Mein Kampf

Aller en bas

Mein Kampf Empty Mein Kampf

Message par bernard1933 le Mer 1 Juil 2009 - 21:34

Pour ceux que ça intéresse, un article d'Agoravox de ce jour sur Mein Kampf et un site où on en trouve la traduction française ( une partie seulement ) Intéressant de connaître son contenu. Le site semble donner pas mal de renseignements sur la période hitlérienne , mais je ne l'ai pas encore parcouru .
Agoravox ( 1-7-2009 )

Faut-il lire Hitler ?

Pourquoi reprendre "Mein Kampf" aujourd’hui ? D’abord parce que je ne l’ai jamais lu en entier, bien qu’il ait figuré dans la bibliographie que tout aspirant à Science Po, en année préparatoire, était censé avoir lu au début des années 1970.

Ensuite parce qu’Arte a diffusé le documentaire d’Antoine Vitkine mardi 6 mai – et que Le Monde 2 en fait tout un article (3 mai, p.16). Enfin parce que notre temps, bien qu’en train de célébrer Mai-68 et ses 40 bougies, revient de plus en plus aux vieilles idées pétainistes. La cause en est le vieillissement de la population, certes, mais aussi la crainte de l’avenir mondialisé, entre capitalisme financier et terrorisme islamique. Le capitalisme dans sa version ‘ultra’libérale américaine semble d’autant plus incontrôlable que l’ignorance française à son égard est abyssale, en raison de vieux préjugés cathos comme d’un enseignement marxiste sans faille depuis deux générations. Quant à l’islamisme, ce radicalisme que la majorité des Musulmans est loin de partager, il ramène trois siècles en arrière, à l’époque où Voltaire terminait sa correspondance par « écr. l’inf. » - écrasez l’infâme – mot de combat contre tout obscurantisme.

hitler-mein_kampf_nel-1934.1210062287.jpgHitler peut être lu dans la version 1934 des Nouvelles Editions latines, reprise en 1973. On peut aussi le trouver sur internet, à vous de chercher. Les deux volumes allemands de l’édition 1933 sont traduits en un seul, de 686 pages. Cette édition française fut « interdite » par Hitler lui-même, tant il disait clairement ce qu’il pensait de tout le monde et ce qu’il voulait leur faire. C’est assez indigeste, mots simples, mais style pensant. J’en retiens quatre thèmes, dont un seul présente encore un intérêt autre qu’historique de nos jours :

1. Les considérations politiques d’époque ont vieilli et s’étalent verbeusement.

2. Les délires racistes sur le Juif ne passent plus. Cette hantise paranoïaque servant de bouc émissaire à tous les maux de l’Allemagne n’est pas sensée. Il faut cependant la connaître parce que certains pays arabes d’aujourd’hui la reprennent telle quelle, complaisamment. Ils n’inventent rien : ils répètent. La phobie sexuelle d’Hitler le poussait à « nettoyer », éradiquer, « dératiser ». Quand on fait des humains des bacilles, l’extermination par le feu et la chimie industrielle n’est qu’un second pas qui coûte peu.

3. Les éléments d’autobiographie, bien que choisis et magnifiés, sont intéressants et vivants, mais servent surtout aux historiens pour comprendre le personnage.

4. Restent les chapitres qui concernent la propagande politique. Là, c’est du grand art. Hitler était en avance sur son temps : la nécessité de la foi politique, l’art de la parole plutôt que de l’écrit, la tenue des réunions avec organisation de service d’ordre, l’usage de la force pour impressionner et s’affirmer, le marketing de « créer l’événement », le sens de l’image, affiche et cinéma – qu’a-t-on réussi de mieux depuis ? Mai-68 n’a-t-il pas efficacement repris ces vieilles recettes ? Elles ne sont pas hitlériennes, elles appartiennent à la modernité des médias : image et son, mise en transe et émotion, sentiment océanique d’appartenir, manipulation des mots, choc médiatique pour devenir quelque chose, et ainsi de suite…

Cela ne fait guère qu’une soixantaine de pages sur l’ensemble, à peine 10 % du livre. Mais, pour cela seul, Mein Kampf vaut d’être encore lu par les gens raisonnables. Tout aspirant politicien devrait le faire, en parallèle avec le Que faire ? de Lénine et les écrits de Machiavel et de Mazarin. Est-il toujours dans la bibliographie conseillée aux étudiants de Science Po ? Pour le reste, Mein Kampf est aussi passé qu’un papier peint jauni jamais changé depuis l’époque kitsch.
bernard1933
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Mein Kampf Empty Re: Mein Kampf

Message par Invité le Ven 3 Juil 2009 - 15:19

j'ai lu, il y a très longtemps, une version "expurgée" de mein Kampf , certainement "adressée aux enfants" car elle ne faisait guère plus de 100 ou 200 pages!
Ce qui m'en reste? l'impression de quelqu'un qui sait bien manipuler les foules et se mettre en valeur!
À un tel point qu'il se posait en héros, bien plus qu'en dictateur...
mais j'ai oublié, je crois que mon esprit a dû vouloir occulter ce qui pour moi est insupportable : le mépris d'une partie de la société.

Christophe Colomb, Napoléon Bonaparte, sont considérés comme des héros le plus souvent, et pourtant, eux aussi ont fait preuve de goût du pouvoir et de mépris des autochtones... pour ne parler que de ceux-là.
Cela dit sans vouloir diminuer l'horreur des traitements subis par les juifs, les roms et les autres victimes du nazisme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mein Kampf Empty Re: Mein Kampf

Message par bernard1933 le Dim 2 Aoû 2009 - 22:13

Je continue de lire Mein Kampf . Ci -dessous un extrait :

Extrait de Mein Kampf

. Aussitôt qu'on rend la religion ou la confession responsables de sa vilenie individuelle, et qu'on les attaque à grands cris, ce menteur appelle tout le monde à témoin ; et d'attester combien son attitude était justifiée, et que ce n'est qu'à lui et à son éloquence que l'on doit rendre grâce pour le sauvetage de la religion et de l'Eglise. Le monde, qui est aussi bête qu'il a la mémoire courte, ne reconnaît pas alors le véritable auteur du conflit dans celui qui crie si fort, ou ne s'en souvient plus ; et le gredin, en somme, est arrivé à ses fins.

Un pareil renard rusé sait fort bien que tout cela n'a rien à voir avec la religion ; raison de plus de rire sous cape ; tandis que son adversaire honnête, mais malhabile, perd à ce jeu, quitte un jour à s'en retirer complètement, désespérant de la bonne foi de l'humanité.

Mais, à un autre point de vue encore, il serait injuste de rendre la religion, en tant que religion, ou même l'Eglise, responsable des fautes de chacun. En comparant la grandeur des organisations religieuses qu'on a devant les yeux avec l'imperfection ordinaire de l'homme en général, on doit reconnaître que la proportion entre les bons et les mauvais est à l'avantage des milieux religieux. On trouve naturellement aussi dans le clergé des gens qui se servent de leur mission sacrée dans l'intérêt de leurs ambitions politiques, des gens qui, dans la lutte politique, oublient d'une façon regrettable qu'ils devraient être les dépositaires d'une vérité supérieure et non les protagonistes du mensonge et de la calomnie ; mais pour un seul de ces indignes, on trouve mille et plus d'honnêtes ecclésiastiques, entièrement fidèles à leur mission, qui émergent comme des îlots au-dessus du marécage de notre époque mensongère et corrompue.

Aussi peu que je condamne et que j'aie le droit de condamner l'Eglise elle-même, quand un individu corrompu, revêtu de la robe de prêtre, commet un crime crapuleux contre les mœurs, aussi peu j'en ai le droit quand un autre, dans le nombre, souille et trahit sa nationalité, surtout dans une époque où on le voit tous les jours. Et de nos jours surtout, il ne faut pas non plus oublier que, pour un seul de ces Ephialtès, on trouvera des milliers de prêtres dont le cœur saigne des malheurs de leur nation...

Pas très anticlérical, le mec ?

120
bernard1933
bernard1933
Aka Tpat

Masculin Nombre de messages : 10079
Localisation : Dijon
Identité métaphysique : agnostique
Humeur : serein
Date d'inscription : 23/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum