Oubli ou pardon ?

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Ven 6 Juil 2012 - 22:26

Fort bien dit .
Le pardon n'est pas à but thérapeutique pour l'autre mais pour soi.
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Sam 7 Juil 2012 - 7:51

Le pardon et la souffrance sont deux choses différentes. La souffrance s'apprivoise, se canalise.
Le pardon ,lui, est accordé. Comment accorder le pardon sans qu'un pas ait été fait par celui qui devrait être pardonné?(cf l'histoire au début de ce sujet).

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Sam 7 Juil 2012 - 7:56

encore faut-il que le pardonnable ait envie d'être pardonné . La plupart du temps, soit il est indifférent à ce qu'on lui reproche, soit il le revendique et se sent persécuté . Le pédodélinquant récidive : c'est sa nature . Il n'y peut rien et est inaccessible à la pitié .
Le pardon réciproque n'est utile que s'il y a un lien affectif entre les deux parties, à restaurer .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Sam 7 Juil 2012 - 7:57

Donc le pardon accordé par la victime est vain

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Sam 7 Juil 2012 - 8:01

sauf s'il y a un lien affectif à restaurer, auquel cas on tombe dans les bras les uns des autres , et on ...oublie!
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Tenzin Dorje le Sam 7 Juil 2012 - 9:16

Le pardon accordé par la victime sert toujours, mais pas nécessairement au "boureau".

La famille d'un individu souffre davantage si l'individu n'a pas pardonné, parce que l'absence de pardon est toujours accompagnée d'une certaine amertume, d'une certaine aigreur, d'une certaine rancoeur, et d'une certaine attention. Et davantage d'attention donnée à des événements qu'on ressasse, c'est ça de moins d'attention donnée à ses amis et à sa famille, voir même au caissier. Trop d'attention donnée à un événement malheureux (ou une personne "boureau") est une forme d'ingratitude vis-à-vis de ceux qui nous entourrent. On passe à côté d'eux, on ne "profite" pas de leur présence.

Même si le pardon n'est pas toujours voué à restaurer un lien entre victime/boureau (ou victime/victime, de mon point de vue) il aère, galvanise et restaure d'autres liens. Il ne peut qu'être bénéfique.
avatar
Tenzin Dorje
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 34
Localisation : LTWA, Dharamshala, H.P., India
Identité métaphysique : Mahayana (Tibetan) Buddhism
Humeur : At sea level
Date d'inscription : 08/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Sam 7 Juil 2012 - 9:49

s'il est réciproque, oui .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Sam 7 Juil 2012 - 10:25

Bonjour Tenzin Dorje

Tenzin Dorje a écrit:Le pardon accordé par la victime sert toujours, mais pas nécessairement au "boureau".

Je le vois plutôt comme une forme de reniement, de dénégation d'un trauma. Une forme de refoulement.

Tenzin Dorje a écrit:La famille d'un individu souffre davantage si l'individu n'a pas pardonné, parce que l'absence de pardon est toujours accompagnée d'une certaine amertume, d'une certaine aigreur, d'une certaine rancoeur, et d'une certaine attention. Et davantage d'attention donnée à des événements qu'on ressasse, c'est ça de moins d'attention donnée à ses amis et à sa famille, voir même au caissier. Trop d'attention donnée à un événement malheureux (ou une personne "boureau") est une forme d'ingratitude vis-à-vis de ceux qui nous entourrent. On passe à côté d'eux, on ne "profite" pas de leur présence.

D'une certaine manière, ce n'est pas quelque chose qui est constamment présent à l'esprit, c'est en arrière plan. Cet arrière plan n'est pas refoulement, c'est une "force", positive ou négative selon la manière dont elle est utilisée, qui modifie le sens d'une vie.

Tenzin Dorje a écrit:Même si le pardon n'est pas toujours voué à restaurer un lien entre victime/boureau (ou victime/victime, de mon point de vue) il aère, galvanise et restaure d'autres liens. Il ne peut qu'être bénéfique.

Sur ce point, je n'ai pas d'opinion. Qu'est-ce que le pardon?

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Sam 7 Juil 2012 - 10:59

donné ou reçu ?
a) donné, c'est gratuit . Tu m'as fait du tort , je te renvoie à ta conscience et décide de passer outre. Je te le rends, symboliquement .
b)reçu, encore faut-il l'avoir demandé, autrement c'est le retour à 'envoyeur .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Tenzin Dorje le Sam 7 Juil 2012 - 11:02

Stirica a écrit:Je le vois plutôt comme une forme de reniement, de dénégation d'un trauma. Une forme de refoulement.
Vois-le plutôt comme une forme de digestion qui peut prendre des années.

Un trauma nous travaille, mais on a le droit de travailler un trauma sans que ce ne soit du refoulement.

D'une certaine manière, ce n'est pas quelque chose qui est constamment présent à l'esprit, c'est en arrière plan. Cet arrière plan n'est pas refoulement, c'est une "force", positive ou négative selon la manière dont elle est utilisée, qui modifie le sens d'une vie.
Tu parlais de trauma. Un trauma, c'est plus qu'en arrière-plan, ça se manifeste distinctement le jour comme la nuit, sous les formes de souvenirs, de ressassements, de rituels, de cauchemars, etc. Si on ne parle pas de trauma, c'est différent, en effet, c'est moins "captivant".

Sur ce point, je n'ai pas d'opinion. Qu'est-ce que le pardon?
C'est une excellente question ! sourire
avatar
Tenzin Dorje
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 34
Localisation : LTWA, Dharamshala, H.P., India
Identité métaphysique : Mahayana (Tibetan) Buddhism
Humeur : At sea level
Date d'inscription : 08/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Sam 7 Juil 2012 - 11:12

l'absence de rancoeur chez l'offensé, de culpabilité chez l'offenseur ...l'oubli, disais-je . C'est effacé .
Autrement, ce n'est pas le pardon, c'est la volonté de continuer malgré le trauma impossible à digérer . La décision de ne pas se venger . Celle de prendre quand même une éventuelle main tendue .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par gaston21 le Sam 7 Juil 2012 - 14:54

JO et Tenzin, je vous rejoins tout à fait dans ce que vous écrivez . Il y a des drames trop horribles qu'on ne peut oublier et qui vous traumatiseront toute la vie . Et puis tous les autres que l'oubli finit par couvrir, et c'est tant mieux .Sinon, on serait malheureux "comme des pierres"! L'oubli joue un rôle important . Et il y a aussi l'amour qui intervient . On pardonne à l'enfant ingrat; quant à l'oublier...
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Alcibiade le Jeu 12 Juil 2012 - 2:10

L'oubli cependant est difficile à effectuer (cela ne se décrète pas, à moins de croire en la toute puissance de la conscience) cependant pardonner peut-être ! Si l'offenseur n'est plus en face, et qu'intérieurement, on sait que le mal que l'on a subi n'est qu'une affaire de circonstances (dans un autre lieu, dans un autre temps, il n'aurait pas eu lieu)! A supposer même que l'on soit irréprochable concernant nos actes (car si on a essuyé un préjudice, on peut supposer aussi qu'on l'a mérité sans l'avoir pour autant prémédité ou voulu), le mal qui nous a frappé doit être pris avec du recul ! je ne sais si certaines personnes peuvent faire le mal par plaisir de faire le mal ! Il s'agit souvent d'ignorance, de lâcheté, de jeu insouciant, de conditionnement, etc. Un tortionnaire entièrement coupable reste un idéal, comme d'ailleurs la victime entièrement innocente ! On fait le mal souvent par accident, on fait le bien parfois par obligation intérieure mais pour que le pardon prenne vraiment sens, il faudrait poser un être qui, en toute connaissance de cause, fasse le mal par pur plaisir (au-delà de sa souffrance car faire le mal par souffrance peut être excusable ou en tout cas compréhensible) et auquel on puisse accorder un pardon désintéressé ! Par exemple, en reprenant "Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal" de Arendt, le réquisitoire du procureur Gideon Hausner, parlant au nom des victimes, ne pouvait demander le pardon ! Eichmann représentait à ce moment-là, en 1962, le fléau nazi devenu corps visible et cible toute désignée ! Et on sait que le Mossad n'a pu mettre la main sur Joseph Mengele et qu'une telle prise devenait une victoire sur la barbarie nazie ! Pardonner devant le bourreau pour les proches des victimes devait être impossible, oublier encore moins ! Comment oublier ? Comment même pardonner en voyant le symbole du nazisme ? Par contre pardonner une fois sorti de la cour de justice, en sachant qu'Eichmann n'était qu'un homme, et qu'il aurait pu faire différemment s'il n'avait pas été membre des S.S. ou s'il n'avait tout simplement pas vécu sous le troisième Reich, effectivement ! Car nous ne sommes jamais que des hommes, faillibles, et si nous commettons le mal, c'est par concours de circonstances, sans le voir le plus souvent ! Telle est d'ailleurs la conclusion de Arendt qui pardonne (étant pourtant partie prenante dans la catastrophe de la Shoah) mais qui n'oublie pas (et ne peut oublier), et qui admet qu'il fallait qu'Eichmann soit pendu ! Eichmann avait-il vraiment le mal en lui ? Si c'est le cas, le pardon qu'on a pu lui accorder fut réellement grand, au-delà des limites de l'humain ! S'il n'avait pas le mal en lui, ce pardon devient naturel, presque trop facile ! Pour que le pardon fasse vraiment sens, soit purement désintéressé, il faudrait trouver le mal à l'état pur, sans circonstances atténuantes, sans scrupules ! Dans "Titus Andronicus" de Shakespeare, Aaron revendique ses crimes, les assume et voudrait les reproduire encore et encore si on lui laissait la vie sauve ! Une figure littéraire digne de recevoir le pardon !
avatar
Alcibiade
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 412
Localisation : Saöne et Loire
Identité métaphysique : Rationaliste pascalien
Humeur : Serein
Date d'inscription : 09/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 12 Juil 2012 - 7:21

rationaliste pascalien mais accessible à l'humain, trop humain . Eichman est devenu l'emblême du mal, comme il en a été l'instrument . Il faudrait pouvoir, toujours, dissocier l'homme de son acte, ne pas tolérer l'acte et laisser aller l'homme .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 12 Juil 2012 - 8:03

Comment dissocier l'homme de son acte?

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par _athéesouhaits le Jeu 12 Juil 2012 - 8:18

Peut etre en différenciant ce qui est de l'ordre de sa responsabilité personnelle directe... et ce qui est de l'ordre de sa responsabilité indirecte ...circonstances , milieu, manipulation, endoctrinement. maladie mentale, etc

_athéesouhaits
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6507
Date d'inscription : 22/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 12 Juil 2012 - 8:22

comme on en dissocie l'enfant , en bon éducateur . L'être humain est faillible : selon l'environnement , l'éducation, le milieu, il est amené à commettre des fautes, des erreurs. Placés dans les mêmes paramètres, qui sait ce que celui qui le juge aurait fait ? Il faut donc punir la faute - le coupable aussi, forcément - mais considérer que tout coupable est amendable . Pas facile et d'ailleurs pas toujours vrai , mais ça évite au juge la haine inutile et mal fondée .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 12 Juil 2012 - 9:01

JO a écrit:rationaliste pascalien mais accessible à l'humain, trop humain . Eichman est devenu l'emblême du mal, comme il en a été l'instrument . Il faudrait pouvoir, toujours, dissocier l'homme de son acte, ne pas tolérer l'acte et laisser aller l'homme .

Ben voyons !
Code:
Adolf Eichmann (Solingen 19 mars 1906 – Jérusalem 31 mai 1962) est un criminel de guerre nazi, haut fonctionnaire du Troisième Reich, officier SS Obersturmbannführer (comparable à lieutenant-colonel dans l'armée) et membre du parti nazi. Nommé pendant la guerre à la tête du RSHA Referat IV B4, qui s'occupe des « affaires juives et de l'évacuation », il est responsable de la logistique de la « solution finale » (Endlösung). Il organise notamment l'identification des victimes de l'extermination raciale prônée par le NSDAP et leur déportation vers les camps de concentration et d'extermination.
Ayant réussi à échapper à la justice après la capitulation allemande, et notamment au procès de Nuremberg, retrouvé, puis capturé par des agents du Mossad en mai 1960 à Buenos Aires en Argentine, où il vivait depuis 10 ans, caché sous le nom de Riccardo Klement, Eichmann est exfiltré en Israël où il sera condamné à mort et exécuté à l'issue d'un retentissant procès tenu à partir d'avril 1961 à Jérusalem.
Tu veux vraiment dissocier l'homme de son acte ?
Pauvre petit monsieur Eichmann, vas savoir le pauvre, avec un peu plus de compassion pour lui il aurait probablement pu encore faire de grandes choses....

_________________
Hello Invité !  Le du 01 novembre 2017 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39975
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 12 Juil 2012 - 9:17

voir ci-dessus : il faut tout lire ! sourire
je répépète :
comme on en dissocie l'enfant , en bon éducateur . L'être humain est faillible : selon l'environnement , l'éducation, le milieu, il est amené à commettre des fautes, des erreurs. Placés dans les mêmes paramètres, qui sait ce que celui qui le juge aurait fait ? Il faut donc punir la faute - le coupable aussi, forcément - mais considérer que tout coupable est amendable . Pas facile et d'ailleurs pas toujours vrai , mais ça évite au juge la haine inutile et mal fondée .
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Ling le Jeu 12 Juil 2012 - 9:26

Un enfant apprend la vie, apprend à ce comporter en société, il est donc normal que son acte soit séparé de lui. Mais un adulte lui possède tout cela: il est responsable de ces actes, il doit en assumer la responsabilité.
Un juge qui hait n'est plus un juge.

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Bulle le Jeu 12 Juil 2012 - 9:34

JO a écrit:voir ci-dessus : il faut tout lire ! sourire
je répépète :
comme on en dissocie l'enfant , en bon éducateur . L'être humain est faillible : selon l'environnement , l'éducation, le milieu, il est amené à commettre des fautes, des erreurs. Placés dans les mêmes paramètres, qui sait ce que celui qui le juge aurait fait ? Il faut donc punir la faute - le coupable aussi, forcément - mais considérer que tout coupable est amendable . Pas facile et d'ailleurs pas toujours vrai , mais ça évite au juge la haine inutile et mal fondée .
En effet il faut tout lire
Eichman est devenu l'emblême du mal, comme il en a été l'instrument . Il faudrait pouvoir, toujours, dissocier l'homme de son acte, ne pas tolérer l'acte et laisser aller l'homme .
Source
Cela constituait un message unique et l'explication (qui ne tient pas debout d'ailleurs, le problème n'ayant pas grand chose à voir avec la haine ou non haine d'un type dont le rôle est de juger AVEC d'autres...), pour venir, dût être demandée...
Cela dit à mes yeux :
1) l'exemple n'est pas anodin,
2) "laisser aller l'homme" ne l'est pas non plus...

_________________
Hello Invité !  Le du 01 novembre 2017 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
avatar
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 39975
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par gaston21 le Jeu 12 Juil 2012 - 9:57

Mengele, Eichmann, des monstres, sans problème .La condamnation exemplaire, oui, sans hésiter . La méritaient-ils ? Je m'interroge. Ils étaient les fruits d'un système épouvantable, programmés, conditionnés, et sans doute déjà poussés par des dispositions génétiques morbides. Je ne crois pas du tout qu'ils aient pu se livrer à des choses aussi horribles en disposant de leur libre-arbitre. Par contre, leur condamnation était nécessaire à titre d'exemple pour la société..., pour constituer dans les cerveaux ces fameux fichiers de crainte de la sanction si on ne reste pas dans les clous. C'est le système de conditionnement utilisé depuis toujours par les religions, les houris pour moi et athéesouhaits ou les diables cornus !
Libre-arbitre ? La blague ! Dites-moi pourquoi mon frère, militaire de carrière est d'extrême-droite, et moi, cheminot, gauche-gauche...Bien sûr qu'on peut encore basculer, mais là, il faudra de très gros dossiers contradictoires pour faire pencher la balance; pour moi le coup de foudre pour une jeune et jolie militante UMP, mais...ne rêve pas, Gaston ! Que pourrait-elle tirer d'un vieillard libidineux ? La source est tarie...
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par JO le Jeu 12 Juil 2012 - 9:58

vingeinceu!!! lol!
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22382
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par _athéesouhaits le Jeu 12 Juil 2012 - 10:23

Stirica a écrit:Un enfant apprend la vie, apprend à ce comporter en société, il est donc normal que son acte soit séparé de lui. Mais un adulte lui possède tout cela: il est responsable de ces actes, il doit en assumer la responsabilité.
Un juge qui hait n'est plus un juge.
je ne parle pas d'Eichman là...

Il existe bien en justice le concept de circonstances atténuantes...
des meurtriers ont eut des peines bien allégées en considération des circonstances dans lesquelles ils ont été commis...

Eichman n'a aucune circonstance atténuante c'est clair!

_athéesouhaits
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6507
Date d'inscription : 22/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oubli ou pardon ?

Message par Alcibiade le Jeu 12 Juil 2012 - 10:24

Evidemment, il ne peut s'agir que d'une dissociation purement théorique (je reprends la différence entre les actes et la volonté) : car, dans les faits justement, il est impossible ou surhumain de séparer l'homme de l'ensemble de ses actes. Oui, d'ordinaire, classiquement, l'homme est l'ensemble de ses actes et doit assumer, même les conséquences les plus impévisibles et les plus aléatoires de ses actes.

Dans l'absolu, on a toujours le choix, et rétrospectivement, on aurait toujours pu agir différemment. Le réel n'est pourtant jamais aussi simple, et loin de rechercher à fuir nos responsabilités ou à disculper un coupable, il faut certainement comprendre l'origine du mal.

Qu'Eichmann soit coupable, c'est un fait ! Qu'Eichmann doive être châtié, c'est une obligation politique (j'ajouterais morale, même ! Pour que la morale fasse toujours sens) ! Qu'on doive le considérer comme un monstre qui ne mérite aucun pardon est autre chose !

L'acuité du propos de Arendt fait en effet frémir : le mal est banal, le mal n'est pas à exclure de nos propres potentialités, on aurait pu faire de même (n'oublions pas qu'Eichmann n'était pas un antisémite forçené, il avait de la famille juive, une petite amie juive, il a manifesté son horreur devant le traitement qu'il a pu observé dans les camps mais par contre les ordres relevaient pour lui du devoir sacré : un bureaucrate zélé dont le seul regret fut de n'avoir pas pu s'élever au dessus du grade de lieutenant-colonel SS) de sorte qu'il y a une relativité du pouvoir de l'individu dans un système qui le dépasse ! Quelqu'un parlait ci-dessus de la vengeance et combien il est naturel (puisqu'on a souffert en tant que victime ou proche des victimes) de vouloir considérer son tortionnaire comme un monstre et de vouloir se venger et lui faire payer ses actes : on lui prête dès lors des actes signés, et comme il s'agit d'actes innommables, il ne peut être humain et donc digne de pardon ! Car on ne pardonne qu'aux hommes, non aux monstres ! Mais surtout retirer à un homme (reconnu coupable et tortionnaire) son humanité, c'est se mettre à l'abri soi-même : s'il s'agit d'un monstre, je ne suis pas concerné car je n'aurais pas fait cela !
Du coup, le problème du mal est évacué, il n'est pas humain, ne me concerne pas or le mal est pourtant bien perpétré par l'homme, il ne relève pas de la fatalité ou du hasard. Le plus renversant dans le procès Eichmann, c'est que la figure du mal revêt une normalité indécente : un homme qui reprend ses fiches, qui écoute le procureur avec déférence, se cache derrière des verres teintés tout en s'exprimant dans un langage neutre, institutionnalisé, etc. On aurait bien voulu qu'Eichmann ne nous ressemble pas, mais l'inquiétude s'insinue lorsqu'on s'aperçoit qu'il s'agit d'un simple fonctionnaire médiocre et commun, arriviste certes et procédurier. Lorsqu'Himmler, lors de la débâcle finale, met fin à la Solution finale ; Eichmann reste fidèle aux ordres premiers du Reich et continue les déportations. Une telle attitude peut nous sembler suspecte vus les enjeux cosmiques qui se déroulent lors de ce procès à Jérusalem : comment est-ce possible que ce soit lui qui ait pu faciliter ainsi la machinerie de destruction ? L'exemple de Eichmann est peut-être trop polémique, mais en évoquant la notion de pardon, on se dit que la problème se pose toujours lorsqu'on a affaire à des crimes non seulement de sang, mais de dimension interplanétaire qui attentent à l'essence même de l'homme.
La notion de pardon prend tout son sens lorsque le mal commis relève de l'impensé et surtout lorsque le mal nous touche, raison pour laquelle Arendt et Lévinas ont si bien parlé du pardon.
avatar
Alcibiade
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 412
Localisation : Saöne et Loire
Identité métaphysique : Rationaliste pascalien
Humeur : Serein
Date d'inscription : 09/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum