Oubli ou pardon ?

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 5 Juil 2012 - 10:38

Ce n'est pas une blague...un simple histoire à méditer:

Le jardin était inculte : partout des mauvaises herbes, des broussailles et des ronces. Mais dans un coin, on ne sait trop comment, un beau jour s’était épanouie une rose. Sur l’arbuste qui la portait, elle était seule de son espèce et dans le jardin tout autour, aucune autre fleur pour lui disputer la royauté souveraine.Aussi, la rose était-elle devenue extrêmement orgueilleuse.

Chaque matin, elle faisait, avec les gouttes de rosée, la toilette de ses pétales nacrées et quand elle se sentait toute belle, elle exigeait, la vaniteuse, que tout le jardin lui fît compliment, que les brins d’herbe à ses pieds, fissent de respectueuses révérences pour l’assurer de leur obéissance et de leur admiration. Les oiseaux des alentours avaient vite fait sa connaissance: c’est à elle que le soir, le rossignol adressait ses romances,c’est pour elle que l’alouette chantait, et la rose se rengorgeait sur sa tige épineuse, en se sentant vraiment devenue le centre de l’univers.

Un beau jour, dans la maison, les volets s’ouvrirent, la cheminée se mit à fumer, et un petit garçon apparut au milieu du jardin. Un petit garçon … Non, à vrai dire, c’était déjà presque un jeune homme, puisqu’il avait treize ans passés, une cravate et des boutons de manchettes. Par la fenêtre ouverte, la rose avait aperçu aussi un vieux monsieur et une vieille dame, mais ils étaient si vieux, qu’ils ne pouvaient plus tenir sur leurs jambes et restaient assis toute la journée dans un fauteuil.

Bien entendu, dès son arrivée, le petit… non, le grand garçon s’était installé en maître dans le jardin. Il s’y promenait, les mains dans les poches,en sifflotant d’un air satisfait, ce qui avait le don d’exaspérer la rose qui sentait sa royauté compromise par ce “malotru”, comme elle l’appelait. Il vint naturellement se planter devant la rose, mais ne parut pas particulièrement ému par sa présence: sans doute, était-ce un garçon qui avait déjà vu plus d’une rose dans sa longue vie, et qui trouvait cela tout naturel. Il trouva même tout naturel de vouloir cueillir la rose… et… toc, il s’apprêtait déjà, dans le moindre respect pour la fleur vénérable, à couper sa tige, quand, dans une suprême tentative de son orgueil offensé, la rose hérissa ses épines et fit perler sur les doigts du jeune sacrilège,deux gouttes de sang qui la remplirent de joie.

- On ne s’attaque pas comme cela à la reine du jardin, raconta-t-elle fièrement le soir aux brins d’herbe qui l’écoutaient, respectueusement inclinés : il a vu ce qui lui en a coûté, ce malappris » … et la rose se dodelinait fièrement sur sa tige intacte… Ah,murmura-t-elle encore avant de fermer les yeux pour s’endormir, je le déteste ce garçon ! ».

Et Michel – car c’était ainsi qu’il s’appelait – se mit aussi à détester la rose. Chaque fois qu’il s’approchait d’elle, elle lui lançait dans les jambes ou les mains un de ses piquants acérés ; un jour même, encore à cause d’elle, il avait fait un accroc à sa chemise neuve et la rose avait entendu le soir, en savourant sa vengeance, la vieille dame gronder Michel de toute la force que son vieux corps possédait encore.

Bientôt, ce fut entre eux, la guerre déclarée ; tout le jardin prenait fait et cause pour l’un ou pour l’autre; les rossignols et les alouettes continuaient à chanter leurs mélodies pour leur reine fleurie, mais, par contre,les brins d’herbe s’étaient révoltés contre leur souveraine tyrannique, et ne saluaient plus que Michel. La nuit, la rose avait bien encore un peu l’illusion d’être la seule maîtresse, mais le jour, c’était fini : beaucoup de plantes se rangeaient au côté de Michel : quand il était assis, le lierre venait le saluer en s’enroulant mollement autour de ses bras, les arbres se baissaient pour qu’il puisse mieux les escalader, et même les ronces rentraient leurs épines à son approche.

Parfois, dans la maison, en entendait des bruits de voix : Michel alors disparaissait, et la rose entendait, de loin, des chants mélodieux et des mélopées qui lui faisaient deviner qu’on était assemblé dans la maison pour la prière commune. Mais la rose avait le coeur dur et elle ne voulait pas prier.

Un beau jour, au moment où le murmure des voix s’arrêtait, elle entendit des sons étranges, des sons tristes et graves, qui la firent tressaillir et la secouèrent pour quelques instants d’un léger tremblement de peur. Des pensées confuses s’agitèrent en elle, elle avait l’impression que son coeur s’adoucissait un peu… et puis, Michel reparut ; alors, la rose se ressaisit, maîtrisa son émotion et hérissa ses épines plus fortement que jamais ; Michel tenait à la main, une grande corne de bélier. C’est sans doute avec cela qu’ils ont soufflé tout à l’heure pour faire ce bruit étrange, pensa la rose, j’ai été bien bête de me laisser émouvoir ».

Michel se promenait, l’air rêveur, son chofar à la main. Il ne s’approcha pas de la rose, on aurait dit qu’il avait peur de la regarder, son regard perdu dans quelque profonde méditation, ne se posa pas une fois sur elle. Puis, au moment de rentrer dans la maison, comme s’il prenait son courage à deux mains,il lui lança vite un coup d’oeil, que la rose ne reconnut pas, car, pour la première fois, il était chargé de douceur. Est-ce que par hasard, ce serait l’effet de cette extraordinaire corne de bélier ! » songea la rose.

Le lendemain, après la prière, retentit à nouveau la voix du Shofar. La rose frémit, ses pétales s’agitèrent si fort qu’elle craignit de les voir tomber, et une sorte de remords l’envahit. Elle avait été si orgueilleuse! Et des larmes de rosée coulèrent sur sa corolle ; tout à coup, elle comprit qu’elle n’était plus si belle, que sa robe nacrée se ternissait et qu’elle avait été bien folle de vouloir être la reine du jardin.

Au même instant, Michel sortit, à pas lents ; il marcha vers elle ; elle ne hérissa pas ses piquants; Michel aujourd’hui avait l’air si doux ! Il s’assit auprès d’elle dans l’herbe humide et resta silencieux quelques instants en cherchant ses mots. C’est difficile de trouver les mots qu’une rose pourra comprendre. Écoute, finit-il par dire, nous avons été trop bêtes, toi et moi, nous avons été même très méchants puisque nous nous sommes détestés : j’ai commencé à comprendre cela en écoutant le chofar, et aujourd’hui, je n’y tiens plus, il faut que nous fassions la paix. Hier, le mois d’Eloul a commencé, il précède l’année nouvelle et le jour du Grand Pardon ; et déjà, le son du chofar nous invite à nous repentir. Moi je regrette mes regards méchants et la guerre que j’ai menée contre toi avec les plantes du jardin… Mais toi, Rose orgueilleuse, ne veux-tu pas aussi me pardonner ? »

Un petit sanglot agita le corps nacré ; la rose était si émue qu’elle ne pouvait pas parler et fit seulement à Michel un petit signe de tête pour lui faire comprendre qu’elle pardonnait aussi.

Écoute, si vraiment tu ne me veux plus de mal, finit-elle par pouvoir lui dire, donne-moi encore une joie : je me sens vieille et flétrie, demain soir, peut-être, je serai morte. Je voudrais assister demain à la prière ; entendre encore une fois, mais de près, la voix du Chofar qui nous a réconciliés ».

Sur la table où l’officiant a placé son livre, ce matin, une rose est là ; elle est un peu fanée et ternie, mais elle sourit encore et son parfum embaume la petite chambre où Michel prie avec les autres. L’office terminé, le chofar retentit, grave, pressant. Alors la rose frémit de joie – de joie cette fois, parce qu’elle se sentit légère, libérée de son orgueil ; et dans un dernier sursaut de bonheur, tous ses pétales s’envolèrent, inondant la pièce d’une pluie nacrée. Et Michel en ramassa un qu’il garda pieusement en souvenir de cette rose qu’ilavait enfin appris à aimer. (Source Alliance)

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 10:45

Edifiante histoire sourire Le pardon demandé devrait toujours être accordé . L'oubli, c'est encore mieux .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Oubli ou pardon ?

Message par freefox le Jeu 5 Juil 2012 - 11:57

Spoiler:
Stirica a écrit:Ce n'est pas une blague...un simple histoire à méditer:

Le jardin était inculte : partout des mauvaises herbes, des broussailles et des ronces. Mais dans un coin, on ne sait trop comment, un beau jour s’était épanouie une rose. Sur l’arbuste qui la portait, elle était seule de son espèce et dans le jardin tout autour, aucune autre fleur pour lui disputer la royauté souveraine.Aussi, la rose était-elle devenue extrêmement orgueilleuse.

Chaque matin, elle faisait, avec les gouttes de rosée, la toilette de ses pétales nacrées et quand elle se sentait toute belle, elle exigeait, la vaniteuse, que tout le jardin lui fît compliment, que les brins d’herbe à ses pieds, fissent de respectueuses révérences pour l’assurer de leur obéissance et de leur admiration. Les oiseaux des alentours avaient vite fait sa connaissance: c’est à elle que le soir, le rossignol adressait ses romances,c’est pour elle que l’alouette chantait, et la rose se rengorgeait sur satige épineuse, en se sentant vraiment devenue le centre de l’univers.

Un beau jour, dans la maison, les volets s’ouvrirent, la cheminée se mit à fumer, et un petit garçon apparut au milieu du jardin. Un petit garçon … Non, à vrai dire, c’était déjà presque un jeune homme, puisqu’il avait treize ans passés, une cravate et des boutons de manchettes. Par la fenêtre ouverte, la rose avait aperçu aussi un vieux monsieur et une vieille dame, mais ils étaient si vieux, qu’ils ne pouvaient plus tenir sur leurs jambes et restaient assis toute la journée dans un fauteuil.

Bien entendu, dès son arrivée, le petit… non, le grand garçon s’était installé en maître dans le jardin. Il s’y promenait, les mains dans les poches,en sifflotant d’un air satisfait, ce qui avait le don d’exaspérer la rose qui sentait sa royauté compromise par ce “malotru”, comme elle l’appelait. Il vint naturellement se planter devant la rose, mais ne parut pas particulièrement ému par sa présence: sans doute, était-ce un garçon qui avait déjà vu plus d’une rose dans sa longue vie, et qui trouvait cela tout naturel. Il trouva même tout naturel de vouloir cueillir la rose… et… toc, il s’apprêtait déjà, dans le moindre respect pour la fleur vénérable, à couper sa tige, quand, dans une suprême tentative de son orgueil offensé, la rose hérissa ses épines et fit perler sur les doigts du jeune sacrilège,deux gouttes de sang qui la remplirent de joie.

- On ne s’attaque pas comme cela à la reine du jardin, raconta-t-elle fièrement le soir aux brins d’herbe qui l’écoutaient, respectueusement inclinés : il a vu ce qui lui en a coûté, ce malappris » … et la rose se dodelinait fièrement sur sa tige intacte… Ah,murmura-t-elle encore avant de fermer les yeux pour s’endormir, je le déteste ce garçon ! ».

Et Michel – car c’était ainsi qu’il s’appelait – se mit aussi à détester la rose. Chaque fois qu’il s’approchait d’elle, elle lui lançait dans les jambes ou les mains un de ses piquants acérés ; un jour même, encore à cause d’elle, il avait fait un accroc à sa chemise neuve et la rose avait entendu le soir, en savourant sa vengeance, la vieille dame gronder Michel de toute la force que son vieux corps possédait encore.

Bientôt, ce fut entre eux, la guerre déclarée ; tout le jardin prenait fait et cause pour l’un ou pour l’autre; les rossignols et les alouettes continuaient à chanter leurs mélodies pour leur reine fleurie, mais, par contre,les brins d’herbe s’étaient révoltés contre leur souveraine tyrannique, et ne saluaient plus que Michel. La nuit, la rose avait bien encore un peu l’illusion d’être la seule maîtresse, mais le jour, c’était fini : beaucoup de plantes se rangeaient au côté de Michel : quand il était assis, le lierre venait le saluer en s’enroulant mollement autour de ses bras, les arbres se baissaient pour qu’il puisse mieux les escalader, et même les ronces rentraient leurs épines à son approche.

Parfois, dans la maison, en entendait des bruits de voix : Michel alors disparaissait, et la rose entendait, de loin, des chants mélodieux et des mélopées qui lui faisaient deviner qu’on était assemblé dans la maison pour la prière commune. Mais la rose avait le coeur dur et elle ne voulait pas prier.

Un beau jour, au moment où le murmure des voix s’arrêtait, elle entendit des sons étranges, des sons tristes et graves, qui la firent tressaillir et la secouèrent pour quelques instants d’un léger tremblement de peur. Des pensées confuses s’agitèrent en elle, elle avait l’impression que son coeur s’adoucissait un peu… et puis, Michel reparut ; alors, la rose se ressaisit, maîtrisa son émotion et hérissa ses épines plus fortement que jamais ; Michel tenait à la main, une grande corne de bélier. C’est sans doute avec cela qu’ils ont soufflé tout à l’heure pour faire ce bruit étrange, pensa la rose, j’ai été bien bête de me laisser émouvoir ».

Michel se promenait, l’air rêveur, son chofar à la main. Il ne s’approcha pas de la rose, on aurait dit qu’il avait peur de la regarder, son regard perdu dans quelque profonde méditation, ne se posa pas une fois sur elle. Puis, au moment de rentrer dans la maison, comme s’il prenait son courage à deux mains,il lui lança vite un coup d’oeil, que la rose ne reconnut pas, car, pour la première fois, il était chargé de douceur. Est-ce que par hasard, ce serait l’effet de cette extraordinaire corne de bélier ! » songea la rose.

Le lendemain, après la prière, retentit à nouveau la voix du Shofar. La rose frémit, ses pétales s’agitèrent si fort qu’elle craignit de les voir tomber, et une sorte de remords l’envahit. Elle avait été si orgueilleuse! Et des larmes de rosée coulèrent sur sa corolle ; tout à coup, elle comprit qu’elle n’était plus si belle, que sa robe nacrée se ternissait et qu’elle avait été bien folle de vouloir être la reine du jardin.

Au même instant, Michel sortit, à pas lents ; il marcha vers elle ; elle ne hérissa pas ses piquants; Michel aujourd’hui avait l’air si doux ! Il s’assit auprès d’elle dans l’herbe humide et resta silencieux quelques instants en cherchant ses mots. C’est difficile de trouver les mots qu’une rose pourra comprendre. Écoute, finit-il par dire, nous avons été trop bêtes, toi et moi, nous avons été même très méchants puisque nous nous sommes détestés : j’ai commencé à comprendre cela en écoutant le chofar, et aujourd’hui, je n’y tiens plus, il faut que nous fassions la paix. Hier, le mois d’Eloul a commencé, il précède l’année nouvelle et le jour du Grand Pardon ; et déjà, le son du chofar nous invite à nous repentir. Moi je regrette mes regards méchants et la guerre que j’ai menée contre toi avec les plantes du jardin… Mais toi, Rose orgueilleuse, ne veux-tu pas aussi me pardonner ? »

Un petit sanglot agita le corps nacré ; la rose était si émue qu’elle ne pouvait pas parler et fit seulement à Michel un petit signe de tête pour lui faire comprendre qu’elle pardonnait aussi.

Écoute, si vraiment tu ne me veux plus de mal, finit-elle par pouvoir lui dire, donne-moi encore une joie : je me sens vieille et flétrie, demain soir, peut-être, je serai morte. Je voudrais assister demain à la prière ; entendre encore une fois, mais de près, la voix du Chofar qui nous a réconciliés ».

Sur la table où l’officiant a placé son livre, ce matin, une rose est là ; elle est un peu fanée et ternie, mais elle sourit encore et son parfum embaume la petite chambre où Michel prie avec les autres. L’office terminé, le chofar retentit, grave, pressant. Alors la rose frémit de joie – de joie cette fois, parce qu’elle se sentit légère, libérée de son orgueil ; et dans un dernier sursaut de bonheur, tous ses pétales s’envolèrent, inondant la pièce d’une pluie nacrée. Et Michel en ramassa un qu’il garda pieusement en souvenir de cette rose qu’ilavait enfin appris à aimer. (Source Alliance)
okey Princesse. sourire

PS: puisse-ce un jour la voix du shofar résonner dans tous les coeurs des fils d'Israël et des fils d'Ismaël.
avatar
freefox
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1881
Localisation : ici et là
Identité métaphysique : bientôt le dernier envol
Humeur : Joyeuse et triste à la fois
Date d'inscription : 02/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 13:41

Avec l'accord de Stirica j'ai déplacé son histoire parce qu'un commentaire m'interpelle :
Jo a écrit:Le pardon demandé devrait toujours être accordé . L'oubli, c'est encore mieux .
JO, je ne doute pas que ton postulat est issu "d'une mûre réflexion". J'aimerais donc que tu nous la fasses partager.


_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 13:52

Mûre, je ne sais pas . Je sais que je pardonne toujours quand on me le demande . Et, dans tous les cas, j'oublie vite :Qui suis-je, pour juger des autres ?
Je sais, de mon côté, très exactement où j'en suis et n'ai besoin de personne comme "satan" .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 14:08

JO a écrit:Mûre, je ne sais pas . Je sais que je pardonne toujours quand on me le demande . Et, dans tous les cas, j'oublie vite :Qui suis-je, pour juger des autres ?
La question n'est pas de juger les autres, la question est de pardonner ou non le mal qui a été fait. Ce qui m'interpelle, c'est l'oubli qui me semble tout à fait opposé à la notion de pardon.
A mon sens, y a également des choses absolument impardonnables (les crimes contre l'humanité par exemple) et que l'oubli peut être à son tour tout à fait criminel.

_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 14:16

pourtant , les Toutsis et les Houtous ont mutuellement décidé de repartir à zero, en Afrique ? Quand l'intérêt commun l'exige, ça vaut la peine . L'Allemagne et la France ont fait pareil et l'Angleterre, avant ... Toutes les guerres finissent un jour . Les Juifs persécutés sont devenus persécuteurs ...
Il y a quelque chose comme ça en développement personnel: bourreau/victime/ justicier . Ce sont des rôles mutuellement induits .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 14:28

JO a écrit:pourtant , les Toutsis et les Houtous ont mutuellement décidé de repartir à zero, en Afrique ?
Qu'est-ce que cela a à voir avec le pardon ? On peut très bien en effet avoir une attitude "utilitariste" sans pardonner quoique ce soit.
Les Juifs persécutés sont devenus persécuteurs ...
Nan sans dec, les juifs morts dans les camps ou leur famille persécutent au delà de la mort et se vengent ?

_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 14:35

En effet . Tant qu'il y a arrière pensée, il ne peut y avoir pardon . Il demande générosité,et peut-être légèreté d'esprit, naïveté , goût du pari .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Nailsmith le Jeu 5 Juil 2012 - 14:35

Nous sommes tous des offenseurs, offensés.
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 14:38

c'est certain . La rancune, encore plus l'arrière pensée, font plus de mal à celui qui les éprouve qu'à leur objet . Cela demande un travail sur soi et un peu de temps , mais on y arrive .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 14:45

Nailsmith a écrit:Nous sommes tous des offenseurs, offensés.
Peu importe Nailsmith, le problème n'est pas là : le problème est qu'à mon sens il ne peut y avoir pardon que si X, celui à qui Y a fait du mal peut exprimer le mal qui lui a été fait, son ressenti tout empreint de subjectivité qu'il soit, d'une part et puisse comprendre pourquoi il a été victime : les raisons qui ont amené à cela. Après seulement un travail de pardon peut débuter.
Un peu comme dans le deuil lors d'un crime : pas de cadavre, pas de deuil, mais pas de procès*, pas de deuil non plus pour la victime ou sa famille.
*procès étant à prendre dans le sens didactique du terme et désignant une démarche réflexive.

_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 14:46

c'est aussi mon avis .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Nailsmith le Jeu 5 Juil 2012 - 14:49

JO a écrit:c'est certain . La rancune, encore plus l'arrière pensée, font plus de mal à celui qui les éprouve qu'à leur objet . Cela demande un travail sur soi et un peu de temps , mais on y arrive .
La philosophie bouddhiste serait-elle plus appropriée que la philosophie chrétienne pour nous aider à ce cheminement?
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 5 Juil 2012 - 14:56

JO a écrit:c'est certain . La rancune, encore plus l'arrière pensée, font plus de mal à celui qui les éprouve qu'à leur objet . Cela demande un travail sur soi et un peu de temps , mais on y arrive .

La rancune ne fait aucun mal. Elle ne fait que changer le cour de la vie.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 14:59

Celle de celui qui l'éprouve : elle l'empoisonne . Mais si elle amène à une rupture propre, ce n'est pas grave . C'est qu'il y avait incompatibilité irréductible .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Nailsmith le Jeu 5 Juil 2012 - 15:05

Bulle a écrit:
Nailsmith a écrit:Nous sommes tous des offenseurs, offensés.
Peu importe Nailsmith, le problème n'est pas là : le problème est qu'à mon sens il ne peut y avoir pardon que si X, celui à qui Y a fait du mal peut exprimer le mal qui lui a été fait, son ressenti tout empreint de subjectivité qu'il soit, d'une part et puisse comprendre pourquoi il a été victime : les raisons qui ont amené à cela. Après seulement un travail de pardon peut débuter.
Un peu comme dans le deuil lors d'un crime : pas de cadavre, pas de deuil, mais pas de procès*, pas de deuil non plus pour la victime ou sa famille.
*procès étant à prendre dans le sens didactique du terme et désignant une démarche réflexive.
Je comprend, je te pardonne parce que tu regrettes. La vie ce n'est pas une cour de justice ou il y a juge et accusé. La personne Y a fait du mal à X. Y se fou complètement de X. Que fait X, garder cette blessure toute sa vie ou prendre conscience qu'il a fait pire souvent par inconscience ou par omission? Je suis d'accord avec toi pour ce qui est du pardon "collectif", par compte les dégâts dû à l'offense, c'est à toi de t'en occuper.
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 5 Juil 2012 - 15:11

Que fait X, garder cette blessure toute sa vie ou prendre conscience qu'il a fait pire souvent par inconscience ou par omission? Je suis d'accord avec toi pour ce qui est du pardon "collectif", par compte les dégâts dû à l'offense, c'est à toi de t'en occuper.

Non, un pas doit être fait par l'offenseur. Sinon il ne peut y avoir de pardon. Il y aura simplement refoulement et cela est un vrai poison.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Nailsmith le Jeu 5 Juil 2012 - 15:32

Stirica a écrit:
Que fait X, garder cette blessure toute sa vie ou prendre conscience qu'il a fait pire souvent par inconscience ou par omission? Je suis d'accord avec toi pour ce qui est du pardon "collectif", par compte les dégâts dû à l'offense, c'est à toi de t'en occuper.

Non, un pas doit être fait par l'offenseur. Sinon il ne peut y avoir de pardon. Il y aura simplement refoulement et cela est un vrai poison.
Quand le pas n'est pas fait par l'offenseur, c'est à la victime de faire dans un certain sens le pas. Pourquoi le pas n'a pas été fait? Cette interrogation peut amener la victime à la compréhension de l'offense en lien avec l'offenseur transformant son refoulement par de la pitié.
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 15:34

C'est pourquoi je crois que l'oubli vaut mieux : dépasser, sans ressasser, quand on n'est pas harcelé , bien sûr, par un Y ruminant .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 5 Juil 2012 - 15:34

Et pour quelle raison la victime ferait-elle ce pas?

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 5 Juil 2012 - 15:42

Aucune, sauf si un lien affectif particulier existait antérieurement à l'incident .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22439
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 19:01

Nailsmith a écrit:Je comprend, je te pardonne parce que tu regrettes.
Pas forcément, cela peut parfaitement être : je te pardonne parce que je comprends les raisons qui ont fait que tu as agi ainsi.
La vie ce n'est pas une cour de justice ou il y a juge et accusé.

C'est bien la raison pour laquelle j'ai précisé "procès" pris dans le sens dialectique du terme c'est à dire comme : "démarche réflexive ayant pour objet la connaissance d'une chose".
La personne Y a fait du mal à X. Y se fou complètement de X. Que fait X, garder cette blessure toute sa vie ou prendre conscience qu'il a fait pire souvent par inconscience ou par omission?
Ben voyons ! C'est la bonne vieille logique tout à fait absurde de la culpabilisation : si tu as ça c'est un retour/tu l'as mérité et tutti quanti. Mais le gamin innocent qui se fait violer il a fait du mal quand ? Si cette une fille cette bonne logique alakon amènera à dire un truc dans le genre "ah oui mais elle est provoquante".
Et cela ne résoud en rien le pardon de Y par X...

_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 5 Juil 2012 - 19:03

JO a écrit:C'est pourquoi je crois que l'oubli vaut mieux : dépasser, sans ressasser, quand on n'est pas harcelé , bien sûr, par un Y ruminant .
Ben non : l'oubli c'est du refoulement et parfois une grande imprudence...

_________________
Hello Invité ! Le du 01 janvier 2018 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 40511
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 5 Juil 2012 - 19:47

Si vous repartez du conte, la réconciliation, l'amitié ne sont possibles que parce qu'une des parties a fait un pas vers l'autre, le premier fautif. L'oubli ne permet pas la réconciliation car l'oubli n'existe pas. Le grief devient non-dit, une graine d'obscurité dans le coeur qui germera.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum