Se-dépenser

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Se-dépenser

Message par Thierry le Mer 11 Mai 2011 - 8:23

« Vérifie toujours que tes pensées, tes choix, tes décisions et tes actes, sont à l’image de la personne que tu es et que tu veux être. »



Une réflexion en classe sur cette attitude qui consiste à trouver en soi ce « maître intérieur », à ne pas se contenter d’une surveillance extérieure, celle de l’adulte qui installe et impose des barrières qu’on ne saisit pas réellement.

Une réflexion sur cette pensée qui précède tout le reste et cette émotion qui suit la pensée, qui n’existe que dans l’ombre de cette pensée, qui se nourrit d’elle et est dès lors corrompue…



De très nombreuses situations identifiées par les enfants dans leur vie quotidienne. Des pensées qui les assaillent et déclenchent des émotions très puissantes, l’abandon de l’individu à ces émotions comme si elles devenaient le maître d’équipage, plus aucune observation de soi, une dérive, une acceptation de ce bouillonnement intérieur qui amène à prendre un choix, à s’en tenir à une décision, à produire un acte. Et ensuite, parfois, à le regretter. Une extension de la discussion sur cette fameuse « conscience morale » qui n’a pas pu rester prioritaire parce que la « pensée émotionnelle » a été plus puissante ou parce que l’individu a décidé, inconsciemment, de s’y soumettre.



La « pensée émotionnelle » est un assemblage de deux entités : la pensée et l’émotion qu’elle génère. Et dès lors que cette émotion vient se greffer, la pensée n’est plus maîtrisée, elle n’est plus observée, elle est prise dans un tourbillon de colère, de frustration, d’envie, de jalousie, d’euphorie, d’espoir, d’attente, d’illusion…Ca n’est plus la réalité mais l’interprétation de la réalité par une pensée et l’émotion qu’elle génère. Le risque, évidemment, c’est que cette réalité finisse par revenir en force, dès lors que cette « pensée émotionnelle » a interdit tout discernement, toute objectivité et que l’hallucination s’efface soudainement parce que la réalité reste la même…



Si je me mets à penser à la sortie très proche de « Jarwal le lutin » et que j’ajoute à cette pensée une émotion euphorique, liée à l’idée que ça va être un succès national, international, planétaire, universel… Je m’abandonne à cette joie intérieure, j’efface volontairement toute objectivité, je plonge dans une irréalité qui me convient, une projection temporelle qui n’a aucune autre existence que celle que ma pensée lui donne et aucune autre énergie que celle de mes émotions…La pensée est le moteur, l’émotion est le carburant…Je deviens dès lors un véhicule sans conducteur, le « maître intérieur » s’est endormi et tout ça va finir la tête dans le mur…Et ensuite, mes pensées reviendront, elles diront que la réalité est vraiment trop dure, les émotions sombres nourriront ces pensées et je repartirai pour un autre tour. L’individu a beau se prendre le mur à longueur de vie, il remonte toujours à bord et repart pied au plancher…

Stop !!



La pensée n’est pas la réalité, elle n’en est qu’une interprétation. L’émotion n’a rien à y faire et si l’individu décide de la laisser s’étendre, il doit garder à l’esprit que tout ça est un jeu dangereux. Une observation constante des phénomènes intérieurs.



Un exemple très simple : une partie de tennis. Dès lors qu’un des deux joueurs s’approche du point final, de cette victoire espérée, si la pensée temporelle prend le pas sur l’instant présent, si des images de coupe brandie, de photographes, d’applaudissements, de reconnaissance, prennent le pas et que des émotions euphoriques viennent nourrir simultanément ces pensées, la maîtrise du geste va voler en éclat…Un point,deux points, une montée au filet catastrophique et l’euphorie va changer de camp…L’individu n’est plus là, il n’est plus dans la réalité mais dans une irréalité temporelle, générée par des pensées émotionnelles. Il peut y avoir au contraire de cette illusion de la victoire, la peur de gagner…Une autre pensée émotionnelle mais négative dans sa projection. Au lieu de continuer à produire le jeu qui lui a permis de prendre le match en main, le joueur va imaginer qu’il pourrait ne pas réussir à maintenir cette pression sur son adversaire. Et cette peur va le figer.

On est toujours dans le même phénomène. La pensée n’est pas la réalité. La réalité se vit, la pensée la commente. Ou mieux encore, elle se tait.



C’est finalement la source de cette plénitude procurée par la marche ou l’effort long. Il y a parfois des « émotions spontanées », des bouffées de bonheur « dé-pensées », rien ne les a déclenchées, aucune pensée, aucune réflexion, aucune interprétation de cette réalité, c’est une bourrasque qui passe, balaie d’un coup tous les résidus de pensées qui cherchent à survivre, c’est un vide immense qui se révèle, un horizon vierge de tout et cette épuration mentale, cette bourrasque qui survient, je sais ce qu’elle est. C’est la vie.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par NICOLAS ROUSSELOT le Jeu 14 Juil 2011 - 17:59

En résumé tu quel est ton message?

NICOLAS ROUSSELOT
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 673
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par maya le Jeu 14 Juil 2011 - 18:12

Interessant, mais comme nicolas je demande où tu veux en venir interroge

La pensée "réalité" nue est l'inverse de la poussée émotionnelle mais l'émotion n'est pas incompatible avec l'action.
avatar
maya
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3020
Localisation : à l'ouest
Identité métaphysique : bouddhiste et yogas
Humeur : sereine
Date d'inscription : 21/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par ElBilqîs le Jeu 14 Juil 2011 - 18:18

à mon avis: ne te laisse pas gouverner par tes émotions!
Ce n'est pas parce qu'on t'a seriné pendant quinze jours que tel film est génial que tu dois te réjouir à l'avance d'un moment magique... tu risques d'être déçu! Attends de te faire ta propre opinion.
Mais je peux me tromper, je ne suis pas Thierry!
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Thierry le Jeu 14 Juil 2011 - 18:55

Étonnant que ce message m'arrive aujourd'hui dans ma boîte mail...C'est justement ce que je suis entrain de décrire dans le tome 3 de Jarwal.

Je vais y réfléchir tranquillement pendant une dizaine de jours, je pars samedi faire la traversée intégrale du Jura en VTT, avec la tente et tout le barda. Après avoir fait à pied la traversée du Vercors. Le meilleur moyen, à mes yeux, pour comprendre la réalité intérieure.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par maya le Jeu 14 Juil 2011 - 19:08

Ne pense pas trop alors...Pédale lol!

Au retour tu nous feras part de tes "émotions" dans la "réalité"...des sommets mdr
avatar
maya
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3020
Localisation : à l'ouest
Identité métaphysique : bouddhiste et yogas
Humeur : sereine
Date d'inscription : 21/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Thierry le Jeu 14 Juil 2011 - 21:00

Il faudra me dire ce qu'il y a de drôle, là...
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par bernard1933 le Jeu 14 Juil 2011 - 22:58

Thierry, bon voyage dans une région que je connais par coeur, et pour cause ! Tes efforts constants, souvent à la limite du supportable pour la majorité d' entre nous, m' interpellent . J' émets une hypothèse peut-être complètement folle, mais j'ose...Je connais et j'ai connu des personnes qui arrivent à cet état second de béatitude ( dans le bon sens du terme ), au cours d' épreuves longues ( longs parcours en vélo, marche de 100 km...). Ne serait-ce pas l' effet d'une sous-oxygénation du cerveau , en raison de la consommation constante de l' oxygène dans les muscles ? Le cerveau gauche se met peut-être au ralenti au profit du cerveau droit, plus tolérant ? Je suis comme les gosses, je me pose toujours des qusetions, même les plus stupides...
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par NICOLAS ROUSSELOT le Ven 15 Juil 2011 - 0:55

Bernard et son cerveau droit.

NICOLAS ROUSSELOT
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 673
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Thierry le Ven 15 Juil 2011 - 8:45

Je ne sais pas si c'est ça Bernard...Je n'ai jamais entendu parler d'un manque d'oxygénation du cerveau en tout cas en dehors des Himalaystes à 8000 m:) Et vu la quantité d'air que j'avale, je me verrai plutôt en sur oxygénation que l'inverse lol!
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par _tromken le Ven 15 Juil 2011 - 12:05

En somme, vous nous conseillez d'être des animaux Thierry ! Ou plus exactement en dessous de l'animal.

Car, ayant la capacité de jouissance, de pensée et surtout de vouloir, que vous oubliez bizarrement, il faut surtout ne pas en user, ne rien changer à la réalité, et ne pas l'interpréter, ou alors « mollo, mollo », des fois qu'on lui fasse de la peine.

Il faut se laisser porter comme des feuilles mortes par la divine réalité toute-puissante.
Et plus que tout l'adorer comme une déesse ou comme un gosse tétant sa mère : cette chienne de réalité qui boit du sang le sourire aux lèvres et qui en fait son rouge aux lèvres.

_tromken
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Thierry le Ven 15 Juil 2011 - 12:13

Et ben Tromken, soit je suis incapable d'expliquer quoique ce soit, soit vous ne voulez pas comprendre. Mais si vous tentiez par exemple de faire un 4000m en dix heures aller retour, vous ne viendriez pas me dire que je suis incapable de volonté ou de jouissance. Et aucun animal à ma connaissance ne s'intéresse à ce genre de défi.
avatar
Thierry
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 751
Localisation : Savoie
Identité métaphysique : celle qui vous plaira
Humeur : celle qui me convient
Date d'inscription : 03/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par maya le Ven 15 Juil 2011 - 12:22

C'est exact que la jouissance est intense lorsqu'on va au-delà de soi-mème. Au Népal l'année dernière j'ai fait un trek seule avec un ami guide népalais, huit jours autour des 4000 m. La fatigue est là mais l'esprit clair et mème vide...cerveau droit et gauche out... secret
avatar
maya
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3020
Localisation : à l'ouest
Identité métaphysique : bouddhiste et yogas
Humeur : sereine
Date d'inscription : 21/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par _tromken le Ven 15 Juil 2011 - 12:48

Je ne mets pas en doute vos « exploits » Thierry, et si vous voulez être applaudi, je suis certain que vous trouverez des adeptes. Vos actes sont vos actes, nul n'a à les juger.

Je parlais de votre texte, car nous sommes sur un forum et non en train de visualiser des vidéos sportives. Texte donc qui exhorte à vivre une émotion toute bouddhiste, du style « je dé-pense », je cesse de penser, ainsi mon émotion devient celle d'un vide : ce que vous appelez la plénitude et ce que j'appelle être moins qu'un animal.

Je vous accorde qu'il faut beaucoup de volonté pour faire le vide, pour se déshumaniser, pour ne plus être ; et tout autant de réflexion pour défendre cela comme une philosophie du bonheur. Il n'en reste pas moins que cela est déshumanisant, une plénitude pleine de rien, selon moi une offense à l'homme, à l'être, au nom d'une nature, qui, je le répète, est psychopathe, elle qui ne sait rien faire d'autre, années après années, que de nous vider de notre vie.

_tromken
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par NICOLAS ROUSSELOT le Ven 15 Juil 2011 - 13:19

tromken a écrit:Je ne mets pas en doute vos « exploits » Thierry, et si vous voulez être applaudi, je suis certain que vous trouverez des adeptes. Vos actes sont vos actes, nul n'a à les juger.

Je parlais de votre texte, car nous sommes sur un forum et non en train de visualiser des vidéos sportives. Texte donc qui exhorte à vivre une émotion toute bouddhiste, du style « je dé-pense », je cesse de penser, ainsi mon émotion devient celle d'un vide : ce que vous appelez la plénitude et ce que j'appelle être moins qu'un animal.

Je vous accorde qu'il faut beaucoup de volonté pour faire le vide, pour se déshumaniser, pour ne plus être ; et tout autant de réflexion pour défendre cela comme une philosophie du bonheur. Il n'en reste pas moins que cela est déshumanisant, une plénitude pleine de rien, selon moi une offense à l'homme, à l'être, au nom d'une nature, qui, je le répète, est psychopathe, elle qui ne sait rien faire d'autre, années après années, que de nous vider de notre vie.
Merci je pensais que j'étais le seul sur ce forum à considérer le vide bouddhique comme un non sens à la vie et au fait que nous sommes d'abord des êtres émotifs, et si nous avons ces émotions ce n'est surement pas pour les annihiler, mais plutôt pour les utiliser pour mieux vivre comme tout ce qui fait de nous des hommes, je pratique personnellement la méditation, mais pour être en contact avec des plans supérieurs sans "tuer mon égo". Et cela m'étonne d'entendre ici et là qu'il ne faut rien ressentir pour atteindre l'éveil. Je suis moi et MOI avec mes qualités et mes défauts, et mes deux Moi cohabitent harmonieusement et cela sera toujours ainsi tant que j'aurai un corps de chair; Après on verra.

NICOLAS ROUSSELOT
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 673
Date d'inscription : 23/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par freefox le Ven 15 Juil 2011 - 19:09

Namasté Thierry,

je comprend parfaitement cette envie de se surpasser ayant pratiqué le sport à haut niveau (arts martiaux).

Cette limite que l'on atteint ou après la testostérone, aldostérone, l'adrénaline dans notre cerveau se libèrent les endorphines. (On fini par être accro)
Cela « vide bien la tête » comme on dit familièrement.

Tomken, l'homme est un animal, pourquoi vous avez quelque chose contre les animaux ?
De cette animalité nous « bâtissons » notre humanité et l'arrêt de la pensée discursive est un vrai bonheur à vivre essayez donc, en assistant à une aurore un matin, en admirant une œuvre d'art, en méditant etc.

Amical sourire Wink
avatar
freefox
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1881
Localisation : ici et là
Identité métaphysique : bientôt le dernier envol
Humeur : Joyeuse et triste à la fois
Date d'inscription : 02/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par bernard1933 le Ven 15 Juil 2011 - 21:20

Je vais me faire libraire et faire de la pub pour Thierry qui ne raisonne pas mieux que mon épagneul ! Et encore...Je signale quand même qu'il a écrit plusieurs livres d'une densité et d'une poésie rare . Allez, Thierry, souffle un grand coup !
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par JO le Ven 15 Juil 2011 - 22:04

Il me semble que tous les sportifs connaissent l'ivresse des dépassements physiques . Tous les dépassements procurent un bien -être qui annule la souffrance . L'humain est un être de dépassement : tout effort est porteur de joie . Je crois que c'est ce qu'il veut dire, Thierry . Pourquoi croyez-vous que le parapente, l'escalade ou la plongée sous marine soient pratiqués ? et le saut à l'élastique ?
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22363
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par _tromken le Ven 15 Juil 2011 - 23:29

Il me semble que tous les sportifs connaissent l'ivresse des dépassements physiques.
Encore une fois, il y a souvent décalage entre le dire et le faire, chose que je n'apprends à personne ici, car 1000 fois répétée.
Si Thierry se plaît à cette morphine sportive, tel n'était pas le propos de son texte sur lequel je répondais uniquement. Propos qui tend proprement vers une divination de la nature et non pas du tout vers l'audace humaine à défier la mort, défi qui est le pendant d'un déni de la nautre précisément. Qu'y a-t-il de plus naturel que la mort ? Je le soupçonne de se le cacher à soi-même en disant tout le contraire de cette réalité dans son propos. De là est-il conforme et religieux, le propre de l'un et l'autre étant de ne pas faire ce qu'il dit.

Il s'avère qu'il a écrit « des livres d'une densité et d'une poésie rare » m'apprend Bernard.
Il est probable qu'il faille donc plutôt le classer dans les « pouet » que dans les « poètes » ; comme c'est effectivement le cas dans cette société d'écrivains. Les uns, tétant le sein de dame nature dans un romantisme dont on sait en quoi il se transforma en politiques, ce sont les « pouet » ; les autres, fous et audacieux ont entendu le mystère de la nature comme disait Thurneysen : « le soupir de la création est le secret de la nature ». C'est de son état de psychopathe dont souffre la nature en vérité.

Or, les romantiques, hommes hautement dangereux, n'entendent pas cette souffrance, probablement parce qu'ils partagent cette maladie mentale ; ils sont des psychopathes sous-jacents, ce qui, je le répète, l'histoire politique nous donne tant de preuves. Aussi sont-ils les premier à taper sur l'intégrisme chez l'autre, d'abord parce qu'il voient là ce qu'il refoulent en eux ; et ensuite, parce que, devant la collectivité, il leur faut à tous prix obtenir les applaudissements tant désirés.

_tromken
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Opaline le Sam 16 Juil 2011 - 0:02

Ils sont formidables, ces hommes !
Tous ont fait ou font des choses extraordinaires !
Et leur cerveau droit ou gauche de réagir fortement !
Moi, je n'ai jamais rien fait de transcendant et mon cerveau, comme le vôtre, est vide ou plein selon les moments !
Expliquez-moi pourquoi !

Opaline
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3483
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par casimir le Sam 16 Juil 2011 - 8:43

tromken a écrit: C'est de son état de psychopathe dont souffre la nature en vérité.

C'est assez différent de dire cela que de dire que la nature est psycopathe.
Parcequ'elle n'est pas que psychopathe.

Elle est d'ailleur suffisament "clairvoyante" pour produire des consciences qui relèvent cette pathologie.
A moins bien sûr de penser que l'homme n'est pas un produit de la nature ?
Mais dans ce cas, je crains qu'il n'ait dévellopé une autre pathologie, qui est la schizophrénie.

Mais pour en revenir à la nature elle-même, la notion de pathologie n'existe pas pour elle.
Elle produit des comportements, et les faits évoluer.
Qu'à un moment de l'évolution la question de certains comportements soient remis en cause, me parait encore du naturel.

Le problème soulevé est celui de l'énergie.
Plus la conscience augmente plus la question de la dépense et consommation d'énergie se pose. Et la question de la qualité en découle.
Nous agissons comme transformateur, la pollution n'est pas tant ce qui entre en soi que ce qui sort de soi.

Pourquoi et comment réguler, modifier l'impact, et aussi quelle source est disponible sans que nous ayons besoins de nous comporter comme des vampires.
Et si c'est une fonction de l'homme que d'être conscient, on ne peut pas dire qu'il est encore beaucoup oeuvré dans ce sens, pour ne pas dire le contraire, il faudrait revoir les priorités.

Et bien sûr je me met dans le lot, puisque rien que pour envoyer ce message, je consomme une énergie qui n'est pas nécéssaire pour communiquer.

Donc tout ce qu'on peut reprocher à la nature c'est que l'homme ne fasse pas son job.
Quand l'homme aura inversé la tendance, à commencer par lui même, peut-être que la nature commencera à se sentir soulagé.

Mais si nous tardons trop, elle balaira ses puces.
avatar
casimir
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2138
Localisation : dans la forêt
Identité métaphysique : la même
Humeur : ni plus ni moins
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par _tromken le Sam 16 Juil 2011 - 15:37

Elle est d'ailleur suffisament "clairvoyante" pour produire des consciences… A moins bien sûr de penser que l'homme n'est pas un produit de la nature ? Mais dans ce cas, je crains qu'il n'ait dévellopé une autre pathologie, qui est la schizophrénie. […]
Donc tout ce qu'on peut reprocher à la nature c'est que l'homme ne fasse pas son job. Quand l'homme aura inversé la tendance, à commencer par lui même, peut-être que la nature commencera à se sentir soulagé. Mais si nous tardons trop, elle balaira ses puces.
Vous êtes le type même de l’homme préhistorique moderne. Et parce que vous ne vous présentez pas en grognant, avec une massue et le corps plein de puces, mais avec un langage qui a toute l’apparence de l’homme des lumières, vous faites accroire d’être clairvoyant. Je ne sais le nom du dieu auquel vous rendez un culte, probablement celui d’un dérivé du dieu athée, quoi qu’il en soit, vous divinisez la nature tout comme lui.

Je ne doute pas que vous fassiez du bon café, mais permettez-moi d’envisager de refuser une éventuelle invitation, car si vous tirez votre conscience de la nature, je craindrais qu’il ne m’arrive quelque malheur capricieux, certes justifiés par les lois de la nature lorsqu’elle tue un millier d’innocents dans une tempête parce que la concordance des lois météorologiques le lui imposait.

Quelle est donc la conscience « clairvoyante » dont la nature vous a affublée ? Celle du bien et du mal ? Mais sa conscience du bien et du mal n’est pas meilleure que celle d’un psychopathe, tout est sous nos yeux pour nous le signifier ; elle peut donner au lion de dévorer le bébé au pied d’un arbre tout en nous charmant par le chant d’un bel oiseau couvrant les hurlement du bébé… tout cela, tandis qu’un romantique s’extasie sur un coucher de soleil dont la lumière fait refléter la magnifique crinière du meurtrier. Quelle morale !

Serait-ce la conscience de la liberté dont la nature vous a dotée ? Voyons, la nature n’a aucune liberté et ne peut qu’obéir aux lois sans jamais les enfreindre, de là sa maladie mentale.
Eh quoi, seriez-vous surpris que l’homme ne soit pas un produit de la nature, qu’il ait tiré sa conscience du bien et du mal et de sa liberté ailleurs que de cette mère étouffante ? Ne dit-on pas que le ventre d’une femme est un tombeau, car l’enfant qui naîtra entrera dans un Nouveau monde et mourra au monde prénatal.
L’embryon n’est pourtant pas schizophrène. Il va simplement détacher son cordon ombilical et vivre enfin selon sa propre liberté, laquelle n’émane pas de mère nature mais de lui-même. Qui le lui a donné ? Non pas mère nature qui ne l’applique pas. Elle lui vient d’ailleurs !

Aussi avez-vous raison en affirmant que nous pouvons reprocher à l’homme de ne pas faire son job, de ne pas inverser la tendance. Mais quel est donc ce job qu’il ne fait pas et entraîne la souffrance maladive de la nature ? N’est-ce pas qu’il ait précisément livré sa conscience, tant morale que celle de sa liberté à la Nature ? Aussi porte-t-elle un règne illégitime. Elle doit dominer sur des êtres qu’elle ne comprend pas, incapable de concevoir notre liberté et la perspective des lois qu’est la nôtre. Lois que nous voulons faites pour servir notre conscience de l’infini et de la liberté, quitte à leur imposer la mort plutôt qu’à nous, en les formulant à volonté, de sorte que nous ne les servions plus. De fait avez-vous encore raison en évoquant la menace que la nature balaiera ses puces. Or, quelles sont ses puces si ce n’est ceux-là mêmes qui la divinisent, qui lui obéissent et voient en elle la conscience suprême, c’est-à-dire ceux qui la laisse dans son aliénation dont elle nous réclame de sortir.

_tromken
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par casimir le Sam 16 Juil 2011 - 18:17

tromken a écrit:
Vous êtes le type même de l’homme préhistorique moderne. Et parce que vous ne vous présentez pas en grognant, avec une massue et le corps plein de puces, mais avec un langage qui a toute l’apparence de l’homme des lumières, vous faites accroire d’être clairvoyant. Je ne sais le nom du dieu auquel vous rendez un culte, probablement celui d’un dérivé du dieu athée, quoi qu’il en soit, vous divinisez la nature tout comme lui.

Préhistorique, ça je ne vous cacherais pas que les quelque 4500 milliards d'années de la terre font de moi encore un jeune homme, pour ne pas dire un bébé.
Et que je n'a pas tant évolué que cela depuis ces quelques derniers 100000ans.
Moderne, ça c'est une autre histoire, c'est difficile de suivre la mode vous savez, il faut s'y interesser, se tenir au courant des dernières tendances...je ne vous cacherais pas que j'ai un peu de mal à suivre. Enfin, j'ai quand même le minimum convenable, à savoir slip, chaussettes, pantalon, chemise, chaussures....bref je correspond dans les grandes ligne, au profil de l'homme dit "civilisé", même si je dois reconnaître que je ne me rase pas tout les jours...et oui, que voulez vous je n'ai pas encore réussit à stopper les pousse des poils.

Eh quoi, seriez-vous surpris que l’homme ne soit pas un produit de la nature, qu’il ait tiré sa conscience du bien et du mal et de sa liberté ailleurs que de cette mère étouffante ? Ne dit-on pas que le ventre d’une femme est un tombeau, car l’enfant qui naîtra entrera dans un Nouveau monde et mourra au monde prénatal.
L’embryon n’est pourtant pas schizophrène. Il va simplement détacher son cordon ombilical et vivre enfin selon sa propre liberté, laquelle n’émane pas de mère nature mais de lui-même. Qui le lui a donné ? Non pas mère nature qui ne l’applique pas. Elle lui vient d’ailleurs !

d'ailleurs ?...mais qu'il soit dans le ventre de sa mère biologique ou qu'il en soit séparer, l'environnement à peut-être changer, mais il s'agit toujours de la nature. A partir de quand quelque chose n'est plus naturel ou plus dans la nature selon vous ?
Mais sachez quand même qu'un embryon ne se détache pas tout seul de son cordon ombilicale. Il devra attendre et ce n'est pas lui qui le coupe, mais la mère de préférence avec ses dents (enfin c'était la mode à mon époque).
Ensuite avant de vivre selon sa propre liberté, il lui faudra encore un temps d'apprentissage et de dépendance vis à vis de cette maman et atteindre une maturité suffisante pour voler de ses propres ailes. Elle pousse alors sa projéniture à s'affranchir, c'est ainsi dans la nature, c'est ainsi pour l'humain, même si c'est un peu plus compliqué. Cela dit je ne voudrais pas froisser les pères, qui ont eux aussi bien sûr leur rôle à jouer dans cet apprentissage de la liberté.

Donc cette liberté qui vient "d'ailleurs", j'attends que vous m'en disiez plus.
Et surtout comment vous faîte pour affirmer qu'elle est hors nature, donc "sur-naturel" je suppose ?
...alors qu'elle ne s'exprime autant pour vous que pour moi, qu'au travers de la nature qui nous compose. A condition bien sûr de ne pas reduire la nature a quelques clichés de cartes postales.
Vous devez savoir qu'il est aussi difficile d'étudier la nature et particulièrement sa propre nature, qu'il est difficile pour un poisson d'observer de l'eau, nos connaissances sont limités. Etant donné cette marge d'inconnu sans parler d'inconnaissable, je ne vois pas pourquoi le "sur-naturel" pour les uns ne serait pas l'inconnu de la nature pour d'autres ?

Aussi avez-vous raison en affirmant que nous pouvons reprocher à l’homme de ne pas faire son job, de ne pas inverser la tendance. Mais quel est donc ce job qu’il ne fait pas et entraîne la souffrance maladive de la nature ? N’est-ce pas qu’il ait précisément livré sa conscience, tant morale que celle de sa liberté à la Nature ? Aussi porte-t-elle un règne illégitime. Elle doit dominer sur des êtres qu’elle ne comprend pas, incapable de concevoir notre liberté et la perspective des lois qu’est la nôtre. Lois que nous voulons faites pour servir notre conscience de l’infini et de la liberté, quitte à leur imposer la mort plutôt qu’à nous, en les formulant à volonté, de sorte que nous ne les servions plus. De fait avez-vous encore raison en évoquant la menace que la nature balaiera ses puces. Or, quelles sont ses puces si ce n’est ceux-là mêmes qui la divinisent, qui lui obéissent et voient en elle la conscience suprême, c’est-à-dire ceux qui la laisse dans son aliénation dont elle nous réclame de sortir.

Non ce n'est pas d'avoir livré sa conscience à la Nature, mais a une interprétation limité et souvent fausse de la Nature. C'est un jugement basé sur une mauvaise interprétation ou une interprétation incomplète de la Nature qui fausse le raisonnement, pas la Nature elle même.
Lois que nous voulons faites pour servir notre conscience de l’infini et de la liberté....C'est un beau programme, mais à partir de quoi allez vous établir vos nouvelles lois ? votre vécu, votre imaginaire, votre intuition, votre inspiration, votre conscience....?
Et comment savez-vous que cela ne vient pas de la Nature, que vous ne faîtes pas qu'allez vers ce vers quoi elle vous mène ?

Vous avez peut-être raison sur le type de puces qu'elle balaiera, je ne prononcerais pas personnellement, je ne suis pas dans la confidence.
Mais pour ce qui est de l'aliénation, pour l'instant la nature n'a rien a envié à l'homme, c'est quand même lui qui s'est pris aux pièges de ses idées dans lesquels il investit son desir tant bien que mal.

Sur ce, c'est plutôt drôle de discuter avec vous Wink
avatar
casimir
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2138
Localisation : dans la forêt
Identité métaphysique : la même
Humeur : ni plus ni moins
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par bernard1933 le Sam 16 Juil 2011 - 21:40

Thierry, il fait parfois frais dans le Haut-Jura, mais inutile de trop te charger, tromken t'a habillé pour l'hiver, comme on dit " cheu nous" !
avatar
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se-dépenser

Message par Ladysan le Dim 17 Juil 2011 - 0:32

JO a écrit:Il me semble que tous les sportifs connaissent l'ivresse des dépassements physiques . Tous les dépassements procurent un bien -être qui annule la souffrance . L'humain est un être de dépassement : tout effort est porteur de joie . Je crois que c'est ce qu'il veut dire, Thierry . Pourquoi croyez-vous que le parapente, l'escalade ou la plongée sous marine soient pratiqués ? et le saut à l'élastique ?

Tous les efforts ne sont pas porteurs de joies Jo. Je n'ai jamais entendu un ouvrier travaillant très dur vanter les joies du dépassement physique.
Et que l'on ne me dise pas que ce n'est pas la même chose. Un effort physique est un effort physique et quand on est obligé de le faire il n'est pas porteur de joies mais de fatigue...
Moi, quand je suis trop fatiguée, mes neurones sont raplaplas.
C'est le vide total

Bon courage et bonnes vacances Thierry, et n'oublie pas tes vitamines
avatar
Ladysan
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4769
Age : 66
Localisation : Belgique (Wallonie)
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : De toutes les couleurs
Date d'inscription : 15/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum