Pour toi mon amour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour toi mon amour...

Message par _pandore le Dim 24 Avr 2011 - 8:05

Réflexion sur la peur
Elle arrive à l'impromptue
Sous ces grands airs macabres
Sème le doute en soi et soulève la mort
On ne sais pas bien pourquoi
Ci c'est l'usure ou la cassure
Née d'un passé lourd en blessures
Sous des ciels d'orage
La peur saisi au ventre et fait fléchir le genoux
Elle se joue en mots faiblares et sous l'angoisse de la vie
Elle saisi au ventre et terrasse le coeur
En moite ,les mains de froideur et habille le corps de noir
La peur brise les rêves et nous jette par terre
Elle nous laisse en rade et sur le quai
La peur nous apprend à se dépasser et à faire façe à l'adversité en soi
Sous le voile de la peur qu'aujourd'hui je retire
Comme un linceul trop longtemps porté par une amie d'autrefois
Un vieux morçeau d'ange au tombeau des mes jours de Dieu
Ils ne reviendront plus ses démons et leurs cris ne m'atteigne plus
Mes yeux ont vus le pire aux milieux des enfers
Leurs chants de misères aux temps de jadis n'est que lamentations
Et de la férule que ses gens m'obligaient à porter
Je me décharge de son poids
Sous cette croix trop lourde pour moi que j'enterre dans ce cimetière menteurs
Le sang du sacrifice ne sera pas versé
L'agneau à immolé c'est échappé de cette voie
Si la peur me revient avec ses grands airs
Je lui ferais signe de la main et ce sera un honneur






Dernière édition par pandore le Dim 24 Avr 2011 - 9:03, édité 1 fois

_pandore
EXCLUE DU FORUM

Féminin Nombre de messages : 2182
Localisation : Québec
Identité métaphysique : Femme
Humeur : Simple
Date d'inscription : 23/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour toi mon amour...

Message par _pandore le Dim 24 Avr 2011 - 8:45

Timide
Je suis timide depuis toujours
Dans un coin je me place toujours
Je n'ai pas les mots qu'il faut
Et je me dit tout haut
Fragile et bléssé, j'ai été
Ma vie s'est échappé mais dans un coin ou seule je peux penser j'avance en sureté
Lentement je remonte ,je ne suis pas pressé
J'ai voyagé sous des ciels bleus
Je ne cherche pas les Dieux
Sous la douceur je me berce
Je respire mieux qu'avant et plus profondément
Je suis bien dans ce lieu
J'écoute encore sa voie et son coeur battant
Il est vif argent et soleil printemps
J'apprécie ce moment ou seule ,j'écris
J'adore la vie et sa simplicité
Je n'ai pas beaucoup d'amie mais ils sont de qualité et ils ont
Un coeur gros comme la lune avec des mots juste
L'humilité et la sagesse sont leurs qualités
Chaque voyageur est différent
Je suis du genre solitaire et retiré
Je n'ai pas l'éclat d'un soleil
Mais la splendeur de l'amour
Sensible et à fleur de peau
Je suis du regard l'oiseau qui vol
Peut importe où il se trouve, il est toujours beau
Et Sa maison n'a pas de nom
Je suis née dans un champs de blé
On m'a envellopé d'une couverture
Puis apporté sous une nouvelle toiture
Portes et fenêtres ouvertes et sous le chant des oiseaux ma nouvelle mère m'a prise
Des mains étrangères qui me berçaient sous de petits baisés tendres, laissé sur ma peau en cadeau
Je suis fier de cette première mère car c'est elle qui a mise en moi,tout cette amour
Je l'ai compris aux fils du temps car je n'étais pas comme les autres enfants de la maison
Son calme m'habite à présent et je vie encore sa rose d'amour
Je suis reconnaissante à la vie
Car sans elle j'aurais périt
Tu as eu un coeur d'or maman et tu as su mettre en moi le plus grand des trésors
C'est beacoup mieux que l'or
De toi qui vibre encore en moi

_pandore
EXCLUE DU FORUM

Féminin Nombre de messages : 2182
Localisation : Québec
Identité métaphysique : Femme
Humeur : Simple
Date d'inscription : 23/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour toi mon amour...

Message par _L'Olivier le Dim 24 Avr 2011 - 9:41

La Vie
File dans le Temps
les goussets sont nos vies
Les brins sont nos destins
Il se mêlent et s'entremêlent
Un brin casse aussitôt remplacé par le suivant
La fileuse laisse aller le fil du destin
elle se contente de regarder et conserver le sens
le défilement, le sens du destin
a peine, les brins sont ils relevés
enlevés que leur place est déjà vue
Le fil sait quand le brin sera là
La fileuse ne sait pas, elle se contente de regarder
le brin connait son début
le brin attend sa fin
le brin casse sous la traction trop forte
la filière guide mais elle use aussi
c'est elle qui redresse les torts
c'est elle qui élime les bords
C'est elle qui fragilise le brin

Le touret est le Temps
La filière est la nature
le fil est la Vie
le brin est ta vie
La fileuse est l'Amour

La moto est tueuse
engin de mort
engin désirée
machine de guerre
surpuissance mécanistique
elle emmène l'envie, le désir
la griserie, l'enivrement, la saoulerie
l'adrénaline, l'endomorphine
la drogue
Nous nous droguons pour vivre
pour bruler ...
La petite chandelle s'éteint vite sous l'effet de l'activateur
Le stock de vie est mince
Il est précieux
il est un
Que fais tu de ta vie ?
Comment vis tu ?
Quelle mort choisis tu ?

Olivier a le vague à l'âme
Il est triste
Il avait prévenu le jeune homme
Il avait essayé de lui dire
le jeune s'est cru fort
le jeune s'est cru invincible
le jeune homme s'est cru raisonnable
le jeune homme était aveugle
le jeune homme était fragile
le jeune homme était inconscient

Pandore, mon amour
Merci
Merci de m'aimer
de me montrer que l'espoir existe, qu'il vit
Merci d'être ici, d'être en vie
Merci d'être envie.
Pandore, je t'aime

_L'Olivier
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 3005
Date d'inscription : 26/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum