Prophétie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prophétie

Message par Babylon5 le Jeu 13 Mai 2010 - 17:51

La liberté se noie dans un grand bain démocratique. Un bain froid, de notoriété publique. Elle ne s’en sortira pas, car la liberté n’a plus de mains : ses héritiers les lui ont coupées. C’était prévisible : la liberté à un certain moment s’est comportée en catin, elle a couché avec n’importe qui dans le village. Elle a notamment couché avec des voleurs, avec des cousins proches ou des alcooliques notoires, et n’a fait que trop de bâtards à l’esprit embrumé, mais prêts à se battre sur sa dépouille. Car la liberté était trop riche de promesses et faisait des envieux, à gauche comme à droite, à l’est comme à l’ouest, de Londres à Paris, de New York à Pékin, de l’Europe à l’ Asie, de l’Asie à l’Afrique (sans oublier les Amériques) :

« Un petit monde blême et plat, Afrique et Occidents, va s’édifier. Puis un ballet de mers et de nuits connues, une chimie sans valeur, et des mélodies impossibles. »

La Liberté, engluée dans les algues et des mensonges communs, ne sera bientôt plus qu’un cadavre. On sortira le cadavre gonflé d’eau pour le montrer au peuple. Pendant ce temps Dieu botte en touche. Cela est présage de grands malheurs. Demain on coupera les mains sur les places publiques ; on coupera aussi les têtes, on coupera les idées en quatre. Il n’y aura pas d’escale pour les enfants de la liberté qui n’ont pas trahi. Ce seront des jours maussades pour les amants. Il faudra se cacher, mais où ? Cela terminera par une guerre : les héritiers bâtards se réfugieront dans leurs tours. Les tours seront dynamitées, ce qui réjouira trop vite les héritiers légitimes. On verra partout des fantômes sans visages. On nous commandera de les accueillir en nos pays, en nos places et en nos maisons ; tout ceci au non d'une liberté morte. Ces fantômes accompliront la Parole : la parole de mort après le « massacre des révoltes logiques ». Il n’y aura pas de sauveur qui descendra du ciel; il n’y en a jamais eu d’ailleurs. Ce sera le « temps des assassins ». Ce temps est déjà commencé depuis longtemps.

Le sauveur : chacun de nous. Or chacun de nous est englué dans le monde blême. Rien ne sert de se débattre. Il ne reste qu’à fuir. Fuyons par le plus court chemin : nous-mêmes.

Les passages ou expressions entre guillemets et en italiques sont d' Arthur Rimbaud.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophétie

Message par bernard1933 le Jeu 13 Mai 2010 - 21:26

Babylon, pour compléter ta prophétie par des données économiques pratiques, un article d' AgoraVox de ce jour . Nous nous réfugierons dans la poésie...

750 Milliards : chroniques d’une fin non annoncée ( AgoraVox 13-5-2010 )

750 milliards mis sur la table en quelques heures, impensable quelques jours avant, mieux et plus vite que Paulson, et en infraction avec le traité européen qu’on avait déjà tiré aux forceps, voilà la danse du ventre pharaonique qui a été jouée dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles, peu avant l’ouverture des marchés, pour éviter un lundi noir qui aurait dû conclure les débandades boursières de la fin de semaine. Si lundi les marchés ont applaudi les roulements de hanches de la belle Lagarde et de ses homologues, certains analystes pensent que cette somme colossale ne sera que la dernière tournée offerte aux Danaïdes et sera suivie par une descente aux enfers précipitée.
Qu’on se représente déjà le chiffre : Le New Deal de Roosevelt, c’était 50 milliards en dollars d’aujourd’hui, et le plan Marshall, 100 milliards d’aujourd’hui (1). Mais se rend-on compte que cette somme fabuleuse, 750 milliards, l’intervention la plus démentielle de tous les temps, et de loin, ne représente qu’à peine plus de 10% de la dette de la zone Euro, qui est de 7.000 milliards d’Euros (2) ? Se rend-on compte aussi que sur cette somme, où l’intervention du FMI doit être considérée comme complémentaire de l’intervention européenne, plus de la moitié des 750 milliards, soit 440 milliards, doivent être considérés comme "mobilisables", c’est-à-dire qu’ils n’existent pas encore ? Et pourtant ! Cette somme si folle fait si pâle figure ! "Cela ne suffira pas", indique Philippe Dessertine (1), ce que confirme Frederic Lordon : "un plan de sauvetage de l’Espagne seule a été estimé par Natixis à un ordre de grandeur de 400-500 milliards d’euros, et l’on ne parle encore ni de l’Italie, ni de l’Irlande" (9).

Rien n’est fondamentalement changé, au contraire, si le gouffre a été temporairement écarté, la situation a fortement empiré : Moody’s, en dépit de la décision européenne, a toujours l’intention de poursuivre l’abaissement de la note de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal (3), et, si la cagnotte européenne devait être activée, ce sont les signatures des 3 locomotives européennes (Allemagne, France et Pays-Bas) qui risquent d’en pâtir, selon Dessertine, ce qui provoquerait "une onde de choc" (1). Or dans cette partie de Hold’hem poker, si Bruxelles a abattu une partie de son jeu ce week-end, les marchés vont vouloir voir les cartes cachées et vont s’infiltrer dans les failles pour mesurer la consistance de ces annonces : "On va nécessairement utiliser ce dispositif", poursuit Dessertine.

Le dispositif en place n’est en effet rien d’autre qu’une arme anti-spéculation très temporaire, qui aura le mérite de ne pas démentir Sarkozy quelques temps. Contrairement à ce qui avait été exigé du traité de Lisbonne, et c’est la grande nouveauté du week-end, les pays dans la mélasse pourront maintenant court-circuiter le marché en empruntant directement à la BCE, qui a contourné le traité en se plaçant sur le second marché. La BCE, achetant depuis lundi de la dette publique et privée, a donc maintenant, à son corps défendant, la capacité de création monétaire, devenant, à l’instar de la Fed, opérateur de planches à billets et incinérateur de junk bonds ; planche à billets, terme qu’elle n’aime pas beaucoup et qu’elle dénie (4) en jurant sur la tête du veau d’or qu’elle réintégrera ultérieurement les liquidités distribuées dans cette orgie européenne qui pourrait invoquer l’ombre de Weimar, en ayant oublié de préciser quelles étaient les seules et très précises conditions économiques qui rendrait possible ce retour de liquidités.

C’est ainsi que la Grèce a pu emprunter, dès Lundi, à un taux bien moins coercitif : "La mesure a contribué à la chute spectaculaire des taux des obligations grecques à 10 ans, qui sont passés de 12,4 % vendredi soir à 6,4 % lundi" (5). Sus aux spéculateurs ! Oui mais voilà, c’est précisément ce que voulait interdire le traité de Lisbonne, afin de "responsabiliser" les dirigeant politiques. Les spéculateurs sont momentanément arrêtés, mais le robinet de la BCE a été ouvert. Cette fontaine de jouvence, appelée bouton nucléaire dans le jargon financier, s’il est commode dans ses modalités (d’où son appellation anglophone "easing"), donne maintenant la possibilité aux états de s’y abreuver indépendamment de toute responsabilité ou irresponsabilité budgétaire, sans parler du spectre inflationniste. Peut-on pousser la caricature jusqu’à imaginer un gouvernement carburant à l’absinthe qui aurait toujours, quoi qu’il fasse, la fontaine de jouvence à sa portée ?

Pas tout-à-fait, car outre les mesures de consultations budgétaires préalables de la commission européenne en préparation - Il faut bien présenter un peu de sérieux - , c’est le FMI qui, de sa hauteur participative de 50%, viendra jouer le père fouettard pour les récalcitrants. Le 9 mai 2010 marquera en effet la date où une organisation supra-nationale, non-européenne, aura conquis le droit d’ingérence sur un pays de la zone Euro dépassé par son endettement, et le droit de briser les acquis sociaux que ses aïeux auront mis 50 ans à construire. DSK aura du mal, après ça, à expliquer qu’il est socialiste (6).

Ce qu’on oublie allégrement de dire dans cette affaire, c’est que l’actuelle crise n’est pas une crise du déficit budgétaire de la Grèce, ni des PIGS, tout au moins pas directement, mais bel et bien une crise des banques européennes, et l’opération de sauvetage n’était pas destinée à la Grèce, mais aux banques européennes, ainsi que le rappelle Marc Faber (7). Ce sont encore, une nouvelle fois, les banques qui ont été sauvées, et, en dépit de la posture sarkozienne à l’encontre des spéculateurs, ce sont des nouvelles munitions que l’on va présenter à la spéculation : "les membres de l’Union, en collaboration avec le Fonds Monétaire International (FMI), préfèrent mettre 750 milliards d’euros à la disposition des marchés. Les spéculateurs doivent se frotter les mains [...] Car, dans l’intervalle, rien n’est entrepris pour stopper la spéculation. Les banques pourront continuer de manipuler les cours comme elles l’entendent. Surtout qu’elles sont maintenant assurées d’être remboursées" (8). Ce ne sont pas les futurs états défaillant de la zone Euro que l’on cherche à sauver, mais leurs créanciers.

C’est donc d’un nouveau hold-up dont il s’agit, au crédit de la spéculation et au débit de la dette publique, qui vient de s’opérer. Les garanties en jeu ne reposent que sur un phénomène de lévitation collective, nommée bootstrapping par Lordon, où la croissance est attendue comme le Messie, faute de quoi l’ensemble du dispositif est condamné à l’effondrement : "ce sont les États qui se garantissent mutuellement au moment même où leurs solvabilités sont mises en doute. Rien ne permet d’exclure le scénario au terme duquel - dans six mois, douze, dix-huit ? - l’opinion financière, aujourd’hui enivrée par les centaines de milliards gracieusement mis à sa disposition, prendrait pleinement conscience du caractère de bootstrapping de la manœuvre. Si la croyance financière effectue ce nouveau déplacement, l’ensemble du dispositif connaîtra la ruine et tout sera à refaire. Il faut donc souhaiter très fort que la croissance revienne au plus vite" (9).

Or comment envisager une croissance dans le plan d’austérité qui va s’abattre sur toute l’Europe ? L’emballement des dettes souveraines sans perspectives de croissance est un suicide organisé. Les financiers sont donc très perplexes devant le plan Européen :

Jim Rogers : "Le plan de sauvetage européen est un clou dans le cercueil [...] Cela signifie qu’ils ont abandonné l’Euro, ils ne font pas particulièrement attention s’ils ont une monnaie sonnante, tous ces pays dépensent de l’argent qu’ils n’ont pas, et ça va continuer [...] C’est une monnaie politique, et personne ne se soucie de l’économie d’arrière-plan indispensable pour avoir une monnaie solide. Je pense que ça va couler, ils gaspillent encore plus d’argent dans ce problème et ça va rendre les choses pires" (10)

Peter Schiff confirme que toute croissance est inenvisageable, et que l’investissement privilégié restera l’or, devant la monétisation de la dette américaine et européenne : "Ils vont faire un Euro aussi faible que le dollar" (11). Se ruer sur l’or, avant quelle genre de période faut-il avoir ce réflexe ?

Constat très simple : force est de constater que la construction devient non seulement toujours plus instable, mais que le pari de sa solidité se base sur l’espérance d’une croissance imminente, dont on sait qu’elle n’aura pas lieu, de part une panne de l’économie réelle et le fardeau d’un plan d’austérité massif, et dont l’absence générera une spirale de dette publique exponentielle. De trois choses l’une :

- Incompétence généralisée ?

- Fuite en avant incontrôlée, faute d’alternative ?

- Construction délibérée d’un effondrement ?

A vous de choisir. Selon Philippe Dessertine, le grand emprunt de 35 milliards était la dernière étape avant le gel des dépenses de l’état, sans qu’on nous l’ait dit. 5 milliards d’économie, "une blague" ! 80 milliards de contribution de la France au dispositif européen, en plus de son déficit abyssal, c’est ça qu’il faut prévoir, c’est un plan comparable au plan d’austérité grec qui nous attend, selon l’économiste (12). Depuis son élection, Sarkozy a fait passer le déficit public de 2,7% en 2007 à 8,2% en 2010 (13), c’est-à-dire qu’il l’a triplé en 3 ans, même les précaires qui ont connu plus que les autres la radicalisation du coût de la vie pendant cette période n’arriveront pas imaginer ce que sera l’austérité française quand elle s’alignera sur celle de la Grèce.

Selon Elie Cohen (13), le plan européen ne fait que repousser les "regains spéculatifs", qui surgiront à nouveau très prochainement, quand les mécanismes nationaux d’activation du plan d’aide mettront en évidence les faiblesses des états en difficultés. Autant dire que le plan de 750 milliards, simple bulle d’air furtive, n’a pas seulement échoué à écarter la potentialité spéculative, mais il enlève tout espoir de croissance, et donc tout espoir de recouvrer les dettes. Autant le dire de suite, la partie est terminée. Et ensuite ? Un des rares à avoir abordé le sujet tabou est Philippe Dessertine, professeur à Nanterre, directeur de l’Institut de Haute Finance, qui, comparant la crise actuelle à celle de 1929, nous situerait actuellement vers ... 1937. "Le temps presse", dit-il, si l’on veut éviter la guerre (14)
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophétie

Message par Babylon5 le Ven 14 Mai 2010 - 8:47

Ben, Bernard, cette prophétie n'est pas la mienne : j'ai complété celles d'Arthur. L'image du "monde blême", n'est-ce pas le notre ?

J'ai lu l'article d'Agora Vox, je vais essayer de retrouver le lien exact.
http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/750-milliards-chroniques-d-une-fin-74927
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophétie

Message par JO le Ven 14 Mai 2010 - 8:58

plutôt que la guerre, la révolution : les trop riches ne l'ont jamais été autant et les trop pauvres finiront par ne plus le supporter .
Et ce sera très bien !
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prophétie

Message par Babylon5 le Ven 14 Mai 2010 - 10:02

JO a écrit:plutôt que la guerre, la révolution : les trop riches ne l'ont jamais été autant et les trop pauvres finiront par ne plus le supporter .
Et ce sera très bien !
Tu est très optimiste, JO. Bien sûr, nous sommes nombreux à souhaiter la révolution plutôt que la guerre. Mais dans les carcans idéologiques et religieux actuels, il est pratiquement impossible qu'une révolution puisse intervenir. Tout a été fait pour ça, de façon beaucoup plus réfléchie et cohérente qu'on ne le croit. Tout ce que nous voyons depuis mai 1968 (dernier mouvement révolutionnaire enregistré si je ne m'abuse) ; tout ce que nous voyons a été parfaitement orchestré. Y-compris la montée des intégrismes.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum