Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Jipé le Sam 21 Sep 2019 - 13:59

Je me permets de faire une copie de ce texte, que je trouve très intéressant, avant qu'il ne disparaisse.

Spoiler:
Pendant l’immense majorité de notre longue histoire évolutive nous avons vécu dans le calme des milieux naturels bercés par le vent, probablement semblables à la savane afraicaine d’aujourd’hui (voir l’image au bas de ce billet). De temps en temps, un craquement de branche inhabituel ou un mouvement dans les herbes au loin attirait notre attention. Avec raison : ce pouvait être soit notre repas du soir qui passait, ou soit une bête pour qui l’on était son repas du soir ! Il fallait donc tenir compte immédiatement de cette sollicitation inattendue. Ceux qui ne l’ont pas fait n’ont pas vécu longtemps et n’ont pas laissé de descendants avec leurs gènes un peu trop relax….

Par conséquent, nous sommes tous et toutes aujourd’hui les descendants des individus les plus sensibles à ces sollicitations soudaines du monde extérieur. Notre cerveau est « câblé » pour s’en préoccuper. Sauf que le monde dans lequel on vit, avec l’arrivée d’Internet, des courriels et des médias sociaux depuis une décennie ou deux est complètement différent de celui qui a façonné le cerveau que l’on a toujours entre les deux oreilles. D’où les problèmes de contrôle de notre attention dont nous allons parler un peu plus bas. Mais avant, je vais essayer de vous faire sentir cette longue échelle de temps où s’est déroulé le façonnage de notre cerveau avec une petite comparaison. L’ironie de la chose étant ici que si ces longues durées nous sont si difficiles à appréhender, c’est justement parce que l’évolution a ajusté notre cerveau pour qu’il soit à l’aise avec la temporalité d’une vie humaine, soit quelques décennies, et pas des millions d’années.

Pour vous donner une idée de ces temps immensément long, on peut donc tenter de les ramener à une autre échelle plus compréhensible pour nous, en faisant équivaloir par exemple un millénaire à une seconde. Les premiers vertébrés (des poissons primitifs) seraient alors apparus il y a un peu plus de 5 jours. Les premiers primates il y a près de 21h, notre genre Homo il y a environ 41 minutes 40 secondes, notre espèce Homo sapiens il y a environ 3 minutes et 20 secondes. Et ce qu’on appelle l’Histoire qui débute avec les traces écrites de nos cultures humaines ne durerait que 5-6 secondes… sur nos 5 jours !

Toujours sur cette même échelle comparative, les 3 derniers siècles de la révolution industrielle ne représentent que 0,3 secondes. Et l’avènement des réseaux sociaux sur Internet ? Un centième de seconde… toujours sur 5 jours ! Et après ça on se demande pourquoi cette vieille machine ayant évolué dans le calme des savanes se trouve surexcitée quand elle reçoit un « Like » ou un texto à toutes les dix secondes…

Sans parler de la dépendance que l’on développe face à ce flot ininterrompu de récompenses instantanées. Car depuis des dizaines de millions d’années, un comportement qui procure une récompense porte l’organisme qui vient de le faire à répéter ce comportement. Les psychologues appellent ça du conditionnement opérant et c’est donc un mécanisme très ancien phylogénétiquement. Et en général, plus un mécanisme est ancien, plus il est puissant. Avoir la possibilité avec un simple mouvement du doigt (« pull-to-refresh », en anglais) de rafraîchir le contenu de notre écran pour voir si on a reçu d’autres nouveaux statuts Facebook, « Likes » ou autres notifications a donc un potentiel addictif terrible pour notre cerveau. Cerveau qui est calibré pour être renforcé quand une fois ou deux dans la journée on remarque tel feuillage de plante qui nous permet d’aller cueillir ses petits fruits…

C’est avec tout ça en tête qu’on peut apprécier le combat que décrit Deric Bownds avec lui-même par rapport aux incessantes sollicitations numériques qui le détournent d’activités plus productives. Comme peut-être le billet de blogue où il en parle, ou celui-ci que je suis en train d’écrire. Bownds mentionne le concept de « continuous partial attention » qui est justement cet état où l’on pense à tout moment à ces sollicitations électroniques de toutes sortes qu’on pourrait manquer. Chaque coup d’œil qu’on leur porte nous fait alors perdre non seulement le temps qu’on a mis pour les regarder, mais également les quelques secondes où l’on devra se demander où l’on en était lorsqu’on reviendra à notre tâche principale. Et avec les téléphones portables, il y a en plus ce sentiment de toujours devoir être disponible en tout temps et en tout lieu pour répondre à ces sollicitations, créant ce sentiment diffus de ne plus nous appartenir, de ne jamais pouvoir être concentré à 100% sur quelque chose, ne serait-ce que sur la beauté des arbres du parc dans lequel on marche.

Ce sentiment d’être entièrement disponible pour pour une tâche, pour ce qui se passe autour de soi ou dans nos pensées est quelque chose qui fait le plus grand bien à quiconque le redécouvre. Il est probablement aussi responsable en partie du bien-être ressenti en vacances lorsqu’on adopte une rytme de vie plus lent, souvent plus connecté avec la nautre (vous vous souvenez, cet état déjà oublié où vous vous trouviez encore il y a quelques semaines ? ;-) ). Ou celui qu’avait expérimenté ces neuroscientifiques qui s’étaient « fait violence » et étaient partis une semaine faire du rafting sans cellulaire ni ordinateur pour voir quel effet ça leur faisait au niveau de leur vie mentale. Et ô surprise, ils se sont vite sentis plus contemplatifs et capables de maintenir et d’explorer une idée plus longtemps mentalement que lorsqu’ils répondent à 100 courriels par jour…

Alors si vous voulez diminuer ce sentiment d’impuissance acquise (« learned helplessness ») par rapport à ces sollicitations numériques « supranormales » pour notre vieux cerveau des savanes, essayez de temps en temps de vous rendre non rejoignable pour quelque temps. Ça peut paraître un peu trivial, mais ça peut être tout un défi pour certaines personnes. Si c’est votre cas, dites-vous que ce n’est pas de votre faute mais celle des millions d’années qui vous ont façonné votre cerveau. Pour retrouver une certaine harmonie avec le désign original de votre cerveau, si l’on puis dire, allez-y progressivement au début, ne serait-ce qu’un petit 15 minutes coupé de toute sollicitation électronique pour commencer s’il le faut. Et puis augmentez progressivement la durée, comme dans toute bonne thérapie d’un sevrage quelconque. Car c’est bien ce dont il s’agit ici. D’un phénomène qui se termine toujours, en bout de ligne, par la gestion de nos vieilles voies cérébrales noradrénergiques ou dopaminergiques !

http://www.blog-lecerveau.org/

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27040
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Bulle le Sam 21 Sep 2019 - 14:25

Article super intéressant je trouve...
Avant internet et la communication permanente (celle dont il est question dans l'article et qui n'est obligatoire que pour ceux qui ont besoin de cela pour exister* non ?) il y avait également les sollicitations des pub placardées quasiment partout... Mais là on devait se contenter de recevoir et d'acheter  sourire


L'article, amha, ouvre sur des questions :
Dont une :
- Si l'on se place du point de vue des sollicitations numériques : qu'est-ce qui empêche de se servir du "courriel" pour éviter d'avoir à aller à la poste et user du papier ? Ou d'avoir des horaires pour ce faire ?

*Qu'est-ce qui rend "indispensable" la connexion permanente aux réseaux sociaux ?

_________________
Hello Invité !  Le Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44857
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Magnus le Lun 23 Sep 2019 - 14:57

Article très intéressant, en effet.

Bulle a écrit:L'article, amha, ouvre sur des questions :
Dont une :
- Si l'on se place du point de vue des sollicitations numériques : qu'est-ce qui empêche de se servir du "courriel" pour éviter d'avoir à aller à la poste et user du papier ?
A mon avis, notre cerveau n'est pas plus sollicité par une lettre par courriel que par une lettre par la Poste. 

Bulle a écrit:Qu'est-ce qui rend "indispensable" la connexion permanente aux réseaux sociaux ?
Wiki : "Les réseaux sociaux en ligne désignent les sites Internet et applications mobiles qui permettent aux utilisateurs de se constituer un groupe d'amis ou de relations, et qui favorisent les interactions sociales entre individus, groupes d'individus ou organisations."

Ce sont donc des facilitateurs de relations humaines et de mouvements divers. (Les Gilets Jaunes, entre autres, sont partis des réseaux sociaux)

Comment faisions-nous avant ?
Par exemple, au niveau des relations amoureuses.
Sur le Net aujourd'hui nous avons des quantités astronomiques de vidéos de coach nous expliquant comment faire le premier pas, comment faire au moment du premier rendez-vous, comment et quand donner le premier baiser, comment paraître à notre avantage tout en restant nous-même, comment se comporter avec elle/lui au restaurant, que mettre dans un premier mail pour elle/lui, que répondre à un premier mail, ce qu'il faut lui dire/ce qu'il ne faut pas lui dire, quels sont les signes de son intérêt/désintérêt envers vous, comment sexualiser progressivement et intelligemment un discours, comment obtenir (si elle est d'accord) une fellation réussie, comment faire un cunni sans se planter, une acrobatie du kama soutra sans se casser la gueule, partager son temps ensemble sans empiéter sur les horaires de l'autre, comment bien vivre ensemble/comment bien se séparer, que faire si l'on tombe amoureux de sa/son meilleur(e) ami(e), comment se rendre rapidement compte s'il est un pervers narcissique ou pas... .

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Magnus
Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages : 24929
Localisation : Tribu des Trévires en alliance avec la Tribu des Vulgenties
Identité métaphysique : Atypique
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Jipé le Lun 23 Sep 2019 - 15:58

Et tout cela empêche ou du moins restreint sa propre capacité à réfléchir, à chercher, à faire travailler son cerveau. La plasticité du cerveau ainsi que sa stimulation doivent passer par l'apprentissage, la réflexion, l'intérêt porté sur de nombreuses choses et leur analyse.
Je ne rejette pas tout ce qui est des réseaux sociaux, d'internet, etc...mais il me semble qu'il n'y a plus, ou moins aujourd'hui, d'esprit critique, d'analyse de textes, de recherches de réalités sur des supports ne faisant pas contestations.
Si tout est prémâché, pré-lu à notre place et que l'on se fie plus qu'aux titres de sujets sociétaux pour se faire une opinion, cela deviendra problématique pour les générations futures à mon avis.

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
Jipé
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 27040
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Bulle le Mar 24 Sep 2019 - 10:37

Magnus a écrit:A mon avis, notre cerveau n'est pas plus sollicité par une lettre par courriel que par une lettre par la Poste. 
Tu ne reçois pas autant de sollicitation par la poste que par mail, ou réponses sur les réseaux sociaux. Pour la simple et bonne raison que si tu écris une lettre elle est adressée à une personne et tu auras la réponse d'une personne. Sur les réseaux sociaux tu t'adresses à des centaines de personnes qui commenteront (en bien ou en mal) ladite publication. Et pour les mails il y a les spams qui par définition sont non sollicités.

Bulle a écrit:Qu'est-ce qui rend "indispensable" la connexion permanente aux réseaux sociaux ?
Wiki : "Les réseaux sociaux en ligne désignent les sites Internet et applications mobiles qui permettent aux utilisateurs de se constituer un groupe d'amis ou de relations, et qui favorisent les interactions sociales entre individus, groupes d'individus ou organisations."

Ce sont donc des facilitateurs de relations humaines et de mouvements divers. (Les Gilets Jaunes, entre autres, sont partis des réseaux sociaux)
Cela ne répond pas à la question "qu'est-ce qui rend "indispensable" la connexion permanente aux réseaux sociaux" ?
C'est à mon sens de la quasi addiction. Essaie d'observer des couples de tout jeunes gens à la terrasse d'un restaurant : ils ne se regardent pas dans les yeux en souriant à la reflexion de l'autre etc... Ils sont branchés sur leurs smartphones... Tu parles d'un facilitateur de relations humaines toi !!!

_________________
Hello Invité !  Le Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44857
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Magnus le Mar 24 Sep 2019 - 14:56

Bulle a écrit:Tu ne reçois pas autant de sollicitation par la poste que par mail, ou réponses sur les réseaux sociaux. Pour la simple et bonne raison que si tu écris une lettre elle est adressée à une personne et tu auras la réponse d'une personne. Sur les réseaux sociaux tu t'adresses à des centaines de personnes qui commenteront (en bien ou en mal) ladite publication. Et pour les mails il y a les spams qui par définition sont non sollicités.
Oui, à la réflexion. Et en ce qui concerne le téléphone, tu es emmerdé dix fois par jour par des démarcheurs qui reviennent sans arrêt même si tu les mets sur une liste bloquante.
Avant, quand tu recevais un coup de fil, c'était un vrai coup de fil, je veux dire : quelqu'un qui voulait vraiment te parler et non pas te vendre quelque chose.
Ces sollicitions abusives sont en plus très énervantes.
Bulle a écrit:C'est à mon sens de la quasi addiction. Essaie d'observer des couples de tout jeunes gens à la terrasse d'un restaurant : ils ne se regardent pas dans les yeux en souriant à la réflexion de l'autre etc... Ils sont branchés sur leurs smartphones... Tu parles d'un facilitateur de relations humaines toi !!!
Disons plutôt que c'est un facilitateur d'échanges, mais qui peut amoindrir les relations. Des échanges souvent superficiels, au détriment d'une relation profonde.
A moins peut-être d'être dans les affaires ou la politique, il faudrait prendre la bonne habitude, au resto, d'éteindre son smart.
Pas plus tard qu’hier, j'ai vu quatre personnes s'installer à la terrasse d'un bistrot. Je pensais qu'ils voulaient passer un bon moment ensemble.
En fait, ils n'ont fait que s'occuper de leurs smartphones !

_________________
Avec Dieu, ce qu'il y a de terrible, c'est qu'on ne sait jamais si ce n'est pas un coup du diable...
(Jean Anouilh)

*****************
Magnus
Magnus
Aka Tipik St Pie d'House

Masculin Nombre de messages : 24929
Localisation : Tribu des Trévires en alliance avec la Tribu des Vulgenties
Identité métaphysique : Atypique
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 27/03/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Empty Re: Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques.

Message par Bulle le Mar 24 Sep 2019 - 15:47

Oui et franchement cela m'attriste vraiment. Que des gamins préfèrent leur smartphone aux élucubrations ou aux disputes de leurs parents, je veux bien. Mais les couples !
Et pour en revenir au sujet : notre cerveau semble ne pas être apte à avoir un esprit critique face à toutes ces sollicitations. Y compris politiques, où on a plus de tentatives de manipulations avec un gros titre ici, une petite phrase tirée de son contexte là, que de matière à réflexion constructive. Qui lit vraiment les articles ? On se contente le plus souvent d'un "tu as vu, machin ceci ou cela" et on tire une conclusion qui a de grandes chances d'être non pertinente car juste sur un "bruit"  qui devient rumeur parce qu'on la transmet sans rien vérifier du tout via les réseaux sociaux.

_________________
Hello Invité !  Le Notre cerveau n’a pas évolué pour gérer autant de sollicitations électroniques. Quizzv10 du 01 octobre 2019 est en ligne et accessible directement en cliquant sur "Meta-Quizz" .
Vous pouvez choisir le thème du prochain quizz en cliquant : ICI pour participer au sondage ! sourire
Bulle
Bulle
Aka Lamité

Féminin Nombre de messages : 44857
Localisation : Algarve
Identité métaphysique : athée, grâce à Dieu
Humeur : .. trière !
Date d'inscription : 09/05/2008

http://www.forum-metaphysique.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum