Il ne faut pas avoir besoin d'être aimé

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Il ne faut pas avoir besoin d'être aimé

Message par Lila le Lun 21 Fév 2011 - 12:56

frdrcclnt7 a écrit:(1corinthiens 13:4-7) 4 L’amour est patient et bon. L’amour n’est pas jaloux, il ne se vante pas, ne se gonfle pas [d’orgueil], 5 n’agit pas de façon inconvenante, ne cherche pas ses propres intérêts, ne s’irrite pas. Il ne tient pas compte du mal subi. 6 Il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité. 7 Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout.
J'aime beaucoup cette citation, merci de la rappeler.
On y retrouve l'équanimité okey

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il ne faut pas avoir besoin d'être aimé

Message par Opaline le Lun 21 Fév 2011 - 13:13

Lila
Je reviens avec cette idée qu'on cherche l'amour des autres pour combler le trou creusé par le manque d'amour pour soi, mais je pense qu'on peut aussi aller dans une autre direction en cherchant pourquoi on cherche tellement à être aimé.
Chacun cherche à être aimé mais à sa manière :
Parfois, c'est quand on a le plus besoin d'être aimé qu'on est agressif, irascible, irritable, repoussant.
Il faut vraiment être psychologue pour reconnaître le manque d'amour !
Le besoin d'amour rend social, le manque d'amour rend asocial !

Opaline
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 3483
Date d'inscription : 01/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il ne faut pas avoir besoin d'être aimé

Message par Lila le Lun 21 Fév 2011 - 13:14

Jipé a écrit:Oui Foetus, on a compris...d'ailleurs si tu m'as lu, tu peux voir que j'ai dit que l'on ne pouvait pas aimer tout le monde (X raisons) mais à la rigueur pardonner.
Je ne suis pas contre le pardon, car, rester avec des sentiments de haine, bouffe son existence.
tes remarques sont très intéressantes, notamment parce que ce sont des cas concrets, pratiques.
Sans vouloir (trop) faire la pub du bouddhisme, je dirais que c'est justement le genre de question qui nous permet de mettre les enseignements en pratique.

Quand on dit: la voie est un oiseau qui a deux ailes: l'étude (théorie) et la pratique, c'est à des choses comme cela qu'il est fait allusion.
Poser l'équanimité est un idéal théorique, OK, mais au moins nous aide-t-elle à réfléchir sur "qu'est-ce que l'amour, la haine, etc"

Pour prendre ton exemple de "peut-on aimer celui qui a fait du mal", leur réponse se trouve dans leur définition de ce que nous regroupons sous le vocable "amour":

Dans les bouddhismes Mahayana et Vajrayana (bouddhismes vietnamien, chan, zen, lamaïsme), l'Amour est l'une des quatre qualités d'être que le pratiquant doit développer, l'un des « Quatre Infinis » ou « Quatre Incommensurables » : l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité. Les tibétains définissent l'amour comme un souhait du bonheur de l'autre ; la compassion, comme un souhait de cessation de la souffrance de l'autre ; la joie, comme une participation à son bonheur ; l'équanimité comme le fait d'être attentif de façon semblable à tout être et toute chose sans établir un attachement privilégié. Lien

La personne qui a fait du mal est une personne soit souffrante, soit ignorante, soit les deux.
L'aimer consisterait donc à l'aider à lui en faire prendre conscience pour modifier son comportement en profondeur. Encore un idéal ? Pas si sûr. C'est ce que visent les psychothérapies. Le moindre progrès obtenue est utile.
En faisant cela à cette personne, on lui "pardonne" et on l'aide, ce qui est une forme d'amour.

Pour ta remarque su le pardon, tu as tout à fait raison s'il n'est pas profond, alors il se transforme en frustration. Mais le vrai pardon n'est pas cela. Il implique un énorme travail sur soi (encore le genre de "travail" qui précisément fait partie d'une "voie spirituelle") jusqu'à éliminer cette frustration. Les exemples donnés par Foetus sont intéressant, dans ce sens. La surprise d'être pardonné peut, dans certains cas, radicalement changer celui qui a fait du tord. Une relation peut s'établir entre criminel et victime, cette dernière ne lui est plus "étrangère", et on revient sur le principe de l'interdépendance: à mesure qu'on en prend conscience, on se rend compte qu'on n'est pas un "individu" isolé, mais qu'on est relié à toutes les formes de vie, dons à tous les humains, quels qu'ils soient.

Pour ma part, j'appellerais "l'amour universel" plutôt "respect universel", sinon on le confond trop facilement avec l'émotion-attraction ("primaire", animale).

Lila
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 6327
Localisation : .
Identité métaphysique : .
Humeur : .
Date d'inscription : 26/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum