Indice de trouillométrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Indice de trouillométrie

Message par Lila le Mer 7 Sep 2011 - 0:53

J'emprunte à Anthyme cette question ICI. J'espère ne pas avoir trahi son texte en le résumant.
Anthyme a écrit:INDICE DE TROUILLOMETRIE
Il y a trois peurs fondamentales.

L’angoisse de la mort …
L’angoisse de la culpabilité …
L’angoisse du vide …

… … … …

Sur le terrain « mystico-délirant » ; elles se déclinent ainsi :

L’angoisse du destin …
L’angoisse de la damnation …
L’angoisse de l’absurde …

… … … …

Ces trois angoisses sont présentes chez chacun.
Celui qui prétendrait le contraire serait un menteur.

C’est pourquoi une auto-évaluation ne peut qu’être mensongère.
Mais elle n’est cependant pas inutile.

Faites l’essai.

Chaque peur doit avoir au moins la note de « 1 ».
Le total des notes ne doit pas excéder « 10 »
Pas de note fractionnaire.

Vous relèverez qu’il ne peut y avoir de notation « moyenne ».

Comment vous noteriez-vous ?
Malgré que je ne sois pas d'accord avec :
- la "répartition des angoisses",
- ni avec le terme "angoisse" (qui nest pas toujours pertinent),
- ni avec l'affirmation que celui qui dit ne pas avoir d'angoisse serait un menteur,
je joue le jeu.

Mort/Destin : 1
Culpabilité/Damnation : 1
Vide/Absurde : 3 et encore, c'est pour changer du 1 parce que cette préoccupation ne m'a même jamais traversé l'esprit, mais en y réfléchissant, l'idée que la vie serait absurde pourrait bien me perturber.
Mais je ne crois pas qu'elle le soit. Donc, disons "3" au cas où cette "croyance" masquerait un refoulement. C'est d'ailleurs ma seule croyance, et encore: je suis consciente que c'est une croyance, donc c'est plutôt une "option", confirmée par ma logique (observation de la nature, "rien ne se perd, tout e transforme"...).

Mes craintes dans la vie ne sont pas de cet ordre.
Ce ne sont pas non plus des angoisses. Je sais ce qu'est une angoisse, j'e ai vécue deux fois dans ma vie, pendant que je dessinais le portrait de personnes angoissées. Cette sensation très désagréable correspondait à la description qu'on en fait (resserrement dans la poitrine, souffle pénible, palpitations, peur incontrôlable et sans objet).

J'ai eu des peurs (ex:inquiétude pour mes enfants), il y a des choses dont je n'ai pas envie (souffrir), d'autres que mon instinct de conservation m'incitera à éviter à tout prix (une mort prématurée), mais cela ne constitue pas des angoisses. Je ne les refoule pas non plus: je pense souvent à la mort (elle est ma référence pour l'échelle de valeur de la vie), je l'ai vécue de près, et je n'ai jamais ressenti d'angoisse ni même de peur. A son approche (accident de voiture), je me suis simplement dit "cette fois, ça y est".

Mes peurs sont, dans l'ordre:
- me retrouver à charge de mes proches, physiquement et/ou financièrement
heu... j'en cherche d'autres...
sorry, je ne trouve pas.
On me dira : perdre un enfant ? Ce serait une douleur épouvantable, bien sûr, mais je n'y pense pas du tout, ce n'est pas un angoisse ni une peur, cela ne me "travaille" pas.
Peur de l'inconnu après la mort ? Ben non, puisque qu'on ne sait pas ! On verra bien quand on y sera, si on y est encore... Wink

Après, on arrive dans les répulsions mais qui ne sont pas des angoisses, ni même des préoccupations. Ca tombe dans la catégorie "je fais tout mon possible pour l'éviter et puis on verra bien, cela n'arrivera peut-être pas"
- traîner des années en fin de vie en perdant ma conscience (on revient au 1er point)
- souffrir au point de ne plus pouvoir penser ou agir, pendant une longue période (id)
- me retrouver "en faillite" (idem!!!)

Conclusion: ma seule vraie inquiétude est de me retrouver à charge de la société, avec ou sans souffrance.

En écrivant cela, je me demande: est-ce que cela vaut la peine de s'inquiéter pour cela ?
Réponse:non, à condition de faire son possible pour l'éviter.
Alors, je pense que je vais laisser aussi tomber cette inquiétude: la vie est belle !
On verra bien, et puis, je suis en ordre au point de vue de la sécurité sociale...


Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indice de trouillométrie

Message par JO le Mer 7 Sep 2011 - 8:15

je connais l'anxiété mais pas l'angoisse .
La mort : crainte que ceux auxquels je suis précieuse - y compris matériellement - pâtissent de ma disparition .
La finitude, je la déplore mais je n'y peux rien et je sais, d'expérience, qu'on a peur avant d'y être mais qu'au moment venu, on a, tout au plus, une intense curiosité...si on en a le temps .
Culpabilité : euh : c'est quoi ? Je n'aime pas avoir la sensation de faire de l'ombre à autrui. Alors, je me fais le moins grosse possible .Ah, quand même : j'ai eu, jeune femme, des propos racistes qui ont blessé un homme qui ne le méritait pas et en a été blessé . Je m'y revois comme si c'était là: il y a 60 ans de ça .
Et puis j'ai laissé assassiner mon chien, malgré la supplication évidente de son regard.
L'absurde... oui, mais c'est stimulant : on se dit qu'on ne comprend pas, donc nécessité de chercher .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Indice de trouillométrie

Message par zizanie le Mer 7 Sep 2011 - 13:35

Pour ma part, je considère la peur comme culturelle et donc transmise par l'éducation, sauf une, celle d'être dévorée qui est ancestrale à l'époque ou cromagnon risquait pendant son sommeil de servir de repas aux grands félins.
avatar
zizanie
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 7436
Localisation : France
Identité métaphysique : Matérialiste
Humeur : Taquine
Date d'inscription : 19/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum