Aux fils d'Hermès

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Lun 18 Oct 2010 - 0:23

Sur ce fil, pas d'oiseaux, juste une langue
Philosophe Hiérophante et fils d'Hermès
Regarde on, empli d'Air Philosophique
et selon l'Art, (re)-co-naissons.

Si elles ne foisonnaient pas aux temps antiques, bien que mentionnées, les Martichoras sont aujourd’hui plus nombreuses que jamais. On peut en trouver dans les jungles habitées ou non,les agoras, les forums, la Grèce…..

Reconnaissons-les, ces rouges créatures, leurs corps de lion puissant, leurs griffes acérées.
Gardons-nous de nous faire mort, dre leurs trois rangées de dents qui nous déchiquetteraient trois fois.

Reconnaissons-les en voyant leurs figures menaçantes et grimaçantes, gonflant leurs crinières à notre approche, soufflant leurs haleines fétides.
Gardons-nous de leur queue, projetant des volées de flèches ardentes, nombreuses, précises, et blessantes.

Attrapé, saisi et tenu fermement, Protée m’a parlé du Griffon, et du Sphinx, qui seuls viennent à bout des Martichoras, en volant en cercle, et jamais en lignes droites.
Ils obéissent s’ils ont une chaîne de feu dans la gueule.

« Le Griffon use de son bec d’Or et le Sphinx d’une coupe en Argent pour emporter sa proie dans les Airs avant de la lâcher dans le vide.
Choisis ta monture, Sphinx ou Griffon, peut importe, mais surtout ne choisis ni le cheval, ni le taureau, même volants : ils s’enfuiraient ou succomberaient.

Quant aux Martichoras ailées, elles ne vivent que dans la grotte, dans la forêt, ou sur le pic.
Avec la serpe de Cronos, coupes lui les ailes, appelle ta monture, vole et fini l’œuvre en utilisant les flèches d’Or, tel Apollon, car tes valets zélés ne pourraient le faire.

Mesure la pertinence du combat : les Martichoras sont robustes, leur fureur les rend imperméables, le sang les enivre, et leurs desseins ne laissent aucun doute.
Seules celles qui valent vraiment la peine d’être vaincues sont les volantes, mais assures-toi d’être prêt. »

Philosophe, Hiérophante et fils d’Hermès,
Nettoyons le temple, le palais, les écuries, nous trouverons la chaîne, l’arc, et les valets zélés.
Alors… nous pourrons traquer…..
Protée...merci
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Leleu le Lun 18 Oct 2010 - 9:16

J’ai rencontré un martichoras un jour dans une forêt du Juras. Heureusement ce jour là je portais un Baphomet. A sa vue son prodigieux orgueil se fit chat et retourna garder quelque autre seuil. Non mais ! Ce n’est pas à un vieux singe...
Fils d'Hermès, sortez couverts !
avatar
Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1538
Localisation : Jura
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : sociable
Date d'inscription : 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Lun 18 Oct 2010 - 19:38

Tout de même, ces we aux champignons ..

y a t il 1 liste d'attente ?
où faut il cocher ?
mais que font les modos ?

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Lun 18 Oct 2010 - 20:54

Les nuages sont déjà partis, le ciel reste bleu

Leleu, votre couverture est effectivement un bouclier de valeur
Solva, Coagula, le Martichoras s’enfui à d’autres seuils…laissons-le
Il en est d’autres bien plus intéressant.

Ecoutons les chants des vents, et rapportons :

Il voguait, sur ses flots déchaînés
Il avançait, tenant fort la barre
Ne laissant personne l’approcher
Léger, les vents le portaient jusque tard.

Océan voulu lui faire découvrir
Le fond de l’eau pour le mourir
Il chavira et fini par sombrer
Dans le bleu, le noir et le violet

C’est ainsi que nageant entre deux eaux,
Loin des sardines, des maquereaux,
Il se souvint, des temps ou l’Air
Gonflant les voiles, le poussait à Terre.

Montant descendant, le dos fin transperçant
L’écume, les vagues bouillonnants,
Dans l’Océan, il vit vraiment,
Jusqu’à…, enfin, découvrir le trident.

Dans une crevasse, il vit le Kraken,
Léviathan, et leur a mis des chaînes,
Enfoui leur tête, comme Hercule a su,
Les cacher, mettre une pierre dessus.

Ce sont eux, ses braves amis rencontrés,
Dans les courants, de ses belles aventures,
Glaucus Triton, Protée et Nérée,
Qui l’accompagnent maintenant en lieu sur.

Des coraux, des algues luminescentes,
Scintillent brillent, toutes sont vivantes,
Elles illuminent cet immense palais,
Et décorent le grand hall d’entrée.

Pas sur le carre large raisonnants
Les eaux reconnaissent le trident
Alors sonnent, tel un puissant clairon
Les paroles d’Amphitrite, de Poséidon:

.... »Bienvenue chez toi, mon fils »….


avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Sam 23 Oct 2010 - 10:37

Bise de la Lune apportée par le Vent...

Ils vivent tous dans la Forêt,
Ivres de sauvage et de liberté.

Portés par les besoins, par les envies,
De la raison, de la sagesse ils font fi.

Ne comptant qu’assouvir leurs faims,
Et pour cela, usent de tous les moyens.

Injuriant et raillant les oiseaux,
Les piétinants, s’ils n’allaient en haut.

Êtres emportés par de souterrains courants,
Libres? Non…ils en sont prisonniers, assurément.

Visiblement, ils ne savent pas,
Qu’on est par tout, en naît temps là.

Ils tournent, rampent et cherchent,
Labourent, insatiables et revêches.

Observons-les, et attrapons-les
Sans jamais se laisser emporter.

Encore faut-il, les reconnaître et les voir,
Et telle Artémis, aux cotés les faire asseoir.

Alors finis les grognements, les sons gutturaux
Place aux Vents, à l’Air et aux oiseaux…
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Sam 23 Oct 2010 - 11:04

Belle apocalypse, ou alors, c'est le point Oméga qui brille à l'horizon.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Sam 23 Oct 2010 - 11:52

Il me fait rire,
Il est entrainant
On a envie de le suivre dans son délire..

Hahaha..
Encore Apollonius

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Sam 23 Oct 2010 - 16:53

je vous remercie de vos interventions, qu'il est doux de voir que le Vent frôle encore des tempes, puisse t-il être happé par les deux dents...
à la demande de la Muse enjouée couronnée de violettes, pour le vertueux cochon, qui n'est ni ceci, ni cela, et pour qui veut....continuons le souffle...

Une tortue noire, en plomb, de ses mains,
Déroule sur la Terre, un parchemin.
Il était long, il menait loin,
Ils étaient quatre, à en tenir les coins.

S’avançant dessus, il fini par constater,
A force de chutes, de trébuchés,
Que chacun des quatre, ardemment tirait,
Le plus possible, chacun de leur coté.

Impossible d’avancer, sur ce parchemin tourmenté.
Tiré, étiré et tiré sans cesse,
Le parchemin lui crie sa détresse,
Lui au sol malmené,... le parchemin se blesse.

Accablé, tombé par tant de chagrin,
Il se relève enfin, ce n’est pas en vain :
S’envole, et rejoint les quatre coins,
Et coupe de sa serpe, les ailes des gredins

Le parchemin, bien moins ballotté,
Apaisé calmé, se laisse réparer,
Bien tendu, bien plane il est,
Et devient ainsi, un appui sûr pour le pied
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Sam 23 Oct 2010 - 16:56

Et que sommes-nous donc, sinon des graffiti sur ce grand parchemin?
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Sam 23 Oct 2010 - 23:13

Après avoir raconté que ceci que ceux là
Apologénius resta muet bien en deçà
La muse enjouée couronnée de violettes
à califourchon sur son vertueux cochon pensa :
- A t il été envoyé par l'impératrice Gemmei,
Pour recueillir les divers récits et légendes?
Il me fait penser à Ô no Yasumaro
Le Nihongi..mais tout cela devait rester enfoui à jamais ..
Non décida t elle ..
- Pour que naisse 1 légende
Il faut à nouveau laisser s'engouffrer le vent dans
le réseau social par L'escalator du grand arc en ciel
Appelons Fuujin le kami du vent,
C'est mon démon préféré, rêvait la muse
en caressant les bottes bleus du cochon, bienfaiteur
de ses humeurs capricieuses et rêvasseuses au temps
Et ce kami-kaze ? songe t elle, qui ose s'égarer sur son chemin
-Nos mots seront nos armes pour nous affronter ..c'est tranché!
La muse tire sa souffrance des autres - pour l'expulser-
Ainsi et de là, naîtra the légende .. Après tout The Facebook ..pfftt..

(Après cela la muse enjouée, donna machinalement
1 petite tape à Cochon qui se grattait
sa queue en tire bouchon..)

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Ven 29 Oct 2010 - 22:50

Bien plus qu’un graffiti…
Selon la nature de cette fable-ci….
Ce qui n’enlève en rien,
La valeur du ressenti

A Muse, hé! Rassurez-vous, le kami-kaze est déjà mort….

Souffle de corne,
Remarques en écourté, de certains pas liés …. Rouges ou verts

Homme erre............emporté comme une fumée légère
Oh mer...................de… vie, fatalité déterminée
Omer......................Simpson le satyre, aime jouer
Eaux mères.............bleues vertes, argentées
Homme ère.............le temps de la volonté
Eau mer.................sur la falaise Hérode est, puissance dévoilée
Ô mer....................ta… bouche ferme les vannes
Haut mer................loin des attraits de la Terre
O mère..................vent re-créateur de mondes
Homme Air...........comme l’Aigle…en cercles
Homère.................inspirateur, vision air
AUM mère.............paternel, ils s’a soi, stable.

…..A quand ?.....
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Dim 31 Oct 2010 - 9:30

La castration de l'SK Beau

Et si je le prenais à revers ce Saint ptôme?
Là quand maman te parle de tout son intérieur
Tu vomis le boa sous tes airs super rieurs
Ô Apollogénius, la moelle gastronome !


(La muse couronnée de violettes prit 1 air amusé - elle se pencha vers son vertueux cochon, effleura son museau si doux si rose.. et lui conta combien le langage des hommes était le plus subtil et comment les japonais en avaient fait 1 art..
Et qui a dit que celui-ci gisait non fui, fui, non sum, non curo dans
dans l'infernale machine ?)


Dansons sur l'herbe roug' d'1 ciel d'échymoses
Laisse la mer s'ouvrir par les pensées ondulent
Soit 1 jet d'art sur l'eaube, déporté de l'osmose
Le fruit mystic du père que les Dolly's adulent


(La muse fut prise d'1 grande tristesse et elle entrelaça très fort cette âme d'Apollogénius qui a compris que toute pensée est 1 calcul..
Pourquoi soustraire les Corps Glorieux, il flotte déjà tel 1 revenant.. )


Dans la saignée du temps, l'analyse s'enlise
Le rouage parfait, machine de dialyse
Machine aveugle et sourde en cruauté féconde

Si la muse dit ''vagues'' et se laisse déporter
Par son rire et ses mots vouloir s'enchaîner
Et poser sur son front, la couronne d'osmonde.


(La muse regarda tout au fond de son l'âme..
puis soupira, il faut laisser le rire s'envoler avant le lendemain d'1 chagrin..)


Je dédis ce sonnet imparfait à Lacan qui a dit :
'' Le désir de l'homme trouve son sens dans le désir de l'autre.''

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Dim 31 Oct 2010 - 11:13

Le plus mignon des petits cochons ne peut donner que ce qu'il n'a pas...
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Heidegger devant la porte (dont il n'a pas la clé).

Message par Cochonfucius le Dim 31 Oct 2010 - 16:22

Connaissons-nous l'amour, au-delà des symptômes?
L'art qui se développe à l'étage inférieur
Est dépourvu d'index aux niveaux supérieurs:
Heidegger a perdu la clé du baisodrome.

Naviguant à la voile, attention à la bôme
Qui traverse le pont et frappe les meilleurs.
De là tu reconnais les bons navigateurs:
Ceux qui restent sereins même quand ils se paument.

La mer ne s'ouvre pas lorsque le crépuscule
Engloutit le soleil, ce serait ridicule.
Mais un poète voit parfois la chose ainsi.

Forum n'est pas taverne où nous boirons ensemble.
Nous n'en sommes pas loin, pourtant, à ce qu'il semble:
C'est ce que je ne peux développer ici.





Dernière édition par Cochonfucius le Dim 31 Oct 2010 - 16:45, édité 1 fois
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Dim 31 Oct 2010 - 16:44

Ceus qui restent sereins même quand ils se paument.

La muse qui aimait faire chavirer les mots caressa son compagnon de l'autre monde et lui souffla :
- 1 gage de lapsus castrateur.. hahaha

et elle détourna le vers de son initiation :

Ceux qui restent serins,
même pendant le psaume


Dernière édition par Curare- le Dim 31 Oct 2010 - 17:39, édité 2 fois

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Dim 31 Oct 2010 - 16:46

Merci pour la retouche !
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Dim 31 Oct 2010 - 17:04

1 gage sinon rien,

''Au franc Baiser, sans plus de scène"
Verlaine

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Dim 31 Oct 2010 - 17:19

Demain ?
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Curare- le Dim 31 Oct 2010 - 17:42

Demain ?
Elle s'insère dans 1 autre faille
et regarde Dame Lune qui baille
Demain n'existe pas

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Mar 2 Nov 2010 - 21:58

Un moineau prit parti de voyager,
Et dans les pays les régions, raconter,
Parler d’aventures différentes,
Semblables en essence, à celle des plantes.

Un arbre majestueux, sureau pénombre,
Surplombe et couvre alentours de son ombre,
Dans l'arène courent et autour, beaucoup d’oiseaux,
Dont d’huppes dindons, coqs cygnes paons beaux.

Dans des recoins de l’arène, bien cachés dans l’ombrage,
Hors de cette frénésie de pies, de ramage ou plumage,
Sale salve valsée, des apaisés semblaient se retrouver,
Pour parler des régions, qu’ils venaient de visiter.

Réentendant l’ancien mythe, aventures labyrinthiques,
Historien psychique admirant les drames Olympiques
Des paisibles. Le mouvement pendule de la faux s’arrête,
Zoom et découvertes, en mont de centripètes…
Dans le passereau, observance, pas d’indifférence,
Juste une neutralité, paix cible constance…

Deux mères, il ne connaît que la Terre et l’Eau.
Réverbères de chaleur, issue du feu de l’éther,
Œuf-Eden embryonnaire, succédant à Chaos,
Graine en sommeil, f’Ève dans le père,
Lacan, le temps d’un (pré)sentiment,
Carl plus profondément, mais pas seulement.

Courants froids d’eaux nostalgiques, mélancoliques,
Et de feux, ardents impétueux sont courants électriques,
Egrégores et chimères s’amoncellent dans le virtuel,
Le moineau s’écarte, évite d’y brûler ses ailes.

Les sauts du moine eau relient les branches du sureau,
Lui offrant quelques bourgeons tendres et beaux,
Se délectant aussi de fruits gorgés du soleil fort,
Avalant les pépins, à fin que l’arbre pousse encore.

Le passeur haut s’envola, petit barde sans l'ire,
Juste sans bruit, pour temps conter ses dires,
Mais naistre aile, rapporteur de fables aérées,
Quand dans silence, l’image sera condensée.

Poil au nez
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

La Dame du lac (suite..)

Message par Curare- le Ven 12 Nov 2010 - 15:56

Dis moi pourquoi Muse, tes yeux noyés dans l'onde ?
Ton coeur 1 gouffre d'ombre, ton corps armure vide
Tes pensées des piquants, ton humeur pudibonde
Dis moi Muse pourquoi, ton silence impavide ?

- Avant d'avoir senti le ressac du désir
Pour avoir regardé dans le puit du savoir
Ceux que j'ai approché sans pour autant saisir
Le néant de l'amer et les thèses à échoir

Je n'ai pas refusé, la pluie sur mes lèvres
L'horloge sans tic tac, l'abîme qui ennivre
La vie déferlante dans la nuit du matin

Le silence est ici sans tactique du temps
Car sourire à la vie est mortel châtiment
Déjà au lendemain de l'éveil d'1 chagrin-


(1 pensée interrogative : sur le chagrin ou le néant ?
- Le chagrin, c'est mieux a-t-il répondu..)

Curare-
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 479
Localisation : --
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 16/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Se perdre en forêt

Message par Cochonfucius le Ven 12 Nov 2010 - 16:46

Comme un homme égaré dans la forêt profonde,
Le poète au jardin est traversé d'effroi.
Tout n'est-il donc que leurre et tristesse en ce monde,
Qu'un acheminement vers le sépulcre froid ?

Vainement aux entours jetant des coups de sonde,
L'égaré ne sait plus comment sortir du bois.
Sur un même sentier sa trajectoire ronde
Le ramène toujours dans les mêmes endroits.

Mais une goutte d'eau quelquefois sur sa lèvre,
Le saut d'un écureuil, la gambade d'un lièvre,
Lui font aimer pourtant la piste, au petit jour.

Il est charmé surtout par l'apaisant silence
Dont est souvent saisi notre univers immense ;
Ce silence est prière au soleil des amours.


avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Sam 13 Nov 2010 - 10:09

Ils sont des rois qui vivent en des lieux bien pesants :

Dans une Terre asséchée, aride, et immobile,
Ou au milieu d’une Terre abîmée et informe,
Là ou pour les torrents déferler est la norme,
Ou dans une Terre imprégnée d’eaux tumultueuses,
Charriant sédiments et poussières nombreuses.

Compliqué pour les Airs de passer :
L’espace est déjà rempli, comme gavé,
Portes et fenêtres des palais fermées.

Expériences denses et rances dans la danse,
Usant du pense comme d’une panse…sentence.
Parfois la souffrance n’est même plus un fardeau,
Mais une amie une chance, une compagne un poteau.

Certains cherchent un peu de chaleur,
Où souhaitent un peu de fraîcheur,
Attendent du Vent qu’il amène une senteur,
Qu’il aide à transformer les peurs.

Il dépose alors en ces Terres dévastées,
Des outils pour sculpter et irriguer.
Des rois, partageant leurs maux,
Il leur donne, priorité sur les mots.
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par Cochonfucius le Sam 13 Nov 2010 - 11:11

Quand l'outil s'arroge
Priorité sur les mots,
Un mot le réfute.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 23582
Age : 63
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux fils d'Hermès

Message par apollonius le Sam 13 Nov 2010 - 13:41

Appel des rois
Pour un colis aéré,
Outils déposés
À Terre sur le pas.
S’en servir ou non...
Liberté de choix...

Peu importe au messager car
Impossible de vouloir pour l'autre.
L’outil ne concerne
Que celui qui s'en sert
avatar
apollonius
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 251
Localisation : Serpentaire
Identité métaphysique : Amoureux de Philosophie Naturelle
Humeur : Eve entée
Date d'inscription : 24/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum