Le reflet du « miroir symbolique ».

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le reflet du « miroir symbolique ».

Message par Anthyme le Mer 11 Avr 2012 - 12:53

Pour info.

L’ouverture d’un sujet commande à son auteur de l’animer.

Ce ne sera pas le cas ici ; car le doute de la pertinence de ma participation à ce forum m’empêche de le faire avec conviction.

En déposant ce texte ; je ne fais qu’honorer un engagement pris auprès de @Nuage.

Puisque d’une certaine façon ce ‘fil’ devient le sien …
… je lui laisse la latitude d’en changer le titre, s’il ne lui plait pas.


=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=*=

Texte d’Origine.

______________________________
Nuage a écrit: … / … "par apport", pour moi cela contient les deux mots : "par apport" et par rapport" … / … ils s'apportent l'un à l'autre.
Vous avez raison.

C’était une erreur de les séparer, comme je l’ai fait.

______________________________
Nuage a écrit: … / … cela évoque pour moi, quelqu'un qui par exemple est bien obligé de vivre avec ce qui l'entoure, et qu’entre ce qu'il exprime ou fait dans ses intentions, n'est pas perçu de la même manière par l'autre …
« obligé »

Comme le furent Raspail et le tueur, par exemple.
… parce-que l'autre est différent …
« différent » … ! …

Un médecin et un tueur ? ! Différents ? ! … Pour le moins oui.
… il y a donc un décalage.
« donc » … ? … ? …« décalage »

Un décalage … :
« Je suis arrivé sur le quai pour voir partir le train ! »
Ou bien …
« J’étais sur le quai 1 ; le train est arrivé sur le 8 ! »

Un décalage : pas le bon moment … pas le bon endroit …

Un autre décalage :
« Je descends à Lille ; elle continue vers Hazebrouck. »

… … … …

… « donc » … ? ? ? ?

Elle aurait pu descendre … J’aurais pu monter …
… mais aussi …
… Raspail aurait pu ne pas survivre à sa détention.

Je ne partage pas votre avis au sujet de ce « donc » :
Elle et moi aurions pu avoir l’audace de notre élan …
… comme le tueur qui a eu le courage de son sacrifice.

Non ! Il n’y a pas de « donc » ; mais des choix libres.

______________________________
Nuage a écrit: … / … Alors pour communiquer il faut bien comprendre comment l'autre a perçu et pourquoi (il y a une part qui appartient à l'autre et une part qui appartient à soi), alors il faut ajuster régler cet écart.
Je ne me rappelle plus la durée de la détention.

Raspail était médecin, c'est-à-dire « connaisseur d’homme ».
Fort probablement s’exprimait-il avec un vocabulaire délibérément appauvri.
Je me rappelle que l’autre ne parlait pas –pas un mot– et se contentait d’écouter.

Cependant, si Raspail édulcorait son vocabulaire ; il restait fidèle à ses idées.
« Ajuster » le langage ? Oui !
Renoncer à l’« écart » d’idéal ? Non !

Il n’avait aucune idée de la façon dont il était compris …
… ni du danger mortel que représentait l’autre.

______________________________
Nuage a écrit: … / … Ça se met ensemble à l'intérieur, nous nous construisons, nous nous agrandissons … / …
Je pense que le tueur effectivement « grandissait-à-l’intérieur » …
… / … "soi", sans rien à l'extérieur, "soi" ne peut pas s'apporter.
… rencontrer Raspail était « la rencontre » de sa vie.
… / … "Soi" est tout seul et ne s'apportera que ce qu'il contient déjà en faisant des combinaisons, et ses combinaisons fera encore d'autres combinaisons …
« s’apportera » ? … l’idée est exacte, mais le verbe « apporter » me semble impropre.

Ce que l’on a « en soi », que l’on ignore, et que l’on découvre …
… c’est quelque chose de caché, qui se ... révèle.
… / … c'est un apport et un rapport.
… je comprends « un apport à soi ; dans un rapport à l’autre »

Comme la révélation d’une amitié.

______________________________
Nuage a écrit: … / … Un symbole pour moi, c'est comme une "image" schématisée ou synthétisée qui contient tout ce qu'elle est. … / …
Comme la poignée de main qu’échangent Raspail et le tueur en se séparant ? …

Oui … Dans ce cas ...
Je retire le mal que j’ai dit des symboles.

______________________________
Nuage a écrit: … / … C'est pour cela que j'ai dit : "Moi", c'est ce que je suis, c'est à dire moi de l'intérieur et moi par apport à l'extérieur.
Je suis persuadé que le tueur est monté à l’échafaud en pensant à son nouvel ami.

Raspail, j’en suis sûr, n’a pu oublier le cadeau offert par le sacrifice d’un ami.
… / … Et tout ça se met ensemble.
… la « magie » de vies partagées …

_____________________________
« Depuis bien longtemps nous plaidons vainement contre cet arsenal odieux de la vindicte publique, que nous ont légué les siècles de barbarie : contre la peine de mort, la déportation et la réclusion, cette hideuse torture, ce foyer de corruption que le sage regarde comme pire que la mort. »
François-Vincent Raspail.

Procès des vingt-sept ou de la Société des droits de l’homme.-Page 46
avatar
Anthyme
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 896
Localisation : Entre deux mondes
Identité métaphysique : Libre
Humeur : À l’écoute du silence …
Date d'inscription : 23/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le reflet du « miroir symbolique ».

Message par JO le Lun 11 Juin 2012 - 8:24

j'aime bien ce fil.
Ce qui rapproche deux êtres, au-delà de leur parcours, c'est parfois seulement un hasard de circonstances, qui leur permet d'échanger au-delà des conditionnements, d'âme à âme.
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22400
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum