«L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Aller en bas

«L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Rio sur Seine le Lun 9 Juil 2012 - 4:18

«L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique» par Myret Zaki et Etienne Chouard

http://fr.wikipedia.org/wiki/Myret_Zaki

Myret Zaki (née en 1973 au Caire, Égypte) est une journaliste économique suisse romande et rédactrice en chef adjoint du magazine économique Bilan. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages liés à l'actualité financière, principalement suisse et américaine.

Son père est un politologue et rédacteur en chef du journal de langue arabe Al Ahali, alors que sa mère est interprète à l’ONU3. Myret Zaki vit à Genève depuis 19811. En 1997, elle fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie, où elle se forme dans l'analyse financière. En 1998, elle obtient un MBA de la Business School of Lausanne1. De 2001 à octobre 2009, elle rédige sur l'actualité économique au quotidien suisse Le Temps1. En octobre 2008, Myret Zaki publie son premier ouvrage, UBS, les dessous d'un scandale3, livre sur la banque UBS, mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes.

En janvier 2010, elle devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. En février de la même année, elle publie Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale et en 2011, La Fin du dollar1 qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de sa grande extra-territorialité.

Le 3 décembre 2011, elle intervient lors de la conférence L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique avec Étienne Chouard.





Non, cette crise n’est pas une crise mais un ensemble de stratégies spéculatives visant à pomper le monde de ses richesses, orchestré en toute impunité par une oligarchie financière omnipotente.


Le 3 décembre dernier, à Genève, la journaliste économique suisse Myret Zaki et le professeur en économie Etienne Chouard ont participé à une conférence intitulée « L’Etat et les banques, les dessous d’un hold-up historique ».

Si vous avez eu la possibilité de voir Inside Job sorti chez nous il y a un an, excellent film documentaire de Charles Ferguson, politologue de formation, qui revenait sur le déclenchement de la crise financière de 2008 et en dévoilait les dessous à travers la douce voix de l’acteur Matt Damon, les propos et conclusions de Myret Zaki et Etienne Chouard sont complémentaires, limpides et incontournables.

Si vous êtes novice et que vous voulez comprendre cette crise qui vous a mis au chômage et appauvri, lisez d’abord notre article du 4/11(http://www.actuchomage.org/20111104...) qui revenait sur les mécanismes suicidaires mis en place depuis quarante ans par nos gouvernements : sciemment, ils ont permis aux marchés de développer leur capacité de nuisance et d’exercer leur hégémonie actuelle.


Maintenant, installez-vous confortablement et écoutez :



Rio sur Seine
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1744
Localisation : Sud Ouest
Identité métaphysique : Bouddhiste
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 13/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Millenium le Sam 21 Juil 2012 - 0:25

C'est indéniable , le pillage organisé n'est plus une théorie.
http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-les-espagnols-se-rebiffent_316947.html

voici un commentaire explicite suite à l'article.

" Une démonstration de du travail conjoint de la Commission et du FMI. Une cure d'austérité à la grecque qui va aggraver les choses au lieu de les arranger. Mais de toute façon, l'objectif est ailleurs, car l'Espagne est désormais prête à tomber. Elle a un genou à terre et le deuxième suivra dans peu de temps. Le pillage qui a été organisé en Grèce va se dérouler en Espagne. Les Espagnols devront vendre tous leurs actifs publics à des puissances étrangères. Les syndicats ont joué à merveille leur rôle, le financement de la Commission n'a pas été vain. Au lieu de pointer la Commission et la BCE qui répètent la tragédie grecque, les syndicats pointent du doigt des dirigeants qui sont des marionnettes de Bruxelles ou du FMI. La Finlande, Chypre ou encore les Pays-Bas l'ont bien compris. La Confédération Européenne des Syndicats financée par la Commission joue bien son rôle. Confederación Sindical de Comisiones Obreras, STV-ELA, UGT, USO auront peut-être une prime de la Commission pour leur performance contrairement aux joueurs français."

avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Tenzin Dorje le Sam 21 Juil 2012 - 3:00

Ce qui est présenté plus haut me semble caricatural. Ne faut-il pas toujours se méfier quand, dans de tels séminaires, sont désignés des grands-méchants-loups ?

Ci-dessous, une vidéo excellente (c'est en français, ne vous fiez pas au titre anglais) qui plaira à Spin & aux éventuels structuralistes sourire

Si vous préférez dailymotion à youtube, on la trouve sous le titre de "Frédéric Lordon - Ce que la valeur esthétique fait à la valeur économique (Spinoza)".

avatar
Tenzin Dorje
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 360
Age : 34
Localisation : LTWA, Dharamshala, H.P., India
Identité métaphysique : Mahayana (Tibetan) Buddhism
Humeur : At sea level
Date d'inscription : 08/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Millenium le Sam 21 Juil 2012 - 11:15

Ce qui est présenté plus haut me semble caricatural. Ne faut-il pas toujours se méfier quand, dans de tels séminaires, sont désignés des grands-méchants-loups ?


C'est pourtant très claire, la vidéo est longue mais très instructive.

http://www.courrierinternational.com/article/2012/07/20/mariano-rajoy-toutou-de-bruxelles


avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par gaston21 le Sam 21 Juil 2012 - 11:34

Millenium, je partage entièrement ton opinion . Les vautours de la Finance sont à l'oeuvre et l'Europe est la proie.
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par troubaadour le Lun 23 Juil 2012 - 13:36

Tenzin Dorje a écrit:Ce qui est présenté plus haut me semble caricatural. Ne faut-il pas toujours se méfier quand, dans de tels séminaires, sont désignés des grands-méchants-loups ?

Tu as entièrement raison. c'est un jeu à la fois excessivement dangereux et très lucratif pour ceux qui le pratique.

Tu remarqueras que les "grands méchants" n'ont pas de nom pas de visage pas d'identité pas d’existence mais beaucoup de pouvoir pour fomenter dans le secret absolu un complot pendant 40 ans...

La recherche du bouc-émissaire permet de s’absoudre de ses erreurs.
avatar
troubaadour
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4355
Localisation : France
Identité métaphysique : Athée Libéral-humaniste
Humeur : contrariant
Date d'inscription : 24/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Rio sur Seine le Lun 23 Juil 2012 - 15:09

troubaadour a écrit:
Tu remarqueras que les "grands méchants" n'ont pas de nom pas de visage pas d'identité pas d’existence mais beaucoup de pouvoir pour fomenter dans le secret absolu un complot pendant 40 ans...

Il apparait surtout que vous présumez du contenu de la conférence vidéo que j'ai présenté
sans même l'avoir visionné.

Autrement vous sauriez que son contenu n'a absolument aucun rapport avec les théories complotistes
que vous dénoncez.

Il y a une réalité qui est celle des mécanismes financiers de la spéculation boursière, qui sont articulés
au tour de principes exponentiels pyramidaux, dans lesquels ont a introduit un certains nombre de pans
de l'économie et en particulier la dettes des pays.

Dans la vidéo on y évoque la logique qui est celle du marché financier des "produits dérivés" où nous
sommes dans un débat très techniques, et d'ailleurs Myret Zaki à du mal a expliquer ce que sont
exactement les "produits dérivés".

Le marché des "produits dérivés" ce sont ceux dans les quels sont introduits ce qu'on appelle les
"produits toxiques". A savoir que presque toutes les banques ont mis des billes de tout ordre dans
les produits dérivés, ainsi que les différentes que ce soit des pays, des municipalité etc, etc, etc....

C'est un imbroglio tel que plus personne ne s'y retrouve, c'est à dire qu'on ne sait même plus où
ce trouvent ces fameux "produit toxiques".

Les "produits dérivés" qu'est-ce que c'est ?

Ce sont les dettes des emprunteurs qui sont prises en charge par les banques, lesquelles s'assurent
contre un éventuel défaut de paiement au près d'un autre organisme financier, qui ce dernier va
s'assurer à son tour au près d'un organisme, et ainsi de suite.... Qui aboutissent à ce qu'on appelle
les Hedge Fund.

A sommet de ce système afin de le renforcer d'avantage, on a mélangé les dettes des emprunteurs
riches avec celles des emprunteur pauvres (Suprimes par.exp.).

Cela à terme a généré un masse colossale, la fameuse "bulle" se chiffrant en milliers de trilliards,
mais qui ne sont en réalité qui du papier sans aucune valeur que les simples reconnaissances de
dettes des différents emprunteurs.

Dans le cadre de se système des "produits dérivés" que ce passe t-il en termes de spéculation ?

Ils se passe que par le truchement des différentes assurances qui se sont partagé les risques, on
peut spéculer soit à la baisse soit à la hausse.

Plus précisément, les tradeurs peuvent spéculer à la baisse, c'est à dire qu'ils parient pour gagner
de l'argent sur le dos de certaines faillites, tout comme d'autres parient à la hausse en spéculant
que les emprunteurs vont rembourser.

Il se passe ainsi que dès lors qu'un état est en position de faiblesse, les tradeurs spéculent et parient
tous à la baisse comme c'est le cas pour la Grèce.


Rio sur Seine
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1744
Localisation : Sud Ouest
Identité métaphysique : Bouddhiste
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 13/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par gaston21 le Lun 23 Juil 2012 - 15:49

Quand on voit le scandale actuel du Libor, quand on voit les sommes gigantesques mises en jeu ou les dizaines de milliards de dollars cachés par des particuliers dans les paradis fiscaux, on est bien obligé de constater que les dés sont complètement pipés, que les Etats ne contrôlent plus rien, et qu'il ne nous reste plus qu'à jouer...les indignés et à nous faire tondre !
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par Rio sur Seine le Lun 23 Juil 2012 - 17:45

gaston21 a écrit:... quand on voit les sommes gigantesques mises en jeu ou les dizaines de milliards de dollars cachés par des particuliers dans les paradis fiscaux, on est bien obligé de constater que les dés sont complètement pipés, ...


C'est encore pire que ça.

Les sommes papier de la bulle de la spéculation sont infiniment plus gigantesques que les milliards
cachés dans les paradis fiscaux.

En réalité ils ont besoin de ses sommes pour progressivement blanchir l'argent de la spéculation en le
convertissant en argent réel.

Bref, c'est une chaine de Ponzi, ni plus ni moins, mais qui passe par le système légal des grandes places
financières à l'inverse d'un Madoff qui lui a créé sa petite bulle tout seul de son côté avec des promesses
de gains en intérêts fictifs.

Nous sommes en fait dans un gigantesque système de fabrication de fausse monnaie et dont les effets
pervers sont exactement les mêmes, obéissant aux mêmes règles de leur écoulement.

Madoff s'inscrit exactement dans le même registre duquel il s'inspire directement, et dont il a très certainement
de forme évidente bénéficié de complicité, puisque à un certain moment il y eu un rapport qui n'a pas donné
de suite dénonçant ses pratiques.

Ce qu'il faut retenir de ce système de blanchiment, c'est qu'il ne peut se faire qu'en forme de pompe aspirante
de l'économie réelle qui doit continuellement l'alimenter.

Donc, lorsqu'on parle de croissance on peut facilement imaginé quel est le but réel, et non pas la prospérité
des peuples, ce qui est à peu près équivalent à un système d'esclavage invisible où l'on ne travaille plus que
pour renflouer la spéculation qui eux se sucrent alors qu'ils ne produisent rien en terme de richesses.

Rio sur Seine
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1744
Localisation : Sud Ouest
Identité métaphysique : Bouddhiste
Humeur : ça dépend
Date d'inscription : 13/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par gaston21 le Mer 25 Juil 2012 - 10:35

Un article intéressant de MEDIAPART . De l'argent, il y en a; c'est d'ailleurs lui qui mène le monde ; mais il reste toujours dans les mêmes poches et il fait des petits ...Allez, suez, bande de minables...Mais que font les Etats, sinon être complices de cette gigantesque arnaque ? Moraliser les banques ? Foutaise ! Allez Hollande, ce n'est pas un guignol qu'il nous faut, mais
un Robespierre !

Le prix exorbitant des paradis fiscaux ( Mediapart 25-7-2012)

24 JUILLET 2012 | PAR MARTINE ORANGE
Comment ne pas faire le rapprochement ? La semaine dernière, un nouveau scandale bancaire éclatait. Après Goldman Sachs, JP Morgan, Barclays, UBS, c’était au tour de HSBC d’être pris dans les mailles du filet. Une commission d’enquête du Sénat américain venait de mettre à jour dans un rapport de plus de 300 pages les agissements de la banque. Une enquête accablante : HSBC a non seulement favorisé l’évasion fiscale, mais a fermé les yeux sur des pratiques criminelles. Elle a détourné son regard du blanchiment d’argent et du trafic de drogue et d’armes au Mexique, des liens avec le terrorisme en Arabie Saoudite, ou du financement d’armes au Soudan ou en Iran.
Plus de 60 000 comptes liés à sa seule filiale mexicaine ont trouvé l’hospitalité dans les îles Caïmans. Sur 41 % de ces comptes, la banque n’avait quasiment aucune information, ne faisait aucun contrôle, en dépit des mises en garde de plusieurs responsables insistant sur les risques immenses de blanchiment d’argent de la drogue. Prise la main dans le sac, la direction de HSBC s’est déclarée « profondément bouleversée », a présenté ses excuses à ses salariés et à ses clients, renvoyé quelques lampistes, et promis de pleinement coopérer avec les autorités américaines. Une fois de plus, l’affaire risque de se terminer par une amende record, excluant toute autre peine. Et on passera à autre chose.
Dimanche, une fondation indépendante, Tax justice network, publiait dans The Observer une longue étude sur l’évasion fiscale et les paradis fiscaux. Menée par un ancien économiste en chef de MacKinsey, James S. Henry, l’étude a tenté de cerner ce « trou noir » de plus en plus important de la finance mondiale, le prix réel de l’off shore. Selon lui, tout pousse à sous-estimer l’ampleur de cette évasion fiscale. Les statistiques des diverses organisations internationales – FMI, Banque mondiale, Banque des règlements internationaux – amènent à évaluer les actifs financiers cachés dans les paradis fiscaux autour de 17 000 milliards d’euros. D’après ses estimations, il les chiffre plutôt autour de 25 500 milliards d’euros. Cela représente plus que l’addition du PIB des États-Unis et du Japon. Et encore insiste-t-il : « Il s’agit juste de la richesse financière. Une bonne partie des actifs investis dans l’immobilier, les yachts, les écuries de courses et tant d’autres choses qui comptent pour les grandes fortunes sont détenues au travers des structures off shore qui rendent impossible l’identification de leurs propriétaires ».
Mais il est un autre chiffre encore plus éloquent : « Une analyse détaillée des 50 premières banques privées internationales révèle qu’à la fin de 2010, elles géraient collectivement plus de 15 milliards d’euros d’investissements internationaux pour le compte de clients privés, y compris à travers des trusts et des fondations », note l’étude. Contrairement à ses démentis répétés, le système bancaire international est donc bien la pierre angulaire de ce système d’évasion fiscale.
Des parafis disparus en cinq jours
L’étude a repéré tous les grands noms de la gestion de fortune. Toutes les grandes banques y sont. UBS, dont les pratiques d’évasion fiscale et de comptabilité occulte semblent avoir été érigées en règle de management dans tous les grands pays est en tête. Crédit Suisse et HSBC, tout aussi bien connus, le suivent de près. Deutsche Bank et BNP Paribas, nos grandes banques européennes, qui ne cessent d’afficher des brevets d’honorabilité, ont fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour se hisser dans le classement de la gestion de fortune. Elles étaient respectivement au 6e et 8e rang en 2005, elles se retrouvent au 4e et 6e rang en 2010. De façon plus anecdotique, le classement de la banque suisse Pictet au dixième rang en 2010, surprend. C’est une toute petite banque genevoise. Mais il est vrai que son nom se retrouve dans nombre d’affaires françaises d’évasion fiscale. Ceci explique peut-être cela.
© Tax justice network
Mais ce classement impose une autre remarque. Dans cette liste de 2010 figurent de nombreux établissements qui ont été secourus par des fonds publics en 2008 et 2009, comme Barclays, ABN Amro, Goldman Sachs, dans une moindre mesure BNP Paribas et Crédit agricole. Le jeu de dupes de la crise financière apparaît au grand jour : les gouvernements ont sauvé les banques sans leur demander la moindre contrepartie, même pas de fermer leurs filiales dans les paradis fiscaux. En 2010, elles continuent de prospérer sur cette activité. Et de quelle façon !
En cinq ans, leurs actifs gérés pour le compte de leur clientèle internationale ont presque été multipliés par 1,5, passant de 9 à 15 milliards d’euros d’actifs gérés. Les effets de la mondialisation, sans doute. « Nous aurions dû tous nous alarmer quand la liste noire des paradis fiscaux établie par l’OCDE, qui était censée être la ligne de front du combat mondial contre l’opacité était vide dès le 7 avril 2009, seulement cinq jours après le communiqué du G20. Les paradis fiscaux sont maintenant censés être nettoyés. Pendant ce temps, les banques internationales continuent de prospérer dans la gestion de fortune », insiste James Henry.
Les paradis fiscaux, cependant, comme le souligne l’étude, ne sont bien souvent que des structures de transit, des lieux de passage. Car si les grandes fortunes recherchent l’opacité et le secret pour fuir les impôts et les taxes, elles veulent en même temps bénéficier des meilleures garanties pour protéger leurs avoirs. Elles veulent la sécurité du droit et de la loi. Et il n’y a que les grands pays développés qui peuvent leur apporter cette sécurité.

Les vrais paradis fiscaux, ce ne sont pas les îles Caïmans ou les îles Vierges, mais Londres, la Suisse, le Luxembourg et New York, rappelle l’étude. « Nous avons ici la stabilité. Stabilité du régime juridique et fiscal et stabilité politique, économique et sociale, ce qui est très important pour les investisseurs », rappelait Fernand Grulms, président de Luxembourg for Finance, cité par Nichaols Shaxson, dans son ouvrage très complet sur les paradis fiscaux.
Un système opaque que pour les non-initiés
Les grandes banques sont devenues expertes dans ces prestations sur mesure, offrant à la fois les meilleurs conseils fiscaux, juridiques et de placement, sachant passer d’un fonds à un autre, d’une place à une autre dans la plus totale discrétion, pour le plus grand profit mutuel de leur établissement et de leurs clients. L’enquête menée par la Barclays avant de consentir un prêt de 13,6 millions d’euros à son nouveau client, Ziad Takieddine, (lire l'article publiée par Mediapart), est à cet égard, un modèle du genre. Là où la justice aurait sans doute mis des années avant de découvrir la géographie du capital de l’intermédiaire sur les marchés d’armes, il n’a fallu que quelques semaines à la banque britannique pour recouper les montages et mener l’enquête. Ce que l’on supposait se vérifie : le système n’est opaque que pour les non-initiés. Mais les banques y naviguent sans grande difficulté.
La conclusion de l’enquête réalisée par la Barclays illustre combien l’évasion fiscale, le mensonge, la corruption sont désormais des facteurs « normaux » dans le monde bancaire : « Comme on peut s’y attendre pour un client de la nature de Ziad, ses avoirs sont détenus par le biais de structures offshore, bien qu’il soit, lui et non un trust, le bénéficiaire direct de chacune (...) En raison de sa résidence (fiscale – ndlr) à Paris, la structure de ses propriétés d'actifs est un peu complexe », observait la Barclays, avant de conclure que le nouveau prêt passerait par une structure aux îles Vierges.
Mais il y a longtemps que les banques ont appris à fermer les yeux. Après avoir accueilli dès les débuts des années 1970, les dictateurs africains ou des pays sous-développés qui reconvertissaient (dans les semaines voire les heures après) en avoirs personnels les crédits obtenus par leur pays, en laissant les dettes à leur population, elles ont ouvert les bras à tous à partir des années 1980, à la faveur de la libéralisation des marchés de capitaux et de la baisse des impôts, voulues par Ronald Reagan et Margaret Thachter. Qu’ils soient fondateurs dans la Silicon Valley, propriétaires de grands groupes, sportifs, oligarques russes, ou narco-trafiquants, tous sont les bienvenus.
Ils sont les 1 % bénéficiaires de la mondialisation. Dans une deuxième étude sur les inégalités, la fondation Tax justice network rappelle les travaux de l’économiste Thomas Piketty, de l’école économique de Paris, et d’Emmanuel Saez, de l’université de Berkeley, sur les revenus aux États-Unis entre 1980-2010. Durant cette période, les revenus des 1 % les plus riches ont doublé, ceux des 0,1 % les plus riches ont triplé, ceux des 0,01 % les plus riches ont quadruplé. Pendant ce temps, les 90 % restants ont perdu plus de 5 % de revenus.

Une à une, les théories libérales tombent. L’augmentation des revenus des plus riches ne se transmet pas au reste de la population, comme prévu la libéralisation des marchés des capitaux ne garantit pas l’efficience des marchés, mais au contraire favorise les trous noirs de plus en plus importants de la finance internationale. La baisse des impôts n’endigue pas, bien au contraire, l’évasion fiscale, et accroît les inégalités, en cassant les systèmes de redistribution.
L’économiste Paul Krugman a dénoncé depuis longtemps cette machine inégalitaire qui menace l’économie, la cohésion sociale, voire la démocratie. Alors qu'elle le considérait jusqu’ici comme hérétique, l’OCDE est en train de se convertir à la thèse. Dans son dernier rapport sur l’économie américaine, l’organisation souligne que « les inégalités de revenus et la pauvreté y sont parmi les plus élevées de toute la zone OCDE. (…) Pour diminuer à la fois les inégalités de revenus et les distorsions de l’allocation des ressources, il faudrait progressivement limiter les dépenses fiscales avantageant les hauts revenus de manière disproportionnée ». Cela tient d’une petite révolution pour une institution jusqu’alors chantre de l’orthodoxie.
Des pays débiteurs qui sont en fait créanciers
Mais le prix de cette opacité financière et ces inégalités ne s’arrête pas là. Ces disparités deviennent de moins en moins tolérables au moment où il n’est question que de récession, de dettes, de coupures dans les budgets sociaux et d’éducation. James Henry a fait le calcul : sur la base d’un rendement de 3 %, les revenus des milliards dissimulés au fisc, s’ils étaient imposés à 30 %, rapporteraient entre 155 et 225 milliards d’euros aux gouvernements.
Ces sommes, elles, manquent d’abord aux pays non occidentaux. L’évasion qu’ont connue l’Amérique latine, l’Afrique ou l’Asie depuis plus de trente ans est spectaculaire.

« Les 139 pays aux revenus les plus bas dans le monde qui sont considérés comme traditionnellement débiteurs net, affichent, selon les statistiques officielles, une dette extérieure de 4 900 de milliards d’euros, à la fin 2010. Mais si les réserves en devises étrangères et les comptes extérieurs, y compris off shore, de leurs riches ressortissants sont inclus, l’image s’inverse totalement : ils sont créanciers nets à l’égard du reste du monde à hauteur de 12 200 à 15 800 milliards d’euros. Le problème est que les actifs sont détenus par un petit nombre d’individus riches tandis que la dette est supportée par l’ensemble de la population de leur pays », note James Henry.
Mais l’Europe, en pleine crise financière, est dans le même cas. Si l’évasion fiscale et l’opacité financière ne minaient pas le système, la zone euro serait aussi créancière nette à l’égard du reste du monde, assure Thomas Piketty. Et les dettes jugées insupportables des pays comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie, diminueraient de façon spectaculaire si l’argent exilé en Suisse, au Luxembourg ou à Londres revenait dans les pays d’origine et payait normalement l’impôt.
Au-delà des bonnes paroles de mise, quel responsable européen a osé soulever la question ? Qui a demandé aux banques internationales d’en finir avec leurs filiales off shore et l’évasion fiscale ? Aucune interdiction, aucune limite n’a été posée, en dépit des scandales bancaires qui chaque fois mettent le système un peu plus à nu, dévoilant l’état de corruption qui règne dans le monde bancaire. Même la taxe sur les transactions financières est régulièrement renvoyée aux calendes grecques. Il a fallu un changement présidentiel pour que la justice française accepte de désigner un juge d’instruction pour enquêter sur le système d’évasion fiscale organisé par la banque suisse UBS.
Les grandes fortunes et les banques sont arrivées à un niveau de puissance où elles organisent le système pour leur unique profit, exigeant auprès des politiques les meilleurs services et les meilleures protections, sans accepter de payer le prix, comme insiste Thomas Piketty. Dans le même temps, ce sont les mêmes qui, au travers des banques, des hedge funds, des fonds d’investissement, grâce aux masses de capitaux qu’ils ont accumulés pendant ces trois décennies, organisent la déstabilisation de la zone euro, et protestent contre l’ampleur des dettes. Au moment où l’Europe court à sa ruine, où les mêmes dépenses sociales et d’éducation sont considérées comme des luxes insupportables, la question de la reprise du contrôle de ces trous noirs financiers organisés par la finance ne peut pas être éternellement différée.

avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»

Message par _Matoll le Sam 8 Sep 2012 - 14:58

Je remonte ce sujet qui est très intéressant et qui est malheureusement réaliste. Si la majorité de la population pouvait en prendre conscience et avoir assez de connaissances sur ce domaine, je pense que bien des politiques et même les milieux des banquiers se feraient du souci.



Et ça vient juste de sortir, car P. Jorion en parle :


_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum