La souffrance est elle une nécessité ?

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _Varuna le Ven 18 Mar 2011 - 22:18

Si on souffre est qu'on supprime le désir de vivre, alors il reste quoi? On se suicide?
Je te conseil de lire l'histoire du 14eme Bouddha gautama et de comprend pourquoi la mortification n'est pas la solution.Il y a un sens plus profond au mot désir. C'est l'attachement au objet des sens qui créer la souffrance. Ton coeur bat pas selon ton désir. Alors Bouddha a eu l'idée d'éliminé le désir. C'est son point de vue.
Amicalement

_Varuna
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Jipé le Ven 18 Mar 2011 - 22:32

Lila:
La souffrance est un mal qu'il faut supprimer, en remédiant à ses causes et en soulageant la personne qui souffre. Il n'y a pas d'exception à cette règle.
entièrement d'accord, c'est du bon sens Humaniste!

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 25409
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2017 Papy !!
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _Varuna le Ven 18 Mar 2011 - 22:34

Jipé a écrit:Lila:
La souffrance est un mal qu'il faut supprimer, en remédiant à ses causes et en soulageant la personne qui souffre. Il n'y a pas d'exception à cette règle.
entièrement d'accord, c'est du bon sens Humaniste!
Salut Jipé

Lila et toi etes de la communauté humaniste?
Amicalement

_Varuna
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Invité le Ven 18 Mar 2011 - 22:45

Varuna a écrit:Je te conseil de lire l'histoire du 14eme Bouddha gautama et de comprend pourquoi la mortification n'est pas la solution.Il y a un sens plus profond au mot désir. C'est l'attachement au objet des sens qui créer la souffrance. Ton coeur bat pas selon ton désir. Alors Bouddha a eu l'idée d'éliminé le désir. C'est son point de vue.
Amicalement
je n'ai jamais dit que la mortification était la solution. Surtout que c'est s'infliger une souffrance pour mieux ce tourner vers Dieu. Pour les non croyant ça sert un petit peut à rien.
Je trouve pas bête l'idée du 14ème bouddha juste qu'elle a des limites.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _Varuna le Ven 18 Mar 2011 - 23:37

Il y a souffrances et souffrances.
Certaines souffrances, loin de nous grandir, nous diminuent... .
Je suis de cette avis aussi, mais contrairement au plaisir, la souffrance n'est pas convoité. Alors la souffrance devient une voie d'élevation, vu qu'on a touché le fond. On ne peut que remonter. (Certain reste dans les bas fonds effectivement)
Au contraire le plaisir est un feu qu'il faut entretenir; a l'image du désir : trou sans fond... une voie de régression.
Amicalement

_Varuna
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par ElBilqîs le Ven 18 Mar 2011 - 23:44

Ladysan, c'est exactement ce que je voulais dire.

Magnus, bien sûr, Mais je crois que le sujet n'est pas la souffrance ignoble des gens en fin de vie pour lesquels on ne peut rien faire, sinon s'efforcer d'abréger leurs souffrances

Varuna, tu places la souffrance au niveau du désir, c'est une autre façon d'examiner le problème, très intéressante, car cette souffrance là, on peut effectivement la combattre en jugulant nos désirs.

Effectivement, si je souffre parce que je n'ai pas la jolie robe que je vois en vitrine ( ou la chance d'avoir un mari merveilleux comme celui de la voisine...) Je peux apprendre à regarder les choses autrement pour ne plus souffrir de ce désir! (en fait, j'ai un peu de mal à imaginer ça, je crois que je n'ai pas eu vraiment besoin de la sagesse du Bouddha pour apprendre le détachement.

Mais il est difficile d'éliminer tout désir matériel ( le désir de vivre ne se situe pas sur ce plan, à mon avis)... et par conséquent, l'homme continuera de souffrir!
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Invité le Sam 19 Mar 2011 - 0:06

Ladysan a écrit:
Il y a aussi les souffrances psychiques silencieuses, celles que l'on aime pas montrer sachant que l'autre ne veux pas les voir, ni les entendre...On en arrive presque à les oublier à force d' écouter celles des autres. Jusqu'au jour ou une simple égratignure les réveillent...
Quant à la souffrance physique, l'autre est toujours désarmé, impuissant, alors, il compatit, et puis s'enfuit. Comme si la souffrance de l'autre nous faisait peur.
Les souffrances psychiques silencieuses c'est-à-dire?
Quant à la souffrance physique. Je comprends pas trop le fait de fuir son ami. Par exemple si votre amie se fait battre par son mari à la vue de ses bleues vous allez la fuir?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Opaline le Sam 19 Mar 2011 - 0:18

ElBilqîs
si je souffre parce que je n'ai pas la jolie robe que je vois en vitrine ( ou la chance d'avoir un mari merveilleux comme celui de la voisine...)
Il y a ça mais ça va au-delà quand-même !
Le Bouddha voyait la misère qui était autour de lui.
Il a proné le détachement qui est une acceptation de la situation dans laquelle on se trouve, comme une sorte de fatalisme.
Parce qu'il n'y avait pas d'autres solutions, à ce moment là !

Pour l'être comblé, Bouddha était là, aussi !

Opaline
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3483
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _Varuna le Sam 19 Mar 2011 - 0:57

Effectivement, si je souffre parce que je n'ai pas la jolie robe que je vois en vitrine ( ou la chance d'avoir un mari merveilleux comme celui de la voisine...) Je peux apprendre à regarder les choses autrement pour ne plus souffrir de ce désir! (en fait, j'ai un peu de mal à imaginer ça, je crois que je n'ai pas eu vraiment besoin de la sagesse du Bouddha pour apprendre le détachement.
Ces sujets psychologiques sont proche de la philosophie.
Extrait de wiki : Le désir est un effort de réduction d'une tension issue d'un sentiment de manque et en ce sens, on ne désire que ce dont on manque. Quand on a trouvé des objets ou des buts considérés comme une source de satisfaction, on va tendre vers eux. Le désir est tantôt considéré positivement puisque l'on considère l'objet désiré comme source de plaisir ou de contentement, voire de bonheur et tantôt considéré négativement comme une source de souffrance, une forme d'insatisfaction.

Amicalement
Selon Platon, la seule chose éminemment désirable est la vérité. Mais ce désir qui est à la source de la connaissance ne partage absolument rien avec ces mauvais désirs qui naissent de l’union de l’âme avec le corps. Or, tout ce qui assaille le corps, les maladies, les désirs, les craintes, etc. nous « remplissent » dit Platon, à tel point qu’aucune pensée ne devient plus possible. Ce qu’exige de nous notre corps (qui nous tient par là en esclavage), c’est la possession de biens. Or ceux-ci étant l’objet de nombreuses convoitises entraînent des guerres et des batailles sans fin. Mais même si nous parvenons à un certain état de tranquillité, même si plus rien d’extérieur à nous semble pouvoir entraver notre recherche du vrai, il semble que les désirs du corps ne puissent se taire. C’est ainsi que Platon en vient à conclure, et tel est le thème du célèbre mythe de la caverne, que le seul moyen pour l’homme de parvenir à la vérité, à la contemplation des Idées qui n’ont rien de sensible est de se séparer du corps pour « regarder avec l’âme en elle-même les choses en elles-mêmes ».
http://www.maphilo.net/desir-cours.html

_Varuna
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 576
Date d'inscription : 08/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Thierry le Sam 19 Mar 2011 - 7:54

SOUFFRIR DE SOI.
Le 01/04/2010 à 22:24

J'aurais pu rester paralysé d'une jambe, de deux, boiter pour le reste de mes jours. Et je marche en montagne, je skie, je tronçonne des stères de bois, je ne sens rien, aucune douleur, j'ai connu des rêves étranges, des auras bleutées qui venaient me parler, "laisse la vie te vivre", des impressions soudaines et inconnues, comme quelqu'un qui poserait son coeur dans le mien, comme un ange en moi, une présence bienveillante et confiante, et cet apaisement des larmes chaudes, celle qui coulent parce qu'il y a trop de bonheur et que ça déborde, qu'on ne sait plus où le mettre, qu'on manque d'expérience, j'ai vu des matins aux couleurs naissantes qui ruisselaient en moi comme des sèves nourrissantes, je ne les avais jamais reçus, je ne voyais dans ces cieux lactescents que des jeux de lumière, aucun lien, aucune communion, juste un éblouissement passager, "oh, comme c'est beau", insignifiant regard humain aveuglé de suffisance, des oeillères rigides comme des accoutumances, je restais en moi au lieu de naître cette fois, délivré de cette enveloppe carcérale, il a fallu que la vie rougeoie en moi comme des tisons qui fourragent, que la douleur jusqu'au bout de mes résistances me conduisent à l'outrage d'une mort espérée, il a fallu que je perde toutes les images de cet individu formaté, lacéré de décharges électriques, liquéfié par le magma des fibres enflammées, nuits et jours, jours et nuits, jusqu'à la disparition du temps, jusqu'à la disparition de tous les repères, plus aucune résistance, plus aucun espoir, plus aucune attente puisque le temps n'existait plus, puisque je n'existais plus, puisque le mental avait lâché prise.

Et j'ai vu un matin, j'ai vécu, j'ai plongé au coeur du monde, pas moi, mais cette vie en moi qui fusionnait, j'ai vu ces particules, ce monde que j'ignorais, cette énergie originelle, j'ai pleuré quand elle a plongé en moi, j'ai pleuré quand je me suis éparpillé en elle. Comme une éjaculation d'atomes, un orgasme primitif.

Et puis, je suis revenu au monde des hommes. Peu à peu. Comme s'il était impossible de rester tendu ainsi dans une érection d'univers.
"Laisse la vie te vivre."
J'ai souffert de moi-même, comme un prisonnier réintégrant sa cellule. J'ai frappé les murs, cherché une fissure, ça n'était pas possible, pourquoi ?
"Laisse la vie te vivre."
J'ai prié pour que ça revienne, c'était injuste, tout ça et plus rien, pourquoi ?
Et puis il a bien fallu que je m'habitue. Ca n'était plus là. Mais la souffrance qui m'accompagnait, je l'entretenais, comme une pénitence, dans le secret des silences mensongers, je me disais bien que cette souffrance "on" viendrait m'en délivrer, encore une fois, sinon à quoi bon tout ce chemin, à quoi bon ces révélations ? Le risque d'aimer cette souffrance comme une porte à pousser...Une errance supplémentaire. C'est la vie qui se présentait et j'en aimais l'inverse. Accoutumance du désastre.
A quoi bon ces réléations ?
Mais quelles révélations finalement? Je n'y comprenais rien. Alors j'ai cherché dans les livres. Il devait bien y avoir des compagnons quelque part. Des voyageurs de l'étrange, de l'innommable, de cet insaisissable qui s'était évanoui. J'ai lu, j'ai écrit, j'ai lu, j'ai écrit, j'ai lu, j'ai écrit...Et je n'ai jamais rien compris. Parce que l'intellect n'a rien à faire dans cette dimension d'univers fusionné. Comment le mental pourrait-il comprendre ce qu'il ne peut nommer ? C'est comme vouloir faire écouter une musique qui n'a pas été écrite ? Que pourrait-on jouer ? Mais pourtant la musique existe puisque dans le silence elle résonne en moi. D'où vient-il cet écho infini ? Y a-t-il en nous le bruit de fond de l'univers qui vibre ? Est-ce cela cette musique qui m'éparpille ? Rien à comprendre. Ca n'est pas accessible. Il s'agit juste de le vivre. Téter avidement, goulûment comme un bébé au sein de sa mère. Il n'a pas besoin de comprendre intellectuellement ce qu'il fait.
Je plonge mes yeux dans les yeux de la Terre.


avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Gepeto le Sam 19 Mar 2011 - 9:39

Merci

Gepeto
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 532
Date d'inscription : 07/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par ElBilqîs le Sam 19 Mar 2011 - 10:00

Thierry, tu sais quoi? je t'aime! (non, rassurez-vous, les lecteurs! ce n'est pas une déclaration ! )
Tu as une façon d'exprimer l'indicible, que j'apprécie vraiment! ange
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _L'Olivier le Sam 19 Mar 2011 - 11:28

Thierry a écrit:Mais pourtant la musique existe puisque dans le silence elle résonne en moi. D'où vient-il cet écho infini ? Y a-t-il en nous le bruit de fond de l'univers qui vibre ? Est-ce cela cette musique qui m'éparpille ?
Expériences mystiques !
Tu étais connecté au grand Tout.
Quelqu'un te faisait vivre l'Amour.
Qui ? un ou plusieurs ?
Ca n'a pas d'importance, tu ressentais.
De tout ce que je lis ici, tu es celui qui a une expérience se rapprochant le plus des miennes.
Mais tu es encore à l'étape "Sensation". Un déni est à passer.
La Folie.
Et après bienvenu dans le monde de lumière ....

L'Olivier

_L'Olivier
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3005
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Thierry le Sam 19 Mar 2011 - 12:10

ElBilqîs a écrit:Thierry, tu sais quoi? je t'aime! (non, rassurez-vous, les lecteurs! ce n'est pas une déclaration ! )
Tu as une façon d'exprimer l'indicible, que j'apprécie vraiment! ange

ange
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Thierry le Sam 19 Mar 2011 - 12:50

Olivier, si j'étais resté dans le déni, je ne marcherai pas. La folie, c'était "avant".
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par ElBilqîs le Sam 19 Mar 2011 - 13:02

L'Olivier, souffres-tu d'être un "fou de Dieu"? un fou d'Amour?
Penses-tu que la folie est la seule réponse possible à la souffrance?
La folie n'est-elle pas une souffrance?
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _L'Olivier le Sam 19 Mar 2011 - 14:12

ElBilqîs a écrit:L'Olivier, souffres-tu d'être un "fou de Dieu"?
Je n'aime pas l'expression, elle sous-entend tellement d'idées "malsaines".
Honnêtement, oui. Je me bats pour une idéologie.
Je suis fou car je crois en l'idée d'un monde idyllique où le mal-pensant serait moins puissant.
ElBilqîs a écrit:un fou d'Amour?
Oui, sans conteste.
L'Amour est l"expression de la Vie, mon dieu.
Je la vis intensément. J'aime.
ElBilqîs a écrit:Penses-tu que la folie est la seule réponse possible à la souffrance?
Non.
chaque souffrance nait d'un acte offrant une chance au changement.
La Folie est de s'ouvrir spirituellement à un monde qui souffre.
La souffrance vous envahit. Je suis né ainsi et je vis depuis ainsi.
Il y a une Folie et des folies.
Le monde d'aujourd'hui est fou, tout nous le montre.
Aux yeux du monde, je suis fou.
ElBilqîs a écrit:La folie n'est-elle pas une souffrance?
Non, c'est un état d'esprit.
Ce sont les autres qui ont mal pour toi.
Tu déranges alors il se retranchent dans une "fausse" compassion.
En vérité, il souffre de ce qu'il n'arrive pas à être.
La souffrance n'est pas aimée. La souffrance est haïe.
les gens essayeront toujours de te "guérir" pour s'éviter d'avoir mal, de souffrir.
L'acharnement thérapeutique.
En plus, quand le sujet "paraît" hors norme, décalé, désaxé, délirant, illuminé .... Toute la médecine de la psychiatrie se ment en branle. Si peu de gens savent réellement ce que cela veut dire "être fou".
"La folie est de répéter systématiquement les mêmes actes tout en espérant à chaque fois un résultat différent."
Ceux là sont fous. Je les appelle "crétins".

Tu es une fée ...

L'Olivier

Edit : On n'a que le pouvoir que l'on nous donne.

_L'Olivier
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3005
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Intégraal le Sam 19 Mar 2011 - 14:54

Lolivier a écrit:On n'a que le pouvoir que l'on nous donne.
dans ta phrase qui est ce "on" qui donne?
je préfère dire que je n'ai que le pouvoir que je me donne...(mais bon, on ne parle peut-être pas de la même chose)
avatar
Intégraal
Maître du Temps

Féminin Nombre de messages : 501
Localisation : loin
Identité métaphysique : aucune
Humeur : humour
Date d'inscription : 17/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _L'Olivier le Sam 19 Mar 2011 - 15:01

On, c'est nous.
Tu ne pourra ME faire que ce que JE veux bien que TU me fasses.
La plupart du temps, c'est inconscient.

L'Olivier

_L'Olivier
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3005
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Lila le Sam 19 Mar 2011 - 16:09

Thierry, c'est toujours un bonheur de te lire.
La souffrance qui t'a fait lâcher prise... Serait-ce notre dernier recours pour y arriver, si on n'est pas capable de le faire autrement ?

Les maladie sont aussi des cris du corps, et si on le fait taire en étouffant les symptômes, il criera encore plus fort....

Puissions nous devenir conscients pour que cette souffrance ne soit plus nécessaire !

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Thierry le Sam 19 Mar 2011 - 17:08

Lila a écrit:Thierry, c'est toujours un bonheur de te lire.
La souffrance qui t'a fait lâcher prise... Serait-ce notre dernier recours pour y arriver, si on n'est pas capable de le faire autrement ?

Les maladie sont aussi des cris du corps, et si on le fait taire en étouffant les symptômes, il criera encore plus fort....

Puissions nous devenir conscients pour que cette souffrance ne soit plus nécessaire !

C'est bien pour tenter d'amener les enfants de ma classe vers cette "conscience" que j'essaie de les habituer à observer l'existence avec cette philosophie indispensable. Hier, on a parlé des émotions. C'était beau.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Ladysan le Sam 19 Mar 2011 - 18:12

marine2010 a écrit:
Ladysan a écrit:
Il y a aussi les souffrances psychiques silencieuses, celles que l'on aime pas montrer sachant que l'autre ne veux pas les voir, ni les entendre...On en arrive presque à les oublier à force d' écouter celles des autres. Jusqu'au jour ou une simple égratignure les réveillent...
Quant à la souffrance physique, l'autre est toujours désarmé, impuissant, alors, il compatit, et puis s'enfuit. Comme si la souffrance de l'autre nous faisait peur.
Les souffrances psychiques silencieuses c'est-à-dire? Quant à la souffrance physique. Je comprends pas trop le fait de fuir son ami. Par exemple si votre amie se fait battre par son mari à la vue de ses bleues vous allez la fuir?
Marine, tu n’as pas comprise, ou je me suis mal exprimée. Quand je parle des souffrances silencieuses, je parle de ceux ou celles, qui pour diverses raisons, ont décidés de cacher leur souffrances à leur proches qui ne sont pas forcément responsables des causes de cette souffrances. (On peut souffrir d’autres choses que par amour ou pour des questions d'argents). Je parle des souffrances profondes, celles qui laissent des marques, celles que l'on ne sait même pas exprimer, que l'on n'a pas non pas envie d'exprimer. Ces personnes, ce sont souvent des personnes joviales, conviviales, sociables, qui te montrent une autre facette d'eux-mêmes mais qui, même s'ils lancent des SOS on ne les entend pas. Quant à la souffrance physique, qui t'a dit que je parlais de bleus et de petit ami ? Je soutenais simplement les dires d'Elbi. Nous parlions de la même forme de souffrances. Rien à voir avec des bleus et des petits amis. Chère Marine, nous n'avons pas tous la même approche de la souffrance. En tant qu'ex-aide sénior, je sais de quoi je parle. La personne qui souffre physiquement, ce n'est pas de compassion dont elle a besoins quand on va la voir. La personne qui souffre, ne recherche pas la commisération ou la pitié. Celle qui est en fin de vie, va vouloir parler de la vie, va se poser beaucoup de questions et il va falloir du courage pour lui faire lâcher prise et accepter son sort. Elle souffre, mais elle a aussi envie qu'on la fasse rire, qu'on ne la traite pas comme quelqu'un qui va mourir. Cela ne se fait pas en une seule visite, et tout le monde n'est pas en mesure de vivre les souffrances de l'autre. (Parfois cela dure des mois). De là, la phrase "La souffrance de l'autre fait peur" Et non, rien à voir non plus avec les premiers secours portés à un blessé.
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Age : 66
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Ladysan le Sam 19 Mar 2011 - 18:16

confused Désolée pour les répétions dans mon message précédent. C'est ce qui arrive quand on écris trop vite, et sans se relire.
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Age : 66
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par Ladysan le Sam 19 Mar 2011 - 18:23

Elbiqîs a écrit :
Ladysan, c'est exactement ce que je voulais dire.
Je sais Elbi
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Age : 66
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La souffrance est elle une nécessité ?

Message par _La plume le Sam 19 Mar 2011 - 19:24

Thierry parle vrai et ça se ressent, contrairement à d'autres qui sont encore dans le paraître même spirituel ...

_La plume
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 5987
Localisation : au sud du sud
Identité métaphysique : hérétique
Humeur : c'est selon avec qui
Date d'inscription : 17/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum