l'église orthodoxe en france

Aller en bas

l'église orthodoxe en france Empty l'église orthodoxe en france

Message par Invité le Lun 7 Juil 2008 - 14:57

L'EGLISE ORTHODOXE EN FRANCE

La France compterait aujourd'hui de 150 à 200 000 baptisés orthodoxes, estimation fort approximative d'ailleurs car il n'existe aucune statistique en la matière. Ce sont tout d'abord encore les immigrés des premières générations, Russes et Grecs principalement, puis leurs enfants et petits-enfants, devenus ou devenant Français à part entière ; ce sont ensuite des immigrés plus récents, venant notamment de Yougoslavie et du Liban ; ce sont enfin des Français de souche, chrétiens entrés dans la communion de l'Orthodoxie, ou bien athées ou indifférents qui se convertissent au Christ dans cette Eglise.

Si la majorité des paroisses utilisent encore dans la liturgie la langue de leurs Eglises-mères grec, slavon (pour les Russes et les Bulgares), roumain, serbe, géorgien, arabe , le français s'introduit de plus en plus, tout naturellement, qu'il s'agisse de la prédication, des lectures bibliques, voire de certaines parties des offices, et un nombre de plus en plus grand de communautés sont maintenant entièrement de langue française. On compte soixante-quinze paroisses environ, plusieurs communautés monastiques et ermitages, des mouvements de jeunesse, des fraternités de disséminés. Les prêtres, mariés pour la plupart, exercent souvent une activité professionnelle (enseignants, chercheurs, médecins, ingénieurs, techniciens...).

Pour des raisons historiques, les paroisses se regroupent en diocèses constitués à l'origine selon des critères ethniques et dépendant de patriarcats situés en Europe orientale ou au Proche-Orient. Formé, à l'origine, pour permettre aux juridictions canoniques d'adopter des positions communes dans les relations oecuméniques, le Comité interépiscopal orthodoxe en France est devenu une instance réelle de concertation et de coordination. Allant dans le sens des recommandations de la commission inter orthodoxe préparatoire il s'est transformé en 1997 en une Assemblée des évêques orthodoxes de France qui constitue maintenant, pour les problèmes communs, le porte-parole de l'épiscopat orthodoxe en France. l'Assemblée est présidée par le métropolite Jérémie, qui représente en France le patriarche œcuménique (de Constantinople) Bartholomée Ier. Ce patriarche dispose d'une primauté d'honneur dans l'ensemble des Églises orthodoxes et c'est à lui que se rattachent aujourd'hui dans notre pays la majorité des paroisses orthodoxes.

Sont membres de l'Assemblée des évêques les évêques orthodoxes résidant en France : le métropolite Emmanuel, l'archevêque Gabriel et son auxiliaire l'évêque Michel (tous les trois dépendant du patriarcat de Constantinople) ; le métropolite Gabriel, du patriarcat d'Antioche (Damas, Syrie), l'archevêque Innocent, du patriarcat de Moscou, l'évêque Luka, du patriarcat serbe, et le métropolite Joseph et son auxiliaire l'évêque Marc, du patriarcat de Roumanie. Les communautés ressortissant au patriarcat de Bulgarie ainsi qu'au diocèse ukrainien sous la juridiction du patriarcat œcuménique dépendent d'évêques résidant à l'étranger. Le travail de l'Assemblée des évêques est préparé dans le cadre de commissions réunissant des experts et consultants, prêtres et théologiens laïcs.

L'avenir de l'Église orthodoxe en France est entre les mains de Dieu. A vues humaines, il dépendra pour beaucoup du nombre et de la qualité spirituelle des communautés locales qui parviendront à survivre ou à se créer, en évitant les obstacles opposés de la dilution dans le relativisme et de la crispation sectaire. Il y faudra, par rapport à la Tradition, le risque d'une fidélité créatrice, dans une situation géographique et historique radicalement inédite.

Les communautés orthodoxes, si diverses et pourtant si profondément liées par l'unité de la foi et des sacrements, seront sans doute amenées à préciser peu à peu les voies et moyens de leur collaboration pour un commun témoignage. Elles devront prendre de plus en plus conscience des réalités et des enjeux du monde contemporain, ainsi que de leur responsabilité propre pour le témoignage de l'Évangile : dans un contexte où la sécularisation et l'inquiétude pour l'avenir (chômage, situation internationale, développement des sectes, de la drogue...) vont de pair avec une intensification du dialogue et de la collaboration entre chrétiens ; où les tentatives pour manipuler l'homme se heurtent de plus en plus à la redécouverte du caractère irréductible de la personne.

Se centrer sur "l'unique nécessaire", approfondir et rayonner - dans une fidélité stricte et donc dans une ouverture totale à l'autre - le témoignage de l'Orthodoxie, chercher pour cela le langage et surtout l'exemple adéquats, tel est l'appel adressé aujourd'hui, dans leur vie personnelle et familiale, dans leurs paroisses et leurs diocèses, à tous ceux qui composent l'Église orthodoxe en France et déterminent grandement son avenir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum