Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par Imala le Mer 15 Avr 2009 - 10:20

Un sursaut… Simon ouvrit les yeux…
… Trois jours, qu’il faisait le même rêve, sans pouvoir s’en défaire :

Seul, sur un chemin de campagne nue, il marchait.
Le paysage, nimbé d’une lumière cuivrée, l’oppressait.
Néanmoins, Simon avançait.
Où allait-il ? Pourquoi y allait-il ?
Il n’en avait pas la moindre idée !

Machinalement, il leva les yeux… Il espérait… mais quoi ?
C’est alors que, sur sa droite, trouant le ciel, d’un vol souple et silencieux, un aigle royal vint se poser là.
Interdit, Simon s’arrêta.
L’aigle, le bec entrouvert, fit gonfler la collerette blanche de son cou, ouvrit légèrement les ailes, les ramena près de son corps, puis, parfaitement immobile, hiératique, fixa Simon de ses yeux perçants.

Plus rien ne bougeait, le paysage paraissait s’être figé… Le temps, s’être arrêté.
Simon sentait la peur le gagner, quand soudain, jetant un cri déchirant, l’oiseau, d’un seul battement d’aile s’envola,
Un éclair zébra le ciel… Un olivier, dont Simon n’avait pas remarqué la présence, s’embrasa, frappé dans son milieu.

Simon, étendu sous les draps, resta ainsi un long moment, à écouter décroître les battements affolés de son cœur, puis, encore couché, récita le Modé la prière du réveil :

Modé ani léfanékha, Mélékh 'Haï vékayam,
chéhé'hézarta bi nichmati bé'hémla,
rabba émounatékha.


"Je te remercie, Roi vivant et qui subsistes,
Que dans Ta bonté, Tu aies fait revenir en moi ma néchama
Immense est Ta fidélité".

Rasséréné, il repoussa ses couvertures.

Lavé et habillé, posément, Simon se coiffa de sa kipa, noua ses Tefillins, se recouvra du Talith, se tourna vers le temple et entama la Cha’harite

Enveloppé dans l’adoration du matin, complètement rassuré, Simon ne pensa plus aux symboles que son cœur cherchait à lui faire connaître au travers de ses rêves.

Il faisait encore sombre quant il sortit de chez lui. Jérusalem était calme à cette heure matinale de la journée. Toutefois, Simon remarqua des lueurs dans la cour de Caïphe, des feux y étaient allumés, des torches posées sur leurs supports brûlaient, éclairant par flaques dorées les murets, ainsi que les escaliers menant à l’entrée … Simon distingua plusieurs personnes, et se demanda se qui se passait, mais ne ralentit pas sa marche : il ne voulait pas qu’on le croie curieux.

Au loin, un coq chanta.

Penché sur son champs, Simon pensait à sa cousine : elle lui avait parlé du jeune maître, qui enseignait, disait-elle : « comme nul n’avait enseigné avant lui ».
Elle lui avait parlé de la fille de Jaïrus, guérie ! Alors que tous la disaient morte !!

La fille de Jaïrus !

La jeune fille avait eu, depuis l’âge de douze ans, des problèmes avec la nourriture.
Il se rappelait sa maigreur ; le visage douloureux de sa mère, l’inquiétude et la colère de son père.
Les efforts de tous pour la convaincre de manger… Pour la convaincre de son apparence :
- Non ! Non, elle n’avait pas grossit… au contraire.
Mais personne n’y avait réussi, et elle avait fini par en mourir.
Jaïrus n’avait pu l’accepter, il avait fait appel au maître, et le maître était venu.
Depuis, Jaïrus n’avait plus le même regard… d’ailleurs toute la famille était différente… Tous …comme plongés dans la… grâce ?

Il est vrai que Rufus lui en avait également parlé… très souvent même ; il demandait d’une voix hésitante, presque suppliante :
- Père… ne serait-ce pas lui le Messie ?
Mais Simon, pris qu’il était entre ses devoirs religieux, la crainte de ce qu’il entendait de la part des chefs des prêtres et des pharisiens, et son travail aux champs, - ne s’était jamais vraiment départit de ce doute que tout juif sérieux de son temps, ressentait.

Puis, il l’avait vu, et entendu peu avant la fête de la Pâques : ce Jésus n’avait pas mâché ses mots, et le parti des pharisiens grinçaient des dents… leur rage était palpable…
Simon avait sourit, pensant que ce n’était là que justice : pour une fois que quelqu’un osait leur tenir tête, il n’allait pas objecter, seulement Simon s’était dit que ce jeune maître n’était pas prudent…

Il se releva, mit en gémissant ses mains sur ses reins, et décida de rentrer chez lui pour la Min'ha .

Approchant de Jérusalem, il entendit une rumeur puissante, une rumeur d’hommes en colère...

Inquiet, Simon pressa le pas, et au détour du sentier, brusquement, la foule fut sur lui.
Abasourdi, il vit, accompagnés d’une troupe de soldats romains, passer le cortège de trois condamnés à mort, portant leur croix.

- Encore ! Se dit-il.

L’un des condamné, ensanglanté, trébucha…

Etonné, Simon le regarda : que lui avait-on mis sur la tête ?
Une couronne d’épines ? ! ?
- Barbarie, pensa Simon, comme si la mort dont il allait mourir, n’était pas suffisante en elle-même à le faire souffrir !
Alors il le reconnu…
Simon voulu reculer, mais un des gardes s’avisant de sa présence, l’accrocha par le bras, et lui fit comprendre d’aider le condamné à se relever, et à porter sa croix.

Effrayé et bouleversé, Simon ne put s’y opposer, il se plaça derrière le condamné, et souleva le pied de la croix.
- Dieu qu’elle était lourde ! Sa main glissa… du sang s’y était collé, machinalement, Simon l’essuya sur sa tunique.

D’une voix hachée, le souffle court, le condamné parla :
- Filles de Jérusalem dit-il, ne pleurez pas pour moi… pleurez pour vous et vos enfants... Car des jours vont venir où l’on dira … : « heureuses celles qui ne peuvent avoir d’enfants… celles qui n’en n’ont jamais eu… et qui n’en n’ont jamais allaité »…Ces jours-là… les hommes diront aux montagnes… : « tombez sur nous, aux collines… « cachez-nous » …
Répondez donc à cette question… : si l’on traite ainsi le bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?

En une fraction de seconde, Simon, revit en lui-même, l’image de l’olivier qui s’embrasait, et fut secoué d’un violent frisson.

Simon ne récita pas Min’ha ce jour-là ! Accablé au-delà de toute mesure, il avait cessé de penser.
Il savait, avec une certitude accrue, que pour lui, plus rien, jamais, ne serait comme avant.

Impuissant, étreint par une douleur insoutenable, dont il ne comprenait ni la teneur, ni la provenance, Simon ne pensa pas à prononcer Ârvite

Le début d’un poème lui vint à l’esprit…

"Toi aussi dans la nuit Tu pleures et gémis.
Ils sont nombreux ceux qui ont froid dans leur lit…"

Mais Simon ne voulut pas aller au bout, se tournant vers le Temple il éleva la voix et dit :

Du fond de la détresse
Je t’appelle au secours, seigneur.
Ecoute mon appel,
Sois attentif quand je te supplie,
Si tu voulais épier nos fautes
Seigneur, qui pourrait survivre ?
Mais c’est toi qui disposes du pardon
C’est pourquoi tu dois être respecté.
De toute mon âme
Je compte sur le Seigneur,
Et j’attends ce qu’il va dire.
Je compte sur le Seigneur
Plus qu’un soldat de garde
N’attend le matin ;
Oui, plus qu’un soldat de garde n’attend le matin.

Peuple d’Israël,
Compte sur le Seigneur, car il est bon,
Il a mille moyens de te délivrer.
C’est lui qui te délivrera de toutes tes fautes.


Le Psaume mourut sur les lèvres de Simon, les larmes qu’il ne pouvait plus retenir, le libéra de cette main de glace qui, depuis des heures, lui serrait le cœur.

Pendant trois jours, il s’adonna à l’étude et à la prière.
Au matin du quatrième jour, Alexandre et Rufus, ses fils bien-aimés, entrèrent chez lui :
- Père, nous avons vu Pierre et Jean, lui dirent-ils… Il est ressuscité !

… Simon se tourna vers le Temple, et des larmes dans la voix prononça la bénédiction qui est donnée avant que soit émit le son du Chofar :

Baroukh ata Hachém Eloqénou mélékh haôlam achér qiddéchanou bémitsvotav vétsivanou lichmoâ qol chofar.

"Béni es-Tu, Hachém notre Dieu, roi du monde, qui nous a sanctifié par Ses Mitsvotes et nous a ordonné d'entendre la voix du Chofar."

Puis Simon se lava le visage, sourit à ses fils et dit :

- Dieu a eu compassion de nous !

Imala
Imala
Imala
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1239
Localisation : Près des étoiles
Identité métaphysique : Gnostique
Humeur : Tranquille
Date d'inscription : 21/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par Geveil le Mer 15 Avr 2009 - 11:51

Que signifiait le rêve de Simon ?
Geveil
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par _Spin le Mer 15 Avr 2009 - 12:37

Bonjour,

Imala a écrit:Un sursaut… Simon ouvrit les yeux…
… Trois jours, qu’il faisait le même rêve, sans pouvoir s’en défaire :
Heu, c'est du Messadié ?

A part ça, pour ce que ça vaut, il y a une thèse, ni catholique ni orthodoxe, qui soutient que si Simon "de Cyrène" (guillemets parce que selon la même thèse ce serait un contre-sens de traduction) a "porté" la croix du Christ, c'est qu'il faisait partie d'un commando chargé de le libérer, qu'il a réussi, et que Simon s'est fait prendre et a donc été crucifié à sa place. Peine perdue (c'est le mot) puisque Jésus se serait fait reprendre et crucifier pour de bon dans les jours suivants.

Vous n'imaginerez pas tout ce qu'on a pu supposer sur Jésus...

à+

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par Imala le Jeu 16 Avr 2009 - 10:08

Gereve a écrit :
Que signifiait le rêve de Simon ?

... Une représentation onirique de ses sentiments prémonitoires.

Le paysage désolé est le symbole d'une angoisse sourde et qui ne le lâche pas depuis quelques jours ; l’olivier représente le Christ, mais aussi la nation d’Israël. L’éclair fait écho aux paroles du Christ, alors qu’il monte à Golgotha. L’aigle représente l’essence divine, témoin des circonstances à venir ; ce qui domine mais aussi échappe à ces circonstances, c’est sous cette forme que Simon symbolise son espérance en Dieu…

Spin a écrit :
Heu, c'est du Messadié ?

Non... Pourquoi ça y ressemble ? Je n’ai pas cherché à faire du quelque chose, ou à singer quelqu’un.
A partir d’une lecture premier degré du verset de Matthieu 27 :32, je me suis mise à la place de Simon et… vogue la galère !

Imala
Imala
Imala
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1239
Localisation : Près des étoiles
Identité métaphysique : Gnostique
Humeur : Tranquille
Date d'inscription : 21/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par _Spin le Jeu 16 Avr 2009 - 10:18

Imala a écrit:Non... Pourquoi ça y ressemble ? Je n’ai pas cherché à faire du quelque chose, ou à singer quelqu’un.
Disons que ça m'y faisait un peu penser pour l'esprit (ou alors Kazantsakis, qui sent encore plus le soufre avec sa Dernière tentation). Cela dit, c'est joliment tourné, bravo !

Précision mesquine : c'est bien un apocryphe qui nomme Rufus et Alexandre les enfants de Simon ?

Et si je voulais chipoter je dirais qu'une colerette blanche pour un aigle royal, heu... mais bien sûr ce n'est pas l'essentiel (surtout avec un rêve !). Néanmoins, ne confondrais-tu pas avec l'aigle américain ?

à+

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par bernard1933 le Jeu 16 Avr 2009 - 10:21

Imala, je lis avec plaisir tes textes , pleins d'imagination, de tendresse et de poésie . Continue ! Ca nous change un peu des discussions épiques, où les piques ne sont pas absentes...
bernard1933
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par Imala le Jeu 16 Avr 2009 - 11:08

Spin a écrit :
Disons que ça m'y faisait un peu penser pour l'esprit (ou alors Kazantsakis, qui sent encore plus le soufre avec sa Dernière tentation)
.

...Tu trouves que ma nouvelle sent le souffre ? Crying or Very sad

Cela dit, c'est joliment tourné, bravo !

Aaah ! Merci. 🇸🇨

Précision mesquine : c'est bien un apocryphe qui nomme Rufus et Alexandre les enfants de Simon ?

Non. Alexandre et Rufus sont cités comme étant fils de Simon de Cyrène en Marc 15 : 21

Et si je voulais chipoter je dirais qu'une colerette blanche pour un aigle royal, heu... mais bien sûr ce n'est pas l'essentiel (surtout avec un rêve !). Néanmoins, ne confondrais-tu pas avec l'aigle américain ?

… J’avais cette image en tête :

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Aigle10


lorsque j’ai écrit cette nouvelle... C'est peut-être pas un aigle royal, mais... il fait très royal, non ? :sri:

Bernard a écrit :
Imala, je lis avec plaisir tes textes , pleins d'imagination, de tendresse et de poésie . Continue ! Ca nous change un peu des discussions épiques, où les piques ne sont pas absentes...

Bernard t'es vraiment un amour, merci. :acc:

Imala
Imala
Imala
Maître du Relatif et de l'Absolu

Féminin Nombre de messages : 1239
Localisation : Près des étoiles
Identité métaphysique : Gnostique
Humeur : Tranquille
Date d'inscription : 21/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement... Empty Re: Nouvelle : Simon de Cyrène ou la Passion du Christ racontée autrement...

Message par _Spin le Jeu 16 Avr 2009 - 11:21

...Tu trouves que ma nouvelle sent le souffre ? Crying or Very sad
Excuse-moi, je n'ai pas dit, en tout cas pas voulu dire, ça ! Embarassed

Cela dit, venant de moi, ce serait plutôt un compliment... :frh:

Merci pour la précision sur Rufus et Alexandre, je me demande pourquoi je m'étais mis ça dans la tête...

Et si tu pouvais continuer, au fait, ça donne envie de savoir la suite (enfin, la suite immédiate on la connaît, mais après ?).

à+

_Spin
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 9507
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum