de la hargne, ou de l'insulte... Mais seulement, en fait, des paroles, disons... "peu amène", et sans importance, du fait que "l'émotion" prenait alors le pas sur ma raison!)

Ceci dit, "Que l'on pardonne ou non; que l'on oublie, ou que l'on n'oublie pas"... Revenir sur le passé, vois-tu, n'a, je pense, rien de bien "constructif"; au contraire ! D'autant que l'on ne peut jamais revenir en arrière !
Ainsi que l'écrivait un jour Françoise SAGAN, dans "bonjour tristesse" : "... L'on ne se baigne jamais deux fois dans la même eau !"

"... Si nous ne nous « rongeons plus les dents » contre notre passé, qui est bloc de granit et révolu !
Si nous acceptons, pour nous réconcilier avec nous-mêmes, ce jour, comme il nous est donné, refusant avec force, de nous heurter à l’irréparable : Alors, l’Irréparable n’aura plus, pour nous, aucune signification, car il est la marque de tout passé !!!
... Le sens des choses, en vérité, ne réside pas dans la provision, une fois faite, mais dans la chaleur de la transformation de la marche, ou du désir !"

Antoine De Saint EXUPERY, "CITADELLE"



_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 13:12

"... Voix de l’Orgueil : un cri puissant comme d’un cor,
Des étoiles de sang sur des cuirasses d’or.
On trébuche à travers des chaleurs d’incendie…
Mais en somme, la voix s’en va, comme d’un cor.

Voix de la Haine : cloche en mer, fausse, assourdie
De neige lente. Il fait si froid ! Lourde, affadie,
La vie a peur et court follement sur le quai
Loin de la cloche, qui devient plus assourdie.

Voix de la Chair : un gros tapage fatigué.
Des gens ont bu. L’endroit fait semblant d’être gai.
Des yeux, des noms et l’air plein de parfums atroces
Où vient mourir le gros tapage fatigué.

Voix d’ Autrui: des lointains dans des brouillards. Des noces
Vont et viennent. Des tas d’embarras. Des négoces,
Et tout le cirque des civilisations
Au son trotte-menu du violon des noces.

Colères, soupirs noirs, regrets, tentations,
Qu’il a fallu pourtant que nous entendissions
Pour l’assourdissement des silences honnêtes,
Colères, soupirs noirs, regrets, tentations,

Ah ! les Voix, mourez donc, mourantes que vous êtes,
Sentences, mots en vain, métaphores mal faites,
Toute la rhétorique en fuite des péchés,
Ah ! les Voix, mourez donc, mourantes que vous êtes !

Nous ne sommes plus ceux que vous auriez cherchés.
Mourez à nous, mourez aux humbles vœux cachés
Que nourrit la douceur de la Parole forte,
Car notre cœur n’est plus de ceux que vous cherchez !

Mourez parmi la voix que la prière emporte
Au ciel, dont elle seule ouvre et ferme la porte
Et dont elle tiendra les sceaux au dernier jour,
Mourez parmi la voix que la prière apporte,

... Mourez parmi la voix terrible de l’Amour !"

Paul VERLAINE



Dernière édition par GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 14:22, édité 1 fois

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Mer 16 Fév 2011 - 14:14

Immaculé


Tombe doucement la froidure

à grandes pelletées blanches

enveloppée de silence bienfaiteur

même lorsqu’elle s’écrase au sol

immobile et scintillante

neige immaculée…



sans tache ni souillures

tu la regardes et tu l’envies

lit cotonneux où tu pourrais t’endormir de froid

neutron du monde



tombe silencieusement la neige

comme passera la honte sur toi

doucement, avec le temps

elle laissera

un manteau d’humilité

immaculé.

Chantal Racine, 2010


allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 14:21

allégorie a écrit:Immaculé

Tombe doucement la froidure

à grandes pelletées blanches

enveloppée de silence bienfaiteur

même lorsqu’elle s’écrase au sol

immobile et scintillante

neige immaculée…

sans tache ni souillures

tu la regardes et tu l’envies

lit cotonneux où tu pourrais t’endormir de froid

neutron du monde

tombe silencieusement la neige

comme passera la honte sur toi

doucement, avec le temps

elle laissera

un manteau d’humilité

immaculé.

Chantal Racine, 2010


C'est un joli poème.

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Mer 16 Fév 2011 - 14:50

Seule

Seule,
Et la pluie tombe au dehors
Et la pluie tombe au-dedans
Seule,
Ça fait trop de mal à pleurer
Trop…


Seule,
Le premier jour de l’année
Comme une éternelle perdante
Seule,
Face à la mort
Toujours…


Seule,
Il n’y aura plus d’après l’amour
Il n’y aura plus d’Amour
Seule,
Face à la mort
À jamais

Québec, 17 juin 2007

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Mer 16 Fév 2011 - 15:15

Voici l'extrait d'un travail personnel que j'ai eu à présenter au baccalauréat en études françaises et qui saura mieux que je ne peux, par manque de temps, traduire ma pensée ...

CHANTAL RACINE
Baccalauréat d’enseignement en études françaises








« De la musique… »




Dissertation présentée à




Monsieur Jacques B. Bouchard
dans le cadre du cours




7LFR 302 Poétique












Module des arts et lettres
Université du Québec à Chicoutimi
Le 12 décembre 1996


"De la musique…



De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l’Impair,
Plus vague et plus soluble dans l’air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose,


Il fait aussi que tu n’ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l’indécis au Précis se joint.


C’est des beaux yeux derrière des voiles,
C’est le grand jour tremblant de midi,
C’est, par un ciel d’automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles.


Car nous voulons la nuance encor,
Pas la couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !


Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L’Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l’Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !


Prends l’éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d’énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l’on n’y veille, elle ira jusqu’où ?


O qui dira les torts de la Rime !
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d’un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?


De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu’on sent qui fuit d’une âme en allée
Vers d’autres cieux à d’autres amours.


Que ton vers soit la bonne aventure
Éparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym…
Et tout le reste est littérature."



Paul Verlaine, Jadis et Naguère




L’art poétique, ce texte littéraire que l’on reconnaît à sa substance, sur lequel on se penche,désireux d’apprendre ce qu’il cherche à nous enseigner, l’art poétique qui seul prône et loue sans réserve les procédés qui relèvent de l’art de dire ; ne s’expose-t-il pas, vantant avec ferveur la forme littéraire par excellence, montrant du doigt la voie qui mène à la magie des mots, à la périlleuse obligation de faire ce qu’il dit, de dire ce qu’il fait ?

Bref, l’art poétique ne devrait-il pas être auto-représentatif ? Sa nature même l’y oblige presque, et l’écrivain qui le vénère, qui en fait son instrument de création, recherche avidement cette perfection. La perfection ? Elle est aussi bien représentée que possible, sous la plume de Verlaine, par « De la musique… », l’Art poétique de Jadis et Naguère, qui, à merveille, fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. C’est ce que nous allons tenter de démontrer ici, en établissant les liens indissociables qui existent entre la forme et le contenu de cette pièce de vers. Oui, « De la musique… » est un poème auto-représentatif.

Observons tout d’abord la forme de l’expression de cette œuvre littéraire qui, nous le verrons, représente et annonce à la fois sa composante significative. Que dire de l’aspect de ce poème ? Première constatation : ce texte versifié est isostrophique ; il est composé de neuf quatrains isométriques. Deuxième constatation : le compte syllabique des vers de chaque strophe est égal au nombre de strophes qui composent ce poème ; Verlaine se complait dans l’ennasyllabe…Quoi ? Un mètre ignoré, gauche, un rythme boiteux au service de l’art ! ont dû s’écrier certains. Quoiqu’il en soit, Verlaine n’en était pas alors à sa première incartade en ce domaine, et il faut bien avouer que nous nous écartons nous-même de notre propos. Que nous apprend donc cette structure particulière ? À première vue, nous serions portée à affirmer que, dans ce poème, le nombre impair est roi (neuf syllabes par vers et neuf strophes), mais il ne faudrait pas oublier que le quatrain est un type de strophe qui contient un nombre pair de mètres et que le poème est en fait composé de trente six vers. Il s’avère donc qu’au plan formel l’Art poétique « De la musique… » semble hésiter entre le « pair » et « l’impair » : une ambiguïté de forme qui est à la fois le reflet et le miroir du sens qui y est véhiculé. Mais laissons là cette interprétation trop hâtive et poursuivons notre analyse, en concentrant notre attention sur la finale des vers.

"Ici a germé l'idée que dans l,incartade se cache souvent la beauté..."

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Mer 16 Fév 2011 - 15:42

Je crois que la poésie est présente également dans ce conte, qui aide, je le crois, toute personne(enfant et adulte) à se dépasser...

Anouk des neiges (conte allégorique)



Anouk était une petite inuit très intelligente qui vivait avec ses parents dans un bel igloo au pôle nord. Le papa et la maman d’Anouk étaient de très bons parents qui s’aimaient tendrement, et dont chaque seconde de leur vie était consacré à son bonheur. Anouk était donc une enfant très heureuse !

Un beau matin, juste avant qu’Anouk ne s’éveille tout à fait, voilà que l’igloo, si confortable d’habitude, se mit à craquer de partout. Les blocs de glace qui formaient le toit se fendillèrent et des morceaux se mirent à tomber dans leur jolie maison. Affolée, Anouk suppliait ses parents de faire quelque chose, car elle avait très peur. Mais sa mère et son père avaient beau essayé de retenir les blocs de glace, ils étaient beaucoup trop nombreux et trop lourds pour eux. Alors, malgré tous leurs efforts, un énorme bloc s’écrasa sur Anouk qui, sous le choc, perdit totalement conscience.

Les parents d’Anouk, très inquiets, décidèrent donc que sa mère resterait près d’elle et que son père, qui avait plus de force pour courir dans la neige, irait vite chercher le médecin au village le plus proche.

Le lendemain, lorsqu’Anouk se réveilla enfin, le docteur Pingouin et ses parents étaient près d’elle. Tous avaient bien de la peine de la voir dans un si mauvais état. Anouk avait un affreux mal de tête, des bleus partout et beaucoup de difficulté à respirer.

Le docteur Pingouin lui expliqua qu’elle avait une côte fêlée; c’est elle qui lui faisait si mal chaque fois qu’elle respirait. Pourtant, le médecin affirma à ses parents que la petite n’avait pas besoin de plus de soins : « Elle ira de mieux en mieux chaque jour à partir d’aujourd’hui, car les enfants guérissent toujours très vite » disait-il.

Pendant le trajet en traîneau qui les amenait à leur nouvel igloo, le père et la mère d’Anouk lui expliquèrent que cet accident était arrivé parce que la température était devenue rapidement très douce au cours de la nuit. C’était un phénomène très rare au pôle nord et cela avait fait fondre une partie de la glace de leur igloo. Mais tandis que ses parents tentaient gentiment de la rassurer, Anouk se sentait de plus en plus terrifiée à mesure qu’ils approchaient de leur nouvelle demeure.

Le temps passa, mais les parents d’Anouk ne reconnaissaient plus leur petite fille. C’est vrai qu’elle allait de mieux en mieux comme l’avait prédit le docteur Pingouin, mais elle ne s’amusait plus et elle faisait des choses bizarres. Anouk passait souvent de longues heures dans l’igloo sans rien faire d’autre que d’écouter le silence ou de regarder les parois lisses et brillantes de l’intérieur. Et comme elle refusait de retourner à l’école avec ses amis, ses parents crurent que quelque chose s’était brisé dans la tête d’Anouk. Elle ne redeviendrait peut-être plus jamais comme avant.

En réalité, c’est dans le cœur d’Anouk que quelque chose s’était brisé : Anouk avait peur tout le temps ! Si elle écoutait le silence, c’était pour surprendre chaque bruit au cas où l’igloo craquerait encore, et si elle scrutait les murs et le toit de leur maison de près, c’est qu’elle était à la recherche de la moindre petite crevasse. Mais Anouk gardait toute cette terreur dans son cœur, car elle voulait être une petite fille courageuse.

Dans le temps où Anouk aimait s’amuser dehors avec ses amis, elle contemplait souvent les oiseaux des neiges qui vivent au pôle nord. On lui avait dit que ces très beaux oiseaux s’appelaient des harfangs. Son ami, Nilak, avait même prétendu que les harfangs avaient des pouvoirs magiques …

C’est en pensant à cette histoire qu’Anouk remarqua le magnifique harfang des neiges qui s’était posé sur la colline tout près de sa maison. Or l’oiseau des neiges était si beau, son regard si doux et invitant qu’Anouk se décida à sortir pour voir de plus près ses merveilleuses plumes argentées. Et c’est alors que la magie se produisit, car le bel harfang lui parla en employant la langue magique des oiseaux, un langage que seuls les enfants peuvent comprendre.

L’harfang des neiges parla longtemps sans qu’Anouk ne pense un seul instant à aller surveiller l’igloo et il termina son discours ainsi ; « Je suis un vieil oiseau et avec le temps, j’ai appris qu’un harfang courageux n’est pas un harfang qui n’a pas peur, car je peux bien te l’avouer, j’ai eu souvent peur au cours de ma longue vie. J’ai appris à être courageux en faisant les choses que je devais faire.

Lorsqu’il m’est arrivé que la peur soit très grande, j’ai demandé à quelqu’un qui m’aime de me tenir la main. Et je me suis un jour aperçu que ma peur s’était envolée comme un oiseau dans le ciel de l’arctique. J’ai confiance en toi jolie jeune fille, tu es une petite bien intelligente, tu trouveras un jour les choses que tu dois faire.

Quelque temps plus tard, l’harfang magique vit Anouk s’amuser dans la neige avec sa maman avant de se rendre à l’école. Nilak lui tenait la main, ensemble ils riaient de bon cœur. Si l’harfang avait pu, je crois qu’il aurait souri...

Chantal Racine, Québec, 2006


allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 16:01

allégorie a écrit:Seule

Seule,
Et la pluie tombe au dehors
Et la pluie tombe au-dedans
Seule,
Ça fait trop de mal à pleurer
Trop…
Seule,
Le premier jour de l’année
Comme une éternelle perdante
Seule,
Face à la mort
Toujours…
Seule,
Il n’y aura plus d’après l’amour
Il n’y aura plus d’Amour
Seule,
Face à la mort
À jamais
Québec, 17 juin 2007

L'ISOLEMENT

Souvent sur la montagne l'ombre du vieux chêne,
Au coucher du soleil, tristement je m'assieds ;
Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes,
Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur;
Là, le lac immobile étend ses eaux dormantes
Où l'étoile du soir se lève dans l'azur.

Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
Et le char vaporeux de la reine des ombres
Monte, et blanchit déjà les bords de l'horizon.

Cependant, s'élançant de la flèche gothique,
Un son religieux se répand dans les airs,
Le voyageur s'arrête, et la cloche rustique
Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
N'éprouve devant eux ni charme ni transports,
Je contemple la terre, ainsi qu'une ombre errante
Le soleil des vivants n'échauffe plus les morts.

De colline en colline en vain portant ma vue,
Du sud à l'aquilon, de l'aurore au couchant,
Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : « Nulle part le bonheur ne m'attend. »

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières ?
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ;
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.

Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'i1 se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? Je n'attends rien des jours.

Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts ;
Je ne désire rien, de tout ce qu’il éclaire,
Je ne demande rien à l’immense univers.

Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d’a utres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à ma terre
Ce que j’ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux.

Là je m’enivrerais à la source où j’aspire
Là je retrouverais et l’Espoir et l’Amour
Et ce bien idéal que toute Âme désire
Et qui n’a pas de nom au terrestre séjour !

Que ne puis-je, porté par le char de l’aurore,
Vague objet de mes vœux s’élancer jusqu’à toi,
Sur la terre d’exil pourquoi resté-je encore ?
Il n’est rien de commun entre la terre et moi.

Quand la feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir se lève et l’arrache au vallon ;
Et moi je suis semblable à la feuille flétrie :
« Emportez-moi comme elle, orageux aquilons ! »

Alphonse De LAMARTINE

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

LA CAVERNE MYSTERIEUSE.

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 16:53

allégorie a écrit:Je crois que la poésie est présente également dans ce conte, qui aide, je le crois, toute personne(enfant et adulte) à se dépasser...

Anouk des neiges (conte allégorique)



Anouk était une petite inuit très intelligente qui vivait avec ses parents dans un bel igloo au pôle nord. Le papa et la maman d’Anouk étaient de très bons parents qui s’aimaient tendrement, et dont chaque seconde de leur vie était consacré à son bonheur. Anouk était donc une enfant très heureuse !

Un beau matin, juste avant qu’Anouk ne s’éveille tout à fait, voilà que l’igloo, si confortable d’habitude, se mit à craquer de partout. Les blocs de glace qui formaient le toit se fendillèrent et des morceaux se mirent à tomber dans leur jolie maison. Affolée, Anouk suppliait ses parents de faire quelque chose, car elle avait très peur. Mais sa mère et son père avaient beau essayé de retenir les blocs de glace, ils étaient beaucoup trop nombreux et trop lourds pour eux. Alors, malgré tous leurs efforts, un énorme bloc s’écrasa sur Anouk qui, sous le choc, perdit totalement conscience.

Les parents d’Anouk, très inquiets, décidèrent donc que sa mère resterait près d’elle et que son père, qui avait plus de force pour courir dans la neige, irait vite chercher le médecin au village le plus proche.

Le lendemain, lorsqu’Anouk se réveilla enfin, le docteur Pingouin et ses parents étaient près d’elle. Tous avaient bien de la peine de la voir dans un si mauvais état. Anouk avait un affreux mal de tête, des bleus partout et beaucoup de difficulté à respirer.

Le docteur Pingouin lui expliqua qu’elle avait une côte fêlée; c’est elle qui lui faisait si mal chaque fois qu’elle respirait. Pourtant, le médecin affirma à ses parents que la petite n’avait pas besoin de plus de soins : « Elle ira de mieux en mieux chaque jour à partir d’aujourd’hui, car les enfants guérissent toujours très vite » disait-il.

Pendant le trajet en traîneau qui les amenait à leur nouvel igloo, le père et la mère d’Anouk lui expliquèrent que cet accident était arrivé parce que la température était devenue rapidement très douce au cours de la nuit. C’était un phénomène très rare au pôle nord et cela avait fait fondre une partie de la glace de leur igloo. Mais tandis que ses parents tentaient gentiment de la rassurer, Anouk se sentait de plus en plus terrifiée à mesure qu’ils approchaient de leur nouvelle demeure.

Le temps passa, mais les parents d’Anouk ne reconnaissaient plus leur petite fille. C’est vrai qu’elle allait de mieux en mieux comme l’avait prédit le docteur Pingouin, mais elle ne s’amusait plus et elle faisait des choses bizarres. Anouk passait souvent de longues heures dans l’igloo sans rien faire d’autre que d’écouter le silence ou de regarder les parois lisses et brillantes de l’intérieur. Et comme elle refusait de retourner à l’école avec ses amis, ses parents crurent que quelque chose s’était brisé dans la tête d’Anouk. Elle ne redeviendrait peut-être plus jamais comme avant.

En réalité, c’est dans le cœur d’Anouk que quelque chose s’était brisé : Anouk avait peur tout le temps ! Si elle écoutait le silence, c’était pour surprendre chaque bruit au cas où l’igloo craquerait encore, et si elle scrutait les murs et le toit de leur maison de près, c’est qu’elle était à la recherche de la moindre petite crevasse. Mais Anouk gardait toute cette terreur dans son cœur, car elle voulait être une petite fille courageuse.

Dans le temps où Anouk aimait s’amuser dehors avec ses amis, elle contemplait souvent les oiseaux des neiges qui vivent au pôle nord. On lui avait dit que ces très beaux oiseaux s’appelaient des harfangs. Son ami, Nilak, avait même prétendu que les harfangs avaient des pouvoirs magiques …

C’est en pensant à cette histoire qu’Anouk remarqua le magnifique harfang des neiges qui s’était posé sur la colline tout près de sa maison. Or l’oiseau des neiges était si beau, son regard si doux et invitant qu’Anouk se décida à sortir pour voir de plus près ses merveilleuses plumes argentées. Et c’est alors que la magie se produisit, car le bel harfang lui parla en employant la langue magique des oiseaux, un langage que seuls les enfants peuvent comprendre.

L’harfang des neiges parla longtemps sans qu’Anouk ne pense un seul instant à aller surveiller l’igloo et il termina son discours ainsi ; « Je suis un vieil oiseau et avec le temps, j’ai appris qu’un harfang courageux n’est pas un harfang qui n’a pas peur, car je peux bien te l’avouer, j’ai eu souvent peur au cours de ma longue vie. J’ai appris à être courageux en faisant les choses que je devais faire.

Lorsqu’il m’est arrivé que la peur soit très grande, j’ai demandé à quelqu’un qui m’aime de me tenir la main. Et je me suis un jour aperçu que ma peur s’était envolée comme un oiseau dans le ciel de l’arctique. J’ai confiance en toi jolie jeune fille, tu es une petite bien intelligente, tu trouveras un jour les choses que tu dois faire.

Quelque temps plus tard, l’harfang magique vit Anouk s’amuser dans la neige avec sa maman avant de se rendre à l’école. Nilak lui tenait la main, ensemble ils riaient de bon cœur. Si l’harfang avait pu, je crois qu’il aurait souri...

Chantal Racine, Québec, 2006

"La haine ne peut annihiler la haine, mais l'amour le peut et le fait; pas ce sentiment faible et négatif qui en porte le nom et que déforme l'émotion, mais l'amour qui souffre toute chose, qui est douceur, qui accepte les responsabilités, qui va en avant, l'amour qui saigne et meurt pour une grande cause mais qui se relève ensuite !"... Ce conte est joli, "rafraîchissant", et bien riche en enseignement ! : Il démontre que si l'Amour annihile la haine... Il peut aussi annihiler la peur !

Voici un autre petit conte très joli aussi, et... Également, lui aussi, bien riche en enseignement ! :
fichier ppt: La caverne mystèrieuse.pps

(Le téléchargement ne dure que quelques secondes; il est garanti sans virus, du fait que je l'ai téléchargé moi-même, sans problème, dans mon serveur, depuis déjà quelque temps. Il n'est pas indispensable, non plus, d'enregistrer cette diapo, "directement visualisable", dès son téléchargement.)

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Mer 16 Fév 2011 - 17:10

allégorie a écrit:Voici l'extrait d'un travail personnel que j'ai eu à présenter au baccalauréat en études françaises et qui saura mieux que je ne peux, par manque de temps, traduire ma pensée ...
CHANTAL RACINE
Baccalauréat d’enseignement en études françaises
« De la musique… »
Dissertation présentée à
Monsieur Jacques B. Bouchard
dans le cadre du cours
7LFR 302 Poétique
Module des arts et lettres
Université du Québec à Chicoutimi
Le 12 décembre 1996
"De la musique…
De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l’Impair,
Plus vague et plus soluble dans l’air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose,

Il fait aussi que tu n’ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l’indécis au Précis se joint.


C’est des beaux yeux derrière des voiles,
C’est le grand jour tremblant de midi,
C’est, par un ciel d’automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles.


Car nous voulons la nuance encor,
Pas la couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !


Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L’Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l’Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !


Prends l’éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d’énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l’on n’y veille, elle ira jusqu’où ?


O qui dira les torts de la Rime !
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d’un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?


De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu’on sent qui fuit d’une âme en allée
Vers d’autres cieux à d’autres amours.


Que ton vers soit la bonne aventure
Éparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym…
Et tout le reste est littérature."



Paul Verlaine, Jadis et Naguère

L’art poétique, ce texte littéraire que l’on reconnaît à sa substance, sur lequel on se penche,désireux d’apprendre ce qu’il cherche à nous enseigner, l’art poétique qui seul prône et loue sans réserve les procédés qui relèvent de l’art de dire ; ne s’expose-t-il pas, vantant avec ferveur la forme littéraire par excellence, montrant du doigt la voie qui mène à la magie des mots, à la périlleuse obligation de faire ce qu’il dit, de dire ce qu’il fait ?

Bref, l’art poétique ne devrait-il pas être auto-représentatif ? Sa nature même l’y oblige presque, et l’écrivain qui le vénère, qui en fait son instrument de création, recherche avidement cette perfection. La perfection ? Elle est aussi bien représentée que possible, sous la plume de Verlaine, par « De la musique… », l’Art poétique de Jadis et Naguère, qui, à merveille, fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. C’est ce que nous allons tenter de démontrer ici, en établissant les liens indissociables qui existent entre la forme et le contenu de cette pièce de vers. Oui, « De la musique… » est un poème auto-représentatif.

Observons tout d’abord la forme de l’expression de cette œuvre littéraire qui, nous le verrons, représente et annonce à la fois sa composante significative. Que dire de l’aspect de ce poème ? Première constatation : ce texte versifié est isostrophique ; il est composé de neuf quatrains isométriques. Deuxième constatation : le compte syllabique des vers de chaque strophe est égal au nombre de strophes qui composent ce poème ; Verlaine se complait dans l’ennasyllabe…Quoi ? Un mètre ignoré, gauche, un rythme boiteux au service de l’art ! ont dû s’écrier certains. Quoiqu’il en soit, Verlaine n’en était pas alors à sa première incartade en ce domaine, et il faut bien avouer que nous nous écartons nous-même de notre propos. Que nous apprend donc cette structure particulière ? À première vue, nous serions portée à affirmer que, dans ce poème, le nombre impair est roi (neuf syllabes par vers et neuf strophes), mais il ne faudrait pas oublier que le quatrain est un type de strophe qui contient un nombre pair de mètres et que le poème est en fait composé de trente six vers. Il s’avère donc qu’au plan formel l’Art poétique « De la musique… » semble hésiter entre le « pair » et « l’impair » : une ambiguïté de forme qui est à la fois le reflet et le miroir du sens qui y est véhiculé. Mais laissons là cette interprétation trop hâtive et poursuivons notre analyse, en concentrant notre attention sur la finale des vers.

"Ici a germé l'idée que dans l,incartade se cache souvent la beauté..."

Un grand Merci pour ce Magnifique poème de Paul VERLAINE, ce si grand Poète "éternel"... Ainsi que pour cet excellent exposé sur l'art poétique que tu nous proposes !

... En voici un autre que j'aime personnellement beaucoup, et que j'ai grand plaisir à "partager" ici ! :

"Il pleure dans mon cœur"...

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine !

... Et celui-ci aussi, qui est très connu :

Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure,

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà
Pareil à la
Feuille morte.

Paul VERLAINE, Poèmes saturniens (1866)


_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Mer 16 Fév 2011 - 19:23

J'ai lu et aimé "la caverne mystérieuse" et je te laisse un autre poème pour accompagner "chanson d'automne"

J’ai vu mourir l’été

Une feuille a dansé pour embellir mon île
Tournoiement de beauté, si légère et fragile
Mais l’or de sa parure ne m’a pas consolée
Mon cœur n’est que froidure, mon île désertée

Et les larmes du ciel savent bien ma souffrance
Perles d’eau, démentielle est notre connivence
Les fleurs se sont fanées et mon âme frissonne
J’ai vu mourir l’été dans les bras de l’automne.

Chantal,Québec,2006

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

MAGNIFIQUE !!!

Message par _GERARDMENVUSSA le Jeu 17 Fév 2011 - 3:45

allégorie a écrit:J'ai lu et aimé "la caverne mystérieuse" et je te laisse un autre poème pour accompagner "chanson d'automne"

J’ai vu mourir l’été

Une feuille a dansé pour embellir mon île
Tournoiement de beauté, si légère et fragile
Mais l’or de sa parure ne m’a pas consolée
Mon cœur n’est que froidure, mon île désertée

Et les larmes du ciel savent bien ma souffrance
Perles d’eau, démentielle est notre connivence
Les fleurs se sont fanées et mon âme frissonne
J’ai vu mourir l’été dans les bras de l’automne.

Chantal,Québec,2006

Voilà un poème très beau, et qui atteste d'une très grande sensibilité ! Je l'aime beaucoup !!!

Un grand Merci !!!

Je suis heureux que tu aies appréciée "La Caverne Mystèrieuse" ! ... Peut-être d'autres personnes l'ont-elles appréciées aussi. Voici donc une nouvelle petite diapo que j'ai bien aimée; j'espère qu'il en sera de même pour toi, et pour beaucoup ! :

fichier ppt: Suchabeatifulstory.pps

Je précise à nouveau que cette diapo, (que je trouve superbe, émouvante, et si riche en enseignement !), peut être téléchargée, - Le téléchargement est très rapide, et ne dure que quelques petites secondes -, puis visualisée sans le moindre inconvénient, ni la crainte d'un virus : Du fait que, figurant dans mon serveur, elle a été testée; elle est donc sans risque ! Le dénouement est inattendu, "poignant", et d'un grande beauté !

... Voici également, ci-après, un autre poème que je te propose : Je l'avais composé moi-même, et il se fait, lui aussi, "l'écho" d'un moment de mélancolie", et de "blues"! Je l'ai intitulé :

"Pluie."

Il a trop plu : la terre en est toute inondée
Et semble s’affaisser dans le poids de l’ondée,
Triste comme on est triste, en essuyant des pleurs ! :
C’est qu’elle voit les cieux gris, si mélancoliques,

Cest que l’eau, sans respect, a brisé ses reliques,
Ses reliques d’amour et ses petites fleurs !
... C’est que la pluie a mis des trous dans les allées,
Des trous laids, plein de boue, où flétries sont allées

Les petites fleurs bleues que la terre aimait bien !
… La pluie a fait pousser des pierres sur la route,
... Des larmes dans mon cœur ont fait des trous de doute :
Des trous vides, des trous... Par où l’on ne voit rien !




_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par Bulle le Jeu 17 Fév 2011 - 10:27

GERARDMENVUSSA a écrit: Voici donc une nouvelle petite diapo que j'ai bien aimée; j'espère qu'il en sera de même pour toi, et pour beaucoup ! :

fichier ppt: Suchabeatifulstory.pps

Je précise à nouveau que cette diapo, (que je trouve superbe, émouvante, et si riche en enseignement !), peut être téléchargée, - Le téléchargement est très rapide, et ne dure que quelques petites secondes -, puis visualisée sans le moindre inconvénient, ni la crainte d'un virus : Du fait que, figurant dans mon serveur, elle a été testée; elle est donc sans risque ! Le dénouement est inattendu, "poignant", et d'un grande beauté !

C'est en effet très beau, merci GG !

_________________
Hello Invité ! Le du 01 décembre est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40270
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Jeu 17 Fév 2011 - 12:25

C'est moi qui te remercie... N'ai-je pas beaucoup, en effet, à me faire pardonner?

Je suis heureux que tu aies trouvé ces petites histoires très belles ! Elle le sont en effet !

Puisque tu y a été sensible, en voici une autre, également très belle !; il s'agit d'une HISTOIRE VRAIE, qui nous montre combien il n'est pas vain de dire "qu'un Bienfait n'est jamais perdu" ! Les réflexions de la personne qui a créée cette diapo, tu le verras, sont aussi, je trouve, Magnifiques ! Voici donc :
fichier ppt: HISTOIREVRAIE.pps

Cordialement !

GG


_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Jeu 17 Fév 2011 - 14:23

[quote="GG
Les petites fleurs bleues que la terre aimait bien !
… La pluie a fait pousser des pierres sur la route,
... Des larmes dans mon cœur ont fait des trous de doute :
Des trous vides, des trous... Par où l’on ne voit rien !"[/quote]

Que c'est beau et très attendrissant; des larmes qui ont fait des trous de doute, de vides, des trous par où on ne voit rien...c'est magnifique cette image !

Chantal, allégorie

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Merci !

Message par _GERARDMENVUSSA le Jeu 17 Fév 2011 - 16:06

allégorie a écrit:[quote="GG
Les petites fleurs bleues que la terre aimait bien !
… La pluie a fait pousser des pierres sur la route,
... Des larmes dans mon cœur ont fait des trous de doute :
Des trous vides, des trous... Par où l’on ne voit rien !"

Que c'est beau et très attendrissant; des larmes qui ont fait des trous de doute, de vides, des trous par où on ne voit rien...c'est magnifique cette image !

Chantal, allégorie

"Les cœurs les plus proches ne sont pas nécessairement ceux qui se touchent."
EMERSON (Je crois?)

Je te remercie chaleureusement !

Ta très grande sensibilité ne fait pas le moindre doute: Ainsi, je te demande de me pardonner pour ne pas l'avoir ressentie bien plus tôt... Ce qui, je t'assure, m'aurait évité de te dire bien des sottises que je regrette, et que je déplore profondément! Voici un autre poème, que j'avais composé à un autre moment de "blues", et que j'ai intitulé :

"Fuite"

Adieu, mon pauvre amour : tout passe sur la terre
Et les plus mauvais jours, et les jours les meilleurs !
... Rapide le Bonheur, très lente la misère :
L’un et l’autre s’en vont… Que m’importe, d’ailleurs ?

… Tu m’aimas autrefois : c’est déjà le passé !
Le présent est venu; loin, bien loin il emporte
Ton amour si profond, et si vite lassé,
Mais je ne t’en veux pas, et, mon Dieu... Que m’importe ?

Je sais que l’Amitié passe comme le reste,
Que le plus cher passé fuit devant l’avenir
Et que de ce passé si beau, plus rien ne reste,
Que beaucoup d’amertume, et peu de souvenir !

… Je sais que tu m’aimas, que c’était un beau conte,
Puis que tu t’éloignas, mais insensiblement,
Je ne sais même pas si tu te rendis compte
Que tu te détachais, irrévocablement !

… Mais ce que je ne veux, et ne saurais pas croire,
C’est que tu devinas le mal que tu faisais :
Et que, cruellement, sans cœur, tu t’amusais,
A "jouer à l’Amour", comme on joue une histoire !


Dernière édition par GERARDMENVUSSA le Jeu 17 Fév 2011 - 16:33, édité 3 fois

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Jeu 17 Fév 2011 - 16:22

Je te pardonne,GG,la rancoeur n'est pas bonne pour l'âme; elle la retient dans le passé et ne donne pas place à tout ce qui compte LE PRÉSENT !

P.S. C'est ce qui m'avait le plus blessé (d'être un être insensible) parmi toutes les bêtises que tu m'a adressées, moi dont la sensibilité est à fleur de peau, mais où mon caractère passionné(parfois orgueilleux) me fait aussi parfois dire des choses telle:"un imposteur, jusqu'au bout". Voilà ce qui a mis le feu au poudre entre nous, l'admettre est ce que je pouvais faire et m'en excuser est ce que je me dois de faire !

Sincèrement !

Chantal, allégorie

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Ma réponse...

Message par _GERARDMENVUSSA le Ven 18 Fév 2011 - 4:53

allégorie a écrit:Je te pardonne,GG,la rancoeur n'est pas bonne pour l'âme; elle la retient dans le passé et ne donne pas place à tout ce qui compte LE PRÉSENT !

P.S. C'est ce qui m'avait le plus blessé (d'être un être insensible) parmi toutes les bêtises que tu m'a adressées, moi dont la sensibilité est à fleur de peau, mais où mon caractère passionné(parfois orgueilleux) me fait aussi parfois dire des choses telle:"un imposteur, jusqu'au bout". Voilà ce qui a mis le feu au poudre entre nous, l'admettre est ce que je pouvais faire et m'en excuser est ce que je me dois de faire !

Voici de très belles pensées, dans une Merveilleuse diapo !
fichier ppt: pour_toi.pps

Sincèrement !

Chantal, allégorie

Je te pardonne,GG,la rancoeur n'est pas bonne pour l'âme; elle la retient dans le passé et ne donne pas place à tout ce qui compte LE PRÉSENT !

P.S. C'est ce qui m'avait le plus blessé (d'être un être insensible) parmi toutes les bêtises que tu m'a adressées, moi dont la sensibilité est à fleur de peau, mais où mon caractère passionné(parfois orgueilleux) me fait aussi parfois dire des choses telle:"un imposteur, jusqu'au bout". Voilà ce qui a mis le feu au poudre entre nous, l'admettre est ce que je pouvais faire et m'en excuser est ce que je me dois de faire !

Sincèrement !

Chantal, allégorie

... Je te remercie tout d’abord, très sincèrement de bien vouloir m’accorder « cette deuxième chance » !

Quand tu dis : « … Ainsi reprendrai où mon caractère passionné… (Qui te fait honneur !!!) Me fait aussi parfois dire des choses telle:"un imposteur » ; je te répondrai que tu as eu tout à fait raison ; comme tu as également eu raison, quand tu m’as traité de « paranoïaque », puisque je reconnais avoir eu envers toi l’attitude d’un vrai «parano »… Comme je reconnais encore que BULLE a eu parfaitement raison de me traiter de « caractèriel », et JIPE de « pauvre con » ! Tant je mérite, par certains de mes posts, de tels qualificatifs ! Ainsi est-ce à moi de m’excuser, et non à toi ! (D’autant que c’est moi qui ai encore mis « de l’huile sur le feu », en ne respectant pas ma parole, quand nous nous étions promis, une première fois, «d’enterrer la hache de guerre", et de cesser les hostilités!) Ainsi, et comme Jean TAULER, je ne saurais mieux faire, que te dire avec sincérité, ces quelques paroles profondément humbles : «... Il me semble qu’il m’arrive, en ce moment, comme il est arrivé à la Samaritaine au bord du puits : Tu m’as révélé tous mes défauts, mon fils ! Tu m’as dit ce que j’avais de plus caché en moi !!! Qui donc a pu te l’apprendre??? C’est Dieu, j’en suis certain !!!»

… Combien nous nous rendons compte qu’une « mauvaise communication » peut-être la source de tant de maux, de désordres, de discordes, de divorces, et de mésententes ! Nous nous sommes mal compris, vois-tu, dès le début; mais c’est entièrement de ma faute : Car il me fallait m’exprimer avec douceur, et avec respect ; et non avec agressivité, et avec méchanceté, comme je l’ai fait, hélas!

... Ce qui, en plus, ne m’est pas difficile du tout, puisque je serais resté en "adéquation" avec moi-même, étant avant tout un homme "de Méditation et de Prière continuelles!"

… Ainsi ai-je continué, le plus niaisement du monde, à entretenir envers toi, et envers BULLE, une «polémique» absurde qui n’avait pas plus de raison de perdurer... Que de commencer ! J’aurais en effet, dû, tout de suite, citer cette fameuse réflexion de LA BRUYERE, qui dans ses «caractères», avait écris :

« Tout est dit, et l’on vient trop tard, depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes, et qui pensent : « On ne fait que glaner après les anciens, et les habiles des temps modernes!»
Cela aurait peut-être, (je pense!) tout "arrangé", dans notre communication, dès le début !

Comme quoi, une bonne « Communication », (qui est le facteur prédominant de toute "compréhension mutuelle"!) reste-t-elle essentielle : En ce sens qu’elle est « à la base » de toute harmonie, tant sur le plan d’un couple, que d'un point de vue strictement « humain » !

Combien de divorces et de mésententes relèvent, en effet, si souvent, d’un simple malentendu ?! Combien de divorces, d’enfants abandonnés, de disputes… De guerres même, seraient évités, si les gens pouvaient simplement faire preuve entre eux, d’une meilleure communication !

Je terminerai en te remerciant encore, et en reprenant, comme conclusion, ta si belle réflexion : «la rancoeur n'est pas bonne pour l'âme; elle la retient dans le passé et ne donne pas place à tout ce qui compte LE PRÉSENT!»
… Ce que tu dis là est tout simplement sublime, et se passe de tout commentaire!!!

Afin que nous demeurions dans la communion de « notre Âme en Paix » : Je te propose (Comme je le propose à toutes et à tous, car nous sommes avant tout, toutes et tous, - que nous le sachions ou non! -, sans exception, "des Âmes en Paix"!) - ce morceau de Musique Classique :

http://www.youtube.com/watch?v=kPIe6ZZums0

... De ce génie qu’était Beethoven ! Un morceau "choisi" qui, si plein de poésie lui-aussi, à chaque fois que je l’entend, m’émerveille toujours autant !

Comme je te propose aussi ces très belles pensées, dans cette diapo "unique" à télécharger :
(Comme d'habitude, je la garantis sans virus, l'ayant mo-même testée dans mon serveur! I n'y a aucune crainte, donc, à avoir à ce sujet ! Le téléchargement ne dure que quelques secondes !)

fichier ppt: pour_toi.pps

… Sincèrement !

GG



_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par allégorie le Ven 18 Fév 2011 - 12:58

Merci GG !!

allégorie
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1036
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par _GERARDMENVUSSA le Ven 18 Fév 2011 - 13:14

"Le bonheur est un parfum que l'on ne peut répandre sur autrui sans en faire rejaillir quelques gouttes sur soi-même!"
(Ralph Emerson).

... Merci à toi !

_GERARDMENVUSSA
EXCLU DU FORUM

Masculin Nombre de messages : 624
Localisation : Vietnam
Identité métaphysique : Croyant
Humeur : Egale
Date d'inscription : 01/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi sert la poésie ?

Message par Babylon5 le Mar 22 Fév 2011 - 15:47

La poésie est aussi un appel :

A ma mère en cendres sous le feu mourant de ma mémoire ;
A mon père qui me donna une fois la main ;
Aux larmes plus lucides de l’enfant, debout au vent ;
Aux quatre horizons d’où vient le souffle ;
A mes amis, morts ou vivants
A mes ennemis ;
Aux cathédrales érigées sur du sable ;
Aux Dieux, de bois ou de plâtre ;
Aux hommes et aux femmes perclus, ivre-morts
ou simplement vivants ; aux sages ;
Aux prisonniers et à leur soif de liberté ;
A toutes les sources d’eau vive qui n’en sont qu’une ;
A l’océan et à ses vagues ;
Aux plages où s’échouent nos espoirs
A tous les arbres et à leurs racines ;
Aux fleurs épanouies prêtes à faner
A l’herbe piétinée qui relève la tête ;
A tous les chemins, et à tous leurs cailloux
Aux électrons, libres ou non, et à leur danse
Au noyau de l’atome de toute éternité ;
Aux étoiles, au vide ;
Au soleil éclairant ce monde d’un côté à l’autre ;
A la force que nous devons saluer,
de gré ou de force ;
Au désespoir et aux futurs passés ;
A la colère et sa sœur la rage ;
Aux imprécations et aux prières ;
Aux malheureux qui cherchent le sommeil ;
Aux combattants et aux combats toujours neufs ;
A la mort ;
A l’ennui qui défait le tissu des jours ;
Au matin que dément le soir ;
A tous les cris joyeux ou muets ;
Au mal et à toutes ses tortures raffinées ou brutales ;
A l’Homme cloué sur la croix
et qui est censé donner l’exemple ;
A la lumière et à l’absence de lumière.

Nue dans mes chaines et délivrée de tout espoir :
Je vous appelle.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum