hom-n idées

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par bernard1933 le Sam 2 Oct 2010 - 22:18

Eh bien, en bon franc-comtois capricorne ascendant capricorne, je persiste et je signe. Voilà trois raisons qui font que je n' ai pas la liberté de ne pas être têtu ! Par le fait de ma naissance, je suis né têtu ! Et j' ajoute que ça m' a été très utile, car si je décide quelque chose, je vais jusqu' au bout ! Est-ce ma liberté ? Non, c' est parce que j' ai une
" tête de lard "!
Quand je nais, je suis déjà conditionné par mes gènes . Charpak serait-il devenu un génie sans ses gènes ? Des parents pauvres, la
déportation, rien n'a contribué à en faire ce brillant savant .
Ajoutez-y l' éducation, le milieu, les évènements et aléas de la vie, la pub et les medias , et voilà un bonhomme bien formaté !

bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages: 10079
Localisation: Dijon
Identité métaphysique: agnostique
Humeur: serein
Date d'inscription: 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Athéna le Sam 2 Oct 2010 - 22:51

apollinus a écrit:
Athéna, vous ne parlez pas de l’essence du champignon, mais vous faites la description de l’idée qu’on se fait d’un champignon, une convention pourrait on dire
Votre exemple est éloquent :
Exemple : en marchant dessus, on met fin à l'existence d'un champignon..
, non, vous le voyez détruit parce que votre perception du champignon ne prend en compte que l’organe reproducteur (ce que vous écrasez en marchant dessus), mais si vous aviez perçu l’organisme complet, vous auriez su que le champignon n’est pas mort, qu’il est dans l’humus sous forme d’un réseau de mycélium fantastique.
Ergoter sur des détails ne change rien a la définition de l'essence malheureusement...

En marchant dessus, on met fin à l'existence d'un sporophore
En détruisant un mycélium, on met fin à l'existence d'un champignon
C'était "l'idée" (qui avait été fort bien comprise je n'en doute pas wistle )
Inutile donc de chercher à noyer le poisson : Notre essence est ce qui nous détermine en temps qu'être humain, c'est notre "nature".
Essence et existence sont deux dimension d'un même être : "ce qu'il est" et "ce qu'il vit" et la question qui se pose est de savoir qui de l'essence ou de l'existance prédétermine l'autre. Èternel débat entre essentialistes et existentialistes. Et pour ne rien simplifier, il y a un essentialisme athée et un existentialisme chrétien...
MrSonge a écrit:
Non non elle n'est pas véritablement un outil elle... comment dire ? Elle est Duchou tout simplement. Duchou existe de façon phénoménale, et quand on voudra décrire ce Duchou-là, on dira «Grand, blond, oreilles décollées, etc..». Son essence serait tout ce qu'il est de façon non phénoménal, tout ce qui fait qu'il se différencie des autres grand blonds aux oreilles décollées. Il pourra avoir fait ceci ou cela, avoir aidé à la légalisation de l'avortement, avoir été très généreux, ou au contraire égoïste et prétentieux, etc... Tout ce qui fait que Duchou est unique.
L'essence de Duchou c'est d'être grand, blond, aux oreilles décollées (avec éventuellement un gène égoïste un peu plus marqué que chez ses congénères). Avoir aidé à la légalisation de l'avortement, essayer d'être plus généreux, moins égoïste et prétentieux sont des choix existentiels puisqu'exister c'est échapper à sa condition par l'action, par le dépassement de soi. (dixit Sartre) qui proclame en 1946 " l'existentialisme est un humanisme".[/quote]

Aucune confusion (même partielle)
Bon, j'arrête de jouer les rabat joie. Après tout chacun est libre de se faire "l'idée" qu'il veut de l'essence. rire

Athéna
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages: 869
Localisation: Hennuyère
Identité métaphysique: Libre penseuse
Humeur: Fouineuse
Date d'inscription: 20/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Magnus le Sam 2 Oct 2010 - 23:07

Athéna a écrit:Après tout chacun est libre de se faire "l'idée" qu'il veut de l'essence
Elle vient encore d'augmenter... .

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21731
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par apollonius le Lun 4 Oct 2010 - 17:26

Inutile donc de chercher à noyer le poisson

là n'était pas l'intention, et nous pouvons dire que vous avez magnifiquement illustré ma signature....
petite taquinerie pseudo-philosophique, ne m'en veuillez pas

la question qui se pose est de savoir qui de l'essence ou de l'existance prédétermine l'autre

pas forcément pour ceux qui considèrent qu'ils représentent les opposés d'une seule et même chose...

nous sommes loin du sujet premier là :-s

apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages: 251
Localisation: Serpentaire
Identité métaphysique: Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur: Eve entée
Date d'inscription: 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par MrSonge le Lun 4 Oct 2010 - 19:49

L'essence de Duchou c'est d'être grand, blond, aux oreilles décollées (avec éventuellement un gène égoïste un peu plus marqué que chez ses congénères). Avoir aidé à la légalisation de l'avortement, essayer d'être plus généreux, moins égoïste et prétentieux sont des choix existentiels puisqu'exister c'est échapper à sa condition par l'action, par le dépassement de soi. (dixit Sartre) qui proclame en 1946 " l'existentialisme est un humanisme".
Ah pardon, mais vous surinterprétez les paroles de Sartre. Il faut différentier la notion d'exister (se projeter au-dehors de soi : ex-ister) et la notion d'existence opposée à l'essence. L'existence précède l'essence signifie que c'est dans l'existence (dans la vie active) que l'on va se définir une essence. Par conséquent toute les caractéristiques physiques font partie de l'existence puisque Duchoux ne peut pas influencer naturellement dessus (sauf opération). Disons qu'elles sont données, elle pré-existent l'essence, donc font partie de l'existence. L'essence, elle, c'est ce qu'on dira de Duchoux après sa mort, hors physique. C'est la somme des actes de Duchoux qui fera qu'on se souvient de lui comme d'un grand révolutionnaire marxiste, d'un réactionnaire aigri, d'un politicien corrompu ou que sais-je.
Donc oui, il y a eu, je pense, confusion quelque part. ^^

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages: 3369
Localisation: Suisse
Identité métaphysique: En chemin
Humeur: Humaine, trop humaine
Date d'inscription: 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Leleu le Mar 5 Oct 2010 - 0:13

Je pense qu’il y a une confusion entre l’essence, la substance (la substantifique moelle), qui elle précède l’existence, et la notion d’essencier qui elle est consécutive à l’existence.
D’où la phrase : "Il faut essencier dans l’existence afin d’exister dans l’essence".

Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages: 1538
Age: 64
Localisation: Jura
Identité métaphysique: chercheur
Humeur: sociable
Date d'inscription: 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Lila le Mar 5 Oct 2010 - 7:44

apollonius a écrit:Gardons sur ce fil, pour la compréhension, la définition que propose MrSonge, j’aimerai bien comprendre ce concept d'essence, dans sa totalité, ses rapports avec l'être ou l'avoir
et vos réactions sur tout ça.
Et si l'essence correspondait aux champs morphiques de Sheldrake (ou au corps énergétique d'autres) ? C'est le "plan", l'ensemble des lignes de force qui font que les cellules s'assemblent pour donner une forme, former des organes...

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par JO le Mar 5 Oct 2010 - 18:38

Etre ou exister . J'existe : ça, c'est sûr (enfin, sûr ? ...).
Pour un spiritualiste , l'essence précède l'existence, puisqu'elle l'englobe et lui survit, comme le tissu précède le vêtement . Toutefois, bien sûr , l'essence d'un individu ne devient sienne que dans l'espace où il existe . ...

JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 21376
Localisation: france du sud
Identité métaphysique: ailleurs
Humeur: paisiblement réactive
Date d'inscription: 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par MrSonge le Mar 5 Oct 2010 - 18:42

Pour un spiritualiste
Pas pour tous !
Je «connais» pas mal de spiritualistes existentialistes.

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages: 3369
Localisation: Suisse
Identité métaphysique: En chemin
Humeur: Humaine, trop humaine
Date d'inscription: 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Invité le Mar 5 Oct 2010 - 20:31

Lila:
Et si l'essence correspondait aux champs morphiques de Sheldrake (ou au corps énergétique d'autres) ? C'est le "plan", l'ensemble des lignes de force qui font que les cellules s'assemblent pour donner une forme, former des organes...
Pour moi, le champ morphique est effectivement le "milieu d'ondes" quantique où circulent et interfèrent des ondes de toute nature. De ces interférences surgissent, ou plutôt ces interférences constituent, les informations (le signal).
L'ensemble des informations portées par le champ morphique constitue ce qu'on peut appeler essence ou inconscient collectif. L'impression qui surgit de l'interaction de l'onde/information avec la structure/antenne génétique individuelle est ce qui donne un sens, une orientation à la connaissance. Autrement dit, l'essence ne devient sens que dans l'individu. Ou comme le dit
JO:
Pour un spiritualiste , l'essence précède l'existence, puisqu'elle l'englobe et lui survit, comme le tissu précède le vêtement . Toutefois, bien sûr , l'essence d'un individu ne devient sienne que dans l'espace où il existe . ...

L'iidée, je l'associe à la fonction comme
Casimir:
Je ne sais pas quelle idée se faisait ce monsieur platon de l'Idée.
Mais pour moi ce que je sais, c'est que l'idée est une fonction.
Je soutiens une définition de l'idée proche de Platon lorsqu'il parle d'idées qui ont un contraire, (car il y a des idées qui n'ont pas de contraire, celles des catégories formées par induction: homme, arbre, chèvre etc.). Le seul tort de Platon, c'est d'avoir pris comme exemple les idées subjectives, relatives à la personne telles que beau-laid, juste- injuste, grand-petit , ce qui a suscité la critique d'Aristote, généralisée ensuite à tout Platon.

Je définis la fonction par la complémentarité de deux idées contraires complémentaires. Une fonction est toujours un conditionnement de l'évolution entre deux contraires et il y a 3 fonctions ou conditionnements fondamentaux en physique quantique:
La matière selon l'antagonisme masse-énergie (ou particule-onde)
L'espace selon la l'antagonisme ensemble-parties. (interdépendance quantique des particules)
Le temps selon l'antagonisme passé déterminé-futur indéterminé. (structures dissipatives)
Trois paires d'idées incontournables et permanentes dans tout contexte que je considère comme thèmes épistémologiques innés, fondement de la connaissance et conditionnement de tout système.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par bernard1933 le Mar 5 Oct 2010 - 21:56

Je lis, dans AgoraVox d' aujourd' hui, l' article ci-dessous qui me paraît un point de vue original et intéressant . L' Univers, un hologramme, l' homme , un hologramme qui reproduit cet Univers...Et si Dieu et l' Univers se confondent, dan est Dieu en moins net...S' il le savait ! Curieux, mais on retrouve le système des fractales...

L’Univers, l’hologramme et nous

Le modèle holographique de l’univers fut proposé dans les années 60 par le grand physicien David Bohm suite à ses travaux dans le domaine de la physique quantique et ses nombreuses conversations avec Einstein lorsqu’il était à l’université de Princeton. Mais ce même modèle fut co-construit à la même période de manière tout à fait indépendante par le neurophysiologiste américain Karl Pribram suite à ses travaux sur le fonctionnement du cerveau et, notamment, la mémoire.

La rencontre des deux approches dans le courant des années 70 fut le point de départ d’intenses réflexions sur ce modèle dont la pertinence semblait couvrir aussi bien notre cerveau que la cosmologie et l’univers des particules. Même si on ne peut pas encore parler, aujourd’hui, de réelle théorie holographique de l’univers, la pertinence du modèle se vérifie de plus en plus. Alors, de quoi s’agit-il ?
D’abord quelques mots sur la notion d’hologramme :théorisé en 1948 par le physicien hongrois Dennis Gabor (récompensé pour cela par un prix Nobel de physique) un hologramme est une image virtuelle tridimensionnelle produite à partir d’un film bidimensionnel contenant cette même image sous la forme d’un motif d’interférences créé à partir de l’objet photographié et une source de lumière ad hoc (un laser). Des explications bien plus complètes existent sur Internet, mais pour l’instant il suffit de savoir qu’un hologramme a des caractéristiques très différentes d’une image classique, notamment le fait que chaque partie de l’image interférentielle (2D) contient l’entièreté de l’information : si on fait un hologramme d’une fleur, que l’on coupe ensuite le film en deux et que l’on recrée l’hologramme, on aura toujours une fleur complète (en fait deux fleurs, une par moitié de film), mais avec une résolution inférieure à l’original.

C’est cette caractéristique qui frappa Karl Pribram :en effet quoi qu’il arrive à notre cerveau, nous nous souvenons toujours d’objets complets, mais avec plus ou moins de détail. Nous n’oublions jamais la moitié de notre famille ou la moitié d’un bon repas entre amis, simplement notre souvenir peut être plus ou moins précis. Notre cerveau et en particulier notre mémoire fonctionnerait ainsi sur le principe holographique, le motif interférentiel étant généré par les signaux électriques de nos neurones. Le biologiste Paul Pietsch a mené de nombreuses expériences sur la mémoire des salamandres et à pu démontrer qu’effectivement la mémoire est non-locale et fonctionne indépendamment des modifications de structure du cerveau.

Dans le domaine de la physique le modèle holographique apporte des réponses à des problèmes ardus de physique quantique, par exemple le problème de la « communication non locale » entre particules. En effet il est démontré que deux particules ayant une même origine semblent capable de communiquer (avoir des spins en phase) de manière instantanée indépendamment de la distance qui les sépare, ce qui viole directement une loi fondamentale de la relativité qui dit que rien ne peut aller plus vite que la lumière. En 1982 le physicien français Alain Aspect fit une expérience majeure en prouvant définitivement cette faculté de communication instantanée théorisée par la physique quantique, à laquelle n’existe aucune explication convaincante.Du point de vue de Bohm et du modèle holographique par contre, l’explication serait la suivante : les deux particules ne sont en fait qu’une seule et même « chose » dont nous voyons deux images (comme un sujet filmé par deux caméras à des angles différents). Ce que nous voyons ne serait que l’image virtuelle holographique d’une réalité plus fondamentale. De manière plus générale, notre réalité serait un vaste hologramme tridimensionnel + temps, une image animée que notre cerveau peut interpréter projetée à partir d’une source bidimensionnelle qui serait l’enveloppe interne de l’Univers.

En d’autres termes, nous vivons dans un océan de motifs interférentiels générés à la frontière de l’Univers à partir d’une réalité que nous ne pouvons percevoir directement. Ce modèle permet d’appréhender de nombreux phénomènes physiques et psychiques totalement incompatibles avec les modèles mécanistes classiques car, comme dans un hologramme de source humaine classique, des mises au point différentes d’une même image permettent d’accéder à différents niveau de cette image. Si l’ensemble de l’image est contenue dans chacune de ses parties (ce qui est le cas d’un hologramme classique) et que l’on peut varier la « mise au point » (par exemple en prenant certains substances hallucinogènes, ou par des exercices de contrôle mental) on peut accéder à des horizons allant du plus petit au plus grand. Le psychiatre Stanislav Grof a développé cette approche dans son ouvrage de référence Psychologie Transpersonnelle, que je recommande chaudement.

Du point de vue de la physique, outre une possible explication de l’expérience d’Aspect et une refondation générale de la physique quantique comme n’étant que « l’image » de processus sous-jacents, le modèle holographique trouve une réelle pertinence dans l’étude des trous noirs et pourrait également expliquer certaines bizarreries récentes en recherche cosmologique.

Je vous invite juste maintenant à faire un petit break, prendre un whisky, respirer un grand coup car il va falloir s’accrocher un petit peu, les trous noirs c’est pas de la daube.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la capacité informationnelle (nombre de bits d’information qu’il peut contenir) d’un trou noir n’est pas définie par son volume mais par sa surface. Quelles sont les implications de ce surprenant résultat ? En 1993 le prix Nobel Gerard ‘t Hoof, puis le physicien Leonard Susskind en 1995 développèrent le concept de « limite holographique » entre deux formes d’univers, d’une part l’univers A de x dimensions et d’autre part l’univers B de (x+1) dimensions, B étant la projection holographique de A. Cette équivalence holographique a une équivalence physique, par exemple la description d’un phénomène en A par la théorie des champs quantiques est équivalente à la description du même phénomène en B par la théorie des cordes. Ces équivalences, ou correspondances holographiques, sont aujourd’hui bien documentées. Mais surtout cela implique que la surface de notre trou noir (qui est une limite de notre espace-temps car nous ne pouvons pas savoir ce qui se passe à l’intérieur) est l’équivalent de mon univers A ci-dessus, avec une correspondance holographique en B qui est en fait le niveau de radiation du trou noir. Information en A (surface) =radiation en B (projection).

De ceci on peut tirer une hypothèse aussi générale qu’importante : une théorie globale basée sur le principe holographique ne serait pas concernée par des particules ou des champs ni même l’espace-temps mais par l’échange d’information. La « particule » de base serait l’unité d’information que nous traitons ensuite afin de recréer une forme de réalité physique. Si on extrapole à notre univers, A serait la surface interne de la « bulle », et B sa projection holographique dont nous faisons nous-mêmes partie. Toute l’information qui nous est disponible existe préalablement au niveau de A, la surface.

Pouvons-nous en faire la démonstration expérimentale ? Peut être. En 2008 une expérience allemande appelée GEO600 essayait de trouver des traces de vagues gravitationnelles, mais se trouvait confrontée à un inexplicable niveau de bruit l’empêchant de mener à bien ses mesures. Au même moment Craig Hogan, physicien et directeur du Fermilab Center for Particle Astrophysics planchait sur la même question. Apprenant que GEO600 avait effectivement un problème de bruit inexplicable, il expliqua aux Allemand que GEO600 était tellement sensible qu’il détectait sans doute le « grain » de l’espace-temps, un peu comme zoomer sur une photo permet de détecter le « grain » correspondant à la limite de la résolution de l’appareil. Sauf que ce « grain » de l’espace-temps n’est pas du à une image classique mais à une image holographique. Pour Hogan, à moins de découvrir une autre cause pour ce bruit, GEO600 pourrait bien être une première démonstration expérimentale du modèle holographique.

Mais pourquoi il y aurait-il du grain ? Parce que le niveau d’information constitutif de l’univers est fixé par sa surface, qui est évidemment plus réduite que son volume. Pour que l’information de la surface remplisse le volume par le biais d’une forme de projection holographique, il s’ensuit que les « unités d’information » au sein du volume sont plus grandes, plus « graineuses » que les unités de surface (qui elles sont des unités de surface de Planck, soit 10exp-66 cm2).

Enfin pour terminer et reboucler sur les trous noirs dont l’étude est très liée au modèle holographique, une étude publiée en mars 2010 par Nicodem Poplawski de l’Université d’Indiana examine la possibilité que le cœur des trous noirs ne soient pas une singularité (comme le dit la relativité générale) en utilisant une variante de cette théorie prenant en compte le spin (moment angulaire) des particules absorbées par un trou noir. Cette approche met en œuvre une propriété particulière de la matière appelée torsion, agissant comme un ressort anti-gravitationnel et permettant à la matière au sein du trou noir de « rebondir » dans une phase d’expansion ultrarapide. Comme le postule la théorie du Big Bang…. Il n’y aurait alors plus de singularité. Mais quoi ? Peut être un univers complet…

C’est ce que postule le chercheur, en ajoutant que la rotation du trou noir devrait imposer une direction préférentielle à notre espace-temps, en violation de la symétrie de Lorentz. Violation qui pourrait se traduire par une oscillation – effectivement observée- des neutrinos d’un type à l’autre, ce qui devrait rappeler quelque chose à mes chers lecteurs et lectrices… Notre univers pourrait donc être encapsulé dans un trou noir. Et nous savons maintenant que la capacité d’information d’un trou noir est dérivée de sa surface. Je propose donc le pas suivant : notre univers serait la projection holographique au sein du trou noir de l’information contenu à sa surface. Et chaque trou noir que nous observons nous-mêmes pourrait être la signature d’un autre univers fonctionnant sur le même principe.

Allez, on respire, on boit un coup et on laisse digérer…

bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages: 10079
Localisation: Dijon
Identité métaphysique: agnostique
Humeur: serein
Date d'inscription: 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Leleu le Mar 5 Oct 2010 - 23:12

Et dire que tout cela est dit, expliqué par le détail (et sans les circonlocutions embarrassées) dans la Bible sous nos yeux couverts d’écailles à moins que par idéologie, névrose voire bêtise crasse on ne comprend pas ou on ne veut pas comprendre !
C’est incroyable, çà s’appelle le détour par l’ignorance et c’est un cheminement obligatoire, ce n’est pas une perte de temps c’est ainsi que le Fils de l’Homme grandit. Il semblerait qu’il va bientôt sortir de sa coquille ! Eureka ! câlinchat

Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages: 1538
Age: 64
Localisation: Jura
Identité métaphysique: chercheur
Humeur: sociable
Date d'inscription: 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Invité le Mer 6 Oct 2010 - 8:01

Bernard,
Je suis entièrement d'accord avec la représentation holographique de l'univers. Je conçois la systémique comme une holographie. L. von Bartalanffy déjà insistait sur les "isomorphismes", c'est-à-dire sur la similitude entre différents niveaux de la réalité et de la connaissance.
Par les thèmes épistémologiques liés à matière-espace-temps, qui sont aussi des thèmes ontologiques, je désigne un cadre logique dont les conditions se répètent comme des fractales à tous les niveaux mais dans des proportions variables. Chaque partie est un reflet du tout, moins précis, plus ou moins déformé, semblable mais pas égal. Il y a des homologies fonctionnelles entre les différentes parties du tout; c'est ce que la scolastique appelait "analogie de proportionalité".
La connaissance fonctionne, comme l'univers, comme un hologramme. On peut la représenter comme une sphère orthonormalisée, orientée par les trois axes de polarisation des paires de thèmes épistémologiques. Les rapports relativistes entre matière, espace et temps peuvent en être déduits comme rapports trigonométriques.
En ce qui concerne la physique, mon opinion se fonde sur Bohm, qui parlait de "holomouvement" au lieu de "hologramme" pour indiquer que l'unité est fondée sur le mouvement d'ondes. J'adhère aux théories de Milo M. Wolff selon laquelle les particules de matière elles-mêmes sont des ondes stationnaires sphériques.
Je suis beaucoup plus réticent en ce qui concerne les théories du modèle standard, du Bigbang et du trou noir qui sont entièrement fondées sur les notions de masse et de gravitation alors que la gravitation elle-même n'est pas expliquée mais seulement formalisée par la RG d'Einstein. Des explications alternatives sont données par l'Univers électrique de Thornhill, selon laquelle l'univers est essentiellement plasma et ses forces sont toutes électromagnétiques. Des traductions françaises d'articles peuvent être trouvées par la recherche Google.
Mais là on s'écarte du sujet concernaant les idées.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Athéna le Jeu 7 Oct 2010 - 18:44

MrSonge a écrit:Ah pardon, mais vous surinterprétez les paroles de Sartre. Il faut différentier la notion d'exister (se projeter au-dehors de soi : ex-ister) et la notion d'existence opposée à l'essence. L'existence précède l'essence signifie que c'est dans l'existence (dans la vie active) que l'on va se définir une essence. Par conséquent toute les caractéristiques physiques font partie de l'existence puisque Duchoux ne peut pas influencer naturellement dessus (sauf opération). Disons qu'elles sont données, elle pré-existent l'essence, donc font partie de l'existence. L'essence, elle, c'est ce qu'on dira de Duchoux après sa mort, hors physique. C'est la somme des actes de Duchoux qui fera qu'on se souvient de lui comme d'un grand révolutionnaire marxiste, d'un réactionnaire aigri, d'un politicien corrompu ou que sais-jeDonc oui, il y a eu, je pense, confusion quelque part. ^^.

En intervertissant les mots soulignés en gras, c'est à peu près ce que je pense (lol) et la confusion, elle est là : Je pense qu’il y a une confusion entre l’essence, la substance (la substantifique moelle), qui elle précède l’existence, et la notion d’essencier qui elle est consécutive à l’existence. (Merci Leleu )

Lila a écrit:
Et si l'essence correspondait aux champs morphiques de Sheldrake (ou au corps énergétique d'autres) ? C'est le "plan", l'ensemble des lignes de force qui font que les cellules s'assemblent pour donner une forme, former des organes...

Encore faudrait-il qu'on réussisse à les localiser ces champs morphiques! (pour peu qu'ils existent, bien entendu)

Leleu a écrit:
Et dire que tout cela est dit, expliqué par le détail (et sans les circonlocutions embarrassées) dans la Bible sous nos yeux couverts d’écailles à moins que par idéologie, névrose voire bêtise crasse on ne comprend pas ou on ne veut pas comprendre !

Qu'est-ce qui est expliqué? Les hologrammes? les champs morphiques?ou les trous noirs?
Décidément, il est magique ce bouquin! Suivant l'angle de lecture, on peut y voir tout ce qu'on veut, suffit de le vouloir, ça vaudrait peut-être la peine de tirer un fil ( dans interprétation libres par exemple) pour nous expliquer ça..Je parie qu'il y en aura pour expliquer qu'à un angle de 160°, les prophètes sont essentialistes et à 180°, ils sont tous existentialistes



Athéna
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages: 869
Localisation: Hennuyère
Identité métaphysique: Libre penseuse
Humeur: Fouineuse
Date d'inscription: 20/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par MrSonge le Jeu 7 Oct 2010 - 19:21

Je parie qu'il y en aura pour expliquer qu'à un angle de 160°, les prophètes sont essentialistes et à 180°, ils sont tous existentialistes
Ah nan, d'après mes calculs ce n'est pas tout-à-fait cela.
En lisant une page sur trois et 4*(la page au carré) mots par colonne dans des éditions en 4 colonnes, on retrouve une version primitive de l'Etre et le Néant, que Sarte a évidemment copié et s'est approprié, le rat ! Par contre, si on le lit à l'envers, en ne lisant que les 3 premières lignes de chaque pages dont le numéro correspond à PI*(son inverse au carré), eh bien, on y trouve en substance, un très long texte que l'on pourrait apparenter à Mein Kampf version mystique.
Je te rejoins donc parfaitement, Athéna (j'aime ce pseudo païen !), la Bible est un livre magique qui recèle encore bien des secrets. D'ailleurs à l'occasion, j'essaierai les angles de lecture que tu proposes, et nous verrons bien ! lol!

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages: 3369
Localisation: Suisse
Identité métaphysique: En chemin
Humeur: Humaine, trop humaine
Date d'inscription: 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par Athéna le Sam 9 Oct 2010 - 20:40

Fichtre! Tu es encore plus doué que Moustarchid et son miracle numérique du coran!
C'est bien n'empêche cette pluralité d'interprétations, l'exégétique libre qui étudie les textes sans allégeance, aux convictions, aux intérêts d'une église renforce encore le caractère éclaté de la bible, et la rend définitivement non intégrable à un système unifié cher aux fanatiques.
Et en matière d'interprétation,ce qui ne gâche rien, c'est qu'on peut pette de rire librement de n'importe laquelle

Athéna
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages: 869
Localisation: Hennuyère
Identité métaphysique: Libre penseuse
Humeur: Fouineuse
Date d'inscription: 20/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: hom-n idées

Message par MrSonge le Sam 9 Oct 2010 - 20:45

Exactement ! Quand je pense aux pauvres poètes de notre occident du XIXème qui s'échinaient à donner un sens à leurs vers en estimant qu'il était impensable de séparer un signifiant de son signifié ! Alors que la Bible, qui triomphe depuis 2000 ans est l'exemple même du bouquin-signifiant tout et n'importe quoi, de part son absence de signifié.
Mallarmé, tu n'étais qu'un risible. ^^

MrSonge
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages: 3369
Localisation: Suisse
Identité métaphysique: En chemin
Humeur: Humaine, trop humaine
Date d'inscription: 13/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum