Cent ans et les poésies opportunes

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 31 Jan 2020 - 16:40

Ô mon axe, je danse tout autour de toi,
Voilà ce que chaque roue du char
Dit à son amant.

Char qui laisse derrière lui
Des ornières d’histoires,
Homère les racontait déjà à ses enfants.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 31 Jan 2020 - 19:33

...

J’ai d’abord tiré sur ce fil,
C’est de cette manière que j’ai vu qu’il était fixé au ciel.
Alors je l'ai agrippé,
Et j’ai retrouvé les mouvements,
Ceux que j’avais appris à l’école,
En cours de gym,
Lorsque nous nous entraînions à grimper à la corde.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 1 Fév 2020 - 13:51

Autour d’un thé chaud-froid…

Voyez chère amie,
Cette photo est étonnante.
Soyez avec moi témoin d’une chose inexplicable.

Là, en haut de la tour, observez,
C’est tonton, il est habillé en Roi.
Et là, non vous ne rêvez pas,
Il est assis dans la poussière,
Mendiant son repas.

Comment cela est-il possible ?
C'est aussi la question que je me pose.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 2 Fév 2020 - 14:07

Mon Dieu, mais il est sourd ou le brin de causette...

Comment, vous ne m’avez pas entendu ?
J’étais là, à côté de vous.
Je vous racontais l’histoire de ce scientifique,
Concentré sur ses tubes à essai.

Pourquoi ?
Parce que je me souvenais
De ce vous m'aviez dit une fois,
au sujet de votre grand mère.

Cette femme que vous aimiez bien,
Etait responsable d’un laboratoire.

C’est la raison pour laquelle
J’avais amené le sujet sur mon scientifique,
Qui justement à cette époque là,
Menait des expériences
Sous les ordres de votre grand-mère.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Lun 3 Fév 2020 - 13:28

Après…

Comme vous, j’aime la rondeur de ces collines,
Elle me rappelle celle de vos seins.

Au travers de votre manteau,
Je les caresse distraitement,
Tout comme si votre corps était le mien.

Avec la puissance du tigre,
Nous nous sommes donnés du plaisir.

En ce début d’après-midi,
Nous sommes sans désir :
Comme il est doux de se sentir heureux d’un rien.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 4 Fév 2020 - 13:43

Le clou…

C’est une drôle d'histoire que je veux vous raconter,
Une histoire de connivence, de pétillante amitié.

Un jour, sur la petite étagère au pied de la glace de
la salle de bain, ma tante Annette  vit un objet , un
objet étranger au lieu : je veux parler d’un clou.

Je ne sais pourquoi, car elle-même en avait oublié
la raison, mais elle fit ce geste de le glisser dans la
trousse de toilette de son mari, mon oncle Jean.

A la suite de cet infime événement qui fut bien sûr
rapidement oublié, quelques jours passèrent. Et un
matin, après s’être bien séchée de sa douche,
Madame fouilla dans sa trousse à maquillage
et savez-vous ce qu’elle y trouva ? je vous le donne
en mille, le clou.

Passé l’étonnement, la chose lui parut fort cocasse.
Aussi, voici ce qu’elle décida de faire, sans doute
l’avez-vous deviné : le clou, hop ! retour dans
la trousse de Jean.

Voilà comment le jeu commença entre les deux amants,
un jeu qui dura longtemps : Annette mettait le clou dans
la trousse de Jean et Jean remettait le clou dans la trousse
d’Annette, sans que ni l’un ni l’autre ne s’entretiennent
de cette bizarrerie.

Ce jeu secret dura jusqu’à la mort de Jean, un décès qui
scella la complicité entre une femme et son époux. Mais
les histoires sont faites pour être racontées, et c’est sans doute
pourquoi ce jour là, Annette eu le désir de le faire avec moi,
faisant de moi son confident.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 5 Fév 2020 - 12:36

Du matin jusqu’au soir…

Là, se trouve la même chose qu’ici :
Une balance en or, le choix du plus pesant.

Je n’ai pas choisi ce présent,
Mais j’ai désiré te l’offrir.

Dans son écrin d’argent.
Il t’appartiendra de l’ouvrir.

Tu y trouveras peut-être ce que tu cherches
Ou peut-être pas.

Le silence de Dieu multiplie tes prières,
Pour que vienne la pluie en ce tiède hiver.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 6 Fév 2020 - 20:39

Le loup…

Grand-mère vole tout autour de moi.
Je lui ai dit qu’elle était belle,
Même quand elle fait des grimaces.
Que ses yeux trahissent son sérieux
Lorsqu’elle joue à me faire peur.

Sorcière, troll, dragon,
Farfadet, lutin, hobbit, fée,
Pour moi, elle a tout été.
Elle m’a accompagné en forêt,
Elle m’a guidé en montagne.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Dim 9 Fév 2020 - 11:50

Le chemin le plus court...

Les jonquilles me disent un poème parfait.
Pour te permettre de l’entendre,
Je t’ai conduit jusqu’à elles.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Lun 10 Fév 2020 - 11:50

Dormir…

Réveil d’une préoccupation,
Qui aussitôt se rendort,
Le dormeur retourne au sommeil,
En attendant que vienne l’aurore.

Il rêve qu’il est vieux.
Un enfant le bouscule :
Il veut jouer au train.

Le vieux prend un wagon,
Et l’accroche aux autres.
La chose plait à l’enfant,
Il dit qu’il reviendra demain.

Il dit qu’il amènera d’autres wagons,
Qu’il le fera chaque nuit,
Que le vieux doit l’attendre,
Que ce sera leur rendez-vous.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 11 Fév 2020 - 12:51

Souvenir…

C’est mon vieux qui avait dit une fois :
Les enfants sont amusants,
Ils sont plein de vitalité.
Ils sont comme les chiens
Qui lorsque vous marchez dix mètres
En ont déjà parcouru cent.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 11 Fév 2020 - 13:00

Cent ans ou la poésie sans titre...
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 11 Fév 2020 - 13:17

Fière tremblotte.

Le vieux montre ses muscles,
Non, il n’en n’a pas beaucoup.
Il mime sa jeunesse,
Lorsqu’il était culturiste.

Aujourd’hui il fait le clown,
Pour ses arrières petit-fils.
Il aime entendre leur rire
Il se réjouit de les entendre crier.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mer 12 Fév 2020 - 11:36

John Kennedy…

Je me rappelle avoir dit une chose,
L’année où Kennedy est mort,
J’ai dit : « Comme ce serait dommage
De ne plus l’avoir pour président. »
Et j’ai dit aussi : « c’est homme est beau,
Il ressemble à un acteur. »
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 13 Fév 2020 - 16:22

Portrait(s)…

La pierre lunaire,
Comme nous la nommons dans mon village,
A secrètement été enterrée par un lointain ancêtre.
Personne ne sait où elle se trouve.
Et elle ne doit surtout pas être découverte.
C’est du moins ce qui se dit depuis toujours.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 13 Fév 2020 - 17:59

La toison du suisse aimant…

…qui tire, qui pousse,
Qui respire,
De grandes aires,
De petites brouettes,
En papier, en carton
Irrégulières.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Mar 18 Fév 2020 - 12:26

Merci…

Un pont s’est dressé au dessus du fleuve,
S’étant tout de suite écroulé.
Le poète n’a pas fait de chanson,
Il n’en n’a pas fait une histoire,
Il est resté concentré sur son grimoire.

Dans ce livre vivant qui lui sert de miroir,
Ce livre tour à tour divin et modeste,
Ainsi nous le décrit le poète,
Se trouve pour ses rimes l’intarissable source.

Son auteur serait surpris par tant de succès,
Lui qui ne fit toujours que s’écrire lui-même :
A tous les coups, il en serait heureux.

Que ce soit en vallées ou sur le sommet d’une montagne,
Qui donc dirait « non » à tant d’attention ?
Le soleil et la lune ne brillent-ils pas dans le ciel,
Afin de jouir d’être contemplés ?
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 20 Fév 2020 - 12:05

Histoire d’une plume…

  Entre, viens te réchauffer. Ce logis est modeste, mais il te protègera du froid.
Tu trouveras ici une oreille amicale  prête à t’écouter. Tu pourras  lui  parler à
loisir de tout ce qui te passe par la tête : de tes souvenirs, de tes doutes, de tes
peurs, de tes joies, elle ne te jugera  pas. Quand  je  serai  parti,  que  je  t’aurai
laissé seul ici, ce  sera pour toi  comme une jouissance. Tu  découvriras que tu
n’as plus besoin de moi.Autrefois tu me pensais nécessaire, indispensable à ta
survie. J’étais oxygène, eau, soleil et lune, tu ne jurais que par  moi. Ensemble,
du  matin  jusqu’au  soir,  nous  tissions tes rêves de la nuit, il n’y-avait pas de
lendemain, chaque  jour  était  semblable.  Dans  cet éternel recommencement,
tu  te nourrissait de détails,  de petites  victoires  somme  toute  bien  méritées.
Quand  la  guerre  fut  gagnée,  cette  guerre  contre  toi-même,  tu  n’eus  plus
besoin  de  moi. Sans  heurt, sans  dispute, comme une plume emportée par le
vent, nous nous sommes séparés. De notre union a subsisté un souvenir, étalé
sur des centaines de milliers d’heures, sur des mois, sur des années. Ici, toutes
nos batailles se résumaient  à  une  parole qui décrivait le passé. Il y-avait tant
de choses à dire. Dans  cette  naissance de mots et de phrases, se découvrait la
raison  d’être  de  tous  ces  événements  qui  avaient eu lieu. Maintenant tu en
comprenais le pourquoi, du moins,  tu  travaillais  à  le découvrir, à le dévoiler,
tout comme si tu narrais l’histoire d’un dieu à présent mort et enterré.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 20 Fév 2020 - 15:25

Suite…

Solitaire, le passé est devenu ton miroir. Je t’ai uni en mémoire à  quantité de
visages ;  renfrognés,  sarcastiques,   certains  affichant  une  évidente  colère.
Tous  exigeaient une  réponse,  tous  exigeaient de retourner à ce qui précède
l’histoire. Connais-tu la raison de ce va-et-vient ? Est-ce  pour jouir du retour
que nous aimons les voyages ? Sitôt arrivé tu repartais en croisade. Tu aimais
revenir   chez  toi  après  t’être  astreint  à  te  perdre, tu  implorais la neige de
recouvrir tes empreintes. Plus loin de moi, tu jettes ici ta pierre, tu cherches à
comprendre pourquoi tu m’as rencontré et pourquoi  tu m’as aimé, pourquoi
tous  ces  visages,  tous  ces masques  que  j’ai  enfilé  furent  nécessaires à ton
ouvrage.   Ce  voyage  qu’à  présent  tu   entreprends   cherche   ses   origines,
origines  plus  lointaines  que  ta  naissance  et  que  celle  de  tes  parents, qui
remonte  sans  doute   au  premier  homme  qui   voulu  m’épouser.   Tous ces
valeureux guerriers, mes aveugles amants ont comme toi bataillé. Je  me  suis
costumée pour leur plaire,  j’ai en toutes circonstances assouvi leurs désirs. Je
leur  ai   fait  rencontré  des  mendiants  lorsqu’ils  étaient  riche,  des   princes
lorsqu’ils  étaient  pauvres,  des dieux, des êtres étranges ou tout à fait banals,
des femmes cruelles,  des  animaux  sauvages. Je n’ai pas épargné mes efforts,
je   me   suis  donné  sans  compter.   Lorsque  pour  eux,  j’ai  retiré  ma   robe,
lorsqu’ils  ont  aperçu  ma  nudité,   ils  n’ont  plus  jamais  cessé de la décrire.
Enfermés   dans  leur  chambre, ils  se  sont  rappelés  de moi, de cette époque
révolue  où,   sans  le  savoir,   alors qu’ils  contemplaient  l’étrangeté  de  mes
formes, ils m’aimaient déjà.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 20 Fév 2020 - 19:39

Suite et fin...

Chers visages, vous qui me cachez, qui me dissimulez  derrière  la multitude,
vous ne portez plus de nom. Et  toi,  te souviens-tu du tien ?   Tu  as  chéri ce
nom,  tu  l’as  imprimé  sur  un  drapeau, drapeau que tu as planté tantôt sur
une  colline,  tantôt  sur  le sommet d'une montagne, parfois renversée. Tu as
désiré  séjourner  en  enfer,  mais avoue-le, tu as douté. Toujours cette sourde
question : « A quoi bon ? »,  ou mieux,  « Se pourrait-il  qu’il  existe   un autre
chemin ? »   Oui, avoue que ce doute, jamais en ton esprit ne fut  entièrement
étouffé.  Comment cela se pourrait-il d’ailleurs, n’ai-je pas   voulu que tu sois
libre ?   Tu  as  ainsi  désiré  être  démon  afin  de racheter  le  diable qui  fut si
longtemps  ton  compagnon.   Beaucoup   l’ont   fait,   voilà  qui   pourrait   te
rassurer.   Tu  as  choisi  ce  rôle,  tu l ’as  parfaitement  endossé,   ne  boudant
d’ailleurs   pas  ton plaisir,  rappelle-toi  comme  la  cruauté   peut  être douce.  
Et  plus  puissant   était  ton   amour,    plus   nombreux   étaient  ceux  qui   se
détournaient de toi.  Impossible que ce soit une erreur,  l’amour  ne   peut  être
mauvais.   N’est-ce pas  qu’après   la  mort  vient la renaissance ?    Ainsi as-tu
appris  à  croire  aux  vertus  du diable.   Loin de moi fut d’ailleurs l’idée de te
dissuader  de  le suivre,   je   t’ai   laissé  le  choix  de t’éprouver par ce fardeau.
En  ce  jour  de  printemps  où  l'hivers  semble  déjà loin,   tu  regardes dans le
passé, tu  te  rappels  de ces démons rencontrés jadis, lorsque tu n’étais  encore
qu’un  agneau,   un  agneau   certes,   mais  avec  de  grandes  dents !   Un ange
n’aurait-il  pas  pu  les  limer ?   Tu   te   demandes  bien sûr, si au plus haut des
montagnes,   si    à  l’endroit  où  naissent  les  glaciers,   s’il  se  pourrait  que là
puisse  se  trouver  une porte,   une   porte étroite sans doute,    peut-être même
invisible,   une  porte  derrière  laquelle  le  feu et la glace se rencontreraient, un
accès  plus  direct  sur cette essence  en somme et qui n’obligerait personne à se
détourner du ciel dans le seul but d’y retourner.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 21 Fév 2020 - 14:00

La mort des militants…

Ne dis pas que tu sais,
Dis plutôt que tu crois,
Qu’il ne te reste que ce sens,
Pour justifier ton vouloir.

La foi est une bouche,
Elle transmet ce que tu entends,
Je peux vivre ta passion
Lorsque j’écoute tes mots.

La nature a voulu,
Que tu jouisses d’être libre.
Ce fardeau est un fleuve
Qui ne se jette nulle part.

Il coule pourtant,
Comme s’il avait un but.
Parce qu’il se doit de rêver,
Il a imaginé l’océan.

Un doute parfois,
Accable ton esprit,
Il est de ta liberté
La plus pure expression.

Plus distant que l’horizon,
Il t’oblige à choisir,
Lorsque Dieu se retire,
Ta volonté doit parler.

Tu as soixante ans,
Tes parents sont partis,
Plus personne ne te rassure
Sur la justesse de tes choix.

Si pourtant tu persistes,
A aimer les carrefours,
N’est-ce pas parce que tu crois
Qu’une telle chose est utile ?

Et si elle ne l’était pas,
Y-as-tu pensé ?
Non, tu ne le peux pas,
Tu jouis de tes directions.

Ton désir le plus puissant,
Siège dans ton imaginaire,
Là, survit un père
Qui te donnera tes raisons.

Mais ce jour est arrivé,
Du temps, tu es devenu l’ami,
Tu te retrouves sans crainte
De te sentir démuni.

Evaporés les interlocuteurs,
Disparus les enfants,
Tu cesses d’être parent,
Ta parole est devenue plus légère.

Elle se mélange à l’air.
Nous sommes déjà en été,
Sur la terrasse d’un café,
Tu regardes passer les femmes.

Tu te présenteras à l’une d’elles,
Tu choisiras la plus jolie.
Sortant de ta poche un poème
Que pour elle tu auras écrit.

La suite est banale,
Elle nous parle d’un noyau.
Dieu devant lui se serait mis à genoux,
Et pour l’obtenir, aurait même fait le beau.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Sam 22 Fév 2020 - 17:17

Au centre d’un cristal…

C’est  un autre temps, une  autre histoire, c’est
un récit d’hivers comme il y-en avait autrefois.
Je te parle  d’une  époque  où  les  nuits étaient
longues, lorsque  le  froid  était  maître de cette
interminable saison.

En ce temps là,  qui  aurait   pu se passer d’une
maison ?   Quand  le gel  figeait la nature  dans
un  sommeil  abyssal,  aidé    par  la chaleur du
feu,  chacun  trouvait   refuge   dans   ses  rêves,  
alors  oui  qu’ils semblaient utiles.

Les boîtes aux  lettres ne  se  remplissaient  pas
par magie,   le courrier  avait  un   prix. Chacun
pour  s'en  acquitter  prévoyait  d’ajouter  à   sa  
cave   les  quelques   bouteilles    destinées    au
facteur.

Selon   son   état,   nous   savions   à   peu    près  
combien   avant  la nôtre  le gaillard avait  visité
de    familles.    Nous   aimions   d’ailleurs    être  
servis   les   derniers,    car    c’est   là  que   notre
homme était le plus bavard.

Nous connaissions grâce à lui du village  toutes
les   péripéties.   Ces    précieuses   informations
sans  doute  quelque peu  déformées  animaient
nos  dîners. Là  étaient  invitées  la  maîtresse du
boucher   et  la  fille  du  maire  qui   s’était  faite
engrossée.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 19 Mar 2020 - 17:35

L’enfant…

Cette grand-mère,
Est une lectrice assidue.
Elle aime les poèmes
Et aussi la philosophie.
Elle aime aussi,
Qu’on lui raconte des histoires,
Retenir son souffle,
Et éclater de joie.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Jeu 19 Mar 2020 - 18:10

J’ai regardé longuement cette pierre
Sur laquelle, chauffée par les rayons du soleil
Un lézard faisait la sieste.

J’ai fermé un instant les yeux,
Pour écouter plus attentivement
Le doux bruissement
Des feuilles de photinia.

Après une minute,
Ou peut-être deux,
Mes yeux se sont ouvert,
Fripon ! le lézard, s’était évaporé.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cent ans et les poésies opportunes - Page 9 Empty Re: Cent ans et les poésies opportunes

Message par loofrg le Ven 20 Mar 2020 - 13:29

La main…

Je n’ai pas de constance.
Mes stratégies ne sont qu’allusions,
Et perdent leur perfection
Avec le temps qui passe.

Tu te moques de moi,
Ô comme tu as raison,
C’est pourquoi je reviens vers toi,
Suivant docilement tes traces.

Je suis ton poussin.
Centre de mon périmètre,
Tu fixes les règles d’un jeu
Dont tu es sans conteste le maître.

Par cet ingrédient qui me gratte,
Doucement au fond de la gorge,
Je me déplace sur l’échiquier
Tout à fait comme tu le voulais.

N’oublie pas de t’employer
A en saupoudrer tes poèmes,
Pour me lier à toi,
A cet idéal d’éternité.

Qu’un chat sauvage
M’interdise de bailler.
Qu’il y-ait toujours un loup
A qui je puisse me confier.

Car j’aime voir ces briques
S’aligner une à une,
Et construire cette maison,
Nourriture pour mon âme.
loofrg
loofrg
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1287
Localisation : Vincennes
Identité métaphysique : Abeille
Humeur : Emeraude
Date d'inscription : 04/07/2018

Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum