Acharnement thérapeutique

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Acharnement thérapeutique

Message par bernard1933 le Sam 29 Jan 2011 - 23:10

Je voudrais avoir l' avis des forumeurs sur une situation que je vis depuis quelque temps . Certains d' entre vous sont peut-être médecins et pourront me fournir une information précise . Je les en remercie .
La mère de mon épouse a 106 ans et demi ( 5 Juin 1904 ! ) . Toute sa tête, mais les infirmités de son âge .
Elle habitait dans sa maison, moyennant une aide trois fois par jour .Elle est tombée ; hôpital quelques jours, mais rien de cassé ; mais les jambes ne la portent plus . Ses deux filles lui ont trouvé une place dans un
établissement médicalisé , malgré son refus absolu . On lui a fait croire qu' elle n' y était qu' en convalescence pour un mois . Pas folle, la guêpe ! Elle n' y a pas cru et a " agonisé" tout le personnel soignant, médecin inclus; ses filles et la parenté, n' en parlons pas ! Infiniment malheureuse..." Je vais me toooouer ", disait-elle avec son accent italien . Impossible donc de la laisser là-bas . Retour donc , jeudi, dans sa maison avec lit médicalisé, lève-malade, fauteuil roulant etc...et aide adéquate . Mais de nouveau des lamentations, des exigences impossibles à satisfaire...
La mort sera sa délivrance , et je souhaite qu' elle intervienne vite, car la pauvre souffre énormément . Mais son médecin, imperturbable, prescrit le patch journalier pour le coeur et l' insuline pour le diabète ; rien pour calmer ses angoisses ...J' ai suggéré l' arrêt des patchs et des injections et un calmant . Malheur ! Elle va avoir des crises d' angor et les complications du diabète ! Ce n'est pas ma mère; sinon, j' aurais changé de médecin pour un autre plus compréhensif et plus compatissant .
En toute franchise, si vous viviez une situation semblable, que feriez-vous ? Pour moi, c' est typiquement de
l' acharnement thérapeutique . Que ce soit une machine ou des patchs qui vous maintiennent en vie, c' est du pareil au même .


bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages: 10079
Localisation: Dijon
Identité métaphysique: agnostique
Humeur: serein
Date d'inscription: 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Leleu le Sam 29 Jan 2011 - 23:49

Toute sa tête, mais les infirmités de son âge .
Si je vous comprends bien Bernard, vous souhaitez la mort d’une emmerdeuse sous prétexte humanitaire !


Ce n'est pas ma mère; sinon, j' aurais changé de médecin pour un autre plus compréhensif et plus compatissant .
Il y a de quoi craindre une légalisation de l’euthanasie avec des grandes âmes comme la votre !

Leleu
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages: 1538
Age: 64
Localisation: Jura
Identité métaphysique: chercheur
Humeur: sociable
Date d'inscription: 16/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 7:30

je comprends très très bien Bernard, je vis la même chose en moins grave. Il s'agit de ma mère. Depuis toujours elle nous a fait clairement savoir qu'elle refusait tout acharnement thérapeutique. Elle avait pris peur à ce propos quand elle a travaillé comme volontaire dans un hôpital. Nous l'approuvons tous, et respecterons sa volonté.

Moralement il n'y a rien qui le condamne. Même l'Eglise catholique accepte qu'on "débranche la machine", même si des sédatifs ou autres aides pour soulager la souffrance viennent compléter.

L'acharnement thérapeutique ne sont pas des soins: c'est de la torture, surtout à cet âge là ! Ils sont contre nature.

On n'est pas du tout dans la problématique de l'euthanasie.

Donc ma position est claire: il faut se conformer au désir de la personne, et simplement l'empêcher de souffrir.

Dans la pratique, ce n'est pas toujours si simple parce que si le fait de supprimer ses patches risque de la faire souffrir davantage sans pour cela la "délivrer", alors c'est différent.

Pour ma maman, qui n'a pas de maladie fonctionnelle (seulement psychologique), elle est dans le pire cas qu'elle aurait pu imaginer. Démence précoce (pas Alzheimer), laisser aller dépressif, souffrances psychosomatiques, diminution de ses capacités par manque de mouvement (elle sera bientôt en chaise roulante), c'est épouvantable aussi: elle peut encore vivre 15 ans comme cela, sombrant dans l'enfer. Seule sa foi chrétienne l'empêche d'accepter l'euthanasie alors qu'elle la réclame souvent, et de toutes façon elle lui serait refusée parce qu'elle ne rentre pas dans les conditions.

Solution: sur-médicalisation (calmants), qui l'abrutit encore plus, lui fait encore plus perdre la mémoire, donc aggrave encore le problème. Mais que faire ? Ses épouvantables crises d'angoisse ne la tourmentent plus, elle vit dans le présent comme un enfant, c'est un moindre mal ?

Je suis de tout coeur avec vous. Voir souffrir ceux qu'on aime, être impuissant est très difficile à vivre.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par JO le Dim 30 Jan 2011 - 9:18

Bernard, tu me fais froid dans le dos! Vous chosifiez cette malade qui est niée dans ses volontés et souhaitez décider à sa place d'abréger VOS inconforts! Mon Dieu! je vais voter contre la légalisation de l'euthanasie .
Laissez-nous vivre notre mort, si vous nous respectez . Rendez-nous le statut d'humain .
Débrancher : euthanasie passive . Elle rend la mort terrible .
Calmer, endormir, sédater ... et entourer d'amour . Mon voeu d'octogénaire candidate proche du bout, c'est celui-là . Gardez ce médecin qui la respecte et la soulage .
Et donnez-lui chamomilla , ça calme les anxieux irrascibles .

JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 21419
Localisation: france du sud
Identité métaphysique: ailleurs
Humeur: paisiblement réactive
Date d'inscription: 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 9:24

Lila a écrit:Seule sa foi chrétienne l'empêche d'accepter l'euthanasie alors qu'elle la réclame souvent.
Cette contradiction m'interpelle.
Comment l'expliques-tu dans ce cas bien précis ?
Une foi lui permettant de supporter son épreuve malgré son souhait de mort douce ?
Ou la crainte de se trouver en état de péché ?
Un tiraillement entre ses propres convictions (l'euthanasie) et celles de sa religion ?...?

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par JO le Dim 30 Jan 2011 - 9:29

Lila, je pense que tu es, toi, dans la bonne gestion de la difficulté .
J'ai eu le chagrin de voir mourir jeunes ceux auxquels je tenais le plus , de ma génération ou de celle qui me précède . Je n'ai donc pas été confrontée au problême du grand âge des ainés . Je le crains pour mes enfants, qui commencent à me décharger beaucoup des inconvénients du mien - qui s'en approche- J'assume avec acharnement le maximum d'autonomie possible et la vie symbiotique me permet de les soutenir, matériellement et affectivement .
Mais je leur ai toujours dit de ne pas dépasser leur force et de me placer en milieu communautaire quand ce serait trop dur . Ma belle-mère était dans une petite communauté religieuse, ma tante aussi et ont fini paisiblement : mais c'était LEUR choix . Je finirai ainsi sans problême, le moment venu, mais ce sera MON choix .

JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 21419
Localisation: france du sud
Identité métaphysique: ailleurs
Humeur: paisiblement réactive
Date d'inscription: 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par JO le Dim 30 Jan 2011 - 9:33

le bébé est une personne... le vieillard aussi !

JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 21419
Localisation: france du sud
Identité métaphysique: ailleurs
Humeur: paisiblement réactive
Date d'inscription: 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 9:37

JO a écrit:Bernard, tu me fais froid dans le dos! Vous chosifiez cette malade qui est niée dans ses volontés et souhaitez décider à sa place d'abréger VOS inconforts! Mon Dieu! je vais voter contre la légalisation de l'euthanasie.
Ce serait oublier que la légalisation de l'euthanasie repose sur le choix du malade, et non sur celui de son entourage.
Laissez-nous vivre notre mort, si vous nous respectez. Rendez-nous le statut d'humain.
C'est ce que propose justement le libre-choix en matière d'euthanasie : laisser vivre la mort d'autrui selon son souhait.
Débrancher : euthanasie passive . Elle rend la mort terrible.
L'euthanasie active, par contre, rend la mort douce.
Calmer, endormir, sédater ... et entourer d'amour . Mon voeu d'octogénaire candidate proche du bout, c'est celui-là.
Dans quel cas, ton voeu doit être respecté, mais celui de ceux qui demandent l'euthanasie doit AUSSI être respecté.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par JO le Dim 30 Jan 2011 - 9:41

Tu as raison, Mag. Mais les dérives sont inévitables et, de se sentir un tel boulet pour son entourage, quel parent ne demanderait à en finir ? Il faut protéger les mourants de ça, aussi .
J'ai refusé, pour ma mère, un essai thérapeutique de dernière heure, et l'équipe médicale m'a approuvée, reconnaissant que ça prolongerait sans espoir de rémission valable .Elle souffrait beaucoup et à l'époque, on était impuissant devant la douleur cancéreuse . Mais on ne lui a pas demandé son avis , et ça me laisse une culpabilité .
Peut-on légiférer sur ce point ? Chaque cas est unique ...


Dernière édition par JO le Dim 30 Jan 2011 - 9:47, édité 1 fois

JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 21419
Localisation: france du sud
Identité métaphysique: ailleurs
Humeur: paisiblement réactive
Date d'inscription: 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 9:42

Leleu a écrit:Il y a de quoi craindre une légalisation de l’euthanasie avec des grandes âmes comme la votre !
Non, pas du tout. Car personne ne peut demander l'euthanasie pour quelqu'un d'autre.
Ce doit être le choix du patient lui-même.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 10:01

Magnus a écrit:
Lila a écrit:Seule sa foi chrétienne l'empêche d'accepter l'euthanasie alors qu'elle la réclame souvent.
Cette contradiction m'interpelle.
Comment l'expliques-tu dans ce cas bien précis ?
Une foi lui permettant de supporter son épreuve malgré son souhait de mort douce ?
Ou la crainte de se trouver en état de péché ?
Un tiraillement entre ses propres convictions (l'euthanasie) et celles de sa religion ?...?
Elle perd la mémoire instantanée, mais retrouve peu à peu ses réflexes et imprégnations de sa jeunesse.
Elle avait pris de la distance par rapport à la religion, se rendant très bien compte que c'était un "pari de Pascal", mais elle est revenue à ses anciennes peurs de l'enfer, profondément ancrées dans son inconscient. C'est donc une peur impossible à raisonner.

C'est quelque chose dont on ne se rend pas compte quand on dispose encore de toute sa tête, mais dès que la démence sénile* s'installe, ce n'est plus le cas. Cela ne simplifie pas la situation !

Elle est littéralement torturée par cette contradiction entre son désir de mourir (elle n'a plus aucun plaisir à attendre de la vie, au contraire: son déclin s'annonce terrible), et le réflexe de survie, doublé de cette interdiction de supprimer la vie.
Si elle n'avait pas cette peur de l'enfer ancrée en elle, je suis sûre qu'elle pourrait raisonner son choix: et il serait sans doute de continuer à vivre en faisant son possible pour s'entretenir. Au lieu de cela, c'est la dépression et le laisser aller qui la mène à la dépendance totale, qu'elle ne supportera pas.
J'ai beaucoup de mal à gérer cela, parce que "à sa place je ferais ceci et cela", mais je ne suis pas à sa place, je dois l'accepter comme elle est et la soutenir un maximum.

Je suis "pour" l'euthanasie médicale mais je serais incapable, dans le cas de maman, de la demander.
Pour ma part, quand j'aurai l'impression que ma vie sera finie, je me laisserais mourir discrètement. Mais je fais tout pour retarder ce moment, rester active, trouver des raisons de vivre. Même privée de mes mouvements, je pense encore en trouver. Mais c'est sans compter la détérioration des possibilités mentales !
J'espère même arriver à un niveau de contrôle de mon corps qui me permettra de décider moi-même de "partir", de façon consciente et non violente. Ca, c'est vraiment la mort que je souhaite: partir après l'avoir décidé, en pleine conscience: j'aimerais ne pas rater ce grand moment.

@JO
Ma maman a aussi fait ce choix en toute conscience: elle avait pourtant deux possibilités de vivre chez un de ses enfants.
Je le ferai aussi, mais comme toi, je ferai tout pour retarder ce moment.
Ma maman n'a pas reçu une éducation qui l'incite à s'occuper d'elle: c'était considéré comme de l'égoïsme. Elle se laisse donc complètement aller, et sera bientôt dans une chaise roulante alors qu'elle n'a pas de problème qui le justifie. C'est affreux. Si elle se rendait compte qu'elle dépendra des autres même pour aller à la toilette, elle aurait un sursaut de désespoir qui la ferait certainement accepter ce kiné qu'elle refoule" et les séances du gymnastique (qu'elle zappe). Mais son état mental et sa dépression permanente l'en empêchent... Et aussi une très grande paresse naturelle, elle l'avoue elle-même. Elle le paie très cher !!!




* la démence sénile est une perte progressive des capacités mentales, par "grignotage" du cerveau à cause de micro-tromboses, ou de détérioration des tissus autour de celles-ci. Les effets dépendent de l'endroit où ces détériorations se produisent.


Dernière édition par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 10:03, édité 1 fois

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 10:02

JO a écrit:Tu as raison, Mag. Mais les dérives sont inévitables et, de se sentir un tel boulet pour son entourage, quel parent ne demanderait à en finir ?
Les médecins savent faire preuve de discernement. Ils sont capables de distinguer entre une vraie demande d'euthanasie et une fausse. La demande d'euthanasie pour raison de "patient-boulet" ne tiendrait pas longtemps la route et la personne serait déboutée dans sa demande.
Sauf, bien sûr, si elle a rempli le testament de vie de l'Admd et manifesté par écrit son choix de l'euthanasie plusieurs années auparavant, avec signature de deux témoins, comme cela se pratique en Belgique. Là, les médecins ont la preuve qu'il s'agit bien de la volonté du patient.
Bien sûr, une demande d'euthanasie peut se faire aussi oralement sans avoir jamais rempli de papiers, mais cette seule demande, je le répète, sans preuves écrites enregistrées à l'Admd et à la Commune (la Mairie), sans vignette de l'Admd dans le porte-feuille à côté de la carte d'identité, sera vite discernée par les médecins comme résultant d'une philosophie de fin de vie personnelle au patient, ou, au contraire, comme soufflée par l'entourage ou comme simple volonté de ne pas le faire souffrir.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Jipé le Dim 30 Jan 2011 - 10:07

Lila:
Si elle n'avait pas cette peur de l'enfer ancrée en elle, je suis sûre qu'elle pourrait raisonner son choix:
Merci à la religion...

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés
Cervantes

Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages: 22003
Localisation: sud est
Identité métaphysique: Athée, Anticlérical et pour 2014 ; "Le mourant dit qu'il va aller compter les étoiles et qu'il reviendra quand il les aura toutes comptées" Proverbe tahitien
Humeur: Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription: 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 10:08

Magnus, je partage ton point de vue.
Mais comment discerner qu'une personne ne demande pas l'euthanasie pour une souffrance passagère ? Il y a des cas de guérison suivis de vie heureuse...
Comment justifier qu'un patient demande l'euthanasie "librement" alors qu'il ne dispose plus de toutes ses facultés mentales ???

Je ne parle pas de la belle mère de Bernard, qui a 106 ans, évidemment !

Mais pour une personne de 70, voire 80 ans ???

Ne vaut-il pas mieux prendre les devant beaucoup plus tôt, déclarer qu'on demandra l'euthanasie dans tel et tel cas ?

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 10:11

Jipé a écrit:Lila:
Si elle n'avait pas cette peur de l'enfer ancrée en elle, je suis sûre qu'elle pourrait raisonner son choix:
Merci à la religion...
J'ai évidemment la même réaction, mais elle dira aussi merci à la religion qui l'a protégé de beaucoup de faux-pas, l'a aidé à supporter des épreuves, lui a procuré des moments de joie intense, etc...
Je la voyais encore à la sortie de la messe hier, rayonnante. Je pense que c'est un de ses plus grands bonheurs.

Il ne faut pas voir QUE le négatif.
Quoique comme toi, je suis sûre qu'il serait possible de trouver quelque chose qui puisse apporter le positif sans le négatif. Rien ne vaut la lucidité assortie d'optimisme...

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Jipé le Dim 30 Jan 2011 - 10:23

Lila a écrit:
Jipé a écrit:Lila:
Si elle n'avait pas cette peur de l'enfer ancrée en elle, je suis sûre qu'elle pourrait raisonner son choix:
Merci à la religion...
J'ai évidemment la même réaction, mais elle dira aussi merci à la religion qui l'a protégé de beaucoup de faux-pas, l'a aidé à supporter des épreuves, lui a procuré des moments de joie intense, etc...
Je la voyais encore à la sortie de la messe hier, rayonnante. Je pense que c'est un de ses plus grands bonheurs.

Il ne faut pas voir QUE le négatif.
Quoique comme toi, je suis sûre qu'il serait possible de trouver quelque chose qui puisse apporter le positif sans le négatif. Rien ne vaut la lucidité assortie d'optimisme...
Etant croyante, ta mère devrait se réjouir de rejoindre son Seigneur dans qqs temps, c'est qd même le but de croire en Dieu, non ?
Un non croyant se dit, qu'à sa mort, tout s'arrête et qu'il n'y a rien après, n'est-ce pas plus rassurant que de trembler devant un supposé enfer ou purgatoire ?
Une demande d'euthanasie pour un croyant, n'est-ce pas là une demande impossible, car assimilable au suicide et donc interdit ?

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés
Cervantes

Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages: 22003
Localisation: sud est
Identité métaphysique: Athée, Anticlérical et pour 2014 ; "Le mourant dit qu'il va aller compter les étoiles et qu'il reviendra quand il les aura toutes comptées" Proverbe tahitien
Humeur: Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription: 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 10:49

Jipé a écrit:Etant croyante, ta mère devrait se réjouir de rejoindre son Seigneur dans qqs temps, c'est qd même le but de croire en Dieu, non ?
C'est précisément ce qu'elle souhaite ardemment, mais sa fin de vie misérable peut encore durer 15 ans et même plus: on vit vieux, dans la famille.
Jipé a écrit:Un non croyant se dit, qu'à sa mort, tout s'arrête et qu'il n'y a rien après, n'est-ce pas plus rassurant que de trembler devant un supposé enfer ou purgatoire ?
tout dépend du point de vue. Je partage ton avis: cette perspective ne m'angoisse pas du tout, mais d'autre la trouveront insupportable.
Je me contente de la trouver "illogique", contraire aux lois de la Nature (à commencer par la première loi de la thermodynamique, qui est peut-être une des lus importantes !)
Jipé a écrit:Une demande d'euthanasie pour un croyant, n'est-ce pas là une demande impossible, car assimilable au suicide et donc interdit ?
exactement.
Il y a l'interdiction de "supprimer une vie" (tu ne tueras point), mais aussi le dolorisme qui attribue une utilité aux souffrances (même si on ne sait pas laquelle), et une idée (que je trouve limite sadique) selon laquelle elle peut ouvrir les yeux, si pas de la personne souffrante, mais de son entourage (ex: l'inciter à la compassion, mais c'est plutôt l'inverse qu'on constate ! L'abandon pur et simple de beaucoup de "vieux" !)

Je me raccroche au bouddhisme, dont le premier but est de se libérer de la souffrance, en commençant par les souffrances "psychologiques" dont ma maman est l'illustration. Je ne dois pas aller loin pour observer en pratique ce qui est enseigné ! (Cela ne me console pas, mais cela m'aide quand même un peu à comprendre le mécanisme de l'augmentation de la souffrance à cause d'une certaine ignorance).

C'est l'enseignement qui propose les solutions les plus réalistes à la souffrance et à l'injustice. Beaucoup de souffrances sont évitables.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 10:51

Lila a écrit:Magnus, je partage ton point de vue.
Mais comment discerner qu'une personne ne demande pas l'euthanasie pour une souffrance passagère ? Il y a des cas de guérison suivis de vie heureuse...
Le Critère, pour la loi belge, et pour la loi luxembourgeoise et hollandaise, est la grande souffrance et l'incurabilité.

Comment justifier qu'un patient demande l'euthanasie "librement" alors qu'il ne dispose plus de toutes ses facultés mentales ???
La même loi exclut toute demande de la part de malades sachant encore s'exprimer mais ne disposant plus de toutes leurs facultés mentales.
Sauf si dans son Testament de vie, la personne, quand elle avait encore toutes ses facultés, a rempli le volet concernant ses volontés relatives au traitement.
Malgré cela, la démence sénile et la maladie d'Alzheimer ne sont pas prises en compte.
Si l'écrivain belge Hugo Klaus, atteint d'Alzheimer, a tout de même réussi à bénéfier d'une mort douce, c'est parce qu'il est parvenu à faire sa demande entre le moment du diagnostic et la perte de ses facultés, soit dans la courte période précédant le basculement. Cela relèverait de la prouesse ou de la chance, s'il n'avait été suivi pas à pas par un médecin qui a su lui dire exactement quand il pourrait faire sa demande de manière à ce qu'elle soit reconnue comme légale.
Ne vaut-il pas mieux prendre les devant beaucoup plus tôt, déclarer qu'on demandera l'euthanasie dans tel et tel cas ?
Bien sûr ! Il faut prendre les devant le plus tôt possible.
Sauf qu'il ne faut pas se bercer d'illusions : les cas qui ne sont pas vraiment prévus par la loi ont peu de chances d'aboutir.
Et comme le libre-choix inclut aussi celui du médecin, il faut choisir un médecin généraliste acceptant ton Testament, et, ensuite, plus tard, quand la maladie incurable sera là, une clinique non catholique.
Certes, le libre-choix pour le médecin est à entendre dans le sens que ses convictions personnelles lui laissent le choix de ne pas pratiquer l'euthanasie sur un patient le lui demandant, mais aussi dans le sens qu'il doit faire parvenir cette demande à un confrère susceptible, lui, de l'accepter. Ce que la plupart ne font pas.
Quant au patient qui choisit les soins palliatifs et qui, plus tard, change de choix et demande l'euthanasie, il ne sera généralement pas exaucé, les unités de soins palliatifs, d'obédience chrétienne, se refusant de cautionner l'euthanasie.

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Magnus le Dim 30 Jan 2011 - 11:07

Lila a écrit:Je la voyais encore à la sortie de la messe hier, rayonnante. Je pense que c'est un de ses plus grands bonheurs.
Il ne faut pas voir QUE le négatif.
Quoique comme toi, je suis sûre qu'il serait possible de trouver quelque chose qui puisse apporter le positif sans le négatif. Rien ne vaut la lucidité assortie d'optimisme...
J'ai entendu parler du cas d'une malade délivrée, profondément croyante, qui, juste avant l'euthanasie, s'est réjouie de partir enfin à la rencontre de son Dieu, un Dieu capable, pour elle, de comprendre sa demande.
Elle avait d'ailleurs demandé à ce qu'un prêtre soit près d'elle.
Deux-trois prêtres ont refusé, mais le quatrième a accepté.
Elle a ainsi bénéficié à la fois de la mort douce et d'un secours spirituel.
A méditer... .

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Salut Invité. Si tu n'y as pas encore participé, je t'invite ici à un sondage sur la dépénalisation de l'euthanasie.
Pour visiter notre site interactif, clique sur le bouton web de mon profil ou sur la page d'accueil.

Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages: 21822
Localisation: Wallonie
Identité métaphysique: Atypique
Humeur: Lunatique
Date d'inscription: 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Acharnement thérapeutique

Message par Lila le Dim 30 Jan 2011 - 11:08

La même loi exclut toute demande de la part de malades sachant encore s'exprimer mais ne disposant plus de toutes leurs facultés mentales.
or leur souffrance est terrible. Il n'y a pas que la souffrance physique !

Ma maman est très lucide, c'est insupportable de l'entendre dire "je vois mon esprit partir en lambeaux". Les seules personnes qu'elle reconnaît encore sont quelques soignants, et ses enfants. Ses petits enfants, plus du tout. A chaque visite, elle dit "raconte moi des détails de tout le monde, ne te contente pas de dire "ils vont tous bien".
Je me suis rendue compte un jour que c'était pour elle le moyen de se remémorer ses petits enfants.
J'ai essayé de me mettre à sa place: me réveiller dans un endroit inconnu: quelle angoisse ! Puis, elle regarde: ah, ça sont les meubles de la mer (ils viennent de son petit studio), là il y a la fenêtre (elle est en effet au même endroit, avec aussi un grand immeuble qui bouche la vue). Donc elle se rassure en se disant qu'elle est à la mer, et c'est d'ailleurs ce qu'elle nous dit souvent.
Puis entre un homme noir (il y a beaucoup d'africains dans les soignants), qui lui apporte des pilules. Terreur ! Un bandit qui veut m'empoisonner ! Elle s'affole, appelle au secours, téléphone à la police, perd complètement les pédales ...
Ce n'est PAS DROLE DU TOUT !!!! C'est une terrible souffrance !
Comme elle perd la mémoire, elle n'ose plus se promener: après 100 mètres, elle ne sait plus où elle est, ce qu'elle fait... elle est perdue... Parfois, elle avait pris le tram jusqu'au terminus, et la police la ramenait, jusqu'au moment où elle a été interdite de sortie. Re-crises d'angoisse: "on m'enferme"...

Tout cela UNIQUEMENT parce qu'elle perd la mémoire.
Le processus est irréversible, elle deviendra un légume après des souffrances croissantes, ne nous reconnaîtra plus (elle mélange déjà nos noms).

La question se pose vraiment pour comparer des souffrances physique et morales, non ?

Magnus, tu m'incites à entamer les démarches. Y a-t-il un site qui renseigne la marche à suivre ? Je vais déterminer le conditions, et les confirmer régulièrement. Je ne suis pas suicidaire, et je gère bien ma santé, mais on ne sait jamais. Pouvoir choisir le moment de sa mort en toute conscience, sans être désespéré me paraît être une liberté tellement précieuse que je suis sûre (dans mon cas) de me contenter de ne PAS prendre cette décision trop tôt. Le seul fait de savoir que l'on peut choisir est infiniment rassurant.

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages: 6327
Localisation: .
Identité métaphysique: .
Humeur: .
Date d'inscription: 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum