Quel modèle pour l'Europe ?

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Quel modèle pour l'Europe ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 10 ]
 
Total des votes : 10

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Jeu 18 Oct 2012 - 22:45

Oui par les bourses!
http://fr.news.yahoo.com/angela-merkel-souhaite-plus-pouvoir-lue-sur-les-104945752--business.html
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Sam 20 Oct 2012 - 10:07

Greve illimitée en Espagne à partir du 14 novembre.

http://globalpresse.wordpress.com/2012/10/19/greve-generale-illimitee-14-novembre-2012/

Quel modèle pour l'Europe ? La libération
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _Matoll le Mer 24 Oct 2012 - 3:19

Millenium a écrit:Greve illimitée en Espagne à partir du 14 novembre.

http://globalpresse.wordpress.com/2012/10/19/greve-generale-illimitee-14-novembre-2012/

Quel modèle pour l'Europe ? La libération

Lorsqu'il s'agit des peuples, qu'ils soient espagnols, grecs, anglais ou d'autres pays, beaucoup vivent les mêmes soucis alarmants à cause de ces politiques immondes d'austérité où l'on veut faire porter la responsabilité de la crise aux peuples, afin que les politiques puissent rassurer les marchés financiers, en se détournant de leur première préoccupation, l'intérêt général. Ces partis pseudo-démocratiques tous autant qu'ils sont se fichent des peuples.

Pour être dans la logique contraire du "diviser pour mieux régner", il semble important "d'agir localement et penser globalement" : une grève illimitée devrait se faire tous Etats confondus car l'union fait la force. Car il n'y a pas de spécificité dans la précarité, et ce qu'il se passe en Europe touchera les uns, puis les autres.

En France, les politiques imposent sans référendum le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Dans tous les pays de l'UE, les peuples sont invités à subir le diktat de Bruxelles, pour le bien de la finance.

Lorsqu'un gouvernement est dépendant des banquiers pour l'argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L'argent n'a pas de patrie ; les financiers n'ont pas de patriotisme et n'ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain. - Napoléon Bonaparte.

_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Mer 24 Oct 2012 - 10:05

Merci Matoll pour cette citation okey

Bonne nouvelle, la grève s'étant à plusieurs pays, le 14 fait tache d'huile et pourrait bien sonner le glas du système.
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _dede 95 le Mer 24 Oct 2012 - 13:45

Millenium a écrit:Merci Matoll pour cette citation okey

Bonne nouvelle, la grève s'étant à plusieurs pays, le 14 fait tache d'huile et pourrait bien sonner le glas du système.

Ne vendons pas la peau de l'ours, pas grandes réactions en France et en Allemagne, quelques unes en Angleterre et dans le nord de l'Europe!
Quand je parles de réactions c'est aux niveaux d'organisations représentatives!
Car, elles sont là et pas trop chaudes pour changer le système, c'est le moins que l'on puisse dire!
Alors qu'il sorte de ce mouvement une volontée- et un embryon d'organisation- de contruire un mouvement organisé en Europe, soyons réalistes, il faut le souhaiter, en espérant que ce ne soit pas du type alter-mondialiste sourire
avatar
_dede 95
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 7119
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 10/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Tibouc le Mer 24 Oct 2012 - 13:47

Tu voulais dire "en espérant que ce soit du type alter-mondialiste" ? sourire
avatar
Tibouc
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 4585
Localisation : Pas de ce Monde
Identité métaphysique : Mystique Humaniste
Humeur : Chevalier Solitaire
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _dede 95 le Mer 24 Oct 2012 - 14:03

Je parlais des "Alter-mondialistes", cette organisation qui s'est empressée de récolter les subventions de l'Europe et qui aujourd'hui, n'est plus que l'ombre d'elle même!
avatar
_dede 95
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 7119
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 10/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par gaston21 le Mer 24 Oct 2012 - 15:20

Millenium a écrit:Merci Matoll pour cette citation okey

Bonne nouvelle, la grève s'étant à plusieurs pays, le 14 fait tache d'huile et pourrait bien sonner le glas du système.

Le glas du système ? Je voudrais bien, mais il ne faut pas rêver . La griffe de la Finance tient bien l'Europe et je ne pense pas qu'on puisse la desserrer . Elle a tous les leviers du pouvoir; on a vu avec quelle facilité elle vire les chefs d'Etat pour les remplacer par des gens à sa botte . Les gouvernants qui se disent de gauche sont à genoux devant l'idole Argent . Le système est diaboliquement pervers et intelligent .Ou tu me sers ou je t'écrase...
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _Matoll le Jeu 25 Oct 2012 - 2:59

Gaston21, je suis d'accord que cela ne sera pas facile car ces vautours sont bien organisés cela en complicité avec les politiques qui ne sont en fait que des pantins. Lorsqu'on ose parler encore de démocratie, eh bien elle ne semble exister qu'en surface pour faire croire aux gens que ce sont eux qui décident.

Je pense que la seule possibilité qui permettrait de sortir de ce système est de faire connaître ces magouilles et qu'il y ait un soulèvement des peuples quel que soit le pays. Plus cela restera isolé, plus cela profitera aux mêmes.

Eux sont organisés pour racketter les peuples, comme il n'est plus possible de faire confiance à ces politiques-pantins qu'ils soient de gauche comme de droite, pourquoi les peuples ne pourraient justement pas s'organiser ? Un peuple informé et uni a toujours été le cauchemar de ceux qui commandent.

Il y a un proverbe en espagnol qui dit : "El pueblo unido jamás será vencido." (le peuple uni ne sera jamais vaincu).

Il est temps de tourner la page à toute cette puanteur du libéralisme, des dérives du capital financier et d'aller vers une société basée sur la solidarité (dans les deux sens), d'équité, de sobriété et pérenne.

_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Jeu 25 Oct 2012 - 13:23

Voici un lien pour la Belgique.

https://www.facebook.com/aphone#!/events/269246929862424/
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Jeu 25 Oct 2012 - 13:30

Ford Genk, Duferco, les fermetures laissent sur le carreau 10 000 citoyens.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/1523374/2012/10/25/Duferco-NLMK-annoncent-600-suppressions-d-emplois.dhtml

http://www.rtbf.be/info/economie/detail_fermeture-de-ford-genk-les-reactions-affluent?id=7862158
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _dede 95 le Jeu 25 Oct 2012 - 13:40

A ma connaissance des personnes ont appelées en Italie du Sud (Organisation de cultivateurs) et cela uniquement par le bouche à oreille!
avatar
_dede 95
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 7119
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 10/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par gaston21 le Jeu 25 Oct 2012 - 17:53

Je suis optimiste de nature, mais je ne vois vraiment pas comment on pourrait maintenant se sortir de cette terrible emptise de la Finance internationale . Un exemple aux USA où c'est l'argent, et l'argent seul, qui fait les présidents et les chambres . Les campagnes présidentielles sont uniquement financées par l'argent privé, sans limitation aucune et même sans aucune identification des donateurs . Que reste-il ? Deux partis de droite, quasi identiues...
avatar
gaston21
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 6875
Localisation : Bourgogne
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : ricanante
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Sam 27 Oct 2012 - 15:21

La France emboîte le pas.
http://www.france.attac.org/articles/14-novembre-declaration-intersyndicale#.UIvd2vVl9Wg.facebook
avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _dede 95 le Sam 3 Nov 2012 - 20:18

Millenium a écrit:La France emboîte le pas.
http://www.france.attac.org/articles/14-novembre-declaration-intersyndicale#.UIvd2vVl9Wg.facebook

Septique, je suis septique sur cette déclaration dites intersyndicale!
Surtout venant d'Attac sourire

J'ai fait un aller/retour en Italie du Sud cette semaine, c'est la catastrophe économique, tous appellent à l'unité contre "qui vous savez" sourire !
Le 14 Novembre peut etre un processus vers l'union!
avatar
_dede 95
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 7119
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 10/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Lun 5 Nov 2012 - 10:07

Partout, le même constat s'impose.

avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _Matoll le Jeu 8 Nov 2012 - 2:54

S'unir contre les lobbys de la finance (qui eux, sont unis, pour nuire aux Etats et à de nombreux citoyens) est légitime et nécessaire car je pense que c'est l'un des principaux acteurs qui pose de réels soucis, mais insuffisant car combattre quelque chose, c'est aussi pour créer autre chose.

Et c'est maintenant que cela doit se concevoir, car l'histoire a prouvé que des combats peuvent se gagner, à condition de ne pas laisser se construire un avenir plus alarmant que celui qui nous destiné pour le moment.

Le monde de la finance semble être un "goliath" économique, mais les goliaths peuvent être également vaincus.

Autant je suis complètement pour l'indépendance des Etats dans leur gestion propre, autant lorsque de nombreux pays sont concernés par de tels nuisances qui avaient déjà commencé bien avant la crise des subprimes, l'union dans sa cohérence d'actions est la seule force qui permettra de venir à bout de cette saloperie dont les politiques et les médias sont complices. Car pendant qu'on parle de choses assez futiles (mariage homo, vote des étrangers,...), l'essentiel n'est pas abordé et c'est pourtant cela qui nous concerne tous.

_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par p1rlou1t le Ven 9 Nov 2012 - 17:53

Bonjour ACourvoisier,
ACourvoisier a écrit::"Je souhaite savoir dans l'histoire, comment se prennent les décisions au sommet"
Je ne suis pas spécialiste de la question mais je crois que vous trouverez quelques pistes de réponse en vous référant au lien suivant:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A9dures_l%C3%A9gislatives_de_l%27Union_europ%C3%A9enne

En résumé, vous pourrez notamment lire ceci:
"La Commission soumet une proposition législative au Parlement et au Conseil. À la première lecture le Parlement adopte sa position. Si le Conseil approuve la formulation parlementaire alors l'acte est adopté. Sinon, il adoptera sa propre position et la communiquera au Parlement avec des explications. La Commission informe aussi le Parlement de sa position sur ce point. À la seconde lecture, l'acte est adopté si le Parlement approuve le texte du Conseil ou échoue à prendre une décision. Le Parlement peut rejeter le texte du Conseil, ce qui conduit à un rejet du projet de loi, ou le modifier et le communiquer à nouveau au Conseil. La Commission donne une nouvelle fois son avis. Dans les cas où la Commission a rejeté des amendements à son avis, le Conseil est contraint d'agir à l'unanimité plutôt qu'à la majorité."

La commission siège à Bruxelles, le parlement et le conseil siègent à Strasbourg. La commission est composée de membres qui ne sont pas soumis au suffrage universel, seul le parlement l'est.

Le modèle suisse que vous évoquez me semble relever d'une démocratie qui tendrait à faire en sorte que la majorité des citoyens aient un droit de participation au système démocratique. Cela ne me semble pas être le cas de l'union européenne qui tendrait plutôt à éliminer le plus possible l'idée même de démocratie de par le pouvoir exorbitant que possède la commission européenne, étant donné que les propositions de loi doivent avoir son aval avant d'être soumises au parlement et au conseil. Dans ce cadre-là, ce n'est sans doute pas un hasard si beaucoup de lobbyistes se regroupent à Bruxelles afin de faire pression sur la commission. Par exemple, Monsanto, dont le siège est aux Etats-Unis, a réussi à faire passer une loi interdisant d'interdire les O.G.M sur le territoire français alors qu'une majorité de Français sont favorables à l'interdiction des O.G.M. si vous les questionnez sur ce sujet.

Je ne crois pas inapproprié de noter que la banque centrale européenne, dont le siège est à Francfort, décide de la politique monétaire des pays ayant adopté l'euro, ce qui lui confère un pouvoir certain. Elle est bien-entendu indépendante de tout processus démocratique.

Pour mieux comprendre l'essence de l'union européenne, on peut relever les paroles de padoa-schioppa qui connaissait le système européen de l'intérieur en tant qu'ancien membre du directoire de la banque centrale européenne et président du think-tank Notre Europe:
"La construction européenne est une révolution, même si les révolutionnaires ne sont pas des conspirateurs blêmes et maigres, mais des employés, des fonctionnaires, des banquiers et des professeurs"(…)"L'Europe s'est formée en pleine légitimité institutionnelle. Mais elle ne procède pas d'un mouvement démocratique"(…)"Entre les deux pôles du consensus populaire et du leadership de quelques gouvernants, l'Europe s'est faite en suivant une méthode que l'on pourrait définir du terme de despotisme éclairé."

Ou encore les parole de Jacques Delors, ancien président de la commission européenne:
"L'Europe est une construction à allure technocratique et progressant sous l'égide d'une sorte de despotisme doux et éclairé".

Vous pourrez trouver d'autres informations à ce sujet dans le livre Circus Politicus écrit par deux journalistes français. On y apprend notamment que dans le secret de leurs réunions, les dirigeants européistes débattent par exemple de savoir comment éviter tout référendum car ils estiment que le processus de référendum est une tyrannie.
Vous pourrez aussi apprendre dans ce livre que ceux que l'on nomme pères fondateurs de l'europe, Monnet et Schuman, avaient des liens étroits avec les intérêts américains qui les finançaient, ce qui peut être, à mon humble avis, une piste à creuser pour comprendre la tournure des événements aujourd'hui, comme par exemple le fait que nos médias parlent plus de l'élection présidentielle aux Etats-Unis que celles ayant lieu dans les autres Etats européens.

p1rlou1t
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 676
Localisation : Belgique
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : Aucune
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par p1rlou1t le Ven 9 Nov 2012 - 19:51

Bonjour Matoll,

Je ne vous cache pas que j'apprécie vos analyses comme apparemment d'autres ici. Je viens de parcourir l'ensemble de ce fil de discussion, et puisque vous avez évoqué l'UPR et François Asselineau, j'aimerais apporter quelques précisions sur votre assertion à ce sujet, ayant personnellement suivi les propos de François Asselineau depuis un bon moment déjà.

Vous dites:
Matoll a écrit:* l'Union Populaire Républicaine de François Asselineau est un mouvement politique très souverainiste et de droite gaulliste.
Je me souviens d'avoir entendu François Asselineau récuser l'idée que son parti soit souverainiste, comme il récusait le fait qu'il soit de droite, comme il récusait l'idée qu'il soit gaulliste. Si je me souviens bien, il récusait les termes de gaullisme et de souverainisme car ceux-ci ont été galvaudés par d'autres courants qu'il estimait être partisans du mythe de "L'autre Europe", mythe régulièrement vendu aux Français dans un souci de leur cacher la réalité de ce qui se passe. A mon humble avis, je ne crois pas qu'il se trompe sur ce point. Un exemple qui me semble aller dans son sens se situerait dans le comportement de Madame Le Pen lors de la dernière campagne présidentielle française. Sans doute que beaucoup de monde aura en mémoire le fait que, lors de ses passages médias, elle défendait dans un premier temps l'idée que la France devait sortir de l'euro. Elle défendit ensuite l'idée que de toute façon l'euro allait s'effondrer de lui-même et qu'il fallait donc anticiper sa chute. Vint ensuite sa profession de foi dans laquelle elle n'évoquait plus que l'idée de "renégocier les traités". Je me permettrais aussi d'évoquer le cas de Nicolas Dupont-Aignan qui s'est tout d'abord présenté comme un ardent attaquant de l'euro en déchirant symboliquement une copie d'un billet en euro en accusant l'euro de provoquer la misère et le chômage. Pourtant sa profession de foi ne reflétait pas du tout un tel engouement, se contentant d'évoquer l'idée d'une "Europe des nations" et d'une monnaie commune alors que l'euro est déjà une monnaie commune aujourd'hui. Sans entrer dans les détails, je ne crois pas me tromper en affirmant que tous les partis politiques médiatisés défendent l'idée d'une "Autre Europe", que ce soit l'UMP, le FDG, EELV, le PS ou même SP de Cheminade, ce qui, il me semble, conforte l'analyse de François Asselineau.

Voici à titre d'exemple deux affiches du PS, qui évoquent l'idée de "changer l'europe" alors que dans le même temps, les représentants de ce parti, comme ceux de l'UMP, ratifient tous les traités européens. La première affiche date de 1979, l'autre de 2009:

Voici une affiche de l'UMP en 2009:

Par-rapport au terme de parti "de droite", François asselineau précise sur son site:
"L’UPR rassemble des Français de droite et de gauche, fidèles à 15 siècles d’indépendance nationale et à 2 siècles d’acquis républicains, qui refusent tout extrémisme."
http://www.u-p-r.fr/qui-sommes-nous

En résumé, l'UPR se présente comme un mouvement de libération nationale au-delà des clivages droite-gauche. Ce qui me semble cohérent pour un parti faisant référence au CNR.

Il me semble par-contre tout à fait vrai que le parcours de François Asselineau pourrait permettre à qui le veut de le qualifier "de droite". Cependant, j'ai visionné il y a peu une conférence organisée par le M'PEP, classé plutôt "à gauche" à mon humble connaissance. Etaient présents à cette réunion:
"François Asselineau (UPR)
Georges Gastaud (PRCF)
Jacques Nikonoff (M’PEP)
Jacky Omer (Front syndical de classe)
Jean-Luc Pujo (Clubs Penser la France)

Léon Landini, ancien résistant FTP-MOI, n’a pas pu venir, mais a tenu à écrire une lettre, qui a été lue au début de la conférence."

Je ne sais pas ce qu'il en est du positionnement de "Clubs Penser la France", mais il me semble que tous les autres mouvements présents à cette réunion sont classés "de gauche". Léon Landini est aussi classé "de gauche". Je ne crois pas me tromper en précisant ici que la notion même de nation française est historiquement une notion "de gauche".
La conférence ayant été publique et filmée, elle est visionnable sur youtube. Chacun peut à partir de là se faire son avis sur la question.
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=kzBRXQwuJpY
Cela me semble bien démontrer que François Asselineau est prêt à dialoguer avec des "méchants gauchistes".

En naviguant sur le site de l'UPR pour faire mon post, je remarque par ailleurs que Lakhdar Mouissette est adhérent à l'UPR et il me semble qu'il serait lui aussi classé "de gauche", puisqu'ex-militant au POI.

Ces précisions étant faites, je vous dis à bientôt et au plaisir de vous lire.

p1rlou1t
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 676
Localisation : Belgique
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : Aucune
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Millenium le Mar 13 Nov 2012 - 13:44

Sans langue de bois, Olivier Delamarche démontre la skyzophrénie des marchés, la fuite en avant du déni.

avatar
Millenium
Maître du Relatif et de l'Absolu

Masculin Nombre de messages : 1975
Localisation : Ardenne Belge
Identité métaphysique : chercheur
Humeur : Motivé
Date d'inscription : 17/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _Matoll le Jeu 15 Nov 2012 - 1:24

p1rlou1t

Je te remercie pour ta réponse ainsi que d'apporter des précisions sur François Asselineau, qui se fait de plus en plus connaître bien qu'aucun politique (PS, UMP,...) ne le mentionne curieusement.

S'il précise en effet de ne pas se sentir souverainiste ou gaulliste, la politique et les idées qu'il défend semblent davantage aller vers une France souveraine, car il demande que la France sorte de la zone euro (ce qui serait en effet une sage décision, car la France aurait l'autonomie en récupérant sa monnaie), de l'Union Européenne (possible avec le Traité de Lisbonne), et de l'OTAN (organisation qui ne se justifie plus d'exister depuis bien longtemps, certaines de ses activités étant criminelles et impérialistes). Cependant, F. Asselineau a quand même été pendant un temps dans des mouvements politiques comme ceux de C. Pasqua et de ceux de la droite élargie (UMP). Il me semble délicat de penser qu'il défende aussi des idéologies de gauche (je ne parle pas du PS qui n'est plus classé à gauche depuis des décennies).

Ses conférences ont l'atout d'apporter du fond et c'est pour l'instant l'une des rares personnalités politiques qui présente une alternative parmi les idéologies politiques connues en France.

Manifestation européenne du 14 novembre 2012

La société évolue et les peuples aussi : ce 14 novembre 2012 a eu lieu une grève européenne, avec un appel unifié. Certes, tous les pays ne se sentent pas concernés (des pays de l'Union Européenne situés surtout dans la moitié nord de l'Europe) et d'autres pleinement (les pays de l'Union Européenne situés au sud de l'Europe globalement).

En Espagne, de nombreuses villes comme Madrid ou Granada avaient leurs places et leurs rues pleines de personnes qui demandent l'arrêt de ces politiques ubuesques d'austérité, qui de plus ne se justifient pas.

En Grèce, de très nombreux manifestants sont allés dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol.

Au Portugal et en Italie, beaucoup de citoyens ont abondamment participé aux mobilisations.

En France, les manifestations ont été peu nombreuses, mais je pense que ce n'est (malheureusement, la situation économique est quand même préoccupante) qu'un début.

Comme presque toujours, les policiers chargent et frappent dans cette soit-disante Union Européenne qui n'est l'union que des plus riches et des lobbys économiques, mais pas des peuples.

Personnellement, je soutiens complètement toutes ces mobilisations, car je me mets à la place de bon nombre d'entre eux qui aimeraient avoir un niveau de vie plus décent. Toutes ces politiques libérales sont inacceptables, doivent être rejetées sans compassion et ces idéologies d'une conchitude dantesque doivent être amenées à ne plus s'appliquer. Ces répressions policières sont inadmissibles et constituent une insulte aux peuples de ces pays.

Quant à F. Hollande, sa position politique est plus que critiquable car il ne s'oppose aucunement à ces politiques car ceux qui nuisent aux Etats qui connaissent des plans d'austérité, ce sont les lobbys de la finance. Aucune politique dans ces pays ne va dans ce sens, et on se demande bien pourquoi, alors que nombre d'économistes ont expliqué ces magouilles organisées dont la première victime a été la Grèce.

Voici une explication très pertinente concernant la situation alarmante de la Grèce dont les médias et les politiques globalement ne parleront pas : "la crise de la dette expliquée par le biais de l'exemple grec. Extrait de la conférence: "L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique» par Myret Zaki (magazine économique "Bilan") et le professeur Etienne Chouard."



Le constat est clair : beaucoup de personnes sont victimes de ces spéculateurs et banquiers privés de ***. Il ne méritent qu'une seule chose, c'est leur adresser un retour radical, car eux ne produisent absolument rien, si ce n'est de la mysère sociale par la mise à mal des pays dans leur ligne de mire. Et c'est cela qui doit être dit et compris, car la société de demain qui doit être construite devra respecter l'équité sociale et environnementale, dont le budget des collectivités puisse servir pour le bien de l'intérêt général et non pour engraisser ces saletés dont la planète se passerait bien volontiers.

_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par p1rlou1t le Lun 19 Nov 2012 - 18:29

Bonjour Matoll,

Merci pour votre réponse.

Je partage votre remarque sur le parcours de François Asselineau qui permettrait, il me semble, de le cataloguer comme homme politique de droite. Je crois cependant que la référence au CNR permet d'élargir sa vision politique actuelle. Dans la conférence dont j'ai donné le lien précédemment, il est démontré que François Asselineau est capable de dialoguer avec des hommes politiques classés à gauche. Il y est aussi démontré que des hommes politiques classés à gauche sont capables de dialoguer avec François Asselineau. Il ne me semble pas inapproprié de relever que Jean Moulin était classé à gauche, et que De Gaulle était classé à droite. Je relèverais aussi que le CNR regroupa des gens de toutes tendancse politiques, exceptés les mouvements collaborationnistes bien évidemment. Dans ce cadre-là, les propos d'un ex-dirigeant du Medef qui déclarait que "Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance" prend tout son sens. Il s'agirait, selon cette citation, pour le Medef de briser les alliances faites entre travailleurs et patrons au sortir de la guerre, pour le profit exclusif des patrons.

Par-rapport à la question de la souveraineté nationale, je ne crois pas que cette notion soit exclusivement une notion de droite. Certains souverainistes se reconnaitraient plutot dans le monarchisme, ou le royalisme, derrière le concept "un dieu, un roi, un peuple", alors que d'autres se reconnaitraient plutôt dans la démocratie populaire, derrière le concept "le peuple, pour le peuple, par le peuple". De nos jours, la souveraineté nationale française serait donc théoriquement plutôt de gauche. Il me vient aussi à l'esprit le fait que, normalement, le Président de la République est mandaté pour maintenir l'indépendance nationale, quelle que soit sa préférence politique.

Il me semble, au travers de ces courtes remarques, que le clivage actuel se situerait plus dans un clivage entre démocrates et anti-démocrates. Les violences policères que vous mentionnez, et qui ont lieu dans tous les pays membres de la zone euro en proie aux difficultés, me semblent illustrer ce clivage actuel. Il me semble aussi que tous les partis défendant l'idéologie européiste peuvent être classés comme faisant partie de la deuxième catégorie, puisqu'ils s'assoient tous sur le référendum de 2005.

Merci pour le lien vers les propos de Myret Zaki. Ses propos permettent de mieux comprendre ce qui se passe à l'heure actuelle. Cela me semble bien loin de ce que proposent nos médias européistes qui nous vendent constamment l'idée que la crise actuelle serait tombée du ciel un beau matin. Lorsque les européistes défendent l'idée que la Grèce est en crise parce qu'elle est trop endettée, Myret Zaki fait remarquer à juste titre que cet argument ne tient pas la route du fait que les Etats-Unis sont plus endettés que la Grèce. Je me souviens par ailleurs que Madame Zaki a accepté un débat contradictoire avec François Asselineau, lors de la première université d'Eté de l'UPR, bien qu'ils ne soient pas d'accord sur un point important. Les connaissances indéniables de Myret Zaki, lui ont permis d'apporter des arguments qui me semblent intéressants. Elles lui ont aussi permis d'écrire un livre qui ne me semble pas indigne d'intérêt, intitulé "La fin du Dollar".


Cordialement.

p1rlou1t
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 676
Localisation : Belgique
Identité métaphysique : Aucune
Humeur : Aucune
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _dede 95 le Lun 19 Nov 2012 - 18:51

A propos de la dette Grecque:
La dette allemande et....la dette grecque !
Au sortir de la dernière guerre, l'Allemagne était encore endettée de la première guerre mondiale. Cette dette perd la moitié de sa valeur du fait de l'abandon de l'Etalon or et de la perte de valeur du dollar. Dans l'après seconde guerre mondiale, la RFA, crée par la partition de l'Allemagne, estime ne pas devoir les dettes du Reich. Une conférence a lieu à Londres en 1953 avec les créanciers. Les dettes cumulées de l'Allemagne sont divisées par deux et se montent finalement à 14 mds de DM (deutche mark) remboursables sur une très longue période.
Pourquoi les créanciers de l'Allemagne sont si souples ?
Parce que grâce au plan Marshall et à une industrie qui n'a pas été détruite, l'Allemagne qui se reconstruit (Les villes et son infrastructure routière) est en pleine croissance économique: les créanciers estiment ne pas devoir y porter préjudice, pour la bonne raison qu'ils veulent faire de ce pays une vitrine contre le communisme (voir le Monde du 19 et 20-8-12)
En outre l'Allemagne devait 7 Mds de dollars à la Grèce au titre des réparations pour l'occupation du pays sous les nazis. Qu'à cela ne tienne, l'accord de Londres remet la dette aux calendes grecques....Et aujoud'hui, les bonnes âmes qui dirigent l'Europe disent à la Grèce "Vous avez accepté la réunification, tant pis pour vous (?)"
Cette dette vaudrait aujourd'hui 80 mds d'euros. Qu'à cela ne tienne ! La Grèce s'en passera...
Autrement dit les dettes valent ce que les hommes politiques veulent bien...
C'est bon de se remémorer l'histoire! Non?
avatar
_dede 95
Seigneur de la Métaphysique

Masculin Nombre de messages : 7119
Localisation : -
Identité métaphysique : -
Humeur : -
Date d'inscription : 10/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par _Matoll le Dim 16 Déc 2012 - 0:23

plrloult, je pense que tu vois juste concernant ton analyse. F. Asselineau a été classé à droite puisqu'il a même bossé pour l'UMP, jusqu'à ce que N. Sarkozy le mette au placard car les analyses et prédictions de F. Asselineau dérangeaient, probablement par leur pertinence.

En effet, F. Asselineau semble attirer de nombreuses personnes classées plutôt à gauche. D'ailleurs, il existe des courants politiques, plutôt à gauche qui sont pour une France souveraine. Cependant, l'oligarchie politico-médiatique s'arrange pour ne pas faire connaitre cette forme alternative d'une autre France.

Je ne me fais aucune illusion et je suis lucide : PS, MODEM et UMP, ce sont des partis politiques qui semblent vendus aux Etats-Unis et à Bruxelles. C'est une des raisons pour lesquelles je suis en complète divergence avec leurs positions politiques. Ces deux entités - Etats-Unis et Union Européenne sont des poisons pour des pays comme la France. La France doit regagner sa position SOUVERAINE et INDEPENDANTE si elle décide de redevenir un pays fort... pour les citoyens français.

Tu dis :
le Président de la République est mandaté pour maintenir l'indépendance nationale, quelle que soit sa préférence politique.

C'est tout à fait exact. C'est pour cela que les présidents de naguère et de maintenant trahissent les citoyens de la France.

Il existe dans le souverainisme deux courants d'idées : ceux se rapprochant d'un royalisme donc de la monarchie comme tu le mentionnes, et ceux qui se rapprocheraient d'un courant plus gaulliste, patriotique dans le sens d'une France autonome, qui n'est ni un courant nationaliste ni un courant de droite pure.

Bien sûr, je ne suis pas du tout pour un courant royaliste ou un courant nationaliste, mais une France qui a une autonomie monétaire, qui rétablit ses frontières, qui a une monnaie nationale et dont les décisions politiques se font au niveau national et non de Bruxelles. Egalement, il est évident que l'Etat français doit emprunter auprès des banques publiques. Cette idiotie d'emprunter auprès des marchés financiers nous coûte en cumulatif plus de 1600 milliards d'euros depuis 1973. Ni F. Hollande ni N. Sarkozy ni F. Bayrou ne parlent des effets néfastes de la loi de 1973, et pourtant si la France est endettée c'est aussi à cause d'avoir fait cette connerie.

Ce qui serait à mon avis une bonne initiative, ce serait de faire converger de nombreux courants politiques pour revenir à une France souveraine, que ces courants soient de gauche ou de droite. Ce qui me différencie des positions de F. Asselineau, c'est qu'il est trop libéral, et le linéralisme n'est pas du tout une bonne option. Bien sûr, je ne voudrais pas revenir au communisme, mais quelque chose qui soit "écosociétal", c'est à dire des services publics forts et efficaces alliés aux citoyens (et non une administration psycho-rigide qui parfois exaspère des usagers), une forte implantation locale d'entreprises sur tout le territoire, de continuer les échanges internationaux mais basés sur plus de taxations sur les produits d'importation venant de pays éloignés, et de maintenir un réseau de proximité d'échanges avec des pays voisins dans le sens gagnant-gagnant.

Je suis d'avis que ceci reste possible parce que de plus en plus de français commencent à comprendre que l'Union Européenne est plus une contrainte qu'un atout, et si en plus la France peut davantage se "désaméricaniser" dans son fonctionnement interne, il ne peut y avoir que réjouissance dans ce domaine.

Mais faire ceci ne suffit pas : la France doit sortir de l'AGCS, du monde de la spéculation et de ne pas hésiter à nationaliser des entreprises qui seraient susceptibles de fermer à cause de crapules internationales qui rachètent des sociétés pour les fermer ensuite. Il est évident aussi que les français dans leur ensemble devront aussi montrer de l'effort dans l'investissement personnel à défendre leur pays, en faisant de nouveau rayonner leur économie.

Il est donc important de faire connaitre à un public élargi l'arnaque de la dette grecque et autres arnaques liées le souvent aux milieux de la finance.

l'Union Européenne n'est pas l'Union des peuples, mais celui de la finance et d'une oligarchie gravitant autour.

Si celle-ci a quelques atouts (tout n'est pas ni tout noir ni tout blanc) comme le maintien de la paix et d'avoir permis quelques textes importants en matière environnemental, la partie économique et territoriale est inacceptable et la France ne peut pas continuer à aller dans ce sens.

_Matoll
Maître du Temps

Masculin Nombre de messages : 943
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 16/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quel modèle pour l'Europe ?

Message par Geveil le Dim 16 Déc 2012 - 8:34

Tout à fait d'accord, Matoll. J'ai lu , dans " La bonté humaine" de Jacques Lecomte, et entendu, sur FranceInter, que les français sont parmi les plus pessimistes du monde, je dis bien, du monde.

Il me paraît donc primordial de redonner le moral aux français, le goût de bien vivre, la confiance en soi et la fierté, et cela implique un retournement complet des média et PEUT-ÊTRE, un leader charismatique honnête et incorruptible.
avatar
Geveil
Akafer

Masculin Nombre de messages : 8776
Localisation : Auvergne
Identité métaphysique : universelle
Humeur : changeante
Date d'inscription : 18/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum