«La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

«La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Dim 26 Sep 2010 - 18:27

Bon, c'est un petit clin d'œil à une discussion que j'ai eue avec plusieurs membres, à propos de la mort. J'ai constaté que si, dans la vie, l'approche de celle-ci peut être prétexte à des retournements de vestes assez radicaux (Sartre, pour ne pas le nommer), on s'aperçoit assez vite que lorsqu'il s'agit d'opéra, elle est surtout prétexte à nombre d'airs plus magnifiques les uns que les autres.
Je vous propose donc d'entamer un petit florilège des plus beaux airs d'opéra, mais uniquement ceux dont le personnage est entrain de mourir. Et je pense qu'il est tout-à-fait judicieux de commencer avec le seul, sans doute, véritable génie musical de l'histoire anglaise : Purcell :


MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Lila le Dim 26 Sep 2010 - 19:14

devant la mort, notre échelle des valeurs devient plus... comment dire... plus "vraie". Raison pour laquelle ces moments sont très forts.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Dim 26 Sep 2010 - 19:26

Justement, les opéras sont la pour nous prouver qu'il n'y a pas besoin d'être aux portes de la mort pour écrire la musique «de l'approche de la mort.» ^^

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par JO le Lun 27 Sep 2010 - 8:43

la dame aux camelias qui met si longtemps à nous avertir qu'elle meurt !
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par _pandore le Lun 27 Sep 2010 - 16:04

Magnifique ange et l'amour...

_pandore
EXCLUE DU FORUM

Féminin Nombre de messages : 2182
Localisation : Québec
Identité métaphysique : Femme
Humeur : Simple
Date d'inscription : 23/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 27 Sep 2010 - 19:08

JO, il y a encore plus fort que La Traviata...
... Wagener ! 7 minutes 26 pour faire mourir Isolde. Alors bon, en théorie, c'est trop. Mais quand on écoute la musique... on en redemande. En tous cas moi. ^^


MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Lila le Lun 27 Sep 2010 - 19:19

j'aime aussi le
- je meurs...
- un instant !

du Cid de Shakespeare pette de rire

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 27 Sep 2010 - 19:26

C'est dans quoi, ça ? *-*

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Lila le Lun 27 Sep 2010 - 20:01

le Cid, ce n'est pas un opéra, sorry.

Je n'en jurerais pas non plus, parce qu'il est possible que j'en ai retenu la version de Toone plutôt que l'originale

(Tonne est un marionnettiste Bruxellois) Wink

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 27 Sep 2010 - 21:02

Bah, déjà c'est de Corneille. lol!
Mais je ne t'en veux pas. xD

Ceci dit non je crois bien qu'il n'a jamais été adapté par un compositeur. Mais c'est pas grave, hein, la réplique fait son petit effet quand même ! ^^

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Mar 28 Sep 2010 - 22:16

MrSonge,
Vous avez décidément des sujets frappeurs ..
je racontais à 1 internaute que depuis la mort de ma génitrice ce 10 août dernier, je n'ai plus osé parler à 1 personne qui m'est devenue très chère depuis de longs mois -
Le temps s'écoule et le silence s'agrandit ..
Merci de cette question qui attise mes pensées vers lui ..
(Clin d'oeil tu n'est pas encore couché toi ?)

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Mar 28 Sep 2010 - 22:26

Il vaut mieux avoir des sujets frappeurs que des esprits du même genre. ^^
Le silence, c'est comme le brouillard, s'il s'épaissit trop, on finit par s'y perdre...

(Non, je profite de pouvoir dormir -relativement- demain matin, histoire de peaufiner deux trois choses sur l'ordinateur, tout en me promenant vespéralement par ici.)

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Mar 28 Sep 2010 - 22:32

Mister songe, il me semble vraiment avoir déjà jeté mon gant de velours pour 1 joute de mots avec vous.. 1 pensée fugitive en attendant l'ombre d'1 soufflet dévastateur ...de nos moindres faux pas..

Douce nuit Jeune homme ...

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Mar 28 Sep 2010 - 22:42

Le fait est que c'est très possible. Je hante, ou j'ai hanté quelques forums qui parsèment la grande toile cirée d'internet. Mais alors peut-être nous sommes nous croisés sous d'autres loups de velours et celui que vous portez en pseudonyme ici n'était pas celui derrière les yeux duquel j'ai pu voir étinceler vos pupilles verbales.

En écho à l'autre topic, j'envoie un souffle de cette douce nuit dans votre direction.

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par _pandore le Mer 29 Sep 2010 - 0:23

Mystérieuse la vie qui en chemin croisé refait son nid.
La bella vita ,les souvenirs tendres sous la voûte du gnomique puissant.
Et puis l'amour des agites plumes de lien dorsale de phocylide.
C'est l'adagio Elveda ,le sublîme chant des Dieux.

Mes Messieurs Songe ne pas comprise ,je n'en suis pas pour autant vexée.
Je suis simple et une idiote.

_pandore
EXCLUE DU FORUM

Féminin Nombre de messages : 2182
Localisation : Québec
Identité métaphysique : Femme
Humeur : Simple
Date d'inscription : 23/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Dim 17 Oct 2010 - 20:42

Bon alors la suite MrSonge de l'amore ou de la mort en image as u want ..

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Dim 17 Oct 2010 - 20:44

À vos ordres ! ^^
Place à un autre monstre sacré de l'opéra sublime : Verdi (La Traviata)
Admirez le génie du compositeur, quand il s'agit de peindre le dernier sursaut optimiste de la mourante, sur le solo de violon qui évolue progressivement vers une tonalité majeure, fidèlement à la joie illusoire qui se promène soudain sur les traits de Violetta qui s'agite au milieu des visages consternés qui l'entourent. Apothéose en majeur sur la dernière note de Violetta, chute brutale en mineur dès qu'elle «se tait» pour l'éternité. Après l'étrange apothéose heureuse de la mourante, place au point de vue de ceux qui restent : le mineur est donc tout indiqué (le premier cri de détresse du héros est chanté dans le ton déjà mineur du deuil à venir).



Dernière édition par MrSonge le Dim 17 Oct 2010 - 20:52, édité 3 fois

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Dim 17 Oct 2010 - 20:45

Merci MrSonge, la video est récalcitrante à la mort
j'ai mieux ressenti cette scène-ci :


Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 18 Oct 2010 - 18:52

Ouhlà, oui mais alors à mon goût Flemming est nettement supérieure dans le rôle de Violetta. Et heu... évidemment l'image laisse un peu à désirer. Mais c'est une question de goût sans doute. ^^
À noter le terrible accelerando que s'autorise l'orchestre, juste après le dernier souffle de Violetta, qui n'est pas du tout désiré par Verdi et qui, à mon sens, sabote un peu les dernières secondes, complètement précipitées.

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Lun 18 Oct 2010 - 19:31

'Les dernières secondes précipitées ' .. ça peut arriver effectivement, enfin on regarde toujours son nombril ..

Pour 1 fois que ce n'est pas 1 histoire entre 1 fille et 1 garçon, MrSonge ..

Si tout de même 1 peu ..ha ..

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par _athéesouhaits le Lun 18 Oct 2010 - 19:35

mr Songe "m'esplante " comme on dit chez moi...

_athéesouhaits
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6507
Date d'inscription : 22/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Lun 18 Oct 2010 - 19:50

Oui hé bien moi je ne ferais pas n'importe quoi pour toi ...
Encore moins te rendre jaloux, tu peux aller te rhabiller ..
(Sinon Dame Faucille gniak !)

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 18 Oct 2010 - 19:58

Pour 1 fois que ce n'est pas 1 histoire entre 1 fille et 1 garçon, MrSonge ..
Ah si si si, La Traviata c'est quand même sérieusement une histoire entre un homme et une femme. ^^

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par Curare- le Lun 18 Oct 2010 - 20:16

Oui mais si je doute, tu sais bien ..
Satan m'habite..
Poursuivons ..

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Message par MrSonge le Lun 18 Oct 2010 - 20:30

Toujours la mort, oui, mais plus d'amour pour celle-ci.
D'aucun on parlé de cette scène comme la plus sublime scène du plus sublime opéra du plus génial compositeur de tous les temps. C'est vous dire sa valeur. Inutile de vous résumer l'histoire, je présume : après une vie de débauche pour certains, de libertinage pour d'autres, Don Juan est confronté au spectre du Commandeur, qu'il a occis au premier acte. Ce dernier lui donne la possibilité de se repentir, et précise bien que c'est «l'ultime moment». Évidemment, Don Juan refuse obstinément. La statue insiste, jusqu'à la poignée de main fatale, qui conduit Don Juan à son plongeon final aux Enfers.
Trois voix, trois histoires : Leporello, le serviteur terrorisé (sa partie est monotone, faites de triolets frémissants)
Don Juan : fier, buté (les accents qui scandent sa partie, forte tout du long)
Le Commandeur : c'est celui qui chante le plus constamment, sur le rythme obstinant de l'orchestre (paaa-pa-paaa-pa-paa), ses graves sont évidemment... diaboliques.
La fin de ce final est particulièrement admirable, lorsque le dialogue entre la statue et Don Juan se fait de plus en plus haletant, les répliques plus courtes s'enchainent de plus en plus vite jusqu'au fameux «Si, No, Si, No, No», ponctué par le fait que Don Juan jette son crucifix, puis par la conclusion fatidique du Commandeur qui ouvre la dernière partie du final, totalement hallucinées, entre les prières de Leporelle, les imprécations de Don Juan, le chœur des damnés, le renforcement des parties d'orchestre, etc...



PS : Notez le génie de Mozart. Cette scène est tragique, dramatique, mais Mozart la traite sans aucun pathétique. Cela vient sans doute que, comme celle de Brahms ou de Bach, la musique de Mozart ne transmets pas les émotions, elle est les émotions mêmes, ce qui exclus évidemment tout pathos.

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3369
Localisation : Suisse
Identité métaphysique : En chemin
Humeur : Humaine, trop humaine
Date d'inscription : 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum