La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Mar 8 Sep 2009 - 21:55

Par exemple vous décidez de vous investir pour promouvoir l'utilisation de la couleur bleue pour tous les objets, parce qu'il est prouvé que le bleu calme. Je rends cet exemple tout à fait loufoque pour sortir de la politique ou de la religion.

Vous pouvez soit rester dans le monde multicolore, l'infiltrer donc et essayer de l'influencer de l'intérieur agir dans la décoration, la publicité, pour promouvoir le bleu, soit vous isoler de la société et pratiquer le "bleu" chez vous, essayer de réunir des adeptes.


Laquelle des deux techniques croyez vous la plus efficace ?

Le problème s'est posé dans ma famille. Pour défendre le même idéal, ma soeur a choisi une voie, moi, l'autre. 30 ans après, on fait le bilan. C'est intéressant.

Qu'en pensez vous ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Mer 9 Sep 2009 - 10:20

autrement dit intérioriser ou extérioriser?
intraversion ou extraversion?
intimité ou publicité?

Je crois que les deux techniques correspondent à des dispositions d'esprit différentes, mais les deux peuvent réussir!
Tiens, en parlant de pub, par exemple, certains démarcheurs à domicile fonctionnent uniquement grâce au bouche à oreille, par des "réunions" entre copines surtout...et ça marche très bien!
Mais ça me semble plus de l'infiltration que de la marginalisation!
L'autre possibilité étant le "matraquage" dans tous les médias!

la marginalisation, selon toi, ce serait de créer une "société secrète" où seuls les membres (cooptés ou parrainés) seraient autoriser à apprendre à bleuir leur murs, leurs tables ou leurs pensées?
et l'infiltration d'ouvrir d'un coup 3000 magasins bleus à travers tout le pays et offrir à chacun la possibilité (ou la chance) de devenir Bleu?
Le pinceau à la main s'il le faut?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Mer 9 Sep 2009 - 10:47

non, pas exactement, Myrrha.

Le choix c'est entre

- se mettre en marge de la société en s'entourant de personnes qui pensent comme nous, créer ne société parallèle comme par exemple certains mouvements à idéologie écolo ou "nouvel âge" qui ont leurs écoles, leurs médecins, etc... Mais cette "société" n'est pas fermée, elle essaie de se faire connaître, de militer ou:

- rester intégrer dans le monde de consommation, la société majoritaire actuellement, et essayer de la changer de l'intérieur: faire de la politique, de faire partie du comité des parents pour introduire de bonnes idées pédagogiques

Je ne parle pas d'une secte quelconque, mais par exemple de ceux qui refusent cette société actuelle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Mer 9 Sep 2009 - 10:58

mais dès qu'on se met en marge de la société en créant des écoles très privées, en consultant des médecins particuliers, en refusant d'entrer dans le moule de la société en s'enfermant dans un mouvement "parallèle", ne devenons nous pas sectaires? que la religion entre ou non en jeu, mais le plus souvent, il s'en crée plus ou moins une (le nouvel âge en est un exemple)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Mer 9 Sep 2009 - 11:10

En effet, c'est un peu cela. Ma soeur et son mari se sont engagé dans un tel mouvement, mais qui heureusement n'est pas du tout sectaire (eh oui, ça existe). Nous en avions beaucoup discuté à l'époque. Moi, partageant leur échelle de valeur, j'ai préféré rester dans la société. Chacune croyant que l'autre vivrait un échec. Je pensais que ses enfants, vivant dans un cocon, seraient incapables de s'intégrer dans la société, eh bien, non, ils font des études universitaires. Elle pensait que mon idéal serait écrasé par la société, par le tourbillon, eh bien non, j'ai pu agir de l'intérieur et toucher beaucoup de gens, et mes fils sont encore plus militants que moi.

Bien sûr, on aurait pu échouer toutes les deux (cela est fréquent), mais voilà, on est des personnes exceptionnelles et on a réussi :ptdr: :yahoo:

Je trouvais vraiment intéressant de suivre cette évolution, d'observer comment cela se passe chez les autres... De se rendre compte qu'un échec apparent peut ouvrir d'autres portes... qua le "retour" d'une action peut se produire des années pus tard et venir d'un côté qu'on attendait pas. J'ai plein d'exemples. Et vous ?

Un exemple: les écoles anthroposophes sont nombreuses en Allemagne. Leur pédagogie est excellente. Tous les futurs professeurs doivent y faire un stage, et par ce biais, les excellent principes sont appliqués partout. Ce mouvement marginal à la base a finalement eu un grand effet, très positif.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par _athéesouhaits le Jeu 10 Sep 2009 - 14:18

l'hypocrisie des personnes qui rejettent le système c'est qu'il veulent s'en écarter mais conserver ses avantages...
exemple ;
je rejette la société ; mais si j'ai un problème de santé je me précipite a l"hopital...
les vrais puristes devraient aller jusqu'au bout de leur trip...partir sur une ile deserte...et en plus ...a la rame La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? 829619
j'en ai connu des personnes qui crachaient sur la société...
de vrais bourges aujourd'hui...

_athéesouhaits
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6507
Date d'inscription : 22/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Ven 11 Sep 2009 - 12:04

j'en ai connu des personnes qui crachaient sur la société...
de vrais bourges aujourd'hui...
beaucoup de gens ont besoin de se révolter pour se construire, puis en vieillissant, ils s'embourgeoisent!
le meilleur exemple que je connaisse, c'est "Daniel Cohn-Bendit", le rebelle de 1968 devenu député européen!
je rejette la société ; mais si j'ai un problème de santé je me précipite a l"hopital...
quant à ça, pour moi, ça s'appelle "l'instinct de survie"
(Mais, cela dit, je connais beaucoup de gens qui ne se précipitent pas à l'hôpital et qui n'y vont que contraints et forcés par les pompiers ou le samu (appelés par une tierce personne) .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration? Empty Re: La meilleure méthode: marginalisation, ou infiltration?

Message par Invité le Ven 11 Sep 2009 - 12:21

Je ne parle pas des l'hypocrites ou des résignés, justement. Ma question porte justement sur ceux qui veulent agir sur la société, parce qu'ils ne se sentent pas en phase avec elle.

S'ils se contentent de s'aménager au mieux, ils filent tôt ou tard vers un profond mal-être et la dépression. C'est donc une question grave: les dépressions étant la première cause de décès chez les jeunes et les vieux, il est intéressant de se poser la question, non ?

Faut-il envoyer bazarder le schéma que la société nous propose, ou est mieux d'essayer de la changer de l'intérieur, donc en agissant comme un "infiltré", par exemple en faisant de la politique, ou vaut-il mieux s'en retirer et organiser un circuit parallèle ?

Plusieurs de mes amis sont dans le cas: ils habitent en dehors des villes, vivent simplement, sont au chômage mais ont une activité utile à la société: art, "sage/fou du village" (adoré par tout le village: chez lui, c'est le défilé!). Ce dernier cas est clairement un inadapté social mais qui profite du système puisqu'il bénéficie du chômage. Mais à partir de quand peut-on décider qu'il "profite" ? N'est ce pas une politique de notre société de ne pas intégrer ceux qui ne partage pas ses valeurs marchandes, sa course à la consommation ? Ce système lui permet quand même de vivre, et sa vie est loin d'être inutile.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum