Sceau de Salomon

Aller en bas

Sceau de Salomon

Message par SBalqis le Mar 15 Déc 2015 - 1:07

Cela fait un moment maintenant que je me demande à quoi ressemble le seau de Salomon.

J'ai trouvé plusieurs versions, la plus courante le représente comme étant l'étoile de David. Mais j'en ai trouvé pleins d'autres...

Est ce que quelqu'un a plus d'informations sur le sujet?!

Merci d'avance,

SBalqis
Sorti de l'oeuf

Féminin Nombre de messages : 7
Localisation : Maroc
Identité métaphysique : Monothéiste
Humeur : Chercheuse
Date d'inscription : 18/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par _nawel le Mar 15 Déc 2015 - 1:22



deux triangles entrelacés, on dénomme le sceau de Salomon Etoile de David.
avatar
_nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par JO le Mar 15 Déc 2015 - 8:42

ni seau ni sot : sceau, ça fait plus cultivé. On peut rectifier ?
avatar
JO
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 22727
Localisation : france du sud
Identité métaphysique : ailleurs
Humeur : paisiblement réactive
Date d'inscription : 23/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par Jipé le Mar 15 Déc 2015 - 9:02

Ayé, merci Jo.

_________________
- Méfie-toi du boeuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés.
Cervantes
avatar
Jipé
Aka TopTrique

Masculin Nombre de messages : 26519
Localisation : Lacobrigens
Identité métaphysique : Athée, Anticlérical et pour 2019: Heureux comme en 2018 !
Humeur : Zen mais faut pas m'emmerder!
Date d'inscription : 28/01/2009

http://www.forum-metaphysique.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par _nawel le Mar 15 Déc 2015 - 9:20

Jipé a écrit:Ayé, merci Jo.

l'avais vu mais ai fait semblant de pas pour ne pas... comprenez vous...mais je comprends que seau oui seau effectivement
avatar
_nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par _nawel le Mar 15 Déc 2015 - 11:00

"Considérez comme croissent les Lys, Ils ne travaillent ni ne filent,
Cependant je vous dis que Salomon même,
Dans toute sa gloire n'a pas été vêtu, comme l'un d'eux (Luc 12/27)
avatar
_nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par _nawel le Mar 15 Déc 2015 - 22:30

La synchronicité m'a conduite à écouter Véronique Lévy qui a fait l'objet d'un message ici, récent. Cette écrivain sœur de Bernard Henry lévy s'est inspiré du Cantique des Cantiques pour affirmer sa foi, en regardant sur Google, voici ce qui est dit :

Le Cantique des Cantiques, dit aussi Cantique de Salomon ou Chant de Salomon, est un livre de la Bible. Son titre en hébreu est שיר השירים, Chir ha-chirim.

Spoiler:
Le Cantique des Cantiques revêt la forme d'une suite de poèmes, de chants d'amour alternés entre une femme et un homme (ou même où plusieurs couples s'expriment), qui prennent à témoin d'autres personnes et des éléments de la nature. C'est l'un des livres de la Bible les plus poétiques. Sa composition est attribuée à un compilateur du IVe siècle av. J.-C. qui y aurait fondu différents poèmes. On a même avancé l'hypothèse que le Cantique des Cantiques ait pu avoir été rédigé par une femme, comme le pense par exemple l'exégète André LaCocque1, étant donné la large place qui y est laissée aux personnages féminins. On retrouve des parallèles à de nombreuses expressions du Cantique dans la littérature du Proche-Orient ancien, notamment dans les poèmes d'amour égyptiens. Le cadre géographique et social est suggéré par quelques noms propres (Jérusalem, Tirça, le Liban), mais de telles références ne permettent pas de fixer avec certitude la date et le lieu de rédaction du Cantique des Cantiques. Le livre a d'abord été rejeté à cause de son caractère profane, dont témoignent les nombreuses images érotiques comme : « Tes seins sont comme deux faons, jumeaux d'une gazelle » ou « Ta poitrine comme les raisins mûrs. »

Les exégètes chrétiens se sont souvent montrés perplexes devant ce livre. L’humaniste Sébastien Castellion avait des doutes quant à l’inspiration divine du livre à cause de son caractère sensuel, ce qui lui attira les foudres de Jean Calvin. Néanmoins, il le conserva dans sa traduction de la Bible. Bien qu'il soit reconnu comme faisant partie du canon biblique, son contenu en a troublé plus d'un. On observe dans l'exégèse deux attitudes :

La première prend le texte comme allégorie de la relation d'amour qu'entretiennent le Christ et son Église (ou entre le Christ et l'âme humaine), relation qui est de nombreuses fois célébrée ou illustrée dans le Nouveau Testament, principalement dans les écrits de Paul, mais aussi dans certaines paraboles de Jésus lui-même selon les évangiles. Cependant, cette interprétation allégorique et symbolique est progressivement remise en cause à la lecture des images érotiques que contient le texte. Une critique importante, aussi, est le fait que la relation d'amour entre Jésus et son Église n'est jamais décrite d'une telle manière : bien que, de manière assez surprenante, le terme grec utilisé par les Septante pour dire l'Amour dans le Cantique soit l'agapè, il apparaît que cet agapè est plus proche de l'éros platonicien que de l'amour chrétien traditionnel (paulinien). Quand bien même le Nouveau Testament rapproche l'image de la bien-aimée et du bien-aimé de celle du Christ et de l'Église, jamais les auteurs du Nouveau Testament ne prennent le Cantique des Cantiques comme modèle. Cependant, il est intéressant de remarquer que les dernières recherches exégétiques remettent ce jugement en question : comme le met en lumière l'exégète Xavier Léon-Dufour2, la quête aimante de Jésus par Marie de Magdala en Jean 20, 11-16 renvoie au Cantique des cantiques 3,1-4. En Jean 20, 16, Marie dit à Jésus « Rabbouni » . Ce mot est traduit par « maître » dans l'évangile, mais « Rabbouni » est en réalité un diminutif de « Rabbi » et pourrait ajouter une nuance d'affection ou de familiarité.

L'autre attitude face à ce livre est de le considérer comme une collection de poèmes décrivant l'amour entre une jeune fille et son amoureux, dont on fait parfois un couple marié, croyant y déceler des noces. Cette conception s'appuie sur le fait que cette compréhension est proche, voire correspond parfaitement à la pensée hébraïque[réf. nécessaire], alors que selon elle la première alternative allégorique serait trop influencée par la pensée grecque considérant le corps comme quelque chose de méprisable ou de spirituellement indigne[réf. nécessaire] (allusions étant parfois faites à Aristote, à Platon et au gnosticisme des premiers siècles de l'ère chrétienne, puis à la pensée de Saint Augustin qui a grandement influencé la doctrine catholique). Nous avons pourtant, dans ce livre, affaire à un amour sensuel et passant continuellement par l'exaltation de la beauté et les relations physiques. Le langage hébraïque du livre fait clairement référence à la sensualité et à une relation d'amour exprimée physiquement, et ce dès ses premières lignes, comme dans le verset 2 du chap. 1er, « Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car tes baisers sont meilleurs que le vin » : le terme traduit par « baisers », en hébreu (דּוֹדֶיךָ, dodeikha), signifie amour (entre les sexes) et insinue des actes d'amours (baisers, caresses), si bien qu'associé à une autre terme (et décliné) il désigne le lit conjugal. L'interprétation « hébraïque » du Cantique des Cantiques est pour ses tenants (généralement, un nombre important de protestants) un modèle idéal de l'amour entre les époux tel qu'il devrait être, croient-ils, selon la volonté de Dieu.

Une autre approche, celle de l'interprétation culturelle, tente de faire le lien avec la liturgie païenne du mariage sacré ou hiérogamie, qui était pratiqué en Mésopotamie (T.J. Meek, W. Wittekindt, H. Hempel). Dans le Proche-Orient, on parle d'une coutume selon laquelle le roi devait s'unir charnellement une fois l'an avec une prêtresse de la déesse de la fécondité, afin d'assurer la fertilité des terres et des animaux. La prêtresse prenait ainsi la place de sa déesse et le roi, celui de son mari. Selon cette théorie d'interprétation, le jeune couple du Cantique des Cantiques représenterait soit la déesse Inanna avec le dieu Dumuzi, soit leur équivalent akkadien, la déesse Ishtar et le dieu Tammouz. J.F. Froger a également proposé une autre approche dans La voie du désir (Éd. DésIris, 1997, (ISBN 2-907653-41-5)). Elle consiste à superposer les thèmes abordés du Cantique des Cantiques à ceux du mythe d'Éros et Psyché d'Apulée. D'après l'auteur, il existe suffisamment d'indices pour proposer un rapprochement des deux sujets. On y retrouve l'importance de « la nuit dans le chant d'amour ». « N'éveillez pas, ne réveillez pas, mon amour, avant l'heure de son bon plaisir » est une mise en garde qui rappelle l'avertissement de Psyché contre la tentation de connaitre Éros. Les thèmes de l'exil et de la solitude constituent la partie centrale du conte. Mais les noces éternelles triomphent de la souffrance endurée.

Dans l'introduction au Cantique (Bible de Chouraqui), il est décrit deux plans de significations : celui de l'humain et celui de la création. « La poésie hébraïque marie-t-elle ici l'humain au cosmos ; elle voit le réel sous la forme d'un homme, et dans cet homme la totalité de l'univers ». Ceci n'est pas étranger à l'Éros, ce qui peut surprendre dans un livre biblique. Sans nier ce qu'apportent ces approches, Henri Cohen Solal, psychanalyste, ou Marina Poydenot, enseignante au Centre Sèvres à Paris et membre de la Communauté du Chemin Neuf, s'appuyant sur des textes de Paul Beauchamp, André LaCocque ou Gianni Barbiero, avancent l'hypothèse d'une interprétation du Cantique comme un rêve3 : les termes employés y font beaucoup référence à un vocabulaire onirique : ce serait un rêve éveillé de la fiancée qui se remémore les moments passés avec son bien-aimé.

ceci pour étayer ce sujet qui mérite que l'on s'y attarde sourire

De ce fait, ne pourrais t on pas imaginer que deux triangles entrelacés représenteraient le couple, l'amour aussi ?

Un sceau, l'amour scellé ..
avatar
_nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par SBalqis le Mer 16 Déc 2015 - 19:12

Merci Jo pour ta correction, c'est vrai que maintenant nous avons plus l'air cultivés!

Nawel merci pour tes réponses et ton positivisme, mais est ce qu'il y'a des évidences qui représentent le sceau de Salomon autrement que les deux triangles entrelacés?

Aussi, je ne sais pas pour les triangles représentant l'amour, cela m'inspire surtout la représentation de la matière et l'anti-matière...une sorte de dualité réversible.

P.S: Même si j'ai la prétention de maîtriser la langue française, ce n'est pas ma langue maternelle et donc cela m'arrive de faire des rechutes Wink

Amour,

SBalqis
Sorti de l'oeuf

Féminin Nombre de messages : 7
Localisation : Maroc
Identité métaphysique : Monothéiste
Humeur : Chercheuse
Date d'inscription : 18/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par _nawel le Mer 16 Déc 2015 - 19:47

@SBalqis

Oui tu as raison en somme, tout et sa contrepartie, tout et son contraire, tout et son opposé etc.... un peu le bien et le mal aussi pourquoi pas, l'un pointant vers le ciel, l'autre vers la terre.

Aussi un 8 tout en angle, un symbole riche, et attention à ceux qui l'utilisent comme pentacle, cette représentation est tout bonnement à jeter à la poubelle.( à mon avis, maintenant j'espère ne pas avoir commis une confusion, c'est un domaine que je ne connais pas trop sourire )
avatar
_nawel
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 4501
Localisation : Sud
Identité métaphysique : Catholique
Humeur : Excellente
Date d'inscription : 19/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par stana le Lun 28 Déc 2015 - 19:02

Effectivement je n'ai pas le même  pirat  supercontent  




 Je connais peu le Sceau de Salomon, merci pour les infos!
avatar
stana
Seigneur de la Métaphysique

Féminin Nombre de messages : 7810
Age : 44
Localisation : Epinal, Vosges
Identité métaphysique : sataniste pratiquante
Humeur : mystique, aux portes de la perception
Date d'inscription : 25/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par imago le Jeu 31 Déc 2015 - 11:52

Le  sceau de Salomon vous l'avez dessiné géométriquement avec le premier mot de la Torah BERSHIT

. Ca vous intéresse ?

imago
Sorti de l'oeuf

Masculin Nombre de messages : 40
Localisation : Toulouse
Identité métaphysique : trialectienne
Humeur : mauvaise
Date d'inscription : 27/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sceau de Salomon

Message par Eliane le Dim 17 Juil 2016 - 10:59

L'idée d'un sceau de Salomon provient d'un apocryphe juif, qui a été écrit au alentour de 2000 ans.
Ce sceau aurait permit au roi Salomon de dominer des démons pour qu'ils travaillent pour lui. La Bible ne parle pas de cela. Il s'agit d'une des multiples réécritures fantaisistes des livres de la Bible que tous les croyants, qu'ils soient juifs ou chrétiens, avaient l'habitude de faire dans l'antiquité.

Cela ne sert à rien de dessiner le sceau de Salomon. Il n'a jamais existé dans la réalité. Salomon a vécu plus de 1000 ans avant que les hommes ne lui inventent un sceau !

Mais vous pouvez vous amuser à ce genre d'enfantillage, si cela vous amuse, naturellement.
Il m'a cependant toujours paru raisonnable de tenir compte de la réalité, tant pour connaitre l'histoire, que pour avancer dans la connaissance de la révélation divine.

Dieu est vrai, et nous pouvons L'approcher en recherchant la vérité en tout.


Eliane
Jeune Padawan

Féminin Nombre de messages : 57
Localisation : France
Identité métaphysique : catholique
Humeur : calme
Date d'inscription : 09/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum