Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Page 36 sur 38 Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Dim 20 Jan 2013 - 3:07

ronron a écrit:Il n’a rien dit. Il n’a pas pu rien dire. Il m’a regardé sans rien dire. Rien n’est venu troubler notre sommeil. Il n’y a rien qui vaille la peine qu’on s’y attarde. Je n’ai rien appris d’utile. [Antidote]

Cependant... "il n'a rien dit" peut sous-entendre qu'il aurait pu dire, mais il ne l'a pas fait, donc ne rien dire n'annule pas le potentiel de pouvoir le faire, or ce potentiel est un "universel ontologique" lol!
"il n'a pas pu rien dire" peut sous-entendre qu'il n'a pas pu dire quelque chose parce quelque chose l'a empêché de le faire, mais cela n'enlève pas la possibilité qu'il aurait pu le faire, donc à nouveau le potentiel... lol!
"il m'a regardé sans rien dire" - peut prendre lui aussi une teinte "d'universel" - si je suppose "qu'il était timide" croule de rire
"rien n’est venu troubler notre sommeil" - alors là ! c'est un problème de mémoire, éventuellement de perception... Il faut arrêter le Calva ! non mais
"il n’y a rien qui vaille la peine qu’on s’y attarde" - même pas une superbe blonde with boooooooobs ? Cool
"je n’ai rien appris d’utile" - ah ! l'utilité... tu m'as touché en plein mil ! Et pour cause, je suis en admiration ! croule de rire
Nous pouvons pardonner à un homme d’avoir fait une chose utile aussi longtemps qu’il ne l’admire pas. La seule ex-cuse d’avoir fait une chose inutile est de l’admirer intensément.(O. Wilde)
je sors
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par Ling le Dim 20 Jan 2013 - 10:16

Petit Chaperon Rouge vous devriez réfléchir à ces deux citations d'Albert Einstein:

La plus belle chose que nous puissions éprouver, c'est le côté mystérieux de la vie. C'est le sentiment profond qui se trouve au berceau de l'art et de la science véritable.

Et

L'imagination est plus importante que le savoir.

Nous sommes pleinement dans l'interrogation Leibnitz avec ces deux phrases.


Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Dim 20 Jan 2013 - 16:06

petit chaperon rouge a écrit:
ronron a écrit:Il n’a rien dit. Il n’a pas pu rien dire. Il m’a regardé sans rien dire. Rien n’est venu troubler notre sommeil. Il n’y a rien qui vaille la peine qu’on s’y attarde. Je n’ai rien appris d’utile. [Antidote]
Cependant... "il n'a rien dit" peut sous-entendre qu'il aurait pu dire, mais il ne l'a pas fait, donc ne rien dire n'annule pas le potentiel de pouvoir le faire, or ce potentiel est un "universel ontologique" lol!
Peut-être, peut-être pas, on ne sait pas. Et même si tu retrouvais dans le contexte cette référence à un sous-entendu, ce rien ne perd pas son sens |absolu?| par rapport à la parole...
Etc.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Dim 20 Jan 2013 - 20:56

ronron a écrit:Peut-être, peut-être pas, on ne sait pas. Et même si tu retrouvais dans le contexte cette référence à un sous-entendu, ce rien ne perd pas son sens |absolu?| par rapport à la parole...
Etc.
C'est absurde ! A partir du moment où on affirme que "il n'a rien dit", o sous-entend qu'il a la capacité de le dire, donc un potentiel. Or un potentiel n'est pas "rien", il existe par les probabilités... Toute cette histoire est un ouroboros ! On ne peut pas déterminer quelque chose par rapport à rien sans savoir à définir "quelque chose" et "rien", c'est à dire, définir les termes. Or en définissant le rien, il perd sa valeur de rien.
"Rien" dans ton exemple prend le rôle de non-dire qui, du coup, n'est pas synonyme avec "rien".
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par Ling le Dim 20 Jan 2013 - 20:59

"rien" n'est pas accessible à l'esprit humain.
Absence d'espace
Absence de temps
Absence de matière
Absence de potentiel
Etc

Nous ne pouvons pas le définir. Nous ne pouvons l'approcher qu'en énumérant les "absences".

Ling
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 21694
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 09/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Dim 20 Jan 2013 - 21:04

petit chaperon rouge a écrit:"Rien" dans ton exemple prend le rôle de non-dire qui, du coup, n'est pas synonyme avec "rien".
Donc tiens-t'en à ce ''rien''...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Dim 20 Jan 2013 - 21:06

De la même manière que le zéro dans les maths ! sourire
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Dim 20 Jan 2013 - 21:48

ronron a écrit:
petit chaperon rouge a écrit:"Rien" dans ton exemple prend le rôle de non-dire qui, du coup, n'est pas synonyme avec "rien".
Donc tiens-t'en à ce ''rien''...
Et tu prendras en compte que je considère ce quelque chose en tant qu'absolu.

La question devient pour moi : Pourquoi l'absolu?
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Dim 20 Jan 2013 - 23:47

ronron a écrit:Et tu prendras en compte que je considère ce quelque chose en tant qu'absolu.
La question devient pour moi : Pourquoi l'absolu?
Donc tu reformules la question comme suit : pourquoi l'absolu plutôt que rien ? Est-ce bien cela ?
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Dim 20 Jan 2013 - 23:55

petit chaperon rouge a écrit:
ronron a écrit:Et tu prendras en compte que je considère ce quelque chose en tant qu'absolu.
La question devient pour moi : Pourquoi l'absolu?
Donc tu reformules la question comme suit : pourquoi l'absolu plutôt que rien ? Est-ce bien cela ?
Non, ce 'est pas tant une reformulation que ce que la question est devenue compte tenu de ce que j'ai compris...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par zizanie le Lun 21 Jan 2013 - 0:10

Et pourquoi pas une logique modale du genre:
Il y a quelque chose actuellement et cela depuis 13,7 milliards d'années environ mais pourquoi pas rien avant ou rien dans 500 milliards d'années?

Et si le bilan énergétique total de l'univers actuel était nul et équivalait à rien?

Ce sont des exemples, il y en a d'autres. sourire
avatar
zizanie
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 7436
Localisation : France
Identité métaphysique : Matérialiste
Humeur : Taquine
Date d'inscription : 19/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Lun 21 Jan 2013 - 1:09

ronron a écrit:Non, ce 'est pas tant une reformulation que ce que la question est devenue compte tenu de ce que j'ai compris...
La question reste la même. C'est toi qui la projettes différemment.
Supposons qu'elle soit comme cela. Alors là, l'absolu prend la même valeur que le rien ! mdr
Et pour cause : exemple : absolu/rien équivaut à infini/zéro...
Bonne réflexion ! lol!
zizanie a écrit:Et pourquoi pas une logique modale
Je voulais mettre un petit exemple, pour amuser la galerie. Mais les caractères spéciales ne passent pas...
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Lun 21 Jan 2013 - 2:42

petit chaperon rouge a écrit:
ronron a écrit:Non, ce 'est pas tant une reformulation que ce que la question est devenue compte tenu de ce que j'ai compris...
La question reste la même. C'est toi qui la projettes différemment.
Supposons qu'elle soit comme cela. Alors là, l'absolu prend la même valeur que le rien !
Et pour cause : exemple : absolu/rien équivaut à infini/zéro...
Bonne réflexion !
C'est déjà réfléchi: L'infini est à l'absolu ce que ton zéro est à ton rien.
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par petit chaperon rouge le Lun 21 Jan 2013 - 2:52

ronron a écrit:C'est déjà réfléchi: L'infini est à l'absolu ce que ton zéro est à ton rien.
l'infini...
cela me rappelle les paroles d'une chanson...
L'infini
Des prairies bleues du ciel
Découvert
Comme un grand livre ouvert
Et la Terre
Cette bille éphémère
Qui prend quand l'étoile passe
Sa vraie place dans l'espace
avatar
petit chaperon rouge
Affranchi des Paradoxes

Féminin Nombre de messages : 451
Localisation : Forêt
Identité métaphysique : a-solipsiste...
Humeur : c'est quoi ?
Date d'inscription : 16/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par Nailsmith le Lun 21 Jan 2013 - 14:34

Pourquoi existe-t-il de l'être à la place du vide ou du néant ?
Parce que le Néant a besoin de l’Être pour meubler le vide, ou bien parce que le Néant a besoin du vide pour placer l'Être.Wink
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par rêve ayez le Lun 21 Jan 2013 - 17:45

Je persiste à penser que "rien" n'est qu'une possibilité infime.
Ou alors, mais je me pose cette question. Que devient la matière lorsqu'elle atteint le zéro absolu et qu'elle n'est plus en mouvement, n'a plus de masse ? Plus d'énergie ? Ça dépasse mes connaissances.

rêve ayez
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 76
Localisation : France
Identité métaphysique : Athée consciencieux
Humeur : sage
Date d'inscription : 15/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par zizanie le Lun 21 Jan 2013 - 18:01

rêve ayez a écrit:Je persiste à penser que "rien" n'est qu'une possibilité infime.
Ou alors, mais je me pose cette question. Que devient la matière lorsqu'elle atteint le zéro absolu et qu'elle n'est plus en mouvement, n'a plus de masse ? Plus d'énergie ? Ça dépasse mes connaissances.
Quel sens physique donnes-tu au zéro absolu?
Le mien qui concerne la température, n'a pas du tout cet effet sur la masse.
avatar
zizanie
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 7436
Localisation : France
Identité métaphysique : Matérialiste
Humeur : Taquine
Date d'inscription : 19/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par gaston21 le Lun 21 Jan 2013 - 18:09

Aux dernières nouvelles, on est descendu au-dessous du fameux zéro absolu ! Le dernier miracle de Dieu ! Un sacré farceur, le bougre! zizanie, je ne désespère pas un jour te voir mettre un cierge à Ste Rita !

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/fondamental/20130110.OBS5039/sous-le-zero-absolu-il-fait-tres-chaud.html
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Lun 21 Jan 2013 - 18:25

Nailsmith a écrit:Pourquoi existe-t-il de l'être à la place du vide ou du néant ?
Parce que le Néant a besoin de l’Être pour meubler le vide, ou bien parce que le Néant a besoin du vide pour placer l'Être.Wink
Et on se demande depuis quand la nature a ainsi horreur du vide..

Ou à quel moment dans le temps se comble ce vide...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par Nailsmith le Lun 21 Jan 2013 - 18:39

Merci Gaston, cet article est très intéressant. On dirait une sorte d'effet tunnel thermique.
L'effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l'énergie minimale requise pour franchir cette barrière.
On a traversé le mur du son, maintenant le mur du zéro absolu, lueur d'espoire pour exploiter l'energie sombre, demain ce sera le mur de la lumière, qui sait.
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par Nailsmith le Lun 21 Jan 2013 - 18:46

ronron a écrit:
Nailsmith a écrit:Pourquoi existe-t-il de l'être à la place du vide ou du néant ?
Parce que le Néant a besoin de l’Être pour meubler le vide, ou bien parce que le Néant a besoin du vide pour placer l'Être.Wink
Et on se demande depuis quand la nature a ainsi horreur du vide..

Ou à quel moment dans le temps se comble ce vide...
On le saura peut-être jamais de notre vivant.
avatar
Nailsmith
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1117
Localisation : Québec,Canada
Identité métaphysique : Chrétien lucide
Humeur : Égale
Date d'inscription : 06/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par ronron le Lun 21 Jan 2013 - 18:48

Nailsmith a écrit:Merci Gaston, cet article est très intéressant. On dirait une sorte d'effet tunnel thermique.
L'effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l'énergie minimale requise pour franchir cette barrière.
On a traversé le mur du son, maintenant le mur du zéro absolu, lueur d'espoire pour exploiter l'energie sombre, demain ce sera le mur de la lumière, qui sait.
Sans oublier le mur de Planck... sourire

On dirait bien le début de la fin des certitudes... Comme un temps pour chaque chose, dirait le grand sage...

P.S. Je me demande bien si les Mayas rient dans leur barbe...
avatar
ronron
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6474
Localisation : Canada
Identité métaphysique : ouvert
Humeur : ciel bleu
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par zizanie le Lun 21 Jan 2013 - 21:20

gaston21 a écrit:Aux dernières nouvelles, on est descendu au-dessous du fameux zéro absolu ! Le dernier miracle de Dieu ! Un sacré farceur, le bougre! zizanie, je ne désespère pas un jour te voir mettre un cierge à Ste Rita !

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/fondamental/20130110.OBS5039/sous-le-zero-absolu-il-fait-tres-chaud.html
Quelques micros Kelvins en dessous de zéro, c'est un exploit en soi.

De tels systèmes ont été expérimentalement et théoriquement étudiés au début des années 1950, notamment par les prix Nobel de physique Edward Purcell et Norman Ramsey. Ce dernier a d’ailleurs publié un article dédié aux propriétés générales d’un système physique possédant une température thermodynamique négative.



Sur ce schéma, on voit la courbe de variation de l'entropie (E) pour un système avec une énergie maximale (Smax). Cette courbe partage les états du système en deux régions. Le paramètre β correspond à 1/T, T étant la température. On voit donc qu'à gauche on est dans la partie des températures positives et à droite dans celle des températures négatives, les plus chaudes. Au centre, le système est à une température positive infinie. © Quantum Munich


Une autre façon de voir l'obtention de températures négatives. La surface en gris correspond à des états d'énergies bornés pour des particules formant un système physique. Pour des températures positives, la majorité des particules se retrouvent dans des états d'énergies minimaux au fond d'une cuvette de potentiel (particules bleues, à gauche). Lorsque la température positive s'approche de l'infini, tous les états d'énergie possibles sont uniformément peuplés (au milieu). Dans le régime des températures négatives, les particules sont localisées vers les états d'énergies maximaux formant un pic (particules rouges, à droite). C'est l'inversion des populations. © Ludwig-Maximilians University

Source
avatar
zizanie
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 7436
Localisation : France
Identité métaphysique : Matérialiste
Humeur : Taquine
Date d'inscription : 19/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par rêve ayez le Lun 21 Jan 2013 - 21:49

zizanie a écrit:
rêve ayez a écrit:Je persiste à penser que "rien" n'est qu'une possibilité infime.
Ou alors, mais je me pose cette question. Que devient la matière lorsqu'elle atteint le zéro absolu et qu'elle n'est plus en mouvement, n'a plus de masse ? Plus d'énergie ? Ça dépasse mes connaissances.
Quel sens physique donnes-tu au zéro absolu?
Le mien qui concerne la température, n'a pas du tout cet effet sur la masse.
Je pensais aussi à la température mais n'avais pas saisi qu'à zéro, il reste encore de l'énergie, d'où mon questionnement. Les explications de tous le monde mon beaucoup aidé.

rêve ayez
Jeune Padawan

Masculin Nombre de messages : 76
Localisation : France
Identité métaphysique : Athée consciencieux
Humeur : sage
Date d'inscription : 15/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma courte réponse à La fameuse question de Leibniz

Message par zaïrdja le Mar 22 Jan 2013 - 5:33

Ben j'ajoute, pour me venger de Leibniz, ( vous vous muet êtes farci ses travaux sur le calcul infinitésimal? ),
que ce bonhomme a un esprit fermé, un sale caractère, et qu'il travaille en excluant :
Pourquoi quelque chose plutôt que rien?
Et pourquoi pas les deux?

zaïrdja
Sorti de l'oeuf

Féminin Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 18/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 36 sur 38 Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum