L’addiction au « je »

Aller en bas

L’addiction au « je »

Message par leonnard le Mer 8 Fév 2012 - 19:52

Les différentes addictions posent un problème de santé mentale publique, du fait de la mortalité qui en résulte et des dépenses de soi soins induites.
A côté des addictions à différentes substances est venu s’ajouter une nouvelle addiction : l’addiction au « je ».
C’est de cette dernière dont il va être question ici.
En effet le pronostic (vital) des personnes atteintes par cette dépendance est fatal, aucune espérance de guérison voire de rémission n’est envisageable. C’est une maladie incurable. Ces dépendants sont voués à un destin tragique : la mort, celle-ci intervenant après une période d’incubation plus ou moins longue (jusqu’à quelques décennies parfois, voire même plus d’un demi siècle) ponctuées de souffrances persistantes, notamment celle de l’angoisse à l’idée d’une survie très improbable à cette issue fatale. Et ce malgré les nombreuses recherches très actives sur la question.
Comme il existe déjà des initiatives (louables certes) pour encourager l’abstinence chez certains dépendants, tels les alcooliques anonymes par exemple, il est proposé ici, dans le cas qui nous intéresse de créer un club qui pourrait s’appeler « les égoïques anonymes », anonymes aurait peut-être suffit mais il a déjà été utilisé par ailleurs.
Si t’as pas pigé jusque là, laisses béton va donc sur doctissimo
Et donc « il », l’auteur de cette proposition, suggère que les postulants se devraient de respecter certaines règles, à savoir les règles du « je » pour devenir membre.
D’abord et avant toute chose proscrire l’emploi du pronom de la première personne du singulier, c’est vrai ! Mais de qui est-il question ? Qui prétend parler au nom de cette usurpation d’identité ? Qui cherche à se mettre à sa place ? à la place de qui?
Et comme pour le permis à point il pourrait être appliqué à ceux qui l’enfreignent une pénalité éventuellement effaçable à la suite d’un repentir sincère.
« Il » sait que c’est pas gagné mais un tel fléau ne mérite-il pas d’être éradiqué ? ou du moins contrecarré.
Bienvenu au club des « égoïques anonymes »

leonnard
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Shidorian le Mer 8 Fév 2012 - 20:24

Comment en avoir l'air sans l'être....
L'autosuggestion permettrait-elle la libération ?
Cela me semble peut probable :)
avatar
Shidorian
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 399
Localisation : içi et maintenant... what else ?
Identité métaphysique : <= pléonasme
Humeur : En Joie
Date d'inscription : 20/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par leonnard le Mer 8 Fév 2012 - 22:50

Comment en avoir l'air sans l'être....

C'est la bonne question mais à quel niveau se pose-t-elle?

L'autosuggestion permettrait-elle la libération ?

Ben non, ça ne peut pas marcher dans ce sens là. Le jeu consiste à se distancier d'un quelconque sujet intervenant sous un pseudo.
Ici c'est le doute qui s'exprime, pourquoi ne pourrait-il pas s'appliquer à l'identité de l'auteur? Juste déplacer le doute.
Et si Shidorian n'était momentanément que la forme qu'emprunterait une indécision?

leonnard
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Jipé le Jeu 9 Fév 2012 - 11:29

Je ne comprends pas très bien en quoi il y aurait "addiction" dans le "je" ?

Pour comprendre le "je", il faut revenir aux travaux de Lacan sur le stade du miroir et l'identification du "je" vers l'âge de l'enfant de 6 à 12 mois ou plus, s'inspirant lui-même de Köhler l’aperception situationnelle.
Ce stade du miroir est important, car l'enfant se dit: " quand je bouge, l’image bouge en même temps, au même moment, et quand je souris, cette image sourit aussi, donc l'idée que c’est bien moi est vraie, réelle".
En résumé, je ne vois pas où il y a problème, sauf à en faire du "je" un élément narcissique...

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26298
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2018 : Caipirinha !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Tibouc le Jeu 9 Fév 2012 - 12:16

Contrairement à ce qu'affirme le mythe, personne n'est jamais mort d'un excès de narcissisme.
Donc je ne vois pas où est le problème. D'autant que, le narcissisme étant finalement la seule forme d'amour qui dure véritablement toute la vie, vouloir le supprimer est criminel.
avatar
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Ling le Jeu 9 Fév 2012 - 12:41

... comment se fermer aux autres.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Jipé le Jeu 9 Fév 2012 - 13:02

Tibouc a écrit:Contrairement à ce qu'affirme le mythe, personne n'est jamais mort d'un excès de narcissisme.
Donc je ne vois pas où est le problème. D'autant que, le narcissisme étant finalement la seule forme d'amour qui dure véritablement toute la vie, vouloir le supprimer est criminel.
Ce n'est pas si simple...il y a des cas de narcissisme qui coupent le sujet des autres, il amène à l'introversion. D'où souffrance...malgré l'apparence.

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26298
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2018 : Caipirinha !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Tibouc le Jeu 9 Fév 2012 - 13:16

Y'en a qui sont addicts au premier degré...
avatar
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par leonnard le Jeu 9 Fév 2012 - 20:48

Jipé a écrit:Je ne comprends pas très bien en quoi il y aurait "addiction" dans le "je" ?

L’explication c’est que c’est un jeu de mot par rapport à l’addiction au jeu.

En résumé, je ne vois pas où il y a problème, sauf à en faire du "je" un élément narcissique...


Il n’y a aucun problème, c’est juste une tentative d’essayer de se distancier de son ego en parlant de soi à la 3ème personne.
L’intervention prêtée à Jipé met l’accent sur l’obligation de faire référence dans tout discours à une théorie particulière, voire une pensée dominante, qui n’accepterait pour sens des mots employés que celui défini par cette théorie.
Quelques soient la pertinence de cette théorie, elle a comme toute théorie, le gros défaut de tout ramener à elle-même pour se justifier comme système unique et exclusif d’explication du monde, et de l’être humain en l’occurrence.
Cette approche de la question n’est en fait qu’une vision altérée par des lunettes déformantes.
C’est juste une question de lunettes.
Vas donc chez l’oculiste

Tibouc a écrit:le narcissisme étant finalement la seule forme d'amour qui dure véritablement toute la vie


Le terme narcissisme est ambivalent et, à tout le moins, pour le décrire comme de l’amour, il n’en serait qu’un succédané
Ce qu’on appelle l’amour propre, ne lui arrive-t-il pas d’être mis à rude épreuve au hasard des situations.
Qu’en est-il de l’amour renvoyé en retour par la chose aimée ? L’objet du narcissisme. S’il pouvait en exister un, serait-ce le corps ? serait-ce la vie qui l’anime ?
Cette chose sur laquelle une idée a posé son dévolu en se l’imaginant sienne et qui doit la suivre dans toutes les péripéties de ses élucubrations. N’aime-t-elle pas son maître inconditionnellement ?
La pratique du renversement de perspective donne une autre vision
Le narcissisme n’a pas d’objet, c’est juste une autosuggestion

Jipé a écrit:il y a des cas de narcissisme qui coupent le sujet des autres, il amène à l'introversion


C’est une valeur refuge.
L’introversion n’a rien de péjoratif, c’est juste le contraire de l’extraversion
Quant au narcissisme, c’est déjà un premier pas vers la désidentification d’avec l’ego.

leonnard
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par ronron le Jeu 9 Fév 2012 - 22:48

Stirica a écrit:... comment se fermer aux autres.
Ainsi le je se traduit aussi en nous...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Jipé le Ven 10 Fév 2012 - 8:14

Léonnard:
L’explication c’est que c’est un jeu de mot par rapport à l’addiction au jeu.
Oui, ça j'avais bien compris..., mais ma question était plutôt pourquoi "addiction" et qui est addict ?
L’intervention prêtée à Jipé met l’accent sur l’obligation de faire référence dans tout discours à une théorie particulière, voire une pensée dominante, qui n’accepterait pour sens des mots employés que celui défini par cette théorie.
Peux-tu être un peu plus explicite stp...
Cette chose sur laquelle une idée a posé son dévolu en se l’imaginant sienne et qui doit la suivre dans toutes les péripéties de ses élucubrations.
je ne comprends pas ce que tu veux dire...
Le narcissisme n’a pas d’objet, c’est juste une autosuggestion
je crois que tu te trompes, car le narcissisme est la fixation de la libido sur le "moi".
Quant au narcissisme, c’est déjà un premier pas vers la désidentification d’avec l’ego.
Ah ? Et qu'est-ce qui te permet de dire ça ?

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26298
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2018 : Caipirinha !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Ling le Ven 10 Fév 2012 - 8:19

ronron a écrit:
Stirica a écrit:... comment se fermer aux autres.
Ainsi le je se traduit aussi en nous...

"Je" n'existe que par son rapport au monde et aux autres.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par JO le Ven 10 Fév 2012 - 8:49

Jung a bien décrit le double mouvement, d'individuation puis d'intégration à une humanité que Teilhard reprendra comme pointant vers le point Omega .
Il faut constituer son Je et puis l'apporter à un "plus que je" .On n'apprend plus ça à l'école.
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22726
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par leonnard le Ven 10 Fév 2012 - 11:45

Jipé a écrit:pourquoi "addiction" et qui est addict ?
C’est la question. C’est l’ego.
Peux-tu être un peu plus explicite stp...

Tout est abordé sous l’angle de la psychanalyse, celle-ci n’est d’aucun intérêt quand on aborde la question du dépassement de l’ego.
Par ailleurs elle s’appuie sur des prédicats très péremptoires qui exigent une adhésion totale.
En plus quand un fait vient contredire son interprétation, elle arrive à faire la culbute en disant justement que le contraire se justifie en tant qu’acte manqué ou expression de l’inconscient.
C’est un système fermé.
je ne comprends pas ce que tu veux dire...

C’est une séparation entre la part animal de l’être humain et sa part d’être conscient.
L’être conscient s’approprie la part animale, vivante, pour lui imposer sa loi.
Sinon les comportements à risque ou les addictions n’existeraient pas puisqu’ils peuvent mener le corps à sa perdition
je crois que tu te trompes, car le narcissisme est la fixation de la libido sur le "moi".
Oui mais qui fixe la libido sur qui ? N’est-ce pas la même personne ?
Ah ? Et qu'est-ce qui te permet de dire ça ?

Il fallait entendre que le narcissisme est le stade le plus grossier de l’identification de la conscience au corps et que l’aborder était un premier pas vers la désidentification.
Tant qu’on restera bloqué sur ses petits problèmes, sur ses petits trauma, sur sa petite névrose, on va continuer à tourner en rond et on pourra pas s’en sortir, chercher à interpréter, à justifier, à décortiquer, il arrive un moment où il faut accepter les choses, sa personnalité, son histoire, et s’en distancier, essayer d’imaginer que tout cela est arrivé à quelqu’un d’autre

Bon salut, je pars en week-end, alors à lundi peut-être, si Dieu le veut.
Il n’y a pas d’ordi chez ma copine.

leonnard
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par ronron le Sam 11 Fév 2012 - 5:33

Stirica a écrit:
ronron a écrit:
Stirica a écrit:... comment se fermer aux autres.
Ainsi le je se traduit aussi en nous...
"Je" n'existe que par son rapport au monde et aux autres.
Je pensais plutôt au particularisme.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Ling le Sam 11 Fév 2012 - 8:14

Accepteriez-vous de développer:

Je pensais plutôt au particularisme.

J'avoue ne pas comprendre.


Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Anthyme le Sam 11 Fév 2012 - 11:23

ronron a écrit:
Stirica a écrit:... comment se fermer aux autres.
Ainsi le je se traduit aussi en nous ... tel qu’il peut s’exprimer dans le… particularisme.
… si je vous ai bien lu.

Cela m’inspire l’image d’un « Je » debout devant sa psyché ; et qui tel Narcisse se regarde dans le grand miroir pour s’y évaluer (c.à.d. se juger) si différent de l’image qu’il a de lui :
« Ne serais-je que ce misérable-merdique-caca-prout ? »

Comment s’admettre léger … comme une feuille de papier déjà en centre …
… en quelque sorte … … comme bientôt mort … ?

La réponse me semble logique :
En se fondant dans un « Nous » ayant du volume !...
… comme une sorte de gros coffre …
(… non … l’image du coffre est mauvaise, car il préexiste à ce qu’il contient …)

En se fondant dans un « Nous » ayant du volume !...
… comme une sorte de gros ballon de baudruche …

… … … …

Ça !... ça, oui, « ça » peut satisfaire Narcisse :

« … Y’a pas à dire ! Je suis maintenant un empire ! »


====================================





====================================


... un certain ... temps ...


_____________________________
Le moteur des fanatismes … :
« Ma qualité singulière s’acquiert en participant aux attributs du groupe dont je brandis l’étendard ! »
Son fruit : « À chacun son coutelas, et en avant pour le Saint Jihad ! »



avatar
Anthyme
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 896
Localisation : Entre deux mondes
Identité métaphysique : Libre
Humeur : À l’écoute du silence …
Date d'inscription : 23/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par ronron le Sam 11 Fév 2012 - 19:08

Anthyme a écrit:Ça !... ça, oui, « ça » peut satisfaire Narcisse :

« … Y’a pas à dire ! Je suis maintenant un empire ! »
Oui, l'individu voit dans le miroir un groupe, - tous habillés pareil, identité de pensée, de foi, d'idéologie, etc. -, s'y identifie à une telle profondeur qu'il se pourrait que, sans le groupe, il perde jusqu'à l'image de lui-même.

@ stirica également...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Ling le Sam 11 Fév 2012 - 19:13

Non Ronron, les différences enrichissent, l'uniformité est mortifère.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par ronron le Sam 11 Fév 2012 - 19:17

Stirica a écrit:Non Ronron, les différences enrichissent, l'uniformité est mortifère.
Vous avez l'uniformité à l'intérieur du groupe. Le genre clone.

Mortifère.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Ling le Sam 11 Fév 2012 - 19:21

Merci d'être plus explicite, le franco-canadien m'est encore plus étranger que le français, j'ai peur de ne pas saisir (en même temps j'ai peur de trop bien saisir).

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par leonnard le Mar 14 Fév 2012 - 18:06

Pour du hors sujet
Ça aurait été difficile de faire mieux
Donc bravo!
Mais parler de mettre à distance le sujet (le "je"), de le remettre en question, ne voulait pas dire parler de tout et n'importe quoi, au point où il aurait été douteux d’attribuer l'incohérence des propos tenus à un quelconque auteur, digne de ce nom.
Les sujets qui sont intervenus se seraient-ils absentés?
Ceci dit si ce thème (un peu fumeux, je dois dire) a permis à certains contributeurs de se lâcher et de le vivre comme une récréation ... de l'intelligence ... pourquoi pas?

leonnard
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 22/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par ronron le Mer 15 Fév 2012 - 0:53

leonnard a écrit:Pour du hors sujet
Ça aurait été difficile de faire mieux
Donc bravo!
Mais parler de mettre à distance le sujet (le "je"), de le remettre en question, ne voulait pas dire parler de tout et n'importe quoi, au point où il aurait été douteux d’attribuer l'incohérence des propos tenus à un quelconque auteur, digne de ce nom.
Les sujets qui sont intervenus se seraient-ils absentés?
Ceci dit si ce thème (un peu fumeux, je dois dire) a permis à certains contributeurs de se lâcher et de le vivre comme une récréation ... de l'intelligence ... pourquoi pas?
Faudrait définir ce que tu entends par l'addiction en question, symptômes, etc.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’addiction au « je »

Message par Rio sur Seine le Mer 15 Fév 2012 - 10:22

Pour certains ce serait plutôt l'addiction au "tu" employé abusivement et souvent de forme agressive, puis lorsqu'on creuse on s'aperçoit souvent qu'au niveau de l'emploi du "je" c'est tout simplement pas possible dans la mesure où il n'y a plus personne.

Je ne suis pas certain que les éléments de langages soient suffisants pour traduire qui est ou n'est pas narcissique, on peut très retourner les choses dans le sens que l'on veut.

On pourrait même dire que les adeptes du "je" auraient tendance à renvoyer ceux du "tu" à la vacuité de leur propre vie et à les insécuriser.

Globalement on ne peut pas vraiment aimer les autres si l'on a une mauvaise image de soit moi-même et qu'on ne s'aime pas.

Par contre j'ai souvent vu des gens ce servir de cette thématique du langage à propos du "je" pour rabaisser les autres en jouant mots, et ils emploient souvent le terme "tu".

Donc, déterminer ce qu'est le narcissisme sur cette base face à un interlocuteur, il se peut que le narcissique ce soit souvent vous.

Rio sur Seine
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1744
Localisation : Sud Ouest
Identité métaphysique : Bouddhiste
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 13/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum