Le hasard … Anthyme&Rominet

Aller en bas

Le hasard … Anthyme&Rominet Empty Le hasard … Anthyme&Rominet

Message par Anthyme le Jeu 26 Mai 2011 - 23:59


Le hasard du double six perpétuel …

===================================

J’attends mon vieux pote Rominet …

… … …

Le lieu du rendez-vous est surprenant.
« Musée des Arts et Traditions Populaires » de Wattrelos …
… plus précisément ; dans la reconstitution de l’estaminet.

… devant un ancêtre de … je ne sais pas quoi …

Pourquoi fichtre m’a-t’il demandé d’essayer ce bidule ?
Ça doit bien faire une demi-heure que je m’y abrutis avec une bille.

Heureusement qu’il n’y a pas de visiteurs …
Mais s’il y a une caméra de surveillance …
… ça doit rigoler à l’autre bout !



C’est un objet surprenant :
Une planche de plus de 50 centimètres, hérissée de picots métalliques et percée de trous.

Construction sommaire peinte de couleurs criardes.
Rustique mais stable.

Ça tient debout ; le plan hérissé incliné à près de 60°.
En haut, une sorte de godet pour y déposer une bille de terre cuite.

Lorsqu’on la lâche, elle dégringole en rebondissant sur les picots en faisant des « sgling, gling, gling » ; jusqu’à l’immanquable « chplotac », lorsqu’elle tombe dans un trou.

« Immanquable » ; car ils sont nombreux, les trous.

Au fond de chacun, un chiffre émaillé sur un médaillon en céramique :
« 10 », « 25 », « 1 », « 5 », « 15 » …
… il y a même quelques « 0 » ; et tout en bas un « 100 ».

Un jeu d’estaminet certainement contemporain du Nord de Zola !
Je pense que le perdant devait payer la tournée …
… à moins que ce ne soit le gagnant !

… … …

J’en ai marre d’essayer d’atteindre le « 100 ».

… Vieux pote ! … Chic pote … Bon pote ? …
… Casse burnes, oui !!!

Tu n’as qu’à arrêter, alors.
Ouaouhhh !... Ça va pas ? … Ça fait longtemps qu’t’es dans mon dos ?
Essaie de t’annoncer en douceur ; un jour j’aurai une attaque !

Pas de chiqué, tu sais que je suis toujours là.
Alors ! Tu n’arrives pas à l’atteindre ; ton petit « 100 » ?

Pfff … Je dois bien avoir fait 200 tentatives.
82 …
… Ah … Bon … J’aurais juré plus.
Il en faudrait raisonnablement combien pour atteindre le « 100 » ?

Une … si c’est la bonne …ou une infinité … de pas bonnes.
Non ! Sérieusement … En termes de probabilité.
Une chance sur 8192…
… Mouias … J’arrête !

Mon pote est pénible : il a toujours raison.
Or comme je n’aime pas avoir tort … je ne discute pas ses initiatives.
… Et comme j’ai ma fierté … je ne pose pas de question.
… Et comme il est casse burnes … il ne dit rien.
… Et comme je suis impatient … je finis par questionner …

C’était quoi, le but de la manœuvre ?
Tu voulais une façon originale d’aborder le thème du hasard …
Originaux ? … Les probabilités et les jeux de hasard ?…
Dans le forum de Méta, il y en a qui en savent plus long que moi…
La bille atteint « 100 » : j’épouse @Magnus et je deviens reine …
Elle tombe dans « 0 » : je suis dans la même cellule que @Typhus …
Il n’y a rien d’original, dans ta planche à clous !


Hummm …
Cavalcade de trois garçonnets poursuivis par une mère qui leur murmure sèchement les sommations d’usage.
Ahhh … La prouesse des mères qui savent crier en silence !

Radical pour faire fuir mon pote :
De mon côté, je décide de m’offrir un repli stratégique sur un banc de la cour intérieure de la ferme-musée …

… … …

Ne serait-ce que ça ; le hasard ?
Plus ou moins réussir … ou échouer ?

Considérer les rebonds d’une vie comme les aléas d’un destin ?
Les aborder en priant pour atteindre le « 100 » de l’Élection ?


Reporté à une perception égocentrique du monde cela devient :
« Gloire à Dieu et à ses 8192 bénédictions …
… et merci de m’avoir offert le glorieux « 100 » de Sa Création ! »


… et encore !? … 8192 ? …


Les explosions de supernovae pour synthétiser les éléments lourds, les nuages cosmiques pour l’oxygène, l’hydrogène des composants premiers, l’eau liquide pour la vie, les millions d’années pour la complexifier, sans oublier l’ultime course et ses 100 ou 200000000 de participants …
… ce serait plutôt 8192 puissance 8192 bénédictions qu’il faudrait !...


La capacité de ta calculette ne dépasse pas 2 puissance 332 …
Bon sang !... Douhouhoucement ! … Mon cœur ! …
… Ma calculette ? … C’est 10 puissance 99 !...
.

C’est ce que je dis ; environ 2 puissance 332.
Quel rapport avec l’« argument choc » des créationnistes sur l’« improbabilité » d’un monde hasardeux ?
Parce que je vais te faire jouer à un jeu qui se joue dans les puissances de 2 …
… jusqu’à 2 puissance 20 pour être précis …
… un jeu où l’on a donc une chance sur 1048576 d’atteindre le « 100 » …
… on peut dire une chance sur un million …

… et où l’on gagne à tous les coups …

… et ne me regarde pas comme ça …

Viens, le jeu est chez moi, on y sera plus tranquille.



En effet, un bruit de cavalcade hilare me dit que la chasse a échoué.
Vite !... Avant que les trois galopins n’arrivent !

Vite, vite, vite m’abandonner au rêve.
Je ferme les yeux pour m’aider à intégrer les images …

Ça y est …
… je suis chez mon vieux pote …

________________________
Un cercle est un carré qui s’ignore.
Anthyme
Anthyme
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 896
Localisation : Entre deux mondes
Identité métaphysique : Libre
Humeur : À l’écoute du silence …
Date d'inscription : 23/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le hasard … Anthyme&Rominet Empty Re: Le hasard … Anthyme&Rominet

Message par Anthyme le Mar 31 Mai 2011 - 0:46

Délicat et attentionné …
… un microcosme tout en bleu opalin …au plus proche du bleu lumineux de la grâce parfaite.

Une délicatesse qui commence au contact de ce sol sans détail discernable, souple comme une jeune mousse, mais suffisamment ferme pour assurer l’équilibre.

Pas de vent, mais l’air est pur au point d’en paraître parfumé.

Pas d’horizon, sinon cette brume à l’évanescence lumineuse.
Et ce silence sans échos …
… et surtout la sollicitude de me l’imaginer sans acouphènes !

Un sentiment de gratitude me submerge :

Merci … Ami ! …



… Tiens ?... Je suis seul …Etrange …
S’il y a un endroit dont on ne peut pas s’absenter ; c’est de son rêve !
Absolument impossible que je sois seul !



Avec lui ; je sais que c’est inutile de parler :
Ce que je vois est vu, ce que j’entends est entendu, et que ce soit dans mon lit ou chez mon dentiste, tout ce que je ressens est ressenti …
… et bien sûr … tout ce que je pense est pensé …
… hélas … ce n’est pas réciproque … hélas surtout maintenant !


Parler est inutile, mais je vais le dire quand même :
Sympa le couvert, mais qu’est-ce qu’on mange ?

Je viens de faire un tour sur moi-même, personne…



Hummmmm !...
C’est bien parce que je sais que ses silences sont autant d’invitations à l’introspection que je décide de ne pas me réveiller ; mais la demi-heure que je viens de passer dans le musée a épuisé mon « capital patience ».

Je force délibérément le ton :
Sympa l’accueil !... Où est le frigo !!...

… ? … Pas de réponse … ! … J’en remets une couche :

Sérieusement, là !... tu charries !!!

… ? … Pfffff … ! …


Bon ... Autant profiter de l’endroit !
Je m’apprête à m’allonger … et c’est alors que, les genoux pliés, je vois cette chose étrange …
Plus exactement, c’est le changement de perspective qui me révèle l’objet, à même pas trois mètres.

Ses contours sont fins, pas plus apparents qu’un fil, et sa matière a la transparence d’un cristal pas plus épais qu’un papier à cigarettes.

Une sorte de tableau transparent qui se perd dans le bleu de son environnement.
Il faut savoir où il est pour le voir.

Ah ! Tant pis pour tes bières ; j’ai trouvé le frigo !...

Je jette un coup d’œil alentour …
Non ?... Pas de réaction … Toujours seul.

Aucune importance :
En m’approchant, j’ai compris avant même de le discerner nettement.

Un plan incliné, comme au musée, mais rien à voir avec un hérisson.
Au contraire.
La surface de cristal est parfaitement plane, exceptée une déformation longiligne qui forme comme une petite auge de section hémisphérique dans laquelle le doigt parvient à peine à se glisser.
Ça serre un peu, mais c’est incroyablement lisse.

La feuille de cristal ressemble à une tôle emboutie.
Aucun défaut perceptible.


En haut une sorte d’auge où démarre le conduit.

Après environ 4 centimètres de descente rectiligne, une sorte d’étrave …
Houps ! C’est coupant comme un rasoir !
Heureusement qui j’y suis allé sans forcer !
… une sorte d’étrave dans l’axe du conduit.

Deux chemins possibles :

Un qui part à gauche, vers l’extérieur, et finit en impasse après 2 centimètres …
… une impasse qui, sous certains angles, semble revêtue d’une pellicule irisée …
… non … c’est simplement un peu moins lisse …

Et un conduit opposé qui s’incurve vers l’intérieur sur une nouvelle portion droite d’environ 3 centimètres ; qui se heurte à une autre étrave semblable.

Sur celle-ci cependant, l’impasse irisée se trouve à droite, et le « bon chemin » à gauche, vers le centre.
Le conduit reprend alors son cheminement vertical et rectiligne de 3 centimètres vers l’étrave suivante.

Je compte rapidement : 4, 8, 12, 16 et 20.
C’est ça : 20 étraves.

Tout ceci matérialise un canal central d’environ 70 centimètres qui serpente entre 10 impasses à droite et 10 impasses à gauche.

Après la dernière étrave et un dernier parcours d’environ 3 centimètres, ce conduit débouche dans une sorte de réceptacle central …
… ou se trouve … eh oui … une bille !

J’ai mon jouet !

Magnifique cette bille :
Il faut que je me mette le nez dessus pour bien la voir !

Plus exactement, pour voir un gros nez encadré par deux petites narines en bas, deux petits yeux en haut, deux minuscules oreilles de part et d’autre :
Cette bille est réfléchissante comme un miroir déformant.

Bon sang ! J’essaie de l’attraper entre pouce et index : impossible.

Elle est glissante comme une bille de glace.
En plus, elle est lourde ; comme une bille de plomb.

Avec trois doigts maintenant …
On croit la tenir, mais elle ‘coule’ par le premier interstice.
Incroyable : frottement nul, adhérence nulle !

Je ne peux m’empêcher de plaisanter de dépit :
Test d’intelligence : Vous avez 10 minutes pour trouver un moyen d’attraper la bille !

Ah, ça y est.
Une main en collecteur, et on pousse avec les doigts de l’autre.

Je reste un instant à la regarder dans le creux de ma paume.
J’incline un peu la main pour la faire circuler.
Aucun détail de sa surface ne me permet de l’affirmer, mais je suis persuadé qu’elle ne roule pas : elle glisse sur la peau.


Bon … Et maintenant l’épreuve pratique …
… l’épreuve de la chance sur un million et quelques …

Je laisse la bille couler dans l’auge supérieure, comme je l’aurais fait d’une goute de mercure, et ne la vois que par mon reflet à sa surface.

Elle s’engage dans le canal dont elle semble avoir l’exact gabarit.
Heurte ‘plein centre’ la première étrave qui la stoppe net, sans aucun rebond, comme si le « tic » sonore suffisait à dissiper l’énergie cinétique …
… et elle tombe à droite, vers le centre.
« Tic », l’autre étrave, et tombe à gauche, à nouveau vers le centre …

« Tic, tic, tic, tic … » je regarde subjugué …
« Tic, tic, tic, tic, tic, tic … » ahurissant !
« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic … » Une horloge suisse !
« Tickh » en percutant le réceptacle inférieur.

Je suis trop déconcerté pour oser un commentaire déplacé du genre « Il y a un truc » …
… alors je capture la bille comme je viens de le faire et recommence l’expérience :

« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Il y a un truc ?

Aucune réponse à ma provocation, bien sûr.

Je recommence l’essai …

« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »

Il n’y a pas de « truc » ; mais un principe intangible … C’est ça ?

J’ai parlé fort pour me défouler, mais il ne répondra pas, je le connais.

Et Jésus dit : « Débrouille toi et marche ! »…



Je recommence.

« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Encore une fois.



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



J’ai maintenant le coup, et j’arrive à attraper la bille avec une main.
Mais pour le reste !



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Ça doit être mon cinquième ou sixième essai.



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Six touts sûrs, maintenant.
C'est-à-dire … Une chance sur … 2 puissance 120 !!!



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



AU SECOURS !



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Sincèrement, humblement … Explique moi !



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



Fais gaffe ! J’abjure la Vieille Bique et j’me fais témoin de Jéhovah !

Ça c’est de la provoc’ pour me défouler.

Je sais que s’il y a quelque chose à apprendre, je dois l’apprendre seul.
Et si je dois l’apprendre seul ; c’est que je peux l’apprendre seul.

… … …

Tiens tiens …
Mais oui !... Bien sûr !... C’est tellement évident !

Je vais mettre mon doigt à côté d’une étrave et boucher le passage central.
La bille va heurter mon doigt, et s’engager dans l’impasse …
… avec une cerise sur le gâteau !

Quand la bille sera nichée dans le creux de l’impasse, je connais un Rominet qui va devoir faire son Mac Gyver pour l’en sortir !



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tickh … »



C’est coupant, je dois être prudent.
Je n’ai pas eu le temps de mettre mon doigt près de l’étrave du haut.

Je recommence en le mettant vers la fin …



« Tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic, tic … »


Anthyme
Anthyme
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 896
Localisation : Entre deux mondes
Identité métaphysique : Libre
Humeur : À l’écoute du silence …
Date d'inscription : 23/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum