La géobiologie

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

La géobiologie

Message par Lila le Sam 24 Juil 2010 - 21:04

La géobiologie est une science, pas encore reconnue universellement, qui a pour but la santé de l'habitat, l'influence des lieux sur les personnes, et donc la santé des êtres vivants, que ce soit plantes, animaux et humains. Elle inclut les ondes de forme (émises par les formes), ondes émises par la Terre et reçues du Cosmos, les pollutions chimiques et électromagnétiques, et même depuis plus récemment: le feng chui (souvent de façon assez chaotique et superficielle). Elle se base aussi sur les connaissances intuitives des anciens, par exemple les bâtisseurs de cathédrales, qui avaient sans doute des perceptions plus fines que nous, barricadés dans les principes matérialistes et la pensée rationnelle. Perceptions plus fines, sans doute, mais floues, avec comme corollaire tout un nuages de fausses idées, de superstitions... Les études scientifiques remettent progressivement les pendules à l'heure (c'est le cas de le dire rire )

Elle est l'héritière des sourciers, et a longtemps utilisé le pendule et les baguettes pour analyser le terrain. Ces instruments n'ont aucune action ni pouvoir, ils ne sont que les amplificateurs des signaux que capte la magnifique antenne que constitue le corps humain. Actuellement, les géobiologues travaillent avec des instruments scientifiques pour mesurer les champs magnétiques (capteurs de champs...), et ont troqué les anciens instruments contre l'antenne de Lecher, plus précise et demandant moins de concentration.

C'est le docteur Hartmann à Heidelberg, qui a découvert le "réseau Hartmann", quadrillage d'ondes telluriques dont les croisements, s'ils sont superposés à d'autres nuisances (faille géologique, cours d'eau souterrain), émettent des ondes nocives très préjudiciables à la santé des êtres vivants: les plantes y dépérissent, les animaux les fuient, les humains qui y séjournent des heures par jour tombent malades.
D'autres réseaux ont été découverts depuis: Curry, etc...

Vous trouverez ici les avis de quelque scientifiques sur la géobiologie, et un extrait de cette page: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"C'est un fait indéniable, la géobiologie est née et a acquis ses titres de noblesse en Allemagne au début de la deuxième moitié du vingtième siècle. Le Cercle d'Etudes en Géobiologie, crée en 1961 par le docteur Hartmann et présidé par lui jusqu'en 1990, regroupe actuellement plus de 1800 adhérents dans différents pays. Il est constitué d'une dizaine de "Landesgruppen" (antennes régionales). En tant que Groupe Alsace, l'association E.R.G.E. est affiliée et participe aux travaux du "Forschungskreis", dont elle est le représentant officiel en France. Grâce à l'expérience et aux travaux de plus de 500 scientifiques et spécialistes de différentes disciplines, cette institution se situe indéniablement en tête de la recherche et du développement mondial en géobiologie. Le Cercle d'Etudes en Géobiologie est propriétaire d'un institut de recherche, situé à Waldkatzenbach dans l'Odenwald près de Heidelberg en Allemagne."
Extrait d'un texte provenant du Cercle d'études en géobiologie du Dr Hartmann ( "Forschungskreis für Geobiologie Dr. Hartmann")


J'ai étudié et pratiqué la géobiologie pendant plusieurs années, mais j'ai abandonné parce que continuer comme je l'aurais voulu aurait impliqué plusieurs années d'études à Heidelberg, ce qui n'était pas possible avec mes jeunes enfants. Cette expérience a été des plus intéressantes et instructives, et m'a mise en contact avec des personnes passionnées et passionnantes. Aussi avec des charlatans et joyeux fantaisistes, bien sûr, mais on apprend vite à faire la part des choses. Comme je n'ai pas peur d'en parler autour de moi, j'ai eu la grande surprise de constater que des scientifiques de mon entourage avaient souvent un pendule en poche, mais ils me faisaient évidemment jurer le secret !

Je n'ai qu'un souhait, c'est que cette discipline soit reconnue officiellement, encadrée, pratiquée par des personnes qui ont déjà une base solide soit en architecture, médecine... C'est le seul moyen d'écarter les charlatans, qui ne manquent pas.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Sam 24 Juil 2010 - 22:52

Je connais un geobiologiste dans ma région, auquel les gens font de plus en plus appel .Personnellement, je me fie à mon ressenti . Longtemps , je tenais à dormir la tête à l'Est. Mais depuis que je dors la tête à l'ouest, je dors bien mieux , va savoir ... Par contre, je suis sûr qu'un réseau tellurique perturbateur traverse ma chambre en son milieu : impossible d'y dormir , draps qui font des étincelles , chemise qui colle à la peau ... électricité statique ...
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Sam 24 Juil 2010 - 23:15

tu as vérifié ton installation électrique ? C'est une des premières choses à faire: les fils dans les murs et plafonds, s'ils sont vieux, émettent un champ électromagnétique, ou un lustre mal monté à l'étage inférieur, ....

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Sam 24 Juil 2010 - 23:28

quand les ouvriers tombent sur mon installation électrique, ils se signent ! Elle date de 1977 . Jamais revue depuis et je n'ai vraiment pas les moyens de la refaire. Entre la maison et moi , c'est à qui tiendra le coup plus longtemps que l'autre .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Sam 24 Juil 2010 - 23:32

faut pas accuser les ondes telluriques, alors. Wink

Si tu ne veux pas remplacer toute ton installation, tu peux soit ne vérifier que ce fil ou la connection proche de ton lit, ou mieux: placer après le compteur un rupteur qui coupe tout le courant de la maison quand il n'y a pas de consommation. Tu seras au moins tranquille pendant la nuit. (cela m'avait coûté +/- 120 €, il y a 25 ans)
Evidemment, certains appareils restent branchés (frigo..).

Vérifie aussi la prise de terre, parfois c'est juste ça: ce n'est pas cher et important. Si tu as un lit en métal, tu peux aussi le mettre à la terre. Ou déplace ton lit...

N'oublie pas que les signaux qui passent dans les nerfs sont aussi d'ordre électrique, donc dormir dans un champs électrique comme tu le décrit n'est pas l'idéal, mais comme tu tiens bien le coup, c'est que ce n'est pas grave Wink




Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 7:23

devant ces manifestations, j'ai déplacé mon lit et, là où il est, plus le moindre inconvénient .Tête à l'ouest, je dors comme un bébé et les couvertures se tiennent tranquilles . C'est pas comme le chat, mais ça lui passera quand il sera grand !
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 8:34

en tous cas c'est un bon exemple pour montrer ce qu'inclut la géobiologie telle que je la concevais. Mais pour la pratiquer sérieusement, il faut avoir de bonnes connaissances en électricité, chimie, architecture, géologie, médecine, psychologie... Il faut investir: j'empruntais les appareils d'un ami, mais j'aurais dû les acheter. Cet ami était chirurgien, physicien et chercheur insatiable. Si on veut arriver à une géobiologie sérieuse, il faut confirmer les mesures au pendule avec des appareils de mesure.

Voici comment il faudrait procéder, par exemple pour l'eau souterraine. On commence à dégrossir le terrain avec le pendule ou l'antenne de Lecher, on fait le plan de l'eau éventuelle. L'eau courante produit un courant électrique statique qui est faible, mais mesurable. Donc on peut confirmer la mesure de façon objective. Mais il n'est pas possible de mesurer directement avec l'instrument parce qu'il y a beaucoup d'autres perturbations électriques dans une maison.

Idem avec la qualité de l'air. Avec un peu d'entraînement, on sent tout de suite qu'elle est mauvaise, en général un manque d'ions négatifs: on sent comme une oppression, dûe à la difficulté de l'échange d'oxygène avec le gaz carbonique du sang (chargé positivement) dans les poumons. Mais l'appareil pour le mesure coûte une fortune.

Les failles géologiques, faciles à repérer avec l'antenne, émettent du radon et aussi des perturbations du champ EM. Aussi possible de vérifier avec une analyse de l'air (coûteuse),par contre le capteur de radio-activité est bon marché.

Pour trouver les pertes électriques dans le mur, là aussi on dégrossi d'abord le terrain, puis on peut se débrouiller avec un petit appareil qui permet de capter les conversations téléphoniques, mais c'est long et fastidieux. Plus facile de faire venir un vérificateur qui mesurera si l'installation est aux normes.

C'est un domaine très vaste et très intéressant.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 8:39

comme tu le dis , ça coûte très cher et on ne peut pas déplacer la maison, alors, la recherche en ce domaine est intéressante mais devra s'orienter vers le bâti neuf, à construire .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 8:50

non, JO, il y a plein de choses à faire qui ne coûtent rien, par exemple éviter la pollution domestique. Tu trouveras plein d'articles à ce sujet, en voici un court et bon [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Réduire la pollution électromagnétique en coupant l'alimentation de tous les appareils non utilisés: j'ai placé des prises multiples avec des interrupteurs pour tous les appareils de bureau, wifi, et tv, hi-fi, etc, et je coupe tout en un seul clic.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 8:55

détail pratique : on ne peut couper la live box, qui commande le téléphone et l'ordinateur, il me semble . J'ai tenté d'isoler mon lit , qui est dans le coin opposé, avec un paravent en bois ouvragé ( à trous): c'est illusoire, ou pas ? Je suis tentée de changer de chambre pour éviter la pollution, mais je déteste devoir déménager quand un visiteur vient . Je me suis donc installée dans la pièce polluée électriquement .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 9:05

le visiteur ne sera pas là pour longtemps, je trouve que tu dois t'accorder la priorité.

Le paravent en bois est illusoire, en effet. Si le problème est si flagrant, fais venir un électricien pour qu'il repère au moins la source : peut-être est-ce juste un mauvais branchement, un fil mal isolé, qui en outre, constitue un risque d'incendie ?

J'ai eu le même genre de problème avec un lustre dont l'interrupteur bipolaire était simplement mal branché: le résultat était une pollution de 1700 volts par mètre* autour du lustre, donc dans la pièce supérieure qui était notre living, et où beaucoup de gens se sentaient mal au point d'avoir un malaise.

Il a suffit d'inverser la position de deux fils de l'interrupteur. l'interrupteur.

* le champ EM terrestre est de +/- 100V/m, et c'est la norme pour un environnement sain. Plus de 120 v/m est mauvais. Dans les maisons on dépasse facilement les 1000, 1500 v/m avec les téléviseurs à proximité (1 à 3 mètres) les gros appareils électroménagers. Je pense que les appareils modernes sont mieux isolés, mais je n'ai plus eu l'occasion de mesurer depuis 20 ans.


Dernière édition par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 10:25, édité 1 fois (Raison : J'ai effacé le chiffre de l'OMS parce qu'il concerne la pollution EM dues aux émissions radio, tv...)

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 9:28

merci, Lila
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 11:12

Je vais vous raconter une des nombreuses expériences que j'ai faites et qui m'ont convaincue de la réalité des ondes telluriques (Harmann, Curry, etc).

Un de mes amis voit ou perçoit des choses que les autres ne voient pas (je n'aime pas employer le mot "voyant", qui est péjoratif). Il perçoit les ondes telluriques, les cours d'eau souterrains. Je ne les perçois pas, mais je sais employer l'antenne de Lecher. Nous devions analyser un terrain sur lequel une maison allait être construite. Nous avons chacun une copie identique du plan du terrain, et nous travaillons chacun de notre coté: lui s'est à peine déplacé, moi j'ai arpenté le terrain dans tous les sens plusieurs fois, cherchant l'eau, les failles, Harmann, etc... Lui ne savait pas ce que je cherchais, donc n'aurait pas pu deviner ce que je mesurais en me voyant m'arrêter, reculer...

Quand j'ai des occasions comme celles là (de comparer deux "mesures"), je ne les rate pas, je fais en sorte qu'aucun de nous ne sache ce que l'autre fait, simplement parce que MOI j'ai besoin de preuves pour me convaincre que tout cela ne sont pas des hallucinations.
Le copain a dessiné son plan, moi le mien, et bein, non seulement ils correspondaient (vus par transparence, les dessins se superposaient), mais lui "voyait" en plus des plans obliques de couleur rouge et bleues : c'était le réseau Curry, que je n'avais pas mesuré, et que j'ai confirmé après. Cet ami ne savait même pas ce que c'était ! Nous avions un cours d'eau: même emplacement, mêmes méandres, même profondeur (la sienne était plus précise), même sens d'écoulement. Idem pour les autres mesures.
Des expériences comme celles là, j'en ai fait des centaines, avec des personnes et des méthodes différentes, parfois par téléphone.
Je n'ai pas trouvé d'explication scientifique au fait que nous aurions "par hasard" tracé le même dessin, avec plus d'une centaine de lignes qui correspondent TOUTES (à de rares exceptions près, de 1 à 10% selon l'expérience). Ou alors, la seule explication possible serait une forme de télépathie, ce qui prouverait autre chose d'intéressant: la réalité de la télépathie.

C'est comme cela que j'ai construit ma conviction de la réalité de tout cela, même s'ils reste encore beaucoup de zones floues, notamment sur la nature exacte de ces ondes. Elles ont souvent une partie EM, mais il y a "autre chose" d'indéfini, mais existant.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 11:19

Personnellement, je le crois tout à fait . Je sais que nous sommes traversés d'un tas d'ondes et de rayons, soit sous-jacents soit atmosphériques et même cosmiques . Mais on a été bâtis comme ça et, tant qu'on se porte bien, c'est qu'on est adapté au milieu ...
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 11:25

beaucoup de ces ondes sont nécessaires à la vie: elles en font partie. Le ondes cosmiques, par exemple, sont indispensables: dans les maisons modernes trop isolées avec des matériaux inadaptés, elles manquent.

Le principal problème actuel est la multiplication effarante de la pollution EM: on peut en supporter une dose, mais chacun a son seuil de tolérance souvent dépassé. On ne sait pas si leurs effets se cumulent, se multiplient, ou, peut-être, parfois, se compensent.

Ta conclusion est sage, et c'est celle que je répète à toute personne qui s'inquiète pour rien (il y a des obsédés !): tant qu'on est en bonne santé et qu'on dort bien, il ne sert à rien de s'en faire. Cela n'empêche pas de s'informer et de prendre les précautions élémentaires qui, le plus souvent, relèvent du simple bon sens.



Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par JO le Dim 25 Juil 2010 - 11:37

oui : ça, c'est préoccupant . Ces appareils branchés en permanence, m'inquiètent, mais difficile de s'en passer. Et ceux des voisins: antennes et câbles . Sans parler des antennes de portables , des réveils, des ampoules économiques ...
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Bulle le Dim 25 Juil 2010 - 16:04

Je vous mets pour information un dossier assez récent, publié par l'AFIS (Association Française pour l'Information Scientifique), que je trouve assez bien fait :
Désolée le spoil ne fonctionne pas aujourd'hui...
Ondes et croyances paranormales
par Henri Brugère - SPS n° 285, avril-juin 2009
Henri Brugère est vétérinaire, Professeur à l’École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort, Unité de Physiologie-Thérapeutique, membre de l’Académie Vétérinaire.Le domaine des ondes électromagnétiques est continuellement l’objet de conflits où s’opposent des données matérielles, résultant des réelles acquisitions de la physique, et des conceptions évoquant la radio-électricité, mais non validées, qui relèvent soit de pseudosciences ancrées quelquefois solidement dans les esprits, soit de doctrines étroitement associées à leur créateur, comme Anton Mesmer, Alfred Bovis, ou Yves Rocard. C’est pourquoi depuis déjà des siècles, et sans doute pour encore longtemps, la physique de l’électromagnétisme est le terrain de l’affrontement d’une vision scientifique et d’une vision ésotérique du monde, ou, en le disant autrement, de l’affrontement entre la matière et l’esprit (ou les esprits). Vis-à-vis du monde vivant et des sciences médicales, l’affrontement se prolonge entre les acquis de la biologie moderne qui, en cohérence avec la physique et la chimie, relèvent d’une interprétation matérialiste validée par l’expérience et les prétentions des théories vitalistes [1] qui n’existent que dans la tête de leur créateur et de ceux qu’ils sont parvenus à convaincre.

Au centre de pratiquement toutes les démarches ésotériques on trouve en effet les concepts d’« ondes » et de « magnétisme », entités dans lesquelles le physicien ne reconnaît pas les phénomènes qui, dans sa discipline, portent le même nom. De ce fait, l’interprétation qui est faite des phénomènes physiques ou biologiques par les tenants des doctrines ésotériques ne peut être acceptée par les physiciens et les biologistes, ce qui est une source permanente de désaccord. Mais un tel terrain de mésentente est aussi particulièrement fertile au développement de véritables escroqueries intellectuelles, dont une, la géobiologie, a déjà fait l’objet d’un article dans Science et pseudo-sciences [2].

Pas de pseudo-science sans ondes !
Les ondes sont une nécessité pratiquement absolue pour expliquer les croyances les plus farfelues. Généralement, les pseudosciences couvrent des mécanismes imaginaires permettant d’expliquer qu’une action donnée produira un effet (les termes « action » et « effet » ne désignent pas obligatoirement des faits réels !). Comment expliquer, par exemple que d’imposer les mains sur une région corporelle aurait un effet bénéfique sur une maladie intercurrente ? Ce sont « forcément » des ondes et celles-ci sont magnétiques puisqu’elles viennent de la main. [« Manier », « magnétique » sont souvent rapportés à la même étymologie]. Comment expliquer que la personnalité d’un bébé qui vient au monde serait déterminée par la position des astres au moment de sa naissance ? Il y a « forcément » des ondes puisqu’il n’y a pas de lien matériel entre les planètes et ce nouveau-né. On pourrait ainsi évoquer à l’infini toutes les prétentions ésotériques pour trouver finalement que le recours à ce lien miraculeux que sont les ondes est systématique. Dans leur enquête (1982) sur les parasciences, Boy et Michelat (1) soulignaient qu’en tête des croyances au paranormal on trouve « les phénomènes qui supposent des effets de magnétisme (baguette de coudrier, pendule, magnétisme personnel) » [3]. Dans certaines pseudosciences, le cerveau humain est considéré comme la source d’ondes, ce qui justifierait la croyance en la transmission de pensée entre personnes éloignées éventuellement de milliers de kilomètres. Une modalité dérivée est la projection mentale qui est associée au rite du radiesthésiste, et lui permettrait d’opérer sur une photo, une mèche de cheveux, une carte IGN, etc.

Avec les ondes, tout vibre
L’omniprésence et l’omnipotence des ondes trouvent une explication imparable : « dans l’univers tout vibre », et en particulier en biologie, les êtres vivants (y compris les humains), sont animés de telles vibrations. Le contester est périlleux, car il existe effectivement des phénomènes biologiques électriques et magnétiques qui se traduisent par des potentiels de forme oscillante. Cependant ces derniers sont tous susceptibles d’être enregistrés, mesurés, caractérisés en termes de nature (électrique ou magnétique), de fréquence, d’amplitude et de donner lieu à des applications, par exemple au diagnostic médical. La vision ésotérique est notablement différente. Ainsi (5), l’homme serait entouré d’un « biochamp » qui « forme autour du corps une série de couches successives qui s’emboîtent les unes dans les autres à la manière de poupées russes… ». Le « biochamp » serait capable d’entrer en contact « par résonance avec de très nombreux signaux traversant son espace d’appréhension et de captage… » (sic). Le « biochamp se dilate dans un milieu propice à la vie et se contracte sous l’influence de pollutions […]. La contraction-dilatation […] permet de mesurer la nocivité ou la positivité des influences extérieures telles que celles exercées par le réseau électrique, les sources électromagnétiques, l’influence tellurique, les ondes de forme ». Quand on croit à cela sans analyse critique, on est mûr pour croire aussi à tout ce qui peut être déversé comme information sur les bénéfices, comme sur les maléfices, des authentiques ondes électromagnétiques. « Mélangez le faux avec le vrai, il y aura toujours un bénéfice à en tirer », tel pourrait être le premier commandement de la tromperie !

Au cœur de la conception selon laquelle des (vrais) champs électromagnétiques interagissent avec la matière vivante, se trouve la notion parfaitement valide de la résonance. Elle a d’ailleurs été à l’origine d’hypothèses de travail pour plusieurs équipes de biologistes, conduisant à ce qui a été longtemps un objet de débat, le mécanisme physique connu sous le nom de « résonance – cyclotron ». Selon ce mécanisme, la combinaison d’un champ continu (le champ magnétique terrestre) et d’un champ électrique et magnétique de basse fréquence imposerait aux ions actifs biologiquement un trajet spiralé qui les conduirait à franchir les canaux ioniques de la membrane cellulaire. Dans les théories « vitalistes », qui doivent beaucoup à Georges Lakhovsky, la cible est la cellule qui est le résonateur de base et, à l’intérieur de la cellule, le contenu nucléaire, d’où l’assertion que « les ondes font vibrer l’ADN ». Après cela comment ne pas croire que les tous les champs donnent le cancer !

Un dogme intouchable : le signal du sourcier
Aucune étude n’a précisément chiffré la croyance au « pouvoir du sourcier », c’est à dire la capacité à trouver une source avec une baguette de coudrier grâce au signal magnétique produit par l’eau souterraine. Il est probable que cette croyance soit encore plus répandue en milieu rural, où une majorité des gens croient à cela et sont capables de soutenir leur point de vue avec une grande virulence, comme si toucher à cela était de l’ordre du blasphème : « C’est Rocard qui l’a dit ».

L’impact des travaux du père de la bombe nucléaire française, que sa position de physicien éminent mettrait à l’abri de toute critique, est considérable. Le « signal du sourcier » tel qu’Yves Rocard l’a imaginé a une valeur de 10 « gammas », le gamma étant une unité pragmatique, non officielle, égale à 0,01 milligauss. En unités officielles le signal du sourcier serait donc de l’ordre de 10-8 T. Pour Yves Rocard, l’homme serait capable de détecter des champs magnétiques aussi faibles.

En réalité, les expériences décrites par Yves Rocard ont été souvent refaites, en particulier par les étudiants du zététicien Henri Broch dans le cadre de l’enseignement qu’il donne à l’université de Nice Sophia Antipolis… dans le but d’illustrer les erreurs méthodologiques. Ces expériences, refaites un grand nombre de fois en appliquant un protocole de double insu, n’ont pas abouti à confirmer la magnétosensibilité de l’homme [4].

Par ailleurs, la mesure directe de faibles valeurs de champs magnétiques, qui plus est dans les conditions du terrain, n’était pas réalisable il y a 40 à 50 ans. Il existe maintenant, cependant, des possibilités techniques permettant d’accéder aux domaines de l’infiniment petit magnétique. Le seuil de détection des magnétomètres de la technologie SQUID est de 1femtoTesla (= 10-15 T). Ces dispositifs peuvent détecter les champs magnétiques résultant des phénomènes électrophysiologiques (champ magnétique cardiaque : 50 000 fT, champ magnétique : cérébral quelques fT) (3). Le présumé signal du sourcier est donc de 10 millions de fois plus grand que l’infiniment petit détectable actuellement. Les sourciers peuvent donc largement vérifier leurs prétentions !

Le pouvoir des ondes
Quelle est la nature des ondes supposées qui sous-tendent les sciences ésotériques ? Certains les qualifient, sans autre analyse, de « magnétiques », d’autres leurs donnent d’autres noms (« éthérique » se pratique beaucoup) sans doute pour ne pas encourir la critique immédiate que « le magnétisme c’est autre chose ». Malgré tout, très rapidement les discours reviennent vite à la confusion.

Il faut bien, cependant, étayer les prétentions sur quelque chose de tangible, et dans ce sens, une des explications les plus fertiles (car à elle seule elle soutient la radiesthésie, la géobiologie, la radionique, etc.) tient dans les « ondes de forme ». Ces ondes imaginaires trouvent leurs origines au 19e siècle, mais ont été érigées à l’état de « prêt à penser » par plusieurs radiesthésistes français. Léon Chauméry et André de Bélizal, ont formalisé des faits, donné des interprétations, et conçu des matériels adaptés, tel un Pendule Universel (4). Les ondes de forme ont reçu un soutien notable de l’exploitation ésotérique de l’archéologie égyptienne et des « mystères » qui ont entouré l’exploration des pyramides. Un touriste français, Alfred Bovis qui avait visité celle de Chéops, a imaginé qu’en reconstruisant une maquette de pyramide, en respectant les proportions et l’orientation, on pouvait bénéficier des propriétés magiques de cette forme : on pourrait placer un bifteck à l’intérieur et celui-ci se conserverait sans altération et finirait pas se momifier. On ne comprend pas pourquoi les fabricants de réfrigérateurs s’obstinent à nous faire dépenser du courant électrique avec des matériels parallélépipédiques parfaitement inesthétiques, alors que les pyramides ne consomment pas d’énergie et seraient bien plus décoratives dans nos appartements ! Un tchécoslovaque, Karel Drbal, a déposé en 1959 un brevet pour un appareil permettant d’aiguiser les lames de rasoir. Placée à l’intérieur de la maquette d’une pyramide, la lame usagée, à condition qu’elle soit tournée dans le bon sens, retrouverait le tranchant qu’elle avait quand elle était neuve !

Pour qui croit que ces pseudo-ondes sont capables de faire cela, il n’y a pas d’obstacle à accepter que certaines soient nocives, et que d’autres puissent être bénéfiques !

Les ondes nocives
Il ne fait aucun doute que, pour une partie importante de la population, les ondes électromagnétiques sont maléfiques. L’environnement est rempli d’ondes de toutes sortes : celles créées par l’homme, mais aussi celles qui proviennent de la nature.

Il existerait un environnement cosmo-tellurique qui procèderait de l’association des rayons cosmiques et des courants telluriques. Cette base ne peut être contredite scientifiquement, car les rayons cosmiques existent, et il existe aussi des courants qui circulent dans la terre. En revanche, il n’est pas possible d’accepter la suite, car tout ce qui est imputé aux phénomènes cosmo-telluriques est parfaitement surréaliste et n’a jamais été vérifié par les physiciens. En effet, les supporters des pseudosciences ont arrangé à leur façon la description de cet « environnement cosmo-tellurique », qu’ils décrivent concrètement par les réseaux et d’autres manifestations sournoises.

Selon les géobiologues, il existe plusieurs systèmes de réseaux (au moins 7) qui quadrillent la surface de la terre. Ils ont une orientation nord-sud ou diagonale dans ce premier quadrillage, et dessinent des mailles de 1 à 10 mètres de côté. Les réseaux portent les noms de leurs « inventeurs », Hartmann, Palm, Curry, Romani, Peyré, Wissmann, et le « réseau double ». Les réseaux fictifs se coupent et s’entrecoupent, créant des points d’intersection, dont certains seraient dangereux : le croisement des mailles dans le réseau diagonal et dans le réseau global donne des « points actifs » qui pourraient s’avérer pathogènes. La superposition du croisement de deux réseaux diagonal et global engendrerait des « points étoiles » particulièrement géopathogènes.

Certes, les réseaux sont un des aspects les plus étonnants de la géobiologie, car n’ayant jamais été mis en évidence, ils témoignent d’une imagination fertile !

Mais la géobiologie a d’autres éléments explicatifs de la santé ou de ses perturbations : les courants d’eau souterrains, les nappes, les masses rocheuses souterraines, les failles qui sont des accidents souterrains particulièrement nocifs, car l’eau en s’engouffrant par le passage qu’elles offrent vers les couches inférieures crée des ondes maléfiques de la plus mauvaise espèce. De plus ces failles seraient souvent la cause de perturbations du magnétisme terrestre (quelle que soit la nature du sol) et si le magnétisme terrestre n’est pas mauvais en soi (il est naturel), ce qui est dangereux c’est lorsqu’il a été perturbé. De là découle toute une activité d’investigation ésotérique et lucrative (les deux ne sont pas incompatibles, au contraire !) de mise en évidence de ces failles par des baguettes, pendules, antennes, dispositifs électroniques les plus divers : il suffit d’aller sur Internet pour trouver les catalogues de maisons spécialisées ou pour lire que ceux fabriqués par les « savants de l’ex-URSS » sont les plus performants (car c’est bien connu, ils avaient de l’avance sur nous !).

Les failles sont certes redoutables, mais il y a encore pire : les cheminées cosmo-telluriques. Elles relient les deux grandes composantes de l’environnement car elles peuvent plonger jusqu’à 120 mètres dans la terre et monter jusqu’à 120 mètres de haut. Elles respirent, c’est-à-dire que l’énergie circule dans les deux sens. Il s’en trouverait de positives (que l’on trouve dans les lieux de méditation, les églises,…) et des négatives (sur les champs de bataille). Tout s’explique ! (7). Enfin des « entités » particulières sont les vortex, sortes de tourbillons en forme de spirale, connectés entre eux par un lien. Les vortex sont essentiellement des dispositifs d’échange de l’énergie cosmique entre deux lieux distants. Du point de vue physique, le rayonnement cosmique se mesure. Pourquoi ceux qui font commerce d’exploiter la crédulité et la crainte inspirée par ces ondes ne le mesurent-ils pas ? Il est tellement plus profitable de proclamer que « les vortex font travailler les personnes sur les chakras du haut et augmenter le biochamp, alors que le courant tellurique fait travailler les chakras du bas » (sic).

Éviter les ondes nocives, exploiter les ondes qui guérissent
Il est bien facile de comprendre que pour les gens qui croient à toutes les balivernes proclamées par les professionnels du paranormal, il y a de quoi être inquiet, voire réellement stressé, et que les difficultés de la vie, les maladies humaines et celles des animaux, conduisent tôt ou tard à des interprétations ésotériques.

La géobiologie commence par faire un diagnostic de l’environnement, car officiellement, elle ne fait pas de médecine et ne s’occupe que de l’habitat. À la différence des médecines parallèles qui s’adressent au patient et peuvent encourir des critiques ou des actions au titre de l’exercice illégal de la médecine, la géobiologie ne s’intéresse pas directement au patient, même si c’est bien lui qui est le destinataire final de son action. Cette apparente astuce devrait cependant être regardée avec plus de sévérité, dès lors que cela peut conduire, comme beaucoup de pratiques douteuses, à des défauts de soins.

Le « diagnostic de l’environnement » (sic) est fait généralement avec les matériels déjà évoqués plus haut (pendules, antennes, etc.), mais tout ceci présente le grave inconvénient que le géobiologue doit se rendre sur les lieux, d’où du temps passé en déplacement, et donc finalement perdu. En application du grand principe de projection mentale, comme le radiesthésiste « travaille » dans son bureau sur une mèche de cheveux, une photo ou une carte d’état major, le géobiologue peut aussi le faire de chez lui, à l’aide d’une carte IGN (8).

Les solutions mises en œuvre pour restaurer la santé de l’environnement comportent des mesures d’évitement des points géopathogènes ou des facteurs qui les déterminent, et l’usage de divers systèmes magiques (antennes, triangles, coquille de pétoncle rappelant la coquille St Jacques). Un de ces dispositifs en vente sur le net est l’« Aspironde-Mermet NCE », « neutralisateur de courant électrique pour circuits intérieurs à l’habitat et télévision ». Constitué d’un triangle équilatéral en zinc de 120 mm de côté qui pivote sur un socle en bois gradué en 400 grades… dont le point 200 doit être préalablement orienté au nord magnétique… (Prix sur demande) (6). Des triangles de cuivre protégés par une coque de matière plastique et disposés sur des « sources » telles que des poteaux électriques sont utilisés dans la lutte contre les ondes nocives perturbant les élevages (2). Puisque ces triangles sont censés empêcher la propagation des ondes électromagnétiques, on se demande comment dans la zone où ils sont placés les gens peuvent encore téléphoner, écouter la radio ou regarder télévision !

Aurait-on perdu la raison ?
Le paranormal ne s’est jamais aussi bien porté que maintenant. La question de son impact dans la population avait été posée de manière très sérieuse en 1982, par le travail d’enquête de Boy et Michelat, qui avait clairement montré le taux élevé de certaines croyances, et l’existence de relations entre l’âge ou le milieu social et la croyance dans certains faits paranormaux. Les moyens développés pour enseigner les disciplines scientifiques, à tous les niveaux de l’éducation, semblent malheureusement n’avoir eu qu’une piètre efficacité. L’enseignement dispensé, qui a permis aux élèves de faire des exercices, de rendre des copies et de passer des examens, n’a eu aucun impact formateur de l’esprit pour aiguiser le sens critique indispensable à la conduite de leur vie. Ce qui a été dispensé n’a été pris que comme des « informations », que l’on peut connaître, traiter, accepter ou rejeter, sans forcément adhérer aux concepts qui les sous-tendent. La confusion entre formation et information est préjudiciable. Quand on ne comprend pas, surtout dans le domaine biomédical, on se réfugie dans les explications « spiritualistes », et il n’y a qu’un pas de la spiritualité au spiritisme.

En allant au-delà des discours des intervenants de terrain qui n’ont qu’un objectif de lucre à travers l’exploitation du fond de commerce que leur donne l’affichage du paranormal, on trouve de véritables maîtres à penser, non moins désintéressés sans doute, mais qui poursuivent d’autres buts. Il existe une association quasi systématique entre les doctrines des sectes (les vraies), la négation des acquis de la médecine moderne, l’opposition aux vaccinations, et la proclamation d’interdits alimentaires de toutes sortes. Les prescriptions d’ordre alimentaire étaient déjà un point commun à la plupart des religions. Le jeûne a beaucoup de propriétés, dont celle d’amoindrir les résistances. Les spécifications sectaires reposent sur l’usage du paranormal, donc généralement des ondes, et ajoutent des conceptions particulières sur la vie, par exemple sur l’éducation des enfants, qui peuvent d’ailleurs conduire à d’autres déviances.

Pour éviter les « bourrages de crâne », il faut faire preuve d’esprit critique quand on voit utiliser les termes d’ « ondes », de « magnétisme », dans une argumentation qui n’a rien à voir avec les enseignements d’Œrstedt, d’Ampère, de Lorenz et de Maxwell. La première question qu’il faut se poser est alors « qu’est-ce qu’on veut me faire gober ? », et « qu’est-ce que cela cache ? ». Car si dans le paranormal, il suffit « d’y croire », la première mesure d’hygiène mentale, en science, reste de douter de tout.

Références
(1) Boy D et Michelat G. Les Français et les parasciences. La Recherche, 1984, 15 (n° 161), 1560-1 567.
(2) Dréau D. et Uguen J. Cas clinique de cannibalisme d’élevage résolu. Compte rendu des Journées nationales des GTV, Dijon 17-19 Mai 2006, p. 563-567.
(3) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(4) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(5) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(6) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(7) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(8) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



--------------------------------------------------------------------------------

[1] « Au sens large, toute doctrine admettant que les phénomènes de la vie possèdent des caractéristiques sui generis, par lesquels ils diffèrent radicalement des phénomènes physiques et chimiques, et manifestent ainsi l’existence d’une “force vitale” irréductible aux forces de la matière inerte. » – Vocabulaire technique et critique de la philosophie, André Lalande, Quadrige/Puf.

[2] « La géobiologie, une pseudo-science en expansion », Henri Brugère, SPS, n° 277, mai 2007, pages 20-28.

[3] Les enquêtes qui ont suivi confirment régulièrement ce constat. Voir « Les croyances dans le paranormal en chiffres », SPS n°284, janvier 2009.

_________________
Hello Invité !  Le du 01novembre est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 42695
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 16:09

merci pour cet article, Bulle, je trouve toujours très utile d'avoir plusieurs sons de cloche pour éviter les dérives.

Ce qui ne veut pas dire que je prends tout pour argent comptant, bien sûr. Wink


Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Bulle le Dim 25 Juil 2010 - 16:32

Un autre qui va rassurer Jo quant aux solutions de positionnement de lit :
La géobiologie, une pseudo-science en expansion
par Henri Brugère - SPS n° 277, mai 2007
Henri Brugère est vétérinaire, Professeur à l’École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort, Unité de Physiologie-Thérapeutique, membre de l’Académie Vétérinaire.Les numéros entre parenthèses renvoient aux références, à la fin.

Il est toujours surprenant de constater la puissance de l’emprise des sciences occultes dans le monde moderne, qui s’est pourtant édifié dans un courant de rationalisme et de rigueur, impulsé par le développement des sciences dites « dures ». Celles-ci ont décrit les propriétés de la matière (physique et chimie) et celles des organismes vivants (physiologie, biochimie, sciences biologiques fondamentales en général). Les trois quarts de nos contemporains, tous niveaux d’études confondus, considèrent cependant l’astrologie comme une vérité établie ou tout au moins comme un domaine dans lequel « il y a sans doute (voire forcément ?) quelque chose de vrai ». On ne fera pas ici la liste des sciences occultes et divinatoires les plus répandues, mais il est stupéfiant de voir le nombre de couleuvres que des esprits a priori pourvus de raison, sont capables d’avaler. Dès que l’on touche aux sciences d’application de la biologie, à la santé en particulier, les barrières dont dispose l’esprit pour raison garder s’effondrent totalement avec le succès que l’on connaît des médecines douces, dont la douceur ne reflète que l’absence d’interaction avec le patient. Dans les lignes qui suivent sera présentée une discipline en expansion, qui est sans doute en passe de devenir la seconde arnaque du domaine de la santé après l’homéopathie, et cela qu’il s’agisse de la santé de l’Homme ou de celle des animaux. D’ailleurs, qui ne s’est jamais inquiété des « ondes maléfiques » produites par son four à micro-ondes ? ou par les émetteurs de téléphonie mobile, s’imaginant d’ailleurs, à tort, que celles de son propre combiné portable sont moins dangereuses puisqu’il est bien plus petit [1] ? J’ai vu poindre la montée de la géobiologie, que j’ai prise au début comme un objet de curiosité amusée, pour arriver ensuite à la conclusion qu’elle est arrivée, maintenant, dans le peloton de tête des grandes supercheries de notre époque et qu’elle devient franchement nuisible au plan social.

Une dénomination fallacieuse
Celui qui se contenterait de l’étymologie pour savoir ce qu’est la géobiologie aboutirait incontestablement à une représentation erronée. Signifiant « biologie de la terre », le terme évoque la constitution des sols (géologie, pédologie), la vie qu’ils abritent, incluant les microorganismes, les processus d’humidification, le vagabondage des lombrics, etc.), mais aussi la biologie végétale, (la vie des plantes, leur germination, leur développement, les nodosités radiculaires, le cycle de l’azote etc.). Il existe par ailleurs une unité de recherche du CNRS dont une partie du nom utilise ce terme, mais qui s’intéresse en fait aux premiers Anthropoïdes et à l’émergence des Hominidés [2].

En réalité, la géobiologie dont nous traitons ici est tout autre chose : au sens large, c’est l’étude de l’impact d’un lieu et de l’environnement sur la santé de l’Homme, de l’Animal et du Végétal. Il existe d’autres définitions (5, 10), sans doute, les plus proches du contenu polymorphe de cette discipline, qui évoquent « l’environnement cosmo-tellurique ». Les supporters de la géobiologie mettent en avant qu’elle a toujours existé, car depuis l’ancienne Egypte, les Grecs, les Romains, les Celtes, les Chinois, les Hindous, les Arabes ont utilisé cette connaissance pour construire leurs maisons, leurs villes, leurs temples. L’Antiquité du vieux continent ne suffisant pas, certains vont même jusqu’à évoquer les Mayas et les Amérindiens. Comme dans d’autres domaines, telle l’astrologie, la référence aux anciennes civilisations est un gage de sérieux pour faire passer des allégations non démontrées auprès d’un public peu enclin à exercer son esprit critique.

Contrairement aux démarches ésotériques qui exploitent le seul filon d’un principe fondateur unique, la géobiologie fait feu de tous bois et s’entoure de tout ce qui peut la crédibiliser, n’ayant pas beaucoup d’arguments propres pour s’affirmer. Elle a ainsi assez largement absorbé le Feng Shui (le mot signifie vent et eau) [3], discipline chinoise et tibétaine, qui a comme objet d’établir l’harmonie de l’habitat. La géobiologie ne pouvait entrer en concurrence avec une pratique séculaire qui présente des analogies avec elle et dont elle partage les objectifs. Elle la reconnaît comme une discipline sœur, et par cette « récupération » endosse le gage de « sérieux » venant des civilisations orientales.

En réalité, la géobiologie ne s’intéresse quasi exclusivement qu’aux effets pathogènes de divers rayonnements (réels ou imaginaires) qui, tels de mauvais esprits, mineraient l’existence des humains et des animaux. Elle précise bien qu’elle ne traite que les problèmes d’environnement et d’habitat. On peut soigner une maison sans faire d’exercice illégal de la médecine, mais en réalité c’est bien de cela qu’il s’agit, car pour sa maison on va chercher le maçon ou le couvreur. Si l’on va chercher le géobiologiste, c’est parce qu’il y a quelqu’un de malade ! Lorsque le médecin ou le vétérinaire n’ont pas eu le succès attendu, le géobiologiste sera le meilleur recours. Finalement Madame X saura qu’elle a un cancer à cause d’une rivière souterraine et Monsieur Y dont le troupeau connaît une baisse de niveau sanitaire saura qu’il est victime d’un relais de télécommunications. La réceptivité du client est tellement plus favorable à l’occultiste qu’au praticien ! On n’écoute bien que ce que l’on veut entendre !

Les éléments de l’environnement cosmo-tellurique
La géobiologie décrit les interactions entre différents rayonnements, en l’occurrence les rayonnements cosmiques et les rayonnements telluriques. Si l’on connaît l’existence des rayons cosmiques, on connaît moins bien, et pour cause, les rayons telluriques. Ceux-ci seraient à l’origine de différents réseaux, lesquels auraient une influence décisive sur les êtres vivants.

Les réseaux
Dans la logique des géobiologistes, les réseaux constituent un système réel, à la base de toutes leurs projections mentales. Pour eux, avant que la planète ne soit entourée par la toile de l’Internet, elle l’était déjà, sur toute sa surface, par plusieurs réseaux d’ondes telluriques. Ces réseaux (au moins au nombre de 7) ont une orientation précise, soit nord-sud, soit diagonale, et ils dessinent des mailles à l’échelle de l’Homme (de un à 10 mètres environ). Ces réseaux sont désignés par le nom de leurs découvreurs (par exemple Hartmann, pour le réseau qualifié de « global ») (8, 15). Ils se coupent et s’entrecoupent, créant des points d’intersection, dont certains seraient dangereux : le croisement des mailles dans le réseau diagonal et dans le réseau global donne des « points actifs » qui pourraient s’avérer pathogènes. Encore plus fort, la superposition du croisement de deux réseaux diagonal et global engendre des « points étoiles » particulièrement géopathogènes. La géopathogénicité se manifeste d’autant plus que l’on séjourne souvent et longtemps au même endroit. Toujours pour les géobiologistes, le caractère géopathogène peut se manifester par des troubles sur les végétaux (un arbre creux, qui n’a pu s’écarter pour se mettre à l’abri) (7) ou sur les humains ou les animaux. La pire situation est le lit, étant donné le temps que l’on y passe ! L’activité tellurique, qui a plus d’un tour dans son sac, se manifeste par d’autres phénomènes occultes, telles les cheminées cosmo-telluriques, qui sont verticales et respirent (le sens des ondes change toutes les 2 à 3 minutes). Elles traversent les immeubles sans être affectées, et il n’est pas possible de s’en protéger facilement. Cela fait froid dans le dos, ce qui est un comble pour une cheminée !

Harmonisateur cosmo-tellurique
Harmonisateur cosmo-tellurique Biorad – Système Landspurg. Dispositif de protection cosmo-tellurique. Marque déposée à l’I.N.P.I.
L’harmonisateur cosmo-tellurique représenté ci-contre a été inventé et mis au point par Adolphe Landspurg, Président d’honneur de l’Association Sourciers et Géobiologues d’Europe, auteur de dix ouvrages sur la radiesthésie, la géobiologie et les hauts-lieux d’énergie.

Ce dispositif permet de canaliser les radiations telluriques (champs, flux, ondes) principalement celles qui émanent des failles géologiques ou cours d’eau souterrains. Le procédé mettant en œuvre ce dispositif permet d’éviter de subir les mauvaises influences et les conséquences des ondes et rayonnements que peuvent générer ces radiations et qui peuvent s’avérer nocives pour la santé.

Extrait du site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les éléments du sous-sol, la nature du sol, des roches, les nappes phréatiques et rivière souterraines sont un des volets de l’environnement cosmotellurique. Les différents systèmes de transport de l’électricité (pylônes, lignes à haute tension…), de radiocommunication, les radars, produisent des champs électromagnétiques qui sont censés interférer avec ces rayonnements venus du sol. Les champs créés par l’Homme ayant nécessairement une influence pathogène, les interactions sont causes de maladies.

Un des points forts du postulat géobiologique est que ces phénomènes, réels pour certains, hypothétiques pour d’autres, et de natures physiques différentes, trouvent un dénominateur commun qui leur permet d’additionner leur pouvoir pathogène, conduisant à une équation qui serait, par exemple : une rivière souterraine + relais hertzien = une maladie cardiaque ou un cancer du foie (9, 10). Ce type de relation peut étonner, mais c’est la base de tout ce qui va suivre !

L’origine des concepts
Il est assez étonnant de voir le mélange de faits, de considérations, qui entrent dans le pool des concepts de base de cette pseudo-science, pour ne pas dire ce salmigondis intellectuel. Les tenants de la géobiologie revendiquent, en effet, être inspirés par l’astrophysique, la géophysique, la géologie, la biologie, l’hydrologie, l’électronique, ce qui est un gage de sérieux. Mais, sans doute, certaines doctrines du passé sont les vraies racines la géobiologie. On y retrouve le magnétisme de Mesmer, dit « magnétisme animal » qui s’est édifié sur l’amalgame entre des phénomènes de magnétisme vrai et un magnétisme qui n’en n’est pas un, celui de l’eau, et de la matière vivante. Un autre théoricien, plus proche de nous, Georges Lakhovsky (1870-1942), médecin né en Russie, qui a vécu en France avant d’émigrer aux États Unis où il a terminé sa vie. C’est le créateur d’une vision vibratoire de l’ensemble de l’univers, dite « équilibre cosmo-tellurique ». Au plan technique, il est l’inventeur de générateurs d’ondes complexes dont les composantes vont de 20 Hz à 20 GHz, fréquences qui incluent celles du téléphone portable, et qui sont néanmoins considérées par ses fidèles comme susceptibles de guérir le cancer. Les conceptions de Lakhovsky sur la biologie, la physique des matériaux et sur l’équilibre cosmo-tellurique postulent que les éléments de la cellule vibrent, et parmi eux l’ADN, « qui oscille comme un ressort sous l’action des rayons cosmiques » (12).


Soigner l’environnement cosmotellurique
Le géobiologiste, est en quelque sorte le médecin de l’environnement cosmotellurique et il a comme objectif d’en déceler les anomalies et de rétablir une situation normale. Le paradoxe est que cet environnement, même à l’état normal, n’est pas réellement connu et sa réalité n’est même pas démontrée en dehors du cercle des géobiologistes. Mais cela n’effraie personne….

Démarche diagnostique
La démarche diagnostique repose, après un examen du site dans sa globalité, sur la recherche des ondes électromagnétiques responsables des problèmes.

Pour cela, différents dispositifs sont recommandés (9, 13, 15) : le pendule, les baguettes de sourcier, des antennes de tous types et de toutes formes, connectées ou non à des dispositifs électroniques d’amplification. Le géobiologiste peut ainsi établir, sur un plan de la chambre ou de la maison, les lignes de passage des ondes nocives. Certains prétendent même pouvoir les dessiner directement, en laissant le crayon se promener sur le papier. Cela peut aussi être fait à partir de chez soi, sur une carte IGN (1, 6). L’art du sourcier et la radiesthésie sont les outils de base de la géobiologie.

Moyens thérapeutiques
Ils sont de deux sortes, l’évitement et les dispositifs de neutralisation et ré-équilibration.

Une première démarche consiste à éviter les endroits géopathogènes : il faut déménager, changer de place, ou changer la configuration des lieux, déplacer les meubles. Combien de cancéreux incrédules ou entêtés ont récidivé et sont décédés pour ne pas avoir fait l’effort de changer leur lit de place [4] ! !

La seconde possibilité fait appel à des dispositifs, les ré-équilibrateurs, ou neutralisateurs, qui sont des objets dont les « caractéristiques vibratoires » leur permettent de capter les ondes maléfiques et d’assainir l’environnement. C’est comme si le fait d’avoir une antenne de télévision sur son toit empêchait tous les voisins de la recevoir chez eux ou comme si le fait de téléphoner dans la rue avec son téléphone portable empêchait les autres utilisateurs de communiquer en même temps.

Une voie très féconde pour avoir des neutralisateurs est l’exploitation des formes, dont certaines sont susceptibles de rétablir par elles mêmes l’harmonie, d’autres ayant en plus la capacité de pouvoir vibrer (1, 2, 3, 9, 10, 13).

Au premier rang des formes actives par elles-mêmes, on trouve les pyramides. La pyramide est très efficace, ce que l’on démontre en momifiant de la viande ou d’autres denrées périssables placées dans une pyramide de petites dimensions que l’on peut garder chez soi (10, 15). On réalise, dès lors, pourquoi, en Égypte, les pharaons sont si bien conservés après des millénaires !

Les formes « vibrantes », comprennent des antennes diverses, et, la plus magique est la coquille St Jacques, dans sa forme « hautement vibratoire » qu’est la coquille de Pétoncle, ou Chlamys nobilis, car dit en latin, cela marche encore mieux. Une coquille de Pétoncle en haut du mur et hop ! c’est la santé recouvrée !

Comme l’esprit humain (oserais-je dire le génie ?) ne connaît pas de limites, divers procédés ont été imaginés pour créer ou pour « accroître l’efficacité de ces neutralisateurs. On a, par exemple, incorporé des terres rares, quelquefois même si rares que l’analyste ne les retrouve pas, ou des supports « dynamisés » par du venin de scorpion. On s’approche alors du gris-gris africain !

Ésotérisme certes, mais quel succès !
La géobiologie est maintenant clairement individualisée comme une discipline à part entière du monde de l’élevage. Les exemples d’éleveurs, pour certains en grande difficulté, qui font appel au géobiologiste sont légion, et alimentent des affaires dont certaines sont passées soit par les services de contentieux d’établissements de protection financière (assurances, bureaux spécialisés de ministères) soit franchement dans le domaine judiciaire. Dans l’un et l’autre cas, ces affaires, dont la majorité reste d’ordre privé, ne peuvent être narrées dans ces lignes. D’autres ont donné lieu, en revanche, à des publications, y compris dans la grande presse, et peuvent être évoquées plus librement.

Le 23-24 novembre 1991, Libération (3) fait état, dans sa rubrique hippisme, des problèmes d’Ourasi, le roi des trotteurs. L’étalon souffre de problèmes urinaires et le géobiologiste diagnostique qu’il est « bloqué par un nœud magnétique ». Il n’est pas possible de rester inactif devant une telle situation, l’animal étant en pleine gloire et hors d’état de défendre sa réputation au Prix d’Amérique dont la date est toute proche. Le géobiologiste explore le box et cette recherche montre l’existence d’un nœud géopathogène juste sous la vessie du cheval. Pourquoi n’a-t-on pas changé l’animal de place ? difficile à dire, mais la solution adoptée, qui n’aurait pas pu être imaginée par un intervenant bêtement rationaliste, a consisté à poser des coquilles de Chlamys nobilis en des points choisis dans le box de l’animal. Ces coquilles « oscillent à la longueur d ’onde de 40 à 50 000 angstrœms et exercent, par leur forme et leur équilibre interne, un rôle équilibrant sur le système hypothalamo-hypophysaire… » (sic).Quarante-huit heures après, l’animal était guéri, « son taux vibratoire étant en corrélation avec son intensité vibratoire » (sic). Quelques jours plus tard, il gagnait son 4e Prix d’Amérique.

Ce même article apporte d’autres informations, dont une qui concerne les humains : sur la Nationale 6, où un nœud géopathogène serait la cause d’accidents de voiture fréquents. Pour faire disparaître cette nuisance, le géobiologiste a enfoncé dans la terre des tiges de fer de 1, 20 m, « qui agissent sur la terre comme des aiguilles d’acupuncture » (sic), et cette intervention aurait réglé le problème !

Suite à l’article de Libération, les géobiologistes qui s’étaient occupés d’Ourasie ont rapporté leur expérience aux journées très officielles du CEREOPA (Centre d’Étude et de Recherche sur l’Economie et l’Organisation des Productions Animales) qui se tenaient en mars 1992 (2). On trouve dans cette présentation l’exposé du fait que les chevaux restent 23 heures sur 24 dans un box où peut se trouver un nœud géopathogène de l’espèce la plus sournoise. Celui-ci engendre plusieurs problèmes pathologiques qui disparaîtraient grâce aux méthodes signalées, en particulier grâce au Pétoncle. On trouve aussi dans cette communication, la narration d’un problème de « lieu maudit » à Grignon : les chevaux présentaient des troubles du comportement (nervosité, réactions lors du passage d’un endroit précis, …). La mise en place d’une coquille de Pétoncle dans un arbre et le traitement par deux piquets « d’acupuncture » seraient venus à bout du problème…

( L’hebdomadaire Paysan Breton consacre sa une et une page entière de son édition du 13 octobre aux « courants vagabonds », leurs impacts négatifs pour l’élevage, et les solutions proposées par la géobiologie pour « les neutraliser ». Une belle histoire nous est contée : Christian Moy, éleveur laitier dans le Finistère voit son troupeau confronté à des mammites à répétition (inflammation de la glande mammaire). Tout a été essayé : passage des techniciens, installations vérifiées, mise aux normes, etc. Mais rien n’y fait, « les pertes économiques s’accumulaient à la fois au travers des charges en médicaments vétérinaires et avec le lait non commercialisé ». L’éleveur fait donc appel à Jean-Claude Goascolou, « spécialisé dans les courants vagabonds et les phénomènes électromagnétiques ». Le géobiologue va alors « neutraliser les courants à la source en imposant des “résonateurs” ». Après inspection des environs, des prises de terre vont être neutralisées (antennes et poteaux, tank à lait). La situation nécessitera plusieurs autres interventions, et en particulier, « avec l’accord des élus locaux », la neutralisation des sources de courants vagabonds provenant d’antennes du voisinage, pour finalement voire les mammites disparaître du troupeau.

Le journal n’affiche aucune distanciation et n’utilise jamais le conditionnel. Les courants vagabonds provenant de défauts dans la distribution ou dans les applications de l’électricité peuvent effectivement exister, mais ce ne sont pas des « résonateurs » qui les supprimeront. Combien de paysans, lecteurs du journal, voyant leur cheptel confronté à telle ou telle pathologie, iront se retourner vers ce genre de « solution » ? Les recommandations de l’hebdomadaire sont sans équivoque : « tout jeune qui s’installe ou toute personne qui construit un bâtiment devrait réaliser un bilan géologique et un diagnostic sur la présence de courants vagabonds ».
Toujours à cette même époque, de 1991-1992, le Progrès de Lyon (14), édition de l’Ain, publie un article signé Antoine Rousset et intitulé « Les Mystères de Cras ». Cras-sur-Reyssouze est une petite commune située à une dizaine de kilomètre au nord de Bourg. Un éleveur de vaches laitières se trouvait en grande difficulté car son élevage connaissait un problème sanitaire suite à l’achat d’animaux dans une région éloignée. Il avait perdu 11 vaches sans qu’aucune lésion n’ait pu être caractérisée. Il n’y avait, non plus, aucun diagnostic établi. Au bord de l’abîme, les géobiologistes lui conseillèrent de faire appel à deux grands noms de la science française, Haroun Tazieff et Yves Rocard [5]. Le premier répondit pour avouer son absence de compétence sur le sujet, le second indiqua qu’il n’était pas vraiment compétent dans ce domaine, mais il ne discuta pas l’éventualité qu’un champ tellurique puisse être en cause. Il évoqua comme improbable l’éventualité de déplacer l’étable, et suggéra, comme solution palliative, de « tourner les vaches de 90° » (sic).

Plus près de nous, en mai 2006, au cours d’une manifestation vétérinaire très importante par son caractère national et l’affluence de son public, les Journées Nationales des Groupements Techniques Vétérinaires (1), une communication a été faite pas un géobiologiste, qui était intervenu dans des élevages de Porcs où sévissaient des problèmes de cannibalisme. Si l’on trouve dans la narration un certain nombre de constantes de la démarche et de la « logique » en géobiologie, on y trouve en plus la légitimation de la possibilité d’agir à distance, par la pensée, sur carte, avec le pendule. Les interventions ont consisté aussi à placer, dans les endroits géopathogènes, des « neutralisateurs », en l’occurrence des petits morceaux de métal, en forme de triangle, jouant manifestement le même rôle que les coquilles de Pétoncle. Comme dans le cas des chevaux relatés plus haut, les phénomènes pathologiques auraient disparu, ce qui « démontre » le pouvoir surpuissant de la géobiologie.

La géobiologie a fait tout doucement son chemin en zone rurale. Sans doute, une des raisons de son succès en élevage, c’est qu’elle apporte à l’éleveur une explication qui le disculpe : il n’est ni coupable de faire mal son travail ni coupable de ne pas avoir de solution, car c’est surnaturel, ça le dépasse. Le recours à l’irrationnel en santé animale n’est donc pas qu’une démarche des temps anciens. Les années passent, les pratiques évoluent, mais l’irrationnel demeure. Il évolue, car il se régénère au fur et à mesure des avancées de la science : il se nourrit de ses erreurs de parcours. Comme l’homéopathie prétend dériver des hypothèses initiales de la médecine et de la chimie, la géobiologie semble dériver du magnétisme animal de Mesmer. Si la crédulité était le seul ferment qui la maintienne en vie, un rappel à la rigueur et au rationalisme pourrait ramener les esprits à la raison. Mais cette pseudo-science est exploitée maintenant par des désinformateurs professionnels qui conduisent leurs affidés vers l’obscurantisme au lieu de les éclairer. Certains éleveurs restent ainsi dans l’ornière ou vont à la ruine, ce qui paraît inacceptable en première analyse. Mais le plus étonnant est qu’une fois entrés dans cette logique absurde, il est impossible de les faire revenir à la raison. Alors pourquoi chercher à faire prévaloir le bon sens ? Finalement chacun ne devrait-il pas assumer lui-même les conséquences de ses propres erreurs ?

Références
(1) Dréau D. et Uguen J. Cas clinique de cannibalisme d’élevage résolu. Compte rendu des Journées nationales des GTV, Dijon 17-19 Mai 2006, p. 563-567
(2) Dru-Sand S. & al. L’influence des champs électromagnétiques sur le comportement et la santé des chevaux restant 23h/24h au box. 18e journée d’Études du CEREOPA, 4 mars 1992, p. 169-177.
(3) Homéric. Sous les pas des chevaux, des ondes. Libération 23-24 novembre 1991.
(4) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(5) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(6) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(7) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(8) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(9) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(10) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(11) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(12) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(13) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(14) Rousset A. Le mystère de Cras… Le Progrès, Édition de l’Ain, circa 1991
(15) Weber V. Le grand livre de la Géobiologie. Éditions Trajectoire, Paris 1997.
-------------------------------------------------------------------------------
[1] Voir le dossier « Ondes et champs » dans SPS n° 266.

[2] Le Laboratoire de Géobiologie, Biochronologie et Paléontologie Humaine : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?labo=08

[3] Voir le dossier « Ondes et champs » dans SPS n° 266.

[4] On ne mesure pas combien la position du lit est un vrai souci existentiel ! Entrer une recherche sur « votre lit est-il à la bonne place » dans Google en février 2007 rapporte 1 190 000 références ! Voir aussi SPS n° 260 page 49.

_________________
Hello Invité !  Le du 01novembre est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 42695
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par bernard1933 le Dim 25 Juil 2010 - 16:38

Le véto est un peu trop catégorique . La radiesthésie donne des résultats .
Vers 1970 , l' ancien adjoint au maire de Plombières-les - Dijon ( le pays de Chantal Sébire ) utilisait le pendule pour repérer les conduites enterrées non recensées avant d' autoriser les travaux. J' ai fait appel à lui pour des travaux à proximité des voies ferrées . Ca marchait ! J' ai connu un autre sourcier à qui on a fait appel pour détecter des arrivées d' eau sous le tunnel de Blaisy- Bas ! Pas évident ! Et pourtant ça a marché...
Par contre, je pense que les ondes ne sont pas aussi dangereuses
qu' on veut nous le faire croire ( sauf en ce qui concerne le téléphone portable, en cas d' usage très prolongé; on verra dans 30 ans ! )
Les professionnels qui vivent dans un milieu à fort champ électromagnétique n' ont pas l' air de trop en souffrir . Ma maison
était à moins de 40 mètres d' une ligne à 63000 volts qui a depuis été déplacée . Elle passait au-dessus de la maison de mon voisin immédiat . Le seul ennui est qu' en 1969, pendant un orage violent, un arc électrique s' est formé entre la ligne et l' antenne de télévision récemment installée ...Et la maison a flambé !
JO, malgré les ondes qui te traversent de part en part, tu sembles te porter comme un charme ! Qui sait, sans ces ondes, tu serais out ! hors champ !
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Jipé le Dim 25 Juil 2010 - 16:43

Mais un tel terrain de mésentente est aussi particulièrement fertile au développement de véritables escroqueries intellectuelles, dont une, la géobiologie, a déjà fait l’objet d’un article dans Science et pseudo-sciences

En allant au-delà des discours des intervenants de terrain qui n’ont qu’un objectif de lucre à travers l’exploitation du fond de commerce que leur donne l’affichage du paranormal, on trouve de véritables maîtres à penser, non moins désintéressés sans doute, mais qui poursuivent d’autres buts. Il existe une association quasi systématique entre les doctrines des sectes (les vraies), la négation des acquis de la médecine moderne, l’opposition aux vaccinations, et la proclamation d’interdits alimentaires de toutes sortes. Les prescriptions d’ordre alimentaire étaient déjà un point commun à la plupart des religions. Le jeûne a beaucoup de propriétés, dont celle d’amoindrir les résistances. Les spécifications sectaires reposent sur l’usage du paranormal, donc généralement des ondes, et ajoutent des conceptions particulières sur la vie, par exemple sur l’éducation des enfants, qui peuvent d’ailleurs conduire à d’autres déviances.

Pour éviter les « bourrages de crâne », il faut faire preuve d’esprit critique quand on voit utiliser les termes d’ « ondes », de « magnétisme », dans une argumentation qui n’a rien à voir avec les enseignements d’Œrstedt, d’Ampère, de Lorenz et de Maxwell. La première question qu’il faut se poser est alors « qu’est-ce qu’on veut me faire gober ? », et « qu’est-ce que cela cache ? ». Car si dans le paranormal, il suffit « d’y croire », la première mesure d’hygiène mentale, en science, reste de douter de tout.
Rien que cela devrait faire réfléchir !!
Comment peut-on être aussi crédule pour "gober" comme il est dit, autant de sornettes ?
Effarant !

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26374
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2018 : Caipirinha !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 17:07

Bernard
Mais bien sûr que cela marche !
Dans ma commune, ils emploient un sourcier temps plein (notamment) pour toutes les recherches de conduites souterraines, fuites aux canalisation, recherche de conduites enterrées, etc. C'est le "fontainier". J'avais discuté avec lui, il m'a confirmé "on n'a pas encore trouvé mieux". Quand il s'agit d'un truc sérieux, il font d'abord passer le "fontainier" de nuit, qui repère où est le problème, puis en plein jour une camionnette bourrée d'appareils de mesure qui fait semblant de trouver, alors qu'elle ne fait que confirmer.

Dans l'article posté par Bulle, il y a tellement d'inexactitudes qu'il ne m'est pas possible de le prendre entièrement au sérieux, par contre j'approuve tout à fait la démarche qui consiste à tout remettre en question. En effet, trop de géobiologues s'engouffrent dans de mauvaises voies, deviennent des sortes de gourous, et exploitent la naïveté des gens. C'est pour cela qu'il est nécessaire de l'officialiser, de créer un diplôme, avec formation dans les différents domaines concernés, et d'en éliminer les fantaisies ésotériques, les incompétents, et les charlatans, trop nombreux, et sans doute même largement majoritaires.
Malheureusement, si on démolit la géobiologie sans discernement, avec des arguments faux, on ne fait que renforcer le champ d'action de ces charlatans. C'est pour cela que dans la démarche "contre", il faut aussi être sérieux, compétent, nuancé et objectif, ce qui n'est pas le cas dans les articles cités plus haut. Dommage.

Heureusement j'ai été formée par des scientifiques qui savaient faire la part des choses. Il faut dire aussi que si j'avais décelé la moindre trace de charlatanisme, je n'aurais pas poursuivi les cours.

Encore une petite expérience qui m'a enlevé une couche de scepticisme. Un collègue ingénieur, qui rigolait toujours bien quand je parlais de cela avec l'astrophysicien, m'a un jour demandé de venir mesurer sa maison (sa femme avait insisté): sa fille pleurait quand on la mettait dans son lit, essayait d'en sortir, était tombée, or partout ailleurs elle dormait sans problème.

Je lui ai demandé de vider la pièce pour que je ne sache pas où était le lit. En quelques minutes, je repère deux points très nocifs, style "point cancer", dûs à une combinaison d'une terrible électricité dans l'air et deux croisements Hartmann. Je mets des auto-collants par terre pour repérer l'endroit, ainsi que deux autres, où la nocivité était acceptable.

Puis je lui donne un dynamomètre, sans lui dire ce qu'étaient ces 4 points, je lui demande de se mettre dessus à tour de rôle et de tirer sur le dynamomètre pour mesurer sa force. Il tirait +/- 10 kg sur les deux mauvais points, et +/- 20 sur les bons. Puis, désignant un des mauvais points, il dit "mais.... c'est ici que se trouve le lit de ma fille !"
Dans ce cas, le moins qu'on puisse dire est qu'il ne croyait pas à ce que j'allais faire, mais il fallait voir sa tête quand il se baladait d'un point à l'autre avec le dynamomètre ! Trop drôle, il a bien essayé 4 ou 5 fois croule de rire
L'explication de cet affaiblissement musculaire a été découverte par Yves Rocard: il a mis 8 ans de recherches à la trouver. Pour en prendre connaissance, lire le "que sais-je" LES SOURCIERS, par Yves Rocard.

Mon collègue a placé le lit ailleurs et n'a plus eu de problème avec sa fille.
Je n'ai pas fait ce genre d'expérience dans une maison une fois, mais des tas de fois, je me suis toujours arrangée pour avoir une preuve évidente de la réalité de ce qu'on mesure.

Eh oui, pas besoin de grands discours, de bla blas, de batailles de citations trouvées sur internet: ça marche, ou ça ne marche pas, c'est aussi simple que cela.

Et ça marche. Wink

Ceux qui disent que la radiesthésie ne marchent pas se trompent, c'est tout.

Pour répondre aux argument cités par Jipé et Bulle, ils devraient comprendre que les cours d'eau souterrains et les failles géologiques produisent bel et bien des "ondes" électromagnétiques mesurables avec des appareils, sur des fréquences précises: c'est de la physique élémentaire. Les cours d'eau, c'est simplement par frottement avec le sol (électricité statique), et les failles géologique par effet de pile, la faille mettant en contact des couches de matériaux différents.

C'est tout simple, rien de sorcier ni d'effarant Wink


Dernière édition par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 17:29, édité 1 fois

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Jipé le Dim 25 Juil 2010 - 17:28

lila:
Dans l'article posté par Bulle, il y a tellement d'inexactitudes qu'il ne m'est pas possible de le prendre entièrement au sérieux
Oui, tu peux toujours le dire...le démontrer serait peut-être mieux.

"L’AFIS se donne pour but de promouvoir la science contre ceux qui nient ses valeurs culturelles, la détournent vers des œuvres malfaisantes ou encore usent de son nom pour couvrir des entreprises charlatanesques. Elle se veut indépendante de tout groupe de pression et veut éviter toute concession au sensationnalisme, à la désinformation et à la complaisance pour l’irrationnel."

Parrainage scientifique

Jean-Pierre ADAM
(archéologue, CNRS, Paris)
André AURENGO
(professeur des universités - praticien hospitalier de Biophysique et médecine nucléaire, membre de l’Académie de Médecine, Paris)
Jean BRICMONT
(professeur de physique théorique, Université de Louvain-la-Neuve, Belgique)
Henri BROCH
(professeur de physique Université de Nice)
Henri BRUGÈRE
(docteur vétérinaire, professeur de Physiologie-Thérapeutique à l’école nationale vétérinaire d’Alfort)
Yvette DATTÉE
(directeur de recherche honoraire de l’INRA, membre de l’Académie d’Agriculture de France)
Marc FELLOUS
(professeur de médecine, Institut Cochin de Génétique Moléculaire)
Léon GUÉGUEN
(nutritionniste, directeur de recherche honoraire de l’INRA, membre de l’Académie d’Agriculture de France)
Louis-Marie HOUDEBINE
(biologiste et directeur de recherche au centre de l’INRA de Jouy en Josas)
Bertrand JORDAN
(biologiste moléculaire,directeur de recherche émérite au CNRS, Marseille)
Philippe JOUDRIER
(biologiste, directeur de recherche au CNRS)
Jean-Pierre KAHANE
(professeur de mathématiques, membre de l’Académie des sciences)
Jean DE KERVASDOUÉ
(professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers, CNAM, membre de l’Académie des technologies)
Marcel KUNTZ
(biologiste, directeur de recherche au CNRS)
Gilbert LAGRUE
(professeur honoraire à l’Hôpital Albert Chenevier de Créteil)
Hélène LANGEVIN-JOLIOT
(physicienne nucléaire, directrice de recherche émérite au CNRS Paris)
Guillaume LECOINTRE
(Systématicien, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, directeur du département Systématique et Evolution)
Jean-Marie LEHN
(professeur au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences, prix Nobel de chimie)
Jean-Claude PECKER
(professeur honoraire d’astrophysique théorique au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences)
Arkan SIMAAN
(professeur agrégé de physique et historien des sciences)
Alan SOKAL
(professeur de physique à la New York University et professeur de mathématiques à l’University College London).
Jacques VAN RILLAER
(professeur, Université de Louvain la Neuve, Belgique)

Il semblerait que ces personnes soient compétentes et sérieuses mais bon ...

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26374
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2018 : Caipirinha !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Lila le Dim 25 Juil 2010 - 17:36

j'ai démontré pour moi, ce que j'avais à démontrer, pas avec des mots, mais avec des expériences sur le terrain. Cela me suffit.
Les copiés/collés n'y changeront rien. On peut en trouver autant qu'on veut dans l'autre sens, avec des listes aussi longues de références, donc ils ne m'aideront pas à modifier mes convictions, sauf bien sûr s'ils montrent une vraie, bonne connaissance du sujet, ce qui n'est pas le cas ici. C'est vraiment trop facile, et pas sérieux du tout, de rejeter sans avoir au moins étudié et expérimenté: ce n'est pas digne d'un vrai scientifique.

Comme j'ai expliqué à Bulle dans un autre fil, m'engager dans une bataille de citations copiées/collées ne m'intéresse donc pas.

Libre à chacun d'en faire ce qu'il veut, d'y croire ou de ne pas y croire. Moi je ne "crois" pas: j'essaie, et je constate.

J'ai renoncé à en faire un métier pour les raisons citées plus haut, et aussi parce qu'il y a encore trop de zones floues, et que la profession n'est pas encore encadrée, ni reconnue, et qu'elle est dévalorisée par les charlatans.



Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La géobiologie

Message par Bulle le Dim 25 Juil 2010 - 18:26

Lila a écrit:Heureusement j'ai été formée par des scientifiques qui savaient faire la part des choses. Il faut dire aussi que si j'avais décelé la moindre trace de charlatanisme, je n'aurais pas poursuivi les cours.
Ah oui ? Même si tu les avais payés assez chers ? lol!

Je lui ai demandé de vider la pièce pour que je ne sache pas où était le lit. En quelques minutes, je repère deux points très nocifs, style "point cancer", dûs à une combinaison d'une terrible électricité dans l'air et deux croisements Hartmann. Je mets des auto-collants par terre pour repérer l'endroit, ainsi que deux autres, où la nocivité était acceptable.
Oulah un point cancer !!! Mazette...

Puis je lui donne un dynamomètre, sans lui dire ce qu'étaient ces 4 points, je lui demande de se mettre dessus à tour de rôle et de tirer sur le dynamomètre pour mesurer sa force. Il tirait +/- 10 kg sur les deux mauvais points, et +/- 20 sur les bons. Puis, désignant un des mauvais points, il dit "mais.... c'est ici que se trouve le lit de ma fille !"
Effectivement avec de telles expériences, la science n'a qu'à bien se tenir !
Tu devrais te dépêcher de participer aux défis annuels des zététiciens, je crois qu'ils cherchent du monde !
Tu me donnes l'autorisation de publier ton témoignage sur leur forum ?


_________________
Hello Invité !  Le du 01novembre est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 42695
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum