Ballade des cœurs en détresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ballade des cœurs en détresse

Message par ElBilqîs le Dim 9 Oct 2011 - 15:39

Un cœur triste ne peut écrire allègrement
La joie a disparu de son vocabulaire
Celui qui porte en soi de nobles sentiments
Il me semble qu’il doit davantage te plaire
C’est pourquoi mon poème ne saurait te distraire
Car les mots qui me viennent sont lugubres et m’écœurent
Vois au bord de mes yeux les larmes qui affleurent.

Je sais que tu pourrais me blâmer durement
Mais mon âme a souffert, que puis-je donc y faire ?
Je ne saurais mentir quand mon cœur est en sang
Et mon chagrin d’amour devenu légendaire.
Mais je ne peux rester toujours célibataire :
La vie est infernale, seule dans ma demeure
Vois au bord de mes yeux la larme qui affleure.

S’il te plaît, je t’en prie, à genoux, humblement
Partage ma douleur, souffre de t’y complaire
Accepte que mes maux s’expriment simplement
Que la chance me fuie, le sort me soit contraire
Que seuls les malheureux, les vieux, les grabataires,
Ceux qui sentent bientôt venir leur dernière heure.
Voient au bord de mes yeux la larme qui affleure

Moi qui l’ai tant aimé, qui amoureusement
Lui ai offert mon cœur sans aucun commentaire
Comment peut-il fermer le sien obstinément
Ne découvrir en moi qu’une femme ordinaire ?
Quel malheur de rester une âme solitaire
Comment puis-je ignorer les pensées qui m’effleurent
Quand au bord de mes yeux tant de larmes affleurent ?

Depuis plus de dix ans j’aime secrètement.
Ma douleur est immense, ma peine est exemplaire
Impossible pour moi d’écrire joliment
Comme celui qui jouit d’un amour salutaire.
Je suis triste à mourir, seule dans mon repaire
Et je pense aujourd’hui que l’amour est un leurre
Car au bord de mes yeux tant de larmes affleurent.

Je rumine ma peine et pense au grand tourment
Que je dois endurer. Mais est-ce nécessaire
De souffrir le martyr irrémédiablement
D’infliger à ses proches cette vie si précaire.
De s’enfermer dans une chambre mortuaire
Attendant qu’avec moi toute la maison pleure
Quand au bord de mes yeux tant de larmes affleurent.

Que celui qui sait bien que son amour l’attend
Me pardonne de n’être pas aussi débonnaire
De ne savoir parler du sourire des amants,
Des baisers échangés sous la clarté lunaire
Par deux êtres espérant leur amour centenaire
Avant de disparaître pour une vie meilleure
Sans qu’au bord de leurs yeux aucune larme affleure.

Myrrha-ElBilqîs 08/10/2011




avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballade des cœurs en détresse

Message par Cochonfucius le Dim 9 Oct 2011 - 15:56

Mais nos larmes...

Sont-elles vraiment publiables ?
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 22450
Age : 62
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballade des cœurs en détresse

Message par ElBilqîs le Dim 9 Oct 2011 - 18:58

Celles-ci ne sont pas les miennes! Wink

Mais je crois que beaucoup de poètes aiment à larmoyer!
Tiens! il faudrait que je cherche des exemples.

Victor Hugo "la conscience"? ou peut-être le sonnet à sa fille?
avatar
ElBilqîs
Aka Peace & Love

Féminin Nombre de messages : 4073
Localisation : là haut dans les étoiles
Identité métaphysique : qu'importe
Humeur : douce et calme
Date d'inscription : 12/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballade des cœurs en détresse

Message par Cochonfucius le Mar 11 Oct 2011 - 14:12

Emily Brontë, par endroits.
avatar
Cochonfucius
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 22450
Age : 62
Localisation : taverne de Cluny au quartier latin
Identité métaphysique : vieux porc
Humeur : paisible
Date d'inscription : 08/01/2009

http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballade des cœurs en détresse

Message par Babylon5 le Mar 11 Oct 2011 - 17:57

Le larmoiement et le pathos font partie de la poésie, non ? Tout dépend de la façon dont c'est écrit.
avatar
Babylon5
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 2234
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : Sauniste pratiquante
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 28/06/2009

http://invasions-poetiques.blog4ever.com/blog/article-511139.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum