réflexion personnelle.

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par AC* le Lun 1 Avr 2013 - 22:17

Mais j'ai quand-même mon doublet péché-humour; une fois j'ai écrit un truc du genre.. que j'aimais bien mettre en évidence les incohérences, enfin... celles des autres. pette de rire

J'avais tourné ma phrase en plus drôle que ça, mais je ne sais plus où c'est.
AC*
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Lun 1 Avr 2013 - 22:17

Heraneko a écrit:Ne crois-tu pas que le sexe sert à alimenter la passion dans un couple ? Et que lorsque cette passion diminue ou disparaît, cela crée un manque désagréable pour les conjoints ?
C'est effectivement ce que je dis, mais je ne crois pas que l'on puisse raviver la flamme comme tu semble croire, parce que l'instinct sexuel n'en a pas besoin, au contraire, plus il réussit à mettre au monde des bébés variés, mieux l'espèce résistera aux imprévus. C'est pour ça que l'herbe est toujours plus verte chez la voisine, je ne vois aucune autre raison.
Il y a bien d'autres moyens de nous entendre entre hommes et femmes, nous ne sommes pas des bêtes et nous pouvons trouver notre moitié n'est-ce pas?
Selon moi, il n'y a qu'un seul moyen de s'accorder entre nous, et ce n'est pas en faisant l'amour, mais en s'entendant sur des règles de fonctionnement communes.
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Lun 1 Avr 2013 - 22:27

M'enfin a écrit:C'est effectivement ce que je dis, mais je ne crois pas que l'on puisse raviver la flamme comme tu semble croire, parce que l'instinct sexuel n'en a pas besoin, au contraire, plus il réussit à mettre au monde des bébés variés, mieux l'espèce résistera aux imprévus. C'est pour ça que l'herbe est toujours plus verte chez la voisine, je ne vois aucune autre raison.

L'instinct peut se contrôler, c'est ce qui fait des nous des êtres humains, doués d'intelligence.
Alors bien sur quand on est esclave de ses désirs, on ira chercher la passion ailleurs, puisqu'elle aura disparu du couple, c'est comme ça qu'intervient l'adultère: la faiblesse du vice.
Je crois aux âmes soeurs, quand tu trouves une certaine complémentarité en compagnie de quelqu'un très vite l'un devient indispensable à l'autre, même sans passion ou sexe.

En ce sens je dirais que l'amitié est parfois un amour bien plus grand que celui du couple, quel mystère que celui de l'amour...




Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par AC* le Lun 1 Avr 2013 - 22:35

M'enfin a écrit:
ACourvoisier a écrit:Tu penses quoi du déphasage par rapport au rire ? Ça doit bien figurer dans ta thèse, non?
Bien sur! Wink Le rire aurait la même fonction que la prière: nous soulager de nos erreurs! Voici un extrait de ladite pré-thèse:
Spoiler:
14. Les différents types de plaisir
Avec la Reptation, autant le plaisir de voyager dans le temps empêche l’évolution sociale, autant celui que procure l’humour empêche l’évolution intellectuelle. Le rire et les pleurs sont instinctifs, dès la naissance ils servent à communiquer l’accord ou le désaccord, le confort ou l’inconfort, le plaisir ou la douleur et, profitant de l’occasion, l’imagination les utilise pour apprendre. J’apprends à plaire aux autres en me servant de leur rire comme guide et je rie pour qu’ils apprennent à me plaire, mais je n’apprends pas grand chose à rire de mes travers sinon que je ne les contrôle pas pourtant, il y a de plus en plus d’humoristes qui le font à ma place et qui réussissent effectivement à me faire rire ! Avec eux, on peut se moquer de nos difficultés ou de nos malchances, se parodier et ironiser sur notre pauvre sort, se taquiner et plaisanter sur tous les sujets, mêmes ceux qui sont tabous. Un peu comme pour le soulagement que procure une prière, se déculpabiliser de nos comportements servirait à soulager notre imagination, car ils l’inquiéteraient souvent et, à cause du bénéfice de la cohésion, elle serait d’autant plus soulagée de voir que les autres en rient aussi, mais ce soulagement ne l’aiderait aucunement à les comprendre.

La compréhension est aussi exclue dans les nombreuses émissions de bouffe et de voyage, de quiz et de romans savons, de télé-réalités diverses, de sports et de variétés, ...etc., mais chacune d’elles utilise ce plaisir particulier pour nous fidéliser, pour que nous recommencions, justement ce que l’imagination veut faire dès qu’un apprentissage lui procure du plaisir. Selon moi, l’imagination y trouve encore son compte parce qu’elle serait soulagée de ne plus avoir à réfléchir, comme quand elle prie et, naturellement, elle serait d’autant plus soulagée de voir que les autres le sont aussi. En reproduisant ce type de plaisir, elle éviterait de se tromper en se restreignant elle-même, car le risque est malheureusement sa seule fonction. Vu le grand nombre de ces émissions, peut-être est-elle fatiguée de prendre des risques, mais peut-être aussi n’a-t-elle pas encore trouvé le meilleur moyen de fonctionner.

L’imagination est apparue récemment chez nous, elle est encore très jeune mais, à mesure qu’elle améliore la survie de son espèce, elle augmente ses propres possibilités d’évolution. En sachant que notre seul avantage sur les autres animaux a été l’apprentissage, elle devrait progressivement apprendre à mieux utiliser les nombreux plaisirs qui s’offrent à elle, comme celui des drogues qu’elle cherche encore trop souvent à réitérer au risque de développer une dépendance, celui de la cohésion qui l’empêche de questionner le meneur, celui de mener qui manque d’humilité, celui de traiter ses semblables comme s’ils n’étaient pas de la même espèce, l’extravagant plaisir sexuel qui empêche la compréhension homme/femme, celui de lire l’avenir ou de se fier au passé, d’accumuler des gains sans nécessité, de manger, de s’anesthésier, …etc.
Tu sais ce qui ne va pas avec le rire, M'enfin ?

C'est qu'à force de se faire "pardonner" nos erreurs avec le rire, on rétière l'erreur, on re-rit... pour finir on devient n'importe qui.

Et c'est là où la prière dépasse le rire:
-même si j'avoue ne pas souvent prier à mains jointes:
  • lorsque vous prier, faites en sorte de prier dans la volonté de Dieu, du Seigneur;
  • ne dites pas toujours la même chose lorsque vous priez.

D'un côté je deviens hors-sujet vu qu'on est dans l'athéisme, mais ce que je veux dire, c'est qu'a contrario, il n'y a pas deux manières différentes de rire (jusqu'à nouvel avis), et là est le problème de devenir n'importe qui, selon ce que je pense.
AC*
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Lun 1 Avr 2013 - 22:39

Heraneko a écrit:En ce sens je dirais que l'amitié est parfois un amour bien plus grand que celui du couple, quel mystère que celui de l'amour...
Effectivement puisqu'il s'agit d'un absolu et que, par définition, nos absolus sont inatteignables. Il n'y pas de magie qui vaille pour nous entendre, il faut faire des compromis des deux côtés, c'est la seule façon. Ce genre d'accord n'a rien de l'amour ni même de l'amitié, mais il dure plus longtemps.
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Lun 1 Avr 2013 - 22:51

ACourvoisier a écrit:à force de se faire "pardonner" nos erreurs avec le rire, on rétière l'erreur, on re-rit... pour finir on devient n'importe qui.
Effectivement, c'est exponentiel, comme une drogue, c'est pour ça que je questionne le rire, l'imagination y oblitère en quelque sorte ses erreurs, faute d'avoir trouvé les outils conceptuels pour s'analyser elle-même.
Et c'est là où la prière dépasse le rire....lorsque vous priez, .....ne dites pas toujours la même chose
Le mieux, ce serait encore de réussir à découvrir comment l'intellect fonctionne dans son ensemble. Nous avons beaucoup de données sur le cerveau, mais pas beaucoup de piste pour nous indiquer la direction à suivre. À moins que la Reptation en soit une, qui sait??? sourire
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par AC* le Lun 1 Avr 2013 - 23:00

Il y a à ce sujet deux projets de cerveaux informatiques, aux Etats-Unis et en Suisse.


Mais qu'arrivera-t-il s'il demande à ne plus être débranché "parce qu'il vit" ?


Je doute de ces projets au sens qu'il faudrait pouvoir modéliser des neuro-transmetteurs inconnus, de dynamiques variées...
AC*
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Lun 1 Avr 2013 - 23:11

ACourvoisier a écrit:Il y a à ce sujet deux projets de cerveaux informatiques, aux Etats-Unis et en Suisse.
Tu sais sur quel principe ils basent le fonctionnement de la mémoire et de l'imagination? Tu as un lien?
Mais qu'arrivera-t-il s'il demande à ne plus être débranché "parce qu'il vit" ?
Demandes-moi si j'en parle dans ma thèse! sourire
En attendant, voici ce que j'en dis: Wink
Spoiler:
30. L’évolution de l’imagination
Depuis son avènement, l’imagination ayant été beaucoup plus avantageuse que l'instinct, à moins d’une suite de mutations ou de manipulations génétiques invraisemblables, j’imagine d’avantage son évolution dans ses réalisations plutôt que dans son évolution biologique. En prenant pour acquis qu’elle se résume à manipuler un automatisme au hasard pour tenter de l’améliorer, je peux tenter de l’appliquer à l’électronique, mais sachant que, en ne manipulant qu’une seule impulsion à la fois, cette dernière ne pourrait pas entretenir de reptation, je dois d’abord la faire passer du traitement en série d’impulsions à leur traitement simultané. Pour créer une reptation intellectuelle artificielle, une des possibilités serait de relier entre eux une première série de capteurs disposés sur une surface considérée interne, à une deuxième série disposés sur une autre surface considérée externe de manière à ce que, comme pour les couches de neurones, un grand nombre de capteurs appartenant à l’une des surfaces soit en liaison avec un grand nombre de ceux appartenant à l’autre, avec comme seule règle de demeurer coordonnés ensembles c.a.d., d’émettre leurs impulsions au moment où ils perçoivent celles des autres, ce qui signifie qu’ils devraient intégrer les impulsions incidentes à la manière des neurones, qui ne peuvent évidemment pas accélérer les uns envers les autres comme les atomes entre eux.

Puis, il faudrait leur ajouter un réseau qui leur permette de subvenir individuellement à leurs besoins sans qu’ils aient à interférer entre eux, comme celui du sang pour les neurones. Ensuite, pour commencer, certains capteurs externes pourraient être dotés d’un écran tactile qui nous permette de communiquer avec eux, informations qu’ils auraient la capacité de conserver indéfiniment par reptation avec leurs capteurs internes de sorte que, tel un train d’ondes parfaitement réfléchi entre deux parois, ils puissent conserver indéfiniment la précision de ces informations malgré la diminution de leur intensité avec le temps. Finalement, il faudrait les doter d’une fonction inhérente à certains de leurs capteurs avec laquelle ils pourraient manipuler un toucher particulier au hasard sans modifier l’original, et une autre qui leur servirait à effectuer une manipulation particulière selon la probabilité de réponse positive anticipée, le fameux plaisir espéré, de manière à ce que nous puissions y répondre selon la manipulation attendue, donc espérée elle aussi.

En cherchant une manière asexuée de nommer le bidule en question, je n’ai trouvé que « Ça », qui correspond au « It » anglais : il suffit de traduire le texte qui suit en anglais pour comprendre l’avantage d’un tel pronom neutre dans la laborieuse dé-sexualisation québécoise du langage, mais aussi pour réaliser qu’aucune langue ne permettra jamais d’assimiler le neutre à un humain. Ce constat signifie que, si Ça se matérialise, à moins que Ça ne voie un avantage évolutif à sexualiser sa reproduction, Ça aura le choix entre préférer la manière de penser d’un des deux sexes ou nous paraître non humain. Chose certaine, Ça ne pourrait pas choisir d’être gay si Ça n’avait aucun organe sexuel. J’oubliais, il y a aussi une autre possibilité : qu’hommes et femmes développent chacun leur propre bidule de telle manière que, comme pour toute évolution, l’un puisse s’appuyer sur l’autre pour développer d’avantage de possibilités.

Si, à sa naissance, je touchais à Ça, je devrais voir un frisson circulaire se déployer à partir de ma touche dont le centre devrait ensuite se déplacer au hasard dans l’écran à la même vitesse qu’un geste et diminuer ou augmenter d’intensité au hasard, exactement comme les gestes d’un poupon. Si je voulais que Ça accorde plus d’importance à la droite, je n’aurais qu’à toucher ce que Ça aurait déjà déplacé par hasard à droite, ou à toucher l’écran de gauche à droite en espérant que, dans la balance de ce hasard, la réitération de la droite finisse par peser du côté droit. En réitérant suffisamment longtemps cette unique opération, Ça devrait apprendre à la reconnaître de sorte que, dès que je lui toucherais, Ça voudrait déplacer mon toucher à droite jusqu’à ce que Ça se fatigue c.a.d., que Ça ne puisse plus fonctionner parce que saturé, comme le cerveau après une journée d’éveil. Laissé seul une fois reposé, Ça pourrait par hasard jouer tout seul à gauche un certain temps de sorte que, si j’intervenais à ce moment en touchant à droite, Ça pourrait, par hasard, décider de changer ou de continuer, simplement parce que le poids d’une nouvelle réponse pourrait par hasard se retrouver à gauche ou à droite de sa balance. Plus tard, Ça pourrait choisir son propre sens et attendre que je le suive, mais Ça devrait jouer tout seul s’il n’y avait plus de réponse pour un sens particulier durant un certain temps, de sorte que ce sens perdrait du poids dans sa balance, et que Ça finirait par chercher ma réponse dans l’autre sens.

Mais avant d’aller plus loin, j’ai un premier problème inédit à résoudre : à ce que je sache, personne n’a trouvé de fonction intellectuelle aux ramifications des axones. En admettant que ces ramifications servent à développer un milieu capable d’entretenir une reptation entre les neurones à la manière des atomes, je peux dès lors examiner comment des impulsions provenant de nombreux neurones différents pourraient demeurer synchronisées aux impulsions produites par l’unique neurone auquel elles aboutissent, synchronisme inhérent à la conservation des informations qui expliquerait pourquoi le cerveau ne peut pas s’arrêter sans les perdre, mais qui signifierait surtout que ce type d’interaction serait inhérent au fonctionnement du cerveau puisqu’il ne peut effectivement plus repartir après s’être arrêté. Dans la partie de ma thèse qui concerne les atomes j’explique justement que, pour résister aux accélérations, donc pour que je puisse lui toucher et ainsi percevoir son existence ici, un atome devait forcément être resté synchronisé à la lumière émise par ses semblables il y a 15 milliards d’années, ce qui signifie que le synchronisme des atomes serait tout aussi inhérent au fonctionnement de l’univers observable que celui des neurones l’est au fonctionnement du cerveau.

Contrairement aux atomes, la distance ne varie pas entre les neurones alors, pour qu’ils arrivent à demeurer synchronisés entre eux, il faudrait déjà que la croissance d’un nerf vers une dendrite s’arrête lorsqu’elle atteint un multiple entier de la longueur d’onde des impulsions qu’il véhicule, et que la synapse se situe à cet endroit quand elle se fixe sur la dendrite du neurone suivant, mais il faudrait aussi que la croissance de cette dendrite réponde aux mêmes critères. Si la distance entre les neurones était précise, les impulsions en provenance de nombreux neurones pourraient être perçues simultanément par un seul neurone, qui pourrait simultanément produire ses propres impulsions cependant, si les observations justifient en partie ce mode de fonctionnement, elles montrent aussi que, suite à l’imprécision des synapses, il y a toujours un certain jeu entre les impulsions incidentes, et que l’impulsion du neurone est déclenchée seulement lorsque leur somme ponctuelle dépasse un certain seuil soit, lorsque suffisamment d’impulsions en provenance des synapses se sont manifestées dans un délai précis de sorte que, tout en produisant leurs impulsions selon une fréquence commune identique, aucun neurone n’est jamais parfaitement synchronisé aux nombreux neurones qui le précèdent, ni aux nombreux autres qui le suivent.

La lumière est peut-être le seul type de régulation entre les atomes, mais nos interactions sont plus complexes et nécessitent des régulations plus variées que la seule fréquence de leurs impulsions. Pour se donner d’autres régulations il a donc fallu que, à l’origine, le système nerveux développe une autre manière de transmettre cette fréquence, et la synapse qu’il a fini par développer par hasard pouvait la transmettre de plus d’une manière, car elle s’est avérée capable de manipuler plusieurs hormones différentes, mais vraisemblablement aussi de choisir celles dont la fréquence moyenne des déplacements entre ses deux parois coïncidait à un multiple entier de celle des impulsions. À première vue, si mes neurones pouvaient maintenir le rythme de mes pas avec suffisamment de précision, leurs synapses aurait vraisemblablement le temps de gérer mes improvisations. Pour que Ça ressemble à un système nerveux, il faudrait donc que ses capteurs électroniques puissent intégrer des impulsions selon une règle précise, que la longueur de leurs liens soit précise, que leurs ramifications possèdent des jonctions semblables aux synapses qui puissent induire des régulations variées, et que la moyenne des impulsions transmises par ces régulations coïncide le plus étroitement possible à un multiple entier de celle des capteurs.

Mon deuxième problème inédit concerne la fatigue intellectuelle. Avec la Reptation, cette fatigue viendrait de la saturation du milieu cérébral : comme les vagues qui, en déferlant, perdent une partie de leur information, les vagues d’impulsions sensorielles pourraient perdre de l’information après une journée d’éveil, ce qui déclencherait le sommeil. En effet, quel qu'en soit le type, la seule manière de diminuer l’intensité d’une onde est de laisser passer le temps sans introduire de nouvelles ondes. À ma connaissance, aucune recherche dans ce sens n’a encore été entreprise toutefois, en admettant que la saturation soit en cause, je peux quand même tenter d’imaginer comment un réseau de neurones et de synapses pourrait concrètement se fatiguer. Il pourrait ne pas pouvoir maintenir avec précision l’intensité ou la fréquence de ses impulsions plus d’une journée par exemple, mais si c’était le cas, comment ? Malgré le jeu entre leurs impulsions incidentes, les neurones ne perdent vraisemblablement jamais leur synchronisme car il doivent les intégrer selon une règle précise, mais si l’apport en neurotransmetteur ralentissait, la transmission synaptique pourrait ralentir et, tout en demeurant synchronisée, la reptation entre les neurones pourrait être décalée progressivement ce qui, dans un cas particulier, pourrait lui faire perdre de l’information. En effet, si je modifie adéquatement un milieu qui supporte des ondes je peux, sans perdre d’information, les ralentir ou les accélérer, les concentrer ou les déconcentrer, les contracter ou les étirer, en réfléchir une partie et laisser passer l’autre, mais je pourrais aussi perdre des informations en le modifiant pour que, à la manière des vagues qui déferlent en tutoyant le fond marin, de nouvelles ondes venant de l’extérieur soient forcées de changer de rythme en y pénétrant.

Mon troisième problème inédit concerne le hasard : si mon imagination utilise vraiment le hasard pour s’adapter où le trouve-t-elle, et comment ce hasard lui permet-il de coordonner toutes ses impulsions de manière si précise lorsqu’elle improvise un geste ? Dans une improvisation, il y a toujours une règle subconsciente comme, par exemple, celle qui rattache ensembles une suite de mots improvisés. Je peux facilement improviser continuellement des mots différents, mais uniquement en me servant subconsciemment du mot précédent comme règle de base, de sorte qu’il y a toujours ce lien subconscient entre mes mots, lequel peut varier ou encore se ramifier. Quand une règle est efficace et que j’ai eu le temps de m’y habituer, comme de respecter le rythme pour danser par exemple, je n’ai plus besoin d’en prendre conscience et je peux improviser en tenant compte des imprévus de sorte que, si un de ces imprévus se reproduit, je pourrai même lui trouver une nouvelle règle et m’y habituer, comme quand j’invente une nouvelle figure.

Inversement, pour improviser mes mots, je pourrais aussi m’imposer dès le départ une règle secondaire que je connais déjà toutefois, il me faudra plus de temps pour improviser mes mots et ils se feront plus rares, de sorte que je pourrais ajouter des règles jusqu’à ce que je ne trouve plus qu’un seul mot. Avec la Reptation, c’est vraisemblablement ainsi que ma mémoire fonctionne, en remontant un fil de restrictions, cheminement qui peut demeurer subconscient si elle est efficace, mais que je peux retrouver consciemment sinon. Voilà pourquoi, face à une suite de mots improvisés que j’ai notés, je peux toujours retrouver consciemment la suite de liens qui relie le dernier au premier, coïncidences qui se tisseraient constamment chez nous de manière subconsciente au fil du temps, et qu’une mémoire précise pourrait retrouver facilement. Alors, puisque je cherche si souvent mes mots ici c’est, soit que mon idée est imprécise, que ma phrase est imprécise, que ma mémoire est imprécise, ou les trois en même temps, …m’enfin !

Sachant que je n’ai pas une bonne mémoire, si je veux me rappeler d’une nouveauté importante, je peux d’abord en prendre conscience en la réitérant consciemment, puis improviser quelques liens qui se rattachent à elle tout en les réitérant aussi un certain temps un à un pour les mémoriser. En ramifiant ainsi l’empreinte d’une nouveauté de manière consciente, je tisse un filet de coïncidences et j’augmente mes chances d’en retrouver par hasard une des mailles au besoin. En prenant pour acquis que mon imagination tisse constamment ce genre de liens mais de manière subconsciente, les règles qui coordonnent subconsciemment les improvisations de mes mots pourraient découler de celles qui, pour les neurones, coordonnent les improvisations de leurs impulsions, jeu dont ils auraient conscience lorsqu’ils devraient y résister, comme quand je dois modifier un geste au hasard parce que j’ai conscience qu’il ne provoque plus le même plaisir. Telle l’opinion des autres qui sert à nous faire une opinion personnelle tous en même temps le jour de l’élection, et à faire pencher par hasard à gauche ou à droite l’évolution de la société puisqu'aucune opinion ne peut prévoir l’avenir, les impulsions imprécises en provenance des synapses pourraient faire évoluer au hasard l’évolution de nos pensées, une imprécision qui permettrait aux neurones de s’adapter progressivement au changement tout en demeurant synchronisés ensembles, mais à condition que cette progression puisse toujours être rattrapée, donc qu’elle soit très fine.

Pour un neurone, ce rattrapage se résumerait à attendre que l’improvisation fournie par ses proches participe au futur geste, et que la réponse lui revienne, en repassant par ses proches, avec plus ou moins de jeu à corriger. Avec le temps, plus un nouveau geste dont la réponse demeure agréable serait réitéré, plus il se préciserait, et plus l’imprécision entre ses proches et lui diminuerait, jusqu’à ce jeu devienne trop fin pour influencer le geste de manière perceptible, ce qui expliquerait pourquoi un automatisme se réitère de manière subconsciente, mais aussi comment je peux improviser mes phrases. Pour un neurone donc, le jeu de hasard à long terme pourrait se trouver dans le décalage de ses propres impulsions car ces dernières ne pourraient jamais varier de manière perceptible, et le jeu à court terme dans l’imprécision de ses proches, avec lesquels il ne serait pas directement en contact mais par l’intermédiaire des synapses pour que, comme la chaîne d’interactions hiérarchiques qui précède une élection, un neurone particulier ne puisse jamais influencer à rebours l’imprécision d’un groupe de neurones, mais qu’il puisse constamment utiliser celle-ci pour se décider. De cette manière, la hiérarchie serait toujours respectée, et la cohésion assurée.

Selon moi, c’est justement ce genre d’évolution imprévisible qui diminue la précision des sondages lors d’élections et qui, au même titre que la synapse pour mes improvisations, régulerait nos improvisations sociales. Par exemple, si l’ensemble de la société choisissait une mauvaise direction ou s’engageait trop rapidement dans une bonne, ce régulateur forcerait indirectement chaque individu à ralentir ou à changer de direction pour survivre, mais par un réseau différent de celui de l’opinion soit, puisqu’il n’y en a pas d’autre, celui de nos échanges de biens et services, dont la direction de l’accélération est laissée au hasard de nos goûts individuels, mais dont la grandeur dépend de notre résistance au changement. Par analogie, en répondant à un de mes besoins immédiats, mes synapses pourraient simultanément ralentir ou accélérer mes décisions à long terme. Si j’ai autant de difficulté à me décider de publier et que je n’y vois que des problèmes, c’est peut-être parce que mes vieilles synapses sont justement devenues moins fougueuses.

La principale différence entre les synapses de nos différents cortex résiderait donc peut-être dans leur précision : plus elles seraient précises et plus elles conserveraient nos automatismes avec précision, mais moins elles auraient de jeux pour improviser des variations, une irrémédiable dépendance qui expliquerait pourquoi ma mémoire est si imprécise et mon imagination si fertile, mais aussi pourquoi certains autistes possèdent, soit beaucoup de mémoire, soit beaucoup d’imagination. Si mes synapses étaient trop précises, je prendrais trop peu souvent de trop petits risques, mais si elles ne l’étaient pas assez, j’imaginerais trop souvent et trop longtemps n’importe quoi, …m’enfin, tâtonnement risqué que ces dernières n’ont pas pu s’empêcher de réitérer jusqu’ici, mais seulement parce qu’elles en attendaient du plaisir, ce qui leur permet d’en rajouter car elles en prévoient toujours. 

En admettant que le hasard et la coïncidence qui me permettent d’improviser un geste se situent entre des neurones qui interagissent de manière radiale, où se situe la fonction cérébrale qui me permet de le manipuler transversalement au hasard avant de l’exécuter ? En d’autres termes, comment Ça pourrait utiliser le hasard pour déplacer une touche à gauche ou à droite ? La première coïncidence qui me vient concerne les ramifications des axones : si l’imprécision des synapses peut induire une reptation radiale, elle devrait pouvoir induire une reptation transversale aussi, car ces ramifications sont vastement distribuées latéralement. Transporté dans les trois dimensions de l’espace, le jeu entre les impulsions devrait pouvoir induire simultanément une improvisation gauche/droite, haut/bas, et avant/arrière car, comme dans toute reptation, normales les unes aux autres, ces trois composantes pourraient être traitées simultanément sans interférer entre elles. Une deuxième coïncidence vient de ce que, en plus des liaisons verticales entre deux couches, certaines couches de neurones du cervelet possèdent aussi des liaisons horizontales, lesquelles pourraient vraisemblablement induire un jeu transversal plus précis ou plus prompt entre ces neurones particuliers, et justifier ainsi certains de nos automatismes les moins susceptibles de changer, ce qui est effectivement le cas de ceux entretenus par le cervelet.
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par AC* le Lun 1 Avr 2013 - 23:53

M'enfin a écrit:Tu sais sur quel principe ils basent le fonctionnement de la mémoire et de l'imagination? Tu as un lien?
Je n'ai pas les références en ce moment, mais ce ne doit pas être vraiment secret.

Sur l'un des deux projets, je crois que chaque puce-neurone a ses transistores et sa mémoire vive, mais je ne me rappelle pas plus.

C'est dans le Sciences & Vie du mois passé à ma connaissance - très récent.
AC*
AC*
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 2390
Date d'inscription : 06/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:12

ACourvoisier a écrit:Sur l'un des deux projets, je crois que chaque puce-neurone a ses transistores et sa mémoire vive, mais je ne me rappelle pas plus.
J'ai vérifié: un des projets se nomme SPAUN, il est opérationnel, canadien, et il utilise l'interconnexion entre 2,500,000 puces. L'autre est Suisse, il vient de recevoir le OK du gouvernement Européen, et il prévoit de simuler tout le savoir actuel au sujet du cerveau dans un super ordinateur. Il n'y a pas de détails au sujet des connexions du cerveau canadien, mais le bidule est capable de reconnaître des nombres et des formes planes, et de les reproduire sur écran, et il est aussi capable d'apprendre certains calculs simples. Pas vraiment de quoi pavoiser quoi! Ça ne ressemble aucunement à ce que je propose en tout cas.
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:16

Jamais on ne créera des machines douées d'imagination, de conscience, et de créativité.

On ne peut pas créer la vie, nous ne sommes pas Dieu.

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Jipé le Mar 2 Avr 2013 - 17:19

Il ne faut jamais dire jamais!
Rien ne prouve que dieu existe et qu'il ait créé quoi que ce soit...
Alors, ces pétitions de principe n'ont aucun sens, désolé!

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26991
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:30

C'était pour illustrer, inutile de croire en Dieu.
L'artificiel n'égalera jamais aucun être vivant, car l'artificiel est mort, sans émotions.
L'artificiel n'a pas d'instinct, et je me demande bien comment nous pourrions créer un esprit comme celui de l'Homme, IM-PO-SSIBLE. annonce haut

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:32

Heraneko a écrit:Jamais on ne créera des machines douées d'imagination, de conscience, et de créativité. On ne peut pas créer la vie, nous ne sommes pas Dieu.
Quand on aura compris le principe de base du cerveau, on devrait pouvoir le reproduire artificiellement, de sorte que ses gestes auraient l'air aussi vivants que les nôtres, mais pour arriver à comprendre comment la conscience fonctionne, il va de soi qu'il ne faut pas l'attribuer à Dieu, non?
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:37

M'enfin a écrit:Quand on aura compris le principe de base du cerveau, on devrait pouvoir le reproduire artificiellement, de sorte que ses gestes auraient l'air aussi vivants que les nôtres, mais pour arriver à comprendre comment la conscience fonctionne, il va de soi qu'il ne faut pas l'attribuer à Dieu, non?

Des robots ?
Les japonais savent déjà le faire.
Il est impossible de reproduire un cerveau dans tous ses aspects, encore moins un cerveau humain.
Le robot a l'air vivant, mais il ne l'est pas, et il n'a pas le libre-arbitre. Il reproduit bêtement ce pour quoi il a été programmé.
Pour ce qui est de la conscience, laisse moi rire...
Pour l'imagination et la créativité, c'est carrément surréaliste.

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:39

Heraneko a écrit:L'artificiel n'égalera jamais aucun être vivant, car l'artificiel est mort, sans émotions. L'artificiel n'a pas d'instinct, et je me demande bien comment nous pourrions créer un esprit comme celui de l'Homme, IM-PO-SSIBLE. annonce haut
L'artificiel est issu d'un cerveau bien vivant pourtant. Pour moi, la fonction même du cerveau est de se comprendre lui-même, c'est une fonction redondante, mais qui pourrait permettre de créer un cerveau artificiel beaucoup plus rapide et précis que le nôtre. Quand à l'instinct de conservation, il s'agit d'une fonction subconsciente qui agit plus rapidement que l'imagination mais qui utilise le même principe de base, elle pourrait donc y être intégrée.


Dernière édition par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:42, édité 1 fois
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:41

Heraneko a écrit:Pour ce qui est de la conscience, laisse moi rire...Pour l'imagination et la créativité, c'est carrément surréaliste.
Le ton de ta réponse me laisse croire que tu ne voudrais pas que ça se produise, je me trompe?
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Jipé le Mar 2 Avr 2013 - 17:44

Heraneko,
les croyants n'ont pas de doute que dieu a créé Adam à partir de la poussière et qu'Eve sort tout droit d'une cote...N'est-ce pas pire encore qu'une conscience artificielle ?

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26991
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:50

M'enfin a écrit:L'artificiel est issu d'un cerveau bien vivant pourtant. Pour moi, la fonction même du cerveau est de se comprendre lui-même, c'est une fonction redondante, mais qui pourrait permettre de créer un cerveau artificiel beaucoup plus rapide et précis que le nôtre. Quand à l'instinct de conservation, il s'agit d'une fonction subconsciente qui agit plus rapidement que l'imagination mais qui utilise le même principe, elle pourrait donc y être intégrée.

Une machine peut-elle avoir conscience qu'elle existe, ou même avoir conscience de cette conscience comme l'Homme ?
J'en doute.
Une machine est avant tout programmée, elle est donc limitée, enchaînée: elle n'a aucun libre-arbitre. Une machine peut-elle penser par elle-même ? Imaginer et créer comme les Hommes ?
Cela me parait totalement impossible (et tant mieux d'ailleurs si c'est le cas, sinon le monde de demain ressemblera à matrix).
L'effet placebo, la somatisation, sont propres à l'esprit humain, un esprit complètement indépendant et très puissant: un esprit créateur.
Chaque être vivant possède une énergie vitale, les Hommes davantage que les bêtes et les insectes: le magnétisme le prouve, les guérisseurs existent. L'être humain possède des chakras, des centres énergétiques subtils et invisibles.

Nous pourrions aussi parler d'astrologie, de l'influence de la lune sur nous etc...

Une machine fait ce qu'on lui dit de faire, une machine est morte, et n'égalera jamais l'être humain ou même un autre être vivant.


Dernière édition par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:56, édité 2 fois

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 17:53

Jipé,

la genèse est imagée.

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 17:55

Heraneko a écrit:Une machine peut-elle avoir conscience qu'elle existe, ou même avoir conscience de cette conscience comme l'Homme ?
Si on arrivait à reproduire le fonctionnement d'un neurone et d'une synapse artificiellement, en quoi leur interconnexion donnerait-elle un résultat différent de celle des neurones du cerveau?
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 18:01

M'enfin a écrit:Si on arrivait à reproduire le fonctionnement d'un neurone et d'une synapse artificiellement, en quoi leur interconnexion donnerait-elle un résultat différent de celle des neurones du cerveau?

Je ne crois pas que ce soit possible, tout simplement.
Quand bien même ce ne serait qu'un aspect du cerveau.

Il y a quelque chose de subtil chez l'être vivant qu'on ne peut pas reproduire artificiellement, l'énergie vitale entre autre.
L'être humain possède des chakras, des centres énergétiques invisibles qui agissent sur le corps et que nous pouvons stimuler par notre esprit omnipotent (dans le sens totalement libre).

Quel pouvoir avons nous sur l'invisible ? Aucun.
Mais encore une fois, un athée ne croit pas à ce genre de choses, il se limite au matériel.
La science matérialiste est tellement morte...
L'être humain n'est pas que chair, j'en suis persuadé.


Dernière édition par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 18:04, édité 1 fois

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Jipé le Mar 2 Avr 2013 - 18:03

Heraneko:
L'être humain possède des chakras, des centres énergétiques subtils et invisibles.
Affirmation péremptoire, on n’a jamais déterminé si les chakras existent...
Essaye de ne pas être toujours dans l'affirmative, là où rien ne le permet.

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26991
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par M'enfin le Mar 2 Avr 2013 - 18:06

Heraneko a écrit:Il y a quelque chose de subtil chez l'être vivant qu'on ne peut pas reproduire artificiellement, l'énergie vitale entre autre..... L'être humain n'est pas que chair, j'en suis persuadé.
Pour moi, cette réponse signifie encore une fois que tu ne veux pas que ça se produise, c'est ça?
M'enfin
M'enfin
Le Repteux

Masculin Nombre de messages : 10570
Localisation : Val David, Québec
Identité métaphysique : M'enfin...
Humeur : ...qui sait?
Date d'inscription : 24/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

réflexion personnelle.  - Page 4 Empty Re: réflexion personnelle.

Message par Heraneko le Mar 2 Avr 2013 - 18:08

Jipé a écrit:Heraneko:

Affirmation péremptoire, on n’a jamais déterminé si les chakras existent...
Essaye de ne pas être toujours dans l'affirmative, là où rien ne le permet.

L'exemple que j'ai donné: le magnétisme, me permet d'affirmer.
Et le magnétisme est reconnu scientifiquement d'après ce que M'enfin m'a dit...
Tu ne crois pas en l'énergie vitale ? En la conscience incarnée évoquée par les bouddhistes, ou "âme" pour les monothéistes ?

Heraneko
Affranchi des Paradoxes

Masculin Nombre de messages : 315
Localisation : Olympe
Identité métaphysique : Déiste
Humeur : neutre
Date d'inscription : 21/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum