Le mythe créationniste du Big Bang

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le mythe créationniste du Big Bang

Message par Invité le Sam 20 Nov 2010 - 20:02

Selon ma propre traduction:
Extrait du chapitre VI, livre I du
DE TRIPLICI MINIMO ET MENSURA de Giordano Bruno

La principale et fondamentale erreur en tout, autant en physique qu'en mathématique, est la résolution du continu à l'infini. La preuve nous est en effet donnée que la résolution soit de la nature soit du vrai art qui ne survient pas hors de la nature, qui consiste à descendre à partir d'une grandeur finie et d'un nombre vers l'atome, soit par la vraie nature soit par un concept additionnel, n'est pas réalisée de quelque manière par les chose, ni observée dans la nature à certaines particularités des phénomènes. Le minimum est donc présent partout et toujours; le maximum par contre nulle part et jamais. Maximum et minimum peuvent cependant s'unir dans une même raison puisque nous savons que le maximum est aussi partout dans la mesure où, selon ce qui a été dit, il est établi que le maximum est dans le minimum et le minimum dans le maximum, de la même manière que la monade est dans la multiplicité et la multiplicité dans la monade. C'est pourquoi l'immense n'est rien que le centre partout; l'éternité n'est rien que l'instant présent, qui est le un et le permanent des choses éternelles l'un et l'autre étant impliqué dans une succession et quelque réciprocité des immuables; immense est le corps atome , immense est le plan point. Immense est l'espace réceptacle du point et de l'atome. D'autres choses en effet sont saisies là où l'atome est saisi, et non pas l'atome où sont les autres; ainsi justement l'indivisible est dit être partout, et parce que l'espace est infini, le centre est dit omniprésent, l'atome est dit être tout. Je comprends par ailleurs l'atome comme distinct par rapport au genre.
Que Messieurs les lettreux contrôlent l'original:
Principium et fundamentum errorum omnium, tum in physica tum in mathesi, est resolutio continui in infinitum. Nobis vero probatur, tum naturae tum artis verae resolutionem, quae extra naturam non incedit, a magnitudine finita et numero descendere in atomum, tum vero naturae, tum conceptui adiiciendo, modum ullum a rebus non esse constitutum, nisi ad certarum specierum particularium naturam respicienti. Minimum ergo ubique est praesens atque semper, maximum vero nusquam atque nunquam. Maximum tamen atque minimum ita in unam possunt coire rationem, ut inde etiam maximum ubique esse cognoscamus, quandoquidem per ea quae dicta sunt maximum in minimo et minimum in maximo consistere constat, quemadmodum in multitudine monas, in monade multitudo. Quamvis potius ratio et natura possit absolvere minimum a maximo, quam maximum a minimo. Quare immensum nihil est, nisi centrum ubique; aeternitas nihil est, nisi semper instans, quod est unum atque manens rei aeternae, aliud atque aliud in successione quadam vicessitudineque constantium; immensum corpus atomus; immensum planum punctus; immensum spacium puncti vel atomi receptaculum. Alia enim capiuntur ubi atomus capitur, et non atomus ubi alia; ideo proprie individuum dicitur esse ubique, et quia spacium est infinitum, centrum dicitur esse ubique, atomum dicitur esse omnia. Atomun vero iuxta diversum genus alias distinctum intelligo.

Un peu de modestie et de largeur de vue. La vraie Science est bien antérieure aux gnomes du "siècles des lumières" et même antérieure à la Renaissance qui n'ont fait que récupérer.

N'oubliez pas que sans les cultures orientales et notamment la culture arabe, l'Europe n'aurait connu ni Aristote ni Platon, ni logique, ni géométrie, ni algèbre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mythe créationniste du Big Bang

Message par Magnus le Sam 20 Nov 2010 - 21:45

Je rappelle que la couleur rouge claire est réservée à la modération.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.
avatar
Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages : 23883
Localisation : Wallonie
Identité métaphysique : Atypique
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mythe créationniste du Big Bang

Message par Ladysan le Sam 20 Nov 2010 - 23:30

Claude Dorpierre a écrit:Bonsoir Patanjali.
Je suis aussi très sceptique au sujet du Big Bang.
Je trouve plus plausible comme hypothèse, l'existence d'une infinité d'univers déversant l'un vers l'autre, de la matière, par l'intermédiaire des trous noirs.
Nous observons dans notre univers, de la matière engloutie par des trous noirs et nous ignorons ce qu'elle devient. Mais pourquoi pas la réciproque des autres univers envers nous?
Chaque univers en enfanterait ou en alimenterait d'autres, à l'infini.
Evidemment, on continuera à se poser la question: comment à commencé le premier ...

Très intéressante et plausible ton hypothèse Claude. Sans vouloir remettre en cause l’expansion de l’univers, je suis moi aussi un peu sceptique quant au bing bang qui n'est pas "forcément" la cause ni le commencement de l'univers. C'est le temps qui est le vrai commencement. Il faut que l'on comprenne ce qu'est le temps pour pouvoir se faire une petite idée de ce qu'est vraiment l'univers, mais quand je lis des ouvrages de vulgarisation sur le temps, j'ai les neurones qui grillent... Par contre, ce que je conçois le mieux, c'est l'idée des univers multiples. A petites ou grandes échelles. Je suis par exemple à moi seule un univers) par entière, contenant des milliards de petits univers. Chaque organe est une petite planète, qui contient elle-même des milliers ou des milliards de petits univers. Un univers meurt ? Un autre naît...



J'ai sommeil, j' y reviendrai demain. Je suis très interessée de connaitre d'autres avis sur les trous-noirs. J'ai longtemps pensé qu'ils étaient des genres de sacs à anti-matière et anti-temps. Mais apparement, ça ne tient pas la route.

Bonne nuit à tous.
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mythe créationniste du Big Bang

Message par Muhammad-Hussein le Lun 22 Nov 2010 - 14:12

Ce serait vraiment dommage que ce débat s'achève avec le départ de patanjali, c'est de très haut vol, même si je n'en comprends pas grand chose. Sans doute que patanjali a besoin de reprendre sa respiration, en attendant sa prochaine expiration qui nous apportera beaucoup !

Amicalement

Muhammad-Hussein
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 15/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le mythe créationniste du Big Bang

Message par _Antinea le Lun 29 Oct 2012 - 20:49

big bang...
mais dans quoi est contenu le principe originel ?
avatar
_Antinea
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 711
Localisation : Grenoble
Identité métaphysique : Antinea
Humeur : joviale
Date d'inscription : 30/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum