juifs messianiques

Aller en bas

juifs messianiques

Message par drif le Mer 7 Mai 2008 - 13:57

Quand des juifs célèbrent la résurrection de Jésus-Christ

Quand des juifs réconcilient Pâque et Pâques, c’est le christianisme et le judaïsme qui en prennent un coup. 400 000 juifs chrétiens de par le monde, dont 15 000 en Israël, créent une nouvelle donne riche en questions pour les temps futurs, et d’abord en Israël.


L’événement est passé inaperçu, comme l’envol d’un papillon : dimanche 20 et lundi 21 avril étaient les dates de la Pâque juive, que les juifs nomment Pessahh (la semaine de la Pâque se termine le 27 avril). Le quinzième et seizième jours du mois de Nissân (calendrier hébreu), l’ensemble du monde juif commémore l’épopée biblique de la fin de l’esclavage et de la sortie d’Égypte. C’est sans doute la fête religieuse juive la plus connue au monde, et l’une des fêtes les plus observées par les juifs, qu’ils soient pratiquants ou non. L’une des plus observées parce que, un peu comme Noël dans le monde chrétien, la fête de Pessahh renforce les liens familiaux. La plus connue au monde, parce qu’elle rappelle l’identité commune des israélites fondée sur la liberté que « le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob », comme l’affirme à répétition le texte biblique, leur accorda, des griffes de pharaon et en leur permettant de traverser la mer Rouge. Famille et identité juive. Quelle belle histoire, n’est-ce pas ? Qui ne se repasse pas en mémoire des scènes du superbe péplum Les Dix commandements en y pensant ?


Eh bien, à en croire certains juifs, il faudra ajouter à ces scènes des Dix commandements quelques tableaux de la Renaissance, ou si l’on préfère, quelques scènes de cinéma. Non pas des fresques de l’Ancien Testament, mais bien du Nouveau. Celles de la résurrection de Jésus-Christ. En effet, ils sont plusieurs dizaines, sans doute plusieurs centaines de milliers de juifs à célébrer la fête de Pessahh aussi comme la commémoration juive de la résurrection de Jésus. Oui : ils sont juifs et en même temps chrétiens. Appelez-les « juifs messianiques », c’est comme cela qu’ils se dénomment. Avec plus de 400 congrégations de par le monde aujourd’hui, leur nombre était estimé en 2003 au total à plus de 400 000, alors qu’un journal israélien évaluait leur nombre en Israël à 15 000 en septembre dernier. Loin d’être négligeable. Ces juifs de foi chrétienne revendiquent leur judaïté et en même temps déclarent que Jésus de Nazareth est bien le Messie promis au peuple juif, qu’il est ressuscité conformément aux prophéties de la Torah et qu’il est le Sauveur envoyé par Dieu. Ils lisent fidèlement le Nouveau Testament.


Ces juifs chrétiens, en croissance régulière, rappellent même à qui ne veut pas l’entendre que la foi chrétienne est née en milieu juif et s’est d’abord adressée aux israélites avant de toucher les non-juifs, même si ces derniers se sont appropriés tant le christianisme que son héritage judaïque. Et cela dérange. Cela dérange chez les juifs, qui refusent pour les conservateurs de reconnaître les juifs messianiques en tant que juifs, affirmant qu’« adopter la foi chrétienne, c’est franchir la frontière qui fait sortir de la communauté juive », dans une déclaration formelle du rabbin conservateur Jonathan Waxman en 2006. Les mouvements plus libéraux (juifs réformés et reconstructionnistes) se montrent très critiques devant le phénomène et les méthodes d’évangélisation qui a quasiment décuplé le nombre de juifs chrétiens entre les années 1960 et les années 2000. Il apparaît clair, pour certains juifs, que le judaïsme est absolument incompatible avec le christianisme, ce qui a valu à plusieurs lieux de culte messianiques en Israël d’être les cibles de vandales hassidiques (juifs orthodoxes, très conservateurs) en janvier 2007.


Mais il y en a certains que cela ne dérange pas - que du contraire. La conversion des juifs au christianisme est une espérance nourrie depuis des siècles par l’Église catholique romaine et par pratiquement toutes les tendances du protestantisme. Et si l’on se souvient que l’Église de Rome a en son temps exercé de très fortes pressions pour amener les juifs à la conversion, entraînant ainsi un exode massif de ceux-ci au Maghreb et en Orient, on a du mal à savoir si le Vatican se réjouit réellement de la conversion de milliers de juifs à la foi chrétienne lors de ces dernières décennies. En effet, la quasi-totalité des juifs messianiques sont convertis au protestantisme évangélique. L’attachement des confessions évangéliques au texte de la Bible, leur méfiance a priori vis-à-vis des grandes structures et institutions religieuses, la centralité qu’ils accordent au Christ dans leur foi, font sans doute partie des caractéristiques qui ont rendu favorable la conversion de certains juifs, qui pour devenir chrétiens n’avaient pas à adhérer à une Église en particulier. Dans ce cas, pour un juif, il ne s’agit pas tant de devenir chrétien mais d’être un « juif accompli » (comme certains messianiques se dénommaient). Il n’en fallait pas plus pour faire jubiler de nombreux protestants, en particulier évangéliques et aux États-Unis, au point d’influencer lourdement l’opinion évangélique américaine en faveur d’un soutien à l’État hébreu d’Israël. Un développement historique qui peut surprendre : à rebours de l’histoire relativement judéophobe de l’Église catholique et de certaines tendances protestantes, les confessions de type évangélique s’orientent plus vers la judéophilie. Avec des implications sociologiques plutôt claires, comme une sympathie a priori envers la culture juive et les juifs en général, voire envers l’État hébreu ; et parfois des implications politiques, comme un soutien géopolitique envers l’État d’Israël, même si c’est en réalité surtout le cas de certaines confessions évangéliques plutôt que d’autres.


Mais la question qui reste à poser nous ramène en terre d’Israël, où les messianiques auraient atteint les 15 000 sur 17,2 millions. Dans un article de septembre 2007, le magazine israélien anglophone Kivun, qui révélait ce chiffre, affirmait que « les juifs messianiques qui sont citoyens israéliens ont le potentiel d’influencer grandement la nation d’Israël en tant que groupe en pleine expansion ». Ce qui excite les interrogations quant aux liens internationaux que les messianiques peuvent avoir tissés, à leurs opinions politiques et à leur acceptation dans une vie politique et une opinion publique israélienne qui, alimentée par les biais confessionnels juifs, ne leur donne pas nécessairement bonne figure.


Au milieu des atavismes juifs méfiants envers le christianisme, et des atavismes musulmans méfiants envers les juifs, la donne messianique risque dans les années futures de complexifier encore les relations interreligieuses, pour le pire ou pour le meilleur, tant en Israël que dans le monde - mondialisation oblige. Lorsque des juifs célèbrent la résurrection du Christ à Pessahh, c’est en réalité bien plus plus qu’une simple bizarrerie. Peut-être un signe des temps ?

link : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=39066

drif
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 307
Localisation : France
Identité métaphysique : Chrétien
Humeur : raisonnable
Date d'inscription : 01/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum